S il existe une maladie chronique, c est bien celle dont souffre l assurancemaladie.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S il existe une maladie chronique, c est bien celle dont souffre l assurancemaladie."

Transcription

1 L assurance-maladie en toute franchise André Courtaigne Ingénieur, ancien dirigeant d une entreprise pharmaceutique De déficit en déficit, l assurance-maladie semble en permanence au bord du gouffre. Et si la solution était plus radicale qu un simple plan d économie? S il existe une maladie chronique, c est bien celle dont souffre l assurancemaladie. Tous les deux ou trois ans depuis plus de cinquante ans, la presse annonce que malgré les dernières mesures qui l avaient supprimé, l assurance-maladie connaît de nouveau un déficit de plusieurs milliards d euros. On invoque l incivisme des malades, des médecins, des professions de santé, un gaspillage illustré d anecdotes singulières, on appelle à la raison, on menace de sanctions, on prend les mesures nécessaires, l équilibre est rétabli et, deux ans plus tard, tout est à recommencer. Le gaspillage n est pas responsable Pourquoi? Parce que le déficit n est pas dû à un excès permanent des dépenses de soins sur les recettes. En effet, à chaque redressement leur équilibre a été rétabli. Il est dû à la différence entre leurs taux de croissance. Les dépenses augmentent plus vite que les recettes. Les recettes de l assurance-maladie proviennent de prélèvements à taux constant de charges sociales sur les salaires et de l impôt sur les revenus. Elles croissent donc comme ceux-ci, c est-à-dire, grosso modo, au même taux que le PIB. Les dépenses de soins, elles, croissent à un taux naturel déterminé par la demande des malades et par l offre de soins. Il n y a a priori aucun lien entre ces dépenses et ces recettes. Le 3 ème trimestre

2 Politiques Publiques taux de croissance des dépenses de soins est constamment supérieur à celui du PIB depuis trente ans dans tous les pays du monde. Cela s explique aisément, le PIB étant composé de différents postes qui n évoluent pas de la même façon. Certains baissent, d autres sont constants et d autres, enfin, augmentent. C est le cas des soins. L équilibre des comptes de l assurance-maladie exigerait que le gouvernement fasse croître les recettes en augmentant régulièrement le taux des charges sociales et des impôts, ce qui lui est impossible, sous peine en particulier de perdre les prochaines élections. Conséquence, le déficit n est pas imputable au gaspillage. Il y en a certainement un, dont il n existe d ailleurs aucune évaluation sérieuse. Mais comme la Sécurité sociale le combat de toutes ses forces et réussit à le faire plutôt régresser, ce ne peut être lui qui fait croître les dépenses de soins. Une demande légitime Les causes de cette croissance sont patentes. La consommation de soins est concentrée sur le grand âge. Sensible chez les nourrissons, elle devient négligeable chez les jeunes et les adultes jusqu à 60 ans, un peu plus tôt pour les femmes à cause de la maternité, et elle culmine au-dessus de 80 ans. C est aussi dans cette tranche d âge que la consommation croît le plus d année en année. Tout y concourt, la prolongation de la vie, les moyens modernes de diagnostic et les analyses qui décèlent de plus en plus tôt les maladies pendant leur période de latence, la fréquence de ces maladies : plus 7 % par an pour les dépressions, plus 9 % par an pour les allergies. Les malades sont de plus en plus avertis des nouveautés et des possibilités de la médecine. L ancien comportement de résignation devant la fatalité disparaît. On ne veut plus être diminué, on ne veut plus souffrir, on veut pouvoir vieillir en bonne santé. Telles sont les grandes causes de la croissance des soins. Elles ne sont pas près de baisser, et c est bien ainsi. La demande de mieux-être et de bien vivre est justifiée, souhaitable et mérite d être soutenue, voire encouragée. Cette poussée se lit dans l évolution à long terme de la part des soins dans le budget des ménages (figure 1). Partie de 4 % en 1960, elle a atteint 15,5 % en 2002, soit une multiplication par quatre, et elle est désormais au deuxième rang, derrière le logement (21 %). Elle est passée devant l alimentation en Comme les soins sont nécessaires au maintien de la vie, ils sont devenus une seconde nourriture. 92 Sociétal n 61

3 L assurance-maladie en toute franchise Se loger puis se soigner Figure 1 - Se loger puis se soigner Figure 1 Coefficients budgétaires de la consommation des ménages Coefficients budgétaires de la consommation des ménages % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Prod. alimentaires et boissons non alcoolisées Boissons alcoolisées et tabac Articles d'habillement et chaussures Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles Meubles, articles de ménage et entretien courant de l'habitation Santé Transports Communications Loisirs et culture Education Hôtels, cafés et restaurants Autres biens et services 3 ème trimestre

