ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010"

Transcription

1 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de la Province de Luxembourg

2 Au mois de mars 2010, cinq mois après le lancement de la campagne «Ne perds pas la musique. Protège tes oreilles», les partenaires du projet désiraient connaître l avis des personnes ayant utilisé les outils développés dans le cadre de la campagne, à savoir : une affiche, un dépliant avec et sans bouchons et un DVD. NB : il ne s agit pas d une évaluation des impacts de la campagne sur le public cible, mais bien d une enquête de satisfaction menée auprès des institutions qui ont commandé et utilisé les outils de la campagne. Le présent document reprend les principaux résultats de l enquête. 2

3 20 UTILISATEURS INTERROGES SUR 24 INSTITUTIONS AYANT COMMANDE LES OUTILS L enquête a porté sur 20 utilisateurs, parmi lesquels on trouve : - 8 services de promotion de la santé à l école (six services de promotion de la santé à l école (PSE) provinciaux et deux centres psycho-médico-sociaux (PMS) de la Communauté française) - 5 maisons de jeunes - 7 autres institutions plus variées (centre d aide en milieu ouvert, échevinats de la jeunesse, établissements scolaires, asbl dans le domaine de la jeunesse, ). Parmi les quatre institutions restantes, trois n ont pas répondu à notre sollicitation et une n avait pas encore utilisé les outils. DES CONTEXTES DE DIFFUSION VARIES Les outils ont majoritairement été utilisés lors de concerts et activités musicales organisés par les maisons de jeunes (stages, ateliers, etc.), tandis que les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS) les ont diffusés lors des visites médicales. Dans les autres institutions, ils étaient généralement mis à disposition des jeunes dans un lieu de passage, sans que leur diffusion soit nécessairement reliée à un évènement ou à un contexte précis. UN PUBLIC CIBLE ATTEINT La campagne visait les jeunes de la province de Luxembourg âgés de 12 à 30 ans. L objectif est atteint puisque la majorité des personnes touchées par les utilisateurs ont entre 13 et 20 ans. Il s agit principalement d étudiants. DES OUTILS AU SUCCES VARIABLE C est sans conteste le dépliant avec bouchons qui a été le plus utilisé par les institutions contactées, puisqu il concerne 18 utilisateurs sur 20. L affiche a rencontré également un certain succès avec 14 utilisateurs sur 20, suivie du DVD, avec 9 utilisateurs sur 20. Le dépliant sans bouchons semble par contre peu apprécié, puisque seulement 5 utilisateurs sur 20 en ont fait usage. Classement des outils en fonction du nombre d'utilisateurs Affiche Bouchons Dépliant DVD DES OUTILS POUR SENSIBILISER : OUI, MAIS PAS SEULEMENT! Les utilisateurs, en particulier les maisons de jeunes et les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS), ont insisté sur la nécessité d accompagner la diffusion des outils d une discussion avec le jeune sur la problématique, sur ce qu il en connaît et ce qu il en pense, la sensibilisation ne passant pas que par l information. DES INFORMATIONS PERTINENTES ET UTILES, MAIS PAS TOUJOURS FACILEMENT COMPREHENSIBLES Les utilisateurs sont globalement satisfaits par rapport au contenu qui était présenté dans les outils, puisque ce critère remporte 78,5% de réponses positives. Une mauvaise note cependant pour la masse des informations qui rendait difficile la compréhension du dépliant pour les jeunes.

4 Evaluation du contenu des outils 16,30% UNE SATISFACTION VARIABLE PAR RAPPORT A L ADEQUATION DES OUTILS AUX PUBLICS DES UTILISATEURS 5,20% Les utilisateurs étaient invités à se prononcer sur le caractère adapté ou non des outils en fonction de l âge de leurs publics habituels et de l intérêt qu ils leur ont porté. 78,50% DES SUPPORTS BIEN CHOISIS AU GRAPHISME ATTRAYANT, MAIS UNE TYPOGRAPHIE PEU LISIBLE Les utilisateurs sont globalement satisfaits par rapport à l aspect esthétique et formel des outils, puisque ce critère remporte 77,2% de réponses positives. Une mauvaise note pour la typographie choisie cependant qui n a pas rencontré un franc succès parmi les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS). Ils estiment qu elle n aide pas à la visibilité et la compréhension des messages déjà jugés trop nombreux. C est surtout le dépliant qui est visé. Evaluation de la forme des outils 7,10% Ils ont été nombreux à ne pas pouvoir répondre à ces questions, puisque ce critère remporte 26,7% de non-réponses. Cela concerne principalement les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS) qui pouvaient difficilement donner une note globale de satisfaction, alors qu ils avaient observé de grandes différences en fonction des classes et qu ils n avaient pas toujours les moyens de connaître l avis des jeunes sur ce qui leur avaient été proposé. Evaluation de l'adéquation des outils par rapport aux publics 26,70% 12,20% 61,10% 15,70% 77,20% DES OUTILS ADAPTES AUX CADRES D UTILISATION Les utilisateurs sont globalement satisfaits par rapport à l adéquation des outils par rapport aux cadres dans lesquels ils les utilisent, puisque ce critère remporte 86,7% de réponses positives. Petit bémol à nouveau au niveau des services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS) qui n ont pas toujours le temps de mettre en œuvre ces outils, en particulier quand les classes comptent beaucoup d élèves. 4

5 Evaluation de l'adéquation des outils aux cadres d'utilisation 11,10% 2,20% PERSPECTIVES 86,70% Pour clôturer l entretien, nous avons demandé aux utilisateurs d exprimer leurs besoins par rapport à la suite de la campagne. Les maisons de jeunes (MJ) : - elles ont besoin d outils techniques qui permettent de montrer concrètement aux jeunes à quels niveaux sonores ils sont soumis lorsqu ils vont à un concert ou écoutent leur baladeur, le but étant d augmenter la prise de conscience des jeunes. Un projet inter-mj qui implique la MJ de Marche y travaille actuellement. Les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS) : - Ils ont besoin d outils délivrant des messages plus clairs. La cellule communication du service Prévention Santé y a travaillé et vient de leur proposer une affiche reprenant les conseils pratiques du dépliant à apposer à côté de la première affiche. - Ils ont également besoin d outils plus spécifiques en fonction des âges et des risques, comme des outils adaptés aux élèves de 6 ème primaire et des outils traitant spécifiquement du risque des baladeurs qui seraient destinés aux élèves ne fréquentant pas encore les milieux festifs. - Certains aimeraient aussi étendre la sensibilisation aux professeurs des cours techniques, dans les filières professionnelles et techniques. - Ils souhaiteraient enfin mettre en place un dispositif qui leur permette de connaître l avis des élèves par rapport à la problématique. Un projet pilote qui comprend une enquête de comportements est actuellement à l étude avec le centre de santé de Marche. DISCUSSION Concernant la satisfaction : Si globalement l enquête de satisfaction se révèle assez positive, on observe cependant des différences de satisfaction parmi les utilisateurs interrogés, en particulier entre les maisons de jeunes et les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS), les premières étant généralement plus satisfaites que les deuxièmes. A ceci, on peut apporter plusieurs explications : - la première tient au questionnaire utilisé pour évaluer la satisfaction qui n a pu saisir toutes les particularités liées au contexte spécifique de la visite médicale. Une certaine prudence est donc de mise dans l interprétation des résultats. - la deuxième tient au contexte dans lequel a été développé ce projet : même si ces outils ont été développés dans une perspective de prévention, le cadre initial était plus proche du milieu festif d où émanait la demande que du milieu scolaire. Concernant la visibilité de la campagne : La campagne n a pas réussi à atteindre l ensemble des acteurs que les partenaires désiraient engager dans la sensibilisation. Ceci concerne en particulier le milieu festif : les invitations adressées aux boîtes de nuit, aux organisateurs de soirées et de festivals, ou aux salles de concert n ont pas reçu d échos, ce qu il 5

6 serait intéressant de pouvoir expliquer. Ces acteurs représentent en effet tout un pan des milieux festifs fréquentés par les jeunes et sont des intermédiaires privilégiés d une gestion sonore intégrée, puisqu à la jonction entre le public et les artistes. Des collaborations avec d autres acteurs déjà actifs sur ce terrain sont actuellement à l étude. Concernant les outils : Le dépliant est un format apparemment très (trop?) utilisé pour interpeller les jeunes. Pour être remarqué, il doit donc présenter une particularité, ce qui pourrait expliquer pourquoi le dépliant seul a été si peu utilisé, alors qu accompagné des bouchons, il est l outil le plus utilisé. Quant au DVD, il nous semble intéressant de relever que ce sont les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS) qui en ont fait le plus grand usage, puisque six services sur huit l utilisent : il semble assez bien adapté au cadre de la visite médicale. Ceci pourrait s expliquer par le peu de temps dont dispose le personnel médical pour aborder la problématique avec les jeunes, du moins collectivement. Le nombre d utilisateurs du DVD est cependant certainement sous-estimé, puisqu il avait déjà été diffusé avant la campagne par la maison des jeunes de Marche qu il l a créé. CONCLUSION En conclusion, on retiendra que les outils de la campagne «Ne perds pas la musique. Protège tes oreilles» ont été accueillis positivement par leurs utilisateurs, mais que des améliorations sont possibles en fonction des publics auxquels on les destine et des cadres dans lesquels ils sont utilisés. Les utilisateurs interrogés ont également souligné que la sensibilisation ne passe pas que par l information, mais aussi par des outils pratiques, comme les bouchons qui donnent aux jeunes un moyen d action, et techniques, qui permettent de mesurer le bruit et montrer aux jeunes à quels niveaux sonores ils sont soumis. Ils ont également insisté sur la nécessité d accompagner ces outils. Sur le plan de la sensibilisation, plusieurs pistes sont à explorer : au niveau festif, avec les organisateurs de soirée et les artistes, et au niveau scolaire, avec les professeurs de cours techniques, mais aussi de musique ou de physique, en collaboration avec les services de promotion de la santé à l école (PSE et PMS). 6

7 PARTENAIRES DU PROJET 7

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Les jeunes réinventent les devoirs à la maison

Les jeunes réinventent les devoirs à la maison Les jeunes réinventent les devoirs à la maison 3 élèves sur 4 demandent régulièrement de l aide pour leurs devoirs, principalement à des camarades de classe (28%) 59% des élèves utilisent des supports

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Liège, le 21 septembre 2013 PROJET D ETABLISSEMENT Projet d établissement Le Centre d Enseignement Secondaire Léon MIGNON se composant de trois implantations distinctes, ayant chacune leurs caractéristiques

Plus en détail

Pour que la musique reste un plaisir La gestion sonore dans le spectacle vivant

Pour que la musique reste un plaisir La gestion sonore dans le spectacle vivant Pour que la musique reste un plaisir La gestion sonore dans le spectacle vivant 20 et 21 0ctobre 2010 Colloque «musiques amplifiées : gestion sonore et risques auditifs» Sous l égide des ministères chargés

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école www.besafe.be Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur

Plus en détail

BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF

BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF Exposition sonore présentée dans le cadre de la Fête de la Science 2012 Du 10 au 13 octobre 2012 A l ecole Normale Supérieure de Lyon Site Jacques Monod Salle 1/22 GN2 OUEST

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Enquête. De satisfaction. D utilisation des bus de ville. De Colomiers

Enquête. De satisfaction. D utilisation des bus de ville. De Colomiers Enquête De satisfaction D utilisation des bus de ville De Colomiers Décembre 2013 1 Préambule A l origine, ce projet est issu du programme d un candidat aux élections de 2011. C est notre rôle de choisir

Plus en détail

avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs

avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs avec KKC Orchestra Animation-Concert sur la sensibilisation aux risques auditifs Peace & Lobe : Une tournée régionale d animations-concerts À destination des collèges (4 e et 3 e ) des lycées généraux

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS

PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS PROPOSITIONS D ACTIONS POUR LES CMCAS Journée nationale de l audition 2009 Afin de proposer des axes de prévention correspondant aux grandes problématiques de santé actuelles et d animer des initiatives

Plus en détail

Peace and Lobe Dossier de presse

Peace and Lobe Dossier de presse Peace and Lobe Dossier de presse Contact : Mélanie Delbart Coordinatrice projet peace and lobe Association ARA, Autour des Rythmes Actuels 03 20 28 06 52 06 13 82 93 83 peaceandlobe@ara-asso.fr www.ara-asso.fr

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES»

ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES» ENQUÊTE DE SATISFACTION A DESTINATION DES RÉSIDENTS EHPAD «LES TERRASSES» 2015 - Diffusion du questionnaire de satisfaction en mai et juin 2015 auprès de l ensemble des résidents : EHPAD classique et Unité

Plus en détail

2015 Jennifer Goldoni - Pôle réduction des risques, Avant-Mardi.

2015 Jennifer Goldoni - Pôle réduction des risques, Avant-Mardi. Musiques, jeunes et risques auditifs. 2015 Jennifer Goldoni - Pôle réduction des risques, Avant-Mardi. L exemple de Concerts pédagogiques CONTEXTE ET ÉTAT DES LIEUX Comme le souligne le sociologue Olivier

Plus en détail

LE BRUIT dans tous ses éclats CHAPITRE 1 INTRODUCTION. Nom du module Nom du «chapitre» Temps : à

LE BRUIT dans tous ses éclats CHAPITRE 1 INTRODUCTION. Nom du module Nom du «chapitre» Temps : à LE BRUIT dans tous ses éclats CHAPITRE 1 INTRODUCTION Nom du module Nom du «chapitre» Temps : à I. Bruits et sons Du plaisir à la gêne (2 min 26 sec) Suggestions d approches pédagogiques disciplinaires

Plus en détail

Les jeunes de la Vallée de la Drôme Résultats chiffrés de l enquête sur leurs rythmes de vie

Les jeunes de la Vallée de la Drôme Résultats chiffrés de l enquête sur leurs rythmes de vie Les jeunes de la Vallée de la Drôme Résultats chiffrés de l enquête sur leurs rythmes de vie 18 OCTOBRE 2010 A I D E R I N I T I A T I V E S E C O S I T E D U V A L D E D R O M E E U R R E Pourquoi une

Plus en détail

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs.

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs. «L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES EN STAGE : UN LEVIER IMPORTANT DANS LA QUALITÉ DES APPRENTISSAGES.». COMPTE-RENDU DES PRÉSENTATIONS ET DES DISCUSSIONS. 0. Introduction générale (Dominique Van Pee) Denis

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain Nom de l entité déposante : La Cub agence X annonceur Nom de l agence conseil : direction de la communication de La Cub/ Le Big Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu

Plus en détail

Section 3. Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires?

Section 3. Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires? Section 3 Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires? Frédéric Nils L enseignement supérieur en Communauté française se distinguant par un accès très ouvert, le choix

Plus en détail

Cette enquête, envoyée une première fois le 2 avril et clôturée le 15 avril, avait deux objectifs principaux :

Cette enquête, envoyée une première fois le 2 avril et clôturée le 15 avril, avait deux objectifs principaux : Depuis quelques années, les besoins en accompagnement numérique exprimés par les acteurs du tourisme d Auvergne se sont accrus. La réponse apportée par le CRDTA a été la mise en place d'une formation d'animateur

Plus en détail

PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE

PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE INTRODUCTION Le parcours 1 des assises, intitulé «Promouvoir et valoriser la solidarité internationale», était animé par Odile Ambry, directrice

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Enquête de satisfaction CLES1 et CLES 2

Enquête de satisfaction CLES1 et CLES 2 Enquête de satisfaction CLES1 et CLES 2 Faculté de Droit et de Science Politique Année universitaire 2008/2009 Rapport établi à partir de 295 questionnaires analysés soit un taux de réponses de Coordinatrice

Plus en détail

Résultats enquête Représentants de Parents Sept. 2011

Résultats enquête Représentants de Parents Sept. 2011 1. Généralités Dans le cadre du PRS, l (ADQS) a organisé, en mars 2011, une tournée nationale auprès des représentants de parents d élèves (RPE) afin de les éclairer sur leur rôle et leur implication dans

Plus en détail

Action restauration. Objectif. Enjeu. Finalité. Descriptif. Services concernés. Partenaires associés. Charges directes

Action restauration. Objectif. Enjeu. Finalité. Descriptif. Services concernés. Partenaires associés. Charges directes Dossier Agenda 21 Action restauration - modifier le rapport des acteurs du festival à la nourriture, - participer au bien-être des personnes venant au festival par la restauration, - participer à la sauvegarde

Plus en détail

BILAN ANNEE 2014 ACTIONS 2015 OBJET. A/ Bilan des opérations de qualité de service mises en place en 2014.

BILAN ANNEE 2014 ACTIONS 2015 OBJET. A/ Bilan des opérations de qualité de service mises en place en 2014. Page 1 sur 5 OBJET Le bilan annuel constitue une des actions de suivi et de pilotage du respect des engagements du référentiel Qualipref. En application du paragraphe VI du référentiel Qualipref sur les

Plus en détail

Pondération des compétences 2011-2012

Pondération des compétences 2011-2012 des compétences 2011-2012 Éducation préscolaire, enseignement primaire et enseignement secondaire Addenda au Programme de formation de l école québécoise Direction de l évaluation, MELS Document de travail

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Dossier de sensibilisation

Dossier de sensibilisation Le grand jeté! Dossier de sensibilisation Contact administratif Annick Boisset : 06 80 54 64 04 / administration@legrandjete.com Contact artistique Frédéric Cellé : 06 72 98 42 50 / artistique@legrandjete.com

Plus en détail

QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE

QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE QUALITE DE VIE EN DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE Hélène Theunynck 1, J.Ph. Ryckelynck 2, Th. Lobbedez 2, Janine Castel 2, Catherine Ollivier 1, B. Hurault de Ligny 2 1 Pharmacie 2 Service de Néphrologie-Dialyse-Transplantation

Plus en détail

Résumé et synthèse. 1) Introduction

Résumé et synthèse. 1) Introduction Analyse des besoins en aide scolaire d élèves de l enseignement secondaire supérieur général et de technique de qualification fréquentant une école sur la commune de Saint-Gilles. Résumé et synthèse 1)

Plus en détail

Etude sur Le service de restauration scolaire

Etude sur Le service de restauration scolaire Etude sur Le service de restauration scolaire En accord avec les objectifs de l Association des Parents d Elèves de Génération ECOLE, une enquête de satisfaction de la cantine scolaire a donné les résultats

Plus en détail

Appel d offre. Accueil de l'édition 2015 12 e édition. Festival Quand ça nous chante!

Appel d offre. Accueil de l'édition 2015 12 e édition. Festival Quand ça nous chante! Appel d offre Accueil de l'édition 2015 12 e édition Festival Quand ça nous chante! 1 Page Appel d offre pour la sélection du Comité organisateur du 12 e Festival de la chanson et de la musique franco-ontarienne

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

Rapport d'étude Mesure de la satisfaction des visiteurs et des exposants du salon de l'information sur les études et les professions

Rapport d'étude Mesure de la satisfaction des visiteurs et des exposants du salon de l'information sur les études et les professions Rapport d'étude Mesure de la des visiteurs et des exposants du salon de l'information sur les études et les professions Mons - Mars 1993 Rapport réalisé à la demande du SIEP ICET - Promotion Sociale Graduat

Plus en détail

Par courrier non recommandé à l adresse du siège social. Ou déposé chez les administrateurs suivants afin de vous éviter des frais postaux

Par courrier non recommandé à l adresse du siège social. Ou déposé chez les administrateurs suivants afin de vous éviter des frais postaux Fédération Musicale du Luxembourg Belge ASBL Grand-Place, 3 / 2 - B-6850 PALISEUL N Entreprise : 0876 520 902 (FMLB) Paliseul, août 2015 Madame, Monsieur, Vous trouverez ci-joint : - Une fiche de signalement

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction

Résultats de l enquête de satisfaction Résultats de l enquête de satisfaction (Novembre-Février 2012) 88 Questionnaires ont été rendus Nous vous en remercions! Votre situation Etes-vous abonné à la médiathèque de Scionzier? A propos des horaires

Plus en détail

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 2 L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Seïtaro YAMAKAWA Université d Economie d Osaka bpr5000?saturn.dti.ne.jp De nos jours, dans beaucoup

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Sondage : les résultats!

Sondage : les résultats! Sondage : les résultats! Avec 104 réponses, le sondage réalisé par le Parti libéral radical de Troistorrents-Morgins s est révélé un franc succès. Sans pouvoir être représentatif, il constitue néanmoins

Plus en détail

LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS

LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS LES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LES ÉTUDIANTS UNSPF Pauline Laproye Audition Mai 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction

Plus en détail

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF 1 Collège Jean-Baptiste Carpeaux Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF Quelques chiffres : Environ 10% des jeunes de moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique.

Plus en détail

L INRS a créé un «Guide de conduites à tenir

L INRS a créé un «Guide de conduites à tenir AC 66 Base de données EFICATT de l'inrs Bilan de l'enquête de lectorat 2013 AUTEUR : M.C. Bayeux-Dunglas, département Études et assistance médicales, INRS L INRS a créé un «Guide de conduites à tenir après

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Sondage Mobilité des jeunes Juillet Octobre 2010

Sondage Mobilité des jeunes Juillet Octobre 2010 Sondage Mobilité des jeunes Juillet Octobre 2010 Du 1er juillet au 31 octobre 2010, le Conseil de la Jeunesse et ses homologues du Vlaamse Jeugdraad et du Rat der deutschprachigen Jügend ont collecté les

Plus en détail

DEPOUILLEMENT DES QUESTIONNAIRES DES PARENTS NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES

DEPOUILLEMENT DES QUESTIONNAIRES DES PARENTS NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES DEPOUILLEMENT DES QUESTIONNAIRES DES PARENTS NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES NOMBRE DE QUESTIONNAIRES DISTRIBUES : NOMBRE DE RETOURS : 156 école élémentaire 108 école maternelle 85 école élémentaire 53 école

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE

POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE POLLUTION SONORE ET ÉCOLOGIE AUDITIVE Jean-Baptiste Lemasson Audioprothésiste D.E. Audiologie D.U. Vendredi 3 avril 2015 TRAVAIL AUTOUR DE LA COCHLÉE 1. Introduction 2. Notions & épidémiologie 3. Fatigue

Plus en détail

Analyse des résultats des sondages

Analyse des résultats des sondages Année scolaire 2009-2010 ÉVALUATION DE LA PREMIÈRE ANNÉE DE L EXPÉRIMENTATION Analyse des résultats des sondages Direction générale de l enseignement scolaire Sous-direction des programmes d enseignement,

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Descriptif : Mise en place d une campagne de communication visant à promouvoir

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014 ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF Rapport de résultats Septembre 2014 Sommaire Contexte de l étude, méthodologie p 3 Synthèse des résultats

Plus en détail

Fanny Mietlicki BRUITPARIF Séminaire IBGE du 30 octobre 2009

Fanny Mietlicki BRUITPARIF Séminaire IBGE du 30 octobre 2009 Campagne de sensibilisation et de mesure de bruit au sein de 20 lycées de la Région Ile-de-France Fanny Mietlicki BRUITPARIF Séminaire IBGE du 30 octobre 2009 Action pilote lancée par la région Ile-de-France

Plus en détail

LOCAUX DE REPETITION / STUDIOS D ENREGISTREMENT 33 route de Darnétal 76000 ROUEN Tél : 02.35.98.35.66 / contact@lekalif.com www.lekalif.

LOCAUX DE REPETITION / STUDIOS D ENREGISTREMENT 33 route de Darnétal 76000 ROUEN Tél : 02.35.98.35.66 / contact@lekalif.com www.lekalif. ENGAGEMENT CONTRACTUEL EN VUE DE LA REALISATION D UN CONCERT PEDAGOGIQUE ENTRE : L association LE KALIF (Locaux de répétition - Studios d enregistrement) 76000 Rouen Siret : 410 340 186 000 23 Représentée

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Tu viens de voir que le système nerveux permet de s adapter à notre environnement, grâce à des réactions coordonnées par notre cerveau. Dans certains cas, le fonctionnement du

Plus en détail

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Cursus «bachelier en optique-optométrie»

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Cursus «bachelier en optique-optométrie» Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Cursus «bachelier en optique-optométrie» 19 décembre 2014 1. Commentaire général Les équipes et administrative de l I.O.R.T. ont trouvé l exercice

Plus en détail

Enquête de satisfaction clients 2012. Rapport Associé

Enquête de satisfaction clients 2012. Rapport Associé Enquête de satisfaction clients 2012 Rapport Associé Mars 2012 Objectifs Améliorer la qualité de services Faire le point et mesurer les évolutions Animer la prise en compte de la satisfaction des clients

Plus en détail

Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine

Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine CROS du 19 septembre 2013, Villenave d'ornon L élaboration du BSV en résumé Quelques chiffres

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Forum «MOBIVET-REGIO»

Forum «MOBIVET-REGIO» Forum «MOBIVET-REGIO» Résultat de l enquête de satisfaction des participants Le forum MOBIVET-REGIO s est tenu dans le cadre du Mondial des Métiers à Lyon, le 20 mars 2009. Il a réuni plus de 70 participants

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

L EGALITE FILLES/GARÇONS

L EGALITE FILLES/GARÇONS Orientations scolaires, Représentations des métiers et stéréotypes des lycéen(ne)s 20 FEVRIER 2014 GENDER-GLASSES www.gender-glasses.org TABLE DES MATIERES Introduction... 2 Représentations sur les métiers...

Plus en détail

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 «Le club Tic est cofinancé par l union européenne. L Europe s engage en Picardie avec le Fonds européen de développement régional»

Plus en détail

1) Pourquoi faire des portes ouvertes à la ferme? A. Calendrier prévisionnel :

1) Pourquoi faire des portes ouvertes à la ferme? A. Calendrier prévisionnel : (JPO) Une ferme est une entreprise qu il peut être fort intéressant de visiter. Elles servent à valoriser l image de l exploitation et à diffuser un message. Les visites gratuites ont un impact sur les

Plus en détail

Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio»

Séquence Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Auteurs : Chris Trabys, Sophie Siret, Linda Khirani-Lycée Blaise Pascal brie Comte Robert (77) Niveau : Seconde

Plus en détail

QUALITÉ séjours et stages linguistiques

QUALITÉ séjours et stages linguistiques www.loffice.org contrat QUALITÉ séjours et stages linguistiques loffice.org Voyages Scolaires Educatifs L Office national de garantie des séjours et stages linguistiques 8, rue César Franck 75015 Paris

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 L' imaginer, le réaliser ensemble Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel

HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel 1 HISTOIRE DE ARTS Au Lycée professionnel Documents d aide pour débuter Synthèse de la réflexion du groupe d experts -----------------oooooooooooooooooo----------------- Emmanuelle Kalonji professeure

Plus en détail

Enquête déménagement auprès des salariés. CE Hatier

Enquête déménagement auprès des salariés. CE Hatier Enquête déménagement auprès des salariés CE Hatier Objectifs et méthodologie Objectifs Connaître le niveau d information et de satisfaction des salariés Hatier et Foucher suite à l annonce des déménagements

Plus en détail

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes»

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Jeunes, musique et santé: Prévention par les pairs «Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Julie BURSON Coordinatrice réseau prévention-la Mutuelle

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Former pour performer

Former pour performer Former pour performer La Chambre de Commerce et d Industrie du Var Créateur de performance Avril 2012 SOMMAIRE La CCI du Var, créateur de performance page 3 Capforma, le pôle formation continue de la CCI

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

CONSERVATOIRE HENRI DUPARC du Grand Tarbes

CONSERVATOIRE HENRI DUPARC du Grand Tarbes CONSERVATOIRE HENRI DUPARC du Grand Tarbes Danse Classique - Contemporaine Année Scolaire 2015-2016 EVEIL MUSIQUE ET DANSE A partir de 4 ans (Moyenne section) Durée : 2 ans Organisation hebdomadaire des

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Mise en contexte Au SPVM Environ 18 000 appels de service au 911

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

«ECLAT, une pépite pour votre entreprise»

«ECLAT, une pépite pour votre entreprise» «ECLAT, une pépite pour votre entreprise» Contact : Nathalie Arnoult Directrice ECLAT a.s.b.l. Education, Culture, Lecture, Art, Technologie Centre de Ressources Pédagogiques 8, Avenue Einstein - 1300

Plus en détail

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR JEAN-GUY VIENNEAU JGV CONSULTANTS INC. DIEPPE, N.-B. AVRIL 2013 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail