Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie"

Transcription

1 2013 Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

2 Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie 3 Nouer rapidement des relations 4 Méthodologie 5 Introduction 7 Entreprises en démarrage 13 Entreprises en croissance 17 Entreprises en pleine maturité 22 Comité consultatif 23 À propos de la Financière Manuvie Photo de la page couverture : Tim Pannell/Corbis

3 A V A N T - P R O P O S Nouer rapidement des relations : le facteur temps peut être déterminant Marc Avaria Vice-président Groupes de petite taille Financière Manuvie Jason Daly Vice-président Produits, Marketing et Expansion des affaires Banque Manuvie Beaucoup d entre nous ont des amis ou des connaissances de longue date qui ont fondé une petite entreprise qu ils exploitent toujours. Il peut s agir de membres de notre famille, d anciens camarades de classe ou de personnes avec lesquelles nous nous sommes liés d amitié parce que nous pratiquons le même sport ou que nous avons le même passe-temps. En général, comme nous connaissons ces propriétaires d entreprise depuis longtemps, la conversation s engage facilement lorsque nous les rencontrons. En un rien de temps, nous avons rattrapé le temps perdu. Pour un professionnel de la planification financière, il peut être fort avantageux d établir tôt une relation avec un client et de prospérer en même temps que lui. Notre troisième étude annuelle sur les petites entreprises confirme amplement la chose. C est d ailleurs là un thème récurrent du présent rapport. Certes, l idée de nouer tôt une relation avec un client et d y consacrer du temps aujourd hui afin qu elle soit fructueuse demain n est pas nouvelle. Mais vous pourriez être surpris de voir tout ce que cette façon de faire peut rapporter à long terme si, par surcroît, vous comprenez bien les besoins des propriétaires de petite entreprise aux divers stades de l évolution de leur entreprise. Le Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie de 2013 analyse les réflexions, les attitudes et les impressions de propriétaires et de dirigeants de petites entreprises canadiennes en matière de services bancaires, d assurance maladie et d épargne-retraite. Ce qui distingue le présent rapport des deux précédents, c est que, cette année, nous avons délibérément fait une large place au facteur temps. Nous avons ainsi posé des questions telles que : «Quand avez-vous envisagé un régime d assurance collective pour la première fois?», «Depuis combien de temps faitesvous affaire avec votre banque actuelle?» et «Quel âge avait votre entreprise lorsque vous avez mis en place un programme d épargne-retraite?». Comme vous ne tarderez pas à le constater, les réponses à ces questions sont instructives et, dans certains cas, plutôt surprenantes. Après compilation des résultats du sondage et consultation d un groupe formé de certains de vos pairs des conseillers experts en matière de services bancaires ainsi que d assurance et d épargne collectives, nous avons pu brosser un nouveau portrait de la petite entreprise au Canada, un portrait qui devrait vous inspirer. En lisant le rapport de cette année, vous découvrirez de nouvelles perspectives sur les solutions et les services financiers qui interpellent le plus tel et tel client, ainsi que sur le moment où proposer ces solutions et ces services pour maximiser vos chances de succès. L information qu il contient vous aidera à faire des recommandations adaptées aux besoins de vos clients, compte tenu de l âge de l entreprise, du profil démographique de son personnel et de l attitude de son propriétaire. En résumé, vous apprendrez à présenter au bon moment la bonne solution au bon client, dans son intérêt comme dans le vôtre. Nous vous invitons à poursuivre votre lecture et à vous plonger dans le Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie de Vous ne le regretterez pas, nous en sommes persuadés! Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie Nouer rapidement des relations 3

4 Méthodologie Le présent rapport annuel sur les petites entreprises de la Financière Manuvie est fondé sur les résultats d un sondage en ligne mené auprès de propriétaires et cadres supérieurs de petites entreprises canadiennes de tous les secteurs et de toutes les régions. Le sondage a été réalisé par le Rogers Connect Market Research Group, Les Éditions Rogers limitée, pour le compte de la Financière Manuvie. Il a eu lieu en avril et en mai Aux fins du sondage, on a retenu les entreprises comptant entre deux et cent employés. La marge d erreur est de +/-3,1 %, 19 fois sur 20. Les tableaux ci-après résument les plus importantes données démographiques sur les répondants. Veuillez noter que le total des résultats dans certaines catégories ne donne pas 100 %, soit qu on a arrondi les chiffres ou que les questions permettaient plusieurs réponses. Base : tous les répondants; N=1 004 Taille de l entreprise 5 % De 51 à 100 employés 15 % De 21 à 50 employés 16 % De 11 à 20 employés Moyenne : 15,5 employés Position 65 % De 2 à 10 employés 20 % 45 % Détenez-vous 6 % une participation majoritaire dans 29 % l entreprise? Détenez-vous une participation à parts égales dans l entreprise? Détenez-vous une participation minoritaire dans l entreprise? 6 % Occupez-vous un poste de haute direction dans l entreprise, sans aucune participation dans celle-ci? 20 % Participation dans l entreprise (% NET) : 80 % Région 14 % Alberta 7 % 16 % C.-B. et territoires canadiens 7 % 34 % Ontario Manitoba et Saskatchewan Provinces de l Atlantique 22 % Québec Nombre d années en affaires 50 années ou plus 31 % De 25 à 49 années Aucune réponse 2 % 7 % 21 % Moins de 10 années 39 % De 10 à 24 années Moyenne : 23 années 4 Méthodologie Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

5 R a p p o r t s u r l e s p e t i t e s e n t r e p r i s e s d e l a F i n a n c i è r e M a n u v i e Introduction Les conseillers s y connaissent en segmentation de clientèle. Beaucoup répartissent les clients d après l intérêt commercial qu ils présentent, leur secteur d activité, la taille de leur effectif ou le type de produits et de services qu ils achètent. Mais que diriez-vous d un nouveau critère de segmentation qui vous ouvrirait de nouvelles perspectives et de nouvelles possibilités? Dans le cadre du Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie de 2013, on a demandé à plus de propriétaires et cadres supérieurs de petites entreprises à quel stade se trouvait leur entreprise et quelle était l incidence de ce facteur sur leurs décisions en matière de régimes d assurance maladie et de retraite et quels étaient leurs besoins bancaires. Les répondants devaient choisir entre trois stades : 1. Démarrage : Les propriétaires se concentrent sur la mise en place de leur entreprise, embauchent du personnel et réinvestissent toutes les recettes dans l entreprise. 2. Croissance : L entreprise est rodée et ses propriétaires mettent actuellement l accent sur le développement de la clientèle et l embauche de personnel supplémentaire. 3. Maturité : L entreprise est bien établie, et ses propriétaires se soucient autant de garder leurs clients que d en recruter de nouveaux. Elle embauche pour remplacer les départs et les congés. Cette année, 8 % des répondants ont situé leur entreprise au stade du démarrage, 24 % au stade de la croissance et 68 % à celui de la maturité. La segmentation des répondants selon le stade de développement de leur entreprise offre aux conseillers un point de vue original sur la clientèle des petites entreprises et ses défis particuliers. De plus, elle leur fait voir les moyens d améliorer leur prise de contact avec les clients potentiels et d anticiper les besoins de leurs clients actuels. Selon M. Michael Wortsman, spécialiste en avantages sociaux à Click Benefits à Toronto, ce nouveau modèle FIGURE 1 de segmentation peut transformer votre relation avec vos clients. «À mon avis, le cycle de vie revêt une grande importance en ce qui concerne la façon d aborder le client et la possibilité de lui proposer le genre de solution qu il lui faut, selon que son entreprise est à l étape de la croissance, de la maturité ou du démarrage.» Si vous avez envie d améliorer votre relation avec vos clients actuels et éventuels, le rapport de cette année vous montrera comment voir votre portefeuille d affaires et les clients potentiels sous un tout nouvel angle. Dans quelle phase se trouve actuellement l entreprise de vos clients? Les propriétaires de petite entreprise qui ont participé au sondage ont déterminé la phase dans laquelle se trouve leur entreprise selon les définitions ci-dessous : Phase de démarrage Vous vous concentrez sur la mise en place de votre entreprise, vous y réinvestissez toutes vos recettes et vous embauchez du personnel. Phase de croissance Votre entreprise est rodée et vous mettez actuellement l accent sur le développement de votre clientèle et l embauche de personnel supplémentaire. Phase de maturité Votre entreprise est bien établie, et vos priorités consistent désormais à fidéliser vos clients et à en attirer de nouveaux. Vous embauchez surtout du personnel de remplacement. Base : tous les répondants; n = % Maturité 8 % Démarrage 24 % Croissance Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie Introduction 5

6 FIGURE 2 Les avantages sociaux des petites entreprises Quels avantages sociaux offrez-vous actuellement? Total Démarrage Croissance Maturité Régimes d assurance pour soins médicaux Régimes de retraite Programme de mieux-être à l intention des employés (ex. : participation aux frais d inscription à un centre de conditionnement physique ou à un programme d entraînement personnalisé, de perte de poids ou d abandon du tabac, etc.) Régime de participation différée aux bénéfices (RPDB) Compte d épargne libre d impôt (CELI) Des occasions à saisir Vous rêvez de savoir ce que pensent les propriétaires de petite entreprise? Le sondage vous en apprendra beaucoup sur ce qu ils pensent de l exploitation d une entreprise, de leurs régimes d avantages sociaux et de leurs opérations bancaires. Mieux comprendre les propriétaires de petite entreprise vous ouvrira bien des portes. Au sujet de leur entreprise : 88 % des propriétaires et des cadres supérieurs disent que leur principale responsabilité envers leurs employés est de veiller à la pérennité de l entreprise. 22 % 19 % 13 % 13 % 22 % 11 % 11 % 11 % 11 % 7 % 12 % 8 % 5 % 4 % 10 % 4 % 3 % 42 % 47 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % Base : tous les répondants; Total = 1 004; Démarrage = 72; Croissance = 237; Maturité = % C est dans les provinces de l Atlantique (70 %) et en Ontario (69 %) que la perception des devoirs envers les employés est le plus marquée, tandis qu elle est à son plus faible au Québec (60 %). Les entreprises en phase de démarrage sont moins portées à se reconnaître des devoirs envers leurs employés (44 %), comparativement à celles en phase de croissance (67 %) ou arrivées à maturité (67 %). Pour leurs décisions d affaires, la majorité (54 %) se fondent sur les faits et les chiffres tout en écoutant leur intuition, tandis qu environ le tiers (35 %) préfèrent s en tenir aux faits. Lorsqu ils décident de faire affaire avec un conseiller, 86 % disent qu ils attachent plus d importance à la personne qu à l organisation qu elle représente, et 85 % disent qu ils doivent d abord tisser des liens avec le conseiller. Services bancaires : La moitié (50 %) des propriétaires et des cadres supérieurs font affaire avec des banques différentes pour leur entreprise et pour leurs besoins personnels; l autre moitié fait affaire avec une seule banque. Plus de la moitié (51%) disent qu ils regrouperaient leurs comptes d entreprise et leurs comptes personnels à la même banque si cela se traduisait par des économies de frais. Quand ils traitent avec une banque, les propriétaires de petite entreprise se soucient en premier lieu ou presque d obtenir davantage de crédit. La capacité d anticipation des préoccupations des clients constitue un élément que les banques doivent exploiter, car c est l aspect dont les propriétaires d entreprise et les cadres supérieurs sont le moins satisfaits. Avantages sociaux et retraite : 47 % des répondants offrent déjà un type ou un autre d assurance pour soins médicaux. Près de la moitié (44 %) offrent un régime d assurance soins médicaux, 20 % un régime d avantages flexibles (soins médicaux et soins dentaires) et 8 % un compte de crédits-santé. Seulement 11 % offrent un programme axé sur le mieux-être. Seulement 37 % des entreprises qui offrent un régime d assurance soins médicaux offrent aussi un régime d épargne-retraite. La majorité (54 %) des décideurs estiment que la sécurité financière des employés qui partent à la retraite en dit long sur l entreprise et sur eux-mêmes. Parmi les propriétaires qui n ont pas encore mis en place de programme, ce qui les motiverait le plus à le faire serait la possibilité de diminuer le taux de roulement du personnel (28 %) et d attirer des employés de haut calibre (17 %). 6 Introduction Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

7 P r e m i è r e p a r t i e : Entreprises en démarrage Entreprises en démarrage : Les propriétaires et les cadres supérieurs de petites entreprises déclarent en être au stade du démarrage lorsqu ils se concentrent sur la mise en place de l entreprise, réinvestissent toutes les recettes dans l entreprise et embauchent. Dans bien des cas, leur entreprise est à court d argent et en quête de stabilité. Photo : Sturti/Getty Dans une entreprise en démarrage, les propriétaires et les cadres supérieurs sont tiraillés de toutes parts. Mais la question des régimes d assurance et de retraite s impose rapidement. Selon le sondage, 28 % des entreprises songent dès leur première année à offrir une assurance soins médicaux et 21 % envisagent dès cette époque l instauration d un programme d épargne-retraite. Donc, il peut être rentable pour les conseillers de consacrer beaucoup de temps à tisser des liens avec les propriétaires d entreprises en démarrage et de préparer le terrain pour la souscription de produits d assurance, de retraite et de banque. «Vous devez vous intéresser à ce que pensent les propriétaires de jeunes entreprises, à leurs projets, et bien vous familiariser avec leur entreprise», dit M me Teresa Norris-Lue, vice-présidente, Avantages sociaux, Groupe Assurance Cowan, à Cambridge (Ontario). M. Sam Bruno, spécialiste en assurance et en avantages sociaux à Underwriters Insurance Brokers à Kamloops (C.-B.), affirme qu une relation privilégiée avec une jeune entreprise peut s avérer fort lucrative, surtout lorsqu on a affaire à un créateur d entreprises en série. Un entrepreneur en série restera probablement fidèle au conseiller qui a mis en place le régime de sa première Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie Entreprises en démarrage 7

8 FIGURE 3 Dans quelle mesure seriez-vous porté à faire appel à la même institution financière ou bancaire pour vos affaires personnelles et pour celles de votre entreprise si, ce faisant, vous profitiez d économies sur les frais? 16 % Très peu porté 32 % Peu porté Total 13 % Très porté 38 % Assez porté entreprise. Le conseiller qui tisse des liens étroits avec l entrepreneur se donne de multiples possibilités d établir de nouveaux régimes. Services bancaires et entreprises en démarrage En ce qui concerne les services bancaires, la moitié (50 %) des décideurs de haut niveau de petites entreprises qui ont participé au sondage en 2013 ne font pas appel à la même institution financière pour leurs affaires personnelles et pour celles de leur entreprise. Pour la plupart d entre eux (44 %), cela tient d abord au désir de séparer leurs affaires personnelles et celles de l entreprise. Les deux autres raisons principales seraient une relation préexistante avec la banque qu ils fréquentent pour les affaires personnelles (37 %) ou celles de l entreprise (24 %). Cela montre bien que les premières décisions ont une grande incidence sur l attitude des entreprises à l égard des questions d ordre bancaire. Les conseillers qui traitent avec des entreprises en 36 % Peu porté 9 % Très peu porté 24 % Très porté 31 % Assez porté Phase de démarrage Base : les répondants qui font appel à des institutions financières distinctes pour leurs affaires personnelles et celles de leur entreprise; Total : n = 495; Démarrage : n = 33 démarrage peuvent parler des services et des produits qu ils peuvent leur offrir en dehors de la prévoyance santé et retraite. S imposer comme source fiable de services complémentaires, notamment bancaires, est un moyen de renforcer sa proposition de valeur tout en cultivant une relation privilégiée. En fait, la clé du succès, c est de participer à la croissance de l entreprise le plus tôt possible. Comme les entreprises en démarrage en ont un besoin immédiat, les produits bancaires sont tout indiqués pour jeter les bases d une relation qui ouvre la porte à l ajout ultérieur de produits d assurance et de retraite. «Les possibilités sont incroyables», dit M. John Sabourin, vice-président de Selectpath Benefits and Financial Inc. à London (Ontario). «Nous demandons : Avez-vous de l argent en caisse? Avezvous besoin de services de gestion de trésorerie? Que faites-vous de vos encaissements?» M. Neil Menzies, conseiller financier à Arbutus Financial Services à Vancouver (C.-B.), souligne que les produits bancaires permettent aussi aux conseillers d équilibrer leurs propres flux de rentrées en attendant que l entreprise soit assez grande pour avoir besoin de solutions d assurance et de retraite collectives. «Pour nous, dit-il, l offre de services bancaires a été très utile à plusieurs égards. Dans bien des cas, elle est le point de départ de la relation. On nous recommande, et nous offrons des outils financiers qui conviennent mieux à une entreprise en démarrage parce qu ils sont un peu plus souples et ingénieux. «Cela n est pas juste un sésame, cela nous aide aussi à couvrir nos frais indirects associés à ces relations embryonnaires. Par exemple, faire souscrire un programme de gestion de trésorerie de trois millions de dollars et un régime [d assurance soins médicaux] pour un groupe de cinq personnes est beaucoup plus intéressant que de faire souscrire ce petit régime seulement. Sans compter qu en offrant des services additionnels, les conseillers érigent une clôture autour de leurs clients, ce qui favorise le maintien des affaires en cours. «Nous visons, par client, quatre ou cinq produits de différents secteurs p. ex. assurance collective, retraite, «Nous demandons : Avez-vous de l argent en caisse? Avez-vous besoin de services de gestion de trésorerie? Que faites-vous de vos encaissements?» M. John Sabourin, Selectpath Benefits and Financial Inc. assurance individuelle et banque, dit M. Menzies. Nous tâchons d avoir une marge suffisante pour investir dans la relation de manière à l intensifier, et l offre de produits bancaires et d autres services constitue un atout crucial à cet égard.» 8 Entreprises en démarrage Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

9 Alors, comment présente-t-il les produits bancaires aux chefs d entreprise? «Il faut toujours vous demander si votre proposition de valeur est assez attrayante pour qu ils franchissent le pas, dit-il. Nous leur faisons valoir que le revenu supplémentaire tiré d un compte d épargne d entreprise à intérêt élevé pourrait couvrir le salaire de leur réceptionniste, le coût de la fête de fin d année ou l achat d un logiciel qui favoriserait la croissance de l entreprise.» M. Menzies est loin d être le seul conseiller à avoir une stratégie consistant à offrir d autres produits et services utiles en plus des régimes d assurance et de retraite. M. Wortsman appartient à un cabinet d experts qui se concertent afin d offrir aux clients plusieurs services relevant de divers secteurs. «Nous tenons à nous assurer de ne laisser aucune brèche qu un concurrent pourrait exploiter», précise-t-il. Bien que les grands décideurs des petites entreprises soient généralement satisfaits de leur institution bancaire, ils émettent certaines critiques. Ils sont nombreux (25 % en tout et 30 % en ce qui concerne les entreprises en démarrage) à regretter des lacunes dans la compréhension qu ont les banques des facteurs propres à leur entreprise. Voilà un besoin auquel les conseillers sont bien placés pour répondre. Les conseillers sont des personnesressources géographiquement proches des propriétaires d entreprise et liées à la collectivité. De plus, de nombreux conseillers étant eux-mêmes propriétaires d une petite entreprise, il y a là un terrain de convergences propice pour discuter avec les clients et leur faire sentir que vous pouvez comprendre leurs défis et leurs préoccupations. «Il est très utile pour nous, en tant que conseillers, d être sur la même longueur d ondes que les propriétaires d entreprise à propos des sujets qui les préoccupent, que cela concerne les ressources humaines ou autre chose», dit M. Wortsman. «Je pense que les propriétaires de petites entreprises communiquent plus facilement avec un conseiller qui partage consciemment FIGURE 4 Quels aspects de votre entreprise ou secteur d activité ne sont pas bien compris par votre institution financière actuelle? Selon le nombre d employés Total De 2 à 20 employés De 21 à 100 employés Aucun tous les aspects sont compris Aspects propres à mon entreprise Aspects concernant la communication et le service à la clientèle Aspects relatifs aux besoins des propriétaires de petite entreprise en phase de démarrage ou en expansion Aspects ayant trait à l offre de meilleurs services ou de prix plus avantageux Aspects relatifs aux besoins de services particuliers 1 % 7 % 7 % 7 % 6 % 5 % 5 % 5 % 4 % 4 % 5 % 8 % 18 % 25 % 27 % 38 % 37 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % Remarque : Les résultats inférieurs à 4 % ne sont pas indiqués; Base : tous les répondants; n = % Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie Entreprises en démarrage 9

10 FIGURE 5 À quels groupes d âge appartiennent les employés de petite entreprise? 17 ans ou moins De 18 à 24 ans De 25 à 39 ans De 40 à 54 ans 55 ans ou plus 20 % 4 % 3 % 1 % 8 % 17 % 10 % 13 % 27 % 23 % 27 % 42 % 32 % 35 % 35 % Phase de démarrage Phase de croissance Phase de maturité Base : tous les répondants; n = leurs points de vue. S ils ont l impression que leur conseiller ne comprend pas les difficultés qu ils traversent en tant qu entrepreneur, ce conseiller aura bien du mal à établir et à maintenir une relation privilégiée avec eux.» Avantages sociaux et entreprises en démarrage Les avantages sociaux ont de l importance pour toutes les entreprises, quel que soit leur stade de développement. Le sondage nous apprend que 41 % des propriétaires et des cadres supérieurs qui offrent actuellement un régime d assurance soins médicaux y ont pensé dès la phase de démarrage, mais que seulement 18 % l ont fait à cette époque. Selon M. Wortsman, cet écart pourrait être dû au fait que plusieurs de ces décideurs, parce qu ils travaillaient auparavant pour une plus grande entreprise, ne comprenaient pas bien les engagements financiers liés à un tel régime tout en étant conscients de son utilité pour attirer et garder des employés. En moyenne, les jeunes entreprises qui offrent un régime d assurance soins médicaux ont songé à en établir un lorsqu elles avaient 3,7 années d existence et sont passées à l action à l âge de 6,1 ans. Fait intéressant, il semble qu un régime ait plus de chances de voir le jour lorsqu un propriétaire ou un cadre supérieur y songe dès la première année. «Une entreprise en démarrage peut être une mine d or», dit M. Herb Goedecke, président et chef de la direction d Aero Corporate Benefits à Waterloo (Ontario). Il est essentiel que les conseillers nouent une relation avec les entreprises en démarrage le plus tôt possible et qu ils soignent cette relation dans une perspective à long terme. Cela représente de fabuleuses possibilités de croître avec elles en leur faisant souscrire des produits et des services. Par exemple, un conseiller peut commencer par un modeste régime d assurance des cadres et proposer un régime pour l ensemble du personnel lorsque l entreprise peut se le permettre. Mais comment trouver des jeunes pousses? M. Menzies suggère de s impliquer dans des associations locales de secteurs porteurs tels que celui de la technologie. Mettez-vous en relation avec des incubateurs d entreprises, des universités réputées pour leurs activités d essaimage et des groupes de cadres supérieurs qui travaillent avec de jeunes entreprises à temps partiel ou en vertu de contrats à court terme. Lorsqu un conseiller repère une entreprise en démarrage qui pourrait être un bon client, il doit s informer des ambitions de son propriétaire. «Il peut ainsi évaluer les perspectives de croissance de l entreprise», dit M. Drew Pritchard, directeur de Reuter Benefits à Toronto, et obtenir les renseignements dont il a besoin pour prévoir les besoins futurs de l entreprise et pour concevoir un programme d avantages sociaux qui s adaptera facilement à l évolution de l entreprise et aux pressions extérieures. M me Kandy Cantwell, associée directrice, Montridge Financial Group Ltd. à Vancouver, souligne l importance de se rappeler que les jeunes pousses manquent souvent d argent et que les conseillers doivent faire attention aux coûts. «Les entreprises en démarrage sont très sensibles au prix. Souvent, elles cherchent encore des investisseurs, si bien que leur budget et leurs états financiers doivent être aussi 10 Entreprises en démarrage Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

11 légers que possible», rappelle-t-elle. On constate donc sans surprise que lorsque les propriétaires et les cadres supérieurs des entreprises prennent des décisions en matière d avantages sociaux, ils souhaitent surtout des renseignements sur les coûts (35 %). M me Cantwell dit que les garanties d assurance collective sont importantes pour les entreprises en démarrage non seulement en raison de leur incidence sur le recrutement et la fidélisation des employés, mais aussi parce qu elles donnent l image d une plus grande stabilité et que les investisseurs regardent d un œil plus favorable celles qui envisagent déjà d en offrir. Alors, lorsqu on cherche à mettre en place un régime d assurance collective dans une entreprise en démarrage, il est important d offrir un éventail de choix qui tient compte des contraintes financières actuelles de l entreprise. «Quand il s agit d une toute nouvelle entreprise, je propose trois formules en rappelant qu il ne s agit pas de solutions à prendre ou à laisser et qu il est toujours possible de créer une combinaison sur mesure, dit-elle. La première formule est un régime de base qui procure une certaine couverture, mais pour lequel un étalonnage concurrentiel serait sans doute désastreux. Le régime intermédiaire correspond davantage aux [régimes des concurrents du client], mais il prévoit des mesures de compression des coûts visant une plus grande stabilité des taux de prime et le sentiment d avoir droit aux prestations est réduit au minimum. Enfin, je montre toujours à l employeur le meilleur régime qu il pourrait mettre en place. Mais je le recommande rarement. Il s agit plutôt de montrer à l employeur que ce genre de régime est possible et de l informer de la différence de prime à laquelle il doit s attendre dans l éventualité où il voudrait l adopter plus tard. Je peux lui dire, par exemple : Au lieu de verser des primes de fin d année, vous pourriez faire passer le taux de remboursement des soins dentaires de 80 % à 100 %; cela coûterait tant.» Pour les conseillers, le fait que les chefs d entreprise soient conscients de la valeur des régimes d assurance soins médicaux est de bon augure. Lorsque ces décideurs ne sont pas prêts à investir dans un tel régime, le conseiller peut s appliquer à cultiver une relation forte avec l entreprise et ses dirigeants; sa patience sera récompensée. «Nous passons beaucoup de temps à écouter les clients en tâchant d assimiler tout ce qu ils nous disent. Nous avons tant de produits à leur offrir! Mais ce qui importe avant tout, c est l étape où est rendue leur entreprise», remarque M. Joël Drolet, directeur général de Services financiers Goguen Champlain à Dieppe (Nouveau-Brunswick). Apprendre tout ce que vous pouvez sur leur entreprise Est-elle en croissance ou est-elle stable? Quels sont ses projets pour dans ses cinq ans? Quels sont ses défis? vous aidera à leur offrir des solutions adaptées en temps opportun. «Mieux vaut établir une relation d affaires avec l entreprise très tôt dans la vie de celle-ci, afin de pouvoir lui offrir des produits et des services appropriés au fur et à mesure des défis auxquels FIGURE 6 Décision relative à l offre d avantages sociaux aux employés Selon la phase dans laquelle se trouve leur entreprise, les propriétaires de petite entreprise adoptent des approches très différentes lorsqu ils envisagent d offrir et de mettre en place un régime d assurance pour soins médicaux. 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % Envisagé d offrir 41 % 18 % Phase de démarrage Mis en place 35 % 35 % Phase de croissance 24 % Base : tous les répondants qui offrent des régimes d assurance pour soins médicaux; Envisagé d offrir : n = 377; Mis en place : n = % Phase de maturité Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie Entreprises en démarrage 11

12 elle fait face au fil de sa croissance», renchérit M. Goedecke. Tout en reconnaissant qu investir du temps dans une entreprise en démarrage qui ne souscrira pas nécessairement un produit d assurance, de retraite ou bancaire de montant élevé n est pas toujours payant pour un conseiller, M. Menzies rappelle qu à long terme, cette stratégie s avère souvent rentable. «Il est vraiment important d établir cette relation très tôt et de bien comprendre les visées du propriétaire», dit-il. Prévoyance retraite et entreprises en démarrage Bien que les services bancaires soient le point de départ idéal des relations avec les entreprises en démarrage, les conseillers devraient aussi vérifier si le propriétaire a besoin d autres produits ou services. Par exemple, le sondage révèle que près du tiers des entreprises en démarrage pensent à mettre en place un programme d épargne-retraite. Parmi les entreprises qui offrent actuellement un tel régime, Plan d action du conseiller Quatre étapes pour mieux conseiller les clients De nos jours, les consommateurs ne veulent pas de boniments de vendeur; ce qu ils apprécient, c est la vente-conseil. Rappelez-vous, lorsqu ils décident de faire appel à un conseiller externe, 86 % des propriétaires de petites entreprises accordent plus d importance à la personne qu à la société qu elle représente, et 85 % ne veulent pas faire affaire avec un conseiller sans avoir d abord tissé des liens avec lui. Étant donné la myriade de solutions d assurance, de retraite et de services bancaires qui existent, le conseiller qui sait expliquer à ses clients potentiels et actuels pourquoi telle solution est la plus appropriée dans leur cas peut compter sur une relation privilégiée avec ses clients. Comment faire pour offrir une expérience de vente-conseil? M. Neil Menzies, conseiller financier chez Arbutus Financial Services à Vancouver (C.-B.), recommande cette méthode simple en quatre étapes : 1. Écouter. Prenez le temps d écouter vos clients quand ils vous parlent de leurs besoins. 2. Poser des questions. Cette étape vous aidera à découvrir leurs perspectives d avenir et leurs défis. Par exemple : Comment vont les ventes? Prévoyez-vous grossir cette année? Quelle est votre plus grande difficulté? Quelle est la plus belle occasion qui s offre à vous? 3. Se renseigner. Étudiez toutes les offres pertinentes de vos fournisseurs et prenez la peine de vérifier s il est possible de les adapter aux besoins de vos clients. 4. Prescrire. Plutôt que de présenter une liste de trois options, faites une recommandation nuancée et éclairée. Les clients attendent des recommandations fermes de leurs conseillers. 30 % y ont songé dès la phase de démarrage et 21 % en ont effectivement établi un au cours de cette période. Celles qui établissent un régime le font habituellement sous la pression de la concurrence. «Certaines entreprises en démarrage traversent une période où elles doivent se battre pour recruter du personnel afin de croître, dit M. Wortsman. Elles ont besoin d un régime d assurance ou d un régime de retraite tel qu un REER collectif ou un RPDB.» C est un ressort important, puisque 19 % des petites entreprises sondées cette année ont répondu qu elles avaient un régime de retraite et qu elles l avaient établi dès leur première année d exploitation. Parmi les entreprises encore en démarrage, seulement 13 % offrent un programme d épargneretraite. Cependant, c est dans ces entreprises qu on a le plus de chances de trouver un régime de participation différée aux bénéfices (12 %). M. Pritchard n est pas surpris de ce constat, qui s accorde avec sa stratégie de positionnement des produits d épargne-retraite auprès des jeunes pousses. «Nous essayons d amalgamer leurs projets de croissance avec leur intérêt pour les employés. En proposant un modèle de participation aux bénéfices, vous faites clairement un lien entre l importance de chaque emploi et la rentabilité de l entreprise. Et si l entreprise ne dégage pas de bénéfices, le propriétaire n est pas obligé de cotiser au régime. Une période d acquisition pouvant aller jusqu à deux ans protège encore mieux l employeur contre une rotation élevée du personnel.» Si les entreprises en démarrage que vous démarchez ne sont pas mûres pour un régime d épargne-retraite, M. Wortsman suggère de continuer à les informer des choix offerts, parce que la situation d une entreprise peut changer rapidement : vous voulez qu elles pensent d abord à vous si jamais elles veulent des solutions de retraite. 12 Entreprises en démarrage Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas.

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas. Pour publication immédiate Le 12 septembre 2011 Connaissances limitées en matière de finances : un obstacle au remboursement des dettes Selon un sondage sur l endettement mené pour la Banque Manuvie du

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Programme d épargne-retraite collectif Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Étape vers l avenir MD est une solution d épargneretraite collective novatrice,

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Le compte d épargne libre d impôt Tout résident canadien âgé de 18 ans ou plus qui possède

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

La vie est plus radieuse sous le soleil. La Financière Sun Life et vous

La vie est plus radieuse sous le soleil. La Financière Sun Life et vous La vie est plus radieuse sous le soleil. La Financière Sun Life et vous Lorsqu il est question de votre avenir financier, nous pouvons vous aider. Lorsqu il s agit de votre argent, vous désirez être certain

Plus en détail

Assurer la réussite de votre entreprise

Assurer la réussite de votre entreprise Assurer la réussite de votre entreprise Groupe labrecque assurance inc. Cabinet de services financiers Assurer la réussite de votre entreprise Comme pour la plupart des gens, les propriétaires d entreprise

Plus en détail

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Pourquoi choisir la TD pour vos besoins en gestion de patrimoine? Vos occasions se multiplient avec la croissance de votre

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Solutions d épargne-retraite collective Appuyés

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER)

Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) SONDAGE DE MANUVIE / IPSOS REID DE 2014 SUR LE RVER Les propriétaires de petite entreprise

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Régime volontaire d épargne-retraite

Régime volontaire d épargne-retraite Solutions de retraite toujours au travail Régime volontaire d épargne-retraite Une solution simple pour vous et vos clients Vendre un régime de retraite et d épargne collectif n aura jamais été aussi facile

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guides de Tangerine sur les finances personnelles Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guide pour les Canadiens Les RÉR existent depuis longtemps, mais les CÉLI sont relativement nouveaux,

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

La rémunération globale pour les moyennes entreprises

La rémunération globale pour les moyennes entreprises CHAPITRE 9 La rémunération globale pour les moyennes entreprises Ce chapitre est le résultat d une table ronde électronique organisée par la Financière Sun Life. Les stratégies de rémunération globale

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

RENTES COLLECTIVES. Choisir un régime parfaitement adapté à votre entreprise

RENTES COLLECTIVES. Choisir un régime parfaitement adapté à votre entreprise RENTES COLLECTIVES Choisir un régime parfaitement adapté à votre entreprise RÉGIME DE RENTES COLLECTIVES Les travailleurs d aujourd hui ne peuvent plus compter uniquement sur l État pour assurer leur sécurité

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition Programme

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE

LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le 17 janvier 2014 LE QUÉBEC ADOPTE LA LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE La Loi sur les régimes volontaires d'épargne-retraite (la «Loi») a été adoptée par l'assemblée nationale du Québec

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Comment préparer une demande de financement

Comment préparer une demande de financement Comment préparer une demande de financement SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Présenter votre entreprise Cibler vos points forts Faire les démarches SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Obtenir des sommes d argent

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE?

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? Des tableaux inédits, pour tous les médecins, quel que soit l âge ou le revenu Par Eric F. Gosselin, Adm.A, Pl.Fin. ericg@finances-etc.com Avec

Plus en détail

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie!

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13 Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Comment attirer et fidéliser un personnel qualifié dans un marché compétitif. Aux yeux des employés,

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable Petit-Matin RH Adecco : «Les défis d avenir de la gestion des ressources humaines» par Florent Francoeur, CRHA Le premier Petit-Matin RH 2013 organisé par Adecco s est déroulé le 21 février dernier au

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015 Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie Printemps 2015 1 Points saillants Les propriétaires canadiens ont pris ou sont disposés à prendre des mesures concrètes pour se désendetter plus

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété Guides de Tangerine sur les finances personnelles Prise de possession Points à considérer lors de l achat d une première propriété «Les acheteurs sont souvent surpris d apprendre que les maisons neuves

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie 15 mai 2012 #dettes #retraite Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement.

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement. Le Régime volontaire d épargne retraite (RVER) face au défi de la sécurité du revenu à la retraite des personnes salariées des groupes communautaires et de femmes et des entreprises d économie sociale

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Produits d épargne-retraite collective Comment choisir votre régime d épargne-retraite collective? Si vous êtes à l étape

Plus en détail

Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise

Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise CORPORATE BANKING 2 3 L importance d une politique de rémunération efficace Le succès de votre entreprise

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Un guide pour le conseiller Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Table des matières Introduction au

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 Table des matières Profil des répondants sommaire 3 Mesures de rémunération sommaire 4 Profil d emploi sommaire 11 Méthodologie et

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes

Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes Recherches en marketing Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes Les résultats du sondage du mois de Juin du Panel de recherche d EDC démontrent que la fluctuation des taux

Plus en détail

vos objectifs Investir pour atteindre

vos objectifs Investir pour atteindre Investir pour atteindre vos objectifs Que ce soit pour prendre une retraite confortable, effectuer un achat important, financer les études de votre enfant ou épargner en vue de laisser un legs, investir

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Découvrez TD Waterhouse Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Bienvenue à TD Waterhouse Tout le personnel de TD Waterhouse* s engage à vous aider à atteindre vos objectifs

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Investir avec l aide d un conseiller financier

Investir avec l aide d un conseiller financier Investir avec l aide d un conseiller financier Autorités canadiennes en valeurs mobilières Les autorités provinciales et territoriales en la matière se sont regroupées pour former les Autorités canadiennes

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 5 Retirer des fonds d un régime immobilisé Les fonds de pension constituent une source importante de revenu

Plus en détail

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information?

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information décrit le fondement de la planification en vue de la retraite. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service des ressources

Plus en détail

Évaluer les besoins en assurance collective

Évaluer les besoins en assurance collective La valeur ajoutée du conseiller auprès des PME par Gérard Bérubé Les produits collectifs se heurtent rapidement à la capacité de payer des participants. Il en résulte des arbitrages constants qui permettent

Plus en détail

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE BIENVENUE DANS UN RÉGIME DE RETRAITE À NUL AUTRE PAREIL LE REER COLLECTIF FÉRIQUE EN BREF En vertu d une entente avec Gestion FÉRIQUE, votre employeur

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON VOTRE COMPTE VIRIDIAN DÉCOUVREZ LA DIFFÉRENCE Votre compte à honoraires Viridian est un compte de premier ordre de conseils de pleins exercices, offert par Raymond James

Plus en détail