4 Politiques Publiques Le rôle joué par la recherche médicale mérite une attention particulière. Les progrès impressionnants de la médecine dans les cinquante dernières années peuvent donner l illusion que tout est connu. En réalité, ce qui reste à découvrir est beaucoup plus important que ce que l on sait. Certes, la plupart des maladies infectieuses d origine bactérienne sont désormais curables. Mais il reste à vaincre les maladies virales, de la grippe au sida, les maladies parasitaires, et la longue cohorte des maladies chroniques, c est-à-dire définitives et qui s accumulent tout au long de la vie pour surcharger la vieillesse : maladies psychiques de la dépression à la paranoïa, cancers, maladies auto-immunes des rhumatismes aux allergies, maladies génétiques, diabète, mongolisme, migraine, maladies vasculaires et cérébrales de l hypertension à l infarctus en passant par les paralysies, l arthrose et tant d autres maladies dont la simple nomenclature peut remplir des volumes entiers. Malgré sa longue histoire, la médecine n en est encore qu à ses balbutiements. Or grâce à l électronique notamment, la recherche médicale est de plus en plus performante. Elle pénètre dans la biologie cellulaire jusqu aux protéines, où se trouve la source de la majorité des maladies invaincues. Mais cette recherche devient de plus en plus onéreuse. Et cela entre dans le coût des soins. Dommages collatéraux Du fait du différentiel de croissance entre ses recettes et ses dépenses, la situation de la Caisse nationale d assurance-maladie se dégrade tous les ans de 2 %, soit environ trois nouveaux milliards d euros par an. Quoi qu il lui en coûte, le gouvernement est bien obligé de prendre des mesures de rétablissement : diminution de remboursements, création de franchises, de forfaits et éventuellement augmentation des taux de cotisation. Mais sa grande arme reste la pression sur le prix des soins. Pendant la période de 1973 à 2000, années de forte inflation, il lui suffisait de bloquer les prix. Comme cela s est fait très progressivement, le phénomène est passé inaperçu de l opinion et des médias. Aujourd hui, la consultation du généraliste est payée 22 euros, alors qu à New York, elle coûte au moins 150 dollars. Pour une piqûre à domicile, une infirmière perçoit 2,90 euros alors que le moindre déplacement de plombier revient à 40 euros. Pendant les trente dernières années, les budgets de recherche des laboratoires français ont stagné alors que ceux de leurs concurrents étrangers augmentaient de 20 % par an. Aujourd hui, la recherche pharmaceutique française ne compte plus guère, les laboratoires français ont disparu, absorbés par Sanofi-Aventis, qui a dû américaniser son marché pour survivre. 94 Sociétal n 61

5 L assurance-maladie en toute franchise Le plus grave, c est le tarissement des vocations médicales. Les médecins hospitaliers et les infirmières se recrutent maintenant de plus en plus à l étranger, populations mal considérées qui n accepteront pas indéfiniment d être moins payées que les Français. Sans parler des délais d attente pour certains soins. Conçue pour favoriser les soins, et elle l a sans doute fait dans les toutes premières années, l assurance-maladie nationale en freine aujourd hui l essor. Et l État est le plus mal placé pour financer une consommation en croissance. Que l on se souvienne de la pénurie de téléphones du temps du monopole des PTT. Il a suffi que le Parlement les autorise à recourir au marché financier pour que l on passe d un stade risible («le 22 à Asnières») à l un des meilleurs réseaux du monde. La fin d une illusion Nous devons regarder les choses en face et remettre à plat tout notre système de soins, comme si nous étions en Il faut conserver le grand projet de rendre les Français solidaires devant les épreuves de la maladie et d assurer aux plus démunis le même accès aux soins qu aux plus favorisés. Mais il faut atteindre ces buts par d autres moyens plus appropriés. Le système actuel a été conçu au sein du Conseil national de la Résistance, avec la mentalité de l époque selon laquelle il n y avait de solidarité possible que par l étatisation, la centralisation absolue d un monopole d état. Il aurait fallu pourtant discerner deux grandes familles de solidarité : mutualité entre les bien portants et les malades, entre les jeunes et les vieux, entre les actifs et les retraités c est la même dans les trois cas, les jeunes sont en effet bien portants et actifs et partage entre les plus et les moins favorisés. Le rôle de l état se limite dans le premier cas à rendre l assurance-maladie obligatoire et à définir ce qu elle recouvre, dans le second cas, à assurer par un financement approprié la couverture des plus démunis sans pour autant se faire leur assureur. Il fallait laisser aux professions de santé le soin de pourvoir à l offre, et au marché des assureurs, mutuelles et coopératives, celui de les couvrir. Les cotisations actuelles d assurance-maladie, parts patronale et salariés, ainsi que la part de la CSG affectée à l assurance-maladie (au total 18,8 % des salaires), seraient ainsi rendues à la bourse des salariés. Elles passeraient dans les salaires directs et 3 ème trimestre

6 Politiques Publiques disparaîtraient des comptes de l entreprise sans changer les coûts de production. Les Français devraient alors payer les cotisations de leur assurance-maladie, mais ils les payaient déjà sous la forme de prélèvements sociaux. Dans ce schéma, les caisses régionales deviennent autonomes, libres de leurs tarifs, mais ne sont plus subventionnées. Elles sont mises en concurrence sur un marché ouvert à toutes les compagnies d assurances, les coopératives, ou les mutuelles. Les assureurs sont tenus d accepter tout adhérent qui se présente, sans aucune sélection des risques : au-delà de adhérents, les risques lourds se compensent naturellement. Ils proposent pour l assurance de base obligatoire un tarif unique, familial, valable pour tout adhérent, réajustable tous les ans comme cela se pratique pour les risques immobiliers ou automobiles. On peut imaginer une caisse de compensation entre eux pour les risques familiaux. Ils sont libres de proposer toute assurance complémentaire. Les assureurs négocient avec les prestataires de soins tout type de contrat qui convienne aux uns et aux autres. Cela ne manquera pas de faire naître toutes les formes possibles d opérateurs de santé, centres de soins, coopératives, conventions, libre négociation des prix avec toutes les professions de santé. Et les ménages choisiront le service qui leur convient le mieux au meilleur prix. ce qui est un acquis social, c est la mutualisation des risques et le partage avec les plus pauvres. Les ménages à trop faibles revenus pourront être couverts par les mêmes assureurs que les plus riches, mais leurs cotisations seront acquittées par un fonds à financement public. Leur régime de base pourra même être plus étendu que celui de l assurance obligatoire. Comme ce financement devra croître plus vite que le niveau des salaires et des revenus sur lequel il serait assis, on retrouverait le même défaut que dans le régime actuel. Pour éviter cela, Claude Bébéar a suggéré que ce financement soit assuré par une taxe sur les cotisations des ménages solvables, ce qui assurerait automatiquement son indexation sur la consommation de soins des plus riches. Cette taxe sur les cotisations serait de l ordre de 25 %. Pour éviter l effet de seuil qui pénaliserait brutalement les bénéficiaires quand leurs revenus dépasseraient une certaine valeur, il faudrait lui substituer un raccordement progressif, par exemple du type de l impôt négatif de Milton Friedman. Enfin, il faudrait limiter le montant des indemnités pour dommage réclamées aujourd hui aux médecins et aux hôpitaux. L assurance ne doit pas être une source d enrichissement, mais seulement de réparation. 96 Sociétal n 61

7 L assurance-maladie en toute franchise Cette mesure serait favorable au mieux-être des Français, elle diminuerait la charge publique d environ 150 milliards d euros par an, mettant définitivement la France en accord avec les objectifs de Maastricht, elle inciterait fortement les professions de santé à s organiser et à se moderniser, enfin, elle serait très favorable à l emploi, car les soins en sont le principal gisement. Elle ne présente que des avantages et pourtant, le public n est pas prêt à la recevoir. Un grand nombre d assurés sociaux vivent dans l illusion de la gratuité des soins. Ils ignorent que ce sont eux qui les paient et croient que ce sont les autres. à leurs yeux, la Sécurité sociale fait un tout, c est un acquis social, un tabou. Aucun gouvernement n a osé la remettre en cause. La commission Fragonard avait reçu du président de la République de l époque la mission de tout explorer, sauf ce qu on appelle à tort la privatisation, alors que ce n est que la concurrence. Aucun gouvernement ne pourrait aujourd hui l imposer brutalement. Mais c est un devoir primordial de faire comprendre à l opinion que ce qui est un acquis social, c est la mutualisation des risques et le partage avec les plus pauvres, mais que l institution d un monopole d état est une mauvaise façon d atteindre ces buts, qu il en existe d autres, à portée de la main, et qu il faut au moins y réfléchir et rechercher des voies nouvelles. 3 ème trimestre

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Juin 2013. Régime spécial de retraite des IEG Des fantasmes à la réalité

Juin 2013. Régime spécial de retraite des IEG Des fantasmes à la réalité Juin 2013 Régime spécial de retraite des IEG Des fantasmes à la réalité Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org 1 Régime spécial de retraite des IEG Des fantasmes à la réalité Sommaire 3 Notre

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable Des générations déshéritées Mickaël Mangot Économiste Face au constat d une dégradation continue de leur sort depuis quarante ans, les jeunes générations auraient-elles des raisons légitimes d être rancunières

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 438 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 1 er décembre 2014 PROJET DE LOI de financement de la sécurité

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Questions des employeurs

Questions des employeurs Lentilles La MSA vous rembourse à hauteur de 65 %, sur la base d un forfait annuel de date à date, par œil, fixé à 39,48 e, soit 25,70 e (que les lentilles soient réutilisables ou non, journalières ou

Plus en détail

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance. «QUELS RÔLES RESPECTIFS POUR LES DIFFERENTS ASSUREURS DE SANTE EN FRANCE?» Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets Hanoï 6 novembre 2012 par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets STRUCTURE de l exposé INTRODUCTION 1.Le fonctionnement du système 2.Le financement du système 3.La gestion du système QUESTIONS

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE Aux termes de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, tous les salariés doivent bénéficier d une complémentaire santé. L employeur devra,

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

Sécurité sociale Assurance maladie. Clés s et pistes

Sécurité sociale Assurance maladie. Clés s et pistes Sécurité sociale Assurance maladie Clés s et pistes L organisation du système français ais La couverture de base La Sécurité sociale Le régime assurance chômage La couverture complémentaire La Mutualité

Plus en détail

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux Les éléments principaux 1 En France, la LOI fixe le montant du salaire minimal que tout employeur doit verser au salarié pour chaque heure de travail réalisée. 2 Ce salaire s appelle le (Salaire Minimum

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012 www.inami.be www.coopami.org Financement et maîtrise des dépenses de remboursement des soins de santé par l assurance maladie obligatoire par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015

LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Commission des comptes de l agriculture de la Nation Session du 15 décembre 2015 LE COMPTE SOCIAL DE L AGRICULTURE PRÉVISIONNEL POUR 2015 Le compte social prévisionnel des exploitants agricoles pour 2015

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre

Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre Mars2006 Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre Voilà un peu plus de dix ans, les retraites des salariés de la banque ont été réformées : le régime spécifique plutôt généreux a été supprimé

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés?

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Solvay Brussels, MMISS, 13/01/2014 Plan 1.

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

ASSURANCE PRÊT ON VOUS ASSURE TOUT NOTRE SOUTIEN

ASSURANCE PRÊT ON VOUS ASSURE TOUT NOTRE SOUTIEN ASSURANCE PRÊT ON VOUS ASSURE TOUT NOTRE SOUTIEN VOUS POUVEZ COMPTER SUR L ASSURANCE PRÊT! Comment faire face à vos obligations financières si une maladie ou un accident vous empêche de travailler? Comment

Plus en détail

LFSS 2015 MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

LFSS 2015 MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES LFSS 2015 MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES I. Scénario macroéconomique et trajectoires financières du régime général et

Plus en détail

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948 Glossaire Base de l indice La période de base de l indice correspond à la période où l indice possède la valeur 100. Par exemple un indice base 100 en 2005 signifie que la moyenne des indices mensuels

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite ONU Genève 09/04/2014 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale en France Les différents régimes de sécurité

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

FEC asbl mai 2012. L index pointé du doigt

FEC asbl mai 2012. L index pointé du doigt FEC asbl mai 2012 LB L index pointé du doigt L index, le thermomètre des fluctuations de prix Objectif : Protéger les revenus contre la hausse de prix Construit mensuellement à partir de l observation

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 du Québec pour 2012 Taux d imposition s appliquant aux crédits 1 20,00 % Facteur d indexation 2 2,66 % Montant

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Résumé. Le filet social face à la globalisation. Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier

Résumé. Le filet social face à la globalisation. Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier Résumé Le filet social face à la globalisation Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier Le 21 novembre 2003 Ce qui est le plus à craindre pour l avenir de

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents

La protection sociale complémentaire des agents CIRCULAIRE N 2012-22 Châlons-en-Champagne, le 10 mai 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux La

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail