Magali LACAMBRA : Ingénieur Conseil Qualité Jean-Baptiste MOUSSIERE: Ingénieur Informatique et Qualité Guillaume THERON : Ingénieur Conseil Sécurité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Magali LACAMBRA : Ingénieur Conseil Qualité Jean-Baptiste MOUSSIERE: Ingénieur Informatique et Qualité Guillaume THERON : Ingénieur Conseil Sécurité"

Transcription

1 L informatisation des processus QSE dans les entreprises agroalimentaires Magali LACAMBRA : Ingénieur Conseil Qualité Jean-Baptiste MOUSSIERE: Ingénieur Informatique et Qualité Guillaume THERON : Ingénieur Conseil Sécurité et Environnement

2 Domaines de compétence Département Informatique Département Stratégie & Marketing Département QSE Systèmes d information Stratégie Management Qualité Gestion production Études de Marché Management Sécurité Pascal Bousselet Consultants depuis 1996 Élaboration Prix de Revient Mix Marketing PBCSoft Sarl depuis 2009 Édition Logiciels Études & Diagnostics Management Environnement 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 2

3 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS L informatisation des processus QSE 1- QSE : quelles contraintes? Les contraintes réglementaires et les sanctions encourues Les contraintes commerciales (cahiers des charges clients, IFS, etc.) Les avantages commerciaux de la certification 2- Quelles réponses concrètes? Qualité : plan HACCP, mesures d hygiènes, suivi des non-conformités, etc. Sécurité : Document Unique, gestion des compétences, suivi des accidents du travail, etc. Environnement : évaluation de l impact, gestion des déchets et des consommations 3- Les avantages de l informatique Harmoniser les processus Pérenniser et sécuriser l information Centraliser et transversaliser les processus 4- Quelques conseils pour l informatisation des processus QSE Intégration de la réflexion «processus» au schéma directeur informatique Implication des ressources humaines Réalisation d un cahier des charges Le type de contrat 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 3

4 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS QSE : QUELLES CONTRAINTES? 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 4

5 Les contraintes réglementaires en Qualité LE PAQUET HYGIENE (déjà 8 ans) LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Food Law (règlement 178/2002) Professionnels Règles spécifiques alimentation animale Règles générales d hygiène denrées alimentaires (y compris détaillants) Règles spécifiques d hygiène denrées d'origine animale (hors détail) Règlement 183/2005 Règlement 852/2004 Règlement 853/2004 Règlement 2073 / 2005 : critères microbiologiques Services de contrôle Règlement 882/2004 «contrôles officiels» Règlement 854/2004 Depuis 1 er janvier 2010 : DDSV et DDGCCRF n existent plus. Leurs activité ont été regroupées sous la direction départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP)/ Pôle Protection des Populations / Sécurité sanitaire des aliments et Sécurité et Loyauté des transactions commerciales 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 5

6 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Qualité Food Law (règlement 178/2002) «Objectifs de protection de la vie et de la santé des personnes, ET des intérêts des consommateurs» y compris pratiques équitables protection de la santé et du bien-être des animaux, de la santé des plantes et de l'environnement) Responsabilité pénale première dévolue à chacun des exploitants de la chaîne alimentaire. En cas d incident grave les professionnels doivent apporter la preuve qu ils ont tout mis en œuvre pour éviter un tel incident et s il y a atteinte à la santé du consommateur (hospitalisation, séquelles et parfois mort), ils relèvent du code pénal (si la négligence est établie, art ). Loi n du 13 mai 1996 relative à la responsabilité pénale pour faits d imprudence ou de négligence. Nouveau code pénal : art «il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement s il est établi que l auteur des faits n a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.» Obligation de traçabilité fiable sur l ensemble de la chaîne alimentaire Règles générales d hygiène denrées alimentaires Règlement 852/2004 Règles spécifiques d hygiène denrées d'origine animale Règlement 853/2004 Règlement 2073 / 2005 : critères microbiologiques 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 6

7 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Qualité Food Law (règlement 178/2002) Règles générales d hygiène denrées alimentaires Règlement 852/2004 Règles spécifiques d hygiène denrées d'origine animale Règlement 853/2004 OBLIGATIONS GÉNÉRALES DES EXPLOITANTS. 1. BonnesPratiques d Hygiène + Procédures basées sur principes HACCP: 7 principes du codex alimentarius(sauf production primaire et activités connexes) 2. Utilisation de Guides validés de Bonnes Pratiques d Hygiène et d application des principes HACCP (y compris pour la production primaire) 3. Respect des critères microbiologiques et de température réglementaires (si existent) 4. Déclaration et enregistrement de TOUS les établissements 5. Agrément sanitaire, le cas échéant Annexe 1 : Production primaire et activités connexes Partie A : dispositions générales d'hygiène + registres Partie B : Guides de bonnes pratiques d'hygiène Annexe 2 : dispositions générales pour tous les exploitants du secteur alimentaire (sauf production primaire) Disparition des agréments loco-régionaux. Estampille sanitaire : passage de «F» à «FR» Possibilité d utilisation de la marque d'identification sur tous les produits d'un établissement, même si non soumis à agrément Obligations générales : Règlement 2073 / 2005 : critères microbiologiques Enregistrement & agrément des établissements (introduction de la dispense d'agrément) Exclusion du champ du commerce de détail Principe de la dispense d agrément validé au niveau européen Annexe 1 : définitions Annexe 2 : marque d'identification, objectifs de certaines procédures HACCP, information sur la chaîne alimentaire Annexe 3 : conditions spécifiques à chaque secteur (viandes d ongulés / de volailles et lagomorphes / de gibier d'élevage et sauvage / viandes hachées, préparations de viande et VSM / produits à base de viande / mollusques bivalves / lait cru et produits laitiers / œufs et ovoproduits/ cuisses de grenouilles et escargots 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 7

8 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Qualité Food Law (règlement 178/2002) Règles générales d hygiène denrées alimentaires Règlement 852/2004 Règles spécifiques d hygiène denrées d'origine animale Règlement 853/2004 Règlement 2073 / 2005 : critères microbiologiques Les critères microbiologique sont de deux types et varient en fonction des produits Les standards impératifs : CHAPITRE 1. CRITÈRES DE SÉCURITÉ DES ALIMENTS ce sont des critères de santé publique : Listeria monocytogenes, Salmonella, Entérotoxinesstaphylococciques, Enterobactersakazakii, E. coli, histamine Leur dépassement entraîne : 1. Action à l égard du lot concernés ; a. déclassement, b. utilisation conditionnelle, c. impropriété à la consommation, d. rappel, destruction, 2. Action sur le procédé de fabrication Valident l application correcte des bonnes pratiques et le bon déroulement d un procédé Les critères pour la vérification des bonnes pratiques d hygiène, des procédés : CHAPITRE 2. CRITÈRES D HYGIÈNE DES PROCÉDÉS Leur dépassement n entraîne pas d action sur les produits concernés mais conduit : a. à l identification de l origine de la défaillance b. & la mise en place d actions correctives 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 8

9 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Sécurité Directive cadre n 89/391/CEE du 12 juin 1989 Obligation pour l employeur d assurer la santé etla sécurité des travailleurs Mise en œuvre des principes généraux de prévention des risques professionnels Obligation de procéder à l évaluation des risques professionnels La loi du 31 décembre 1991 (Loi n , 1414, applicable depuis le 31 décembre 1992) L article L du code du travail Le décret n du 5 novembre /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 9

10 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Sécurité Directive cadre n 89/391/CEE du 12 juin 1989 La loi du 31 décembre 1991 (Loi n , 1414, applicable depuis le 31 décembre 1992) Transpose en droit français les dispositions de la directive-cadre, cadre, en particulier l article L230-2 du code du travail qui pose les principes généraux de prévention. L article L du code du travail Le décret n du 5 novembre /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 10

11 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Sécurité Directive cadre n 89/391/CEE du 12 juin 1989 La loi du 31 décembre 1991 (Loi n , 1414, applicable depuis le 31 décembre 1992) L article L du code du travail 1 Le chef d établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l établissement, y compris les travailleurs temporaires. Actions de prévention, information, formation, mise en place d une organisation et de moyens adaptés, veille et amélioration 2 Le chef d établissement metenen œuvre les mesures prévues au1 sur surla base de principes généraux de prévention suivants: Eviter les risques Evaluer les risques ne pouvant être évités Combattre les risques à la source Adapter le travail à l homme (conception postes de travail, équipements, méthodes) Tenir compte de l évolution de la technique Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l est pas ou l est moins Planifier le prévention en intégrant technique, organisations, conditions, relations sociales, facteurs ambiants Prendre des mesures de protection collective Donner des instructions appropriées aux travailleurs Le décret n du 5 novembre /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 11

12 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Sécurité Directive cadre n 89/391/CEE du 12 juin 1989 La loi du 31 décembre 1991 (Loi n , 1414, applicable depuis le 31 décembre 1992) L article L du code du travail 3 Le chef d établissement doit, compte tenu dela nature des activités de l établissement: Evaluer les risques pour la sécurité et la santé des travailleurs Choix des procédés de fabrication, équipements de travail, substances chimiques, Aménagement, réaménagement des lieux de travail ou des installations Définition des postes de travail Actions de prévention, méthodes, Meilleur niveau de Protection de la sécurité et de la santé Prendre en considération les capacités du travailleur à mettre en œuvre les précautions nécessaires pour la sécurité et la santé Consulter les travailleurs sur le projet d introduction de nouvelles technologies, en ce qui concerne leurs conséquences sur la sécurité et la santé Le décret n du 5 novembre /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 12

13 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Sécurité Directive cadre n 89/391/CEE du 12 juin 1989 La loi du 31 décembre 1991 (Loi n , 1414, applicable depuis le 31 décembre 1992) L article L du code du travail Le décret n du 5 novembre 2001 Art.R.230-1: Transcription et miseàjour par l employeurd un DOCUMENT UNIQUE Inventaire des risques identifiés Mise à jour Au minimum annuelle Lors d une décision d aménagement ou information supplémentaire sur un risque Art.R :lanon transcription ou Miseàjour des résultats de l évaluation des risques est punie dela peine d amende prévue pour les contraventions de5 classe. 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 13

14 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement CODE DE L ENVIRONNEMENT LIVRE II Milieux physiques LIVRE V Prévention des pollutions, des risques et des nuisances Titre I er : Eau et milieux aquatiques Titre I er : Installations classées pour la protection de l'environnement Titre IV : Déchets Loi sur l Eau Règlementation ICPE Réglementation Déchet Origine : L'ordonnance n o du 18 septembre 2000 relative à la partie législative du code de l'environnement. Les livres I er, III, IV et V de la partie réglementaire du code de l'environnement ont été publiés par le décret n o du 2 août 2005 relatif à la partie réglementaire du code de l'environnement et les livres II et VI l'ont été par le décret n o du 22 mars Les 7 livres du Code de l Environnement : 1. Dispositions communes 2. Milieux physiques 3. Espaces naturels 4. Faune et flore 5. Prévention des pollutions, des risques, et des nuisances 6. Dispositions applicables en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Wallis et Futuna, dans les terres australes et antarctiques françaises et à Mayotte 7. Protection de l'environnement en Antarctique 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 14

15 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement Les régimes de déclaration / autorisation Régime administratif de vos activités ICPE IOTA soumise à autorisation soumise à déclaration soumis à autorisation soumis à déclaration Prescriptions applicables à votre entreprise Arrêté préfectoral d autorisation d exploiter Arrêtés types des rubriques de la nomenclature vous concernant + éventuellement des prescriptions spécifiques Arrêté préfectoral d autorisation Arrêté de prescriptions générales + éventuellement des prescriptions particulières Instruction de votre dossier Guichet unique en préfecture Guichet unique en préfecture Inspection et pouvoir de police DSV ou DRIRE (police du préfet) DDA ou DDE (police du préfet) Non concernés Règlement sanitaire départemental Mairie ou DDASS Police du maire Qui est concerné? Installations dont au moins une des activités référencées dans les nomenclature atteint le seuil de la déclaration Qui dépose la demande d autorisation et où? L exploitant, en 7 exemplaires, à la Préfecture du département Quelles prescriptions? arrêté du 2 février 1998 : relatif aux prélèvements et à la consommation d eau ainsi qu aux émissions de toute nature des ICPE soumises à autorisation 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 15

16 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement La réglementation ICPE Prescriptions de fonctionnement : Ensemble des dispositions édictées par le préfet au moment de la déclaration / autorisation Portent sur modalités de fonctionnement et d exploitation, moyens d intervention en cas de sinistre, moyens d analyse et de contrôle Installations soumises à Déclaration Prescriptions générales : fixées par arrêté ministériel ou préfectoral Prescriptions spéciales : renforcent, allègent ou complètent les prescriptions générales initialement délivrées suite à des modifications de l installation ou des circonstances locales Installations soumises à Autorisation : Prescription fixées par la réglementation nationale : arrêté du 2 février 1998 Prescriptions fixées par l arrêté préfectoral d Autorisation Prescriptions fixées par arrêté complémentaire 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 16

17 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement Les principales obligations La Directive IPPC européenne (96-61-CE du 24 septembre 1996) : Article 3 : Principes généraux des obligations fondamentales de l exploitant Utilisation des MTD (Meilleures Techniques Disponibles) Aucune pollution importante ne doit être causée Gestion durable des déchets Utilisation rationnelle de l énergie Mesures nécessaires pour prévenir les accidents et limiter leurs conséquences Mesures en cas de cessation d activité (éviter tout risque de pollution et remettre le site dans un état satisfaisant) Obligations de suivi des déchets : Article L du Code de l'environnement : principe de responsabilité du producteur de déchets L'entreprise est responsable de tous les déchets générés par son activité, y compris : les déchets assimilés aux déchets ménagers, même s'ils sont collectés par le service public les produits usagés issus d'un travail pour un client, dès que celui-ci les lui confie Article L du Code de l environnement : élimination des déchets dans des installations classées (ICPE) Les producteurs de déchets sont tenus d assurer ou de faire assurer leur élimination dans le respect de la réglementation et dans des conditions propres à éviter tout effet nocif sur l environnement. L'élimination comporte les opérations de collecte, transport, stockage, tri et traitement nécessaires : à la récupération des éléments et matériaux réutilisables ou de l'énergie et au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de tous autres produits, dans des conditions propres à éviter les nuisances 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 17

18 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement Les sanctions encourues Deux cas de figures : Inobservation par l exploitant des conditions d exploitation de son installation Exploitation d une installation en l absence de déclaration ou d autorisation Des sanctions administratives Quatre types de sanctions administratives : La consignation Les travaux d office La suspension du fonctionnement de l installation La fermeture ou suppression de l installation aux sanctions pénales La responsabilité de la personne morale est la responsabilité de la société en tant qu entité juridique Elle est assumée par le dirigeant de cette dernière Sous forme d amendes : de à Des peines de prison : 6 mois à 2 ans 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 18

19 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes réglementaires en Environnement En conclusion Qui est concerné? Toutes les entreprises sont concernées par des réglementations plus ou moins contraignantes Quelles implications? Les entreprises ont l obligation de réaliser des mesures de leur impact régulièrement Quelles sanctions? Les sanctions encourues vont des simples sanctions administratives (consignation, fermeture, etc.) à de véritables sanctionspénales (jusqu à 2 ans de prison et euros d amende) Et dans l avenir? Vers l affichage environnemental ( ) Intégration des critères environnementaux dans les cahiers des charges clients Surveiller, contrôler, maîtriser ses impacts Planifier les mesures Centraliser les résultats Contrôler sa conformité Identifier et traiter les non-conformités Réduire son impact 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 19

20 Les contraintes commerciales LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS AMONT AGRICOLE TRANSFORMATION DISTRIBUTION ISO 9001 GENERIQUE SYSTEME ISO ISO OHSAS NF V AgriConfiance SECTORIEL MÉTIER NF V Agriculture raisonnée BRC Food / Iop EUREP GAP IFS Food SECTORIEL PRODUIT HORS ACCREDITATION ACCREDITATIONS ETRANGERES AOC IGP - CCP (ATOUT CERTIFIE et NF AGRO) TERRA VITIS - Filière Qualité CARREFOUR TERRE & SAVEUR - CODEX QUALIMAT TRANSPORT Charte FFCAT FNA DS3027 CCvd SQF /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 20

21 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes commerciales S assurer de la salubrité des produits portant leur marque (MDD) Cahier des charges Casino Le présent document assure que la société X s engage à délivrer Cahier des charges Exigences en matière de Qualité / Sécurité / Environnement / Éthique, etc. Référentiels privés IFS / BRC Exigences contractuelles envers le sous-traitant Exigences de moyen Transparence totale du système qualité Maîtrise des contrôles Les distributeurs qui participent aux comités IFS, et qui donc le reconnaisse, sont par exemple le Groupe Metro, Edeka, le Groupe Rewe, Aldi, Lidl, Auchan, le Groupe Carrefour, EMC -Groupe Casino, Leclerc, Monoprix, Picard Surgelés, Provera(Cora et Supermarchés Match), Système U, COOP, CONAD et Unes. Tous ces distributeurs ont participé à la rédaction de l IFS version 5. Par ailleurs, d autres distributeurs basés dans d autres pays européens comme l Espagne, la Pologne, l Autriche et la Suisse utilisent et reconnaissent l IFS. 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 21

22 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Les contraintes commerciales : être le relai des engagement des distributeurs (exemple : CARREFOUR) ENGAGEMENT CARREFOUR ET SES FOURNISSEURS 1- Responsabiliser nos fournisseurs sur le respect des droits sociaux 2- Garantir la sécurité alimentaire Sur le terrain, le service des Achats Internationaux du Groupe a mandaté en 2005, 474 audits dans 10 pays, avec un focus particulier sur la Chine, l Inde et le Bangladesh. L accent a également été porté sur les ré-audits puisqu ils représentent 23 % du total, soit 106 ré-audits. 3- Respecter l environnement Le Groupe développe une politique pro-active pour préserver les ressources naturelles des forêts, de la mer et de la terre. 4- Privilégier avant tout un approvisionnement local auprès de PME Promouvoir le savoir faire des PME et l approvisionnement local : France : Reflets de France : 289 produits et 138 fournisseurs Espagne : NuestraTierra: 222 produits et 93 fournisseurs Italie : Terra d Italia: 207 produits et 120 fournisseurs Belgique : Souvenirs du Terroir : 32 produits et 20 fournisseurs 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 22

23 Bilan des types de contraintes LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Type Exemple Elaboration Application Conformité 178/2002 Règlementation Norme Référentiel privé 852/2004 Directive 89/391 Directive 96/61 ISO ISO EMAS ILO-OSH 2001 IFS BRC SA 8000 OHSAS MSC Les états Obligatoire Contrôles officiels Consensus acteurs publics et privés d un secteur Groupement de clients / de parties prenantes Volontaire Exigence contractuelle ISO : 122 entreprises françaises certifiées en décembre 2008, dans le monde IFS: certification IFS Food dans le monde dont en France BRC: certifications en 2009 (contre 200 en 2005) dont 622 en France Contrôle première, seconde et tierce partie Audit seconde partie ou certification UNE CERTIFICATION = FACILITER LE RÉFÉRENCEMENT POUR PÉNÉTRER DE NOUVEAUX MARCHÉS 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 23

24 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Bilan des certifications IFS (1) DONNÉES MONDE 65 organismes certificateurs Évolution du nombre de certification Nombre d entreprises certifiées par pays Allemagne 2775 Italie 1397 France 1299 Espagne 984 Pays Bas 511 Autriche 403 Belgique 357 Pologne 317 Hongrie 274 République Tchèque 231 Suisse 230 Chine 190 Grande Bretagne 53 USA 15 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 24

25 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Bilan des certifications IFS (2) Répartition des 1299 entreprises certifiées par secteur d activité Autre % Produits laitiers % Boissons % Fruits et légumes 99 6% Conserves 118 8% Boulangerie et pâtisserie industrielle % Aliments prêts à servir % Produits et préparation à base de viande % 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 25

26 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Bilan des certifications BRC (1) DONNÉES MONDE : entreprises certifiées en 2009 Nombre d entreprises certifiées par pays Grande Bretagne 2367 Italie 1199 Pays Bas 925 Espagne 678 France 622 Chine 544 USA 526 Belgique 465 Allemagne 364 Pologne 240 Suisse 226 République Tchèque 85 Hongrie 64 Autriche 35 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 26

27 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Bilan des certifications BRC (2) Répartition des 622 entreprises certifiées par secteur d activité Autre % Produits laitiers, œufs liquides % Aliments secs et ingrédients 42 6% Produits acides ou non en conserves / bocaux 52 7% Boissons alcoolisées et produits fermentés / brassés 99 14% Plats préparés et sandwich, desserts prêts à consommer 61 8% Boulangerie biscuiterie pâtisserie 76 11% Fruits et légumes et noix 84 12% 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 27

28 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Bilan des certifications ISO PROPORTION D ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS CERTIFIES ISO /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 28

29 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS La certification comme avantage concurrentiel Part des entreprises concernant les normes volontaires comme un bénéfice / coût Etude AFNOR : Impact économique de la normalisation juin /07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 29

30 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS La certification comme avantage concurrentiel Normes volontaires et relations de l entreprise avec son environnement Etude AFNOR : Impact économique de la normalisation juin /07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 30

31 DIAPOSITIVE MASQUÉE CONTRAINTES QSE LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS La certification comme avantage concurrentiel Normes volontaires et préventions des risques Etude AFNOR : Impact économique de la normalisation juin /07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 31

32 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS QUELLES REPONSES CONCRETES? 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA -L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 32

33 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS La gestion de la Qualité dans l entreprise LES DIFFERENTS ASPECTS DE LA GESTION DE LA QUALITTE La Gestion du plan HACCP Étudier son procédé de fabrication Créer les logigrammes Réaliser l analyse des dangers Définir les surveillances La mise en place et les contrôles Créer les documents et les diffuser pour l application de l HACCP Contrôle des bonnes pratiques d hygiène (PRP) Gestion des Non Conformités Enregistrement des non-conformité interne / externe et des corrections immédiates Suivi du devenir du produit Indicateurs / Actions correctives Différents services gèrent la Qualité L HACCP est très souvent interprété Les contrôles des pré-requis en production sont gérés sur des fichiers diffus par des personnes différentes La rédaction du Bilan Qualité est lourde à mettre en place La formalisation du plan HACCP n est pas normée Un système de gestion des plans d actions et des nonconformités non aligné sur les autres services Déperdition de l information dans le temps Vers l amélioration continue? Analyse des différents indicateurs autour d un bilan Qualité Évaluation de la fréquence des NC pour l ouverture des actions correctives Suivi des actions correctives et vérification efficacité 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 33

34 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Règlement 852/2004 : Obligation mise en place HACCP Constituer l équipe HACCP Décrire le produit Déterminer son utilisation attendue Établir un diagramme de fabrication Vérifier le diagramme sur site Énumérer tous les dangers potentiels Effectuer une analyse des risques Envisager des mesures de maîtrise Déterminer les CCP Fixer un seuil (limite) critique à chaque CCP Mettre en place un système de surveillance Prendre des mesures correctives Appliquer des procédures de vérification Tenir des registres et constituer un dossier a n a l y s e m a î t r i s e 1 PLAN HACCP / PRODUIT 12 ÉTAPES / PLAN HACCP 7 PRINCIPES 2 MÉTHODES Codex Alimentarius: CP / CCP ISO : PRP / PRP O. / CCP La méthodologie de l ISO permet de diminuer le nombre de CCP afin d en garantir une surveillance en continue 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 34

35 LES RÉPONSES INTÉRÊT INFORMATIQUE QUELQUES CONSEILS Règlement 852/2004 : Obligation mise en place HACCP L HACCP UN SYSTÈME LOURD A GÉRER L HACCP doit être actualisée à minima annuellement, lors de toute modification du procédé de fabrication et en cas de détection de non-conformité majeure Entreprise peut avoir entre 10 et 20 plans HACCP Besoin de conserver un historique des modification et une justification de celles-ci Souvent sous format Word et Excel : manipulation longue pour la moindre modification besoin d ouvrir et de modifier chaque fichier composant le plan HACCP Des logigrammes souvent laborieux à représenter Une méthodologie très souvent interprétée par le Responsable Qualité qui en est le seul garant EVALCCP : une solution qui permet un gain de temps considérable au Responsable Qualité et le libère donc pour mieux gérer les «problèmes» du quotidien 08/07/2010 CONFÉRENCE ARIA - L'INFORMATISATION DES PROCESSUS QSE DANS LES IAA 35

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

Veille réglementaire

Veille réglementaire Veille réglementaire Anne Gerard 30/01/2012 AFNOR - Marseille En quoi consiste la fonction RQSE dans une IAA? Assurer la veille réglementaire et faire appliquer la réglementation (hygiène, environnement,

Plus en détail

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer?

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? FSSC 22000 Etat des lieux en France et à l'international. Principales différences par rapports aux référentiels grande distribution (BRC/IFS)

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

INTERNATIONAL FOOD STANDARD (IFS)

INTERNATIONAL FOOD STANDARD (IFS) INTERNATIONAL FOOD STANDARD (IFS) SIAL 2008 21 octobre 2008, Mezzanine Hall 3 1 www.ifs-online.eu IFS : Sommaire L assurance qualité IFS Le projet IFS Environnement Questions/réponses L outil E-learning

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER DDCSPP de l ALLIER La restauration collective: Rappels réglementaires et étude de cas en ateliers pédagogiques Intervenant: Jean Louis SERVANT LA DDCSPP Cette direction a en charge deux missions principales

Plus en détail

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI AOÛT 2007 Ce document est une synthèse de cette nouvelle réglementation en matière de sécurité des aliments à destination des diététiciens. Il a été validé par le comité

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Olivier Boutou Ingénieur Développement Missions au sein d AFNOR Réalisation d évaluation AFAQ 26000 et 3D selon l 26000 (RSE). Formateur en

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

Situation de l ISO 22000 France/Europe

Situation de l ISO 22000 France/Europe Situation de l ISO 22000 France/Europe Sommaire Historique et contexte de l ISO 22000 L ISO 22000 Panorama de la certification ISO 22000 L ISO 22000 et le contexte réglementaire La reconnaissance de l

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01

ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01 ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01 Durée : 14 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Savoir gérer les conflits dans un service de restauration Savoir organiser et animer une

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA Adresse Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA naissance ALGER Civilité (M., Mme, Fax Mlle) Code postal et ville 16000 ALGER E-mail nadiaatroun@hotmail.com Pays ALGERIE Expériences professionnelles

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

L ISO 22000 : Pourquoi et comment?

L ISO 22000 : Pourquoi et comment? L ISO 22000 : Pourquoi et comment? Olivier BOUTOU Ingénieur AFNOR Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR Qu est-ce que l ISO 22000? C est la seule norme, reconnue au niveau international,

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture Laurent Galloux Seafood manager Seafood Summit Paris 1 Fevrier 2010 Bureau Veritas en bref Amériques 130 sites, dont 26 laboratoires France 175 sites,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Further excellence. transparence

Further excellence. transparence sécurité qualité intégrité SÉCURITÉ Further excellence loyauté efficacité durabilité transparence LIVREZ DES PRODUITS PARMI LES MEILLEURS DE LEUR CATÉGORIE SOLUTIONS D AUDIT, DE CERTIFICATION ET DE FORMATION

Plus en détail

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP «!Groupe de Réflexion sur l Analyse des Dangers en Alimentaire!» www.reseau-case.com/haccp présenté par Gilles TIXIER 2004 - dernière

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation?

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? Sommaire page 2 > A { Qu est ce qu une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE)?

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

GUIDE DU MAIRE - 2014 SANTÉ SÉCURITÉ SANITAIRE SALUBRITÉ PUBLIQUE

GUIDE DU MAIRE - 2014 SANTÉ SÉCURITÉ SANITAIRE SALUBRITÉ PUBLIQUE SANTÉ SÉCURITÉ SANITAIRE SALUBRITÉ PUBLIQUE RESTAURATION COLLECTIVE Autorité compétente Le maire La restauration collective comprend trois types de structures : les cuisines sur place, les cuisines centrales

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES

ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES ACTUALITÉS DES RÉFÉRENTIELS ET FOCUS SUR LES ÉVOLUTIONS DU BRC VERSION 7 cedric.travaille@adria.tm.fr Mars 2015 1 ADRIA NOS MÉTIERS Recherche et Innovation : Qualité et sécurité des aliments, Innovation

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

Bâtir un système intégré

Bâtir un système intégré Florence GILLET-GOINARD Bâtir un système intégré Qualité/Sécurité/Environnement De la qualité au QSE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3651-8 CHAPITRE 1 Un système intégré, quels enjeux? 1. QU EST-CE

Plus en détail

Catalogue des formations 2015

Catalogue des formations 2015 Catalogue des formations 2015 Qualité Etiquetage Performance industrielle Sécurité alimentaire Hygiène HACCP Développement durable Marketing RH Cadres Techniciens Dirigeants Contrôleurs Opérateurs 1 Association

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 15 e École d été en évaluation environnementale Évaluation de la durabilité du développement urbain et industriel : outils d analyse de l empreinte écologique et des impacts sociaux et sanitaires Douala,Hôtel

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Demande de Soumission - Transformateur

Demande de Soumission - Transformateur Demande de Soumission - Transformateur Nom de l entreprise : Prénom : Nom : Titre : Adresse : Ville : Code postal : Région : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Web : Domaine d activités : *** possibilité

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Formations. Un reseau de consultants a votre service pour renforcer vos competences et accompagner l evolution de votre entreprise

Formations. Un reseau de consultants a votre service pour renforcer vos competences et accompagner l evolution de votre entreprise Formations 2015 Développement durable Management Qualité Hygiène Sécurité Environnement Un reseau de consultants a votre service pour renforcer vos competences et accompagner levolution de votre entreprise

Plus en détail

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca Christine Boudreau, Microbiologiste Consultante inc. Consultation dans le domaine alimentaire Formation

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Restauration Collective Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Programme de la journée Restauration Collective Introduction Réglementation et sécurité alimentaire Organisation et Ressources Humaines La norme

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES 31/03/05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA 1 Le contexte: La généralisation

Plus en détail