Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne"

Transcription

1 Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne Synthèse Jean Marc Havez Opérateur d Appui Technique Régional nacre en Ile-de-France 34, Quai de la Loire Essonne

2 Ce document constitue la synthèse d une présentation orale Privé des commentaires l accompagnant, il peut donner lieu à des interprétations erronées Toute information complémentaire concernant les éléments d analyse présentés dans le présent document peut être obtenue par demande à l adresse suivante : Toute exploitation de ce document doit être soumise à une demande préalable formulée à l adresse mail mentionnée précédemment 2

3 Sommaire Préambule La création d entreprises Le public cible essonnien Le dispositif nacre 3

4 Préambule Optimiser l efficience de nacre sur les territoires 4

5 Un enjeu à l échelle des territoires Dans un contexte marqué à la fois, par une forte montée de la demande d emploi et par une croissance atone de la création d entreprises en 2012 et un repli en 2013, la Direccte Ile-de-France souhaite optimiser l efficience de ses outils de lutte contre le chômage et de développement économique A ce titre, le dispositif nacre, ciblé sur les personnes rencontrant des difficultés d accès à l emploi qui ne peuvent créer leur entreprise sans l aide de l Etat et du prêt nacre à taux 0, participe à cet objectif général Si la politique volontariste affichée par les pilotes franciliens de nacre s est concrétisée par une augmentation continue de la performance, nacre n en reste pas moins un dispositif reposant sur une multitude d opérateurs issus des différentes familles de l accompagnement et du financement de la création d entreprises, intervenant dans des systèmes territoriaux et partenariaux complexes Aussi, le présent diagnostic vise à partager, avec l ensemble des acteurs de la création intervenant à l échelle départementale, les données clés de la création d entreprise et de public cible Ce diagnostic partagé propose d initier une réflexion autour d une coordination entre acteurs permettant d offrir un parcours fluide aux porteurs de projet à l échelle du territoire 5

6 Le contexte territorial : création d entreprises, public cible La création d entreprises en Essonne (Source : APCE et INSEE) 6

7 La création d entreprises Dynamique comparée de la création Essonne / territoires de référence créations d entreprises en 2012 en Essonne soit 7,4 % de la créations régionale - et 6,4 % en excluant le régime d auto-entrepreneur AE : Auto Entrepreneur Source: INSEE, Démographie des entreprises 2011 L entrepreneuriat essonnien se distingue par : Un recours largement plus important au régime d auto-entrepreneur (59% contre 53%) Une plus forte augmentation de la création de 2008 à 2012 (87 % vs 73 %) portée par le régime auto entrepreneur - En excluant ces derniers du calcul, la création est en repli plus marquée (-24 % contre -19 %) Malgré cette dynamique, une densité de création bien en dessous celle observée en Ile-de-France et même en dessous de la densité nationale L évolution annuelle de la création Essonne reste supérieure à celle d Ile de France. Si elle connait une baisse en 2011, 2012 marque le retour d une évolution légèrement positive en Essonne alors qu un léger repli est observé sur les autres territoires 7

8 Secteur et structures des entreprises créées Si les créations s effectuent principalement dans les Services aux entreprises et le Commerce, on observe toutefois une ne part moins importante dans les Services aux entreprises A l exception de la répartition entre les Services aux entreprises et les Services aux particuliers, la sectorisation en Essonne est plus proche de la ventilation nationale que régionale Effectif salarié au démarrage de l'entreprise, hors régime Auto- Entrepreneur en 2011 (Source : APCE) Taille des entreprises créées en 2011 au démarrage de l activité, hors créations sous régime auto-entrepreneur Taille au démarrage Essonne Ile-de-France 0 salarié 88,0% 89,2% 1 à 2 salariés 8,4% 7,2% 3 à 5 salariés 1,8% 1,4% 6 à 9 salariés 0,4% 0,4% 10 salariés et + 1,4% 1,8% Hors régime auto-entrepreneur, les entreprises essonniennes tendent à être de taille supérieure à leurs créations : 10,2 % comptent de 1 à 5 salariés contre 8,6 % en Ile-de- France En revanche, les créations avec plus de 10 salariés sont moins nombreuses qu à l échelle régionale 8

9 Une dynamique entrepreneuriale plus marquée à l Est (Source : Insee, démographie des entreprises) Deux zones d emploi, Saclay (49 % des créations) et Evry (28 %) concentrent plus des deux tiers de la création départementale Pour autant, ces zones d emploi ont connu une croissance de la création d entreprises depuis 2008 moins forte que celles d Orly ou de Créteil où le nombre de créations a doublé (+99 % / 87 % en Essonne) NB : Les zones d emploi dépassent les frontières départementales Les données, présentées dans l ensemble des cartes de ce diagnostic, ne concernent ici que les communes essonniennes rattachées à la Zone d Emploi d Orly et de Créteil La densité de création, de 81 pour habitants en Essonne, est plus forte sur les zones d emploi d Evry et d Orly, situation contrastant avec le sud du département (68 pour ) Avec un taux de 17,8 %, le tissu économique essonnien se renouvelle davantage qu à l échelle régionale (16,3%). Cette tendance est particulièrement marquée sur les zones d emploi d Orly, de Créteil et d Evry pour lesquelles plus de 18 % des entreprises existantes en 2011 avaient été créées cette même année. 9

10 Le taux de survie moyen des entreprises à 3 ans (génération d entreprises créées en 2008 Source : Insee, démographie des entreprises) Essonne Total IDF France Créations Nb d'entreprises de 3 ans en Taux 69,3 70,2 70,3 NB : Rapporté à certaines communes, le nombre d'entreprises qui ont 3 ans au 01/01/2012 peut dépasser le nombre de créations de l'année Ceci provient de plusieurs raisons 1. une entreprise peut changer de commune dans sa vie 2. certaines créations sont enregistrées avec retard, aussi elle n est pas comptabilisée à fin 2008 mais quand même considérée comme ayant 3 ans en Ce ratio est donc à analyser avec un certain recul. Le taux de survie moyen à 3 ans est légèrement inférieur aux moyennes régionale et nationale (69 % contre 70 %) La pérennité tend toutefois à être légèrement supérieur à l ouest du département mais avec un différentiel léger (71%) alors qu elle se situe bien dessous de la moyenne sur la zone d emploi d Orly 10

11 La création d entreprises Une densité de création faible (81 créations pour habitants) dans un ensemble régional où l esprit entrepreneurial est beaucoup plus développé (113 pour ) qu à l échelle nationale (84 pour ) Mais une plus forte évolution de la création entre 2008 et 2012 (+ 87 % / 73 % en Ile-de-France) au regard du fort développement de la création sous régime auto-entrepreneur, régime retenu par 59 % des créateurs en 2012 contre 53 % à l échelle régionale Davantage d établissements de 1 à 5 salariés à leur création (10,2 % contre 8,6%) Une pérennité un peu moins forte à 3 ans : 69% contre 71 % à l échelle régionale avec une problématique marquée sur la zone d emploi d Orly (63%) Une plus forte dynamique entrepreneuriale dans la moitié Est du département mais une pérennité un peu supérieure dans la partie Ouest La zone d emploi d Etampes ne concentre que 9 % de la création départementale 11

12 Le contexte territorial : création d entreprises, public cible Le public cible essonnien 12

13 DEFM totale et Bénéficiaires du RSA (Source : Direccte Ile de France DEFM cat A Décembre 2012 /Bénéficiaires du RSA, décembre 2012) 44 % des demandeurs d emploi de catégorie A résident sur la zone d emploi de Saclay et 31 % sur celle d Evry C est sur la zone d emploi d Orly que la part de bénéficiaires du RSA dans la DEFM est la plus importante : 10 % des demandeurs d emploi en relèvent contre 8,7 % sur la zone voisine de Saclay 13

14 DEFM des jeunes et des seniors (DEFM cat A Décembre 2012) Au sein d un département caractérisé par un fort taux de chômage des jeunes (16,6% contre 12,8%), la situation est encore moins favorable sur les zones d emploi d Etampes (19,4%) et d Evry (17,4%). Plus globalement, la DEFM jeune quelque sot le territoire est a minima supérieure de 2,5 points à la moyenne régionale En revanche, le chômage des seniors est légèrement plus faible sur le département (20,4 % contre 21,6 %) Le chômage des seniors est toutefois un peu plus élevé dans l Ouest du département, sans pour autant dépasser significativement la moyenne régionale 14

15 DEFM des bas niveaux de qualification (DEFM cat A Décembre 2012) Alors que la moitié des demandeurs d emploi sont de niveau CAP/BEP et inférieur en Essonne, soit davantage qu à l échelle régionale (46 %), les chômeurs sont encore plus faiblement qualifiés sur la zone d emploi d Etampes (59,4% de la DEFM A) et, dans une moindre mesure sur celle d Evry (54%) Les niveaux Bac sont également davantage présents en Essonne (22,1 % contre 20,6% en IDF) Cette tendance s accentue sur la ZE de Créteil Globalement, aucune zone d emploi se situe en dessous de la moyenne régionale 15

16 Pour information - DEFM des plus diplômés (Niveau III et plus - DEFM cat A Décembre 2012) La proportion de personnes titulaires a minima d un bac+2 dans la DEFM est moins importante sur le département de l Essonne qu au niveau francilien. Cette catégorie est cependant particulièrement surreprésentée à l ouest, sur le plateau de Saclay (plus de 30% de la DEFM A). En revanche, la zone d emploi d Etampes rassemble moins de 20% de demandeurs d emploi de niveau III ou plus. 16

17 Les publics cibles Indice pondéré de la DEFM des publics «éloignés de l emploi» (jeunes, seniors, bas niveaux de formation, bénéficiaires du RSA) C est sur la zone d emploi d Etampes qu on retrouve la plus forte concentration de difficultés d accès à l emploi parmi le public cible de nacre Plus globalement, sur toutes les autres zones d emploi, à l exception de celle de Saclay, le cumul des difficultés d accès à l emploi est plus marqué qu à l échelle régionale (indice 100) 17

18 L accompagnement généraliste nacre Préambule 18

19 Pour mémoire : Nacre 19

20 Pour mémoire : Nacre 20

21 L activité nacre Maillage territorial 21

22 Maillage territorial Trois opérateurs sur les 5 intervenant en Essonne ne disposent que d une seul point d activité sur le territoire : La CCI de l Essonne, Essonne Active et Essonne Initiative L Adie, dont le siège est à Paris est davantage présente au travers d une antenne et d une permanence à l EPE de Grigny La meilleure couverture est assurée par SECE qui dispose de 3 antennes et d une permanence, Globalement, la décentralisation des activités est marginale en Essonne et seule SECE couvre le sud Essonne par son antenne installée à Beaulne 716 essonniens ont bénéficié de Nacre de 2009 à 2011 : La grande majorité sont domiciliées dans le tiers nord du département, zone la plus dense avec toutefois une forte concentration sur quelques communes où sont installés les opérateurs Malgré une faible couverture, voire une couverture nulle dans le tiers sud du département, on récence quelques bénéficiaires de Nacre à l exception de l extrême sud composée des communes à la frontière départementale 22

23 Taux de couverture Le taux départemental de couverture est de 2,7 créations accompagnées dans nacre sur 100 créations recensées Si les Communes à l Est d Evry sont mieux couvertes, les 2/3 du département, et ce malgré une absence d opérateurs sur la partie centrale, semblent accéder au dispositif Nacre En revanche, à l exception de quelques communes, le tiers sud est largement sous couvert, avec de nombreuses (petites communes) où aucun créateur n a bénéficié de Nacre 23

24 Pour information - Communes ayant des ZUS/CUCS et localisation des opérateurs Tous les opérateurs sont présents sur Evry, ville comptant le plus grand nombre de ZUS Les opérateurs sont également présents, en moins grand nombre sur les communes environnantes. En revanche, les opérateurs sont absents de nombreuses communes du nord du département ayant des ZUS le constat est identique pour Etampes 24

25 Chiffres clés de l activité nacre Un objectif de 508 actions d accompagnement pour les quatre opérateurs essonniens pour l exercice 2012 soit 8 % de l objectif régional Pour mémoire, le département représente 6,6 % de la création régionale en 2012 Des objectifs atteints à hauteur de 93 % - soit deux points de plus que la réalisation régionale (91%) Sur la période , le taux de réalisation des objectifs départementaux a progressé de 8 points. L évolution plus faible de la réalisation constatée dans l Essonne qu à l échelle régionale (14 points) est liée à un point de départ supérieur (85 % en Essonne contre 77 % en Ile-de-France) 996 porteurs de projet domiciliés dans l Essonne sont entrés dans nacre de 2009 à

26 Le prêt nacre Les entreprises créés de 2009 à 2012 par les bénéficiaires d un prêt nacre domiciliés dans l Essonne 26

27 Caractéristiques des entreprises financées (base : 460 projets financés) Près de 90% des projets financés portent sur des créations d entreprises. Les 49 reprises financées par un prêt nacre se répartissent à part quasiment égale entre projet collectif et projet individuel Retenus à 85 % par les porteurs de projet, les statuts SARL EURL SAS offrant une sécurisation patrimoniale sont en adéquation avec les plans de financement élevés 7% Statut juridique des entreprises financées (source : Fafi) 1% 3% 15% 31% Entreprise individuelle (EI - EIRL) Entreprise Unipersonnelle à responsabilité Limitée (EURL) Société à responsabilité limitée (SARL) Société par Actions simplifiée (SAS) Autres sociétés (SNC, SCP) 42% Autres (SASU, autres) 27

28 Secteurs d activité des entreprises financées (base : 460 projets financés) Les Services représentent 39 % des activités financées, suivies par le commerce (très majoritairement du commerce de détail) à hauteur de 26 % puis l hôtellerie restauration (12%) Sont encore significativement représentés la Construction (7,6 %) et les Transports (6,3%) Secteur d'activité des entreprises financées (source : Fafi) Activité de services 39% Commerce et réparations 26% Hébergement et restauration 12% Construction Transports 6% 8% Industrie Education Santé, action sociale 3% 2% 4% Agriculture, sylviculture et pêche 0% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 28

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Hauts-de-Seine

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Hauts-de-Seine Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Seine-Saint-Denis

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Seine-Saint-Denis Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Yvelines

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département des Yvelines Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Seine-et-Marne

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Seine-et-Marne Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

La création d entreprises dans le Centre en 2009

La création d entreprises dans le Centre en 2009 La création d entreprises dans le Centre en 2009 17 655 créations d entreprises en 2009 dans la région Centre Comme dans l ensemble des régions de France, le Centre a enregistré un nombre record de créations

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Paris

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de Paris Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2009. 1) La création d'entreprise durant les cinq dernières années (2005-2009)

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2009. 1) La création d'entreprise durant les cinq dernières années (2005-2009) France Création d'entreprises* de 2000 à 2009 1) La création d'entreprise durant les cinq dernières années (2005-2009) Nombre de créations annuelles Indicateurs annuels 2005 2006 2007 2008 2009 Taux de

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

France métropolitaine et d'outre-mer La création d'entreprises en 2013. France métropolitaine et d'outre-mer

France métropolitaine et d'outre-mer La création d'entreprises en 2013. France métropolitaine et d'outre-mer France métropolitaine et d'outre-mer La création d'entreprises en Fiche statistique et son évolution depuis 2000 Les principaux indicateurs de l'année France métropolitaine et d'outre-mer Nombre d'entreprises

Plus en détail

www.economie-touraine.com 1/23

www.economie-touraine.com 1/23 www.economie-touraine.com 1/23 www.economie-touraine.com 2/23 www.economie-touraine.com 3/23 www.economie-touraine.com 4/23 230 210 190 170 150 130 110 90 70 2008 2009 2010 2011 2012 www.economie-touraine.com

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

la création d entreprises en Ardèche repères chiffres-clés Janvier 2011 Données de base 2009 Evolution globale 2004 2009

la création d entreprises en Ardèche repères chiffres-clés Janvier 2011 Données de base 2009 Evolution globale 2004 2009 Janvier 2011 repères la création d'entreprises en Ardèche Le soutien la création «La création d'entreprises est probablement l'une des formes Bernard Maître - Extrait de : Les business models de la nouvelle

Plus en détail

Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de

Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de MÉCANIQUE, TRAVAIL DES MÉTAUX Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de la réparation automobile représente 9 emplois et rassemble 8,1 % de actifs

Plus en détail

EMPLOI - CHÔMAGE CHÔMAGE

EMPLOI - CHÔMAGE CHÔMAGE Données de cadrage Taux de chômage en décembre 1996 13, % pour Poitou-Charentes contre 1,7 % pour la France 15,1 % pour la Charente-Maritime 13,5 % pour la Charente 1 % pour la Vienne 11,6 % pour les Deux-Sèvres

Plus en détail

2014, année record d engagement

2014, année record d engagement 18% Des entreprises installées en 2014 ont été soutenues par Initiative Nièvre 164 Emplois créés ou maintenus 66% Des projets portés par des demandeurs d emplois 2014, année record d engagement 817 000

Plus en détail

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015

Pays de Retz Stratégie de développement économique. Cahier3. Emploi & Formation. octobre 2015 Pays de Retz Stratégie de développement économique Emploi & Formation octobre 2015 Cahier3 Édito Le syndicat mixte du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) a décidé de conduire une étude de stratégie

Plus en détail

MAINTENANCE. ouvriers qualifiés polyvalents d entretien 1 949 209 2 158

MAINTENANCE. ouvriers qualifiés polyvalents d entretien 1 949 209 2 158 MAINTENANCE L e domaine professionnel de la maintenance concentre 5 emplois, soit 3,4 des actifs de la région. Composé de deux familles de métiers, ce domaine, est mieux représenté en Alsace que dans le

Plus en détail

Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013

Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013 Chiffres clés Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013 le rôle des Missions locales d Ile-de-France 2 Edito Cette 5ème publication sur les jeunes franciliens face à l emploi est le résultat d une

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

Davantage d expérience chez les créateurs classiques

Davantage d expérience chez les créateurs classiques www.insee.fr/centre Insee Centre info n 182 Novembre 2012 Moins de créations d entreprises classiques, mais un meilleur potentiel pour durer projetdentreprise.over-blog.com La création d entreprises est

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Règlement d'intervention de la Région. Fonction n 9 : Action économique. Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales

Règlement d'intervention de la Région. Fonction n 9 : Action économique. Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales REÇU A LA PREFECTURE LE 20 Janvier 2015 Délibération n 2015-1-9102-73 2015 Règlement d'intervention de la Région Fonction n 9 : Action économique Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS

BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS ZOOM sur les métiers du BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS Bilan 20 Bretagne SOMMAIRE 3 3 3 3 4 5 6 7 7 7 8 9 SYNTHÈSE DONNÉES CLÉS LA DEMANDE D EMPLOI PRINCIPALES ÉVOLUTIONS PROFIL DES DEMANDEURS D EMPLOI PRINCIPAUX

Plus en détail

Plan Local pour l Insertion et l Emploi de l agglomération clermontoise. Sorties positives 50% 50% 100% 11% 59% 31% 15% 16% 100%

Plan Local pour l Insertion et l Emploi de l agglomération clermontoise. Sorties positives 50% 50% 100% 11% 59% 31% 15% 16% 100% Observatoire des parcours Plan Local pour l Insertion et l Emploi de l agglomération clermontoise Données 2009 EDITION JUIN 2010 Femmes Hommes Les flux d entrées / parcours / sorties positives autres %

Plus en détail

la transmission d entreprise en nord-pas de calais

la transmission d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 192 avril 2015 la transmission d entreprise en nord-pas de calais étude prospective sur le potentiel d entreprises à transmettre à horizon de 5 ans 4 projets de transmission sur dix

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES 2014 A-Contexte général B-Renforcement de la mission Relations Entreprises du C-Evaluation

Plus en détail

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010)

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) France Création d'entreprises* de 2000 à 2010 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) Nombre de créations annuelles Indicateurs annuels 2006 2007 2008 2009 2010 Taux de

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GARE DE CHAMPIGNY CENTRE - Périmètre de 400m ÉLÉMENTS CLÉS > LES ETABLISSEMENTS La gare Champigny Centre est localisée avenue Roger Salengro, axe à double sens qui

Plus en détail

La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011

La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011 La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011 Laure BERTHELEMY Septembre 2012 1 / 27 Propos introductifs de méthodologie : La création et la reprise d entreprises sont des indicateurs

Plus en détail

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions La logistique contribue, de manière significative, au développement

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

BREF ILE-DE-FRANCE ACTIVITE ET CHOMAGE DANS LES ZONES URBAINES SENSIBLES FRANCILIENNES S U P P L E M E N T LES PRINCIPAUX RESULTATS

BREF ILE-DE-FRANCE ACTIVITE ET CHOMAGE DANS LES ZONES URBAINES SENSIBLES FRANCILIENNES S U P P L E M E N T LES PRINCIPAUX RESULTATS n 16 - Décembre 2008 S U P P L E M E N T BREF ILE-DE-FRANCE ACTIVITE ET CHOMAGE DANS LES ZONES URBAINES SENSIBLES FRANCILIENNES Les zones urbaines sensibles se différencient toutes les unes des autres,

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

www.tourisme-essonne.com Les chiffres tourisme Essonne année 2011

www.tourisme-essonne.com Les chiffres tourisme Essonne année 2011 www.tourisme-essonne.com Les chiffres du tourisme Essonne en année 211 Les chiffres clés de l année 211 2 318 743 nuitées en Essonne Capacité d accueil : 13 hôtels, 94 hébergements Gîtes de France (meublés

Plus en détail

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains aria direccte a q u i t a i n e Collection «Études» N 21 Mars 2013 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI service études, statistiques, évaluation

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN SEINE-SAINT-DENIS JUILLET 2015

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN SEINE-SAINT-DENIS JUILLET 2015 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Île de France (DIRECCTE) Unité territoriale de Seine-Saint-Denis LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN SEINE-SAINT-DENIS

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE Direction du Développement Économique, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et de l'innovation

Plus en détail

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires Fiche presse Jeudi 14 avril 2016 Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires La feuille de route partagée entre l État et la Région pour le développement économique, l emploi

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Présentation et analyse des impacts

Présentation et analyse des impacts Mars 2016 Institut national de la statistique et des études économiques Rénovation de la méthodologie de calcul des indices de chiffres d affaires Présentation et analyse des impacts Rénovation de la méthodologie

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer Rapport d activité 2012 Le réseau national Au service des créateurs, des territoires et de l emploi Initiative

Plus en détail

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses?

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 Paris, le 02 mai 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 L Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA) publie la photographie des Entreprises Adaptées (EA) en 2013.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre RAPPORT ANNUEL Lauréat au palmarès 2010 France Initiative pour la bonne appropriation de la démarche qualité et la très forte implication de la plateforme à tous les niveaux du réseau dans les groupes

Plus en détail

Initiation à la gestion des entreprises

Initiation à la gestion des entreprises Virginie Gallego, Julie Moutte et Julien Reysz Initiation à la gestion des Presses universitaires de Grenoble Introduction Pour Williamson, «une entreprise est une organisation administrée qui assure la

Plus en détail

La logistique à la Réunion

La logistique à la Réunion La logistique à la Réunion Le développement de la logistique amorcé il y a une vingtaine d années à la Réunion s est inscrit dans le prolongement des services portuaires (stockage, entreposage) et en complément

Plus en détail

Initiative Bretagne accueille la 5 ème Université du réseau Initiative à Saint Malo du 26 au 28 mai 2014

Initiative Bretagne accueille la 5 ème Université du réseau Initiative à Saint Malo du 26 au 28 mai 2014 Communiqué de presse Paris, le 13 mai 2014 EVENEMENT Initiative Bretagne accueille la 5 ème Université du réseau Initiative à Saint Malo du 26 au 28 mai 2014 A l occasion de sa 5ème édition, l Université

Plus en détail

Synthèse territoriale Emploi Formation. Zone d emploi Carcassonne. Dynamiques socio-démographiques

Synthèse territoriale Emploi Formation. Zone d emploi Carcassonne. Dynamiques socio-démographiques Edition juillet 2015 Synthèse territoriale Emploi Formation Méthodologie : ce portrait met en avant les traits saillants de la zone au regard de l ensemble régional et hiérarchise ainsi les zones les unes

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JANVIER 2012

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JANVIER 2012 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JANVIER 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france CREATEURS D ENTREPRISES EN ILE-DE-FRANCE ACCOMPAGNES ET

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE LE 13 MAI 2014 20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 20 ème année consécutive, l enquête logistique 2013-2014 de l AFT-IFTIM

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

L activité des organismes de formation continue enregistrés en Région Alsace en 2006

L activité des organismes de formation continue enregistrés en Région Alsace en 2006 DRTEFP Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle d Alsace R epères : synthèses ( n o 28 avril 28 L activité des organismes de formation continue enregistrés en Région

Plus en détail

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne Sommaire Introduction 5 1.1 Une baisse de la demande d

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS DE LA CRÉATION D ENTREPRISES EN 2014

CHIFFRES-CLÉS DE LA CRÉATION D ENTREPRISES EN 2014 CHIFFRES-CLÉS DE LA CRÉATION D ENTREPRISES EN 2014 Octobre 2015 1 La création d entreprises en 2014 2 Les défaillances d entreprises en 2014 PLUS DE 4 000 ENTREPRISES CRÉÉES EN 2014 EN INDRE-ET-LOIRE Créations

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire Economique

Les dossiers de l Observatoire Economique Direction Prospection et Développement LES ENTREPRISES DE SERVICES MARCHANDS Les dossiers de l Observatoire Economique A. Présentation générale du secteur...2 1. Avant-propos...2 2. Le cadre des services...2

Plus en détail

Secteur «transports et entreposage»

Secteur «transports et entreposage» 2011 Secteur «transports et entreposage» Observatoire de la Maison de l Emploi et de l Initiative Economique du Haut Val d Oise Evan Alterio Date de publication : 27/10/2011 M a i s o n d e l E mp l o

Plus en détail

la création D ENTREPRISES au FÉMinin

la création D ENTREPRISES au FÉMinin la création D ENTREPRISES au FÉMinin QUELLES SPÉCIFICITÉS?... En France on peut mieux faire L environnement entrepreneurial français est un des plus favorables pour la création d entreprises féminine à

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission»

Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission» Emploi... Dynamiser l entreprenariat en Basse-Normandie avec les chartes de partenariat «création» et «reprise-transmission» La Région et plus de 160 partenaires en Basse-Normandie se sont engagés en faveur

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS des entreprises d insertion (données 2014)

CHIFFRES CLÉS des entreprises d insertion (données 2014) 2015 CHIFFRES CLÉS des entreprises d insertion (données 2014) 63% % Efficacité économique, finalité sociale EI moyenne 61% d intensité d insertion* > 26 ETP en moyenne dont 16 ETP d insertion > 1 033 K

Plus en détail

Convention de revitalisation KERRY

Convention de revitalisation KERRY Comité de pilotage du 17 mai 2011 à Apt Convention de revitalisation KERRY Dossier de presse Contacts presse : Josiane HAAS-FALANGA : 04 88 17 80 40 / Karine COSTES : 04 88 17 80 41 Sommaire Quelques caractéristiques

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 à Master recherche Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master recherche promotion 2011 1 046 diplômés de M2 recherche en

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

PRINCIPALES AIDES EN FAVEUR DE L ACCES A L EMPLOI DES JEUNES Et autres publics en recherche d emploi

PRINCIPALES AIDES EN FAVEUR DE L ACCES A L EMPLOI DES JEUNES Et autres publics en recherche d emploi PRINCIPALES AIDES EN FAVEUR DE L ACCES A L EMPLOI DES JEUNES Et autres publics en recherche d emploi Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Bâtiment et Travaux Publics

Bâtiment et Travaux Publics Avril 2013 Service Statistiques, Études et Évaluation Bâtiment et Travaux Publics Haute-Normandie En Haute-Normandie, 18 886 demandeurs d emploi sont inscrits en catégories A, B et C dans un métier relevant

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Les créateurs d entreprise & la création d emplois

Les créateurs d entreprise & la création d emplois Les créateurs d entreprise & la création d emplois Un sondage exclusif mené par OpinionWay pour Sondage réalisé à l occasion du 18 ème Salon des Entrepreneurs de Paris - 2 & 3 février 2011 au Palais des

Plus en détail

Opérations programmées

Opérations programmées Actions de qualification et de requalification des salariés et des demandeurs d emploi Article 3.2 Opérations programmées S DE CONNAISSANCES ET DE COMPÉTENCES DE BASE Favoriser l accès des salariés à des

Plus en détail

SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014

SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014 CINOV SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014 L'enquête, dont l'analyse est présentée ci-dessous, a été réalisée par la Fédération CINOV auprès d un panel de ressortissants (adhérents CINOV ou non), en janvier

Plus en détail

BILAN LES ENTREPRISES POLYNÉSIENNES EN

BILAN LES ENTREPRISES POLYNÉSIENNES EN Points forts 05 BILAN EN 2011 P L U S D E R A D I A T I O N S Q U E D E C R É A T I O N S INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 2011, le nombre de radiations d entreprises augmente de

Plus en détail

Contexte socio-démographique

Contexte socio-démographique Santé des mères et des enfants de Paris 1 Contexte socio-démographique 1.. Population 11 1.2. Fécondité et natalité 21 1.3. Mortalité 27 1.4. Composition des ménages et des familles, modes de garde des

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010

SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 SCOT sur le périmètre de la Conférence du Pays du Saint-Quentinois SEMINAIRE DU 17 JUIN 2010 Présentation des grandes lignes du diagnostic et de l él état initial de l environnementl Le contenu du SCOT

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015

La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015 PREFET DE LA REGION CHAMPAGNE- ARDENNE Novembre 2015 La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

CP 12-163 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE

CP 12-163 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 2 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION : CONVENTION- CADRE REGIONALE ENTRE LA REGION, L ETAT ET L ASSOCIATION NATIONALE DES GROUPEMENTS DE CREATEURS RELATIVE A L ANIMATION ET L ESSAIMAGE DES GROUPEMENTS DE CREATEURS

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE. Novembre 2012 : le mois de l économie sociale et solidaire P.2

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE. Novembre 2012 : le mois de l économie sociale et solidaire P.2 Visite à Montpellier de Benoît HAMON, Ministre délégué auprès du ministre de l'economie et des Finances, chargé de l'economie sociale et solidaire et de la Consommation DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE Novembre

Plus en détail

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES 27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES UNE PHOTOGRAPHIE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU-DELÀ DES CLICHÉS Majoritaires dans la population, en situation de quasi parité dans la population active occupée,

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

BILAN VISITEURS 2010

BILAN VISITEURS 2010 Mercredi 17 et Jeudi 18 Novembre 2010 BILAN VISITEURS 2010 I- PROFIL DES 9 844 VISITEURS 1. Répartition par profil Dans le but de mieux analyser nos trois principaux profils de visiteurs (le porteur de

Plus en détail