RAPPORT DE GESTION >2O13 DU RÉSEAU DES ŒUVRES UNIVERSITAIRES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE GESTION >2O13 DU RÉSEAU DES ŒUVRES UNIVERSITAIRES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE"

Transcription

1 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DU RÉSEAU DES ŒUVRES UNIVERSITAIRES RAPPORT DE GESTION 2O13

2

3 SOMMAIRE LE MOT DU DIRECTEUR 4 LES FAITS MARQUANTS 6 LES AIDES DIRECTES 9 LES BOURSES...10 LES AUTRES DISPOSITIFS D AIDE SOCIALE...14 LES RESSOURCES HUMAINES 21 LES FAITS MARQUANTS POUR LE RÉSEAU...22 L ANNÉE 2013 POUR LES PERSONNELS...25 LA FORMATION...27 LA VIE ÉTUDIANTE 29 LE LOGEMENT ÉTUDIANT...30 LA RESTAURATION...36 LA CULTURE...45 AUTRES INITIATIVES AUTOUR DE LA VIE ÉTUDIANTE...48 L ACTIVITÉ INTERNATIONALE DU RÉSEAU...50 LES SYSTÈMES D INFORMATION 53 LE SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL (SID)...54 ORION NG...55 L AMÉLIORATION DES INFRASTRUCTURES TECHNIQUES...55 ADRESSES DU RÉSEAU 57

4 LE MOT DU DIRECTEUR L examen du compte financier du Cnous, présenté par l agent comptable, est l occasion pour moi en tant qu ordonnateur de faire le bilan des objectifs et des actions menées tout au long de l année 2013 dans ce rapport de gestion. Nous aborderons en outre les activités du réseau et pas seulement du Cnous. Le contexte : des avancées notables pour les étudiants ; des contraintes pour le réseau. Du point de vue des aides aux étudiants, il faut se féliciter des mesures prises visant à améliorer leurs conditions matérielles : création d un échelon 0 bis et d un échelon 7. Plus de 1,8 milliard d euros ont été accordés à plus de boursiers. Le FNAU a bénéficié d une mesure nouvelle de 1,7 million d euros pour les étudiants en situation d indépendance avérée. Du point de vue financier, il n est pas inutile de rappeler les contraintes fortes sur les subventions à répartir pour le budget Seule la section d investissement a bénéficié d une augmentation des moyens à hauteur de 10 M. Le réseau a assumé ces contraintes, faisant preuve de responsabilité et de rigueur dans sa gestion. Les activités : le Cnous moteur des actions de modernisation et d innovation du réseau. L année 2013 marque une avancée forte en matière de pilotage du réseau des œuvres universitaires par le Cnous. Le caractère indispensable des politiques mises en place par le Cnous est à présent acquis et accepté par les acteurs. Crous de Toulouse - HF/CG Ainsi la nouvelle approche économique et les critères de répartition des moyens, pour plus de transparence et d équité, ont fait l objet d un consensus de tous les Crous. Désormais, le réseau voit de manière claire quels sont les leviers d action qui lui permettent de faire face au contexte de contrainte économique : réorganisation des services, mutualisation des fonctions supports, mutualisation des achats aussi bien alimentaires que d énergie, innovations. Le réseau recueillera très rapidement les fruits de toutes ces actions, dès 2014, et davantage encore en Mais il va de soi que les métiers des personnels doivent évoluer, quel que soit leur statut. Plus de responsabilités pour les personnels d encadrement, mais aussi pour les personnels ouvriers. Nous avons, en 2013, terminé le projet de revalorisation des carrières des personnels ouvriers : parcours de carrière 4

5 visibles, création d une échelle 8, révision de toutes les fiches métiers et création des fiches métiers de responsable d unité de gestion. Nous attendons à présent le feu vert de nos tutelles pour la mise en œuvre. La seconde étape va concerner les personnels d encadrement dont les responsabilités vont s étendre et pour lesquels il faudra reconnaître l engagement et l implication dans leurs missions. J ai insisté sur ces deux points car ils constituent les conditions incontournables de la réussite. Le rapport qui vous est présenté expose longuement la richesse des activités du Cnous et du réseau et son travail d innovation (dématérialisation, achats mutualisés etc ). Il faut en remercier toute l équipe de direction du Cnous, l ensemble de ses services et de ses personnels et évidemment les Crous, acteurs opérationnels de terrain. Les Résultats 2013 : encore des progrès à accomplir. Autant les services dédiés aux aides directes ont encore amélioré leur performance en termes de délais de traitement et de paiement des bourses, autant nous ne pouvons pas nous satisfaire du nombre de logements construits et réhabilités. Malgré les efforts continus déployés par les Crous, les lourdeurs administratives, l insuffisance du foncier, l obligation de passer par des bailleurs sociaux, et parfois les oppositions de certaines collectivités, sont autant de freins à l action. Le Cnous pourrait jouer un rôle central pour faciliter la création de logements si on lui en donnait les moyens juridiques. Les résultats financiers globaux du réseau s améliorent, des Crous en difficulté depuis plusieurs années sont parvenus à redresser leurs comptes (Antilles-Guyane notamment) mais il reste quelques inquiétudes pour certains Crous que nous suivons de près. Dans le cadre de la nouvelle approche économique de nos activités, un dialogue de gestion Cnous/Crous a permis de tracer les trajectoires de redressement. L activité «hébergement» progresse et les résultats sont satisfaisants. Cependant l activité «restauration», pour des raisons objectives (jours de fonctionnement en diminution, intempéries), présente toujours des faiblesses. Pour autant, il convient de noter que les coûts ont été contenus. Les marchés nationaux que nous sommes en train de passer laissent présager une baisse forte des dépenses alimentaires en 2014, avec un impact en année pleine en 2015, au fur et à mesure de l arrivée à échéance des marchés précédents. Patrick Noto En conclusion je voudrais dire qu il n y a pas d autre voie que la modernisation, la mutualisation, l innovation et la réorganisation territoriale de nos structures pour améliorer nos performances, afin d apporter les meilleurs services aux étudiants. Le mouvement est lancé, il est impératif de poursuivre. François Bonaccorsi, Directeur 5

6 LES FAITS MARQUANTS Les critères de répartition Initiée depuis plus de deux ans et inscrite dans le «projet de réseau 2020», la nouvelle approche économique du réseau, qui repose sur une analyse en coûts complets, a abouti fin 2013, après la finalisation des quatre étapes suivantes: Détermination du besoin de financement du réseau au titre du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) de l exercice 2012 : mars 2013 Définition de nouveaux indicateurs de gestion en coûts complets : avril 2013 Élaboration de nouveaux critères de répartition de la subvention globale de fonctionnement : octobre 2013 Définition d une trajectoire pluriannuelle basée sur des objectifs de performance : décembre er trimestre 2014 Au cours de l année 2013, le réseau a travaillé sur de nouveaux critères de répartition de la subvention de fonctionnement et sur une approche économique réactive en coûts complets, distinguant les activités marchandes (hébergement et restauration) des activités non marchandes. Basée sur une analyse exigeante, non seulement des réalités économiques et des contextes territoriaux spécifiques, mais aussi de la performance économique des établissements à travers la définition d indicateurs de gestion, elle accompagne la politique de rationalisation des coûts, de sécurisation et d harmonisation des procédures, la mutualisation des pratiques innovantes et le renforcement du contrôle de gestion. Philippe Piron La démarche en coûts complets permet de répondre, de façon plus efficiente que la LOLF, aux objectifs fixés par la loi organique du 01/08/2001, à savoir améliorer la transparence de la gestion des finances publiques, passer d une culture de moyens à une culture de résultats et accroître l efficacité de la gestion publique en rendant compte de l usage des deniers publics. Elle permet aussi de répondre aux attentes et aux demandes des tutelles ou des corps d inspection et de contrôle dans l identification et l utilisation des fonds versés par l État au réseau. Le dialogue de gestion conduit par le Cnous avec chacun des 28 Crous sur la période allant de décembre 2013 à février 2014 a permis d analyser la situation des différents secteurs d activité des Crous et d échanger sur les objectifs de performance pouvant leur être assignés et sur les actions permettant de les 6

7 atteindre. De ce dialogue de gestion résulte la définition d une trajectoire pluriannuelle , fixant les objectifs cibles structurants. Les Crous Mini R et Crous Mini M Depuis deux années, le Cnous s est attelé à une réflexion sur la modulation de l offre pour la restauration rapide. Le but est de proposer une offre pour les étudiants qui ont une pause méridienne réduite. Un concept de restauration rapide a pris forme, le Crous Mini R (comme Mini Resto U) qui permet de profiter pleinement de la pause-déjeuner avec moins de contrainte de temps. Il existe trois typologies de Crous Mini R (Global, Fringale, Vital). À chacune d elles correspondent une ambiance et une offre spécifiques : Crous Mini R Global pour une alimentation chaude et froide, Vital pour les salades, les soupes et les jus, Fringale pour les plats à base de pâtes, vendus en box. Le premier Crous Mini R (Global) a été ouvert à Orléans, en septembre 2013, dans le bâtiment d enseignement général, Collégium Sciences et Techniques. Au regard des premiers chiffres de fréquentation, près de 3800 équivalent repas supplémentaires ont été enregistrés en octobre 2013 par rapport à octobre Cette offre diversifiée de restauration rapide comprend également une épicerie de proximité : le Mini M. Le Crous Mini M est ouvert depuis septembre 2013 à Toulouse, Cité universitaire de Rangueil. «Mini» pour petit par sa surface, «M» pour Market, cette épicerie de proximité répond à un besoin dans une zone éloignée du centre-ville et de tout espace marchand. Sur le campus scientifique, au pied d une résidence, le Crous Mini M attire l œil avec ses couleurs qui claquent : l orange et le vert des murs font écho au jaune du logo. À l intérieur, l étudiant fait ses courses de nécessité : pain, conserves, plats cuisinés, articles d hygiène. Il y trouve aussi tout un choix de légumes et fruits frais, à prix coûtant. D autres Crous Mini R verront le jour au cours de l année Le Crous de Strasbourg a ainsi ouvert un Mini R en mars Philippe Piron Le logement modulaire L accord-cadre pour la réalisation de logements par procédés industrialisés, dits «modulaires» a porté ses premiers fruits et deux livraisons ont déjà été réalisées. À la rentrée 2013, la nouvelle résidence de Bondy (Crous de Créteil) 7

8 a ouvert ses portes. Cent logements de qualité ont été livrés dans un délai réduit à l issue d un chantier exemplaire. Ainsi 12 mois ont couru de la notification du marché à la livraison des logements, la construction étant réalisée en 8 mois. Le 20 août 2013, la résidence a reçu la visite des représentants du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche, du Rectorat de l académie de Créteil et du Crous de Créteil. Simultanément était inaugurée la résidence At Ome à Toulouse en présence des représentants du Rectorat de l académie de Toulouse, du Crous de Toulouse et du Cnous. Cent autres logements à l architecture résolument contemporaine portent aujourd hui les couleurs du Crous. Les cinq groupements retenus par l accord-cadre ont concouru pour des résidences à livrer à la rentrée Les meilleurs projets ont été retenus sur les sites d Illkirch à Strasbourg (200 logements), de Valrose à Nice (200 logements), d Oniris à Nantes (280 logements), d Heinleix à Saint-Nazaire (78 logements), de l Agroparc d Avignon (170 logements), de Lens (100 logements), d Arras (150 logements), de La Colombière à Montpellier (180 logements) et de Cuques à Aix-en-Provence (350 logements). L ensemble de ces réalisations reprend les objectifs de l accordcadre : La préfabrication des chambres en atelier : elle apporte un gage de qualité grâce à la main d œuvre qualifiée employée et aux procédures de contrôle. Elle limite les nuisances des chantiers et permet une construction propre et rapide. Elle offre la même variété et la même durabilité des principes constructifs que les constructions traditionnelles (béton, bois, ) Crous de Toulouse - HF/CG L adaptation au site : chaque projet est unique, respectueux des prescriptions urbanistiques du site. Les façades sont variées, laissant toute liberté aux architectes pour s exprimer. Les engagements des résidences : un fonctionnement en écorésidence dans le respect de la réglementation thermique et limitant les charges pour les étudiants, un entretien des bâtiments sur toute la durée de leur vie, une offre de logements sociaux incluant confort et services. 8

9 LES AIDES DIRECTES Philippe Piron

10 LES BOURSES Les bourses sur critères sociaux À la rentrée universitaire 2013, deux nouveaux échelons de bourse ont été créés au bénéfice des étudiants les plus en difficulté. L échelon 0 bis permet à des étudiants ne percevant aucune aide jusque-là, de bénéficier désormais d une bourse de euros. L échelon 7 assure aux étudiants issus des familles les plus modestes une augmentation de 15 % de leur bourse (de euros à euros). En , si le nombre de demandes de bourse/logement via le dossier social étudiant (DSE) a stagné à la rentrée 2013 ( demandes saisies pour en septembre 2012) l augmentation du nombre des boursiers, constatée ces dernières années, s est poursuivie. Les évolutions comparatives, observées à fin février sont les suivantes : Nombre d étudiants boursiers sur critères sociaux soit (+7,8 %) soit (+5,2 %) soit (+4,4 %) soit (+1,72 %) soit (+2,09 %) Philippe Piron Évolution du nombre d étudiants boursiers sur critères sociaux : Il convient de noter qu en six ans, la progression est de + 23 % (soit boursiers). La création de nouveaux échelons modifie sensiblement les points de comparaison avec les années antérieures. Globalement l échelon bis continue de progresser le plus nettement (+ 9,4 % 10

11 soit boursiers); ce sont boursiers qui intègrent directement l échelon 0 bis et qui sont ainsi les bénéficiaires de la bourse de euros nouvellement créée. De même pour l échelon 7, ce sont boursiers qui bénéficient, dès sa première année de création, d une bourse fortement revalorisée. À l exception de l échelon 2 qui progresse très légèrement (+ 0,86 %), on note un tassement de l ensemble des autres échelons (1, 3, 4 et 5) qui se situe entre - 0,1 % et 1,4 %. La baisse est, bien entendu, plus marquée pour l échelon 0 proprement dit (-30 %) et l échelon 6 (-29 %) qui sont logiquement affectés par l impact de la création des deux nouveaux échelons. Si l objectif de mise en paiement de boursiers à fin septembre avait été atteint dès la rentrée 2011 ( ) et sensiblement conforté à la rentrée 2012 ( étudiants, soit ), septembre 2013 marque une nouvelle avancée significative dans le rythme des paiements, puisque paiements étaient comptabilisés au 30 septembre 2013 ( bourses versées). Ainsi, dès septembre, environ 70 % des boursiers disposent désormais du premier terme de leur bourse. Pendant l année 2013, les campagnes d information conduites en direction des étudiants pour les aides directes ont été menées avec des outils classiques (affiches, flyers, guide Dossier social étudiant...) mais une large place a été faite à la communication on-line avec des relances par mailing sur les boursiers des années précédentes. Les sites internet des Crous étaient agrémentés de bannières et les informations étaient reprises sur les comptes Twitter et FaceBook. Felipe Ribon Généralisation de la dématérialisation du DSE La dématérialisation du DSE porte sur plusieurs volets : En direction des étudiants d une part, avec l envoi systématique du dossier et des réponses par courrier électronique, et, au niveau des services de gestion/instruction d autre part, le personnel travaille désormais «sans papier», l ensemble des pièces du dossier étant numérisé et accessible dans l application de gestion. Après une phase expérimentale réussie dans trois Crous pilotes en , cette dématérialisation est généralisée dans toutes les académies pour la campagne DSE Cette mise en œuvre représente une évolution majeure dans la gestion du dispositif des bourses qui vise à simplifier et optimiser le traitement des dossiers ainsi qu à faciliter la relation avec l étudiant en réduisant les temps de réponse de façon significative. 11

12 Les aides au mérite L aide au mérite contingentée s adresse aux étudiants bacheliers mention TB (pour les 3 ans de licence) et aux lauréats de licence inscrits en M1 (pour les 2 ans de master). Cette aide mise en place progressivement depuis 2008 a achevé sa montée en charge en 2010/2011 par rapport aux bacheliers inscrits en 3 ème année de licence au titre de cette même année. Le nombre de ces aides, qui a progressé régulièrement ces dernières années, s accroit plus nettement en Nombre d aides au mérite en février Les bourses du ministère de la Culture et de la Communication La prise en charge par les services de la vie étudiante des Crous, depuis la rentrée 2009, de l instruction des demandes de bourse sur critères sociaux du ministère de la Culture et de la Communication, via le dossier social étudiant (DSE), a été effective à la rentrée 2010 pour l ensemble des établissements relevant de ce ministère. Pour les quatre années concernées, la progression des effectifs de boursiers est constante (données à fin février): Nombre de boursiers soit (+5,6 %) soit (+4,2 %) soit (+2,7 %) En 2010/2011, à l instar de ce qui existe au titre du MESR pour les bacheliers mention TB, une aide au mérite a été mise en place. Le nombre de bénéficiaires est également en hausse : 148 aides fin février 2012 ; 275 aides fin février 2013 ; 369 aides fin février 2014 (+ 94 aides, soit + 34 %). Le ministère de la Culture et de la Communication s est aligné sur la nouvelle réglementation du MESR en créant les échelons 0 bis (1 073 boursiers) et 7 (373 boursiers) selon des dispositions financières identiques pour les boursiers bénéficiaires. Studio Kalice Les bourses de Service Public du ministère de l Éducation nationale Le ministère de l Éducation nationale a mis en place en 2013 un dispositif visant à accompagner les Emplois d Avenir Professeur 12

13 Évolution du nombre d étudiants boursiers par académie de à Échelon 0 Échelons 0 bis à 4 Échelons 5 à / / / / / / / / / Pourcentage de dossiers mis en paiement au 1 er trimestre 2013/2014 Au 31 décembre 2013 Au 15 octobre 2013 Au 30 septembre % 100 % 80 % 60 % 40 % 20 % 0 % 13

14 (EAP) et à garantir l attractivité du recrutement des enseignants. Outre la rémunération, liée au contrat de travail dont les bénéficiaires sont signataires, ces étudiants, obligatoirement Boursiers sur Critères Sociaux, perçoivent une Bourse de Service Public (BSP) d un montant annuel de euros, dont le versement est assuré par le réseau.début 2013, un premier contingent de EAP a été fixé, complété en par un deuxième contingent de EAP, soit un potentiel de BSP-EAP disponibles. L évolution du nombre de bénéficiaires se présente ainsi : * Nombre de bénéficiaires * Situation au 17 février 2014 Les «Aides préparation aux Concours Enseignants» (ACE) du ministère de l Éducation nationale Le ministère de l Éducation nationale a mis en place en 2009 un dispositif d aides financières en direction des étudiants préparant les concours enseignants et a chargé le réseau des œuvres d en assurer le traitement et le paiement. Cette aide contingentée a subi les difficultés de mise en place de la mastérisation ce qui explique les évolutions irrégulières du nombre de bénéficiaires : : étudiants : étudiants : étudiants Felipe Ribon : étudiants L année , a marqué la fin de ce dispositif d accompagnement dont la reconduction tardive par le ministère de l Éducation nationale (circulaire n du ) prévoyait un contingent de bénéficiaires potentiels pour cette dernière année de prise en charge. L allocation «Parcours de Réussite Professionnelle» (PARP) du ministère de l Intérieur Cette allocation (2 400 ), dont la gestion a été confiée aux Crous en 2009/2010, n a pas été reconduite à compter de et seuls 8 bénéficiaires de la promotion , en fin de droit, continuent d être pris en charge en pour leur troisième et dernière année. 14

15 LES AUTRES DISPOSITIFS D AIDE SOCIALE Le fonds national d aide d urgence (FNAU) Le FNAU s est substitué à la rentrée 2008 à différents dispositifs, essentiellement l allocation d études (AE) et l allocation unique d aide d urgence (AUAU). L aide accordée sur le FNAU peut revêtir deux formes : soit une aide ponctuelle en faveur de l étudiant qui rencontre momentanément de graves difficultés (cumulable avec une bourse sur critères sociaux, une aide d urgence annuelle, une aide à la mobilité ou une aide au mérite) soit une aide annuelle accordée à l étudiant qui rencontre des difficultés pérennes (non cumulable avec une bourse sur critères sociaux mais cumulable avec les aides à la mobilité et au mérite). La circulaire du 2 juillet 2009 est venue améliorer le fonctionnement de ce fonds, en prenant en compte les demandes exprimées par les Crous (critères précisés, introduction d une certaine souplesse avec la possibilité d accorder un FNAU annuel de moins de 9 mois, soit de 6 à 9 mois ) pour une mise en œuvre plus efficace. Les services sociaux des Crous sont très sollicités dans le cadre de ce dispositif, qui nécessite de réunir de façon fréquente les commissions FNAU pour pouvoir attribuer les aides le plus rapidement possible. Un groupe de travail réunissant tous les acteurs concernés par l attribution de ces aides a été mis en place, afin d harmoniser les pratiques et assurer une équité de traitement sur l ensemble du territoire. Aides ponctuelles du FNAU 2012/2013 Felipe Ribon Nombre de bénéficiaires Nombre d aides attribuées Dépense globale Progression 2013/2012 Évolution en % , 19 % % , 15 % 15

16 Le FNAU ponctuel concerne 60 % d étudiants français (19 % de ces étudiants français ne sont pas boursiers). Les dominantes principales motivant l attribution de cette aide sont : aide alimentaire (37 %), logement (28 %), frais d études (12 %), difficultés particulières (7 %), transport (4 %), stage mobilité (3 %), santé (3 %), rupture familiale (2,5 %), indépendance avérée (2 %), autres situations (1,5 %). L aide annuelle du FNAU L aide annuelle du FNAU a été attribuée à étudiants au cours de l année universitaire pour une dépense de 21,31 M (5 826 étudiants en pour 21,65 M ). Les motifs d attribution du FNAU annuel sont respectivement : la rupture familiale (42,5%), l indépendance avérée (30%), les difficultés particulières (18,7 %), la reprises d études (6,9 %), l étudiant élevé par un parent sans décision judiciaire (1%), et les autres situations (0,9%). Le premier quadrimestre (septembre-décembre) de l année universitaire marque une progression très sensible du nombre d aides annuelles versées : aides au 31 décembre 2013 pour aides pour la même période en , soit aides (+10%). Cette progression, complétée par la création de l échelon 0 bis (37 aides) mais surtout de l échelon 7 (1 440 aides), a pour conséquence une augmentation de la dépense de 1,1 M pour les 4 mois concernés. Cette évolution significative intègre la création annoncée pour la rentrée 2013 de allocations nouvelles pour des jeunes en situation d indépendance avérée puisque les aides échelons 5, 6 et 7, directement concernées, progressent de 634 bénéficiaires sur cette période de quatre mois, soit + 22 %. Felipe Ribon Le montant total de la dépense au titre du FNAU annuel et ponctuel en 2013 s élève à 37,6 M en hausse par rapport à 2012 (33,95M ). L action sociale Le service social des étudiants Pour l année universitaire 2012/2013, près de entretiens ont été conduits, d après le recensement effectué par les conseillères techniques de service social et les assistants de service social. Crous de Strasbourg Nombre d entretiens Nombre de demandes d aides ponctuelles Nombre d évaluations FNAU A BCS-Logt Évaluations pour d autres collectivités, universités, etc. Total Source : Rapport d activité des services sociaux des Crous 16

17 FNAU annuel - Évolution du nombre d étudiants bénéficiaires de 2011/2012 à Échelons 1 à 4 Échelons 5 et / / / / FNAU ponctuel - Aides accordées de 2010 à

18 Difficultés financières Accueil, information Accompagnement psycho social Domaines concernés Alimentaire Loyer Frais d études et de stages Frais de transport Mobilité Mutuelle Orientation Accès au droit au logement Accès au maintien dans le logement Santé psychologique Rupture familiale Adaptation et échec universitaire Apprentissage Autonomie Isolement Violence Source : Rapport d activité des services sociaux des Crous Les étudiants demandent en priorité des informations personnalisées sur leurs droits dans divers domaines : bourse, logement, aides au logement, santé. Puis sont abordées les difficultés de financement d études, leur budget ne leur permettant pas d assumer toutes les charges. La priorité reste le paiement du logement. Les demandes d aides sur le FNAU ponctuel restent majoritairement alimentaires, puis viennent les dettes de loyer et les frais de stages, notamment à l étranger. L activité des services sociaux est en augmentation dans le domaine de l accompagnement psychosocial. Les fragilisations psychologiques sont liées aux conflits et ruptures familiales, aux difficultés de la famille (divorce, chômage, surendettement), mais aussi aux problèmes d adaptation et d échecs universitaires, à l apprentissage de l autonomie, aux violences, et à l isolement. Il est important de pouvoir rapidement intervenir pour une aide, un logement, tout en prenant le temps nécessaire de l accompagnement. Tous les partenariats nécessaires sont activés. Des actions collectives sont réalisées dans les Crous en lien avec les partenaires et ma joritairement autour de la prévention sociale et de santé. Un partenariat des services sociaux Crous avec le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SIUMPPS) existe dans 18 Crous sur 28. Au cours de l année 2013, la circulaire définissant les missions du service social étudiant, qui datait de 1972, a été réactualisée. Elle correspond mieux aux évolutions du travail social, des structures et prestations actuelles au bénéfice des étudiants. Les missions ainsi cadrées permettent aux assistants de service social de cerner leurs champs d activités et de responsabilités, de faire mieux connaitre leur domaine de compétence dans les Crous, dans les établissements d enseignement supérieur ainsi qu auprès des étudiants et des partenaires. Studio Kalice Le séminaire sur l organisation du travail social et l élaboration de la nouvelle trame de rapport d activité ont permis d aborder les sujets de la réception des étudiants et des suites données aux entretiens (évaluations, rapports, saisies informatiques des demandes financières, liaisons, réunions). 18

19 Service social du personnel Pour l année universitaire 2012/ 2013, les services sociaux des Crous ont suivi près de personnels et réalisé environ entretiens. Nombre de personnels suivis Nombre d entretiens Nombre d aides Montant moyen des aides Totaux Depuis le transfert en 1985 du budget action sociale du ministère de l Éducation nationale vers le Cnous et donc les Crous, le service social du personnel a été assumé à temps très partiel par le service social étudiant. Ce temps est en augmentation car les problématiques sont bien présentes et concernent les difficultés financières (la gestion du quotidien et des charges) et les fragilités psychologiques liées aux relations personnelles ou professionnelles. Comme pour le service social étudiant, la réactualisation de la circulaire de 1972 permet de positionner le service social du personnel dans les Crous et de préciser le champ de compétence et de responsabilité de l assistant de service social. Le séminaire sur le service social du personnel a permis d aborder deux sujets : l accompagnement des personnels handicapés et le secret professionnel dans les relations de travail. Les services sociaux des Crous cherchent en permanence à s adapter aux évolutions de la vie des étudiants et des personnels qu ils accompagnent dans leurs difficultés. Crous de Strasbourg Les outils informatiques Le logiciel SAGA a été amélioré dans la partie gestion des aides aux étudiants ainsi que dans la partie métier des assistants de service social. Un carnet de bord permettant de comptabiliser le volume d activités des assistants de service social (entretiens, contacts, liaisons) a été inséré dans ce logiciel et permettra de mieux rendre compte de l activité des services sociaux dans toute sa diversité. 19

20 Les dons et legs Comme chaque année, le Cnous a réuni les commissions d attribution des bourses provenant des dons et legs : Giveka, Lassence et Dobry-Baratz. La campagne a été marquée par une stabilité du nombre global de dossiers de candidatures. Giveka : 89 demandes initiales pour 50 étudiants retenus (57 en 2012) dont 49 ont bénéficié d une bourse de et un étudiant d une bourse de euros. Lassence : 14 étudiants ont été sélectionnés (12 en 2012) parmi les 28 demandes recensées. Ils se sont répartis une enveloppe de 9 459,40. Dobry-Baratz : aucune bourse n a pu être attribuée en 2013 (2 en 2012), les candidatures recensées n étant pas recevables. Philippe Piron

Le plan social étudiant

Le plan social étudiant Le plan social étudiant Dossier de la conférence de presse du 7 avril 1999. Présentation La bourse de 1er cycle La bourse à taux " zéro " La commission académique d allocation d études Relèvement du plafond

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

«Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public»

«Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public» Note aux membres du Conseil national de l enseignement supérieur et de la recherche «Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public»

Plus en détail

LE LOGEMENT ÉTUDIANT. dans le réseau des œuvres universitaires

LE LOGEMENT ÉTUDIANT. dans le réseau des œuvres universitaires LE LOGEMENT ÉTUDIANT dans le réseau des œuvres universitaires Le réseau des œuvres universitaires (le CNOUS et les CROUS), opérateur public du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche,

Plus en détail

gestion et organisation administrative

gestion et organisation administrative Catherine BÉRÈS Directrice départementale du Trésor Public, chargée de la mission de modernisation de la gestion des retraites de l Etat Le service des retraites de l Etat, au cœur de la modernisation

Plus en détail

Budget. Enseignement supérieur Recherche. vendredi 28 septembre 2012. Dossier de presse. www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

Budget. Enseignement supérieur Recherche. vendredi 28 septembre 2012. Dossier de presse. www.enseignementsup-recherche.gouv.fr Budget Enseignement supérieur Recherche 2013 Dossier de presse www.enseignementsup-recherche.gouv.fr vendredi 28 septembre 2012 SOMMAIRE Edito 3 Budget 2013 : Repères 5 - Le maintien de tous les emplois

Plus en détail

PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28

PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28 PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28 RENTREE SCOLAIRE 2008 REPARTITION DES CREATIONS D EMPLOIS D ENSEIGNANTS DU PREMIER DEGRE PUBLIC La loi de finances pour 2008 a prévu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 19 mars 2013 autorisant au titre de l année 2013 l ouverture de concours externes et internes

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le budget 2013 s inscrit dans un contexte de fortes contraintes budgétaires destiné à réduire la dette de l Etat. Ce budget responsable s inscrit résolument dans le

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public Session 2010

Concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public Session 2010 note d informationdécembre 11.25 En 1, 7 462 professeurs des écoles ont été recrutés en réussissant le concours parmi les 38 653 candidats qui s y sont présentés. Ce dernier chiffre est en baisse depuis

Plus en détail

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF Loi Organique relative aux Lois de Finances La LOLF 1 La LOLF Réforme budgétaire la plus vaste jamais réalisée depuis les débuts de la V ème République Consensus exceptionnel 2 - Pourquoi fallait-il réformer

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé 56 Partie I Données de cadrage Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : évolution des effectifs de personnel médical et

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

DESTINATAIRES : Secrétaires Généraux de CAEC, Présidents des organisations des chefs d'établissement. Directeurs diocésains.

DESTINATAIRES : Secrétaires Généraux de CAEC, Présidents des organisations des chefs d'établissement. Directeurs diocésains. SGEC/2015/082 22/01/2015 DESTINATAIRES : Secrétaires Généraux de CAEC, Présidents des organisations des chefs d'établissement. POUR INFORMATION : Commission Permanente, Directeurs diocésains. Mesdames,

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2012 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation REPÈRES DGAFP Éditorial

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

information Les étudiants dans les instituts catholiques note d Forte augmentation des effectifs à la rentrée 2011 13.05

information Les étudiants dans les instituts catholiques note d Forte augmentation des effectifs à la rentrée 2011 13.05 note d information Enseignement supérieur & Recherche 13.05 JUILLET À la rentrée 2011, les instituts s accueillent 26 400 étudiants inscrits dans des formations canoniques ou de type universitaire. Plus

Plus en détail

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR arahan - Fotolia.com Malgré un défaut de représentativité des syndicats signataires, le Gouvernement a décidé d appliquer

Plus en détail

Réseau des œuvres universitaires et scolaires

Réseau des œuvres universitaires et scolaires Réseau des œuvres universitaires et scolaires MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE RAPPORT DE GESTION 2014 2 Cnous Rapport de gestion 2014 Sommaire Le mot

Plus en détail

Direction générale de l administration et de la fonction publique

Direction générale de l administration et de la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2014 Direction générale de l administration et de la fonction publique Présentation repères dgafp Éditorial

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Les boursiers de l enseignement supérieur en 2005-2006

Les boursiers de l enseignement supérieur en 2005-2006 note d information 07.26 MAI www.education.gouv.fr Depuis 2001, la proportion de boursiers dans l enseignement supérieur s est stabilisée à 30 %. Cette évolution s explique par la faible croissance des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche Protocole social ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche 17 février 2014 Sommaire I SUIVI DE LA SITUATION DES AGENTS NON-TITULAIRES II- LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L EMPLOYEUR A- Promotion

Plus en détail

Le Parlement et le Gouvernement

Le Parlement et le Gouvernement et chiffres clés 2 3 Le plus important régime de retraite Le cadre général Le système de retraite français, fondé depuis 1945 sur la technique de la répartition, repose sur la solidarité entre les générations.

Plus en détail

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E ÉDITO Accompagner durablement votre performance Samsic Facility regroupe l ensemble de nos métiers supports à l exploitation immobilière tels que la propreté, la

Plus en détail

POSTFACE. Postface. Personnel de la Défense. Mouvements de personnel. Dépenses liées. au personnel. Formation. Reconversion. Conditions.

POSTFACE. Postface. Personnel de la Défense. Mouvements de personnel. Dépenses liées. au personnel. Formation. Reconversion. Conditions. POSTFACE au Le Bilan social 2011 présente les principales orientations et actions conduites par le ministère de la défense et des anciens combattants (MINDAC) en matière de politique de ressources humaines

Plus en détail

en Midi-Pyrénées! 100 000 raisons d être étudiant à Toulouse

en Midi-Pyrénées! 100 000 raisons d être étudiant à Toulouse en Midi-Pyrénées! ses études, trouver un job, se cultiver, tout ça c est le CROUS! Se loger, se restaurer, financer 100 000 raisons d être étudiant à Toulouse Le CROUS Les bourses Le logement page 3 La

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Budget des universités : un effort sans précédent

Budget des universités : un effort sans précédent Clermont-Ferrand, 25/01/2010 Rectorat Service communication Contact presse Béatrice Humbert Téléphone 04 73 99 33 00 Fax 04 73 99 33 01 Mél. Ce.comm @ac-clermont.fr 3 avenue Vercingétorix 63033 Clermont-Ferrand

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES (h/f)

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES (h/f) MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CG/SC/DEJ/N 14-01 Célia GHERSI 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES

Plus en détail

7 La formation continue 7

7 La formation continue 7 7 La formation continue 7 7.1 La formation continue : évolution 218 7.2 La formation continue dans les Greta 220 7.3 La formation continue dans l enseignement supérieur 222 217 7 La formation continue

Plus en détail

Les agences comptables des lycées et collèges publics

Les agences comptables des lycées et collèges publics Les agences comptables des lycées et collèges publics Dans le rapport public annuel de 2008, les juridictions financières avaient souligné les défaillances de la gestion comptable des 2600 lycées et des

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets Une offre globale pour vos opérations de réhabilitation La Caisse

Plus en détail

Formation statutaire des personnels de direction - promotion 2014

Formation statutaire des personnels de direction - promotion 2014 Période d accueil et de positionnement institutionnel - mai à août 2014 Cette première phase, dite d accueil et de positionnement institutionnel, comporte trois périodes. Elle a pour objectifs la préparation

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

Accord relatif à l avenir de la fonction publique : La modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations

Accord relatif à l avenir de la fonction publique : La modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations Accord relatif à l avenir de la fonction publique : La modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations Le gouvernement et les signataires du présent accord souhaitent renforcer

Plus en détail

EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 19 juin 2015 DOSSIER N 2015 DM1 F 31 09

EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 19 juin 2015 DOSSIER N 2015 DM1 F 31 09 EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 19 juin 2015 DOSSIER N 2015 DM1 F 31 09 Politique : - Programme(s) : - Gestion Paie conventionné - Régime indemnitaire - Offre de services - Effectifs budgétaires Objet

Plus en détail

éducation, formation, apprentissage,

éducation, formation, apprentissage, éducation, formation, apprentissage, la Région accompagne les apprenants La Région, créatrice d avenir pour ses habitants octobre 2014 2 région franche-comté éducation, formation, apprentissage, la région

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE. Projet de loi de finances 2015

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE. Projet de loi de finances 2015 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Projet de loi de finances 2015 Projet de loi de finances 2015 Édito Le budget 2015-2017 marque une étape importante pour

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE

6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE 6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE 6.1 Les orientations immobilières au regard du nouveau cadre budgétaire 127 6.2 Les informations utiles à la négociation 128 I - L existant 130 II - Le bilan 136 III

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute Garonne Actualités statutaires

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute Garonne Actualités statutaires Actualités statutaires Octobre 2012 Plan : - Présentation de la loi du 12 mars 2012 - Décret sur les rédacteurs - Points divers Loi du 12 mars 2012 La loi du 12 mars 2012 relative à l'accès à l'emploi

Plus en détail

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille 1801 RECRUTEMENT NOR : MENA0301785V RLR : 716-0 AVIS DU 20-8- MEN DPMA B7 Recrutements externes d agents des services techniques de recherche et de formation En application de l article 65-2 du décret

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

Les formations Supplément catalogue 2011

Les formations Supplément catalogue 2011 2011/2012 NOUVEAU Les formations Supplément catalogue 2011 Notre mission, au service de la «performance publique» Dans un contexte de maîtrise des finances publiques, de recherche d amélioration de la

Plus en détail

Direction des ressources humaines

Direction des ressources humaines Direction des ressources humaines Directrice : Stéphanie LONGUEVILLE Adresse : 15 rue de Sévigné, 69003 Lyon Téléphone : 04 72 61 77 86 Courriel : stephanie.longueville@rhone.fr Nombre d'agents dans le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences du management de l Université Lille 1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957)

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS Agent non titulaire de l Etat Conseil de l emploi, des revenus et de la cohésion sociale Circulaire DAGEMO/DAGPB n o 2007-01 du 2 août 2007 relative au cadre

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS UNSA-UPCASSE/DB/novembre 2012 Rapport PLF 2013 Assemblée Nationale Fonction publique FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS 1. La multiplicité des éléments de la rémunération des fonctionnaires a) Le

Plus en détail

Ministère de l Emploi et de la Solidarité Ministère Délégué à la Santé

Ministère de l Emploi et de la Solidarité Ministère Délégué à la Santé Ministère de l Emploi et de la Solidarité Ministère Délégué à la Santé PROTOCOLE D ACCORD SUR LES FILIERES PROFESSIONNELLES DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE ETABLI ENTRE LES ORGANISATIONS SYNDICALES

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Bilan social 2014. Personnels de direction. DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES Service de l encadrement

Bilan social 2014. Personnels de direction. DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES Service de l encadrement Bilan social 204 Personnels de direction DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES Service de l encadrement BILAN SOCIAL 204 Sommaire Le mot de la directrice 4 CHAPITRE LES EFFECTIFS DU CORPS 5. La répartition

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS La rémunération des agents publics fait aujourd hui l objet de différents constats négatifs : Le poids de la rémunération des fonctionnaires pour les dépenses publiques.

Plus en détail

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil,

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil, H a u t e - G a r o n n e République Française Liberté - Égalité - Fraternité EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL N 2013-29 du Jeudi 27 juin 2013 à 20h30 2013-29-01a Correction des

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT Version du 07/10/2014 à 08:45:45 PROGRAMME 723 : CONTRIBUTION AUX DÉPENSES IMMOBILIÈRES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

d une unité de formation par apprentissage

d une unité de formation par apprentissage d une unité de formation par apprentissage Centre de Formation des Apprentis de l académie d Orléans-Tours 2 rue du carbone - CS 80017 45 072 ORLEANS CEDEX 2 02 38 83 48 26 MAIL : cfaacademique@ac-orleans-tours.fr

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

L actualité de la fonction publique. Rencontres professionnelle de l Ecole de la GRH

L actualité de la fonction publique. Rencontres professionnelle de l Ecole de la GRH L actualité de la fonction publique Rencontres professionnelle de l Ecole de la GRH L actualité de la fonction publique - Introduction - Deux feuilles de route étroitement imbriquées La modernisation de

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Réunion du conseil municipal du 18 décembre 2014 1

Réunion du conseil municipal du 18 décembre 2014 1 BILAN SOCIAL 2013 Le bilan social est une photographie du personnel communal (y compris le personnel du CCAS) à un moment donné, soit le 31 décembre 2013. Il apporte une vue d ensemble des caractéristiques

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Chapitre : 18. La modernisation du Ministère)

Chapitre : 18. La modernisation du Ministère) La modernisation du Ministère) La modernisation du Ministère Comme l ensemble des administrations, le ministère de la Culture et de la Communication est concerné en profondeur par la loi organique du 1

Plus en détail

Que peut faire une personne désireuse

Que peut faire une personne désireuse ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.17 JUIN Le baccalauréat constitue la porte d entrée dans l enseignement supérieur mais, pour ceux qui n en sont pas titulaires, il y a la possibilité

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche Direction Générale de l'administration 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1ter,

Plus en détail

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans la vie. Le départ des jeunes, redouté dans de nombreux territoires, commence souvent pour des raisons de poursuites d études. À l échelle

Plus en détail

information Le nombre d inscrits en PCEM1 a plus que doublé en huit ans

information Le nombre d inscrits en PCEM1 a plus que doublé en huit ans note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.09 MAI En janvier 2010, 49 050 étudiants sont inscrits en première année de médecine (PCEM1), dont 29 240 bacheliers de la session 2009. La quasi-totalité

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE Issu de la loi sur le revenu de solidarité de décembre 2008, le Contrat Unique d Insertion (CUI) est entré en vigueur au

Plus en détail

Congrès des maires. 12 juin 2014. Marie-Christine DEVAUX Direction Développement des Carrières CDG59

Congrès des maires. 12 juin 2014. Marie-Christine DEVAUX Direction Développement des Carrières CDG59 Congrès des maires 12 juin 2014 Marie-Christine DEVAUX Direction Développement des Carrières CDG59 1 1. Les textes de base Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes 2013-03 Séance du 27 février 2013 Conseil de l immobilier de l État AVIS sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifi

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC JEUDI 28 MAI 2015

CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC JEUDI 28 MAI 2015 CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC JEUDI 28 MAI 2015 ORDRE DU JOUR : ADMINISTRATION GENERALE - Mandat spécial Remboursement des frais ; RESSOURCES HUMAINES - Abrogation de la notation et pérennisation de l entretien

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

OPERATION CAMPUS CAHIER DES CHARGES DE L OPERATION CAMPUS

OPERATION CAMPUS CAHIER DES CHARGES DE L OPERATION CAMPUS OPERATION CAMPUS CAHIER DES CHARGES DE L OPERATION CAMPUS Remise des notes d intention le 30 avril 2008 à 17h Opération Campus cahier des charges Sommaire I - Présentation de l Opération Campus...3 1-Contexte...3

Plus en détail

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Retraites La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Dès sa création en 1816, la Caisse des Dépôts s est vu confier la gestion des systèmes de retraite publique. Cette responsabilité participe

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

DEVOLUTION DU PATRIMOINE

DEVOLUTION DU PATRIMOINE DEVOLUTION DU PATRIMOINE L UNIVERSITE DE TOULOUSE 1, DEUXIEME UNIVERSITE PROPRIETAIRE DE SES MURS JEUDI 12 MAI 2011 Déplacement de Valérie Pécresse à l université de Toulouse 1 LES ENJEUX DE LA DEVOLUTION

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail