II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES"

Transcription

1 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de ,7 à ,5 MBIF en raison d une augmentation des ressources (+2,9 p.c.) moins importante que celle des dépenses (+6,5 p.c.). Rapporté au PIB, le déficit s est élevé à 3,1 contre 2,3 p.c. TABLEAU 22 OPERATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES DE L'ETAT (en MBIF) (p) A. RECETTES ET DONS , , , , ,5 1. RECETTES , , , , ,0 Recettes fiscales , , , , ,3 Recettes non fiscales , , , , ,7 2. DONS , , , , ,5 Dons courants , , , , ,0 Dons en capital , , , , ,5 B. DEPENSES , , , , ,0 a. Dépenses courantes , , , , ,3 Dépenses sur biens et services , , , , ,5 Salaires , , , , ,5 Achats de biens et autres services , , , , ,0 Subventions et autres transferts , , , , ,8 Paiements d'interêts , , , , ,3 Dépenses sur les fonds spéciaux , , , , ,7 SOLDE COURANT HORS DONS , , , , ,3 SOLDE COURANT DONS COMPRIS , , , , ,2 b. Dépenses en capital , , , , ,7 SOLDE GLOBAL HORS DONS (base droits constatés) , , , , ,0 SOLDE GLOBAL DONS COMPRIS (base droits const.) , , , , ,5 C. FINANCEMENT 7 765, , , , ,5 1. FINANCEMENT EXTERIEUR , , , , ,5 Tirages , , , , ,0 Moins les amortissements de la dette extérieure , , , , ,2 Variation des arriérés , , ,8 Allègement de la dette , , ,9 2. FINANCEMENT INTERIEUR NET , , , , ,0 a. Secteur bancaire 6 066, , , , ,9 B.R.B , , , , ,7 Banques commerciales 2 310, , , , ,7 CCP 62,0 615,8-197, ,4 269,9 b. Secteur non bancaire , ,7-467, , ,9 Etablissements financiers 309,5 677,9 409, ,9-138,4 Secteur non financier , ,8-876, , ,5 3. ERREURS ET OMISSIONS , , , , ,0

2 2 Pour financer le déficit, l Etat a principalement eu recours aux ressources intérieures (37.218,0 MBIF) et, dans des proportions moindres, aux financements extérieurs (19.419,5 MBIF). GRAPHIQUES 9 : SOLDE GLOBAL DES OPERATIONS DE L ETAT (y compris les dons et en p.c. du PIB)

3 3 A. RECETTES ET DONS Passant de ,2 à ,5 MBIF d une année à l autre, les recettes et dons ont enregistré une hausse de 2,9 p.c. Cette évolution résulte aussi bien de la progression des recettes (3,6 p.c.) que celle des dons (+1,6 p.c.). TABLEAU 23 RECETTES ET DONS (en MBIF) Prévisions Réalisations Ecart Ecart Prévisions Réalisations Ecart Ecart en % en % 1. RECETTES , , ,1 13, , , ,4-0,7 a. Recettes fiscales , , ,3 14, , , ,4 79,9 Impôts sur les revenus , , ,8 24, , , ,5 8,2 Sociétés , , ,3 20, , , ,1 9,6 Personnes physiques , ,8 894,1 8, , , ,8 40,9 Autres impôts sur les revenus 3 787, , ,4 91, ,8 964, ,4-81,8 Impôts sur le commerce intérieur , , ,6 9, , ,4-521,3-0,6 Taxes sur les transactions , , ,4 6, , , ,8 5,0 Taxes de consommation sur le tabac 1 408, ,0 10,4 0, , ,8-371,2-16,9 Taxes de consomm./bière et boiss , , ,6 15, , , ,0-8,8 gazeuses Autres impôts intérieurs 952, ,7 348,2 36,6 120, ,9-100,0 Impôts sur le commerce extérieur , , ,5 16, , , ,0-25,2 Taxes à l'importation , , ,9 19, , , ,6-24,3 Taxes à l'exportation - 121,7 121, ,7 185,7 - Autres impôts sur le commerce ext , , ,9 12, ,4 294,3-734,1-71,4 dont taxe de service , , ,4 16, Recettes affectées aux fonds spéciaux , , ,9 15, , , ,7 73,6 Autres recettes fiscales 1 112,8 23, ,5-97, , ,7 660,7 23,9 b. Recettes non fiscales , ,1 938,8 5, , , ,0 5,9 1. Dividendes , , ,0 12, , ,7-949,3-10,4 dont: bénéfices B.R.B , ,6 618,6 6, , , ,4 31,9 2. Autres recettes 5 629, ,0-493,2-8, , , ,3 22,1 2. DONS , , ,6 25, , , ,0-39,8 Dons courants , , ,0 83, , , ,5-33,8 Dons en capital , , ,4-38, , , ,5-49,6 TOTAL , , ,7 17, , , ,4-19,6 Source : Ministère des Finances (p) : Provisoire.

4 4 1. Recettes Les recettes, en augmentation de 6.370,8 MBIF par rapport aux réalisations de 2005 se sont chiffrées à ,0 MBIF. Elles ont représenté 18,6 p.c. du PIB et ont été en deçà de 1.301,4 MBIF des prévisions. GRAPHIQUE 10 : PRINCIPALES RECETTES (en Mds de BIF) Milliers Impôts/rev. Impôts/com. ext. Impôts/com. int. Recettes affectées aux fonds spéciaux 1.1. Recettes fiscales Les recettes fiscales ( ,3 MBIF) ont poursuivi leur mouvement ascendant à un rythme plus modéré qu une année auparavant (2,9 au lieu de 19,0 p.c.). Comparées aux prévisions ( ,7 MBIF), elles accusent un mali de 2.377,4 MBIF. L évolution des principales composantes a été contrastée. Les impôts sur les revenus (+2.603,6 MBIF) et les impôts sur le commerce intérieur sur biens et services ( ,2 MBIF) ont augmenté alors que les impôts sur le commerce extérieur (-7.189,2 MBIF) et les recettes affectées aux fonds spéciaux ( ,8 MBIF) se sont rétrécis. Excédant de 3.389,5 MBIF les prévisions, les impôts sur les revenus (44.560,6 contre ,2 MBIF) sont en progression de 6,2 p.c. Ces résultats sont liés à des rendements des impôts sur les revenus des sociétés (24.364,6 contre ,3 MBIF) et des personnes physiques (19.211,8 au lieu de ,8 MBIF) qui l ont emporté sur les contre-performances des autres impôts sur les revenus (964,4 contre 7.237,1 MBIF).

5 5 La performance des impôts sur le commerce intérieur (83.177,4 contre ,2 MBIF) est consécutive aux taxes sur les transactions (54.220,5 au lieu de ,9 MBIF) et sur la consommation des bières et boissons gazeuses (27.128,1 contre ,6 MBIF). En dépit de la baisse des prix décidée par les pouvoirs publics à fin 2005, ces taxes ont augmenté suite à une demande accrue des produits BRARUDI ( contre unités). Les impôts sur le commerce extérieur (25.852,3 MBIF contre ,5 MBIF) sont en nette régression de 21,8 p.c. suite à l effondrement des «autres impôts sur le commerce extérieur» (294,3 contre ,0 MBIF) en raison de la suppression de la taxe de service. En revanche, les taxes à l importation ont maintenu leur tendance haussière (25.372,3 au lieu de ,2 MBIF). Les recettes affectées aux fonds spéciaux ont chuté de 62,2 p.c., revenant de ,9 à 6.621,1 MBIF. Cette forte diminution est en rapport avec la suppression progressive de certains fonds tels que le fonds spécial carburant, fonds social et culturel et les fonds non encore affectés Recettes non fiscales Après une baisse de 3.803,5 MBIF en 2005, les recettes non fiscales ont progressé de 10,0 p.c, passant de ,1 à ,7 MBIF sous l effet de la hausse des autres recettes (11.187,0 contre 5.136,0 MBIF) partiellement contrebalancée par la réduction des dividendes (8.202,7 contre ,1 MBIF). 2. Dons Les dons ( ,5 contre ,0 MBIF) ont enregistré une progression de 1,6 p.c. liée à l augmentation des dons en capital (+37,1 p.c.) plus importante que la baisse des dons courants (-9,2 p.c.). Par ailleurs, ils ont atteint un peu plus de la moitié des prévisions ( ,9 MBIF).

6 6 B. DEPENSES Les dépenses totales ( ,3 contre ,9 MBIF) se sont inscrites en hausse de 6,5 p.c. et se sont établies à 76,4 p.c. des prévisions. Rapportées au PIB, elles ont représenté 32,3 contre 34,7 p.c. une année auparavant. DEPENSES (en MBIF) TABLEAU Prévisions Réalisations Ecart Ecart Prévisions Réalisations Ecart Ecart en % en % a. DEPENSES COURANTES , , ,0 31, , , ,2 11,8 Dépenses sur biens et services , , ,3 13, , , ,7-15,7 Salaires , , ,3-3, , , ,8-2,8 Achats de biens et autres servic , , ,6 40, , , ,9-27,2 Subventions et autres transferts , ,0-664,3-2, , , ,8-12,6 Paiements d'interêts , , ,0-14, , , ,0-26,4 Dette extérieure , , ,0-30, , , ,2-10,5 Dette intérieure , ,0 212,0 1, , , ,8-37,6 Dépenses sur fonds spéciaux , , ,0 34, , , ,3 66,5 b. DEPENSES EN CAPITAL , , ,5-36, , , ,0-38,7 Sur les ressources nationales 7 503, , ,0 159, , , ,5-52,7 Sur tirages projets de l'administr , , ,1-54, , , ,0-5,9 Sur dons en capital , , ,4-38, , , ,5-49,6 TOTAL , , ,5-8, , , ,2-23,5 pour mémoire: PIB au prix du marché , ,0 Source : Ministère des Finances Bien qu elles soient restées inférieures aux prévisions ( ,5 MBIF), les dépenses courantes ( ,3 contre ,0 MBIF) ont continué à croître mais à un rythme plus modéré qu en 2005 (2,7 contre 24,6 p.c.). A l exception des paiements d intérêts ( ,4 MBIF) et les dépenses sur les fonds spéciaux ( ,3 MBIF) qui ont baissé, les autres catégories de dépenses courantes se sont accrues.

7 7 L augmentation des dépenses sur les biens et services a concerné les salaires qui ont été majorés de 15 p.c., le recrutement de la Fonction Publique ainsi que les annales. GRAPHIQUE 11 : PRINCIPALES DEPENSES COURANTES (en Mds de BIF) Milliers Salaires Achats biens&serv. Pmts d'int. Transferts Les dépenses en capital (91.470,7 MBIF au lieu de ,9 MBIF) sont en hausse de ,8 MBIF en liaison principalement à l expansion des dépenses sur dons en capital (32.912,5 contre ,0 MBIF).

8 8 C. SOLDE GLOBAL ET FINANCEMENT Les résultats obtenus dans l exécution du budget ont été peu satisfaisants. En effet, le déficit global sur la base des liquidations qui s élevait à ,7 MBIF en 2005, a atteint ,5 MBIF soit une aggravation de 59,0 p.c. Pour combler ce gap, l Etat a eu recours aux apports intérieurs et extérieurs à hauteur de ,0 MBIF et de ,5 MBIF respectivement. TABLEAU 25 SO LDE GLO BAL ET FINANCEMENT (en MBIF) (p) A. SOLDE GLOBAL (BASE DROITS CONSTATES) , , , , ,5 B. FINANCEMENT 7 765, , , , ,5 1. FINANCEMENT EXTERIEUR , , , , ,5 Tirages , , , , ,0 Tirages sur prêts directs , , , , ,0 Tirages sur prêts rétrocédés Moins amortissement dette extérieure , , , , ,2 Variation des arriérés , , ,8 Allègement de la dette , , ,9 2. FINANCEMENT INTERIEUR NET , , , , ,0 a. Secteur bancaire 6 066, , , , ,9 B.R.B , , , , ,7 Banques commerciales 2 310, , , , ,7 C.C.P. 62,0 615,8-197, ,4 269,9 b. Secteur non bancaire , ,7-467, , ,9 Etablissements financiers 309,5 677,9 409, ,9-138,4 Secteur non financier , ,8-876, , ,5 Crédits à l'etat -450, , ,0 - Certificats du Trésor 5 533, , , , ,2 Opérations rattachées aux compte pour ordr 86,9 124,6 145,2 - - Autres 9 791, , , , ,3 3. ERREURS ET OMISSIONS , , , , ,0 Le signe (+) indique un endettement, le signe (-) un remboursement. Source : Ministère des Finances

9 9 Les ressources intérieures se sont beaucoup accrues, passant de 3.666,6 à ,0 MBIF suite aux apports du secteur bancaire qui ont presque triplé d une année à l autre (51.146,9 contre ,1 MBIF). Les ressources extérieures se sont également accrues (19.419,5 contre ,9 MBIF) suite à l importance des arriérés dont la variation a été de ,8 contre ,0 MBIF, une année auparavant. GRAPHIQUE 12 : PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DU SOLDE GLOBAL (en Mds de BIF) Milliers Fin. Extérieur Fin. intérieur

10 10 II.4.2. DETTE PUBLIQUE 1. Evolution générale Par rapport à l exercice précédent, le stock global de la dette publique ( ,1 contre ,1 MBIF) s est alourdi de 8,2 p.c. Cette évolution est principalement liée à l expansion de la dette publique extérieure (6,5 p.c.) qui représente une part prépondérante dans le total de la dette (85,2 p.c.). TABLEAU 26 STRUCTURE DE LA DETTE PUBLIQUE (A fin d'année, en MBIF) (p) DETTE INTERIEURE , , , , ,2 1. Certificats du Trésor , , , , ,7 2. Avances de la B.R.B , , , , ,3 3. Autres , , , , ,2 DETTE EXTERIEURE , , , , ,9 1. Dette directe , , , , ,0 2. Dette indirecte , , , , ,9 TOTAL , , , , ,1 (A fin d'année, en p.c.) DETTE INTERIEURE 7,6 8,0 12,1 13,4 14,8 1. Certificats du Trésor 2,5 2,1 2,0 1,8 0,9 2. Avances de la B.R.B. 4,3 5,4 7,3 10,5 13,4 3. Autres 0,8 0,4 2,8 1,2 0,5 DETTE EXTERIEURE 92,4 92,0 87,9 86,6 85,2 1. Dette directe 76,7 76,7 74,1 75,3 73,9 2. Dette indirecte 15,6 15,3 13,8 11,3 11,3 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Source : Ministère des finances. (p) : Provisoire

11 11 2. Dette intérieure En progression de 19,4 p.c., l encours de la dette publique intérieure s est élevé à ,2 contre ,9 MBIF une année auparavant. Cet alourdissement est principalement imputable à l accroissement des engagements de l Etat envers le secteur bancaire ( ,0 contre ,4 MBIF, soit 27,3 p.c.). TABLEAU 27 DETTE PUBLIQUE INTERIEURE PAR CREANCIERS (A fin d'année, en MBIF) (p) A. SECTEUR BANCAIRE , , , , ,0 1. Banque centrale , , , , ,8 - Avances ordinaires 4 942, , , , ,9 - Avances spéciales 3 350, , , , ,7 - Avances au B.E.I , , , , ,0 - Avances consolidées 7 021, , , , ,5 - Certificats du Trésor , , , ,5 0,5 - Autres créances , , , , ,2 2. Banques commerciales 6 241, , , , ,1 - Certificats du Trésor , , ,1 - Bons du Trésor 6 241, , , ,8-3. C.C.P , , , , ,1 B. SECTEUR NON BANCAIRE , , , , ,2 1. ETABLISSEMENTS FINANCIERS 520, , ,5 456,6 318,2 - Certificats du Trésor 520, , ,9 0,0 0,0 - Autres créances - 186,6 456,6 456,6 318,2 2. SECTEUR NON FINANCIER , , , , ,0 - Certificats du Trésor , , , , ,9 - Autres créances 2 903, , , , ,1 T O T A L , , , , ,2 Source : Ministère des Finances. Au niveau du secteur bancaire, l Etat s est endetté envers la Banque centrale à travers les avances ordinaires ( ,4 MBIF), les avances B.E.I. (+7.640,0 MBIF) ainsi que les avances consolidées ( ,5 MBIF). En revanche, les engagements sous forme de certificats du Trésor ainsi que les autres créances ont respectivement baissé de 3.976,0 MBIF et de 1.066,7 MBIF.

12 12 L Etat s est désendetté vis-à-vis des banques commerciales, en procédant à l apurement total des bons du Trésor (0 contre 2.446,8 MBIF) et partiel des certificats du Trésor (-4.282,3 MBIF). GRAPHIQUE 13 : DETTE PUBLIQUE INTERIEURE PAR CREANCIER (Fin d année, en Mds de BIF) Milliers B.R.B. Bques comm. C.C.P. ETAB. FIN. SECTEUR NON FINANCIER Les créances du secteur non financier sur l Etat (11.752,0 contre ,9 MBIF) ainsi que celles des autres institutions financières (318,2 contre 456,6 MBIF) sont en baisse. Par ailleurs, l Etat qui s était engagé à apurer les arriérés de la dette intérieure après vérification et recensement des créances dues, a continué son programme d apurement d arriérés. En effet, les arriérés qui se chiffraient à 9,7 Mds de BIF à fin mars 2006 se sont établis à 3,32 Mds de BIF à fin décembre 2006.

13 13 Selon le type d emprunt, la dette de l Etat a été une fois de plus dominée par les avances de la B.R.B. qui totalisent 90,5 p.c. de la dette intérieure globale. TABLEAU 28 DETTE PUBLIQUE INTERIEURE PAR TYPE D'EMPRUNT (A fin d'année, en MBIF) (p) 1. AVANCES DE LA B.R.B , , , , ,3 - Avances ordinaires 4 942, , , , ,9 - Avances spéciales 3 350, , , , ,7 - Avances au B.E.I , , , , ,0 - Avances consolidées 7 021, , , , ,5 - Autres créances , , , , ,2 2. CERTIFICATS DU TRESOR , , , , ,5 3. BONS DU TRESOR* 6 241, , , ,8 - - Banques Commerciales 6 241, , , ,8-4. AUTRES 4 401, , , , ,4 T O T A L , , , , ,2 * : Bons sur financement café. Source : Ministère des Finances. GRAPHIQUE 14 : DETTE PUBLIQUE INTERIEURE PAR TYPE D EMPRUNT (A fin d année, en Mds de BIF) Milliers Cert. trés. Avan. BRB Autres

14 14 3. Dette extérieure A la fin de l exercice 2006, l encours de la dette extérieure ( ,9 contre ,2 MBIF) s est accru de 6,5 p.c. Cette progression s explique par la hausse des plus-values de réévaluation ( ,4 MBIF) partiellement contrebalancée par l augmentation des amortissements ( ,2 MBIF). I. DETTE DIRECTE TABLEAU 29 DETTE EXTERIEURE (en MBIF) (p) a. Encours début période , , , , ,8 b. Tirages , , , , ,0 c. Réévaluation , , , , ,7 d. Amortissements , , , , ,5 e. Encours fin période , , , , ,0 II. DETTE INDIRECTE a. Encours début période , , , , ,4 b. Tirages c. Réévaluation , , , , ,1 d. Amortissements , , , , ,7 e. Encours fin période , , , , ,9 III. DETTE TOTALE (I et II) a. Encours début période , , , , ,2 b. Tirages , , , , ,0 c. Réévaluation , , , , ,8 d. Amortissements , , , , ,2 e. Encours fin période , , , , ,9 Source : M inistère des Finances. N.B. Les données sur la dette garantie ne sont pas prises en compte à partir de l'année 2006.

15 15 Les tirages ont porté sur les crédits directs (38.011,0 MBIF) alloués aux équipements publics (17.808,9 MBIF), à l agriculture et l élevage (3.423,3 MBIF), à la santé (10.752,3 MBIF) et aux divers projets (6.026,5 MBIF). GRAPHIQUE 15 : DETTE PUBLIQUE EXTERIEURE PAR SECTEURS ECONOMIQUES (Encours en fin d année, en milliers de BIF) Milliers Equip. publ. Sect. prod. Sect.social Divers

16 16 Les amortissements ont, principalement, concerné la dette directe, à hauteur de ,5 MBIF, soit 92,7 p.c. TABLEAU 30 OPERATIONS DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERIEURE PAR S ECTEURS (Encours en fin d'année, en MBIF) Encours Tirages Réévalua- Amortis- Intérêts Encours fin 2005 tion sement fin 2006 (p) I. DETTE DIRECTE , , , , , ,0 A. Equipements publics , , , , , ,4 1. Transport , , , , , ,7 a) Routes , , , , , ,4 b) Aéroport et port 8 352, ,0 13,9 1, ,3 2. Infrastructures urbaines , , , ,1 990, ,5 3. Divers 481,0 35,7 9,5 6,6 507,2 B. Secteurs productifs , , , , , ,7 1. Agriculture et Elevage , , , , , ,2 2. Sylviculture , ,3 408,2 531, ,1 3. Industrie 246,7-35,3 67,8 13,6 214,2 4. Mines et Energie 5 911,3-598,2 421,3 27, ,2 C. Secteur social , , , ,1 931, ,4 1. Education , , ,0 428, ,5 2. Santé , , , ,1 502, ,9 D. Divers , , , , , ,5 1. Balance des paiements , , ,0 887, ,3 2. Assistance technique 7 999,0-437,0 316,0 54, ,0 3. Gestion des entreprises publiques 7 356,4-543,0 83,1 56, ,3 4. Etudes des projets , ,0 218,2 179, ,6 5. Autres , , , , , ,3 II. DETTE RETROCEDEE , , ,7 897, ,8 A. Equipements publics , ,6 287,5 77, ,2 1. Télécommunications , ,6 287,5 77, ,9 2. Infrastructures urbaines 160,3-23, ,3 B. Secteurs productifs , , ,2 819, ,6 1. Agriculture et élevage , ,2 598,6 94, ,1 2. Agro-Industrie ,4-986,4 172,8 316, ,0 3. Energie , , ,9 409, ,5 TOTAL , , , , , ,8 Source : Ministère des Finances.

17 17 4. Service de la dette Le service total de la dette publique a augmenté de 14,4 p.c., passant de ,6 à ,2 MBIF d une année à l autre. Cette évolution a résulté de l expansion du service de la dette extérieure ( ,1 MBIF) sous l effet des remboursements et des fluctuations des cours de la monnaie nationale, le service de la dette intérieure ayant baissé de 4.094,5 MBIF. TABLEAU 31 SERVICE DE LA DETTE PUBLIQUE (en MBIF) (p) A. Service de la dette publique supporté par le budget (en MBIF) , , , , ,0. Dette intérieure , , , , ,8 Principal 1 076, , , , ,8 Intérêts , , , , ,0. Dette extérieure , , , , ,2 Principal , , , , ,5 Intérêts 5 109, , , , ,7 Service de la dette publique supporté par le Trésor par rapport aux dépenses du budget (en p.c.) 17,5 21,0 24,7 20,5 25,3. Dette intérieure 7,2 7,5 9,5 10,7 10,8. Dette extérieure 10,3 13,5 15,2 9,8 14,5 Service de la dette publique supporté par le Trésor par rapport aux recettes du budget (en p.c.) 18,1 24,4 33,5 27,0 28,1. Dette intérieure 7,4 8,7 12,9 14,2 12,0. Dette extérieure 10,7 15,7 20,6 12,8 16,1 B. Service total de la dette publique (1) , , , , ,2 (en MBIF). Dette intérieure , , , , ,8. Dette extérieure , , , , ,4 Service total de la dette extérieure par rapport aux recettes d'exportation de biens et services non facteurs (en p.c.) 62,5 66,1 73,3 47,0 45,2 Recettes d'exportation de biens et services non facteurs , , , , ,9 (1) : Paiements supportés par le Trésor et par les sociétés à participation publique concernées. Source : Ministère des Finances.

18 18 Le service de la dette publique supporté par le Trésor a atteint ,0 MBIF contre ,1 MBIF l exercice précédent, soit un accroissement de 9,3 p.c. Il a représenté respectivement 25,3 contre 20,5 p.c. des dépenses du budget, et 28,1 contre 27,0 p.c. des recettes. Le ratio du service de la dette publique extérieure par rapport aux recettes d exportation de biens et de services non facteurs, s est établi à 45,2 contre 47,0 p.c. de l exercice précédent, traduisant ainsi un allègement du fardeau de la dette extérieure sur l économie nationale. * * * Compte tenu de l aggravation du déficit budgétaire, l Etat devrait prendre des mesures visant, une fois de plus, une meilleure canalisation de recettes et une maîtrise des dépenses. Dans cette perspective, les pouvoirs publics devraient procéder à un meilleur recouvrement des recettes et à un renforcement de la bonne gouvernance et favoriser les investissements productifs. En matière de dette publique, en plus de la poursuite de son programme d apurement d arriérés intérieurs, l Etat devrait mettre en œuvre les réformes nécessaires pour atteindre le point d achèvement prévu dans le cadre de l initiative PPTE. * * *

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

II.5. MONNAIE ET CREDIT

II.5. MONNAIE ET CREDIT II.5. MONNAIE ET CREDIT La politique monétaire rigoureuse qui prévaut depuis 2004 dans le cadre du programme économique et financier 2004-2007 s est poursuivie en 2005 avec le même objectif de ralentir

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Res. HJ13 A29b 1975. 7:7 ez4-1. " Gouvernement du Canada Etat des transactions financières, 1974-75. le lundi 23 juin 1975. 1* Finances Finance

Res. HJ13 A29b 1975. 7:7 ez4-1.  Gouvernement du Canada Etat des transactions financières, 1974-75. le lundi 23 juin 1975. 1* Finances Finance Res. HJ13 A29b 1975 J 7:7 ez4-1. " Gouvernement du Canada Etat des transactions financières, 1974-75 le lundi 23 juin 1975 1* Finances Finance I 13D Gouvernement du Canada Etat des transactions financières

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 AU 31/03/2015 AU 31/03/2014 VAR % AU 31/12/2014 Provisoire 1- Produits d'exploitation

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par :

Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par : Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par : Une consolidation des ressources impulsée aussi bien par le renforcement des fonds propres que par la mobilisation poursivie

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES 1 INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES Version en vigueur au 1 er janvier 2014. 2 LISTE DES ANNEXES ANNEXE N 1 : Liste des chapitres budgétaires des budgets votés par nature... 3 ANNEXE

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission LE COMMERCE DE DÉTAIL EN POLYNÉSIE FRANÇAISE Agence de Papeete Novembre 24 La présente note vise à : présenter les principales caractéristiques des entreprises du commerce de détail en Polynésie française

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier MÉMENTO FINANCIER CANTON DE NEUCHÂTEL 213 Réalisation Service de statistique Impression (1'75 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier Renseignements complémentaires Service de statistique Rue du Château 19

Plus en détail

Formation Responsable administratif et financier

Formation Responsable administratif et financier Formation Responsable administratif et financier Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire Etats financiers de la période intermédiaire Comptes semestriels non audités au 30 juin 2014 ETATS FINANCIERS DE LA PERIODE INTERMEDIAIRE AU 30 JUIN 2014 TABLE DES MATIERES Page Bilan actif... 2 Bilan

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour l exercice terminé Impression Autorisée par l Assemblée législative Fredericton, (N.-B.) Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour

Plus en détail

Bilan actif. Document fin d'exercice

Bilan actif. Document fin d'exercice Bilan actif Sage 100 Comptabilité i7 pour SQL Server 7.72 Date de tirage 21/10/14 à 19:15:40 Page : 1 Valeurs brutes Amortis. et provisions Immobilisations corporelles 4 267,36 Eu 3 046,29 Eu 1 221,07

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Avril 2015 Le montant des émissions a atteint, en 2014 un total

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008 GROUPE COMPTES CONSOLIDES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2008 Page 1 - SOMMAIRE - Bilan consolidé 2 Résultat consolidé 4 Page 2 Bilan Consolidé - Actif Rubriques Montant Brut Dépréciation 30/06/2008 30/06/2007

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux 2012

Etats Comptables et Fiscaux 2012 Etats Comptables et Fiscaux 2012 Assemblée Générale 2013 BILAN 2012 Bilan Actif RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) 31/12/2012 Net (N-1) 31/12/2011 CAPITAL SOUSCRIT NON APPELE IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Rapport annuel du rendement du portefeuille 2014 PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Table des matières Principales conclusions... 1 Aperçu... 7 Profil de conformité du portefeuille...

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 BUDGET PRINCIPAL L exercice 2014 dégage un résultat de - 3 088 442,07 composé de l ensemble des opérations réelles et d ordre +2 091 721,03 en fonctionnement -5 180 163,10 en investissement Ces résultats se cumulent à

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail