V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN"

Transcription

1 Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un mror ; ou plus exactement vous avez déj{ vu l mage que le mror donne de vous-même. Comment l mage se forme-t-elle? Quelles sont ses proprétés? Quelles sont, pour former une mage, les qualtés du mror?. Image d un pont objet donnée par un mror plan 1. La stuaton (M) a) Schéma du mror plan et du pont objet lumneux En optque, un mror plan (M) se schématse par un segment qu représente la face réfléchssante du mror, vue de profl. La face cachée du mror est représentée par des hachures. Le mror plan est le premer exemple de système optque que nous rencontrons. fg. 5.1 : mror plan et pont objet lumneux Un pont objet lumneux est le plus smple des objets lumneux car l se rédut à un pont. C est une source lumneuse ponctuelle ou un objet ponctuel éclaré 1. Expérmentalement, le pont objet lumneux est réalsé grâce à une source ou un objet quas-ponctuels. b) Défnton Le pont sera dt «mage du pont donnée par le mror» s tous les rayons lumneux ssus de passent par après réflexon sur le mror. Nous verrons, au cours de ce chaptre, l usage et la nécessté de défnr ans l mage. Voyons d abord comment nous servr de cette défnton. c) Descrpton du problème Nous c est à dre vous et mo - consdérons un pont objet lumneux et nous cherchons l mage qu en donne un mror plan. 1 Vor le chaptre III Réflexon, réfracton, paragraphe B.4.

2 Chaptre V page V-2 D après la défnton du pont mage, l nous faut donc tracer tous (!) les rayons lumneux ssus du pont objet, construre leurs rayons réfléchs en applquant les los de la réflexon, et enfn trouver le pont d ntersecton de ces rayons réfléchs. Cette ntersecton est le pont mage du pont objet donnée par le mror. 2. La constructon a) Constructon d un rayon ncdent et de son rayon réfléch R R R N I N I N I S H S H ' fg. 5.2a : constructon du premer rayon fg. 5.2b : constructon du deuxème rayon fg. 5.2c : constructon de l'mage Nous commençons donc par tracer un premer rayon lumneux (I) ssu de et frappant le mror en I. Vor fgure 5.2a c-dessus. Il se réflécht en formant le rayon (IR) que nous construsons en applquant les los de la réflexon 2 : Les rayons (I), (IR) et la normale (IN) au mror sont coplanares ; De plus, l angle de réflexon est égal à l angle d ncdence. De par sa défnton, le pont mage appartent à (IR). Cette proprété n est pas suffsante pour localser. Il faut donc utlser un deuxème rayon lumneux. b) Constructon d un deuxème rayon ncdent et de son réfléch Nous allons chosr un rayon partculer pour rendre la constructon plus smple. Vor fgure 5.2b c-dessus. Nous construsons donc comme deuxème rayon lumneux, le rayon (H) toujours ssu de et frappant mantenant le mror en H, sous ncdence normale. Il se réflécht sur lu-même en formant le rayon (HS). 3. Le pont mage : sa nature, sa poston a) Le pont est une mage vrtuelle Vor fgure 5.2c c-dessus. Nous constatons que les rayons réfléchs (IR) et (HS) ne se coupent pas en avant du mror. Mas leurs prolongements, tracés en pontllés sur le schéma, se coupent en arrère du mror en un pont qu, par défnton, est l mage. Donc, quand vous regardez le mror, les rayons réfléchs semblent provenr du pont. L mage est dte vrtuelle parce que ce sont les prolongements des rayons qu se coupent en et non les rayons eux-mêmes. 2 Vor le chaptre III Réflexon, réfracton, paragraphes.2 et B.2

3 Chaptre V page V-3 Le sens de l adjectf «vrtuelle», utlsé en optque depus fort longtemps, n a ren à vor avec son utlsaton contemporane. Dre que l mage est vrtuelle, c est seulement dre que ce sont les prolongements des rayons lumneux qu se coupent et non les rayons eux-mêmes. Dans le cas où les rayons lumneux se coupent effectvement, l mage est dte réelle. Nous en rencontrerons dans les chaptres suvants. b) Etude de la symétre du problème Par constructon, le rayon réfléch ( IR) est le symétrque par rapport au mror du rayon ncdent (I). En effet : I est son propre symétrque. De plus les angles (HI) et (HI ) sont égaux car : HI, et ' IN ', donc HI'. Fnalement HI HI '. 2 2 Donc le rayon réfléch est symétrque du rayon ncdent par rapport au mror. S R N 2 - H I ' fg. 5.3 : poston géométrque de l'mage Il en est de même du rayon ncdent (H) et de son réfléch ( HS). Donc le pont, ntersecton des rayons réfléchs, est le symétrque du pont, ntersecton des rayons ncdents : est le symétrque de par rapport au mror. Cec permet de donner une relaton qu donne la poston de l mage en foncton de celle de l objet. c) Relaton de conjugason En optque, on appelle «relaton de conjugason», la relaton qu donne la poston de l mage en foncton de celle de l objet. et sont dts «ponts conjugués». x' (M) H ' N' fg. 5.4 : poston algébrque de l'mage x + La symétre entraîne que H' H et cec, sachant que et sont de part et d autre de H, détermne la poston de. Nous pourrons nous contenter de cette égalté, cependant nous allons tradure algébrquement cette proprété de symétre car ans, nous n aurons plus beson de précser que et sont de part et d autre de H. Pour cela, nous transformons la drote (H) en l axe (x x), perpendculare au mror et orenté dans le sens de la lumère ncdente (c est à dre de vers H). Vor fgure 5.4. La symétre donne, en utlsant les mesures algébrques 3 sur l axe (x x) : 3 Sur les mesures algébrques, vor le complément mathématque.

4 Chaptre V page V-4 H' H Cette dernère égalté est la relaton de conjugason de et par rapport au mror. 4. Le stgmatsme S R T H J fg. 5.5 : constructon du trosème rayon I a) Tous les rayons ncdents et leurs rayons réfléchs Consdérons un trosème rayon lumneux (J) ssu de et frappant le mror en J. Il se réflécht en formant le rayon (JT) dont le prolongement en arrère du mror coupe les deux premers rayons réfléchs en car les proprétés géométrques ' sont toujours les mêmes, le rayon (JT) est symétrque du rayon (J) par rapport au mror et l dot donc passer par. Et l en est ans de tous les rayons lumneux ssus de : leurs rayons réfléchs semblent tous provenr de. b) La formaton de l mage Comme tous les rayons réfléchs semblent provenr du même pont, lorsque nous regardons la ponte d un crayon grâce à un mror plan, nous la voyons nette. C est ans que nous voyons une mage de bonne qualté. Imagnons que la moté des rayons lumneux réfléchs semblent provenr de et l autre moté d un pont, nous verrons alors deux mages (chacune deux fos mons lumneuses que l mage habtuelle). Et s les rayons réfléchs semblaent provenr, non pas d un pont ou de pluseurs, mas d une pette tache, nous verrons une «mage» floue elle serat d autant plus floue que la tache serat étalée. Dans le cas du mror plan, tous les rayons réfléchs (ssus de rayons ncdents venant du pont ) semblent provenr d un seul pont. Pour nommer cette proprété, on dt qu l y a stgmatsme rgoureux. c) Défnton Il y a stgmatsme lorsque l mage d un pont est un pont. C est une proprété du système optque qu est dt stgmatque. d) Stgmatsme rgoureux, stgmatsme approché, astgmatsme Lorsque tous les rayons lumneux ssus de passent par cas de l mage réelle - ou semblent provenr de cas de l mage vrtuelle -, le stgmatsme est dt rgoureux. Il est dt approché lorsque cette condton est presque réalsée : nous précserons cette noton dans le chaptre qu trate du doptre plan.

5 Chaptre V page V-5 Il y a astgmatsme 4 lorsque cette condton n est pas du tout réalsée. Le système est alors astgmatque. e) Exemples Le mror plan est rgoureusement stgmatque. Nous rencontrerons des systèmes optques qu réalsent le stgmatsme approché : ce sont les plus fréquents (lunettes, objectfs photographques). Certanes personnes sont astgmates : un de leurs yeux ou les deux ne forment pas une mage ponctuelle lorsque l objet est un pont ; sans correcton, les objets ne leur apparassent pas nettement (ls sont flous et déformés). f) Utlsaton d une mage Lorsque nous utlsons un système optque (S), c est toujours pour former une mage qu ensute nous regardons ou photographons (pus nous regardons la photo, donc l œl est le derner mallon). L apparel photo (S ) ou l œl sont eux-mêmes des systèmes optques. En d autres termes, nous fasons se succéder deux systèmes optques (S) et (S ). Pour l nstant, nous ne connassons qu un système optque : le mror plan. Plaçons un second mror (M ) sur le trajet des rayons réfléchs. Ils devennent des rayons ncdents pour ce second mror. Ces rayons ncdents semblent provenr du pont qu devent un objet pour le second mror. Donc le pont donne une mage symétrque de par rapport au second mror. Nous obtendrons la même mage en remplaçant l objet et le premer mror par un objet stué en. '' ' (M') (M) fg. 5.6 : successon de deux mrors Pour cette deuxème réflexon, peu mporte que les rayons semblent provenr ou provennent du pont, ce qu compte c est la drecton des rayons et cette drecton est donnée mmédatement par la poston de. Une mage, réelle ou vrtuelle, s utlse de la même façon qu un objet lumneux. Quel que sot le deuxème système optque (mror, apparel photo, œl), l utlsaton de l mage, réelle ou vrtuelle, reste la même. 4 Le préfxe a- est c prvatf, ssu du grec.

6 Chaptre V page V-6 Remarque : Le mror (M ) donne auss du pont une mage 1 et ans de sute B. Image d un objet étendu donnée par un mror plan 1. La stuaton a) Les objets lumneux étendus Les objets lumneux étendus sont tous les objets lumneux non ponctuels. Rechercher l mage d un objet étendu est donc a pror complexe. Nous allons donc d abord envsager le cas d un objet étendu de forme très smple : un segment B perpendculare à l axe (x x). Pourquo nous ntéressons-nous à un objet s désncarné? En fasant tourner cet objet autour de l axe (x x), l engendre un objet plan. Pus en le déplaçant le long de l axe, l crée un objet quelconque. Donc de proche en proche, s nous savons construre l mage d un segment, nous saurons construre celle de tout objet étendu. b) Vocabulare : plan de front Un plan perpendculare à l axe (x x) est dt «plan de front». En optque, lorsqu on consdère un objet lumneux étendu, l s agt d un segment stué dans un plan de front. Les autres objets étendus s en dédusent. 2. Expérence de la bouge a) Descrpton Lorsque vous regardez une vtrne de magasn, vous voyez les objets exposés grâce à la réfracton à travers la vtre mas vous voyez auss votre mage par réflexon sur la vtre. L expérence de la bouge s nspre de cette observaton usuelle. Une vtre sert de mror. Une bouge vtre est placée devant la vtre. L observateur vot smultanément la bouge et son mage. Une autre bouge est alors placée derrère le table mror comme un objet exposé dans premère bouge fg. 5.7 : expérence de la bouge une vtrne. L observateur vot alors tros bouges : la premère, son mage obtenue par réflexon sur la vtre et la deuxème bouge par réfracton. On déplace la deuxème bouge de façon qu elle sot au même endrot que l mage de la premère bouge. Lorsque le réglage est fat, l observateur ne vot plus que deux bouges. Et on constate que la bouge et son mage sont symétrques par rapport à la vtre-mror.

7 Chaptre V page V-7 Nous pouvons dramatser cette expérence en allumant la premère bouge. Comben y a-t-l de bouge(s) allumée(s)? Comben l observateur vot-l de bouge(s) allumée(s)? Que se passe-t-l s l expérmentateur met ses dogts dans la flamme de l mage? Se brûle-t-l? 5 b) Concluson B (M) B' L mage est stuée derrère la vtre-mror, à une dstance égale à celle C C' qu sépare l objet de la vtre-mror. Elle n est pas collée contre le ' mror, n «dans» le mror. c) Interprétaton Un objet étendu est un ensemble d objets ponctuels contgus (collés fg. 5.8 : mage d'un objet étendu les uns aux autres). Chaque pont C appartenant au segment B donne un pont mage C symétrque de C par rapport au mror. Donc l mage du segment B est le segment B symétrque de B par rapport au mror. 3. Poston et grandeur de l mage d un objet étendu a) Poston de l mage + La poston de l mage d un segment stué dans un plan de B B' front est donnée par la poston de, elle-même donnée par la relaton de conjugason : H' H b) Grandssement transversal H ' fg. 5.9 : poston et grandssement + Le grandssement transversal est une grandeur algébrque qu compare la talle de l mage à celle de l objet. Ces talles sont mesurées algébrquement sur l axe (y y), perpendculare à l axe (x x) et orenté vers le haut de la page. Pour un objet en forme de segment, stué dans un plan de front, on appelle grandssement transversal la quantté : B ' ' B C est un nombre sans dmenson (l est le quotent de deux grandeurs de même nature). Il peut être postf ou négatf. Dans le cas du mror plan = Il y a une seule bouge allumée, mas l observateur en vot deux, la bouge allumée et son mage. L expérmentateur ne se brûle pas et ne peut étendre la flamme.

8 Chaptre V page V-8 Lorsque est postf l mage est dte drote, lorsqu l est négatf l mage est dte renversée. Dans le cas du mror plan, l mage est drote. Lorsque 6 > 1 l mage est dte agrande, lorsque < 1 l mage est dte rédute. Lorsque = 1, l mage et l objet ont la même talle, c est le cas du mror plan. c) Remarque L mage d un objet étendu, en forme de segment B stué dans un plan de front, est entèrement connue s la relaton de conjugason et le grandssement transversal sont connus. 4. planétsme 7 a) Image d un objet étendu plan Lorsqu on fat tourner l objet B autour de l axe (x x), l engendre un objet plus étendu en forme de dsque de centre et perpendculare à l axe. Smultanément, à cause de la symétre, l mage B engendre un dsque mage de centre, lu auss perpendculare à l axe. Pour nommer cette proprété, on dt qu l y a aplanétsme rgoureux. Le mror plan est rgoureusement aplanétque. Cette proprété du mror plan entraîne que la qualté de l mage est parfate. Nous voyons grâce au mror une mage parfatement nette à cause du stgmatsme - et de même forme que l objet à cause de l aplanétsme. Imagnons que l mage d un dsque perpendculare à l axe est une calotte sphérque (une porton de sphère), alors nous verrons une mage déformée. b) Défnton Consdérons un pont objet et son mage donnée par un système optque rgoureusement stgmatque. Il y a de plus aplanétsme rgoureux lorsque l mage d un plan de front contenant est un plan de front contenant. Le système est dt rgoureusement aplanétque. c) Commentare Le stgmatsme n est alors pas lmté à un couple de ponts conjugués. Il s étend aux plans de front contenant ces ponts. L aplanétsme tradut la conservaton du stgmatsme dans un plan de front. d) Exemple Le mror plan est rgoureusement stgmatque et aplanétque. Donc, la qualté de l mage est parfate. 6 Sur la noton de valeur absolue, vor le complément mathématque. 7 Le préfxe a- est c ssu du latn et ndque la destnaton, la drecton vers. planr sgnfe rendre plan. Comparer cette constructon avec astgmatque, non stgmatque.

9 Chaptre V page V-9 Remarque : Cependant, ben que le grandssement transversal du mror sot égal à +1, l mage d un objet plan n est pas superposable à l objet. En effet, l mage d une lettre «d» est une lettre «b» et récproquement. Il en est de même pour les lettres «p» et «q». Ou encore, une man drote devent une man gauche. table b objet b mror mage b rotaton du d fg : l'mage d'un d est un b Sur la fgure 5.10 c-dessus, un expérmentateur place une lettre d devant un mror. Un observateur, s l est placé entre la lettre et le mror la vot comme un d et s l est placé derrère la lettre d, la vot comme un b ans que son mage. Le schéma annexe montre comment l observateur en tournant autour du d, le vot se transformer en b. Nous avons défn la noton d mage comme ntersecton des rayons réfléchs ce qu est nécessare { son utlsaton, en tant qu objet lumneux, par un deuxème système optque quelconque et partculèrement par l œl. De plus, cette mage est caractérsée par sa nature, réelle ou vrtuelle ; Elle est détermnée par sa poston grâce à la relaton de conjugason et par sa talle grâce au grandssement transversal ; Et la netteté de l mage est due aux qualtés du système optque : son stgmatsme et son aplanétsme. Nous avons ntrodut toutes ces notons sur le cas partculer du mror plan, mas elles sont générales.

10 Chaptre V page V-10 Résumé Noton d mage Le pont sera dt «mage du pont donnée par le mror» s tous les rayons lumneux ssus de passent par après réflexon sur le mror. L mage est dte «vrtuelle» lorsque ce sont les prolongements des rayons réfléchs qu se coupent et non les rayons eux-mêmes. Relaton de conjugason de et par rapport au mror plan : H' H. B ' ' Grandssement transversal : vaut +1 dans le cas du mror plan. B Stgmatsme Il y a stgmatsme lorsque l mage d un pont est un pont. C est une proprété du système optque qu est dt stgmatque. Lorsque tous les rayons lumneux ssus de, passent effectvement par cas de l mage réelle - ou semblent provenr de cas de l mage vrtuelle -, le stgmatsme est dt rgoureux. Il est dt approché lorsque cette condton est presque réalsée : nous précserons cette noton dans le chaptre qu trate du doptre plan. Il y a astgmatsme lorsque cette condton n est pas du tout réalsée. Le système est alors astgmatque. planétsme Consdérons un pont objet et son mage donnée par un système optque rgoureusement stgmatque. Il y a de plus aplanétsme rgoureux lorsque l mage d un plan de front contenant est un plan de front contenant. Le système est dt rgoureusement aplanétque.

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

L environnement Windows 10 sur tablette

L environnement Windows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette Wndows 10 - Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Actver/désactver le mode Tablette Contnuum est une nouvelle fonctonnalté

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Utilisez cette application pour numériser, convertir puis enregistrer l'image numérisée dans un dossier spécifique.

Utilisez cette application pour numériser, convertir puis enregistrer l'image numérisée dans un dossier spécifique. 3ULVHHQPDLQ %RXWRQ )RQFWLRQ Start Numérse et envoe l'mage capturée en une seule étape à l'applcaton affectée au bouton. Photo Prnt Numérse et envoe l'mage capturée à l'utltare Photo Prnt de EPSON Smart

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Modélisation et simulation des efforts de coupe en fraisage 2.5 axes

Modélisation et simulation des efforts de coupe en fraisage 2.5 axes 18 ème Congrès Franças de Mécanque Grenoble, 7-31 août 007 Modélsaton et smulaton des efforts de coupe en frasage.5 axes Adel Amn AMMAR, Zouber BOUAZIZ & Al ZGHAL Unté de recherche de mécanque des soldes

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

Menu Démarrer et Bureau

Menu Démarrer et Bureau Menu Démarrer et Bureau Menu Démarrer et Bureau Descrpton du Bureau Au démarrage de l ordnateur et après vous être dentfé, vous voyez apparaître le Bureau de Wndows 10. S vous utlsez une tablette ou un

Plus en détail

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing Malng Malng Word 2011 pour Mac Les étapes de concepton d un malng Le malng ou publpostage permet l envo en nombre de documents à des destnatares répertorés dans un fcher de données. Cette technque sous-entend

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Estimation conjointe de sources lumineuses

Estimation conjointe de sources lumineuses Estmaton conjonte de sources lumneuses et de proprétés photométrques à partr d mages Bruno Mercer, Danel Meneveaux Laboratore SIC, Unversté de Poters, BP 30179 86962 Futuroscope Chasseneul Cedex mercer,danel

Plus en détail

T.P. Le redressement commandé : le pont mixte.

T.P. Le redressement commandé : le pont mixte. I Introdcton : T.P. Le redressement commandé : le pont mxte. Précédemment, nos avons v qe nos povons réalser la converson d'ne tenson alternatve snsoïdale t =U 2sn t en ne tenson contne grâce à l'tlsaton

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés Electrcté II : égmes snusoïdaux et transtores and transent crcut analyss Fasccule d'exercces de Travaux Drgés 5 cours / Séances de TD / 5 séances de TP égmes snusoïdaux Nombre de séances de TD prévues

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN .J. Ducauze et D.N. Rutledge groparstech PITRE L SPETRMETRIE RMN «Spectrométre RMN» veut dre qu on s ntéresse aux nformatons qu apportent les spectres, c est-à-dre à un ensemble d observatons effectuées

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

T3 (IP) Classic raccordé a Integral 5

T3 (IP) Classic raccordé a Integral 5 T3 (IP) Classc raccordé a Integral 5 Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser avec son téléphone Remarques mportantes...

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs?

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Mars 2014] Ce mois-ci on vous parle de. Loi ALUR : quelle incidence pour les diagnostiqueurs? Ce mos-c on vous parle de Lo ALUR : Quelle ncdence pour les dagnostqueurs? Lo ALUR : quelle ncdence pour les dagnostqueurs? La lo ALUR (Accès au Logement et un Urbansme Rénové) a défntvement été adoptée

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale.

-7- Cest le plus petit élément du territoire. Elle figure sur le titre de propriété, identifiée par ':lnnuméro et rattachée à une section cadastrale. -7- ""C, 7~~,VJ Il convent de dstnguer: LA PARCELLE " j 0 J J / CI Cest le plus pett élément du terrtore Elle fgure sur le ttre de proprété, dentfée par ':lnnuméro et rattachée à une secton cadastrale

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE C. NOTICE TECHNIQUE C.1. Introducton et grands prncpes... 5 C.1.1. Objet du calcul et champ d applcaton... 5 C.1.2. Introducton aux méthodes de calcul et vérfcatons proposées... 6 C.1.2.1. Présentaton

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie 1 Sujets des projets Informatque de Base Unversté Perre et Mare Cure D Bernard, F Hecht, N Segun Master I / sesson 2004/2005 Table des matères 1 Sujet : Recherche rapde d un trangle contenant un pont dans

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

DIET, tour d horizon

DIET, tour d horizon DIET, tour d horzon Eddy Caron, Frédérc Desprez GRAAL/LIP/ENS-Lyon {Eddy.Caron,Frederc.Desprez}@ens-lyon.fr http://graal.ens-lyon.fr Résumé L objectf de cet artcle est de fournr une vue d ensemble exhaustve

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

Thèse. l Université de Pau et des Pays de l Adour. Clovis DARRIGAN. Docteur

Thèse. l Université de Pau et des Pays de l Adour. Clovis DARRIGAN. Docteur Numéro d ordre : Académe de Bordeaux Thèse présentée à l Unversté de Pau et des Pays de l Adour École Doctorale des Scences Exactes et de Leurs Applcatons par Clovs DARRIGAN pour obtenr le rade de Docteur

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

BIBLIOTHEQUE TELEDETECTION

BIBLIOTHEQUE TELEDETECTION BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.0 BIBLIOTHEQUE TELEDETECTION EXEMPLE D'EVOLUTION DU LITTORAL. ETUDE DIACHRONIQUE

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum!

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum! Réalse un croqus sute à ta vste. Dessne ce qu t a le plus touché, marqué, ou un objet que tu as partculèrement apprécé : A bentôt à l Arborne Museum! 14, rue Esenhower - 50480 Sante-Mère-Eglse Tél. 02

Plus en détail

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum!

Livret pédagogique. 5 e à 3 e. A bientôt à l Airborne Museum! Réalse un croqus sute à ta vste. Dessne ce qu t a le plus touché, marqué, ou un objet que tu as partculèrement apprécé : A bentôt à l Arborne Museum! 14, rue Esenhower - 50480 Sante-Mère-Eglse Tél. 02

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation à haut rendement

Chaudière à gaz à condensation à haut rendement M o d e d' e m p l o Chaudère à gaz à condensaton à haut rendement Q85SN/Q130SN/Q175SN/Q205SN/Q175CN Q85SP/Q130SP/Q175SP/Q205SP/Q175CP AVERTISSEMENT! L'nstallaton et l'entréten dovent être assurés par

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail