Méthodes d investigation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes d investigation"

Transcription

1 Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE

2 LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2

3 1. Le choix de la démarche Approche qualitative Approche intensive structuration minimum entretien ouvert sur un thème pas de questions préparées libre expression du répondant nombre réduit d enquêtés 3 Approche quantitative approche extensive structuration maximum questionnaire standardisé questions préparées questions imposées aux répondants. grands nombre d enquêtés

4 1. Le choix de la démarche Le questionnaire et ses qualités Après avoir construit l objet d étude, qui détermine l objet de l enquête et la problématique ou les problématiques sur lesquelles doivent porté les techniques d investigation, on construit la méthode d investigation la plus approprié, au public, à la situation, aux problèmes construits. 4

5 Le questionnaire I. L économie générale du questionnaire et sa construction : L avant questionnaire : écouter ce que les acteurs sociaux disent de leurs propres pratiques ; Lire ce qui a été écrit auparavant sur le thème étudié. élaborer progressivement une problématique, c est à dire le questionnement théorique qui servira de base à la seconde phase, celle de la formulation du questionnaire. 5

6 L économie générale du questionnaire Le choix des questions et la pertinence de l utilisation d un questionnaire. Avant de construire une enquête, il faut se poser la question de la pertinence et de l utilité d un questionnaire, puis construire les questions adaptées à la situation, au public et à l objet. Les avantages et les inconvénients du questionnaire (voir tableau ci après) 6

7 L économie générale du questionnaire 7 Les avantages : Un traitement en nombre (sur une série de grand nombre) un traitement statistique possible une stabilité et une invariance du questionnement La possibilité de croiser un nombre relativement élevé de variables. Les inconvénients : Interactivité faible ou inexistante (en fonction de la modalité de passation du questionnaire). Le choix d un échantillon représentatif La nécessité d être précis et clair dans les questions posées. L impossibilité de revenir sur le questionnement La nécessité de choisir des croisements de variables pertinents. Un mode traitement rigoureux souvent difficile.

8 L économie générale du questionnaire 8 Le choix du questionnaire comme mode d investigation est donc conditionné à l ensemble de ces avantages et inconvénients. On procédera par ce mode d investigation lorsque : On souhaite disposer d un ensemble d informations relativement ; nombreux, par rapport à une population totale (ou encore population mère) importante, sur lequel on aura appliqué un échantillonnage pertinent ; On peut traiter les questions sous une forme rigoureuse, à l aide d outil de traitement des données. Ces outils peuvent être quantitatifs (statistique) ou quantitatif et qualitatifs (analyse statistique et de contenus).

9 L économie générale du questionnaire On souhaite disposer d un ensemble cohérent de questions, que l on aura testé au préalable. La forme des questions est relativement homogène, même si l on peut combiner dans un même questionnaire questions ouvertes et fermées. On doit enfin tenir compte de la population enquêtée, en général non-demandeur de l enquête. 9

10 Les deux parties du questionnaire : Il existe deux parties dans le questionnaire, que celui-ci soit passé auprès d institutions ou de personnes celle portant sur l objet proprement dit celle portant sur les déterminants sociaux. 10

11 11 Les déterminants sociaux : 1. Le repérage de la détermination sociale Le sexe et l âge : ils concernent les individus et peuvent être transformer selon que l on s adresse à des individus ou a des groupes constitués : les déterminants sociaux d une institution ou d une organisation sont ainsi plus complexes : ex. Date de création de la structure, nb. de salariés, de bénévoles La position sociale : les PCS ils ne renvoient pas seulement à une hiérarchie sociale, mais aussi selon la taille de la structure d appartenance (salariat/ vie indépendante. La position individuelle et familiale ; La trajectoire sociale qui comprend : la trajectoire scolaire, la trajectoire professionnelle, le capital économique

12 Le choix des indicateurs A chaque question doit correspondre un indicateur. Dans le traitement des données, cet indicateur produira une variable (variable sexe, âge, PCS, etc). un indicateur doit également produire plusieurs modalités de variable. 12

13 13 1. le choix des questions Les questions fermées sont les plus simples, mais c est aussi celles qui sont les moins riches en informations. On distingue Les questions fermés à choix unique : (Oui non, NSP) Des questions fermées à choix multiples : (proposition de réponses types) suggérée par l enquêteur. Avantage : un même mode de traitement affecté à l ensemble des individus questionnés. Inconvénient : choix de réponses peu réfléchis, entachés de désirabilité sociale.

14 Les questions à choix ordonnées : la personne se voit proposer un classement allant dans le sens du plus grand accord avec la proposition au plus faible. Avantage : réflexivité par rapport au choix Inconvénient : mode de traitement compliqué sans l aide d un outil de traitement des données. 14

15 Enfin les questions ouvertes sont utiles lorsque la personne se trouve impliquée d une manière ou d une autre dans l enquête et qu elle peut exprimer sans contraintes son opinion ou ses représentations. Les questions semi-ouvertes combinent à la fois questions fermées et questions ouvertes : on demande une explication ou un complément d information par rapport à une question fermée. 15

16 2. Les différentes natures de questions : Les questions de comportement ou de pratique : questions de type «que fontils?» 16 Deux types de comportement : les comportements non gênants : Comportement habituel ou exceptionnel qui ne nuisent pas à l image de l individu ou de l institution. Les comportements gênants : réponse socialement désirable ou socialement indésirable

17 17 Dans le cas de comportement gênants, l individu répond par rapport à ce qu il souhaite être (ou à ce que la norme sociale impose) et non par rapport à ce qu il est. On privilégiera : Un climat de permissivité Un large éventail d alternatives Un choix parmi une liste de comportements l usage d un vocabulaire familier l usage de procédures spécifiques

18 Les questions d opinion : que pensent-ils? Ce sont des questions très largement utilisées dans les les sondages d opinion : on favorisera : Les échelles bipolaires : Vrai/faux, insatisfaisant/satisfaisant, Bon/mauvais. Les échelles bipolaires peuvent comporter plusieurs sous propositions ; Le choix forcé : soumettre des propositions préétablies : Permettre les classements ou la préférence (choix de mots : également selon 4 à 6 modalités) 18

19 Ouvrir aux positions intermédiaires ; Permettre l expression des sans opinions ; Facilitation de réponses Questions en général fermées Questions courtes, simples. Ordre des items. Des Illustrations peuvent agrémenter les questions d un questionnaire écrit. 19

20 20 3. Les questions d anticipation ou d intention : quels projets ont-ils? Partir de la situation présente et voir si les besoins sont réellement exprimés (poser les questions sur la manière dont le sujet construit son projet) Les questions de connaissances. Que savent-ils (cette connaissance porte en général sur un objet externe). Renseigne sur la connaissance que le sujet peut avoir du problème ou de la situation évoquée dans la question.

21 21 Les questions d identification ou les renseignements signalétiques. Elles ne doivent pas nécessairement être posées dès le début du questionnaire. Une méthode d investigation ne doit pas se réduire à une enquête de police! Elles portent en général sur : Le Sexe et l âge Le Niveau social : la position sociale : profession, niveau d instruction et revenu La PCS, ou anciennenement CSP

22 22 Le niveau d instruction peut se mesurer par rapport au dernier diplôme obtenu, ou par les niveaux de formation qualifiante de VI à I. Les revenus. Classification selon une échelle Les autres renseignements : ils diffèrent selon le contexte et le public de l enquête. Un questionnaire s adressant à des institutions peut comporter des renseignements sur la date de création, le nombre de personnes y travaillant, ses missions, le public auquel elles s adressent

23 23 3. L ordre des questions : Un ordre logique des questions : abandonner l ordre des thèmes et des hypothèses du projet d étude pour construire un questionnement aussi naturel que possible. Il faut aller en principe du plus général au plus particulier. Le dosage des difficultés se fait en ne posant pas les questions difficiles ou ouvertes au début du questionnaire, mais en réservant celles-ci lorsque que la personne est «entrée dans le questionnaire». Il faut aussi éviter l effet de lassitude, provoqué lorsque l ensemble des questions ouvertes et difficiles est concentré à la fin du questionnaire.

24 24 Les passages et les transitions : Ils doivent être prévus, que le questionnaire soit auto administré ou qu il soit passé par un enquêteur. Dans le premier cas, prévoir des parties et des chapeaux et des sous titres pour indiquer ce qui va être renseigné. Dans le second cas, l enquêteur doit aménager des transitions par une phrase.

25 25 Les «pièges» du questionnaire 1. Les phénomènes de contagion : Ils sont appelés en général «effets de halo». Une question posée ne doit pas être influencée par la question précédente : les réponses seront induites par les questions précédentes, qui entraînent une modification dans le taux ou la nature des réponses.

26 26 2. La longueur du questionnaire : Il n existe pas de longueur idéale de questionnaire. Cette longueur est fonction de la nature du questionnaire et surtout du public auquel il s adresse : plus le public est général par rapport à l objet de connaissance (sondage d opinion, recensement), plus le questionnaire aura tendance à être concis et court ; administré selon le principe des questions fermées et à variables restreintes. La longueur dépend également des conditions de passation : en face-à-face, auto administré.

27 27 Dans le questionnaire aux institutions, il est important de savoir qui répond (principe de connaissance et de représentativité) et comment les personnes des institutions ont été consultées sur ce questionnaire. 3. La présentation matérielle Ne pas omettre de la soigner, voire de l illustrer : un questionnaire n est pas une enquête de police, ni un document administratif.

28 4. L importance du test du questionnaire Le test doit être proposé à des personnes identiques en termes de caractéristiques que ceux auxquels il sera proposé. Il s agit de reformuler le questionnaire sur certains points : La Compréhension La Gêne des enquêtés 28 L adaptation du vocabulaire L information demandée

29 29 La liste des modalités de réponses (pertinence et exhaustivité) la variation des réponses et la mesure des écarts la logique des questions les transitions les enchaînements mesurer la durée des réponses au questionnaire éventuellement fermer certaines questions ouvertes.

30 3. Le recueil des informations 30 Comment choisir les enquêtés? 1. le choix de l échantillon La population parente (ou mère) est l ensemble de la population sur laquelle porte l étude. Sonder ou échantillonner, c est choisir une partie de la population parente pour la représenter.

31 3. Le recueil des informations 31 Les méthodes pour construire un échantillon représentatif Les échantillons probabilistes (ou aléatoires) Le tri simple ou au hasard. La méthode est simple. Plus la population parente est grande, plus la représentativité de l échantillon porte sur un nombre faible de sondés. Le tri systématique trie sur une unité à intervalle régulier (tous les dix, tous les 50 ) Le Tirage aléatoire après stratification : on catégorise la population à partir d un critère de sélection. Il faut donc aboutir à des sous groupes de même taille. Le sondage par grappes ou groupes : le sondage aréolaire.

32 3. Le recueil des informations Les échantillons empiriques. 32 On s attache à reproduire un échantillon qui ressemble à la population parente, à partir d information statistique sur la population parente : c est un «modèle réduit» qui est établi. Le problème réside toutefois dans la connaissance préalable de la totalité de la population parente, qui doit être actualisée en permanence pour être fiable.

33 3. Le recueil des informations 33 Des échantillons non représentatifs Ces échantillons ne sont pas «à l image de» mais typique : typique d une certaine zones, d un certains type de population. La distinction que l on fait n est pas d ordre statistique, mais sociologique. Enfin les non réponses à un questionnaire faussent la représentativité de l échantillon, surtout lorsqu il est administré par la poste. En dehors des relances, qui ne se justifient que lorsque la population est concernée ou impliquée, il faut toujours prévoir un échantillon plus grand que celui retenu comme représentatif.

34 3. Le recueil des informations 34 Si l on veut effectuer un sondage, on a intérêt à savoir mesurer sont exactitude à partir de l intervalle de confiance : c est la «fourchette» bien connue des instituts de sondage. L intervalle de confiance varie avec la taille de l échantillon : l erreur d échantillonnage décroît quant la taille de l échantillon augmente. Le gain de précision est plus fort pour les petits échantillons que pour les grands ; Enfin le taux de sondage n indique pas la précision du sondage, au moins en ce qui concerne les grandes populations.

35 3. Le recueil des informations 35 Combien de personnes faut-il interroger? Cela dépend : du degré de précision que l on veut atteindre dans les conditions les plus défavorables. Du nombre et de la nature des sous groupes pour lesquels on veut atteindre un résultat. De la technique d échantillonnage choisie. Des moyens disponibles Du temps de l enquête Du coût de réalisation De l homogénéité de la population : plus la population est homogène, plus les informations sont sûres

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

LES STATISTIQUES. Valérie Bougault, PhD. valerie.bougault@univ-lille2.fr

LES STATISTIQUES. Valérie Bougault, PhD. valerie.bougault@univ-lille2.fr LES STATISTIQUES Valérie Bougault, PhD. valerie.bougault@univ-lille2.fr Référence: S. Champely. «Statistique vraiment appliquée au sport». Ed de Boeck université (Bruxelles), Coll Sciences et pratiques

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage M Objectifs pédagogiques généraux : Fiche de repérage Type : Activité d approche de la notion de fluctuation d échantillonnage et d intervalle de confiance à travers quelques simulations. Niveau : Lycée

Plus en détail

Méthodologie de recherche en sciences sociales Séminaire UBO Automne 2009

Méthodologie de recherche en sciences sociales Séminaire UBO Automne 2009 Méthodologie de recherche en sciences sociales Séminaire UBO Automne 2009 Table des matières Table des matières...2 1. La notion de méthode qualitative... 3 1.1 Le concept de méthodes qualitatives est

Plus en détail

Technique d Enquête et Méthode de Sondage

Technique d Enquête et Méthode de Sondage Technique d Enquête et Méthode de Sondage Matthieu NEVEU Licence d Économétrie Année 2004-2005 Références Ouvrages généraux Brossier G et Dussaix AM (1999). Enquêtes et Sondages. Dunod Ardilly Pascal (1994).

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 Date : 21/05/2012 Module : Recherche Marketing Durée : 2h CORRIGE TYPE DE L EXAMEN Correction 1 ère Partie

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91 c est-à-dire des relations qui sont inattendues ou contradictoires avec des éléments probants obtenus par d autres voies, le réviseur devra procéder à leur étude. Cette étude commencera habituellement

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 2005 Les Français et la Saint-Valentin

Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 2005 Les Français et la Saint-Valentin Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 005 Les Français et la Saint-Valentin Contexte et méthodologie Dans le cadre d une nouvelle émission télévisée «Combien çà coûte» animée par Jean-Pierre

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 15

guide du créateur d entreprise 15 02 Valider ses idées guide du créateur d entreprise 15 Tout projet d entreprise trouve son origine dans une idée. Avant d investir du temps et de l argent dans le lancement de votre projet, il est conseillé

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Sommaire. ARIA Languedoc-Roussillon. Atelier Fidélisation clients. développement commercial

Sommaire. ARIA Languedoc-Roussillon. Atelier Fidélisation clients. développement commercial ARIA Languedoc-Roussillon Atelier Fidélisation clients «Savoir conduire Les une nouvelles enquête de satisfaction technologies» UP2, au Patricia service PINGLOT de votre développement commercial - Le 15

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

FONDATION ROBERT DE SORBON Cours de Civilisation Française de la Sorbonne 214 BD RASPAIL 75014 PARIS. Centre CIEP SORBONNE

FONDATION ROBERT DE SORBON Cours de Civilisation Française de la Sorbonne 214 BD RASPAIL 75014 PARIS. Centre CIEP SORBONNE FONDATION ROBERT DE SORBON Cours de Civilisation Française de la Sorbonne 214 BD RASPAIL 75014 PARIS Centre CIEP SORBONNE FAQ Frequently Asked Questions Foire aux Questions 1) Quelle est la spécificité

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Ressources nécessaires (avec budget)

Ressources nécessaires (avec budget) Fiche 11 : La formation des enquêteurs et l administration de l enquête Objectif Former les enquêteurs et procéder à l enquête satisfaction. Principe Répondre aux questions relatives à la formation des

Plus en détail

LES FRANCAIS ET INTERNET

LES FRANCAIS ET INTERNET Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET INTERNET Sondage réalisé pour : La Presse Quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire des "enjeux

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 10 - Vague n 3 réalisé par TNS Sofres / Logica Un sondage réalisé pour Échantillon Échantillon national de 1000 personnes représentatif de l ensemble de la population

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Une enquête est une «méthode systématique de collecte d'informations à partir d un échantillon possédant des caractéristiques représentatives de l'ensemble de la

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et les fonctions publiques Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion et

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des Écarts entre morbidité déclarée et morbidité mesurée À travers l enquête décennale santé Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI Bercy, le 9 septembre 2010 Contact presse : Cabinet de Laurent WAUQUIEZ : Nicolas DIAT - 01 53 18 43 89 Questionnaire adressé aux demandeurs

Plus en détail

JF/YMC N 1-6661 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Yves-Marie Cann

JF/YMC N 1-6661 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Yves-Marie Cann JF/YMC N 1-6661 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Yves-Marie Cann Les internautes et les réseaux sociaux en ligne Résultats Décembre 2007 Sommaire Pages 1 - La méthodologie... 1 2 - Les principaux enseignements

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1 Cours de Marketing Gestion Logistique et Transport Semestre 1 CH I Qu est-ce que le Marketing 1.1/ Un peu d Histoire Fin 19 ème - Début 20 ème : Primauté de la fonction de production. Après la crise de

Plus en détail

Les Français et l assurance

Les Français et l assurance pour Les Français et l assurance résultats détaillés Contact : service presse de Carrefour 01 57 32 89 99 groupe@presse-carrefour.com Note Méthodologique Etude réalisée pour : Carrefour Assurances Echantillon

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

La qualité dans les enquêtes

La qualité dans les enquêtes La qualité dans les enquêtes Anne-Marie Dussaix ESSEC Business School BP 50105 Cergy 95021 Cergy-Pontoise Cedex e-mail : dussaix@essec.fr Résumé Il existe une littérature académique très abondante sur

Plus en détail

Les consommations de produits psychoactifs à la fin de l adolescence en Nord Pas de Calais Exploitation régionale de l enquête ESCAPAD 2000/2001

Les consommations de produits psychoactifs à la fin de l adolescence en Nord Pas de Calais Exploitation régionale de l enquête ESCAPAD 2000/2001 Les consommations de produits psychoactifs à la fin de l adolescence en Nord Pas de Calais Exploitation régionale de l enquête ESCAPAD 2000/2001 Pôle Enquêtes en Population Générale François BECK, Stéphane

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Sondage de l Institut CSA pour Empruntis Septembre 2015

Sondage de l Institut CSA pour Empruntis Septembre 2015 Les Français et le budget de la rentrée Sondage de l Institut CSA pour Empruntis Septembre 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1008 personnes âgées de 18 ans et plus

Plus en détail

Analyse de donne es Exercices

Analyse de donne es Exercices Analyse de donne es Exercices Table des matières Séquence 1 : Détermination des types d enquêtes, choix d échantillons... 3 Application n 1 : Construire un sondage par quotas... 3 Application n 2 : Construire

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

Aline Drapeau, Ph.D.

Aline Drapeau, Ph.D. (Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale) Aspects méthodologiques de l échantillonnage Aline Drapeau, Ph.D. Pourquoi échantillonner? Objectifs de l étude visent une population cible spécifique

Plus en détail

DECROCHAGES. De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique

DECROCHAGES. De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique DECROCHAGES De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique 1 Rappel de la méthodologie Huitième édition Échantillon! 1006 individus âgés de 15

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

Négociation immobilière et Comptabilité des agences

Négociation immobilière et Comptabilité des agences 1. L étude de marché 1.1. L enquête par sondage La connaissance des besoins et du marché L enquête par sondage est une étude quantitative, elle permet de mesurer des opinions ou des comportements. C est

Plus en détail

Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire Vague 2 Juin 2014

Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire Vague 2 Juin 2014 Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire - Vague 2 - JF/AM N 112299 - JUIN 2014 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Adeline Merceron Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre?

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? Manon Bourligueux et Oriane Duchier Le recensement réalisé en 2012 montre que sur les 1396 étudiants en troisième année des Universités Paris

Plus en détail

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie

Questionnaire (Perception) Guide pratique. Section Technopédagogie Questionnaire (Perception) Guide pratique Section Technopédagogie 01/08/2007 1. QU EST CE QUE QUESTIONNAIRE? Il s agit une application web de création et de publication de questionnaires en ligne, également

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2013. N 1674 : Transactions Paypal

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2013. N 1674 : Transactions Paypal Résultats d Etude N 1674 : Transactions Paypal L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 3 Synthèse... 5 PAGE 3 :... 6 Question 3/7... 6 Quel(s) type(s) de vente(s)

Plus en détail

Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique

Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique Pour la Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique Baromètre - Vague 5 - Janvier 2008 Sommaire Note méthodologique Les résultats de l étude Les Français, les

Plus en détail

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE Hervé Fenneteau L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE 3 e édition Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072234-1 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES. - Rapport d étude -

LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES. - Rapport d étude - LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES - Rapport d étude - LA METHODOLOGIE 2 LA METHODOLOGIE Cible : - Conducteurs principaux ou occasionnels d un véhicule à moteur (voiture, camion, deux-roues) parmi

Plus en détail

Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES

Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES PLAN DU CHAPITRE 11 11.1 LE QUESTIONNAIRE 11.1.1 Qu est-ce qu un questionnaire? 11.1.2 Etapes de la construction d un questionnaire 11.1.3 Règles de base pour l élaboration

Plus en détail

Les seniors et les réseaux sociaux. Rapport d étude. www.lh2.fr

Les seniors et les réseaux sociaux. Rapport d étude. www.lh2.fr Les seniors et les réseaux sociaux Anne-Laure GALLAY Directrice de clientèle Département Opinion Institutionnel 01 55 33 20 90 anne-laure.gallay@lh2.fr Rapport d étude Domitille HERMITE Chef de groupe

Plus en détail

Chapitre IV : Méthodologie

Chapitre IV : Méthodologie Chapitre IV : Méthodologie Dans l ensemble, nous jugeons notre méthodologie générale appropriée pour atteindre les objectifs de ce mémoire. L analyse conjointe des ouvrages et des réponses de notre questionnaire

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport Les Français et le courrier publicitaire Rapport Sommaire 1. Présentation de l'étude 2. Principaux enseignements 3. Résultats détaillés 4. Les habitudes en termes de courrier 5. Appréciation des différents

Plus en détail

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Les sites comparateurs sur Internet

Les sites comparateurs sur Internet Les sites comparateurs sur Internet Contact : OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Novembre 2014 01 78 94 90 00 http://www.opinion-way.com 1 Méthodologie Méthodologie Echantillon de 2032 personnes

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

Image des infirmiers et des infirmières

Image des infirmiers et des infirmières Image des infirmiers et des infirmières Sondage réalisé par pour Publié le 12 mai 2015 dans le Parisien-Aujourd hui en France Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table EPS ADAPTEE Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table Modalité de pratique : 1 CYCLE de 7 séances de 2h00. Les élèves inaptes sont intégrés au groupe classe ou groupe adapté Situation support caractéristique

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail