INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer"

Transcription

1 Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014

2 Sommaire Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité au financement de contrepartie Engagements du financement de contrepartie et de la volonté de payer Exceptions FAQ 2 2

3 Points abordés dans ce document Quels sont les exigences liées au financement de contrepartie qu un pays doit respecter pour pouvoir déposer une demande de financement? Quels sont les engagements supplémentaires à prendre pour prouver la volonté de payer? Quelles informations ou documents un pays doit-il fournir pour respecter ces exigences et ces engagements? Quelles sont les conséquences du non respect des exigences et des engagements? 3

4 Conditions Allocation INTERNE ET EXTERNE Présentation La politique de financement de contrepartie du Fonds mondial repose sur deux éléments: 11.Les critères d admissibilité; 2.Les conditions d accès à la partie «volonté de payer» de l allocation. 85 % de l allocation 15 % dépendant de la «volonté de payer» Allocation totale 15 % 100 % 85 % Critères d admissibilité (depuis 2012) 1 2 Seuil minimum Augmentation dans le temps Données fiables Conditions d accès aux 15 % restants (dans le cadre du NMF) Engagements supplémentaires en faveur des programmes de lutte et/ou du RSS Ensemble des conditions remplies pour obtenir la totalité du financement de contrepartie 1 2 & 4

5 Définition du financement de contrepartie Qu est-ce que le financement de contrepartie? Dans le contexte du Fonds mondial, le financement de contrepartie correspond à l ensemble des ressources publiques d un pays mobilisées pour les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose ou le paludisme et pour le secteur de la santé, et qui soutiennent directement les actions financées par le Fonds mondial. Les fonds utilisés pour soutenir ces programmes peuvent provenir : 1. de recettes publiques collectées aux niveaux central, régional ou local ; 2. d emprunts nationaux contractés auprès de sources externes ou de créanciers privés ; 3. de l assurance maladie ; 4. de bénéfices issus de l allègement de la dette. Exemples sur les diapositives suivantes 5

6 Financement de contrepartie : exemple 1 Dans ce premier exemple, nous avons un programme de lutte contre le VIH financé par plusieurs sources. Le tableau suivant montre ce qui est pris en compte dans le financement de contrepartie et ce qui ne l est pas. Source Description Financement de contrepartie? État Ministère de la Santé Entités gouvernementales régionales Assurance maladie Dépenses assumées par les patients Soutien budgétaire direct de donateurs (hors prêts) L État investit dans des produits de base pour la lutte contre le VIH. Les entités gouvernementales régionales prennent en charge la plupart des frais liés à la fourniture d assistance et de traitements contre le VIH. L Assurance maladie prend en charge le coût des traitements antirétroviraux pour certaines personnes vivant avec le VIH. Personnes vivant avec le VIH qui assument leurs dépenses de santé. Fonds provenant de donateurs allloués directement au ministère de la Santé et dépensés par les systèmes de santé publics pour des services de santé en lien avec le VIH. 6

7 Financement de contrepartie : exemple 2 Dans le deuxième exemple, un programme de lutte contre la tuberculose est entièrement financé par l État, mais ne couvre pas les coûts liés aux systèmes de santé. Pour le programme de lutte contre la tuberculose de ce pays, le financement de contrepartie comprend: tous les engagements spécifiques en faveur du programme de lutte contre la tuberculose ; une part appropriée et justifiable des investissements faits dans les systèmes de santé qui soutiennent directement ce programme. Source de financement Programme de santé Financement de contrepartie? Part prise en compte dans le financement de contrepartie État Programme de lutte contre la tuberculose (médicaments et fournitures de laboratoire) 100 % Gouvernement national et entités gouvernementales régionales Coût des systèmes de santé : ressources humaines et autres frais liés à la fourniture de services Part correspondant à l assistance et au traitement contre la tuberculose pouvant être justifiée au Fonds mondial chaque année 7

8 Sommaire Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité au financement de contrepartie Engagements du financement de contrepartie et de la volonté de payer Exceptions FAQ 8 8

9 Financement de contrepartie : critères d admissibilité INTERNAL & EXTERNAL Critères d admissibilité au financement de contrepartie Facteurs importants 1 Seuil minimum de financement de contrepartie : Revenu faible: 5% Revenu intermédiaire du bas de la tranche inférieure: 20% Revenu intermédiaire du haut de la tranche inférieure: 40% Revenu intermédiaire de la tranche supérieure: 60% 2 Augmentation de la contribution de l État aux programmes de lutte et au secteur de la santé 3 Données fiables concernant les dépenses pour la santé et la lutte contre les maladies Contrôle spécifique pour chaque maladie admissible Évaluation au stade de la demande, avant la prise annuelle de décisions concernant les financements et tout au long du cycle de subventions Si financement inférieur au seuil minimum, obligation de fournir une justification et un plan d action pour parvenir à ce seuil. 9

10 Critère d admissibilité : 1 Seuil minimum Le seuil de financement de contrepartie est la part minimum que la contribution de l État au financement total (État + Fonds mondial) du programme de lutte doit atteindre au cours de la période de mise en œuvre de la subvention (qui est généralement de trois ans). Part du financement de contrepartie = Contribution de l État (A) Contribution de l État (A) + contribution du Fonds mondial (B) Pour les subventions de RSS, la contribution de l État inclura les dépenses en faveur de tous les programmes de lutte nationaux qui bénéficient d un soutien du Fonds mondial. La contribution du Fonds mondial inclura le soutien en faveur de toutes les composantes maladies et du RSS. 10

11 Critère d admissibilité: 2 INTERNE ET EXTERNE Augmentation de la contribution Les investissements doivent augmenter pour tous les programmes de lutte et pour le secteur de la santé. Des augmentations dans les dépenses spécifiques aux maladies ne peuvent pas remplacer les dépenses en faveur du secteur de la santé. Comme illustré ci-dessous, les zones bleues, jaunes et rouges représentent les dépenses en faveur de programmes soutenus par le Fonds mondial. Les zones vertes représentent les autres programmes du secteur de la santé. Un abandon des dépenses en faveur du secteur de la santé au profit de programmes de lutte n est pas acceptable. 11

12 Critère d admissibilité: 3 Données relatives au budget et aux dépenses Les candidats doivent fournir chaque année leurs données relatives aux dépenses en faveur de la lutte contre les maladies et du secteur de la santé. Il est toujours possible d améliorer la qualité et la fiabilité des données. Les instances de coordination nationale sont encouragées à inclure leurs investissements dans leurs demandes de financement pour renforcer le suivi des dépenses grâce à des mécanismes tels que les comptes nationaux de santé. Le Fonds mondial offre la possibilité d investir jusqu à USD par programme de lutte qu il soutient pour chaque subvention. 12

13 Critères d admissibilité: Intégration dans la note conceptuelle Pour prouver qu elle respecte les critères d admissibilité, l instance de coordination nationale fournit au Fonds mondial des informations sur son financement de contrepartie au moyen de la note conceptuelle. Ces informations sont saisies dans la partie «analyse des déficits de financement et du financement de contrepartie» de la plateforme de gestion en ligne des subventions. 13

14 INTERNAL & EXTERNAL Sommaire Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité au financement de contrepartie Engagements du financement de contrepartie et de la volonté de payer Exceptions FAQ 14 14

15 Financement de contrepartie: engagements montrant la volonté de payer Une part de 15 % de l allocation versée à un pays ne lui est attribuée que s il prend certains engagements supplémentaires. Allocation pays 15% Allocation réservée aux pays qui démontrent une «volonté de payer» Principes essentiels Engagements dépassant le niveau actuel de dépenses de l État conformément à la volonté de payer. Engagements supérieurs au seuil minimum de contrepartie. Outre les fonds publics nationaux, les bénéfices liés à l allègement de la dette dans le cadre de Debt2Health sont considérés comme un engagement montrant la volonté de payer. Les engagements doivent être pris dans des domaines stratégiques des programmes de lutte et autres programmes du secteur de la santé. Les pays sont récompensés pour toute augmentation de leurs investissements. Il ne s agit pas d une politique du «tout ou rien». Les investissements doivent pouvoir être contrôlés une fois par an grâce au budget ou à des documents officiels. 15

16 Volonté de payer : engagements supplémentaires INTERNE ET EXTERNE Que signifie «supplémen taire»? «Supplémentaire» signifie que les futurs niveaux de dépenses de l État doivent être supérieurs aux niveaux actuels pour les programmes de lutte et/ou d autres programmes de santé soutenus par le Fonds mondial. Le montant additionnel spécifique à fournir lors de la phase suivante est défini en fonction de la capacité de payer (ex.: niveau de revenu). Le Secrétariat travaillera avec les instances de coordination nationale pour déterminer si les engagements supplémentaires de l État sont suffisants pour débloquer le versement de la part d allocation dépendant de la volonté de payer. Le graphique ci-dessous illustre les engagements supplémentaires pour chaque composante lors de la phase suivante. Certains engagements supplémentaires dépendent de la capacité de payer. Phase en cours ( ) Phase suivante ( ) Seuil minimum de financement de contrepartie VIH Paludisme Tuberculose RSS 16

17 Volonté de payer : procédure Bien que les engagements supplémentaires montrant la volonté de payer soient différents pour chaque pays, la procédure qui consiste à identifier, à mesurer et à assurer le suivi de ces engagements sera le même pour tous. Procédure de détermination de la volonté de payer 1 Examen du portefeuille et des financements publics Définition du montant d investissement Discussion relative au montant d investissement Discussion de l objectif d investissement supplémentaire Mise en place du mécanisme de suivi de l investissement Intégration dans la note conceptuelle Finalisation lors del établissement de la subvention Suivi et décaissement Dialogue continu au niveau du pays 17

18 Volonté de payer : procédure (étapes 1 et 2) 1 2 Examen du portefeuille et des financements publics Définition du montant d investissement Le Secrétariat du Fonds mondial procèdera à une évaluation initiale des financements publics actuellement fournis par le pays et des investissements prévus pour la phase suivante pour chaque composante maladie et dans le domaine de la santé en général. Le Fonds mondial examinera les données disponibles et les informations sur le financement public des programmes de lutte et du secteur de la santé. Le Fonds mondial peut demander des informations supplémentaires au gouvernement ou à l instance de coordination nationale. En fonction de l examen de facteurs propres au pays, le Fonds mondial déterminera quels sont les engagements supplémentaires minimums que l État devra prendre pour satisfaire aux conditions de la volonté de payer. Les investissements minimums requis de la part de l État lors de la phase suivante varieront d un pays à l autre et dépendront du niveau de revenu, du niveau de dépenses actuel, des engagements existants et des besoins de financement du pays. Dans de nombreux cas, les engagements pris officiellement dans des plans de dépenses à moyen terme, budgets à moyen terme, plans de mise en œuvre de programmes, etc., ou présentés au Fonds mondial dans le cadre d une procédure récente de reconduction peuvent suffire à obtenir l intégralité de l allocation correspondant à la volonté de payer. 18

19 Volonté de payer : procédure (étape 3) Dialogue continu au niveau du pays 3 Discussion relative au montant d investissement En fonction de l analyse de leur situation, certains pays devront prendre d autres engagements pour pouvoir prétendre à la part de 15 % de l allocation correspondant à la volonté de payer. Cette information sera transmise au Fonds mondial par les équipes de pays. Si des engagements supplémentaires plus importants sont nécessaires, l instance de coordination nationale travaillera avec les autorités nationales compétentes, à savoir les ministères de la Santé et des Finances, pour confirmer ces engagements. 19

20 Volonté de payer : procédure (étape 4) Dialogue continu au niveau du pays 4 Discussion de l objectif d investissement supplémentaire Les engagements supplémentaires doivent être pris dans des domaines stratégiques des programmes de lutte soutenus par le Fonds mondial. L équipe de pays du Fonds mondial travaillera avec l instance de coordination nationale et les autorités nationales compétentes pour se mettre d accord sur les domaines stratégiques sur lesquels porteront les engagements supplémentaires. On trouve parmi les domaines stratégiques d investissement : les investissements directs visant à couvrir le coût des interventions essentielles (ex. : médicaments, produits de santé, interventions ciblées) prise en charge de l aide actuellement apportée par des donateurs (ex. : coûts récurrents tels que les frais de personnel) investissements dans les systèmes de santé qui soutiennent directement les programmes financés par le Fonds mondial (ex.: ressources humaines, systèmes de laboratoire, magasins centraux de fournitures médicales et systèmes pour la gestion des achats et de la chaîne logistique) Cette discussion doit avoir lieu pendant les négociations sur la division du programme.. 20

21 Volonté de payer : procédure (étape 5) Dialogue continu au niveau du pays 5 Mise en place du mécanisme de suivi de l investissement Le dernier point de l accord est le mécanisme grâce auquel les investissements supplémentaires peuvent être validés. Le financement de contrepartie et la réalisation des engagements de l État seront des critères importants pour les décisions annuelles de financement du Fonds mondial. Les documents officiels utilisés pour prouver les investissements réalisés peuvent comprendre les comptes nationaux de santé, l examen des dépenses ou d autres documents fiables et vérifiables. Pour que les décaissements aient lieu rapidement, les données relatives aux dépenses de l État doivent elles aussi être fournies au plus tôt. Le mécanisme et le calendrier de suivi des dépenses de l État doivent être présentés dans l accord de subvention. 21

22 Volonté de payer : procédure (étape 6) Dialogue continu au niveau du pays 6 Intégration dans la note conceptuelle L instance de coordination nationale présentera officiellement ses engagements montrant la volonté de payer dans la note conceptuelle. Le tableau portant sur la volonté de payer demande une répartition annuelle des dépenses et des engagements de l État pour chaque programme de lutte (VIH, tuberculose, paludisme) et chaque programme de renforcement des systèmes de santé concernés. Les programmes de RSS doivent s attaquer aux difficultés de gestion, de contrôle et de fourniture de services des programmes soutenus par le Fonds mondial. Les engagements concernant tous les programmes de lutte doivent être communiqués soit avant, soit en même temps que la première note conceptuelle. Des documents pertinents, servant à démontrer les engagements pris, doivent également être joints à la note conceptuelle. Il peut s agir de plans stratégiques nationaux, de plans de dépenses à moyen terme et d estimations budgétaires validés par l instance de coordination nationale. Le Fonds mondial peut demander que les engagements soient officialisés par écrit par les ministères de la Santé et/ou des Finances. 22

23 Volonté de payer : procédure (étapes 7 et 8) 7 Finalisation lors de l établissem ent de la subvention Le Fonds mondial intègre dans les accords de subvention les engagements de l État, ainsi que toutes les informations permettant de justifier le versement de la partie de l allocation déterminée par la volonté de payer. Les domaines d investissement concernés par les engagements supplémentaires sont également présentés, ainsi que le mécanisme et le calendrier de présentation des dépenses réelles de l État. 8 Suivi et décaissement Au moment de prendre la décision annuelle de décaissement, le Fonds mondial déterminera, sur la base des documents fournis, si le pays a respecté tous les conditions du financement de contrepartie et les engagements montrant la volonté de payer. Si les conditions du financement de contrepartie ne sont pas respectées (ex. : engagements non concrétisés pendant la période de mise en œuvre de la subvention), les montants décaissés seront revu à la basse de façon proportionnelle. 23

24 Sommaire Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité au financement de contrepartie Engagements du financement de contrepartie et de la volonté de payer Exceptions FAQ 24 24

25 Exceptions Le respect des conditions de financement de contrepartie et des engagements montrant la volonté de payer s applique à toutes les demandes de financement déposées auprès du Fonds mondial, que le récipiendaire principal soit une organisation gouvernementale ou non-gouvernementale (ou privée). Dans des circonstances exceptionnelles, si un pays n est pas en mesure de respecter les conditions et/ou les engagements fixés, une dérogation peut être envisagée à condition que des justifications valables soient fournies par l instance de coordination nationale. Celle-ci doit également fournir un plan d action solide pour respecter les conditions et les engagements non tenus. Des dispenses peuvent être accordées en cas de situation exceptionnelle, telle qu une crise économique ou politique, ou lorsque les contributions du pays dépassent déjà largement le niveau minimum et que celui-ci ne peut pas les augmenter. 25

26 Exceptions De même, un pays peut être dispensé de démontrer la volonté de payer dans les cas suivants : présentation d un note conceptuelle régionale ou non établie par l instance de coordination nationale ; subventions qui ne sont pas concernées par le processus du nouveau modèle de financement, et particulièrement par le dialogue au niveau du pays. Les critères d admissibilité au financement de contrepartie, quant à eux, doivent toujours être remplis. Exemple : estimation du coût pour modifier la date de fin de la période de mise en œuvre en cours. 26

27 Sommaire Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité au financement de contrepartie Engagements du financement de contrepartie et de la volonté de payer Exceptions FAQ 27 27

28 FAQ sur la volonté de payer INTERNE ET EXTERNE 1. Les engagements supplémentaires à prendre pour bénéficier des 15 % de l allocation conditionnés par la volonté de payer sont-ils les mêmes pour tous les pays qui reçoivent une aide du Fonds mondial? Non. Les engagements supplémentaires de l État sont différents pour chaque pays. Les engagements supplémentaires à prendre pour bénéficier de l allocations liée à la volonté de payer dépendent de la capacité de payer (ex. : des pays à revenu faible devront investir moins de fonds que des pays à revenu intermédiaire pour débloquer l allocation de 15 %). Le Secrétariat travaillera avec les instances de coordination nationale pendant le processus de dialogue au niveau du pays afin de déterminer si les engagements de l État en faveur de la lutte contre les trois maladies et du RSS pour la prochaine phase sont suffisants pour débloquer la part d allocation liée à la volonté de payer. 2. Serait-il acceptable que les engagements au titre de la volonté de payer soient pris dans des domaines non stratégiques? Non. L objectif de la volonté de payer est de stimuler les investissements dans des domaines stratégiques qui bénéficient de l aide du Fonds mondial. Les engagements doivent répondre à des besoins financiers identifiés dans les programmes de lutte et le secteur de la santé. Les investissements en faveur du RSS en lien avec des programmes de lutte soutenus par le Fonds mondial seront pris en compte, notamment dans les pays à revenu faible où les systèmes de santé sont fragiles. Dans les pays à revenu plus élevé, le Fonds mondial demande des engagements directs en faveur des programmes de lutte qu il soutient. 28

29 FAQ sur la volonté de payer INTERNE ET EXTERNE 3. Quels éléments peut-on produire pour démontrer la volonté de payer? Les engagements reposant sur des plans stratégiques nationaux, des plans de dépenses à moyen terme, un programme budgétaire ou d autres documents officiels sont recevables, à condition que l État puisse démontrer qu il respecte habituellement ses engagements. Dans le cas des pays où les dépenses publiques augmentent sensiblement mais où les engagements à moyen terme ne sont pas encore disponibles, les engagements négociés dans le cadre du dialogue au niveau du pays et confirmés par l instance de coordination nationale au moment de la présentation de la note conceptuelle devraient suffire. Pour les pays qui ont des antécédents médiocres en matière de dépenses publiques ou qui doivent augmenter leurs dépenses de manière significative pour atteindre le seuil de financement de contrepartie et/ou bénéficier de l allocation correspondant à la volonté de payer, les engagements négociés dans le cadre du dialogue au niveau du pays doivent être officialisés par le ministère de la Santé ou par le ministère des Finances, selon le cas. Il conviendra alors de préciser : le calendrier des investissements ; les activités financées ; la date où les informations concernant la répartition du budget et son exécution seront disponibles ; la manière dont la réalisation des engagements sera contrôlée et présentée (ligne budgétaire, comptes du maître d œuvre, etc.) 29

30 FAQ sur la volonté de payer INTERNE ET EXTERNE 4. Comment la réalisation des engagements sera-t-elle contrôlée? Il doit être possible de contrôler et de valider rapidement la réalisation des engagements liés à la volonté de payer. Ainsi, pendant les négociations, les équipes de pays travailleront avec les instances de coordination nationale et les gouvernements pour définir aussi précisément que possible sur quels domaines les engagements supplémentaires porteront et comment leur réalisation sera prouvée. Les financements servant à acheter des produits sont généralement l engagement le plus facile à contrôler et à valider rapidement. Il s agit donc d une bonne solution pour les États. Les instances de coordination nationale et les gouvernements sont encouragés à institutionnaliser les processus tels que les comptes de santé, qui bénéficient d un soutien supplémentaire de la part du Fonds mondial. 5. Comment la réalisation des engagements sera-t-elle contrôlée et prouvée? Les accords de subvention mentionneront les engagements pris. Les éléments prouvant la réalisation des engagements peuvent être : des décaissements de fonds publics en faveur d une activité donnée ; la mise en œuvre des activités décidées. Exemples d éléments permettant de démontrer la réalisation des engagements : décaissements correspondant à des allocations précises ; fonds débloqués pour des commandes de produits ou des maîtres d œuvre ; attestations fournies par le ministère des Finances/département des Finances du ministère de la Santé ; prise en charge de certains frais de personnel (rémunération par l État) ; preuves de la mise en œuvre d activités convenues : mesure des résultats, distribution de médicaments, création d infrastructures, réalisation d enquêtes ou de formations, etc. 30

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme Quatrième reconstitution des ressources (2014-2016) Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial Avril 2013 Introduction 1. Fin

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA. Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme

Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA. Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme Assemblée parlementaire de la Francophonie Contenu 1. Aperçu des récents développements

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC)

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) I. Rappel 1. Pourquoi a. permettre aux utilisateurs de tirer effectivement profit de l accessibilité accrue

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Mission d appui au développement de la

Plus en détail

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Bulletin du FMI LE FMI ET LES PAYS À FAIBLE REVENU Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Marijn Verhoeven et Alonso Segura Département des finances publiques du FMI 5 septembre 2007 École

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme

FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme FONDS MONDIAL de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme Décisions du Conseil sur la gestion des achats et des stocks Troisième réunion du Conseil (octobre 2002) Quatrième réunion du Conseil

Plus en détail

Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses

Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses Le présent «Question-Réponse» a pour objectif de répondre aux interrogations les plus

Plus en détail

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable Forum sur la Coopération pour le Développement 2012 Symposium préparatoire de haut niveau «Construire un avenir durable Partenaires dans la Coopération au Développement» Brisbane, Australie, 14-15 Mai

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT. Édition 2014

APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT. Édition 2014 APPEL A CANDIDATURES PLATEFORMES EN PHARMACOEPIDEMIOLOGIE ET EVALUATION DES USAGES DU MEDICAMENT Édition 2014 Date de clôture de l appel à candidatures 16/06/2014 à 12h00 Contact Courriel : appelaprojets@ansm.sante.fr

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN POUR L ENTRETIEN D UNE INFRASTRUCTURE COMMUNE RÉSEAU DE RECHERCHE EN SANTÉ DE LA VISION DU FRQS Concours 2015-2016

DEMANDE DE SOUTIEN POUR L ENTRETIEN D UNE INFRASTRUCTURE COMMUNE RÉSEAU DE RECHERCHE EN SANTÉ DE LA VISION DU FRQS Concours 2015-2016 DEMANDE DE SOUTIEN POUR L ENTRETIEN D UNE INFRASTRUCTURE COMMUNE RÉSEAU DE RECHERCHE EN SANTÉ DE LA VISION DU FRQS Concours 2015-2016 Objectif Le but du programme des infrastructures communes est d offrir

Plus en détail

Favoriser l accompagnement et l accès à la santé des jeunes

Favoriser l accompagnement et l accès à la santé des jeunes Favoriser l accompagnement et l accès à la santé des jeunes Appel à projets N 2015-01 jusqu au 15 septembre 2015 Dotation : 20 000 Contexte Le présent appel à projets vise à faire émerger et soutenir des

Plus en détail

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013 Réponses et mesures s par la Recommandation 1 finances s assure de la résiliation en temps opportun des fiches de spécimen de signature tout au long de l année. Une initiative menée dans le cadre du partenariat

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PRIASA - PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PRIASA - PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PRIASA - PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1- CONTEXTE 1.1 Approbation du PRIASA Le Groupe de Fonds africaine de développement

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Recommandations avant inscription à AC JumpStart

Recommandations avant inscription à AC JumpStart Recommandations avant inscription à AC JumpStart Qu est-ce qu AC JumpStart? AC JumpStart est un programme innovateur d incubation et d encadrement soutenant l implantation d entreprises en démarrage à

Plus en détail

Bien préparer la mise en place du nouveau modèle de financement

Bien préparer la mise en place du nouveau modèle de financement Bien préparer la mise en place du nouveau modèle Juillet 2013 Cette présentation générale a été élaborée à l intention des pays et des autres parties prenantes, aux fins de leur indiquer les principaux

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION D ASSISTANCE INTERNATIONALE

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION D ASSISTANCE INTERNATIONALE FONDATION DU LIONS CLUBS INTERNATIONAL FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION D ASSISTANCE INTERNATIONALE Nous nous soucions des autres. Nous servons. Nous réalisons des actions. FORMULAIRE DE DEMANDE DE

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Association France Alzheimer et maladies apparentées

Association France Alzheimer et maladies apparentées Association France Alzheimer et maladies apparentées Maladie d Alzheimer et Maladies Apparentées Appel à projets Spécial Nouvelles Technologies (AAP spé NT 2015) Il est recommandé aux candidats de lire

Plus en détail

Internationalisation des études doctorales

Internationalisation des études doctorales Internationalisation des études doctorales Appel à candidatures «mobilité» 2015 INTERNATIONALISATION DES ÉTUDES DOCTORALES APPEL À CANDIDATURES POUR DES MOBILITÉS INTERNATIONALES 2015 Objet de l appel

Plus en détail

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif.

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif. Mai 2010 Organismes sans but lucratif Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif Contexte En février 2008, le Conseil des normes comptables

Plus en détail

APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION COLLABORATIFS

APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION COLLABORATIFS CONSEIL GÉNÉRAL DE L ESSONNE Direction de l innovation et du développement des territoires APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Département de la CORSE DU SUD COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Règlement de la consultation Marché de Fournitures Les Services Techniques Mairie annexe de Porticcio Tel : 04.95.25.29.27 Fax : 04.95.25.06.21

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015

Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015 1 Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015 Sommaire : 1. Procédure de labellisation des projets 1.1 Le dossier de demande de labellisation 1.2 Attribution des dossiers aux correspondants

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES

VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES RAPPORT DE VÉRIFICATION JUIN 2010 Bibliothèque et Archives Canada Page 2 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ 4 1.0 DESCRIPTION DU PROGRAMME 6 1.1

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS. SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION

BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS. SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION BOÎTES À OUTILS ET FORMATIONS POUR INNOVATEURS SOUS LA DIRECTION DE DAVE CAISSY 2 e ÉDITION Qu est-ce que Toolbox4 Innovators? Basé sur les pratiques courantes des organisations les plus innovatrices,

Plus en détail

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1.

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1. Modalités de réalisation du contrôle de service fait des opérations cofinancées au titre des programmes du Fonds social européen, pour la période 2007-2013 N o t e m é t h o d o l o g i q u e Sources règlementaires

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question.

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question. FOIRE AUX QUESTIONS Appel à projets relatif à la création et/ou à l extension importante d un FAM (Foyer d Accueil Médicalisé) sur le département de l Oise L objet de la présente «Foire aux Questions»

Plus en détail

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adoptée au Comité exécutif du 26 mai 2015 Résolution n o 61-CE-2014-2015 Service des ressources financières Entrera en vigueur à la signature des prochaines conventions collectives POLITIQUE DE FRAIS DE

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/grantees/grantees_r7.html

Plus en détail

Programme de subventions pour frais de garde d enfants

Programme de subventions pour frais de garde d enfants Programme de subventions pour frais de garde d enfants Section des services de garderie octobre 2015 En quoi consiste le Programme de subventions pour frais de garde d enfants? Ce programme vise à aider

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE Formation générale Études postsecondaires Formation professionnelle

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE Formation générale Études postsecondaires Formation professionnelle CONSEIL DE LA NATION HURONNE-WENDAT CDFM huron-wendat, 100, rue de l Ours, Wendake (Québec), G0A 4V0 FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE Formation générale Études postsecondaires Formation professionnelle

Plus en détail

Contribution des composantes et des directions aux charges communes de l établissement

Contribution des composantes et des directions aux charges communes de l établissement Contribution des composantes et des directions aux charges communes de l établissement (Les renvois à des diapositives sont en référence au PPT présenté lors du CA et de la réunion des directeurs de composantes)

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-8-02 N 67 du 10 AVRIL 2002 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D'IMPOT AU TITRE DES DONS AUX ŒUVRES, AUX PARTIS POLITIQUES ET AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Sessions nationales de lancement d Horizon 2020 Modèles de convention de subvention d Horizon 2020 Point de contact national-affaires juridiques et

Sessions nationales de lancement d Horizon 2020 Modèles de convention de subvention d Horizon 2020 Point de contact national-affaires juridiques et Sessions nationales de lancement d Horizon 2020 Modèles de convention de subvention d Horizon 2020 Point de contact national-affaires juridiques et financières MESR 26 novembre 2013 Le point de contact

Plus en détail

LES RÉSIDENCES. Les projets de résidence admissibles à la TOHU sont les suivants :

LES RÉSIDENCES. Les projets de résidence admissibles à la TOHU sont les suivants : LES RÉSIDENCES Les résidences sont un moyen permettant aux artistes professionnels, aux collectifs et aux compagnies à but non lucratif d'avoir accès à des infrastructures adaptées et des ressources humaines

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE Direction de la formation professionnelle 15 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1 CADRE OPÉRATIONNEL... 3 1.1

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang Q et R Questions et réponses sur le financement privé de second rang En quoi consiste le financement de premier et de second rang pour notre coopérative? Le financement de premier rang de votre coopérative

Plus en détail

FAQ Mécanisme ELENA pour l aide au développement de programmes d investissement

FAQ Mécanisme ELENA pour l aide au développement de programmes d investissement FAQ Mécanisme ELENA pour l aide au développement de programmes d investissement 1. En quoi consiste ELENA? ELENA est un mécanisme européen d assistance technique destiné à aider financièrement les collectivités

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux. Cahier des charges

Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux. Cahier des charges Exposition Natura 2000 - conception graphique - fabrication et fourniture des panneaux Cahier des charges MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES Marché à procédure adaptée (art. 28 du code des marchés

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L'ANNÉE 2015

Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L'ANNÉE 2015 Programme conjoint de bourses universitaires Japon/Banque mondiale (JJ/WBGSP) MODALITÉS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES AU TITRE DE L'ANNÉE 2015 POUR LES RESSORTISSANTS DE PAYS EN DÉVELOPPEMENT* *Attention!

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Modèle indicatif : le service peut l adapter le cas échéant mais seulement en y ajoutant des mentions MARCHES PUBLICS REGLEMENT DE LA CONSULTATION Les mentions figurant dans ce modèle n'ont pas à être

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET

GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET GUIDE POUR LE DÉPÔT D UN PROJET dans le cadre du Programme de soutien à la mobilité enseignante en formation professionnelle Programme financé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Éducation

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Prestations supplémentaires ou alternatives : non

Prestations supplémentaires ou alternatives : non SERVICES MAPA POUVOIR ADJUDICATEUR Ville de Martigues Avenue Louis Sammut BP 60101 13692 MARTIGUES cedex Heures d ouverture : 8H30 12 H00 / 13hH30 17 H 00 LOCATION DE BUNGALOWS ET SANITAIRES ANNEES 2015

Plus en détail

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada

Antécédents de crédit Banque Bon d études canadien Calendrier des dépenses Carte de crédit Carte de débit CELI Chèque du Gouvernement du Canada Antécédents de crédit Les renseignements rassemblés qui montrent le temps que cela vous prend à payer l argent que vous avez emprunté. Banque Une institution financière qui dépose de l argent, prête de

Plus en détail

Marché Public de fournitures et de prestations de services. Mairie de Chatelaillon Plage

Marché Public de fournitures et de prestations de services. Mairie de Chatelaillon Plage Marché Public de fournitures et de prestations de services Mairie de Chatelaillon Plage Fournitures informatiques Location avec option d achat de matériels d impression avec prestation de maintenance Règlement

Plus en détail

Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN. (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation)

Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN. (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation) Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation) Questions les plus fréquemment posées À propos du concours d essai Next Horizons du GDN

Plus en détail

Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire

Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire Mécénat sportif Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire Contexte Le 2 août 2003 est parue au Journal Officiel, la loi n 2003-709 du 1er Août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations.

Plus en détail

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports Subventions de partenariat stratégique pour les projets Concours de 2015 La demande, les critères d évaluation, et les rapports La demande, les critères d évaluation, et les rapports Partenariats de recherche

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES QUESTIONS POUR UN DIALOGUE ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES SUR L INVESTISSEMENT RESPONSABLE DANS DES ZONES DE GOUVERNANCE DÉFICIENTE Examen

Plus en détail

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012.

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012. à Mesdames et Messieurs les Bourgmestres et Echevins de la Région de Bruxelles-Capitale Pour information : A Mesdames et Messieurs les Receveurs communaux Sophie Jurfest T 02 800.32.71 F 02 800.38.00 sjurfest@mrbc.irisnet.be

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE

RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE MRE RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE DATE LIMITE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES Aucune demande ne sera acceptée après le 15 janvier. Les demandes incomplètes

Plus en détail

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Des changements majeurs dans le paysage international de financement du développement ont

Plus en détail

Ce que vous devez savoir concernant la nouvelle Loi canadienne anti pourriel

Ce que vous devez savoir concernant la nouvelle Loi canadienne anti pourriel LCAP Ce que vous devez savoir concernant la nouvelle Loi canadienne anti pourriel Jason McLinton, directeur principal, Conseil canadien du commerce de détail et Jean Guy Côté, Directeur, Relations gouvernementales

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Dans l affirmative, référence des dispositions législatives, réglementaires ou administratives applicables :..

Dans l affirmative, référence des dispositions législatives, réglementaires ou administratives applicables :.. Document facultatif 1 DC-1 MARCHES PUBLICS RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION (Modèle conforme à l arrêté du 10 juin 2004 pris en application de l'article 42 du CMP) Les mentions figurant dans ce modèle n'ont

Plus en détail

Dépliant explicatif et critères d attribution

Dépliant explicatif et critères d attribution Dépliant explicatif et critères d attribution Dépôt de candidatures jusqu au Le Fonds de développement culturel s adresse aux organismes culturels, artistes, artisans et établissements d éducation portcartois.

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés IMAGINE CANADA ET BÉNÉVOLES CANADA FORUM 2011 DES PARTENARIATS CANADIENS ENTRE LES ENTREPRISES ET LA COLLECTIVITÉ Montebello 9 juin 2011 Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION VILLE DE MARTIGUES Direction Générale des Services Techniques Direction de la Commande Publique- Service Mutualisé des Marchés Publics

Plus en détail

Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada

Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada Pour les projets LEED Canada NC, NE, CI et BE : E&E Version 3, mise à jour le 6 février 2013 Préface Le présent document a été conçu pour fournir

Plus en détail

APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES

APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente APPEL À PROJETS : ESPACES et USAGES NUMÉRIQUES Pour tous les Espaces Publics Numériques de la Loire Règlement de l appel à projets Tous les documents relatifs à

Plus en détail

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles PROGRAMME 2015 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

«INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE DE PHARMACIE EXPERIMENTALE POUR AMELIORER LA QUALITE DE LA FORMATION PROFESSIONNALISANTE»

«INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE DE PHARMACIE EXPERIMENTALE POUR AMELIORER LA QUALITE DE LA FORMATION PROFESSIONNALISANTE» REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Université de Monastir Faculté de pharmacie de Monastir «INNOVATION PEDAGOGIQUE PAR LA MISE EN PLACE D UNE UNITE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

Guide des exigences de soumission obligatoires

Guide des exigences de soumission obligatoires - Présentez les reçus/les factures originales et détaillées des repas et des rafraîchissements admissibles durant les cours de formation. 1 Guide des exigences de soumission obligatoires Les soumissions

Plus en détail

Fonds Social Européen 2015

Fonds Social Européen 2015 A PPEL À PROJETS ET C R ITÈRES DE SÉLECTION C r éation-reprise d entreprises Fonds Social Européen 2015 La Région Auvergne est autorité de gestion du FSE pour la période de programmation européenne 2014-2020.

Plus en détail

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP)

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) SUBVENTION D ÉQUIPE POUR DES TRAVAUX DE RECHERCHE COOPÉRATIFS MULTICENTRIQUES (subvention d équipe) GUIDE SUR LE PROGRAMME Document révisé en

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

- S O M M A I R E - ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION... 3 ARTICLE 2 CONDITIONS DE LA CONSULTATION... 3

- S O M M A I R E - ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION... 3 ARTICLE 2 CONDITIONS DE LA CONSULTATION... 3 REGLEMENT DE CONSULTATION (R. C.) MAITRE DE L OUVRAGE : OBJET DE LA CONSULTATION : COMMUNE DE KOENIGSMACKER Aménagement du parking de la Magnascole (écoles élémentaire et primaire) et du futur multi-accueil

Plus en détail