Artois Comm., terre de compétitivité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Artois Comm., terre de compétitivité"

Transcription

1 n 6 4 e trimestre 2005 Les élus et agents d Artois Comm. vous SOUHAITENT une HEUREUSE ANNÉE 2006 Dossier p.3 Recherche et développement Artois Comm., terre de compétitivité

2 Edito Notre diversité est notre force! Depuis la création d Artois Comm., la volonté et l action des élus ont été fortes en matière d aménagement et de développement des zones d activités, de recherche et développement, de soutien à la création-transmission d entreprises artisanales... Récemment, l agglomération a su également saisir l opportunité de son inscription dans les pôles de compétitivité. Cette politique a comme objectif premier le maintien et même mieux, le développement de l emploi sur le territoire. Ce numéro d Identité(s) permet de s en rendre compte. Toutefois, les régions, départements, intercommunalités et communes sont confrontés à des difficultés considérables, par le fait de décisions gouvernementales très pénalisantes pour leurs moyens. Ces décisions se traduisent par un alourdissement des charges mais aussi par une baisse des recettes. Et la réforme de la taxe professionnelle payée par les entreprises, récemment votée au Parlement, viendra aggraver encore notre situation. Résultat : comme beaucoup de collectivités locales,artois Comm. voit fondre ses marges de man?uvre, alors que nous avons tant à faire! Agissant ainsi, le Gouvernement entend transférer le prélèvement de l impôt de l Etat vers les collectivités à travers les impôts locaux, et faire supporter par les ménages les taxes qui ne seront plus acquittées par les entreprises. Or, chacun connaît la faiblesse des ressources financières des foyers de notre territoire. Les services d Artois Comm. et son fonctionnement sont, hors l assainissement, gratuits pour les ménages : le budget principal de l agglomération est alimenté par des dotations, par des subventions et par la fiscalité des entreprises. Le conseil communautaire a, tout récemment, réitéré sa volonté de ne pas introduire de taxes sur les ménages. Par ailleurs, le conseil s est également prononcé pour la suppression de la directive européenne dite «Bolkenstein». S il devait être adopté, ce texte - qui constitue de fait une grave menace pour les services publics - aurait pour conséquence de mettre fin au modèle économique et social français au profit d un «modèle» ultralibéral dont il faut tout craindre, surtout pour les personnes les plus fragiles, et les territoires les plus en difficulté. On l a compris, notre ambition en faveur de l aménagement, du développement, de l emploi, des services, est réelle. Et notre volonté de nous opposer - avec force - à tout ce qui pourrait la contrarier ne l est pas moins. Cela continuera à nous animer en 2006, année au cours de laquelle tant de chantiers sont déjà programmés! Avec l ensemble des collègues élus d Artois Comm., je vous souhaite, pour 2006, santé, bonheur et joies partagées. Alain WACHEUX Président d Artois Comm. Président de la commission des Finances du Conseil général. * Par délibération du 24 novembre 2004, le conseil communautaire d Artois Comm. a décidé de déclarer le territoire «Hors zone AGCS». Il s agit par là de s opposer à la libéralisation de certains services publics prônée par l Organisation mondiale du commerce dans le cadre du nouvel Accord sur le commerce des services. HORS ZONE AGCS* p.2 Edito - Sommaire p.3 Développement économique Recherche et développement Artois Comm., terre de compétitivité i-trans, Up-Tex, MAUD, c est quoi? Plan local pour l insertion et l emploi Pour retrouver du travail à son rythme Zones d activités : Des extensions prévues Dossier p.6 Environnement Lutte contre les inondations Artois Comm. sur le front de la Clarence Espaces naturels Ecogardes : quatre «animateurs nature» à Artois Comm. La page des enfants Je trie, tu tries, il trie Et après? p.9 Habitat Un programme local de l habitat bien échafaudé p.10 Aménagement et développement rural Un OPCRA, pour quoi faire? Festival Conteurs en campagne Quand la culture s enracine dans les villages p.12 Tourisme Le beffroi de Béthune en pleine lumière Patrimoine mondial : et de deux? Som maire Journées du patrimoine Les écoliers dans la foulée des grands p.14 Culture Résidences d artistes Quand la culture vient à nous Sport Centres d initiation multisports p.15 La deuxième fête d Artois Comm. Un grand succès populaire Le portail Internet d Artois Comm. est lancé! p.16 Le conseil de développement Louvre-Lens Quel impact pour Artois Comm.? Etre acteur de son territoire p.17 Actu. des communes Annequin Exposition «A l fosse» : les mineurs (re)découverts Haillicourt Animation et opération «nettoyage» Marles-les-Mines & Béthune La gastronomie dans tous ses états Lorgies Sabine Lachapelle, une épicière qui a du talent p.19 L agglo. de A à Z - Pass Culture : 3 seulement le spectacle! - Fonds de participation des habitants : au service des associations de quartiers - Transports en commun : du nouveau - des aides pour les chambre d hôtes ou les gîtes ruraux p.20 A la découverte de... Quelques-unes des légendes d ici Identité(s) Artois Comm. hôtel communautaire, 100, avenue de Londres, BP Béthune CEDEX Courriel : Directeur de la publication : Alain Wacheux. Directeur de la rédaction : Thierry Coulombel. Coordination générale : Jean-Marie Ochowiec. Ont participé à ce numéro : Michel Abdellah, Hassan Bathani, Stéphanie Berrier, Sabine Confrère, Nathanaël Cottebrune, Pierre Courquin, Nathalie Darras, Gaston Drolez, André Durieux, Pierre Ferrier, Nathalie Fossette, Patrick Hallez, Stéphane Leroy, Valérie Morel, Danièle Plouvier, Jean-Michel Szlapka, Christelle Tirman. Crédits photo : service Communication Artois Comm., Michel Abdellah, CRITT M2A, Pascal Lefebvre (PLIE). Conception et réalisation : Photogravures du Pays d Oc, Mas des Cavaliers, Mauguio. Impression : Imprimerie Léonce Deprez, zone industrielle, Ruitz. Distribution : La Poste/Médiapost. Tirage : exemplaires. ISSN : Dépôt légal : 4 e trimestre Exemplaire gratuit, ne peut être vendu. IMPRIME SUR PAPIER RECYCLE NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE. Si vous n avez pas reçu ce numéro dans votre boîte aux lettres, merci de nous en informer en téléphonant au

3 Développement économique Recherche et développement Artois Comm., terre de compétitivité LES investissements d aujourd hui sont les emplois de demain. Consciente de cette réalité, la Communauté d agglomération a inscrit le soutien aux filières de recherche et développement du territoire au sein de sa stratégie de développement économique. Cet effort est aujourd hui salué : notre territoire pourrait être partie prenante dans trois «pôles de compétitivité», dont un à «vocation mondiale». Le soutien d Artois Comm. à la recherche industrielle n est pas récent. Il passe par exemple par le travail amorcé avec le pôle technologique universitaire de Béthune dans le domaine de l ingénierie des milieux urbanisés (habitat, énergie, logistique, environnement et génie civil), ainsi que par le soutien apporté à des centres de transfert réputés : le CRITT M2A (Centre de recherche et d innovation technique et technologique en moteurs et acoustique automobiles) qui offre des moyens puissants de calcul assisté par ordinateur/calcul en mécanique des fluides et simulation vibratoire, mais aussi d essais de performances moteurs et d acoustique ; Par son inscription dans plusieurs pôles de compétitivité, le territoire est aujourd hui reconnu au plan national. le CREPIM (Centre de recherche et d études sur les procédés d ignifugation des matériaux), qui travaille sur trois grands axes : les formulations ignifuges, l évaluation du comportement au feu des matériaux et la normalisation ; le LCPA (Laboratoire de chimie physique appliquée) de l Université de l Artois qui développe son savoir-faire sur la dégradation thermique des matériaux et les émissions de polluants ; le Pôle Légumes de Violaines qui rassemble 520 producteurs dans une station d expérimentation unique au nord de Paris. Ce travail est reconnu : Artois Comm., ses deux centres de transfert (CRITT M2A et CREPIM), et la faculté des sciences appliquées de Béthune sont aujourd hui acteurs à part entière du pôle de compétitivité à vocation mondiale «i-trans, le ferroviaire au cœur des systèmes de transports innovants», particulièrement pour les problèmes de sécurité et d acoustique. Parallèlement, d autres partenariats se nouent pour deux autres pôles de compétitivité (pôle textile Up Tex et pôle matériaux à usage domestique MAUD). Vous avez dit «pôles de compétitivité»? LE gouvernement a proposé la création de pôles de compétitivité pour développer des passerelles entre la recherche et les entreprises et ainsi lutter contre les délocalisations. Ces pôles doivent associer entreprises, centres de recherche, centres de formation et collectivités locales autour de projets communs innovants. Les entreprises aux projets labellisés bénéficieront d exonérations d impôts et de taxes ainsi que d allégements de charges. Une première liste de pôles de compétitivité a été arrêtée par le gouvernement début juillet. Six ont été retenus dans la région Nord-Pas-de-Calais, dont trois impliquent le territoire d Artois Comm. La communauté d agglomération soutient naturellement ces projets : elle est représentée au sein des comités de coordination des trois pôles. 3

4 Développement économique i-trans, Up-Tex, MAUD, c est quoi? LES pôles de compétitivité intéressant Artois Comm. sont basés sur les savoir-faire développés dans la région depuis des décennies voire des siècles en matière de transport, de textile et d arts de la table. La sécurité et l acoustique en matière de transport sont les principaux axes de travail des centres de recherche de la Porte Nord. i-trans, les transports de A à Z L objectif d i-trans est de construire le premier pôle européen reconnu au niveau mondial pour la conception, la construction, l exploitation compétitive et la maintenance des systèmes de transport. i-trans s appuie sur la puissance de la région en la matière. Le Nord-Pas-de-Calais est en effet la première région ferroviaire de France, la deuxième pour l automobile, la troisième pour la logistique et le transport. i-trans s appuie aussi sur les potentiels en matière de sécurité et de recherche dans les transports. Or, la sécurité et l acoustique sont les principaux axes de travail des centres de recherche implantés au parc technologique de la Porte Nord (Bruay-La-Buissière). Connu au niveau international, le CRITT M2A (Centre de recherche et d innovation technique et technologique en moteurs et acoustique automobiles) a conclu plusieurs projets de recherche-développement en matière d acoustique, de vibrations et d usure des matériaux. Le CREPIM (Centre de recherche et d étude sur les procédés d ignifugation des matériaux) a, lui, signé des projets avec des industriels sur la résistance au feu des matériaux. Tous deux travaillent en étroite collaboration avec des industriels et les établissements d enseignement supérieur (la faculté des sciences appliquées et l IUT de Béthune notamment). Up-Tex, le nouveau souffle du textile Le pôle Up-Tex souhaite accélérer les recherches vers le textile technique (vêtements résistants au feu, par exemple) et la création d une nouvelle offre dans le domaine de l habillement. Artois Comm. suit la même logique avec son projet de Centre de recherche des fibres textiles et polymères pour les transports (CEFITeP), qui s appuie sur l Institut français du textile et de l habillement (IFTH), les commissions régionale et nationale textile, et les compétences des CRITT M2A, du CREPIM et de l Association plasturgie Artois Flandre (APAF). Beaucoup d entreprises de la région (constructeurs, équipementiers automobiles ) font appel aux compétences de ce type de centre. Les chercheurs du CEFITeP travailleront notamment sur le confort, la sécurité et l environnement. Le centre apportera aussi ses conseils aux petites et moyennes entreprises en matière de veille économique, c est-à-dire en suivant de près les évolutions des marchés, de la réglementation, des procédés MAUD, la vaisselle du III e millénaire L objet du pôle de compétitivité MAUD (matériaux à usage domestique) est de développer l innovation dans le domaine de la chimie des matériaux de performance pour l alimentation, les arts de la table et l usage domestique. Il s agira par exemple de créer des verres plus résistants au lave-vaisselle, des plats encore moins adhérents, des produits de lavage plus efficaces, etc. Pour tout savoir sur la direction du Développement économique d Artois Comm. : 4

5 Développement économique Plan local pour l insertion et l emploi Pour retrouver du travail à son rythme Le PLIE, plan local pour l insertion et l emploi, s adresse aux chômeurs de longue durée. Afin de les aider dans leur parcours, le PLIE prend d abord en compte tous les problèmes qui s opposent à leur retour à l emploi, et offre un accompagnement permanent jusqu à la réinsertion. Chaque personne est reçue individuellement par un référent, son «parrain». Celui-ci l aide d abord à résoudre les problèmes particuliers qui peuvent empêcher son insertion (logement, endettement ). Ensemble, les deux partenaires déterminent ensuite des objectifs à atteindre en vue du retour à l emploi (formation ). La personne accompagnée est ensuite mise en situation de travail, dans un chantier-école, une association, une administration, une entreprise Elle doit enfin rechercher du travail, mais toujours avec l aide de son «parrain», qui l accompagnera encore pendant six mois après son embauche. Pour tout renseignement complémentaire, téléphoner au Zones d activités : des extensions prévues Le 16 novembre, les élus d Artois Comm. ont décidé d étendre et faire aménager la zone d activités légères de Lorgies (son extension porte sur une superficie de 6 hectares), le parc d activités du Moulin à Beuvry (extension de 15 ha). De même, des opérations d aménagement seront menées sur la zone d activités économiques du Long Jardin à Lapugnoy (8 ha) ainsi que sur la zone de la Porte des Flandres, située à Haisnes et Auchy-les-Mines. L opération portera là sur une superficie de m 2. En faveur de l artisanat LA direction du Développement économique abrite, dans ses locaux de Bruay-La-Buissière, un chargé de mission recruté par la chambre de Métiers et de l artisanat du Pas-de-Calais et Artois Comm. pour le développement économique des métiers de l artisanat. Il a pour mission de contacter les entreprises dont les dirigeants ont plus de 55 ans afin de favoriser la transmission, répertorier les entreprises reprises ou transmises, déterminer les besoins des cédants (conseils juridiques, sociaux, économiques), recenser le nombre de salariés, enquêter sur les évolutions de leur métier initial, valoriser les services de la chambre de Métiers et de l artisanat et d Artois Comm., mettre en rapport cédant et repreneurs et les conseiller dans leurs démarches. Contact : Eric Dechauny au

6 Environnement Lutte contre les inondations Artois Comm. sur le front de la Clarence CETTE année, plusieurs chantiers d envergure ont été ou sont menés en différents points du territoire, afin de réduire les débordements de la Clarence et de ses affluents. D autres «points» noirs seront traités dans les mois à venir. Plusieurs chantiers d importance ont été menés cette année. D autres seront bientôt engagés. Chocques - Les premiers de ces travaux ont porté sur le renforcement des digues de la Clarence, à Chocques. Des milliers de tonnes de terre ont ainsi été déplacées du côté de l abbaye, sur une longueur de 2 km. Ces travaux répondent aux inondations du 27 août Une soudaine montée des eaux due à un violent orage avait provoqué la formation de brèches en trois endroits de la digue. Ces travaux ont coûté HT dont 20 % sont à la charge d Artois Comm. Des actions coordonnées Marles-les-Mines - Beaucoup se souviennent des inondations de la Noël 1999, notamment dans le bas de Marles-les-Mines qui avait été submergé par m 3 d eau. A la suite de premiers travaux réalisés par la commune, Artois Comm. a fait procéder, en 2004, à la réalisation d une zone d expansion de crue (ZEC) de m 3, un investissement de HT. Cette ZEC a montré son efficacité lors des crues connues l été dernier. Durant l été et l automne, d autres travaux, commandés conjointement par la ville et la communauté d agglomération, ont concerné la Clarence. Il s agissait cette fois de creuser un chenal à la rivière afin qu elle puisse La lutte contre les inondations est une des priorités d Artois Comm. s écouler sans entrave. Afin de réduire la quantité des boues à extraire, un traitement biologique avait été effectué au cours de l été. Au final, quelque m 3 de boues ont ainsi été retirés du lit. Ce chantier, qui a été mené dans le respect de cette zone humide très riche, a coûté HT, 20 % de cette somme étant, là aussi, à la charge d Artois Comm. Labeuvrière - Depuis le 10 octobre, d autres travaux sont en cours sur la Calonnette, un affluent de la Clarence. Il s agit de créer une autre zone d expansion de crue d une capacité de m 3. Naissant dans le bois des Dames, la rivière traverse Lapugnoy, Labeuvrière et Chocques. A Labeuvrière, où elle reçoit les eaux de pluie de la commune, elle passe dans des tuyaux dont les diamètres varient et qui sont parfois à contre-pente! De plus, son tracé présente deux angles droits avant de passer sous l autoroute. Tout cela pose des difficultés au bon écoulement des eaux. La zone d expansion de crue (un investissement de HT) aura pour effet de stocker le volume d une crue centennale (une crue énorme telle qu il s en produit en théorie tous les cent ans!) et ainsi d éviter les inondations sur Labeuvrière mais aussi sur Chocques et Gonnehem. D autres travaux sont annoncés sur la Clarence (Camblain-Châtelain, Chocques) et également sur le fossé d Avesnes, la Lawe et le Grand-Nocq. Nous y reviendrons dans une prochaine édition. 6

7 Espaces naturels Ils exercent désormais sur les 58 communes de l agglomération Ecogardes : quatre «animateurs nature» à Artois Comm. AUTREFOIS employés sur la communauté du Bruaysis, quatre écogardes exercent désormais leurs missions informer, surveiller, conseiller, observer sur les 58 communes d Artois Comm. S ils ont un rôle de surveillance, les écogardes organisent également des sorties nature, entre autres choses Informer Afin de sensibiliser tous les publics à l environnement, les écogardes organisent des sorties vertes ainsi que des actions en milieu scolaire, et participent à différentes manifestations locales. Par leur présence sur le terrain, ils apportent Collecte des déchets amiantés Attention! LES six déchetteries d Artois Comm. sont équipées afin d accueillir, en quantité raisonnable, les déchets en amiante non friable (amiante lié) : plaques ondulées, plaques support de tuiles, produits de cloisonnement, gaines d aération Afin de garantir un accueil dans les meilleures conditions de sécurité, la réception de ces des informations utiles (aux élus comme aux agriculteurs) en matière de risque d inondation, de ruissellement et d érosion. Surveiller Les écogardes veillent à la bonne application de la législation en matière d environnement, même s ils n ont aucun déchets se fait uniquement durant deux demi-journées par semaine : les jeudi et samedi de 9 h 20 à 13 h 20 dans les déchetteries de Béthune, Bruay-La-Buissière et Calonne-Ricouart ; les jeudi et samedi de 14 h à 18 h dans les déchetteries de Ruitz, Marles-les-Mines et Haisnes-les-La Bassée. pouvoir de police. Cette surveillance s exerce sur les sites sensibles, les rivières notamment. Cela leur permet de signaler à qui de droit les rejets polluants ou les travaux à engager sur les berges, par exemple. Conseiller Par leur «occupation» du terrain, les écogardes sont aussi en mesure d aider le service chargé de la lutte contre les inondations dans la définition des actions à mener, et d identifier les zones ayant une valeur écologique. Ils peuvent également apporter leur assistance aux communes pour les procédures de remembrement et de plantations, à la demande de celles-ci. Observer La préservation de l eau, de l air, de la faune et de la flore, la prévention des risques, intéressent les écogardes au plus haut point. Par leurs observations, ils alimentent les banques de données locales et régionales. 7

8 Collecte sélective La page des enfants Je trie, tu tries, il trie et après? Depuis un an et demi, toutes les familles des 58 communes qui composent Artois Comm. doivent trier leurs déchets. Ceux qui ne peuvent pas être recyclés, c est-à-dire qui ne pourront plus être réutilisés (les restes de repas, tous les emballages sales ) sont à jeter dans le contenant noir (poubelle ou sac). En revanche, les déchets qui peuvent être recyclés, c est-à-dire transformés (les papiers et cartons, les journaux et les magazines, les bouteilles, flacons et sacs en plastique, les cannettes en aluminium, les briques de jus de fruit ) sont à déposer dans le contenant (poubelle ou sac) de couleur jaune. Le recyclage, c est magique! Chacun de ces objets va connaître une nouvelle vie. Il sera en effet transformé en un objet nouveau, pareil ou différent du précédent. Par exemple, les bouteilles et flacons en plastique pourront devenir des vêtements polaires. Les papiers et cartons redeviendront papiers et cartons. Les Au centre de tri, beaucoup d opérations de séparation des déchets sont effectuées à la main. films et sacs en plastique seront recyclés en sacspoubelles, etc. Magique, non? Mais avant de partir dans les usines de recyclage, les déchets «jaunes» sont séparés par famille au centre de tri. Attention à ne pas se tromper! Parce que les habitants de ses 58 communes (contre 16 avant) doivent trier leurs déchets, Artois Comm. a dû complètement refaire son centre de tri, installé sur la zone industrielle de Ruitz. Les déchets recyclables arrivant en vrac, il faut les séparer. Cette séparation est faite de manière automatique, dans de grosses machines appelées «cribleurs». Mais la séparation est surtout réalisée à la main. C est pour cela qu il faut faire très attention à bien trier ses déchets, et à ne pas mettre d objets sales dans sa poubelle ou son sac jaune. Un seul déchet impropre dans une poubelle ou un sac peut polluer tout un chargement! Tous les objets triés vont retrouver une nouvelle vie. 8

9 Habitat S il est accepté, un peu plus de 8 millions de travaux et d aides diverses sont prévus Un programme local de l habitat bien échafaudé LE conseil communautaire a adopté, en automne, son programme local de l habitat. Ce projet (1) engagera les communes de l agglomération dans un vaste programme de construction et de réhabilitation de leurs logements, et de diverses mesures d accompagnement. Sur six ans, Artois Comm. pourrait ainsi engager 2,7 millions d euros par an qui se transformeraient, du fait des subventions (Etat, Région, Département, etc.), en un peu plus de 8 millions d euros de travaux effectifs (2). Le PLH est composé de trois phases : diagnostic (état des lieux), définition d orientations, définition des objectifs et actions à mener. Pour le territoire, ces objectifs sont au nombre de vingt et un. En ce qui concerne le parc mis en location, il est par exemple prévu de développer l offre Rénovation des cités minières Les élus rappellent l Etat à ses devoirs AL APPEL de l Association des communes minières (ACM), plus d un millier de manifestants, dont une centaine d élus de toutes les tendances politiques de l ex-bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, ont défilé devant le ministère de l Economie et des Finances, le 16 septembre. Il s agissait de rappeler l Etat à ses engagements. «Sans GIRZOM, pas de rénovation!», rappelait une pancarte. En effet, l Etat attribue des crédits spécifiques, dits «GIRZOM» groupement interministériel pour la rénovation des zones minières. Or, pour l ACM, le compte n y est pas, en logements très sociaux (40 par an). De favoriser la réhabilitation du parc social existant (200 logements HLM) et du parc privé (hors SOGINORPA : 600 logements / an). L accession à la propriété sera facilitée par la vente de logements «institutionnels» (ceux des organismes HLM : 100 / an) et la loin de là. Ses élus estiment que l Etat est redevable de quelque 80 millions d euros. Et cela alors que logements n ont jamais bénéficié d une rénovation, que près de 100 km de voiries minières restent encore à traiter dans le Nord-Pas-de-Calais (elles doivent l être avant leur remise aux communes). Fin septembre, l Etat s engageait à verser l argent qu il avait promis, soit 54 M. Restent les quelque 40 M encore réclamés par les élus au titre des augmentations de coûts enregistrées depuis Des discussions devraient s engager en janvier. location-accession (achat sans apport : 50 logements / an). Parmi les autres actions, on citera la lutte contre l habitat indigne, une priorité pour Artois Comm., qui entend que les familles soient relogées durant le temps de la réhabilitation. Il s agira aussi de répondre aux besoins des personnes âgées et des handicapés par la construction de logements facilement accessibles et proches des services et commerces. L accent sera aussi mis sur la rénovation des logements privés, dans le cadre d opérations programmées d amélioration de l habitat Nous reviendrons en détail sur ce vaste chantier dans nos prochaines éditions. 1 - Le projet de PLH est transmis au préfet puis au comité régional de l habitat pour validation. 2 - Ce chiffre ne tient pas compte des actions engagées au titre de l Agence nationale de renouvellement urbain ou d autres crédits spécifiques (SOGINORPA, établissements pour personnes âgées dépendantes ). 9

10 Aménagement et développement rural Un OPCRA pour quoi faire? ARTOIS Comm. et le comité de pilotage «l agriculture, un partenaire pour le développement du territoire»* souhaitent rendre plus visible l action agricole de la collectivité. Cet objectif oblige à actualiser et compléter les données et les inscrire dans une perspective à moyen et long termes. L association Université verte, par le biais de son Groupe de recherches et d études concertées sur l agriculture et les territoires (GRECAT), propose un outil adapté aux collectivités territoriales : l observatoire permanent du changement rural et agricole. Avec le soutien de la chambre régionale d Agriculture et du Conseil régional, cet outil a déjà été expérimenté sur d autres territoires. Il est mis en place sur celui d Artois Comm. depuis le 14 novembre. Un outil d aide à la décision La création de l observatoire répond à quatre objectifs : compléter et actualiser la connaissance du monde rural et agricole ; Avec l OPCRA, le territoire se dote d un nouvel outil en faveur de l agriculture suivre et évaluer les actions mises en œuvre par la collectivité et anticiper ainsi les futurs objectifs et les moyens à mettre en place ; assurer la diffusion d informations auprès des publics et partenaires ; recenser les dynamiques et les projets locaux. Comme précisé ci-contre, le travail d acquisition des données se déroule en deux temps. * Le comité est composé d élus de l agglomération, de représentants du monde agricole et rural, d organismes consulaires. Trois questions à... Eric Comont, responsable du GRECAT Question - Qu est-ce que le GRECAT? Réponse - Cet organisme pluridisciplinaire il est composé d agronomes, d économistes, de gestionnaires, de géographes..., provenant de différents milieux, enseignement supérieur (universités et grandes écoles) et de la chambre régionale d Agriculture, a été créé en 1996 à la demande des professions agricoles, des chercheurs mais aussi du Conseil régional. Et l OPCRA? L OPCRA est un des outils que nous proposons afin de valoriser les données groupées dont nous disposons. Par exemple, le dernier recensement général agricole date de 2000, et ses données sont quantitatives et très peu qualitatives. Il faut donc des informations actualisées et plus complètes. L intérêt de l OPCRA est d être une structure permanente qui analyse les dynamiques agricoles et rurales en continu, afin de bâtir et suivre un projet agricole à l échelle d une intercommunalité. Et comment cela fonctionne-t-il? En plus de la collecte des données statistiques, nous donnons, à travers des commissions locales, la parole aux élus locaux, à des exploitants, dont une femme d agriculteur en activité, à des représentants du monde associatif rural... Cette enquête a débuté à Maisnil-lès-Ruitz le 14 novembre et se poursuivra jusque février A partir du mois de janvier, nous allons aussi interroger des «personnes ressources» : des élus d Artois Comm., un représentant de la chambre de commerce et d industrie, des porte-parole des industries agroalimentaires, etc. Les résultats de cette enquête seront connus en avril. Contact : service Aménagement et développement rural

11 Aménagement et développement rural Festival Conteurs en campagne Quand la culture s'enracine dans les villages LA culture n'est pas réservée aux seuls habitants des villes. Partant de ce constat, Artois Comm. a décidé l'année dernière d'apporter son soutien au festival Conteurs en campagne, initié par la Fédération des foyers ruraux du Nord et du Pas-de-Calais en collaboration avec des associations locales. Cette année, le territoire a ainsi accueilli cinq rendez-vous contés, évidemment également accessibles aux urbains, dont l'événement phare de ce festival, la Nuit des conteurs. Randonnée Un nouveau circuit - Si la randonnée pédestre vous séduit, découvrez le sentier d'ecques, itinéraire de promenade et randonnée pédestre (PR) labellisé par la FFRP. Ce circuit de 12 km, créé par Artois Comm. en collaboration avec le comité départemental de randonnée pédestre, le Conseil général, les communes de Lapugnoy, Lozinghem, Marles-les-Mines, Allouagne et l'amicale laïque de Lapugnoy, a officiellement été inauguré le 9 septembre. Le sentier d'ecques : 12 km, environ 2 h 30. Départs : Lapugnoy (parc de la Clarence) ou Marles-les-Mines (terrain de moto-cross). Variantes : au départ de Lapugnoy (4 km) ou au départ de Marles-les-Mines (8 km). Balisage : trait rectangulaire de couleur jaune. 11 Adaptation de nouvelles noires à La Couture, Hamlet revisité à Caucourt, histoire d'un musicien sorcier canadien à Labeuvrière, délire né de lieux très singuliers à Cambrin. Ce petit résumé des représentations données ici met en appétit. Il est révélateur de la volonté des initiateurs du festival : singularité dans le choix des lieux de représentation (les villages) et éclectisme dans les textes. Une formule qui fait de ce festival un rendez-vous très renommé, et aussi bien prisé par le public rural qu'urbain. La démonstration en a une nouvelle fois été donnée lors de cette 13 e édition, notamment lors de la Nuit des conteurs du 17 septembre. Il est vrai que l'invitation était particulièrement tentante. Il s'agissait cette fois de prendre le bus pour rencontrer des conteurs disséminés dans des endroits non dévoilés de la route du Patois. A leur grande surprise, les visiteurs du soir ont été accueillis devant le dolmen de Fresnicourt, à l'église de Caucourt, dans un estaminet de Rebreuve-Ranchicourt ainsi qu'à Houdain, dans l'un des rares endroits au monde où les morts sont au-dessus des vivants : le cimetière du bourg. Bref, si vous ne connaissez pas encore ce festival, notez d'ores et déjà qu'il sera de retour pas loin de chez vous à l'automne La fête - Suite à la candidature d'artois Comm., le comité départemental olympique et sportif a décidé d'organiser la fête départementale de la randonnée 2006 sur le territoire de Beuvry. Cet événement, attendu par l'ensemble des randonneurs (équestre, pédestre, cyclo, canoë-kayak), aura lieu le 10 septembre 2006.

12 Tourisme Le beffroi de Béthune en pleine lumière LES Béthunois (et les autres) ont de quoi être fiers de leur beffroi, symbole de vaillance et de fidélité de la ville à la couronne de France lors de la Guerre de Cent Ans. Il est depuis le 17 juillet classé au patrimoine mondial de l UNESCO, tout comme vingt-deux autres beffrois du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie. Ils rejoignent leurs frères belges classés depuis Cette distinction permettra de faire connaître largement ce beffroi chargé d histoire au-delà de nos frontières. Mais ce n est pas tout. Vous avez certainement remarqué qu à la tombée de la nuit, en fin de semaine, le beffroi et la Grand Place prennent un tout autre visage grâce à la mise en lumière du beffroi par l artiste Krijn de Koning et des façades par Verney-Caron. La ville s est vue décerner récemment, par l Association française de l éclairage, la Lampe d Or 2005, soit le premier prix des illuminations permanentes pour le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Ce prix couronne l originalité du projet, l intégration du beffroi dans la valorisation par la lumière de la Grand Place, le concept d architecture lumière (les éclairages sont constamment en mouvement), le jeu audacieux des couleurs et la renommée internationale de l artiste Krijn de Koning. Patrimoine mondial : et de deux? C EST ce qu ose se dire l association Bassin minier UNESCO 2005, qui souhaite que la même bonne nouvelle de classement au patrimoine mondial lui soit annoncée. L association porte en effet le dossier de candidature de l ex-bassin minier à l inscription sur la liste de l Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture dans la catégorie «paysage culturel évolutif» et mobilise autour de sa démarche. Il ne s agit pas pour elle de présenter un site mais l ensemble d un territoire avec toutes ses caractéristiques patrimoniales, humaines et historiques. L association vient de franchir une étape dans le chemin qui mène à l UNESCO puisqu elle a finalisé le dossier de candidature et l a déposé il y a quelques semaines auprès de l Etat français. Cet élan est soutenu par les intercommunalités du bassin minier qui ont signé un protocole avec l association lors de l édition 2004 de Tourissima. Contact : Permanence BMU 2005, 4, rue Vasco-de-Gama, Loos-en-Gohelle, tél ; fax : ; ; 12

13 Tourisme Journées du patrimoine DU 19 au 23 septembre, soit la semaine qui a suivi le week-end des Journées du patrimoine, 44 classes de CM2 (1 052 élèves) ont pris part aux journées du patrimoine scolaires organisées par le service Tourisme d'artois Comm., en collaboration avec l'office de tourisme et les syndicats d'initiative (SI) du territoire. Des sorties éducatives axées sur la découverte d'expositions et de sites historiques étant à leur programme, cette opération a naturellement été soutenue par l'inspection de l'education nationale. Du côté de Béthune, les «chères têtes blondes» ont ainsi eu droit à une visite commentée du moulin Buret, à Beuvry. Elle a été suivie d'un détour par l'exposition «Gens de terre, gens de mer» présentée à l'hôtel de Beaulaincourt, dans la cité de Buridan. Leurs collègues du Bruaysis sont, eux, «descendus» au musée de la Mine et ont découvert une exposition d'anciennes lampes de mineurs. A Houdain, c'est à Hervé, créateur de l'opérette, et au «Houdain insolite de 1850 à 1950» qu'on s'intéressait. Les écoliers dans la foulée des grands Les écoliers du secteur d'auchel ont eu l'occasion de gagner le chevalement du Vieux II de Marles-les-Mines, aussi pour y découvrir d'anciens appareils photographiques. Dans le Bas-Pays, ils étaient conviés à redécouvrir la tradition de la Sainte-Catherine. Leur escapade s'est poursuivie par la participation à un atelier d'écriture de poésies. Enfin, dans le versant nord-est de l'agglomération, il était question de «la colombophilie d'hier à aujourd'hui». Une occasion, pour les élèves du ressort du SI de la Porte des Flandres, de rencontrer des «coulonneux» passionnés. Internet Toutes les richesses du territoire en un seul clic ALLER à la rencontre de l'histoire et du patrimoine de Béthune et du Vert Pays d'artois par le biais de son architecture, de son patrimoine minier, de ses musées... Se détendre en parcourant ses chemins de randonnée (pédestre, équestre, cyclotouristique) ou en pratiquant l'une des nombreuses activités de tourisme et de loisirs (sports aériens, golf, animations nature)... C'est ce que propose le site Internet de Béthune et du Vert Pays d'artois. Savourer les douceurs et goûter aux charmes proposés (virtuellement) par les restaurateurs et hôteliers du territoire, se faire concocter un séjour surprenant par ses acteurs du tourisme, consulter la rubrique «agenda» ou «se divertir» pour savoir que faire ce week-end ou ce soir..., voilà ce que l'on trouve encore en se connectant sur 13

14 Culture Résidences d artistes Quand la culture vient à nous ARTOIS Comm. entend favoriser l accès à la culture à tous. Cette volonté passe par les «résidences d artiste». Le créateur reste ainsi plus ou moins longtemps dans un endroit et s en inspire pour créer son œuvre. Quatre résidences d artistes ont ainsi été mises en place sur le territoire. n est pas retranché inspire la quiétude. On est loin du tumulte de L artiste a intitulé son œuvre «Le camp de l ermitage : entre calme apparent du sous-bois et résurgence d un passé agité, une façon de recycler l histoire». A chacun, maintenant, de choisir son «camp» en le découvrant (prévoir des bottes). Pour la visite, téléphoner à la mairie de Beuvry, au Les autres résidences d artistes sont en cours ou vont débuter à Bruay-La-Buissière et Gosnay, à Houdain, à Bruay-La-Buissière et Divion. Nous y reviendrons dans une prochaine édition. Durant l été, à la suite de beaucoup d autres occupants, Gilles Bruni a installé son campement dans le parc de la prévôté de Gorre, à Beuvry. Durant la Première Guerre mondiale, l endroit a servi de base arrière aux soldats anglais. Il en porte encore les traces : éclats de bombes, cartouches, trous d obus... Ces stigmates ne pouvaient laisser l artiste indifférent. Durant l automne, à l aide d éléments naturels pour l essentiel, le plasticien s est évertué à donner sa vision du site. Et voilà le lieu à nouveau empli de tranchées, de casques, de trous, d un reste d avion... Seule différence - et de taille -, ce camp qui Sport Centres d initiation multisports Le plein d activités pour les jeunes de 6 à 14 ans LES centres d initiation multisports ont rouvert leurs portes le 13 septembre, pour la deuxième année consécutive. Ils resteront ouverts jusqu au 30 juin Les jeunes âgés de 6 à 14 ans peuvent s initier, à raison d une heure et demie par semaine et d une activité par trimestre, à des sports tels que l escrime, le tir à l arc, le badminton, le full-contact, le golf, le VTT, etc. Les participants sont encadrés par des techniciens du sport habilités par la direction départementale Jeunesse et Sports. Bon à savoir : certains de ces centres fonctionnent pendant les petites vacances scolaires, chaque après-midi de 14 h à 17 h. Le montant annuel de l adhésion est fixé à 15 pour les enfants d Artois Comm., à 30 pour les enfants hors agglomération. Règlement par chèque bancaire, en espèces ou à l aide du «ticket loisirs» de la Caisse d allocations familiales d Arras. Des places sont encore disponibles dans certains centres. Pour tout renseignement complémentaire, contacter le service des sports d Artois Comm. au ou au Les centres d initiation multisports fonctionnent à Auchel, Beuvry, Cauchy-à-la-Tour, Essars, Givenchy-les-La Bassée, Haisnes-les-La Bassée, Hersin-Coupigny, Labeuvrière, La Comté, Noyelles-les-Vermelles, Richebourg et Ruitz. 14

15 Culture La deuxième fête d Artois Comm. Un grand succès populaire LA fête d Artois Comm. avait deux objectifs : offrir un temps de détente à chacun et permettre à tous de mieux connaître l agglomération et ses services. Les 24 et 25 septembre, les animations n ont pas manqué. Tir à l arc, javelot, structures gonflables, trampoline, promenade à poney ou en traîneau à chien, canoë-kayak, concerts, danses, etc., tout cela pouvait s enchaîner avant et après le (superbe) spectacle pyrotechnique du samedi soir. Et le public n a pas boudé son plaisir. La découverte des différents services d Artois Comm. était tout aussi intéressante, parfois amusante. Pêle-mêle, l on pouvait ainsi participer au concours sur le patrimoine (tourisme). Effectuer une ou plusieurs randonnées (aménagement et développement rural). Découvrir quelques-uns des produits en plastique «Made in AC» (développement économique). Taquiner la truite (assainissement). Créer une mini-fusée ou un petit robot (politique de la ville). Si l on est un enfant, dessiner (culture). Apprendre à connaître le cycle de l eau ou le devenir des objets recyclables (environnement). Découvrir le fonctionnement d un camion-benne (collecte) ou d un hydrocureur. Ou encore rencontrer les écogardes derrière leurs nichoirs... Si vous y étiez, tant mieux. Si vous n y étiez pas, vous avez sans doute raté quelque chose. En tout cas, rendez-vous l année prochaine! Le portail Internet d Artois Comm. est lancé! Pour être branché : et voilà! TOUJOURS dans le souci de mieux se faire (re)connaître, Artois Comm. s affiche désormais sur l Internet, de jour comme de nuit, 7 jours sur 7. Le portail d Artois Comm. est une vitrine qui permet de tout savoir sur la communauté d agglomération, son fonctionnement, ses missions, les ambitions qu elle porte et désire faire partager. Le portail ouvre aussi des fenêtres particulières sur ce qui fait la richesse et la diversité de son territoire : tourisme (lire par ailleurs), économie (un site qui ne s adresse pas qu aux seuls investisseurs potentiels), communes, SIG (pour accéder aux cartes de votre commune ou d une autre)... «artoiscomm.fr» est aussi un outil de dialogue, un espace de démocratie participative. Le «forum» permet ainsi l échange entre le public et la collectivité. Il est complété par des lettres d informations (générale, tourisme, économie) à laquelle ou auxquelles chacun peut s abonner. 15

16 Le conseil de développement Louvre-Lens : quel impact pour Artois Comm.? L IMPLANTATION du Louvre à Lens devrait avoir des retombées non négligeables pour l ensemble de la région Nord-Pas-de-Calais et notamment dans l ex-bassin minier. Artois Comm. bénéficiera certainement de ces retombées, en matière économique, d image, de fréquentation touristique, hôtelière, de pratiques éducatives et culturelles, etc, tout comme les communautés d agglomération voisines de Lens-Liévin, d Hénin-Carvin et du Douaisis. Pour créer une dynamique populaire autour du Louvre-Lens, les porteurs du projet ont souhaité associer les conseils de développement de ces territoires comme relais en direction de la population. Des groupes de travail ont été mis en place. Il leur appartient de définir des objectifs, de faire des propositions. Ainsi, le 14 mai 2006, le site du futur Louvre-Lens marquera le point d arrivée pour les marathoniens de «la Route du Louvre» qui seront partis de Lille quelques heures plus tôt. Symbole de la coopération entre Lille-Métropole et le bassin minier, cette manifestation sera la première d une longue série. Le conseil de développement est une force de proposition pour l agglomération Etre acteur de son territoire LES conseils de développement sont des instances de réflexion et de proposition représentatives de la «société civile» des territoires. Il est en effet composé d élus mais aussi de représentants du monde économique, des services publics, des syndicats et des groupements associatifs. A ce titre, ils sont donc régulièrement consultés par les communautés d agglomération dont ils sont issus ; lors de l écriture des «projets de territoire» du programme local de l habitat, par exemple. Chacun peut participer aux réunions plénières du conseil de développement et/ou aux commissions thématiques (transport, emploi, environnement, logement, santé et, bientôt, Louvre-Lens) et ainsi être une force de proposition pour les élus d Artois Comm. Le conseil de développement était associé à la Fête d Artois Comm., les 24 et 25 septembre. Ses représentants ont répondu aux questions des visiteurs concernant le rôle de cette instance et sa place au sein d Artois Comm. Contact : Christelle Tirman, Tél ; courriel : 16

17 Actu des communes Annequin Exposition «A l fosse» : les mineurs (re)découverts AU départ, des photographies sur la vie d anciens mineurs silicosés dues à Gérard Jouffray. Au final, un centre historique minier en plus petit avec tout ce qu il faut pour (re)découvrir la mine et les mineurs. Voilà résumée l exposition «A l fosse» présentée début novembre salle Chavatte. Non, les anciens mineurs n ont rien oublié de leur travail, d une part essentielle de leur vie même si elle ne fut pas forcément la plus agréable. Il en est ainsi de Michel Caron, ancien ingénieur des houillères (photo). Lui a reconstitué une maquette de l ancienne fosse 9 montrant ses installations de jour comme de fond telles qu elles existaient jusqu en Un travail de plus de heures qui facilite la compréhension. Non loin de là, les explications données par deux anciennes «gueules noires» étaient tout aussi intéressantes. Martial Ansart, de Sains-en-Gohelle, avait emmené avec lui sa collection impressionnante d outils. Et Jean Latosi, de Vendin-le-Vieil, sa maquette d une taille (galerie) mécanisée et ses scènes de mineurs du début du XX e siècle. Pour l occasion, ils travaillaient en équipe afin de donner la vision la plus fidèle possible de leur métier. Tous les visiteurs, qu ils soient venus de la cité, du village ou d une peu plus loin, ont beaucoup appris et apprécié. Haillicourt Animation et opération «nettoyage» Haillicourt Annequin 17 FIN octobre, une vaste campagne d information sur l environnement et les déchets s est déroulée sur les terrils du 6. Elle était destinée aux adolescents du centre communal de la jeunesse. En compagnie des écogardes d Artois Comm., ils ont d abord découvert la flore qui a élu domicile sur la friche, ainsi que le cycle du carbone. Le lendemain, en compagnie d un ambassadeur du tri, ils se sont intéressés au tri sélectif. Les deux jours suivants, les jeunes filles et jeunes gens ont été occupés au ramassage de tout ce qui traînait sur le site. Quelque 40 m 3 de déchets en tout genre, dont presque un tiers de bouteilles de verre, ont ainsi été évacués.

18 Actu des communes Marles-les-Mines & Béthune La gastronomie dans tous ses états LES deux derniers week-ends de novembre ont été très gastronomiques. D abord avec le salon Soupes et Jardins organisé à Marles-les-Mines. Ensuite avec l incontournable Gaspat Tour. Ça sentait bon les légumes, les 12 et 13 novembre à la salle Gentils de Marles-les-Mines, où se déroulait la deuxième édition du salon Soupes et Jardins organisé par le syndicat d initiative de la région d Auchel. Plusieurs centaines de visiteurs ont dévoré des yeux les bons produits, venant de la région ou de plus loin, qui leur étaient proposés. Chacun pouvait aussi déguster les soupes confectionnées par les futures toques blanches du lycée professionnel Alphonse-Daudet de Barlin, ou recueillir de précieux conseils auprès des associations de jardiniers présentes. Le week-end suivant, à la salle Olof-Palme de Béthune, l office de tourisme de Béthune et du Béthunois présentait la 6e édition de Gaspat Tour, le salon de la gastronomie, du patrimoine et du tourisme. Un rendez-vous incontournable qui permettait, là aussi, de faire de bonnes emplettes. Mais il donnait aussi l occasion d aller à la rencontre des hauts lieux gastronomiques du Béthunois et de savourer les amuse-bouches concoctés par de grands chefs régionaux. Les milliers de visiteurs qui Béthune avaient fait le déplacement pour l occasion ne diront pas le contraire. Marne-les-Mines Lorgies Lorgies Elle a repris l unique alimentation du village Sabine Lachapelle, une épicière qui a du talent CELA fait un peu plus d un an maintenant qu Isabelle Lachappelle a repris le magasin à l enseigne Vival, le seul commerce alimentaire du village de Lorgies (rue du Bietz) où l on trouve tout ce qui est nécessaire au quotidien. Alors que rien ne la disposait à devenir épicière, elle a décroché, en octobre de cette année, le premier prix du concours Talents dans la catégorie «dynamique rurale». Quand on la volonté et qu on est bien épaulé... Question - Qu est-ce qui vous a poussé à vous lancer? Réponse - J étais serveuse dans un restaurant, et mon mari, boulanger. Mais on voulait mener une vie de couple normale. Venant de la restauration, il fallait que je garde le contact avec le client. On a appris, par le bouche à oreille, que le magasin était à vendre. Et comme l on voulait quelque chose qui ne soit pas trop loin d où on habitait (Laventie) et que le village de Lorgies est en pleine expansion... Q - Qu avez-vous fait ensuite? R - On a d abord eu de premiers renseignements au bus de la création d entreprise. J ai ensuite été accompagnée par la boutique de gestion ESPACE, à Bruay-La-Buissière. On a un bon suivi avec eux. Ils encadrent bien, même maintenant. Et puis est venu ce prix du concours Talents, à l échelon de l arrondissement. Q - Et ça se passe comment? R - La boutique a évolué depuis l ouverture, le 2 octobre Je diversifie : dépôt de pain, gaz, fleurs pour les fêtes... Je vois de nouvelles têtes tous les jours. Il y en a qui venaient que pour le pain. Maintenant, ils prennent autre chose avec. Je n ai pas de clients qui sont déçus. 18

19 L agglomération de A à Z 19 Pass culture : 3 seulement le spectacle! Chère la culture pour les jeunes? Plus maintenant. Avec le Pass Culture, lancé par Artois Comm. en partenariat avec Culture commune, la Comédie de Béthune, les villes de Béthune et de Bruay-La-Buissière, certains spectacles sont désormais accessibles pour 3 seulement. Le Pass s adresse aux moins de 25 ans habitant l agglomération. Il permet, par exemple, de découvrir une chorégraphie de grande notoriété ou d écouter le dernier chanteur à la mode. Le Pass Culture est disponible auprès des services culturels ou centres animation jeunesse de certaines communes, dans les lieux de spectacle (Comédie, Poche et théâtre municipal de Béthune, au Temple de Bruay-La-Buissière), à la mission locale Fonds de participation des habitants : au service des associations de quartiers Le fonds de participation des habitants (FPH) permet de financer les «petits projets» des habitants ou des associations de quartiers classés en «politique de la ville». Par exemple, fêtes de quartier, animations festives, sorties collectives, formation des bénévoles Le budget du FPH, composé d aides financières de la Région (70 %) et de la ou des commune(s) concernée(s), est le plus souvent géré par une association. Les subventions accordées par le FPH ne peuvent dépasser 70 % du coût de l action. Il existe six FPH en Artois Comm. Quatre sont intercommunaux : celui du territoire Centre (communes de Bruay-La-Buissière, Haillicourt et Houdain), celui du territoire Ouest (Calonne-Ricouart, Divion et Marles-les-Mines), celui du territoire Sud (Barlin et Hersin-Coupigny), celui du territoire Est (Auchy-les-Mines et Haisnes-lez-La Bassée). Deux ont une vocation communale : celui de Béthune et celui d Auchel. Pour plus de renseignements, contacter le service " Politique de la ville " d Artois Comm., au Transports en commun : du nouveau Artois Comm. et la Communauté de communes de Noeux et environs (CCNE) ont décidé de rejoindre le Syndicat mixte de transports (SMT) de Lens-Liévin/Hénin-Carvin à compter du 1 er janvier prochain. Cette décision est importante dans la mesure où elle aura pour effet principal de rétablir totalement la liberté de circulation entre les territoires des deux structures intercommunales de l arrondissement de Béthune. Ainsi, les Béthunois ou les Barlinois, par exemple, pourront se rendre sans problème à Noeux-les-Mines. A l inverse, les habitants de cette commune ou ceux qui s y rendent pourront gagner n importe quel point du territoire d Artois Comm. Nul doute que les personnes âgées ou handicapées, notamment, apprécieront. Plus largement, les usagers pourront à terme voyager avec un seul titre de transport de Cauchy-à-la-Tour à Leforest, de La Couture à Vimy, etc. Des aides pour les chambres d hôtes ou les gîtes ruraux La communauté d agglomération a mis en place une politique de soutien financier visant au développement de l hébergement touristique. Cette aide s adresse aux collectivités ou particuliers désirant créer un hébergement de type chambre d hôte ou gîte. Plusieurs conditions doivent être remplies pour y prétendre : le porteur du projet doit bénéficier de l aide accordée par le Conseil général, le projet doit se situer dans une commune d Artois Comm. de moins de habitants et porter sur la création de gîte(s) ou de chambre(s) touristique(s), le projet doit obtenir le label «Gîtes de France», «Accueil paysan» ou «Tourisme et handicap». Pour tout renseignement complémentaire, contacter le service Aménagement et développement rural, au

20 A la découverte de... Quelques-unes des légendes d ici NOTRE territoire est porteur de nombreuses légendes, parfois vieilles de plusieurs siècles. Sont-elles de pures inventions ou reflètent-elles une vérité même partielle? On laissera à chacun le soin de se faire une opinion sur les quatre histoires qui suivent. L âne de Buridan - Jean Buridan, qui allait devenir philosophe et recteur de l Université de Paris en 1327, est né à Béthune en Il a émis la théorie selon laquelle le choix se porte difficilement sur le bien qui semble le meilleur. Pour illustrer ses propos, on cite la légende de l âne de Buridan. Celui-ci hésita longuement entre un seau d eau et un boisseau d avoine. Ne sachant que choisir, il finit par mourir de faim et de soif. La table des fées de Fresnicourt-le-Dolmen - Une légende rapporte qu à certaines périodes de l année, les fées (surnommées les demoiselles blanches) se réunissent autour du dolmen pour y célébrer des rites anciens. Leurs silhouettes apparaissent entre les ombres avant de former une ronde autour des pierres couchées, dansant au son d une musique qui semble venir du sol... Malheur aux voyageurs égarés ou aux simples promeneurs qui, envoûtés par les sortilèges, pénètrent à l intérieur de leur cercle. Les demoiselles blanches, dit-on, les entraînent dans leur monde dont l entrée serait située sous le dolmen. Le gal de Gauchin - Une légende fait de ce bloc de grès de 120 kg, une pierre d infamie voire de pénitence, un délateur qui allait frapper la nuit à la porte des maris trompés. Un officier américain, Henry Selden Bacon, estima que le gal avait trop vagabondé de la sorte lors de la Première Guerre mondiale. Et, en 1925, il décida de son... enchaînement définitif. La chartreuse du Val Saint-Esprit à Gosnay - L origine du Val Saint-Esprit est attachée à une légende. «La Comtesse Mahaut (interprétée par Jeanne Moreau dans la série les «Rois Maudits» récemment diffusée sur France 2) tenait à ce que les mœurs de sa suite soient les plus pures et les plus exemplaires qu il soit. Elle s aperçut un jour qu Alix, sa jeune et jolie camériste, était enceinte. La coupable, refusant de dénoncer son amant, fut condamnée à être enterrée vivante dans un jardin clos, face au château de Gosnay. Le parc où avait eu lieu le supplice fut dès lors troublé par de fréquentes apparitions nocturnes des spectres qui jetèrent l épouvante dans le vallon, que l on disait le val des mauvais esprits». Pour les contrer, la comtesse d Artois s en remit à son aumônier, Thierry Larchier d Hérisson (d Hirson), qui fut évêque d Arras. Il lui suggéra de construire un monastère. Telle est l origine de la chartreuse des hommes, selon la légende. Qui rapporte aussi que «dès l arrivée des premiers religieux en 1320, les apparitions cessèrent».

LA MAISON DE LA BARTHE

LA MAISON DE LA BARTHE NOUVEL ESPACE MUNICIPAL LA MAISON DE LA BARTHE La nature en cœur de ville DOSSIER DE PRESSE Dossier de Ouverture presse décembre mars 2014 2013 www.dax.fr www.dax.fr SOMMAIRE Le poumon vert du cœur de

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Présentation de l équipe Les compétences du Nord France Convention Bureau sont à la disposition des organisateurs d évènements professionnels pour la tenue de leur manifestation en Région Nord-Pas de Calais:

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 INTRODUCTION ACCUEIL Daniel Boulens Directeur du service des espaces verts de Lyon Membre du jury régional INTRODUCTION LE FORMATEUR Mathieu Battais

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Présentation de l équipe Les compétences du Nord France Convention Bureau sont à la disposition des organisateurs d évènements professionnels pour la tenue de leur manifestation en Région Nord-Pas de Calais:

Plus en détail

STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN

STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN 21/05/2015 STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE BLAIN Blain, Bouvron, La Chevallerais, Le Gâvre Conseil Communautaire du 22 octobre 2014 Arrêté préfectoral du 21 mai 2015 Application au

Plus en détail

49 ème édition à LIGNIÈRES (18) Depuis 1961 à Polignac (43) 19-20-21 Juillet 2013. Le plus grand rassemblement Européen de Tourisme Équestre

49 ème édition à LIGNIÈRES (18) Depuis 1961 à Polignac (43) 19-20-21 Juillet 2013. Le plus grand rassemblement Européen de Tourisme Équestre DOSSIER DE PARTENARIAT Le plus grand rassemblement Européen de Tourisme Équestre Depuis 1961 à Polignac (43) 49 ème édition à LIGNIÈRES (18) 19-20-21 Juillet 2013 ÉDITO Présentation de la Manifestation

Plus en détail

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables

Pôle ressources sur l habitat et la ville durables Pôle ressources sur l habitat et la ville durables 1 UNE MAISON AU SERVICE DE TOU-TE-S LES ESSONNIEN-NE-S LA MAISON DÉPARTEMENTALE DE L HABITAT Pôle ressources sur l habitat et la ville durables, la Maison

Plus en détail

LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES PATRIMOINES. Un nouveau modèle pour notre territoire LEADER THUR DOLLER 2009-2015

LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES PATRIMOINES. Un nouveau modèle pour notre territoire LEADER THUR DOLLER 2009-2015 LEADER THUR DOLLER 2009-2015 1. UTILISER LES RICHESSES DE NOTRE TERRITOIRE POUR CONSTRUIRE NOTRE AVENIR LA VALORISATION ECONOMIQUE des PATRIMOINES Un nouveau modèle pour notre territoire 2. INNOVER POUR

Plus en détail

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle

Quoi? Une friche industrielle réhabilitée. Les anciens établissements Cannelle Quoi? Une friche industrielle réhabilitée Les anciens établissements Cannelle En 1945, la famille Cannelle, originaire du territoire de Belfort, décide de s installer en bord de Loire port des Noues, afin

Plus en détail

Point presse du 17 juillet 2012. Présentation du guide alésien de l habitat durable et actualités en matière d initiatives durables

Point presse du 17 juillet 2012. Présentation du guide alésien de l habitat durable et actualités en matière d initiatives durables Point presse du 17 juillet 2012 Présentation du guide alésien de l habitat durable et actualités en matière d initiatives durables Avant-propos La Ville d Alès et la Communauté d agglomération du Grand

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères

3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères OPERATION N 3 3. Développement du Pôle touristique Fluvial sur le Canal des Houillères SOMMAIRE 3.1 Le Canal : un vecteur touristique en expansion. 3.2 Le port et la halte fluviale de Harskirchen-Bissert

Plus en détail

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne.

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION La commune de Flagy Mai 2014 département de Seine-et-Marne Hôtel du Département CS 50377 77 010 Melun cedex tél. : 01 64 14 77 77 seine-et-marne.fr

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail

Note d information et fiche d inscription

Note d information et fiche d inscription Paris, le 16 Mai 2014 SÉMINAIRE ANNUEL DES ARCHITECTES-CONSEILS Du 25 au 28 septembre 2014 dans le bassin minier du Pas de Calais Le séminaire annuel se déroulera comme il est de coutume, sur une durée

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC PARTENAIRES IMPLIQUES DANS LE PROJET Les organisateurs à l initiative du projet ont souhaité que celui-ci fédère

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

La réussite éducative

La réussite éducative La réussite éducative Sommaire Éditorial de Dominique Dubois...3 Réussir à l école...4 La réussite éducative...6 La mise en place d un projet local de réussite éducative...7 Les équipes pluridisciplinaires

Plus en détail

Un territoire. Une économie. Des services. Bienvenue! Une vie associative. www.frasne.fr

Un territoire. Une économie. Des services. Bienvenue! Une vie associative. www.frasne.fr Un territoire Une économie Des services Bienvenue! Une vie associative www.frasne.fr Généralités Situation géographique : Quelques chiffres : Superficie : 32,87 km2 Surface forestière : 1 200 ha Forêt

Plus en détail

Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA)

Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA) COMMUNIQUE DE PRESSE Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA) Philippe PERUSAT et les Membres de la Commission Tourisme, ont le plaisir de convier les professionnels

Plus en détail

La charte régionale des manifestations sportives de nature

La charte régionale des manifestations sportives de nature La charte régionale des manifestations sportives de nature Le texte et la fiche d adhésion à remplir par le signataire La réussite d une manifestation sportive de nature n est possible que si un certain

Plus en détail

VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES. Fiche 2.10 ET ASSURER LEUR QUALITÉ 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) 1.2 LOCALISATION

VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES. Fiche 2.10 ET ASSURER LEUR QUALITÉ 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) 1.2 LOCALISATION Fiche 2.10 VALORISER L EAU ET LES ZONES HUMIDES ET ASSURER LEUR QUALITÉ Priorité 2 Version 1-Version provisoire 20/10/14 1 LE CONTEXTE 1.1 ENTITÉ(S) CONCERNÉE(S) L ensemble du territoire communal Liens

Plus en détail

Recueil actes administratifs\2015\septembre. RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS de la Communauté de Communes du Val de Vienne. Année 2015 SEPTEMBRE

Recueil actes administratifs\2015\septembre. RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS de la Communauté de Communes du Val de Vienne. Année 2015 SEPTEMBRE Recueil actes administratifs\2015\septembre RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS de la Communauté de Communes du Val de Vienne Année 2015 SEPTEMBRE Recueil mis à la disposition du public le 22 septembre 2015

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL

CONSEIL DÉPARTEMENTAL CONSEIL DÉPARTEMENTAL DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES, DE L ASSEMBLEE ET DE LA DOCUMENTATION Secrétariat général de l assemblée départementale Session des 10 et 11 décembre 2015 consacrée au budget primitif

Plus en détail

Les habitants acteurs de la transformation

Les habitants acteurs de la transformation Les habitants acteurs de la transformation Placer l habitant au cœur des réflexions Actions de concertation et de participation Développer le lien social Favoriser le développement économique et l insertion

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Office de tourisme des Monts de Lacaune TAXE DE SEJOUR. Guide d application 2013

Office de tourisme des Monts de Lacaune TAXE DE SEJOUR. Guide d application 2013 Office de tourisme des Monts de Lacaune TAXE DE SEJOUR Guide d application 2013 SOMMAIRE p.2 Le mot du Président de l office de tourisme des Monts de Lacaune p.3 Présentation de la taxe de séjour p.4 Les

Plus en détail

l encoche Deprez photographes de père en fils revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14

l encoche Deprez photographes de père en fils revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14 revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14 Deprez photographes de père en fils 2010 Commune de Montana, sauf mention spéciale en fin d article. Reproduction autorisée avec mention

Plus en détail

POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE?

POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE? REJOIGNEZNOUS REJOIGNEZ-NOUS 2/8 POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE? 1 > La 4 e marque française de séjours-vacances devient votre enseigne. 2 > Vous bénéficiez de la puissance marketing du 1er réseau

Plus en détail

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON

PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON PROJET CULTUREL DE LA MJC DU VIEUX LYON Juin 2011 Préambule : «L éducation populaire c est l association inédite, originale et formidablement féconde de trois projets ; Un projet éducatif, qui est celui

Plus en détail

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Liste des présents : Agenda 2 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Compte rendu de l Atelier 2 de diagnostic n 2 : «Préservation des ressources naturelles» 29 février 202 Salle des fêtes Lélex 8h0

Plus en détail

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1 Le Parc naturel régional du Gâtinais français Déplacement Bas Saint Laurent 1 46 Parcs naturels régionaux en France Déplacement Bas Saint Laurent 2 Les missions d'un Parc Protéger et mettre en valeur les

Plus en détail

de l office de tourisme 1/12

de l office de tourisme 1/12 de l office de tourisme 1/12 Vous êtes acteur de la vie touristique? Ensemble, réalisons vos objectifs! Accroître votre notoriété Promouvoir votre activité Rejoindre un réseau fort de 215 adhérents Bénéficier

Plus en détail

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION

PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L AGGLOMÉRATION BOULONNAISE COMMISSION CULTURE PROJET CULTUREL D AGGLOMÉRATION Constats et propositions du conseil de développement PRÉSIDENT Jean-Pierre SERGENT MEMBRES

Plus en détail

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui.

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui. Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Ce document doit être utilisé avec la ligne du temps «*La consommation au Québec au 20 e siècle» disponible dans les

Plus en détail

Fontainebleau. Rénovation du Grand Parquet. Dossier de présentation

Fontainebleau. Rénovation du Grand Parquet. Dossier de présentation Fontainebleau Rénovation du Grand Parquet Dossier de présentation La Ville de Fontainebleau et ses partenaires rénovent un stade mythique. Ce projet de 10 millions d Euros va permettre à la Ville de réhabiliter

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS 5 LE TERRITOIRE «MEDOC OCEAN» Les communes : Lacanau, Carcans-Maubuisson et Hourtin Population

Plus en détail

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER Nous vous remercions de l intérêt que vous portez au label Gîtes de France Nous avons le plaisir de vous adresser les informations utiles pour vous accompagner dans votre

Plus en détail

Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez

Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez STATUTS 04/12/2012 1/11 Préambule A - Les communes des cantons de Grimaud et de Saint-Tropez créent une Communauté en vue de mettre en œuvre un projet commun

Plus en détail

Entreprises et territoires, les clés du développement durable de la région urbaine de Lyon

Entreprises et territoires, les clés du développement durable de la région urbaine de Lyon Entreprises et territoires, les clés du développement durable de la région urbaine de Lyon ème forum de la Région Urbaine de Lyon 9 juin 998 L'Isle d Abeau Bonnes pratiques du développement durable en

Plus en détail

Sous les Hauts Patronages de. Parrainé par

Sous les Hauts Patronages de. Parrainé par Sous les Hauts Patronages de Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Porte-parole du Gouvernement Madame George PAU-LANGEVIN Ministre des Outre-Mer Parrainé

Plus en détail

EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé»

EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé» Pour l avenir de nos enfants Consommons autrement Agence Territoriale de la Consommation Durable SIVED EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé» Version 2010 Ce document est un exemple de

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

LA VOLONTÉ DES ÉLUS LA CHARTE DU PARC LE RÔLE DU DÉLÉGUÉ

LA VOLONTÉ DES ÉLUS LA CHARTE DU PARC LE RÔLE DU DÉLÉGUÉ la numéro 30 - mars 2008 lettre N SPÉCIAL du Parc Renouvellement municipal et cantonal 2008 Vous venez d être élu(e) au Conseil municipal de votre commune et vous serez appelé(e) à représenter vos concitoyens

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes Le Parc naturel régional des Ardennes Qu est-ce qu un PNR? Un Parc naturel régional (PNR) est : Un territoire aux patrimoines naturel, culturel et paysager riches et fragiles Faisant l objet d un projet

Plus en détail

Pour aller à l essentiel

Pour aller à l essentiel PREPARONS NOTRE AVENIR AVEC LE SYNDICAT MIXTE POUR LE SUNDGAU Comment développer notre Sundgau? Le Syndicat Mixte pour le Sundgau, qui regroupe les 112 communes et 7 communautés, lance un grand temps de

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD Municipalités de la MRC de L Amiante Source : Portail gouvernementale / Région de la Chaudière-Appalaches, 2003 http://www.chaudiere-appalaches.gouv.qc.ca

Plus en détail

Enquête pour un Agenda 21 à Sainte-Pazanne

Enquête pour un Agenda 21 à Sainte-Pazanne Enquête pour un Agenda 21 à Sainte-Pazanne On a commencé à parler d Agenda 21 lors du sommet de la Terre de Rio en 1992. 173 Etats ont adopté un programme d «Action 21» ou «Agenda 21» pour les pays francophones.

Plus en détail

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Extrait de la Charte définissant la politique culturelle de la Communauté de communes LES DOMAINES D INTERVENTION DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Sa proposition

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

I. La définition du projet culturel du Pays de la Haute Gironde

I. La définition du projet culturel du Pays de la Haute Gironde PROJET CULTUREL DU PAYS DE LA HAUTE GIRONDE I. La définition du projet culturel du Pays de la Haute Gironde Quel projet culturel pour le Pays de la Haute Gironde? En cherchant à répondre à cette question,

Plus en détail

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis SPOT 4 E ÉDITION APPEL À PROJETS SPOT est un événement jeunesse porté par la Ville de Nantes dont l ambition est de valoriser l engagement, les talents, la créativité et l innovation en favorisant l expression

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Guide du Partenariat 2015

Guide du Partenariat 2015 Guide du Partenariat 2015 Qui sommes-nous? L équipe Annie DEFRESNE Ludovic CARDONA GIL Sarah DUFOUR L Office de Tourisme Dieppe-Maritime est gérée directement, depuis janvier 2013, par la Communauté d

Plus en détail

COMPTE RENDU Conseil municipal - 27 juin 2013

COMPTE RENDU Conseil municipal - 27 juin 2013 Commune de Passy COMPTE RENDU Conseil municipal - 27 juin 2013 Ordre du jour du conseil municipal 1 Approbation du projet de Plan Local d Urbanisme de Passy 2 Institution du droit de préemption urbain

Plus en détail

Salon du Tourisme et des Loisirs

Salon du Tourisme et des Loisirs Salon du Tourisme et des Loisirs 16,17 et 18 avril 2010 Palais Régional Omnisports Georges Théolade Introduction Seule Région européenne sur le continent Sud américain, située sur le plateau des Guyanes

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE

POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE MÉMOIRE DU FORUM JEUNESSE DE L ÎLE DE MONTRÉAL POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE PRÉSENTÉ AU MAIRE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA DÉMARCHE DE CONSULTATION SAINTE-CATHERINE OUEST S

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 L APPEL A MANIFESTATION D INTERET Rappel de la démarche Un programme concernant les communes

Plus en détail

Centre d excellence Numérique en territoire rural

Centre d excellence Numérique en territoire rural «S adapter au numérique est une obligation mais aussi une opportunité pour la France, tant au niveau économique que social» Philippe Lemoine, président du Forum Action Modernités et Président de la FING

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Jbeil- Byblos Jbeil - Byblos Première ville dans l histoire de l humanité habitée constamment depuis plus de 7000 ans. A Byblos que fut inventé l alphabet occidental consonantique Classée patrimoine mondial

Plus en détail

Dimanche 25 septembre. La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon

Dimanche 25 septembre. La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon D O S S I E R D E P R E S S E Dimanche 25 septembre La Région fête les parcs naturels régionaux : Lagnes accueille la fête du Parc du Luberon sur le thème «L eau, ressource vivante» Contact presse : Solgne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES

CAHIER DES CHARGES. Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES Elaboration d un plan de jalonnement et d un schéma directeur de RIS dans le cadre de la mise en œuvre de la Charte signalétique du Parc naturel régional de Camargue CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

RNHP MARSEILLE 2015 Avant projet

RNHP MARSEILLE 2015 Avant projet Version 26/01/2015 1 RNHP MARSEILLE 2015 Avant projet 1 - Préambule Entre 2010 et 2014, 3 rencontres nationales de l habitat participatif (RNHP) ont été organisées par le mouvement associatif de l habitat

Plus en détail

Bienvenue - Welcome. Parc de Nature et de Loisirs en Berry

Bienvenue - Welcome. Parc de Nature et de Loisirs en Berry Bienvenue - Welcome Parc de Nature et de Loisirs en Berry BROCHURE SÉMINAIRE - Saison 2012 - Madame, Monsieur, Tout d abord, je tiens à vous remercier de l intérêt que vous portez à notre site. Vous avez

Plus en détail

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois,

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois, ÉDITO Chères Clermontoises, Chers Clermontois, La municipalité de Clermont a fait le choix d accorder une place importante à la préservation de l environnement et du cadre de vie des Clermontois en maintenant

Plus en détail

L apport de l Insertion par l Activité Economique pour les territoires

L apport de l Insertion par l Activité Economique pour les territoires L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX L apport de l Insertion par l Activité Economique pour les territoires Exemples avec 3 structures de l IAE du Centre

Plus en détail

Charte de la vie associative

Charte de la vie associative COMMUNE DE ROQUES SUR GARONNE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE Charte de la vie associative Engagements réciproques entre la MUNICIPALITE et les ASSOCIATIONS Roquoises Sommaire : Page - Préambule 2 - Engagements

Plus en détail

Emmaüs Norges-France CONTEXTE

Emmaüs Norges-France CONTEXTE Emmaüs Norges-France Nom : Communauté Emmaüs Norges Type de structure : communauté Nombre de personnes accueillies:110 compagnons Sur Norges, 11 salariés équipe encadrement, 20 contrats aidés CUI, environ

Plus en détail

ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine

ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine TOURISME, UN CHALLENGE COLLECTIF ACCUEILLIR DE NOUVEAUX TOURISTES CHINOIS : Un protocole d accord avec TUNIU Numéro 1 du Voyage en ligne en Chine DOSSIER DE PRESSE 10 MARS 2015 PROTOCOLE D ACCORD TRIPARTITE

Plus en détail

Dossier de presse. Site internet de la Commune de

Dossier de presse. Site internet de la Commune de Dossier de presse Site internet de la Commune de Novembre 2006 Introduction : Le précédent site internet de la commune de Saint-Imier a été conçu en 2001 suite à la création de la zone industrielle de

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme

CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR Direction du Développement Économique, de l Enseignement Supérieur et du Tourisme Dynamisation du commerce de proximité Article 1 : CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L APPEL À PROJETS Article 2 : PÉRIMÈTRE D INTERVENTION Article 3 : CANDIDATS À L APPEL A PROJETS Article 4 : CONDITIONS DE RECEVABILITÉ

Plus en détail

Le jour le plus Court

Le jour le plus Court Le jour le plus Court La fête du court métrage pilotée par le Centre national du cinéma et de l image animée est parrainée par Jeanne Moreau, Jacques Perrin, Mélanie Laurent et Michel Gondry. Le 21 décembre

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

Laproximité. au service du. développement agricole

Laproximité. au service du. développement agricole Laproximité au service du développement agricole 2014/2015 Sommaire Circuits courts : communiquer et répondre aux demandes des consommateurs... p.4 Innovation : repérer et diffuser des pratiques novatrices...

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051 COMMUNE DE BEAUZAC PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES Projet 6 Mai 2013 Réf : 37051 Le Plan Local d Urbanisme est l expression du projet urbain de la commune de Beauzac et constitue ainsi

Plus en détail

Enfance, jeunesse, éducation et famille

Enfance, jeunesse, éducation et famille C 4 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT Enfance, jeunesse, éducation et famille Dotée de nombreuses structures d accueil de la petite enfance, la Ville propose également tout un

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail