LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN 2012 & PERSPECTIVES 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN 2012 & PERSPECTIVES 2013"

Transcription

1 Contact Presse : Nathalie Neyret Tél: / Paris, le 9 janvier 2013 LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN 2012 & PERSPECTIVES 2013 Le ralentissement de l économie mondiale s est accentué au cours d une année 2012 marquée par la tenue d élections majeures et la persistance de tensions géopolitiques. «Ce climat difficile s est traduit par un recul de l activité sur les marchés français de l immobilier d entreprise, avec une baisse de 10 % des montants investis dans l Hexagone par rapport à Les marchés locatifs n ont pas non plus été épargnés, avec une chute de 10 % de la demande placée de bureaux en Ile-de-France et de 25 % de la demande placée de grands entrepôts en France» annonce Olivier Gérard, Président de Cushman & Wakefield France. Si l'on s'en tient à ses aspects les plus négatifs, 2012 a de fait été l année d une baisse générale du nombre de transactions, mais aussi du durcissement des conditions de négociation entre bailleurs et locataires ou des difficultés d'acteurs historiques du paysage français des commerces. Ces éléments ne forment toutefois que l'une des deux faces d'un même marché, profondément contrasté. Ainsi, 2012 a aussi été l année de la concrétisation d opérations emblématiques comme l'acquisition, par le Qatar ou d'autres fonds souverains, d actifs phare du marché parisien ; l année, encore, du buzz lié à l'inauguration de nouveaux équipements commerciaux innovants et du dynamisme du luxe, et celle des grands projets logistiques d Amazon. «Les meilleurs actifs de l Hexagone restent généralement immunes à la crise, prisés par des investisseurs à la recherche de placements sécurisés ou par de grandes entreprises soucieuses d économies, d efficacité et de visibilité» explique Olivier Gérard. LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Avec 14,9 milliards d euros investis en France en 2012, le marché de l investissement affiche une baisse de 10 % sur un an et un volume proche (- 2 %) de la moyenne des 10 dernières années (15,2 milliards d euros). Ce volume reste toutefois relativement important, et bien supérieur au point bas de 2009 (7,8 milliards d euros). Tirant parti du statut de valeur refuge de la pierre, l immobilier figure de fait en bonne place dans les stratégies d allocation de grands institutionnels riches en fonds propres et d acteurs étrangers aux capacités d investissement considérables, attestant de l attractivité des biens les plus exceptionnels de l Hexagone. Rôle important des grandes transactions : la concrétisation de grandes opérations réalisées en majorité par des acteurs étrangers a permis de compenser le manque d offres de qualité et la désaffection des investisseurs pour les biens et marchés secondaires. 39 transactions de plus de 1

2 100 millions d euros totalisant 7,9 milliards d euros ont ainsi été enregistrées en 2012 (contre 43 totalisant 8,3 milliards d euros en 2011) comptant pour 53 % de l ensemble des montants engagés dans l Hexagone (50 % l an passé). Trois transactions supérieures à 500 millions euros ont notamment animé le marché parisien : la vente par Groupama au Qatar du avenue des Champs-Élysées et les deux portefeuilles de bureaux cédés par KanAm au Qatar (immeubles Néo et Cité du Retiro) et par Eurosic à JP Morgan (immeubles Avant-Seine et 52 Hoche). L Île-de-France, toujours prisée pour ses actifs de qualité et sécurisés : avec 11 milliards d euros, les volumes investis en 2012 en Île-de-France sont en baisse de 13 % sur un an mais comptent toujours pour une part significative de l ensemble des montants engagés dans l Hexagone (74 %). Si les volumes investis en bureaux en région parisienne ont diminué d une année sur l autre (- 20 %), cette chute a été en partie compensée par le dynamisme des commerces, qui voient leur part sur l ensemble du marché d Île-de-France passer de 10 % en 2011 à 16 % en 2012 du fait de la vente de plusieurs ensembles de pieds d immeubles ou d actifs mixtes emblématiques (le avenue des Champs-Élysées ou Faubourg One). Fléchissement des bureaux et dynamisme des commerces : la part des bureaux demeure importante, s élevant à 67 % de l ensemble des montants engagés dans l Hexagone. Avec un total de 10 milliards d euros investis sur le marché français des bureaux en 2012, la baisse est toutefois de 19 % sur un an du fait de la baisse des transactions comprises entre 50 et 100 millions d euros. Ce recul tranche avec le dynamisme des commerces. Avec 3,6 milliards d euros investis en France en 2012, la hausse est de 9 % sur un an. Ce volume qui représente 24 % de l ensemble des montants engagés dans le pays en 2012 est le plus élevé enregistré ces 10 dernières années après celui de Cette performance est liée à la concrétisation de 12 transactions d actifs de commerces ou d immeubles mixtes de plus de 100 millions d euros, dont deux de plus de 300 millions d euros (la vente du avenue des Champs-Elysées et la cession à Grosvenor d un portefeuille de commerces à Lyon). Totalisant 1,3 milliard d euros, les volumes investis en immobilier industriel restent légèrement en-deçà de la moyenne des dix dernières années mais affichent une forte hausse de 44 % sur un an liée à l achat par Blackstone et Segro de trois grands portefeuilles d entrepôts. Prédominance des investisseurs en fonds propres : les conditions de marché sont restées favorables aux acheteurs en fonds propres, peu sensibles au resserrement du crédit du fait de leurs capacités d investissement considérables. Cherchant à diversifier leurs allocations d actifs, de grands institutionnels aux premiers rangs desquels les assureurs demeurent très actifs. Par ailleurs, plusieurs fonds souverains (NBIM, QIA, ADIA, etc.) ont porté leur dévolu sur les plus beaux actifs de la capitale, immeubles de bureaux loués à de grands utilisateurs (sièges d Amundi ou de Cartier) ou biens mixtes situés sur les artères commerçantes les plus renommées (116 bis avenue des Champs-Elysées). Légère augmentation de la part des acquéreurs étrangers : le marché reste majoritairement dominé par les Français, principalement représentés par des assureurs, des caisses de retraite ou des SCPI. Totalisant 57 % des montants investis dans l Hexagone en 2012 contre 62 % en 2011 leur part est toutefois en léger recul d une année sur l autre. A l origine de 19 transactions supérieures 2

3 à 100 millions d euros en 2012, les investisseurs étrangers voient eux leur part progresser de 38 % en 2011 à 43 % un an plus tard. Des fonds, nouveaux entrants pour certains, originaires d Asie, du Moyen-Orient (QIA, ADIA) ou d Europe du Nord (NBIM) ont en particulier accru leur exposition au marché français. Une activité stable en province : avec près de 4 milliards d euros, soit 26 % de l ensemble des montants engagés en France, les volumes investis en province sont relativement stables par rapport à Cette bonne tenue est liée à la vente de plusieurs portefeuilles de commerces et d entrepôts, qui totalisent à eux seuls 70 % des engagements réalisés en province en Compression des taux de rendement prime : la concurrence entre investisseurs pour les meilleurs actifs de l Hexagone a pesé sur les taux de rendement prime, dont la compression a suivi la chute des taux d intérêt. Le niveau bas des taux directeurs et l attrait persistant dont jouissent ces actifs n augurent pas d une remontée à court-terme des taux de rendement prime. Le spread avec l OAT 10 ans demeure toutefois attractif en raison de taux d'intérêt long terme historiquement bas, confirmant le statut de valeur refuge de l'immobilier. Le marché secondaire a, lui, enregistré une correction à la hausse en Plusieurs facteurs sont susceptibles de soutenir le marché en Ainsi, de grands institutionnels et fonds étrangers demeureront à l origine d opérations d envergure, placements sécurisés continuant de mettre au jour le caractère refuge de l immobilier et la stabilité du marché français. Par ailleurs, les arbitrages contraints de certains investisseurs et les cessions opérées par d autres acteurs désireux de dégager de substantielles plus-values alimenteront le marché en produits core, limitant les effets de la rareté de l offre sur l évolution des volumes investis. La plupart des investisseurs continueront de cibler ce type d actifs, tandis que le ralentissement de l'activité locative, des difficultés de financement et la mise à niveau nécessaire des biens inadaptés aux dernières normes environnementales pèseront sur l attractivité et la valeur des actifs secondaires. Évolution des volumes investis en immobilier d entreprise en France (Mds ) Source : Cushman & Wakefield 3

4 LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE La croissance de l économie française est restée au point mort en 2012 tandis que le taux de chômage a fortement progressé. Accentuant le manque de visibilité des utilisateurs, cette forte détérioration du climat économique a limité la consommation de surfaces de bureaux sans toutefois se traduire par un recul important de l activité. Ainsi 2,1 millions de mètres carrés de bureaux ont été loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-France en 2012, soit une baisse de 10 % par rapport à 2011 et de 1,4 % à peine par rapport à la moyenne des dix dernières années. Le resserrement du marché n en est pas moins évident, illustré par la baisse importante du nombre total de transactions et le rôle plus décisif des grandes opérations. Ses performances ont dépendu pour une large part de la volonté de grandes entreprises de réduire leurs coûts immobiliers tout en modernisant leurs sites, jouant en faveur des pôles tertiaires disposant d une offre adaptée aux stratégies de rationalisation des utilisateurs. Rôle plus décisif des grandes transactions : le recul général de la demande est directement imputable au fléchissement du segment des petites et moyennes surfaces et à la diminution du nombre total de transactions (2 271 en 2012 contre en 2011). Cette baisse a été partiellement compensée par la réalisation de transactions portant sur de grandes surfaces de qualité, confirmant la poursuite des stratégies de regroupement et de rationalisation des entreprises. Les 91 mouvements supérieurs à m² dénombrés en 2012 (92 en 2011) représentent ainsi 50 % de la demande placée totale, soit un volume de m² par ailleurs constitué à 67 % de bureaux neufs-restructurés et d un nombre conséquent de clés-en-mains (comme Unilever dans Green Office à Rueil-Malmaison). Après une année 2011 marquée par plusieurs acquisitions significatives (Google, SCOR, etc.), le marché des ventes utilisateurs a en revanche été atone en 2012, avec un volume en recul de 69 % d une année sur l autre. Fléchissement du marché parisien : en 2012 le nombre de mètres carrés loués ou vendus aux utilisateurs a diminué dans la plupart des grands secteurs tertiaires d Ile-de-France. La baisse a été particulièrement marquée dans la capitale (- 24 %), le marché parisien ayant à la fois souffert du fléchissement du segment des petites et moyennes surfaces et de la réduction du volume des transactions supérieures à m² ( en 2012 contre m² en 2011). Ces deux tendances, révélatrices des difficultés des petites et moyennes entreprises et de la baisse de la demande d acteurs traditionnels comme la finance ou l administration, sont aussi la conséquence d une raréfaction de l offre de qualité. Cette pénurie a, dans les beaux quartiers, poussé plusieurs utilisateurs à saisir les dernières opportunités neuves-restructurées disponibles (Hogan Lovells ou Roland Berger dans le QCA, AT Kearney dans le 7 e arrondissement), expliquant le maintien du loyer prime à des niveaux élevés (838 /m²/an à la fin de 2012 contre 838 un an auparavant). Succès de la 1 ère couronne Nord et Sud : bien desservis et disposant d importantes opportunités foncières et immobilières, les secteurs de report de 1 ère couronne ont été logiquement prisés par des entreprises désirant réduire leurs coûts immobiliers tout en modernisant leurs sites. Certains de ces secteurs se sont plus particulièrement illustrés. C est le cas du Sud 1 re couronne, où la progression de 141 % la demande placée sur un an tient pour une très large part au regroupement du CNET/Orange à Châtillon sur m² un projet qui représente à lui seul 4

5 un volume supérieur de 16 % au total des m² commercialisés dans le secteur en Le Nord confirme par ailleurs son dynamisme, avec un nombre important de grandes transactions (SNCF dans City One ou Siemens dans Le Sisley à Saint-Denis, Samsung dans Ovalie à Saint-Ouen, etc.) et un volume de demande placée supérieur de 55 % à la moyenne des dix dernières années. Remontée de l offre disponible : accompagnant le décrochage de l activité économique et le fléchissement de la demande, le volume de l offre disponible à moins de six mois est reparti à la hausse en Celle-ci totalise m², soit une augmentation de 4 % sur un an et un taux de vacance de 7,4 %. Cette évolution générale masque de forts contrastes en fonction du secteur géographique et de la qualité des actifs. Ainsi, les surfaces neuves ou restructurées supérieures ne représentent plus que 23 % du volume total de l offre disponible à moins de six mois. Après l embellie de 2011, l année 2012 a marqué une contraction, mesurée, du marché des bureaux d Ile-de-France. Si la hausse du taux de chômage est généralement moins marquée en région parisienne qu au niveau national, les perspectives économiques ne permettent pas d espérer une franche reprise de la consommation de surfaces de bureaux dans les prochains mois. Elles laissent plutôt craindre un accroissement des tensions sociales et un plus grand attentisme des utilisateurs qui pèseront sur l évolution de la demande placée. Contraintes de réduire leurs coûts immobiliers, les entreprises continueront toutefois d absorber les bureaux neufs ou restructurés d Ile-de-France. Cette tendance profitera aux marchés les plus établis qui offrent encore quelques rares opportunités d implantation et aux marchés tertiaires disposant de bureaux neufs, peu chers et bien reliés aux transports. Évolution de la demande placée de bureaux en France (m²) Source : Cushman & Wakefield

6 LE MARCHÉ DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE Avec m² de grands entrepôts placés en 2012, la baisse est de 25 % sur un an. Quelques très grandes transactions, illustrant la massification des sites de grands chargeurs désireux de rationaliser leur supply-chain, ont ponctuellement soutenu la demande. Mais ces mouvements n ont pas compensé l attentisme croissant des utilisateurs et les mauvaises performances de la plupart des grands pôles logistiques français. Dynamisme des chargeurs de la distribution : reflétant l évolution des modes de consommation et le succès de certains sites internet, le e-commerce a joué un rôle plus important, illustré par la prise à bail par Amazon de deux sites près de Lille et de Chalon-sur-Saône. La forte demande des enseignes de la grande distribution (Intermarché, Système U, etc.) ne s est pas non plus démentie, contribuant de façon décisive à l augmentation de la part des chargeurs dans la demande placée totale (66 % en 2012 contre 53 % en 2011). De façon générale, l année écoulée a confirmé l importance d une localisation au plus près des grands axes de communication pour réaliser d indispensables économies de transport. Cet objectif de réduction des coûts et la nécessaire adaptation des sites logistiques à de nouvelles contraintes techniques ou règlementaires expliquent en outre le nombre important d opérations clés-en-mains. Baisse importante de l activité en Ile-de-France : disposant de critères d implantation décisifs (vaste bassin de consommation et d emploi), mieux adaptés aux stratégies d optimisation des utilisateurs, les quatre pôles de la dorsale Nord-Sud demeurent les plus prisés. Ils ont ainsi concentré 73 % de la demande placée en France en 2012, une part stable sur un an. Cette stabilité masque toutefois d importants contrastes en fonction du secteur géographique. Ainsi, la bonne performance du marché lyonnais ( m² placés en 2012 contre m² en 2011) a tranché avec le net recul de l activité dans les régions de Lille, Marseille et Paris. Avec m² placés en 2012, l Ile-de-France affiche de fait une baisse de 34 % sur un an et de 17 % par rapport à la moyenne de la demande placée des dix dernières années. Légère décrue de l offre disponible : le volume de l offre disponible est passé sous le seuil des 3 millions de m² en La raréfaction de l offre dans les marchés lillois et marseillais ne se dément pas. Les régions de Paris et de Lyon restent en revanche bien pourvues, même si l appétit des utilisateurs pour des bâtiments leur permettant de rationaliser leur immobilier à moindre coût a contribué à l écoulement d actifs de seconde-main bien situés et répondant aux normes. De façon générale, l arrêt des lancements en blanc et l absorption progressive des bâtiments neufs encore disponibles ont contribué à la raréfaction de l offre de qualité, tandis que les libérations d actifs inadaptés aux standards de performance et de sécurité les plus récents se sont poursuivies. La dégradation de la qualité de l offre devrait donc s accentuer, même si le volume des projets prêts à démarrer reste important. Très grande hétérogénéité des valeurs locatives : la stabilité des valeurs locatives est restée la règle en 2012 avec un loyer prime toujours légèrement supérieur à 50 /m²/an en Ile-de- France. La grande hétérogénéité des loyers, qui peuvent varier fortement au sein d un même marché en fonction de la localisation des bâtiments ou de leurs qualités intrinsèques, demeure 6

7 toutefois la règle. Les exigences d utilisateurs avant tout motivés par la réduction de leurs coûts immobiliers continuent généralement de peser sur l évolution de leurs relations avec des bailleurs contraints d offrir de plus substantielles mesures d accompagnement pour limiter la vacance de leurs biens. En 2013, les chargeurs et les prestataires continueront de réduire leurs coûts immobiliers tout en adaptant leur activité à de nouvelles contraintes environnementales ou technologiques, témoignant de l essor d une logistique de plus en plus sophistiquée. Cette double tendance sera, comme l année précédente, à l origine de plusieurs grandes transactions dans les prochains mois, qui limiteront le recul de la demande placée dans un contexte encore difficile et largement incertain s agissant de l évolution de la pression fiscale, des conditions de financement de nouveaux sites et de l avancée de grands projets d infrastructures. Évolution de la demande placée de grands entrepôts en France (m²) Source : Cushman & Wakefield LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER DES COMMERCES EN FRANCE Malmenées par les arbitrages des consommateurs, la forte croissance du e-commerce et le succès de nouveaux entrants innovants, plusieurs enseignes ont, en 2012, accéléré leur mue pour répondre aux attentes de clients avides de nouveauté. D autres ont étendu leur présence sur le territoire mais, loin d une expansion à tous crins, ont conservé un mode de développement opportuniste. Répondant au désir des enseignes de limiter les risques associés à leurs ouvertures et d accroître leur visibilité, les emplacements n 1 des grandes métropoles ont donc concentré l essentiel de la demande, tranchant avec la désaffection des enseignes pour les sites secondaires, plus directement exposés au fléchissement de la consommation. 7

8 Dynamisme du luxe : les mouvements enregistrés en 2012 ont mis en évidence le rôle moteur joué par les enseignes de luxe. Egalement illustré par la montée en gamme des grands magasins et la rénovation ou la création de nouveaux palaces, le bouillonnement du luxe s est traduit par de multiples ouvertures, dans le sud du pays (Armani sur la Croisette à Cannes, Hermès rue Grignan à Marseille) et, surtout, à Paris. Ainsi, les plus grandes marques ont renforcé leur présence dans les artères les plus prestigieuses du Triangle d Or (Louis Vuitton Place Vendôme, Berluti Rue du Faubourg Saint-Honoré) et animé certains quartiers en plein essor, comme la rue Saint-Honoré et la rue de Sèvres (Berluti et Hermès/Shang Xia). Afflux continu de nouveaux entrants : certains des nouveaux entrants qui s étaient illustrés en 2011 ont continué d étendre leur réseau en Ainsi, Marks & Spencer a ouvert son plus grand magasin d Europe continentale dans So Ouest à Levallois-Perret, avant l inauguration, prévue en 2013, de son plus grand point de vente parisien dans le centre commercial Beaugrenelle. Le rythme des ouvertures de boutiques JD Sports s est par ailleurs accéléré, en région parisienne (Belle Epine, Carré Sénart) comme en province (Saint-Sever à Rouen). En outre, si leur nombre a été moins important qu en 2011, de nouvelles enseignes étrangères (Pandora, Lego, Suite Blanco, etc.) ont continué d investir le marché français, favorisant la commercialisation de grands projets de centres commerciaux (Beaugrenelle à Paris, Aéroville près de Roissy, Les Terrasses du Port à Marseille) et l attractivité des meilleurs emplacements des rues commerçantes. Forte progression des valeurs locatives prime : les loyers des boutiques de pied d immeubles ont généralement augmenté sous l effet d une forte demande des enseignes internationales et de luxe pour les meilleurs emplacements d axes très peu offreurs. C est à Paris que ce mouvement haussier a été le plus marqué, notamment sur les Champs-Elysées, où de récentes transactions (Tiffany & Co) ont permis d établir de nouveaux records à près de /m²/zone A et de pousser la valeur locative prime à /m²/an/zone A. Ces chiffres masquent cependant d importants contrastes en fonction du format concerné et de la qualité de l emplacement. Si les valeurs locatives des meilleurs emplacements des centres commerciaux régionaux et des principales zones de périphérie sont restées stables, celles des emplacements secondaires ont subi une pression à la baisse. En outre, les relations entre commerçants et bailleurs se sont généralement durcies, un nombre croissant de grandes enseignes étant déterminées à renégocier leurs coûts d occupation pour réduire leur taux d effort et regagner en compétitivité. Baisse des ouvertures de centres commerciaux : m² de nouveaux centres commerciaux ont été inaugurés en 2012, montrant un ralentissement du rythme des ouvertures après une année 2011 très animée ( m²). Cependant, quelques projets d envergure ont encore vu le jour, en Ile-de-France notamment. Ainsi, après Le Millénaire, ouvert à Aubervilliers en 2011, l ouverture de So Ouest à Levallois-Perret a fait le buzz, avant celles, à venir en 2013, de Beaugrenelle à Paris, de Villeneuve-la-Garenne ou d Aéroville près de Roissy. Cette tendance à la production de grands ensembles a confirmé l intérêt des enseignes pour les projets de dimension régionale, centres de destination à même d assurer d importants flux de visiteurs par la diversité de leur offre. Elle s est accompagnée de multiples projets d extension ou de redéveloppement de plus petits centres, illustrant le renouvellement de l existant et l engouement des opérateurs pour un commerce de proximité moins affecté par le fléchissement de la consommation. 8

9 Boom des ouvertures de parcs d activités commerciales : totalisant m² en 2012, le volume des ouvertures de parcs d activités commerciales s est sensiblement accru par rapport à 2011 (+ 73 %) en raison de l inauguration de plusieurs grands projets. Huit parcs supérieurs à m² comptent ainsi pour 55 % de l ensemble des ouvertures de Avec une surface de m², l Atoll, près d Angers, est le plus grand projet inauguré au cours de l année écoulée, confirmant une tendance au gigantisme également observée sur le marché des centres commerciaux. Cet exemple est aussi emblématique du rythme rapide de développement de nouveaux projets dans des régions encore relativement peu pourvues, comme le Grand Ouest ou le Sud. Enfin, la répartition géographique des ouvertures confirme le renforcement des polarités commerciales établies d Ile-de-France, par le biais de la création de nouveaux parcs (Les Quatre Chênes à Pontault-Combault) ou de l extension de sites existants (le Shopping Parc de Lieusaint). Le taux de chômage et le pessimisme des ménages continueront de progresser en 2013 et pèseront sur l évolution des ventes au détail. Les prochains mois devraient par conséquent confirmer les tendances observées en 2012, accentuant les difficultés des marchés secondaires et contraignant les bailleurs à faire preuve de davantage de souplesse pour limiter la vacance de leurs biens et assurer la commercialisation de leurs projets. Les meilleurs emplacements des artères commerçantes et des plus grands centres commerciaux devraient en revanche rester immunes à la crise, en dépit des premiers signes de ralentissement de l activité du luxe, de la baisse possible du nombre de touristes après les records d affluence enregistrés en 2012 et d une pression accrue sur la rentabilité des enseignes. L'actualité récente ne laisse pas entrevoir d amélioration franche de la conjoncture économique internationale. «L'Europe, surtout, demeure au cœur des préoccupations et devrait le rester tout au long de De fortes incertitudes pèsent notamment sur la France, où la forte hausse du chômage et une pression fiscale accrue entretiendront la défiance des investisseurs et des entreprises à l'égard d'une économie et d un modèle soumis à de forts vents contraires» explique Olivier Gérard. Plusieurs des tendances de 2012 devraient ainsi se prolonger en 2013, confirmant en particulier la désaffection des investisseurs et des utilisateurs pour les actifs et marchés secondaires. Toutefois, comme l an passé, «de nouveaux noms et projets prestigieux animeront les principaux marchés de l Hexagone, confirmant que la France et la région parisienne demeurent une destination de choix pour de grands investisseurs riches en fonds propres, et de grandes enseignes et de grands utilisateurs désireux de consolider leur activité au sein d'un marché apprécié pour la qualité de ses infrastructures, sa stabilité et son rayonnement touristique international» conclut Olivier Gérard. A propos de Cushman & Wakefield Fondé en 1917, Cushman & Wakefield est le premier groupe privé mondial en immobilier d entreprise. Cushman & Wakefield occupe une position prédominante sur la plupart des marchés immobiliers dans le monde, ainsi que le démontrent ses nombreuses implications dans des missions et transactions immobilières de haute portée. Avec 243 bureaux répartis dans 60 pays et plus de collaborateurs, Cushman & Wakefield conseille ses clients, tant 9

10 utilisateurs que propriétaires ou investisseurs, et leur offre une gamme complète de services intégrée à l échelle mondiale, et ce pour tout type de biens (bureaux, commerces, investissements, industriels et logistiques) : transaction locative, investissement, service financier, audit et gestion de projet, gestion d actifs immobiliers, expertise. Leader incontesté de l'immobilier commercial, notre société publie de nombreuses études auxquelles vous pouvez accéder grâce au Knowledge Center sur notre site internet 10

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, 31 juillet 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Porté par deux transactions d importance majeure en centres commerciaux, le marché de l immobilier

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie GRESHAM, une marque APICIL Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4

Plus en détail

LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN 2011 & PERSPECTIVES 2012

LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN 2011 & PERSPECTIVES 2012 Contact Presse : Nathalie Lhuillery Tél: +33 1 53 76 80 15 / +33 6 82 67 56 11 E-mail: nathalie.lhuillery@eur.cushwake.com Paris, le 4 janvier 2012 LES MARCHÉS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE BILAN

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

AXA Selectiv Immo Performance 2013. 10 janvier 2014. Pôle Epargne

AXA Selectiv Immo Performance 2013. 10 janvier 2014. Pôle Epargne AXA Selectiv Immo Performance 2013 10 janvier 2014 Pôle Epargne Performance d AXA Selectiv Immo La performance d AXA Selectiv Immo à fin décembre 2013 est de 4,17% dividende réinvesti ce qui porte la performance

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

au sein de l Assurance Vie SCPI Primopierre? L enveloppe Assurance Vie :

au sein de l Assurance Vie SCPI Primopierre? L enveloppe Assurance Vie : Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l Assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4 L enveloppe Assurance Vie : le contrat Concordances 4 par GRESHAM...p5 SOMMAIRE Le fonctionnement

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI

COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI SECTEUR ECONOMIQUE MAJEUR PLACEMENTS PREFERES PIERRE OU PAPIER ENTREPRISE RESIDENTIEL COMMERCE OPCI L immobilier est un terme générique, définissant et incluant toute activité

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

ICADE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2015 UN SEMESTRE ACTIF

ICADE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2015 UN SEMESTRE ACTIF COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 juillet 2015 ICADE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2015 UN SEMESTRE ACTIF Nouvelle gouvernance et équipe de management recomposée Regain d optimisme sur l activité de promotion

Plus en détail

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014 Synthèses des marchés Immobilier d entreprise 2014 Bureaux REGION Sommaire Contexte économique 1 Données générales le parc construit Présentation des territoires de marché L offre disponible 4 2 3 CONTEXTE

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014 Panorama logistique France Pulse 1 er semestre 2014 Des évolutions contrastées sur le marché de la logistique Sur la dorsale, 1 m² sur 2 commercialisé concerne des grandes transactions de première main

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

Résultats annuels 2003 26 février 2004

Résultats annuels 2003 26 février 2004 Résultats annuels 2003 26 février 2004 1 Des objectifs de croissance atteints (en m ) 2003 2002 Δ Excédent brut d'exploitation 383,4 219,1 +75,0% Cash flow courant 232,6 146,3 +58,9% Cash flow courant

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS

ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS Activité 2014 D «Malgré la crise, le bois poursuit son développement» epuis la dernière publication des chiffres de la construction bois en 2013, la filière forêt

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015 AXA Sophie Bourlanges Rouen 3 juin 2015 AXA, une histoire de croissance 2 Un leader mondial de l assurance et de la gestion d actifs Présent dans 59 pays 161000 collaborateurs au service de 103 MILLIONS

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires N 8 Octobre 2001 Fimalac La lettre aux Actionnaires Message du Président Madame, Monsieur, Cher actionnaire, Après le drame du 11 septembre dernier, FIMALAC tient à s'associer à la douleur du peuple américain

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 16-DCC-24 du 18 février 2016 relative à la prise de contrôle conjoint d un actif immobilier situé à Neuilly-sur-Seine par le Groupe Crédit Agricole et la Banque Fédérative

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT

POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT FRANCE 1 DÉCOLLAGE DU MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT Avec 11,5 milliards d euros investis au 1 er semestre 1, la hausse est de 7 % par rapport à la même période en 13. Le marché

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 EXCLUSIVE RESTAURANTS SE LANCE EN FRANCHISE

DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 EXCLUSIVE RESTAURANTS SE LANCE EN FRANCHISE DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 SE LANCE EN FRANCHISE SOMMAIRE SE LANCE EN FRANCHISE... SE LANCE EN FRANCHISE... 3 SOMMAIRE UN CONCEPT UNIQUE SUR LE MARCHÉ 4 - Une activité inédite en France et dans

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

NOUVEAU TRANSPORT ÉCOLOGIQUE DE MARCHANDISES

NOUVEAU TRANSPORT ÉCOLOGIQUE DE MARCHANDISES POINT 4: L engagement national pour le fret ferroviaire et le Schéma Directeur pour un nouveau Transport écologique de Marchandises de la SNCF : application dans le Grand Sud-Est Introduction Président

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

Résidence Les terrasses de solène. AGDE - MéDitErrAnéE

Résidence Les terrasses de solène. AGDE - MéDitErrAnéE Résidence Les terrasses de solène AGDE - MéDitErrAnéE LE DÉPARTEMENT DE L HÉRAULT ATTIRE PLUs DE 1 000 NOUVEAUX HABITANTs PAR MOIs (source INsEE) Avec 130 km de littoral, des paysages à couper le souffle,

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013 PARIS, LE 23 JANVIER 2014, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013 CHIFFRE D AFFAIRES ANNUEL 2013 ET CHIFFRE D AFFAIRES DU 4 EME TRIMESTRE 2013

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP)

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP) FIP Avantage PME III Jusqu à 22% de réduction d impôts sur l investissement * Dans le cadre d un blocage des parts pendant 8 ans et jusqu à 10 ans sur décision de la société de gestion, soit jusqu au 30/06/2021

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants 15.13 Croissance du chiffre d affaires de 15 % à 3 581 millions d euros Croissance du chiffre d affaires première monte de 16 %, + 7 % à périmètre et taux de change constants, supérieure de 6 points à

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Points clés premier semestre 2005 Mars 2005 : Reclassement de la participation de Soros Real Estate Investment Mars 2005 : Robert Waterland

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER. L investissement immobilier en région via une SCPI

Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER. L investissement immobilier en région via une SCPI Vendôme Régions SOCIÉTÉ CIVILE DE PLACEMENT IMMOBILIER L investissement immobilier en région via une SCPI Vendôme Régions SCPI à capital variable AVERTISSEMENT L investissement en parts de la SCPI VENDÔME

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Le 12 avril 2006 CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006 Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Une croissance solide en France: - Forte croissance à magasins

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

GROUPE BIC Communiqué de presse

GROUPE BIC Communiqué de presse GROUPE BIC Communiqué de presse Résultats du Groupe BIC 3 ème trimestre et 9 premiers mois 2007 Le chiffre d affaires des 9 premiers mois est en augmentation de 3,7% à données comparables à 1 094,9 millions

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Rivoli Avenir Patrimoine

Rivoli Avenir Patrimoine Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine 34/36 rue du Louvre - Paris (75) Durée d investissement

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA

1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA 1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA DOSSIER DE PRESSE Décembre 2014 Contacts presse : Valorial : Christophe JAN 02 23 48 59 64 christophe.jan@pole-valorial.fr KPMG : Aurélie JOUNY 02 28 24 11 53

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 28 août 2008 GROUPE BANQUE POPULAIRE UN RENFORCEMENT DES FONDAMENTAUX DE LA BANQUE DE DÉTAIL UN PNB EN HAUSSE À 2 936 M UN RÉSULTAT NET PART DU GROUPE EN PROGRESSION À 660 M DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?»

DOSSIER DE PRESSE. «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?» DOSSIER DE PRESSE «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?» 33 ème Forum CB Richard Ellis Mardi 19 février 2008 Palais des Congrès de Paris Porte Maillot Relations presse : Agence wellcom CB Richard

Plus en détail

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable ASSET MANAGEMENT PFO 2 : Un dispositif d épargne au service de vos objectifs patrimoniaux Avec PFO 2, vous investissez

Plus en détail