Applications de la dérivée 4

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Applications de la dérivée 4"

Transcription

1 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Applications de la dérivée Croissance, décroissance et etremums d une fonction La dérivée d une fonction nous renseigne sur certaines particularités de son graphique. Elle permet d identifier entre autres, pour quelles valeurs de son domaine la courbe croît ou décroît, quelles sont les etremums relatifs ou absolus de la fonction. Pierre Fermat Mathématicien français, le plus grand du XVII e siècle et l un des plus grands de toute l Histoire. Fermat fut un précurseur du calcul différentiel, de la géométrie analtique et du calcul des probabilités. C est lui qui a introduit vers 1628 la notion de maimum et de minimum relatif d une fonction. Il a démontré que les etremums relatifs d une fonction ƒ() sont donnés par ƒ(+ ) - ƒ() = 0 en faisant disparaître. C est en utilisant cette découverte qu il a défini la droite tangente comme la limite de droites sécantes. Intuitivement lorsqu on se déplace de gauche vers la droite sur l ae des et que le graphique d une fonction monte, on dit que la fonction est croissante; lorsque le graphique descend, la fonction est dite décroissante. Le terme etremums relatifs se rapporte au maimums et minimums d une fonction sur une région particulière de son domaine tandis que le terme etremum absolu est relié au maimum et au minimum d une fonction sur l ensemble de son domaine. Pour bien saisir chacune de ces notions eaminons d abord le graphique cidessous. (a; f(a)) MIN REL et MIN ABS MAX REL (b; f(b)) (c; f(c)) MIN REL La fonction associée à ce graphique est MAX REL (d; f(d)) décroissante sur ]-, a[ ]b, c[ ]d, e[, croissante sur ]a, b[ ]c, d[ ]e, [. (e; f(e)) MIN REL André Lévesque 4-1

2 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Elle possède 5 etremums relatifs 2 maimums relatifs: ƒ(b) et ƒ(d) 3 minimums relatifs: ƒ(a), ƒ(c) et ƒ(e) parmi les minimums relatifs, ƒ(a) est le minimum absolu, parmi les maimums relatifs, aucun n est un maimum absolu; en fait la fonction ne possède pas de maimum absolu. La dérivée va nous permettre de déterminer à quel endroit de son domaine, une fonction est croissante ou décroissante. Elle permet aussi de localiser tous les etremums relatifs et absolus d une fonction. définition croissance Une fonction ƒ est croissante en = c, s il eiste un voisinage V(c) avec c dans le domaine de la fonction tel que ƒ() < ƒ(c) pour < c V(c) ƒ() > ƒ(c) pour > c ƒ(c) ] c [ définition décroissance Une fonction ƒ est décroissante en = c, s il eiste un voisinage V(c) avec c dans le domaine de la fonction tel que ƒ() > ƒ(c) pour < c V(c) ƒ() < ƒ(c) pour > c ƒ(c) ] c [ définition maimum relatif Une fonction ƒ possède un maimum relatif ƒ(c) en = c, s il eiste un voisinage V(c) avec c dans le domaine de la fonction tel que ƒ(c) c de V(c), on a ƒ() < ƒ(c) ] c [ définition minimum relatif Une fonction ƒ possède un minimum relatif ƒ(c) en = c, s il eiste un voisinage V(c) avec c dans le domaine de la fonction tel que c de V(c), on a ƒ() > ƒ(c) ƒ(c) ] [ c Les deu premières définitions vont nous permettre de démontrer le résultat qui suit. André Lévesque 4-2

3 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction proposition Soit ƒ une fonction dérivable en = c. a) Si ƒ (c) > 0 alors ƒ est croissante en = c, b) Si ƒ (c) < 0 alors ƒ est décroissante en = c. par définition a) Si ƒ (c) > 0 alors ƒ() - ƒ(c) lim c - c > 0 car - - > 0 car + + > 0 par la définition Il eiste sûrement un voisinage troué de c pour lequel, ƒ() - ƒ(c) - c > 0. Par conséquent si - c < 0 alors ƒ() - ƒ(c) < 0 si - c > 0 alors ƒ() - ƒ(c) > 0 ƒ() < ƒ(c) lorsque < c ou d une façon équivalente ƒ() > ƒ(c) lorsque > c La fonction est donc croissante en = c. b) La démonstration est semblable. eemple Déterminer si les fonctions suivantes sont croissantes ou décroissantes pour = -1, = 1 et = a) ƒ() = 2-1 b) g()= 3 c) h() = -1 1 ƒ() = 2-1 a) Si ƒ() = 2-1 alors ƒ () = 2 Par la proposition on a ƒ (-1) = -2 < 0 ƒ décroît lorsque = -1, ƒ (1) = 2 > 0 ƒ croît lorsque = 1, ƒ (0) = 0 On ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que lorsque =0 la fonction est ni croissante, ni décroissante. Elle passe par un minimum relatif g()= 3 b) Si g()= 3 alors g () = 3 2 Par la proposition on a g (-1) = 3 > 0 g croît en = -1, g (1) = 3 > 0 g croît en = 1, g (0) = 0 On ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que lorsque =0 la fonction est croissante. André Lévesque 4-3

4 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction c) Si h() = 3 2 alors h () = Par la proposition on a 2 3 3, -1 1 h() = 3 2 h (-1) = < 0 h décroît lorsque = -1, h (1) = 2 3 > 0 h croît lorsque = 1, h (0) / On ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que la fonction est ni croissante, ni décroissante lorsque = 0. Elle passe par un minimum relatif. remarque Si ƒ (c) = 0 ou ƒ (c) / alors ƒ peut être croissante en = c, décroissante en = c, ni croissante, ni décroissante en = c. définition nombre critique on utilise les lettres n.c. pour désigner un nombre critique eemple Soit ƒ une fonction et c une valeur du domaine de cette fonction. Si ƒ (c) = 0 ou ƒ (c) / alors c est appelé nombre critique de la fonction ƒ. Trouver les nombres critiques de ƒ() = = -1 et = 0 sont deu valeurs du domaine de la fonction a) dom ƒ = R, b) ƒ () = 4 3 1/ /3 = c) n.c.: {-1, 0}. 4( + 1) = si = -1 / si = 0 eemple seul = 2 3 fait partie du domaine de la fonction Trouver les nombres critiques de ƒ() = a) dom ƒ = R \ {0, 1}, b) ƒ () = - c) n.c.: 2 3. (3-2) 3 ( - 1) 2 = 0 si = 1 2 ( - 1). 2 3 / si = 0 ou = 1 André Lévesque 4-4

5 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Étudier la croissance (ou la décroissance) d une fonction d une manière ponctuelle n est pas très pratique spécialement lorsqu on désire obtenir le comportement graphique de la fonction. Une étude globale serait plus appropriée. proposition Soit ƒ une fonction dérivable sur l intervalle I = ]a, b[. Si dans l intervalle I, a) ƒ () > 0 alors ƒ est croissante sur I, b) ƒ () < 0 alors ƒ est décroissante sur I. eemple Trouver les intervalles de croissance et de décroissance de ƒ() = a) dom ƒ = R, si la dérivée change de signe lorsque = c alors ƒ (c) = 0 ou ƒ est discontinue en = c mais, pour tous les problèmes que nous allons considérer, les points de discontinuité seront les mêmes que les points où la dérivée n eiste pas la première ligne du tableau des signes de la dérivée contient dans l ordre croissant, les valeurs du domaine de la fonction pour lesquelles la dérivée s annule ou n eiste pas ainsi que toutes les valeurs isolées ne faisant pas partie du domaine de cette fonction; la deuième ligne contient les signes de la dérivée; la troisième ligne reproduit le comportement de la fonction à l aide de la proposition b) ƒ () = Pour déterminer où sur le domaine de la fonction, la dérivée est positive et où, elle est négative, on construit le tableau des signes de ƒ. Pour cela on doit d abord déterminer les endroits où la dérivée peut changer de signe. Il peut se produire un changement de signe seulement au endroits où la dérivée passe par zéro ou n eiste pas. On doit d abord trouver ces valeurs ƒ () = 3( ) = 3( - 3)( - 1) = n.c.: {1, 3}. 0 si = 3 ou = 1 / aucune valeur c) A l aide des valeurs trouvées, on construit le tableau des signes de la dérivée ƒ () ƒ() d) La fonction est décroissante sur ]1, 3[, croissante sur ]-, 1[ ]3, [. André Lévesque 4-5

6 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Cette étude de la croissance et décroissance d une fonction nous amène à nous intéresser à la notion d etremum relatif. proposition démonstration Si ƒ(c) est un etremum relatif de la fonction ƒ alors c est un nombre critique. Si ƒ(c) est un etremum relatif de la fonction ƒ alors pour = c, la fonction n est pas croissante ƒ (c) >/ 0 (prop a) n est pas décroissante ƒ (c) </ 0 (prop b) par conséquent, ƒ (c) = 0 ou bien ƒ (c) /. De plus, puisque ƒ(c) est un etremum relatif alors c est un nombre critique. Nous savons maintenant que lorsque ƒ(c) est un etremum relatif, le point c est un nombre critique. Mais attention la réciproque n est pas vrai, si le point c est un nombre critique, ƒ(c) n'est pas nécessairement un etremum relatif. Pour obtenir les etremums relatifs d une fonction, il suffit de trouver les nombres critiques de la fonction puis de déterminer ensuite la nature de chaque nombre critique à l aide d un test appelé test de la dérivée première. proposition test de la dérivée première Soit ƒ une fonction, c un nombre critique et a, b deu nombres réels tels que a < c < b, ƒ est continue sur ]a, b[, c est le seul nombre critique sur [a, b], a) si ƒ (a) > 0 et ƒ (b) < 0 alors ƒ(c) est un maimum relatif, b) si ƒ (a) < 0 et ƒ (b) > 0 alors ƒ(c) est un minimum relatif, c) autrement ƒ(c) n est pas un etremum relatif. La proposition ne sera pas démontrée mais elle mérite quelques eplications. Le test de la dérivée première ne peut être appliqué que si les trois conditions préalables sont respectées. La première condition semble tout à fait acceptable. Mais pourquoi eiger que la fonction soit continue sur ]a, b[ et que c soit le seul nombre critique sur [a,b]? André Lévesque 4-6

7 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Pour répondre à la question eaminons le graphique de la figure Sur ce graphique, on remarque que ƒ(2) et ƒ(4) sont des etremums relatifs. 2 et 4 sont par conséquent des nombres critiques. Si on ne s occupe pas de la discontinuité en = 0 et que l on utilise le test de la dérivée première pour le nombre critique 2, en prenant a = -1 et b = 3, on déduira que ƒ(2) n est pas un etremum relatif. a 2 b 4 = f() la proposition est donc efficace pour étudier les etremums d une fonction à la condition de ne pas oublier de nombres critiques et de porter une attention particulière au points de discontinuité de la fonction eemple pour pouvoir appliquer sans risque le test de la dérivée première, tous les points de discontinuité doivent apparaître dans le tableau des signes de ƒ une étude de continuité sera donc nécessaire figure En effet puisque ƒ (-1) > 0 et ƒ (3) > 0 (la fonction est croissante pour les deu valeurs), on conclut que pour = 2 la fonction est croissante. Évidemment le résultat n a aucun sens puisque ƒ(2) est un minimum relatif. a 2 4 figure b = f() De même, s il eiste plus d un nombre critique entre les valeurs de a et de b, le test ne sera pas valable. Par eemple, toujours en considérant le nombre critique 2 si maintenant a = 1 et b = 5, on obtient ƒ (1) < 0 et ƒ (5) < 0 (la fonction est décroissante pour les deu valeurs). On conclut que lorsque = 2 la fonction est décroissante. Ce résultat est encore fau puisqu en = 2 la fonction passe par un minimum. Trouver les intervalles de croissance, de décroissance ainsi que les etremums relatifs de la fonction 3 ƒ() = 2-4. a) dom ƒ = R, b) ƒ est continue sur R (forme irrationnelle), c) ƒ () = 2( - 2) 3 3 (( - 4)) 2 d) Tableau des signes de la dérivée. = 0 si = 2 / = 0 ou = 4 n.c.: {0, 2, 4} ƒ () - / / + ƒ() MIN REL 3-4 en = 0 la fonction est décroissante et en = 4 la fonction est croissante par définition e) La fonction est décroissante sur ]-, 2[, croissante sur ]2, [. min. rel. au point (2, 3-4), André Lévesque 4-7

8 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction eemple Trouver les intervalles de croissance, de décroissance ainsi que les etremums relatifs de la fonction ƒ() = + 1. a) dom ƒ = R \ {0}, b) ƒ est continue sur R \ {0} (forme rationnelle), c) ƒ () = = ( - 1)( + 1) 2 = 0 si = -1 ou = 1 / = 0 n.c.: {-1, 1} la valeur 0 ne fait pas partie du domaine de la fonction, elle doit néanmoins apparaître dans le tableau des signes de la dérivée en aant soin de la raer pour éviter toute erreur d interprétation; en = 0 la fonction est ni croissante, ni décroissante puisque cette valeur ne fait pas partie du domaine d) Tableau des signes de la dérivée ƒ () / ƒ() MAX REl: (-1, -2) / MIN REL: (1, 2) e) La fonction est décroissante sur ]-1, 0[ ]0, 1[, min. rel.: (1, 2), croissante sur ]-, -1[ ]1, [, ma. rel.: (-1, -2). = f() Les etremums relatifs sont très utiles pour obtenir le comportement d une fonction mais en général, notre intérêt portera plutôt sur les etremums absolus de la fonction c est-à-dire la valeur la plus grande et la valeur la plus petite de la fonction sur l ensemble de son domaine. Retenons les éléments suivants. MAX ABS a MIN ABS figure b = f() figure Une fonction ne possède pas toujours un maimum ou un minimum absolu. Pour s en convaincre, il suffit d eaminer le graphique de la figure Lorsqu'une fonction est continue sur un intervalle fermé, il eiste toujours un maimum absolu et un minimum absolu sur l'intervalle. Ces valeurs se situent (figure 4.1.4) en - un intervalle relatif de la fonction ou, - un point qui marque le début ou la fin de la fonction (point etrême de la fonction). André Lévesque 4-8

9 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction eemple Trouver, s il a lieu, le maimum absolu ainsi que le minimum absolu de la fonction ƒ() = 12-3 sur [-3, 5]. a) dom ƒ = [-3, 5], b) ƒ est continue sur [-3, 5] (forme polnomiale), (-3; -9) (-2; -16) (2; 16) (5; -65) figure c) ƒ () = si = -2 ou = 2 = 3(2 - )(2 + ) = / aucune valeur n.c.: {-2, 2}. d) Tableau des signes de la dérivée ƒ () MAX REL (16) ƒ() MIN REL (-16) -65 e) La fonction possède un minimum absolu au point (5, -65), maimum absolu au point (2, 16). eemple on limite le domaine à l intervalle [0, 7] car lorsque n est pas dans [0, 7], le restaurateur subit des pertes Le patron d un restaurant s est rendu compte que s il fie le pri de son plat du jour à dollars, son revenu hebdomadaire sera de R() = 100(7 - ) dollars a) À quel pri, le restaurateur doit-il fier son plat du jour pour que son revenu soit maimal? b) Quel sera son revenu maimal? a) dom ƒ = [0, 7], b) ƒ est continue sur [0, 7] (forme polnomiale), c) R () = n.c.: = 100(7-2) = 0 si = / aucune valeur André Lévesque 4-9

10 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction on cherche ici à trouver le maimum absolu de la fonction d) Tableau des signes de la dérivée. 0 3,5 7 R () MAX ABS (1225 $) R() 0 0 e) Lorsque le pri du plat du jour est fié à 3,50 $ le revenu du restaurateur est maimal (1225 $). 1) eemple = ƒ() Associer à chacune des fonctions du haut sa dérivée parmi les fonctions du bas. fonctions 1) 2) 3) 0 ƒ'() la seule fonction aant une dérivée positive lorsque < 0, négative lorsque > 0 et nulle lorsque = 0 est la fonction e) 4) 5) 6) e) = ƒ'() dérivées a) b) c) d) e) f) rép: (1, e) ; (2, d) ; (3, a) ; (4, f) ; (5, b) ; (6, c) André Lévesque 4-10

11 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction eemple lorsque s(t) et v(t) ont le même signe la balle s éloigne du sol (elle monte) autrement la balle se rapproche du sol (elle redescend) Du sommet d un bâtiment, on lance une balle vers le haut. La position de la balle par rapport au sol (en mètres) à l instant t (en secondes) est donnée par s(t) = -4,9t t a) Trouver la vitesse de la balle à la 1 re et 3 e seconde (interpréter les réponses obtenues). b) Trouver l accélération de la balle à la 1 re et 3 e seconde (interpréter les réponses obtenues). a) La vitesse de la balle en tout temps t est donnée par v(t) = ds dt = -9,8t À la 1 re seconde la vitesse est: v(1) = -9,8(1) + 25 = 15,2 m/s, À la 3 e seconde la vitesse est: v(3) = -9,8(3) + 25 = -4,4 m/s. v(1) = 15,2 m/s > 0 et s(1) > 0 signifie que la balle se dirige vers le haut à ce moment, v(3) = -4,4 m/s < 0 et s(3) > 0 signifie que la balle redescend vers le sol à ce moment. b) L accélération de la balle est en tout temps t donnée par a(t) = d2 s dt 2 = dv dt = -9,8. À la 1 re seconde l accélération est a(1) = -9,8 m/s 2, À la 3 e seconde l accélération est a(3) = -9,8 m/s 2. lorsque v(t) et a(t) ont le même signe, l intensité de la vitesse de la balle augmente c est-à-dire la vitesse en valeur absolue augmente (la balle accélère) autrement l intensité de la vitesse de la balle diminue (la balle décélère) a(1) = -9,8 m/s 2 < 0 et v(1) = 15,2 m/s > 0 signifie que l intensité de la vitesse de la balle décroît à la 1 re seconde (la balle décélère) a(3) = -9,8 m/s 2 < 0 et v(3) = -4,4 m/s < 0 signifie que l intensité de la vitesse de la balle augmente à la 3 e seconde (la balle accélère) À la 1 re seconde, la balle monte et l intensité de sa vitesse diminue tandis qu à la 3 e seconde, la balle redescend et l intensité de sa vitesse augmente. L accélération constante de -9,8 m/s est l accélération gravitationnelle agissant sur tout objet. André Lévesque 4-11

12 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction mouvement rectiligne D une façon générale, si un objet se déplace selon un mouvement rectiligne OP, P O O P P O O P et que la position de l objet par rapport au point fie O est en tout temps t donnée par l équation = s(t) a) La vitesse de l objet est donnée par v(t) = ds dt Au temps t, l objet se rapproche du point O lorsque les signes de s(t) et de v(t) sont différents, l objet s éloigne du point O lorsque les signes de s(t) et de v(t) sont identiques, l objet est au repos si v(t) = 0. b) L accélération de l objet est donnée par a(t) = d2 s dt 2 = dv dt Au temps t, l objet décélère si les signes de v(t) et de a(t) sont différents, l objet accélère si les signes de v(t) et de a(t) sont identiques, la vitesse de l objet est constante si a(t) = 0. André Lévesque 4-12

13 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction eemple Un objet se déplace sur une droite. Sa position s (en mètres) par rapport à un point fie O à un instant t (en secondes) égale s(t) = t 3-3t 2 0 t 5 a) Analser le mouvement lorsque t = 1,5 s. b) Déterminer quand l objet se rapproche du point O et quand il s en éloigne. c) Déterminer quand l objet accélère et quand il décélère. s t v t a t rép: a) s = -3,375 m ; v = -2,25 m/s ; a = 3 m/s 2 ; l objet s éloigne de O (s et v ont le même signe) et il décélère (v et a ont des signes contraires) ; b) il se rapproche du point O sur ]2, 3[, il s éloigne du point O sur ]0, 2[ ]3, 5[ ; c) il décélère sur sur ]1, 2[, il accélère sur ]0, 1[ ]2, 5[. André Lévesque 4-13

14 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Eercices Trouver les intervalles de croissance et de décroissance ainsi que les etremums relatifs de chacune des fonctions associées au équations suivantes. a) = d) = b) = e) = (1 - ) 2 (1 + ) 3 c) = f) = Trouver (s il a lieu), les etremums absolus de chacune des fonctions associées au équations suivantes sur les intervalles mentionnés. a) = 4 sur [-2, 1] c) = ( ) 3 sur [-2, 2] b) = sur [-1, 2] d) = ( 2-64) 2 sur [-10, 10] 3. Une compagnie de pneus a déterminé qu une production de pneus ( ) devrait rapporter un profit de ( ) P() = dollars Sur quelle étendue de la production, les profits de la compagnie augmentent-ils? 4. Si une société vend articles par jour (0 400) alors son revenu R() sera de R() = 10 - dollars 50 Déterminer pour quelles valeurs de, le revenu de la société croît et pour quelles valeurs de, il décroît. 5. Un fabricant produit des disques et il estime que s il les vend dollars chacun (5 14), son profit quotidien sera P() = 10( - 5)(14 - ) dollars. a) À quel pri le fabricant doit-il vendre ses disques pour maimiser son profit? b) Quel sera alors son profit? André Lévesque 4-14

15 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction 6. L epression N(t) = 8,1t 2-0,9t 3 représente la note d eamen d un élève en fonction du temps d étude t eprimé en heures (0 t 9). Trouver le temps d étude qui maimise sa note. 7. La fonction L() = représente la production laitière en litres d une vache. Dans cette équation, est le niveau hormonal en cm 3 injecté par jour à cette vache (0 10). a) Déterminer le niveau hormonal qui maimise la production laitière. b) Trouver cette production maimale. 8. La concentration C(t) (en mg) d un médicament dans le sstème sanguin d un patient t heures après une injection est donnée par 16t C(t) = (10t + 20) 2 a) Déterminer le nombre d heures après l injection où la concentration est maimale. b) Trouver cette concentration maimale. 9. Un fabricant de bicclettes doit acheter 6000 pneus par année et il doit fier la taille de chacune des commandes. Il fait appel à un spécialiste en recherche opérationnelle. Considérant que le fabricant vendra ses pneus à un rthme constant et tenant compte des frais d envoi par commande et des coûts d entreposage, celui-ci estime que le coût total du fabricant pour une commande de pneus (1 6000) sera de C() = 0, dollars Trouver la taille de chacune des commandes qui minimisera le coût du fabricant. 10. Depuis plusieurs semaines, on enregistre la vitesse de la circulation sur une bretelle d une voie rapide menant au centre ville. Les données recueillies indiquent qu entre 13:00 et 19:00 les jours de la semaine, la vitesse de la circulation en fonction du nombre d heures t qui se sont écoulées depuis midi est de v(t) = 2t 3-21t t + 40 km/h À quel moment entre 13:00 et 19:00 (inclusivement), la vitesse de la circulation est-elle a) minimale? b) maimale? 11. Trouver a et b pour que = 3 - a 2 + b ait un etremum relatif au point (2, 3). André Lévesque 4-15

16 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction 12. Associer à chacune des fonctions du haut sa dérivée parmi les fonctions du bas. fonctions a) b) c) d) e) f) dérivées 1) 2) 3) 4) 5) 6) 13. Du haut d un pont, on lance verticalement une pierre vers le haut. La position de la pierre en mètres au-dessus de l eau, en tout temps t en secondes est donnée par s(t) = t - 5t 2 Calculer a) la hauteur du pont duquel est projetée la pierre, b) la vitesse initiale de la pierre, c) la vitesse de la pierre après 4 secondes, d) l accélération de la pierre après 5 secondes, e) le temps que prend la pierre pour toucher la rivière, f) la vitesse de la pierre lorsque celle-ci touche la rivière, g) le temps que prend la pierre pour atteindre sa hauteur maimale, h) la hauteur maimale qu atteindra la pierre. André Lévesque 4-16

17 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction 14. La position en mètres à l instant t en secondes d une particule est s(t) = 2t 3-21t t + 6. Dans quel(s) intervalle(s) accélère-t-elle? (la particule accélère lorsque la vitesse et l accélération sont de même signe) 15. Un objet se déplace sur une droite. Sa position s (en mètres) par rapport à un point fie O à un instant t (en secondes) égale s(t) = t 3-4t 2 + 4t 0 t 3 a) Déterminer la position, la vitesse et l accélération de l objet lorsque t = 1 s. (interpréter les valeurs obtenues). b) Déterminer quand l objet se rapproche du point O et quand il s en éloigne. c) Déterminer quand l objet accélère et quand il décélère. 16. La position d un objet est en tout temps donnée par s(t) = t. Déterminer si la vitesse augmente ou diminue avec le temps. 17. Un motoneigiste dévale un étroit sentier forestier, arrive au sommet d une colline et voit une motoneige arrêtée à 15 m devant lui. Il freine immédiatement. La position de la motoneige est en tout temps t (en secondes) de s(t) = 12t - t 3 mètres à partir du moment où il freine. Y aura-t-il collision? 18. Au cours d un voage, une voiture roulant sur une autoroute a parcouru s(t) = t + 10t t3 km après t heures (1 t 8). Entre t = 1 h et t = 8 h, à quel moment la voiture roule-t-elle a) le plus vite? b) le moins vite? 19. Un générateur de force électromotrice E et de résis-tance interne r agit sur une résistance etérieure R. Trouver la valeur de R pour que la puissance dégagée dans R soit maimale si E et r sont constants. La puissance dans un tel circuit est donnée par la loi de Joule. 2 P = R E R + r I + - E r R 20. Un anneau uniformément chargé engendre un champ électrique qui l entoure. L intensité E du champ électrique au point P est q E = 4πε 0 (a ) 3 où q représente la charge positive totale de l anneau (en Coulombs), a représente le raon moen de l anneau (en mètres) et ε 0 est une constante positive. Quelle valeur de maimise E pour des quantités q et a fiées ( c est-àdire q et a constants)? O a P André Lévesque 4-17

18 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Réponses au eercices a) décroît sur ]-2, 1[ ma. rel. au point: (-2, 13) croît sur ]-, -2[ ]1, [ min. rel. au point: (1, -14) b) décroît ]-, -1[ ]0, 1[ ma. rel. au point: (0, 0) croît sur ]-1, 0[ ]1, [ min. rel. au point: (-1, -2), (1, -2) c) décroît sur ]1, [ ma. rel. au point: (1, 1) croît sur ]-, 1[ min. rel. au point: aucun d) décroît sur ]-, 0[ ]0, 1/2[ ma. rel. au point: aucun croît sur ]1/2, [ min. rel. au point: (1/2, 10) e) décroît sur ]1/5, 1[ ma. rel. au point: (1/5, 3456/3125) croît sur ]-, 1/5[ ]1, [ min. rel. au point: (1, 0) f) décroît sur ]0, 2[ ]2, 4[ ma. rel. au point: (0, 0) croît sur ]-, 0[ ]4, [ min. rel. au point: (4, 8) 2. a) ma. abs. au point: (-2, 16) c) ma. abs. au point: (1/2, 729/64) min. abs. au point: (0, 0) min. abs. au point: (-2, -64) b) ma. abs. au point: (0, 1) d) ma. abs. au point: (0, 16) min. abs. au point: (2, -3/5) min. abs. au point: (-8, 0), (8, 0) 3. Pour 0 < < Le revenu croît pour une production entre 0 et 250 articles ; il décroît pour une production entre 250 et 400 articles. 5. a) 9,50 $ b) 202,50 $ 6. 6 h 7. a) 8 cm 3 b) 4 litres 8. a) 2 h b) 0,02 mg 9. Le fabricant doit commander les pneus par lots de 500. André Lévesque 4-18

19 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction 10. a) à 17:00 (65 km/h) b) à 19:00 (117 km/h) 11. a = 3 et b = (a, 3), (b, 2), (c, 5), (d, 1), (e, 4), (f, 6) 13. a) 60 m, b) 20 m/s c) -20 d) e) -10 m/s 2 6 s f) -40 m/s g) 2 s h) 80 m 14. ]2, 7/2[ ]5, [ 15. a) s(1) = 1 m ; v(1) = -1 m/s ; a(1) = -2 m/s 2, à ce moment, l objet se rapproche de O (s(t) et v(t) sont de signes contraires); il accélère (v(t) et a(t) sont de même signe). b) L objet s éloigne du point O sur l intervalle de temps ]0, 2/3[ ]2, 3[ il se rapproche du point O sur l intervalle de temps ]2/3, 2[. c) L objet accélère sur l intervalle de temps ]2/3, 4/3[ ]2, 3[ ; il décélère sur l intervalle de temps ]0, 2/3[ ]4/3, 2[. 16. diminue 17. oui (l arrêt complet se fera après 2 s; à ce moment la distance parcourue sera de 16 m). 18. a) à t = 5 h (95 km/h) b) à t = 1 h (63 km/h) 19. La puissance est maimale lorsque la résistance eterne R est égale à la résistance interne r. 20. a 2 André Lévesque 4-19

20 4.2 concavité et points d infleion 4.2 Concavité et points d infleion Dans une région donnée, le graphique d une fonction peut être concave vers le haut (concave) ou concave vers le bas (convee) dépendant du comportement des droites tangentes au graphique. Imaginons qu on se déplace du point A au point G sur le graphique cidessous. B C A concave vers le bas D point d'infleion = ƒ() concave vers le haut E F G De A à C, le graphique de la fonction est sous les droites tangentes. La courbe est concave vers le bas (convee) sur cette région du domaine. On remarque que les pentes des droites tangentes vont en diminuant lorsque la courbe est concave vers le bas. De E à G, le graphique de la fonction est au-dessus des droites tangentes. La courbe est concave vers le haut (concave) sur cette région du domaine. On remarque que les pentes des droites tangentes vont en augmentant lorsque la courbe est concave vers le haut. Au point D, la concavité change de sens. Le point D est un point d infleion. Nous verrons dans cette section, qu il eiste une relation entre la concavité du graphique d une fonction et la dérivée seconde de cette fonction. André Lévesque 4-20

21 4.2 concavité et points d infleion définition concavité vers le haut Le graphique d une fonction ƒ est concave vers le haut en = c si: ƒ (c) eiste, il eiste un voisinage troué V o (c) de =c dans le domaine de la fonction tel que pour tout V o (c) le graphique de la fonction ƒ est au-dessus de la droite tangente en = c. = ƒ() ] c [ définition concavité vers le bas Le graphique d une fonction ƒ est concave vers le bas en = c si: ƒ (c) eiste, il eiste un voisinage troué V o (c) de =c dans le domaine de la fonction tel que pour tout V o (c) le graphique de la fonction ƒ est au-dessous de la droite tangente en = c. ] c = ƒ() [ proposition Soit ƒ une fonction dérivable dans un voisinage V(c) de c. a) Si ƒ (c) > 0 alors le graphique de ƒ est concave vers le haut au point (c, ƒ(c)), b) Si ƒ (c) < 0 alors le graphique de ƒ est concave vers le bas au point (c, ƒ(c)). Contentons-nous ici d une simple justification du résultat précédent. Si la fonction ƒ est dérivable dans le voisinage V(c) de c alors pour toute valeur de l intervalle, il eiste une droite tangente au graphique de la fonction ƒ aant pour pente ƒ (). Si de plus, par la prop a) par la prop b) a) ƒ (c) > 0 alors ƒ est une fonction croissante en c. autour de c les valeurs des pentes des droites tangentes sur le graphique de la fonction ƒ vont en augmentant, le graphique de la fonction ƒ est concave vers le haut dans le voisinage de c, par conséquent, il le sera au point (c, ƒ(c)) (voir page précédente). b) ƒ (c) < 0 alors ƒ est une fonction décroissante en c. autour de c les valeurs des pentes des droites tangentes sur le graphique de la fonction ƒ vont en diminuant, le graphique de la fonction ƒ est concave vers le bas dans le voisinage de c, par conséquent, il le sera au point (c, ƒ(c)) (voir page précédente). André Lévesque 4-21

22 4.2 concavité et points d infleion eemple ƒ()= 3 Déterminer si les graphiques des fonctions suivantes sont concaves vers le haut ou vers le bas pour les valeurs = -1, = 1 et = a) ƒ() = 3 b) g()= 4 c) h() = a) Si ƒ() = 3 alors ƒ () = 3 2 et ƒ () = 6. Par la proposition on a, ƒ (-1) = -6 < 0 concave vers le bas au point (-1, -1) ƒ (1) = 6 > 0 concave vers le haut au point (1, 1) ƒ (0) = 0 on ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que lorsque =0 la fonction est ni concave vers le haut, ni concave vers le bas. Elle passe par un point d infleion g()= 4 h() = 3 2 b) Si g() = 4 alors g () = 4 3 et g () = Par la proposition on a, g (-1) = 12 > 0 concave vers le haut au point (-1, 1) g (1) = 12 > 0 concave vers le haut au point (1, 1) g (0) = 0 on ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que pour = 0 la fonction est concave vers le haut. c) Si h() = 3 2 alors h () = 2 3-1/3 et h () = -2 Par la proposition on a, h (-1) = -2/9 < 0 concave vers le bas au point (-1, 1) h (1) = -2/9 < 0 concave vers le bas au point (1, 1) h (0) / on ne peut rien conclure. Si on eamine le graphique de la fonction, on note que pour =0 le graphique est ni concave vers le haut, ni concave vers le bas puisque h (0) n eiste pas. remarque Si ƒ (c) = 0 ou ƒ (c) / alors le graphique de la fonction peut être concave vers le haut au point (c, ƒ(c)), concave vers le bas au point (c, ƒ(c)), ni concave vers le haut, ni concave vers le bas au point (c, ƒ(c)). définition nombre de transition on utilise les lettres n.t. pour désigner un nombre de transition Soit ƒ une fonction et c une valeur du domaine de cette fonction. Si ƒ (c) = 0 ou ƒ (c) / alors c est appelé nombre de transition de la fonction ƒ. André Lévesque 4-22

23 4.2 concavité et points d infleion eemple ƒ () = ƒ () = = 0 et = 2/3 sont deu valeurs du domaine de la fonction Trouver les nombres de transition de ƒ() = a) dom ƒ = R, b) ƒ () = , ƒ () = 12(3-2) = 0 si = 0 ou = 2 3 c) n.t.: { 0, 2 3 }. / aucune valeur eemple Trouver les nombres de transition de ƒ() = rép: n.t.: {-1, 0} proposition Soit ƒ une fonction dérivable sur l intervalle I = ]a, b[. Si dans l intervalle I, a) ƒ () > 0 alors le graphique de la fonction ƒ est concave vers le haut pour toute valeur de l intervalle I, b) ƒ () < 0 alors le graphique de la fonction ƒ est concave vers le bas pour toute valeur de l intervalle I. eemple la première ligne du tableau des signes de la dérivée seconde contient dans l ordre croissant les valeurs du domaine de la fonction pour lesquelles la dérivée seconde s annule ou n eiste pas ainsi que toutes les valeurs isolées ne faisant pas partie du domaine de la fonction; la deuième ligne contient les signes de la dérivée seconde; la troisième ligne indique à l aide de la proposition 4.2.2, le tpe de concavité Trouver les intervalles de concavité vers le haut et vers le bas du graphique de ƒ() = a) dom ƒ = R, b) ƒ () = si = ±2 ƒ () = = 12( - 2)( + 2) = / aucune valeur n.t.: {-2, 2} c) Pour obtenir les intervalles de concavité vers le haut et vers le bas, on construit le tableau des signes de ƒ () ƒ () ƒ() d) Le graphique de la fonction est concave vers le haut sur ]-, -2[ ]2, [, concave vers le bas sur ]-2, 2[. André Lévesque 4-23

24 4.2 concavité et points d infleion eemple Trouver les intervalles de concavité vers le haut et vers le bas du graphique de ƒ() = rép: concave vers le haut sur ]-, 0[ ]125, [ ; concave vers le bas sur ]0, 125[ définition point d infleion on utilise les lettres PI pour désigner un point d infleion eemple Le point (c, ƒ(c)) est un point d infleion du graphique de la fonction ƒ si a) la fonction ƒ est continue en = c, b) il a changement de concavité de part et d autre de = c. (ƒ () change de signe de part et d autre de = c) Le point (0, 0) est un point d infleion dans chacun des cas suivants. (0, 0) (0, 0) (0, 0) André Lévesque 4-24

25 4.2 concavité et points d infleion proposition démonstration Si (c, ƒ(c)) est un point d infleion de la fonction ƒ alors c est un nombre de transition. Si (c, ƒ(c)) est un point d infleion de la fonction ƒ alors au point (c, ƒ(c)), le graphique de la fonction n est pas concave vers le haut ƒ (c) >/ 0 (prop a), n est pas concave vers le bas ƒ (c) </ 0 (prop b). Donc ou bien ƒ (c) = 0 ou bien ƒ (c) /. Par conséquent c est un nombre de transition. À chaque fois que le graphique d une fonction passe par un point d infleion, ce point correspond à un nombre de transition. La réciproque n est pas vrai. Lorsque le graphique d une fonction passe par un nombre de transition, cette valeur ne correspond pas nécessairement à un point d infleion. eemple Trouver les points d infleion de la fonction ƒ() = a) dom ƒ = R, b) ƒ est continue sur R (forme polnomiale), -1, 0 et 1 sont dans le domaine de la fonction, ce sont donc des nombres de transition un nombre de transition correspond à un point d infleion si pour cette valeur la fonction est continue et si ƒ change de signe de part et d autre de cette valeur c) ƒ () = ƒ () = si = ±1 ou = 0 = 60( - 1)( + 1) = / aucune valeur n.t.: {-1, 0, 1} c) Tableau des signes de ƒ () ƒ () ƒ() PI(3) PI(-3) PI(-9) d) La fonction possède trois points d infleion: (-1, 3) ; (0, -3) ; (1, -9) André Lévesque 4-25

26 4.2 concavité et points d infleion Il eiste une autre façon d identifier les etremums relatifs d une fonction. Plutôt que d utiliser la dérivée première (le test de la dérivée première), on peut utiliser la dérivée seconde. proposition test de la dérivée seconde démonstration Soit ƒ une fonction et c un nombre critique de cette fonction. Si ƒ eiste et est continue en c et a) si ƒ (c) > 0 alors le point (c, ƒ(c)) est un minimum relatif de ƒ, b) si ƒ (c) < 0 alors le point (c, ƒ(c)) est un maimum relatif de ƒ. On admettra facilement ce résultat car si pour une valeur critique c, on a a) ƒ (c) > 0 le graphique de la fonction ƒ est concave vers le haut au point (c, ƒ(c)) (prop a), le point (c, ƒ(c)) est un minimum relatif. b) ƒ (c) < 0 le graphique de la fonction ƒ est concave vers le bas au point (c, ƒ(c)) (prop b), le point (c, ƒ(c)) est un maimum relatif. eemple À l aide du test de la dérivée seconde, trouver les etremums relatifs de la fonction ƒ() = a) dom ƒ = R, b) ƒ () = si = -2 ou = 1 = 6( - 1)( + 2) = / aucune valeur n.c.: {-2, 1} ƒ () = et ƒ est continue pour = -2 et = 1. Par conséquent par le test de la dérivée seconde on a ƒ (-2) = -18 < 0 (-2, 13) est un maimum relatif, ƒ (1) = 18 > 0 (1, -14) est un minimum relatif. eemple À l aide du test de la dérivée seconde, trouver les etremums relatifs de la fonction ƒ() = rép: MIN REL au point (3, 13) et MAX REL au point (-3, -11) André Lévesque 4-26

27 4.2 concavité et points d infleion Nous compléterons cette section en faisant intervenir dans un même problème toutes les notions vues depuis le début du chapitre. eemple Tracer le graphique de la fonction ƒ() = a) dom ƒ = R, b) ƒ est continue sur R (forme polnomiale), c) ƒ () = = 12 2 ( + 1) = n.c.: {-1, 0} 0 si = -1 ou = 0 / aucune valeur ƒ () = = 12(3 + 2) = 0 si = - n.t.: {-2/3, 0} / aucune valeur 2 3 ou = 0 les tableau des signes de ƒ () et de ƒ () seront étudiés simultanément à partir de ce qu on appellera le tableau de variation de la fonction on place d abord dans un plan cartésien les points: (-1,0), (-2/3,11/27), (0,1) puis, à l aide du tableau de variation, on trace le graphique de la fonction au besoin, on peut toujours se donner des points supplémentaires d) Tableau de variation de la fonction /3 0 ƒ () ƒ () ƒ() e) Graphique de la fonction. MIN REL PI PI 0 11/27 1 PI: (-2/3; 11/27) PI: (0; 1) MIN REL: (-1; 0) André Lévesque 4-27

28 4.2 concavité et points d infleion Eercices Trouver les intervalles de concavité vers le haut et de concavité vers le bas ainsi que les points d infleion de chacune des fonctions associées au équations suivantes. a) = d) = b) = e) = (t + 1)2 t 2 c) = f) = (r 2-5) 3 2. Pour chacune des fonctions, trouver le domaine, étudier la continuité, trouver ƒ () et les nombres critiques de la fonction, trouver ƒ () et les nombres de transition de la fonction, construire le tableau de variation de la fonction en indiquant clairement les intervalles de croissance et de décroissance, les intervalles de concavité vers le haut et vers le bas, les etremums relatifs et les points d infleion, tracer le graphique. a) ƒ() = g) ƒ() = b) ƒ() = ƒ () = c) ƒ() = ƒ () = (6 - ) (6 - ) 5 d) ƒ() = ( - 1) 3 h) ƒ() = + 3 e) ƒ() = (1-2 )( 2-5) ƒ () = 3( + 2) f) ƒ() = ƒ () = 3( + 4) 4( + 3) Trouver les etremums relatifs de chacune des fonctions en utilisant le test de la dérivée seconde. Si le test de la dérivée seconde ne peut être appliqué alors utiliser le test de la dérivée première. (a, b, c et k sont des constantes) a) = d) = 9 b) = (t + 2) 3 e) = a 2 + b + c (a < 0) c) = + 1 f) = k3 André Lévesque 4-28

29 4.2 concavité et points d infleion 4. La puissance d une pile est donnée par P = EI - RI 2 où E et R sont des constantes positives et I correspond à l intensité du courant. a) Pour quelle valeur de I, la puissance P est-elle maimale? b) Quelle est cette puissance maimale? (Utiliser le test de la dérivée seconde) 5. La force d interaction entre deu atomes d une molécule diatomique est F = - a r 2 + b r 3 dans laquelle a et b sont des constantes positives et r représente la distance positive entre les deu atomes. À quelle distance la force est-elle minimale? (Utiliser le test de la dérivée seconde) 6. Soit la fonction ƒ() = a 3 + b 2. Déterminer a et b si le graphique de ƒ possède un point d infleion en (1, 2). 7. Si la pente de la droite tangente à la courbe d équation = a 3 + b 2 + c est égale à 4 au point d infleion (1, 5) alors trouver a, b et c. 8. Montrer que la fonction définie par l équation = a 3 + b 2 + c + d (où b 2-3ac > 0) possède -b - b2-3ac 3a, a) un maimum relatif en = -b + b) un minimum relatif en = b2-3ac 3a. (Utiliser le test de la dérivée seconde) André Lévesque 4-29

30 4.2 concavité et points d infleion Réponses au eercices a) concave vers le haut sur ]-1, [ ; concave vers le bas sur ]-, -1[ ; PI: (-1, 2) b) concave vers le haut sur ]-, -1[ ]1, [ ; concave vers le bas sur ]-1, 1[ ; PI: (-1, -4) ; (1, -4) c) concave vers le haut sur R ; jamais concave vers le bas ; PI: aucun d) concave vers le haut sur ]-, 0[ ; concave vers le bas sur ]0, [ ; PI: (0, -2) e) concave vers le haut sur ]-3/2, 0[ ]0, [ ; concave vers le bas sur ]-, -3/2[ ; PI: (-3/2, 1/9) f) concave vers le haut sur ]-, - 5[ ]-1, 1[ ] 5, [ ; concave vers le bas sur ]- 5, -1[ ]1, 5[ PI: (- 5, 0) ; (-1, -64) ; (1, -64) ; ( 5, 0) 2. a) ƒ () = 3( - 2) ; ƒ () = 6( - 1) b) ƒ () = 4 2 ( - 3) ; ƒ () = 12( - 2) MAX REL: (0; 2) PI: (0; 10) PI: (1; 0) PI: (2; -6) MIN REL: (2; -2) MIN REL: (3; -17) c) ƒ () = 15 2 ( + 1)( - 1) ; ƒ () = 30(2 2-1) d) ƒ () = ( - 1) 2 (4-1) ; ƒ () = 6( - 1)(2-1) MAX REL: (-1; 2) PI: (-0,7; 1,24) PI: (0; 0) PI: (1; 0) PI: (0,7; -1,24) MIN REL: (1; -2) PI: (1/2; -1/16) MIN REL: (1/4; -27/256) André Lévesque 4-30

31 4.2 concavité et points d infleion e) ƒ () = -4( 2-3) ; ƒ () = -12( - 1)( + 1) 5( + 2) f) ƒ () = 3 3 ; ƒ () = 10( - 1) MAX REL: (-1,73; 4) MAX REL: (1,73; 4) PI: (1; 6) MAX REL: (-2; 4,76) PI: (-1; 0) PI: (1; 0) MIN REL: (0; -5) MIN REL: (0; 0) g) h) MAX REL: (4; 3,17) PI: (6; 0) MIN REL: (0; 0) MAX REL: (-3; 0) MIN REL: (-2; -2) 3. a) ma. rel. au point: (0, 27) d) ma. rel. au point: (8, 12) min. rel. au point: (3, 0) min. rel. au point: (0, 0) b) ma. rel. au point: aucun e) ma. rel. au point: (-b/2a, (4ac - b 2 )/4a) min. rel. au point: aucun min. rel. au point: aucun c) ma. rel. au point: (-1, -2) f) ma. rel. au point: aucun min. rel. au point: (1, 2) min. rel. au point: (k, 3k 2 /2) 4. a) I = E 2R b) P = E2 4R 5. 3b 2a 6. a = -1 et b = 3 7. a = 1, b = -3 et c = 7 André Lévesque 4-31

32 4.3 asmptotes et smétrie 4.3 Asmptotes et smétrie asmptotes Les asmptotes sont des guides particulièrement utiles pour la représentation graphique d une fonction. Une asmptote c est en fait une droite imaginaire vers laquelle la courbe d une fonction se rapproche infiniment. Ces droites nous renseignent sur le comportement de la fonction à l infini ainsi qu autour de certains points de discontinuité. Nous étudierons trois tpes d asmptotes: les asmptotes verticales, horizontales et obliques. Chacune des courbes ci-dessous possède au moins une asmptote. l asmptote verticale à la forme = a l asmptote horizontale à la forme = b = 0 = 0 = 0 = = b =c+d l asmptote oblique à la forme = a + b = a définition asmptote verticale pour qu il ait une asmptote verticale, la courbe doit eploser vers + ou vers - au voisinage d un point de discontinuité eemple après avoir trouvé les asmptotes verticales, on trace sur un plan cartésien une esquisse du graphique près des asmptotes La droite = a est une asmptote verticale au graphique de la fonction ƒ si au moins une des conditions suivantes se réalise: lim a- ƒ() = + lim a - ƒ() = - lim a + ƒ() = + lim a + ƒ() = - Les seules valeurs de a pouvant constituer une asmptote verticale au graphique d une fonction sont les points de discontinuité de cette fonction. En principe pour obtenir les asmptotes verticales d une fonction, on vérifie si la définition est satisfaite pour chacun des points de discontinuité de celle-ci. Trouver les asmptotes verticales de la fonction ƒ définie par l équation + 3 = ( - 2)( + 1) ƒ est discontinue en = -1 et = 2 (forme rationnelle). En = -1 on a, lim lim + 3 ( - 2)( + 1) = ( - 2)( + 1) = 2 (-3)(0 + ) = - 0 = lim -1- = -1 est une asmptote verticale. + 3 ( - 2)( + 1) = 2 (-3)(0-) = André Lévesque 4-32

33 = -1 = asmptotes et smétrie et pour = 2 on a, lim ( - 2)( + 1) = lim = + 3 ( - 2)( + 1) = 5 (0 + )(3) = + 3 lim 2 - ( - 2)( + 1) = 5 (0 - )(3) = - = 2 est une autre asmptote verticale. eemple Trouver les asmptotes verticales de la fonction ƒ définie par l équation = tracer ensuite ces asmptotes en esquissant la courbe près de celles-ci. ƒ est discontinue en = -1 et = 1 (forme rationnelle). De plus pour = -1 on a, lim = 0 0 IND = lim ( + 1)( - 1) = lim = la courbe n eplose pas vers + ou vers - au voisinage de = pour = 1 on a, lim 1 = -1 n est pas une asmptote verticale, + 1 lim = = 2 (0 + ) = 0 = + 1 lim = 2 (0-) = - = 1 = 1 est donc une asmptote verticale. remarques Une fonction peut avoir 0, 1, 2 ou plusieurs asmptotes verticales. Les fonctions polnomiales n ont pas d asmptote verticale. Chaque valeur qui annule le dénominateur d une fonction rationnelle irréductible détermine une asmptote verticale de la fonction. André Lévesque 4-33

34 4.3 asmptotes et smétrie définition asmptote horizontale La droite = b est une asmptote horizontale au graphique de la fonction ƒ si au moins une des conditions suivantes se réalise: lim ƒ() = b lim - ƒ() = b eemple = 2 Trouver les asmptotes horizontales de la fonction ƒ définie par l équation = tracer ensuite ces asmptotes en esquissant la courbe près de celles-ci. On a, lim = 2 (2 + ) lim = 2 (2-) = 2 est une asmptote horizontale. eemple = 4 Trouver les asmptotes horizontales de la fonction ƒ définie par l équation 4-1 = + 1 tracer ensuite ces asmptotes en esquissant la courbe près de celles-ci. On a, lim = IND lim = lim = - - IND 4-1 = lim = = 4 est une asmptote horizontale. = = 4 (4- ) = 4 (4+ ) André Lévesque 4-34

35 4.3 asmptotes et smétrie = 0 eemple = 2 Trouver les asmptotes horizontales de ƒ() = On a, lim lim = - = lim IND = - - IND. = = 0 (0 - ) = lim = = 2 (2 + ) = 0 et = 2 sont les asmptotes horizontales cherchées. remarques Une fonction peut avoir 0, 1 ou 2 asmptotes horizontales mais jamais plus de deu. Les fonctions polnomiales n ont pas d asmptote horizontale. Une fonction rationnelle possède une asmptote horizontale si degré du numérateur degré du dénominateur. définition asmptote oblique La droite = a + b est une asmptote oblique au graphique de la fonction ƒ a) si la fonction ƒ peut s écrire sous la forme ƒ() = a + b + g(), b) et si, au moins une des conditions suivantes se réalise: lim g() = 0 lim - g() = 0 eemple = Trouver l asmptote oblique de la fonction d équation ƒ() = Puisque ƒ() = et, = + 1 lim g() = lim - - (ƒ() = a + b + g()) 1 = 0 (0 -) lim g() = lim 1 = 0 (0+ ) = est une asmptote oblique. André Lévesque 4-35

36 4.3 asmptotes et smétrie eemple Trouver l asmptote oblique de la fonction ƒ() = + 2. Lorsqu une fonction est rationnelle, on peut obtenir la forme a + b + g() en divisant le numérateur par le dénominateur. = ( ) (- - 2) 1 1 Puisque ƒ() = et, lim - g() lim g() = lim = (ƒ() = a + b + g()) = 4-1 est une asmptote oblique. 1 = lim = 0 (0- ) = 0 (0+ ) remarques Une fonction peut avoir 0, 1 ou 2 asmptotes obliques (voir la figure de gauche) mais jamais plus de deu. Les fonctions polnomiales n ont pas d asmptote oblique. Une fonction rationnelle ne peut avoir en même temps une asmptote horizontale et une asmptote oblique. Une fonction rationnelle possède une asmptote oblique si degré du numérateur - degré du dénominateur = 1. Une fonction ne peut jamais avoir au total plus de 2 asmptotes horizontales ou obliques. termes dominants = 2 Certaines observations rapides sur le comportement d une fonction peuvent être obtenues à l aide de ses termes dominants. Puisque = = 0 = on conclut que le graphique de la fonction a la forme 1 = si ± et = si est très près de On dit que domine lorsque est grand tandis que 1/( - 2) domine pour très près de 2. Ou encore, puisque = on peut affirmer que le graphique de la fonction a la forme = 2-1 si ± et = -1 si est très près de 0. André Lévesque 4-36

37 = asmptotes et smétrie eemple Trouver (s il a lieu) les asmptotes verticales, horizontales et obliques de ƒ() = asmptote verticale ƒ est discontinue en = 0 (forme rationnelle). et, lim = = - = 0 est une asmptote verticale. asmptote horizontale lim = lim = 1-1 = 1 (1- ) = 1 lim = lim = = 1 (1+ ) = 0 asmptote oblique = 1 est une asmptote horizontale. aucune (puisqu il eiste une asmptote horizontale) eemple Trouver (s il a lieu) les asmptotes verticales, horizontales et obliques de ƒ() = - 1 = André Lévesque 4-37

38 4.3 asmptotes et smétrie définition fonctions paires et impaires smétrie des fonctions paires et impaires Si ƒ est une fonction telle que pour tout de son domaine, a) ƒ(-) = ƒ() alors que ƒ est une fonction paire, b) ƒ(-) = -ƒ() alors que ƒ est une fonction impaire. Le graphique d une fonction paire est smétrique par rapport à l ae des tandis que le graphique d une fonction impaire est smétrique par rapport à l origine. eemple a) ƒ() = 2 est une fonction paire car ƒ(-) = (-) 2 = 2 = ƒ(). lorsqu une fonction est paire ou impaire, l étude du comportement de cette fonction eige deu fois moins de travail; en général, l étude de telles fonctions sera faites sur [0, [ puis, dépendant du tpe de fonction, on complétera par smétrie b) ƒ() = ƒ(-) = est une fonction paire car (-) 2 (-) 4-1 = = ƒ(). c) ƒ() = 3 est une fonction impaire car ƒ(-) = (-) 3 = - 3 = -ƒ(). 4 d) ƒ() = 2 est une fonction impaire car + 1 4(-) ƒ(-) = (-) = = -ƒ(). la majorité des fonctions sont ni paires, ni impaires. e) ƒ() = est ni paire, ni impaire puisque ƒ(-) = (-) (-) = 2-1 ±ƒ() Faisons maintenant intervenir les notions d asmptote et de smétrie dans les représentations graphiques de fonctions. marche à suivre pour tracer le graphique d une fonction ƒ On trouve le domaine de la fonction. On étudie la continuité de cette fonction. On détermine si ƒ est paire, impaire ou ni paire, ni impaire. On détermine les asmptotes de la fonction. On trouve ƒ () et les nombres critiques de la fonction. On trouve ƒ () et les nombres de transition de la fonction. On construit le tableau de variation de ƒ en indiquant clairement les intervalles de croissance et de décroissance, les intervalles de concavité vers le haut et vers le bas, les etremums relatifs et les points d infleion. On trace le graphique. André Lévesque 4-38

Synthèse d analyse Avril 2011

Synthèse d analyse Avril 2011 Snthèse d analse Avril 20 Cette snthèse d analse a été rédigée suite à une suggestion de M le Professeur E Delhez Elle est destinée à aider les étudiants à préparer l eamen d admission au études d ingénieur

Plus en détail

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polcopié conforme au programme 00, regroupe les documents distribués au élèves en cours d année. Année 0-0 Année 0-0 T le ES A. YALLOUZ (MATH@ES) TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

THÉORÈME DE ROLLE ET THÉORÈME DE LA MOYENNE DE LAGRANGE

THÉORÈME DE ROLLE ET THÉORÈME DE LA MOYENNE DE LAGRANGE THÉORÈME DE ROLLE ET THÉORÈME DE LA MOYENNE DE LAGRANGE Théorème de Rolle 2 Théorème de la moenne de Lagrange 3 Interprétation phsique 4 Conséquences mathématiques du théorème de la moenne de Lagrange

Plus en détail

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières 1 La fonction racine carrée Document B Table des matières - Résolution algébriques d équations avec racine carrée, p.2 à 8; - Règles sous la forme canonique avec b 1 et b = 1, p.9-10; - Équation axe de

Plus en détail

Groupe : (h, k) ( 5, 12)

Groupe : (h, k) ( 5, 12) Fiche de soutien Les propriétés de la fonction racine carrée PROPRIÉTÉ FONCTION SOUS FORME CANONIQUE f(x) = a + k (ou f(x) = a 1 + k et a 1 = a ) EXEMPLE f(x) = 2 12 (ou f(x) = 6 12) Coordonnées du sommet

Plus en détail

CHAPITRE 4 RELATIONS, FONCTIONS ET GRAPHES

CHAPITRE 4 RELATIONS, FONCTIONS ET GRAPHES CHAPITRE 4 RELATIONS, FONCTIONS ET GRAPHES 4-1 LE PLAN CARTÉSIEN Le plan cartésien ou le sstème de coordonnées rectangulaires est formé par une droite réelle horizontale et une droite réelle verticale

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS . Qu'est-ce qu'une fonction? Vocabulaire GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS Définition Notion de fonction À chaque fois que l'on associe à une quantité une (autre) quantité, on dit que que l'on définit une

Plus en détail

L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls notér, c est la réunion de deux intervalles ] ;0[ ]0;+ [

L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls notér, c est la réunion de deux intervalles ] ;0[ ]0;+ [ I FONCTION INVERSE DÉFINITION La fonction inverse est la fonction définie pour tout réel 0 par f()= ENSEMBLE DE DÉFINITION L ensemble de définition de la fonction inverse est l ensemble des réels non nuls

Plus en détail

p. 1 Commun à tous les candidats. Les parties A et B sont indépendantes Partie A.

p. 1 Commun à tous les candidats. Les parties A et B sont indépendantes Partie A. Eercice 1 Commun à tous les candidats Les parties et B sont indépendantes Partie Un site de jeu vidéo en ligne possédait, en 21, milliers d abonnés dans le monde Un administrateur remarque que, chaque

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles ENIHP1 mathématiques continuité et dérivabilité p 1/10 Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles Le cours sera illustré à l'aide du logiciel de calcul formel gratuit Maima. Les commandes

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Chapitre 1. Rappels sur les fonctions Continuité. 1.1 Rappels sur les fonctions. Sommaire. 1.1.1 Fonctions de référence. 1.1.

Chapitre 1. Rappels sur les fonctions Continuité. 1.1 Rappels sur les fonctions. Sommaire. 1.1.1 Fonctions de référence. 1.1. Chapitre 1 Rappels sur les fonctions Continuité Sommaire 1.1 Rappels sur les fonctions.... 1 1.1.1 Fonctions de référence.... 1 1.1. Fonction trinôme....... 1 1. Continuité............. 4 1..1 Activités............

Plus en détail

CQP 208. Chapitre 5 Optimisation. Olivier Godin. 20 novembre 2015. Université de Sherbrooke. Optimisation 1 / 50

CQP 208. Chapitre 5 Optimisation. Olivier Godin. 20 novembre 2015. Université de Sherbrooke. Optimisation 1 / 50 CQP 208 Chapitre 5 Optimisation Olivier Godin Université de Sherbrooke 20 novembre 2015 Optimisation 1 / 50 Plan du chapitre 1 Croissance, décroissance et extremums relatifs d une fonction 2 Extremums

Plus en détail

Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures

Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures Terminale STG Mercatique Jeudi 1 avril 2010 Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures L usage de la calculatrice est autorisé. Le sujet comporte 6 pages. EXERCICE 1 3 points Cet eercice est

Plus en détail

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1 A - Polynômes et factorisation Résultats d apprentissage générau C COMMUNICATION RP RÉSOLUTION DE PROBLÈMES L LIENS R RAISONNEMENT E ESTIMATION ET CALCUL MENTAL T TECHNOLOGIE V VISUALISATION généraliser

Plus en détail

C(x) = 5 9. et h = 160

C(x) = 5 9. et h = 160 Chapitre Fonctions affines. Définition Définition. La fonction définie par f : R R = m+h où m et h sont des nombres réels, est appelée fonction affine. Eemple La fonction C() qui permet de convertir des

Plus en détail

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire Séquence 6 Fonctions dérivées Sommaire Pré-requis Définition Dérivées des fonctions usuelles Dérivation et opérations algébriques Applications de la dérivation Synthèse de la séquence Eercices d approfondissement

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

4 Des fonctions à la résolution d équations

4 Des fonctions à la résolution d équations Des fonctions à la résolution d équations SAÉ 7 Un nouveau médicament Voici une démarche qui permet de déterminer la situation la plus avantageuse pour la commercialisation de ce médicament sur une période

Plus en détail

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton e B et C 4 Les 3 principes de Newton 38 Chapitre 4: Les 3 principes de Newton 1. Rappels sur les forces Rappel 1 : On appelle force toute cause capable de: modifier le mouvement d un corps; de déformer

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145 1 RE PARTIE

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145 1 RE PARTIE École de technologie supérieure Service des enseignements générau Local B-500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145 CALCUL DIFFÉRENTIEL ET INTÉGRAL NOTES DE COURS 1 RE PARTIE PAR GENEVIÈVE

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Séquence 2. Fonctions numériques Continuité. Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Étude de fonctions (révisions 1 re ES)

Séquence 2. Fonctions numériques Continuité. Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Étude de fonctions (révisions 1 re ES) Séquence Fonctions numériques Continuité Objectifs de la séquence Revoir les fonctions dérivables et découvrir les fonctions continues. Étudier le sens de variation d une fonction pour résoudre un problème

Plus en détail

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné.

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné. Eercice / 5 points Une boîte de chocolats contient 50 % de chocolats au lait, 30 % de chocolats noirs et 0 % de chocolats blancs. Tous les chocolats de la boîte sont de même forme et d emballage identique.

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Dérivées et applications. Equation

Dérivées et applications. Equation Dérivées et applications. Equation I) Dérivée d une fonction strictement monotone 1) Exemples graphiques Soit une fonction dérivable sur un intervalle I. Pour tout I, (x) est le coefficient directeur de

Plus en détail

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R.

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R. CHAPITRE I Fonctions d une variable réelle. Limites Soit f une fonction définie sur R : et soit R. f W R! R 7! f./ Définition. Limite finie en un point) On dit que f admet ` pour ite lorsque tend vers

Plus en détail

CHAPITRE 2 GRAPHES 2.1 LES GRAPHES ET LEURS COMPOSANTES.

CHAPITRE 2 GRAPHES 2.1 LES GRAPHES ET LEURS COMPOSANTES. CHAPITRE 2 GRAPHES 2.1 LES GRAPHES ET LEURS COMPOSANTES. Faire le numéro 5 a)b) de la page 39 du cahier math 3000 Remarque importante : La somme des degrés de tous les sommets d un graphe est toujours

Plus en détail

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Présentation de l outil Présentation de l outil Vous êtes : 1 enseignant au collège. 2 enseignant au lycée. 3 les deux. 4 aucune des réponses précédentes.

Plus en détail

Suites numériques. Sommaire :

Suites numériques. Sommaire : Suites numériques I Activité n o 2 page 295 Sommaire : II Généralités sur les suites numériques III Variations et bornes IV Suites arithmétiques V Suites géométriques VI Suites convergentes VII Représentation

Plus en détail

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE L G L G Octobre 015 MEA0003- - MÉANIQUE RATIONNELLE Prof. Éric J.M.DELHEZ Un constructeur de jouets souhaitant mettre au point un nouveau système de propulsion de petites voitures pour son circuit miniature

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011

Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011 Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011 L utilisation d une calculatrice est autorisée. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points Soit u une fonction définie et dérivable sur l intervalle

Plus en détail

Simplification d expressions contenant des valeurs absolues & applications

Simplification d expressions contenant des valeurs absolues & applications Simplification d epressions contenant des valeurs absolues & applications Rappelons la définition de la valeur absolue : si 0 ( R ) si 0 En d autres termes, la valeur absolue d un réel positif est ce réel,

Plus en détail

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 4 23 JANVIER 2013

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 4 23 JANVIER 2013 T ES/L DEVOIR SURVEILLE 4 23 JANVIER 2013 Durée : 2h NOM : Prénom : Calculatrice autorisée «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e

I n t r o d u c t i o n a u x ( 2 0 S ) m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 1 0 e a n n é e I n t r o d u c t i o n a u x m a t h é m a t i q u e s a p p l i q u é e s e t p r é - c a l c u l 0 e a n n é e ( 0 S ) Examen de préparation de mi-session Corrigé I n t r o d u c t i o n a u x m a

Plus en détail

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique

Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Document du professeur 1/7 Niveau 3 ème Physique - Chimie Energie de position- Energie cinétique Energie mécanique Conservation de l énergie mécanique Programme C. De la gravitation à l énergie mécanique

Plus en détail

Aide à la résolution d'exercice de programmation linéaire

Aide à la résolution d'exercice de programmation linéaire Aide à la résolution d'exercice de programmation linéaire Présentation de l'interface: Zone de saisie et de calculs: C'est la zone éditable où l'on introduit les différentes inéquations obtenues par l'analyse

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé)

Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé) Baccalauréat ES/L Métropole 21 juin 2013 (sujet dévoilé) EXERCICE 1 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples (QCM). Pour chacune des questions posées, une seule des quatre réponses

Plus en détail

Chapitre 01 - Fonctions, degrés 0, 1 et 2

Chapitre 01 - Fonctions, degrés 0, 1 et 2 Chapitre 0 - Fonctions, degrés 0, et Représentation graphique de fonctions polynomiales Problème Colin et Estelle jouent avec les nombres de l'ensemble ; ; ; ; 6 ; 7 ; 8 ; 9}. Colin commence en écrivant

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

MATHEMATIQUES BTS1 2013-2014 Corrigés des devoirs

MATHEMATIQUES BTS1 2013-2014 Corrigés des devoirs MATHEMATIQUES BTS1 2013-201 Corrigés des devoirs CC 23 /09/2013 page2 CC 18/10/2013 page DV 25/11/2013 page 6 BTS Blanc 13/12/2013 page 8 CC 07/01/201 page 12 CC 0/02/201 page 1 BTS Blanc 27/02/201 page

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

Variations des fonctions

Variations des fonctions CH2-1er S Variations des fonctions Rédacteur : Yann BANC Le mot du prof : Ce chapitre vous permet de revoir les fonctions usuelles et de découvrir de nouvelles fonctions usuelles : valeur absolue et racine

Plus en détail

5) Une équation de la tangente à la courbe représentative de la fonction exponentielle au point d abscisse 0 est de la forme ( )( ) ( )

5) Une équation de la tangente à la courbe représentative de la fonction exponentielle au point d abscisse 0 est de la forme ( )( ) ( ) Amérique du Nord Eercice ) Le coeicient multiplicateur associé à une hausse de % est égal à + =, Le coeicient multiplicateur associé à une hausse de % est égal à + =, Donc le coeicient multiplicateur associé

Plus en détail

Généralités sur les fonctions ( En seconde )

Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Dernière mise à jour : Dimanche 31 Octobre 2010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2010-2011) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - fonctions de références, représentations graphiques, dérivées, tableau de variations : toutes sections - opérations sur les limites, asymptotes : STI2D,

Plus en détail

(Un) Corrigé du partiel Lundi 19 mars 2007. u u1 = Au = 1 2) 1 t forment une base des solutions de ce système,

(Un) Corrigé du partiel Lundi 19 mars 2007. u u1 = Au = 1 2) 1 t forment une base des solutions de ce système, Université Paris 7 Denis Diderot UFR de Mathématiques Licence L3 Equations différentielles 2006-2007 P. Perrin (Un) Corrigé du partiel Lundi 9 mars 2007 Eercice. On considère le système différentiel linéaire

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation

Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation Olivia D Aoust Séminaire d actualité économique Rappels et intuitions Quelques notations : = richesse (de ealth en anglais)

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON

Plus en détail

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Questions pour réfléchir Q4. p.262. Jupiter a une masse 318 fois plus grande que celle de la Terre. Pourtant, l accélération de la pesanteur

Plus en détail

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille.

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille. Energie Mécanique 1 - Energie Exemples : On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Eau d'un barrage pouvant faire tourner une turbine. Ressort tendu de flipper pouvant

Plus en détail

VIII. Applications de la dérivée Modélisation

VIII. Applications de la dérivée Modélisation 1. Problèmes d'optimisation. 1.1 Eemple introductif. VIII. pplications de la dérivée Modélisation On fabrique une boîte sans couvercle avec un morceau de carton carré de côté a. Pour cela, on enlève des

Plus en détail

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1)

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1) Chapitre 5 Régression et modélisation CHAPITRE 5 EXERCICES 5.. 0 7 f () =,8 (;,8) (;,) (; 5,8) 0,7 0,5 0, 0, 0, ( ; 5 0,) ( ; 0,7) (0; ) 9( ; 0,5) 0, ( ; 0,0) 0 5 7 8 9.,0 0,7 0,5 0, 0, 0, 0, 5 7 0 Chapitre

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS ANNÉE 2013 EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS CSEA 2013 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 4 heures Coefficient : 1 - L usage de la calculatrice est autorisé ; - Les exercices sont indépendants

Plus en détail

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES Sommaire 1. Optimisation entre des bornes... 1 2. Exercice... 4 3. Optimisation sous contrainte à variables multiples... 5 Suite à une planification de la production, supposons

Plus en détail

Fonctions de IR dans IR

Fonctions de IR dans IR Fonctions der dansr G03.1 JMS Fonctions de IR dans IR 1 ) Intervalles Intervalle fermé : [a;b] = { R tq a b } ( peut prendre les valeurs a et b) Intervalle semi-ouvert : [a;b[ = { R tq a < b } ne peut

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

NOM : GR. : CHAPITRE 2 (SUITE)

NOM : GR. : CHAPITRE 2 (SUITE) NOM : GR. : CHAPITRE 2 (SUITE) SECTIONS 3 ET 4 La fonction linéaire La fonction affine La fonction inverse Sujet : 52 Activité d exploration sur les fonctions PARTIE 1 On mesure l allongement d un ressort

Plus en détail

La dynamique du système est donnée par (1)

La dynamique du système est donnée par (1) Master d Ingénierie Mathématique Contrôle des systèmes non-linéaires Examen, durée 3h Sujet donné par Pierre Rouchon, tous les documents sont autorisés. Comme le montre la figure ci-contre, ce robot marcheur

Plus en détail

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Exercices E. On donne R 4Ω et V 9,5 V, la différence de potentiel aux bornes de cette résistance, et R 6Ω et V 0V. Le courant qui parcourt chacune des résistances

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION CHAPITRE 2 FONCTIONS I. INTRODUCTION Une fonction est «une machine à transformer des nombres». Par eemple, la fonction «carré» désigne la «machine» qui transforme les nombres en leurs carrés. Ainsi elle

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

D I P L Ô M E N AT I O N A L D U B R E V E T

D I P L Ô M E N AT I O N A L D U B R E V E T REPÈRE 15DNBGENMATMEAG1 D I P L Ô M E N AT I O N A L D U B R E V E T SESSION 2015 Épreuve de : MATHÉMATIQUES SÉRIE GÉNÉRALE Durée de l épreuve : 2 h 00 Coefficient : 2 Le candidat répond sur une copie

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

C.1 La cinématique s'intéresse à la description du mouvement. Selon les besoins, plusieurs concepts peuvent être utiles.

C.1 La cinématique s'intéresse à la description du mouvement. Selon les besoins, plusieurs concepts peuvent être utiles. ***Mise en situation: Démonstration avec VTT téléguidé*** C.1 La cinématique s'intéresse à la description du mouvement. Selon les besoins, plusieurs concepts peuvent être utiles. a. La position (d): la

Plus en détail

Baccalauréat ST2S Métropole 17 juin 2014 Correction

Baccalauréat ST2S Métropole 17 juin 2014 Correction Baccalauréat ST2S Métropole 17 juin 2014 Correction EXERCICE 1 6 points On mesure la fréquence cardiaque d un athlète courant sur un tapis roulant dont la vitesse peut être modifiée. Les résultats sont

Plus en détail

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve...

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve... Sommaire Descriptif de l épreuve............................................. Conseils pour l épreuve............................................ Les pourcentages FICHES Pages 1 Pourcentage Proportions....................................7

Plus en détail

Une année de Mathématiques en classe de Première S

Une année de Mathématiques en classe de Première S Une année de Mathématiques en classe de Première S Freddy Mérit Année scolaire 2012-2013 Ce manuel, à destination des élèves de Première S, a été en partie réalisé à partir de la consultation des ouvrages

Plus en détail

Exercices Electricité

Exercices Electricité Exercices Electricité EL1 Champ électrique 1 Deux charges ponctuelles Soit une charge ponctuelle q1 27 C située en x 0 et une charge q2 3 C en x 1m. a) En quel point (autre que l infini) la force électrique

Plus en détail

1 Programmation linéaire

1 Programmation linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2012 2013 Master d économie Cours de M. Desgraupes Méthodes Numériques Document 4 : Corrigé des exercices d optimisation linéaire

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

10. Transforme l équation : a = V f - V i, pour trouver : t a) le temps; b) la vitesse finale; c) la vitesse initiale. Vitesse initiale (m/s)

10. Transforme l équation : a = V f - V i, pour trouver : t a) le temps; b) la vitesse finale; c) la vitesse initiale. Vitesse initiale (m/s) Physique 51211(2) Nom : Module 2 : Chapitre 5 Mouvement uniformément accéléré 1. La nouvelle voiture de Claude peut passer de 0 m/s à 36 m/s en 9 secondes. Trouve l accélération de cette voiture. ( 4 m/s

Plus en détail

FRANCE METROPOLITAINE (juin 2003)

FRANCE METROPOLITAINE (juin 2003) FRANCE METROPOLITAINE (juin 200) Eercice 1 : (4 points)(correction) Commun à tous les candidats Les guichets d une agence bancaire d une petite ville sont ouverts au public cinq jours par semaine : les

Plus en détail

Compléments de trigonométrie

Compléments de trigonométrie IUT Orsay Mesures Physiques Cours du er semestre Compléments de trigonométrie A. Les outils A-I. Notion de bijection, bijection réciproque Une application de E vers F est une bijection lorsque : tout élément

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

INÉQUATIONS. Notations Inéquations Représentations graphiques 1 ]a ; b[ a < x < b

INÉQUATIONS. Notations Inéquations Représentations graphiques 1 ]a ; b[ a < x < b 27 5. Inéquations 5.1. Définition Exemple : x < 4 + 2x La droite réelle Le symbole utilisé pour les intervalles infinis est une notation et ne représente pas un nombre réel. Une inéquation affirme que

Plus en détail

Fonctions Affines Problèmes du premier degré

Fonctions Affines Problèmes du premier degré Fonctions Affines Problèmes du premier degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Fonctions Affines 2 1.1 Définition Représentation graphique.................................

Plus en détail

Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée. M A T H E M A T I Q U E S pour SV 105

Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée. M A T H E M A T I Q U E S pour SV 105 U N I V E R S I T E de C A E N Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée M A T H E M A T I Q U E S pour SV 05 0 - Présentation - Bibliographie. - Trigonométrie - Fonctions réciproques - Nombres complees

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Lycée Marlioz - Aix les Bains. Bac Blanc 2012. Mathématiques - Terminale ES. 16 mai 2012

Lycée Marlioz - Aix les Bains. Bac Blanc 2012. Mathématiques - Terminale ES. 16 mai 2012 Lycée Marlioz - Aix les Bains Bac Blanc 2012 Mathématiques - Terminale E Candidats n ayant pas choisi la spécialité maths 16 mai 2012 Pour cette épreuve, la rédaction, la clarté et la précision des explications

Plus en détail