Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES"

Transcription

1 Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES 22/04/2011 AMOES Vincent Laniesse

2 - SOMMAIRE - 1. Objectifs Description des bureaux Métrologie mise en œuvre Les mesures électriques Les mesures de température Traitement des données Données électriques Données des températures Résultats des mesures électriques Consommations totales Consommations du poste «éclairage» Consommations du poste «Volets» Consommations du poste «Ventilation» Consommations du poste «Informatique» Consommations du poste «Cuisine» Résultats des mesures de température Mesures Conclusions Préconisations Version 1.3 du 22 Avril 2011 Auteur : Vincent LANIESSE Page 1

3 1. Objectifs Une campagne de mesure a été menée afin de déterminer toutes les consommations électriques au sein des locaux de la société AMOES. L'objectif de la campagne est de comparer la consommation totale par rapport à la moyenne des consommations dans des bâtiments de bureaux en France, et surtout de vérifier qu'elle est bien inférieure au moins quatre fois à cette moyenne, conformément à l'objectif national "Facteur 4". Dans tous les cas, on étudiera la faisabilité d'engager des actions visant à diminuer encore davantage la consommation. 2. Description des bureaux Les bureaux de la société AMOES, sont situés à Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine. Leur surface totale est de 96m². Durant la campagne de mesures, entre 7 et 8 personnes étaient présentes à plein temps dans les bureaux. Différents termes sont employés dans le rapport, expliqués en détail ci-après : La veille : C est la part de consommation d un appareil / départ alors qu il n est pas utilisé. Marche : C est la part de consommation d un appareil / départ alors qu il est utilisé. Arrêt : C est la part de non-consommation d un appareil / départ. Période «occupation» : C est la période définie de 8h à 20h pendant laquelle sont présents les salariés en semaine. Période «inoccupation» : C est toute la période inverse d occupation, c est-à-dire de 20h à 8h en semaine, et sur toute la plage horaire en week-end. Période «semaine» : Ce sont les jours de la semaine, du lundi au vendredi. Période «week-end» : Ce sont les jours du week-end, samedi et dimanche. Page 2

4 3. Métrologie mise en œuvre La campagne de mesures électriques s est déroulée du Mardi 15 Février 2011 au Dimanche 27 Mars 2011, soit 41 jours au total. Le changement d heure effectif dans la nuit du Samedi 26 Mars au Dimanche 27 Mars n a pas été pris en compte, car la campagne de mesures s est terminée ce jour là. En ce qui concerne la campagne de mesures des températures, elle s est déroulée du Mardi 15 Février 2011 au Dimanche 03 Avril Le changement d heure a cette fois-ci bien été appliqué aux résultats, même s il n est pas perturbateur dans notre cas. 4.1 Les mesures électriques Les mesures électriques ont été effectuées à l aide d un système multivoies (MULTIVOIES d Omégawatt). Ce dernier permet la mesure électrique simultanée de plusieurs départs en tableau. Il se compose de 3 éléments: o Le concentrateur, qui permet d effectuer une prise de tension et de communiquer par infrarouge avec le palm o Un palm permettant la programmation et l enregistrement des mesures sur l ensemble. o Les modules, chacun équipés de pinces ampère-métriques permettant la mesure du courant Les pinces ampère-métriques sont associées à un compteur électronique autonome à mémoire qui enregistre la consommation au pas de temps de 10 minutes. Ce dispositif de type «datalogger» stocke les informations pendant toute la durée de la campagne de mesure. La précision des mesures est de 2%. La photo ci-contre montre le câblage réalisé sur le tableau électrique. Page 3

5 Les postes mesurés concernent : L éclairage : o Secrétariat + couloir o Bureau du fond [1] + Bureau des stagiaires o Cuisine + WC + Local imprimante o Bureau du directeur o Salle de réunion Les volets électriques (nombre de fenêtres) : o Salle de réunion + Cuisine (3) o Secrétariat + Stagiaires (2) o Bureau du fond + Bureau du directeur (4 dont une double) La CTA Les prises de courants (PC) Informatique : o Bureau du directeur o Salle de réunion + moteurs de régulation de la ventilation o Secrétariat + Stagiaires o Bureau de Vincent & Samuel o Bureau de Florence & Jonathan & prises du fond o Local Imprimante + Serveur Les prises de courant (PC) de la cuisine 4.2 Les mesures de température Les températures intérieures ont été mesurées et enregistrées au pas de temps de 10 minutes via des capteurs autonomes (voir photo ci-dessous) placés dans les bureaux à 1m du sol, aux endroits suivants : 1 dans le bureau du directeur sur le rebord de la fenêtre 1 dans l open-space sur l étagère proche de la cloison avec le secrétariat 1 dans la salle de réunion sur l étagère proche de la porte d entrée [1] Le «fond» désigne l extrémité de l open-space. Cela correspond à la surface murale qui fait l angle du bâtiment et qui donne sur le carrefour. Page 4

6 Le schéma ci-dessous indique la localisation des capteurs au sein de bureaux. 4. Traitement des données 4.1 Données électriques Toutes les données récoltées ont été placées dans un fichier de données permettant un traitement aisé des informations. Il contient toutes les informations de la campagne de mesure (tension, puissance moyenne relevée sur le pas de temps, numéro de voie ).A partir de là, on calcule ensuite pour chaque jour type et chaque heure la puissance moyenne appelée pendant la période de mesure pour chaque départ. On dénombre deux jours types, qui sont identifiés par «semaine» et «week-end» correspondant respectivement aux jours ouvrés et non-ouvrés. Ils ont comme référence la moyenne journalière par jour type, calculée sur l ensemble de la période. Les données ayant été enregistrées sur une durée inférieure à un an, les valeurs de puissance sont extrapolées pour obtenir une consommation annuelle proportionnellement au nombre de jours. Cette méthode simplifiée ne permet pas de tenir compte d une variation saisonnière de l éclairage mais permet une estimation de la fourchette haute des consommations. 4.2 Données des températures Le traitement est le même que pour les données électriques. Les températures sont moyennées sur une heure. On s intéressera à 2 périodes types: la période d occupation qui correspond aux heures de bureaux de 8h à 20h en semaine la période d inoccupation qui correspond à tout le reste du temps, y compris les week-ends. Page 5

7 5. Résultats des mesures électriques 5.1 Consommations totales La puissance maximale appelée sur la période est de 2.6 kw. La consommation totale sur toute la période est de 170 kwh, soit environ 131 kwh sur 1 mois. Si on extrapole cette valeur à l année comme expliqué précédemment, on peut estimer la consommation annuelle à kwh. Ces valeurs sont cohérentes avec la valeur de kwh relevée au compteur l an dernier entre Février 2010 et Mars 2011 et valident l hypothèse de la fourchette haute de consommation 2. En supposant une consommation annuelle moyenne de kwh, on obtient une consommation surfacique de 16,6 kwh/m².an ou de 52,6 kwhep/m².an avec un coefficient de conversion de l énergie égal à 3,17. Comparons ces valeurs à celle du bâtiment de l INEED, livré en 2006 et qui était en 2009, le bâtiment de bureaux le moins consommateur de France : 17,5 kwh/(m².an) en énergie finale. Rappelons aussi la consommation moyenne des bâtiments de bureaux 3 : 35 et 100 kwh/(m 2.an). La consommation totale électrique des bureaux d AMOES est inférieure à celle de l INEED et à 4 fois la consommation moyenne des bureaux en France. La «Figure 1 : Consommation électrique du 15/02 au 27/ » nous montre la consommation globale sur toute la période étudiée (moyennées à la journée). La «Figure 2 : Puissance électrique appelée du 15/02 au 27/ » indique le tracé de la puissance appelée à tout instant sur toute la période étudiée. Observation de la consommation électrique du 15/02 au 27/ Consommation globale par jour Conso Elec (kwh/jour) Journée d inauguration Figure 1 : Consommation électrique du 15/02 au 27/ kwh sur 14 mois relevés soit environ 1300 kwh annuels 3 Source : Page 6

8 Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES Puissance électrique appelée du 15/02 au 27/ Puissance max appelée : 2,6 kw Puissance (W) Puissance appelée (W)) Journée d inauguration : 2,5 kw Talon de puissance : 38W Figure 2 : Puissance électrique appelée du 15/02 au 27/ La puissance maximale appelée est de 2,6kW. Le talon de puissance observé en permanence atteint 38W. La consommation moyenne journalière est de 5.4 kwh en semaine. Le week-end on observe une consommation de veille de 0.9 kwh/jour. On notera la consommation exceptionnelle du Lundi 28 Février lors de la journée d inauguration de presque 9 kwh ce jour là. La «Figure 3 : Répartition des consommations» représentée ci-dessous, indique la répartition de la consommation en fonction des différents postes étudiés. Elle est identique à la répartition des coûts. Répartition des consommations d'électricité sur l'ensemble de la période Eclairage Volets CTA PC Cuisine PC Info Consommation sur la période : 170 kwh 21 kwh 12% 13 kwh 8% 9% 87 kwh 51% 15 kwh 20% 34 kwh Figure 3 : Répartition des consommations L informatique représente 51% de la consommation d électricité, viennent ensuite la cuisine, puis l éclairage. Ce poste avec 12% de la consommation totale n est pas donc pas un problème prioritaire. Les volets électriques en revanche ont une part de 8% alors qu ils ne sont utilisés que deux fois par jour. Page 7

9 Si l on s intéresse maintenant à la répartition de la consommation entre les différents états «en occupation» et «hors occupation», on s aperçoit qu un tiers des consommations ont lieu en dehors de la période d occupation des bureaux. S il est normal que cette valeur ne soit pas nulle car certains appareils doivent fonctionner pendant cette période : régulation de chauffage, réfrigérateur, la part qu elle représente est trop élevée. L évolution d un jour type est calculée sur la moyenne totale des jours ouvrés et non-ouvrés de l ensemble de la période. La «Figure 4 : Courbe de charge - Total» nous montre la puissance moyenne horaire (en W) appelée au fil de la journée. Courbe de charge sur une journée - Total Puissance moyenne (W) Total en week end Total en semaine Figure 4 : Courbe de charge - Total Remarques : les bureaux sont occupés de 8h00 à 20h00 en moyenne le pic de puissance a lieu à 13h, heure du repas en fin de journée, la hausse en fin de journée correspond à l allumage des luminaires puisque l éclairement naturel baisse Les paragraphes suivants présentent les résultats des mesures des différents postes instrumentés. 5.2 Consommations du poste «éclairage» La consommation totale du poste «éclairage» est de 20.6 kwh, soit 1.91 kwh/m².an pour une puissance maximale appelée de 521 W. Page 8

10 Courbe de charge sur une journée - Eclairage Puissance moyenne (W) Eclairage en week end Eclairage en semaine Figure 5 : Courbe de charge - Eclairage On remarquera que l éclairage est utilisé de façon pertinente : Le niveau de l éclairage correspond au niveau d éclairement naturel observé à cette période de l année (Février-Mars) : le lever du soleil a lieu entre 7 et 8h et l éclairement naturel généralement satisfaisant. L éclairage des bureaux est modéré. En revanche, le coucher du soleil ayant lieu vers 18h, l éclairement artificiel augmente à partir de 17h. Les appels de puissance ont lieu pendant les heures de fonctionnement des bureaux entre 8h et 20h à quelques exceptions plus tard le soir ou les week-ends. La consommation moyenne hebdomadaire de l éclairage baisse entre la première semaine de février et la dernière de mars (voir «Figure 6 : Evolution de l élément Eclairage»). Cela s explique par un temps plus ensoleillé et l augmentation de la durée du jour et du nombre d heures d ensoleillement. Evolution de la consommation électrique de l'éclairage par semaine Eclairage en semaine kwh/semaine Figure 6 : Evolution de l élément Eclairage Entre le mois de février et le mois de mars, la consommation hebdomadaire a été divisée par un facteur 4,5. Page 9

11 5.3 Consommations du poste «Volets» La consommation totale du poste «volets» est de 12.7 kwh, soit 1.18 kwh/m².an pour une puissance maximale appelée de 45 W. Courbe de charge sur une journée type- Volets Puissance appelée (W) Volets en semaine Volets en week end Figure 7 : Courbe de charges - Volets On relève une puissance de veille de l ordre de 13 W, soit 1.44 W par volet et une puissance maximale appelée au moment de monter les volets de 45 W (5W de moins lors de la descente). La consommation des volets est constante et égale à 315 Wh par jour. La consommation en veille représente 96% de la consommation totale! Répartition de la consommation - Volets Veille 4% Marche 96% Figure 8 : Veille des Volets Page 10

12 5.4 Consommations du poste «Ventilation» La consommation totale du poste «Ventilation» est de 15 kwh pour une puissance maximale appelée de 190 W. Le fonctionnement de la CTA n est pas automatisé ainsi certains jours la CTA n a fonctionné que 2h ou 3h, contre 8h ou 10h habituellement ou au contraire elle a fonctionné pendant 24h. La journée du 28 Février, jour de l inauguration, on relève un pic de fonctionnement avec une puissance maximale appelée de 190 W. Si l on exclut ces jours particuliers, la courbe de charge sur une journée type est la suivante : Courbe de charge sur une journée - CTA CTA en week end CTA en semaine Puissance moyenne (W) Figure 9 : Courbe de charges Ventilation Remarques : La puissance de veille est de l ordre de 8 W, contre une puissance appelée en fonctionnement de 34 W. En période d occupation, la consommation est de 0,2 Wh/m3 (avec un débit de 200m3/h). Les bureaux sont occupés environ 30% de temps sur une semaine (5 jours de 10h) or la CTA est en fonctionnement 52% du temps. La consommation de veille représente 48% de la consommation totale de la CTA. Page 11

13 Répartition des consommations - Ventilation 52% 48% Veille Marche Figure 10 : Veille de la ventilation 5.5 Consommations du poste «Informatique» La consommation totale du poste «Informatique» est de 86.7 kwh, soit 8.04 kwh/m².an pour une puissance maximale appelée de W. Courbe de charge sur une journée - Informatique Puissance moyenne (W) PC Info en week end PC Info en semaine Figure 11 : Courbe de charge - Informatique On remarque le creux de 13h, qui correspond à la pause déjeuner du personnel et la puissance constante entre 10h et 18h horaires pendant lesquels tous les salariés sont présents. On en déduit une puissance moyenne de 30W par ordinateur portable. Il est ici très difficile de déterminer le taux de fonctionnement de veille des ordinateurs. Il aurait fallut pour cela avoir une mesure précise dédiée à chaque ordinateur. La «Figure 12 : Répartition de l'informatique» indique la répartition de la consommation des éléments informatique (ordinateurs portables, serveur, imprimantes et toutes les prises de courant sur les postes de travail). Page 12

14 Etude des Consommations Electriques et Mesures de Températures dans les bureaux d AMOES Répartition des consommations d'électricité sur les PC Info sur l'ensemble de la période Bureautique Serveur + Imprimante Salle de réunion + Regule ventilation 6% 34% 60% Figure 12 : Répartition de l'informatique La part de la bureautique est normale étant donné que cela concerne tous les ordinateurs, écrans, lampes de bureau, imprimante locale. On remarque une part importante du poste «serveur + Imprimante». Cela correspond au local informatique où est entreposé le serveur avec l imprimante principale. Cette consommation est importante et surtout due à un appareil indéterminé qui reste branché 7jours sur 7. La «Figure 13 : Répartition des postes de travail» indique la répartition des consommations du poste bureautique précédent par poste de travail. Répartition des consommations de chaque poste de travail Conso période : 53 kwh PC Bureau Damien PC Secrétariat + Stage PC Vincent + Samuel 24% PC Flo+Jo+Fond 11% 43% 22% Figure 13 : Répartition des postes de travail Elle reflète bien la répartition du nombre de postes de travail : - 1 personne sur le poste «Bureau Damien» - 2 personnes sur le poste «Vincent & Samuel» - 2 personnes sur le poste «Florence & Jonathan & Fond» - 3 personnes en moyenne sur le poste «Secrétariat & Stagiaires» Page 13

15 La consommation moyenne d un poste de travail est de 155 Wh/pers/jr sur l ensemble de la période. 5.6 Consommations du poste «Cuisine» La consommation totale du poste «Informatique» est de 33.6 kwh, soit 3.12 kwh/m².an pour une puissance maximale appelée de W. Courbe de charge sur une journée - Cuisine Puissance moyenne (W) PC Cuisine en week end PC Cuisine en semaine Figure 14 : Courbe de charge - Cuisine La cuisine est équipée : - D un réfrigérateur de 100 L, d une plaque électrique de 1700 W, d un micro-onde, d une cafetière et d une bouilloire électrique. Les 2 pics de consommation ont lieu le matin vers 9h, pour faire du café/thé où lors de l ouverture répétée du réfrigérateur et entre 12h et 14h lors de la pause déjeuner. Ces pics sont plus ou moins importants selon les jours. La puissance moyenne horaire maximale appelée est de 1.3 kw. La veille de la cuisine est importante, «Figure 15 : Veille de la cuisine», à cause du réfrigérateur, qui bien entendu reste allumé jour et nuit. Page 14

16 Répartition des consommations- Cuisine Arret Veille Marche 1% 29% 70% Figure 15 : Veille de la cuisine 6. Résultats des mesures de température 6.1 Mesures Les bureaux d AMOES sont chauffés par 4 radiateurs placés dans les pièces principales : le bureau du directeur, le secrétariat, la salle de réunion et l open-space. Chaque radiateur est régulé par une sonde de température qui commande un moteur électrothermique tout ou rien placé sur le radiateur. La consigne de chauffage est de 19 C en période d occupation et de 16 C la nuit et les weekends. Courbes de fréquences cumulées de la température moyenne globale Open-Space Bureau du directeur Salle de réunion Figure 16 : Températures relevées au cours de la période Page 15

17 Le tableau suivant récapitule les températures minimales, maximales et moyennes observées. Température Inoccupation Occupation Moyenne 18.7 C 19.9 C Minimale 16.5 C 17.5 C Maximale 21.4 C 22.6 C Valeurs moyennes des températures Le graphique de la «Figure 17 : Température moyennes par jourerreur! Source du renvoi introuvable.» présente les fréquences cumulées des températures observées sur la période de mesures. Courbes de fréquences cumulées de la température moyenne globale Occupation Consigne 19 C la semaine Inoccupation Consigne 16 C le week-end Température C % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Figure 17 : Température moyennes par jour En période d occupation : La température moyenne est de 19,9 C. Les dépassements de consigne ont lieu 85% du temps. La surchauffe est modérée puisque la température maximale moyenne observée vaut 22,6 C. Ils sont dus principalement aux apports internes. La température minimale moyenne est de 17.5 C. Cette valeur inférieure à la température de consigne est probablement due au système de gestion automatique de la relance par la régulation. L ouverture de la vanne est commandée et adaptée en fonction de la température extérieure et de la température de consigne. Les commandes sont mémorisées. Plus l installation est ancienne meilleure sera le fonctionnement. Page 16

18 En période d inoccupation : La température minimale moyenne vaut 16,5 C. Ceci signifie que le chauffage n a quasiment jamais fonctionné la nuit ou les weekends en février/mars. Seul le bureau du directeur est tombé en dessous de 16 C pendant 1% du temps. La «Erreur! Source du renvoi introuvable. montre l écart de température entre le bureau du directeur et la salle de réunion avec l open-space. Ce dernier est pris comme référence. Courbes de fréquences cumulées de la température moyenne par rapport à l'open-space en période d'occupation dt Salle de réunion dt Bureau du directeur % % 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Figure 18 : Différence de température avec l Open-Space : Période d occupation Des fluctuations de température sont observées dans le bureau du directeur. 2 raisons à cela : Le capteur est positionné sur la fenêtre orientée sud. Le bureau du directeur est probablement plus froid que les autres puisque la porte qui le sépare du local CTA n est pas étanche à l air et que ce local et hors de l enveloppe chauffée. La salle de réunion ne bénéficie d aucun apport interne ci ce n est pendant les réunions ou la pause déjeuner. Il est donc normal que les températures observées soient plus basses que celle de l open-space. Néanmoins le nombre d heures où la température est inférieure à la température de consigne parait élevé : 40% du temps en occupation. Peut être dû à la position de la sonde sur la fenêtre? 6.2 Conclusions Pendant la période de mesures, en février mars : La température de consigne est dépassée 85% du temps en occupation. La température maximale moyenne (de l ensemble des bureaux) observée est de 22,6 C. La température minimale moyenne est de 16,5 C. Les radiateurs ne se sont donc pas mis en route la nuit et les weekends. La gestion de la relance n est pas encore tout au fait point après xxx mois de fonctionnement: 15% du temps les températures sont au-dessous de la température de consigne en occupation. Page 17

19 La position de la sonde ou du capteur de température sur la fenêtre n est pas judicieuse. Ils devraient être placés au centre de la pièce. 7. Préconisations La consommation électrique des bureaux d AMOES est de 16,6 kwh/(m 2.an), dont la moitié concerne la bureautique. Pour référence, la consommation moyenne des bureaux en France est très variable 4 : de 18 à 100 kwh/(m 2.an). AMOES est dans la fourchette basse de cette moyenne et compte donc parmi les bureaux que l on peut qualifier de très économes. Le tableau ci-dessous indique les mesures à prendre pour réduire encore davantage ces consommations ainsi que les économies qui en découleraient. Préconisation Economie Puissance souscrite Changement de la puissance d abonnement à 3 kva Baisse du prix de l abonnement. Eclairage Informatique Eteindre les luminaires quand l éclairement naturel est suffisant Vérifier le fonctionnement du luminaire avec gradateur, le réparer si besoin Configurer les postes de travail pour mettre en place une mise en veille prolongée Pour cela il faut aller dans les propriétés d affichage de l ordinateur (généralement clique droit sur le bureau puis propriétés). Dans l onglet Ecran de veille, puis Gestion de l alimentation, tous les paramètres sont programmables. On peut donc configurer son ordinateur pour que la mise en veille soit automatique au bout de 5min ou 10min d inactivité. Eteindre la multiprise en période d inoccupation. Même éteints, les transformateurs des ordinateurs consomment de l électricité! Eteindre complètement le dispositif lors des périodes d inoccupation Automatiser la mise en route Pour cela il faut installer une horloge programmable dans l armoire électrique. CTA 27% d économie sur la CTA 2.4% d économie sur la facture Volets Eteindre complètement le dispositif lors des périodes d inoccupation 57% d économie sur les Volets 4.6% d économie sur la facture 4 17,7 pour les bureaux de l INEED, le bâtiment le moins consommateur de France Page 18

20 Pour cela il faut installer une horloge programmable dans l armoire électrique (voir ci-dessus). Cuisine Régler la température intérieure du réfrigérateur sur 5 C et nettoyer la grille arrière Optimiser la cuisson en utilisant des accessoires adaptés (casseroles, couvercles), et en profitant de la chaleur de la plaque après extinction. L application de toutes ces préconisations très simples permettrait de réduire la consommation électrique des bureaux d AMOES de 7% pour obtenir une consommation en énergie primaire de 48.9 kwh ep /(m².an). Page 19

Date : Diagnostiqueur : Consommations en énergie primaire détail par usage en kwh EF détail par usage en kwh EP

Date : Diagnostiqueur : Consommations en énergie primaire détail par usage en kwh EF détail par usage en kwh EP Une information au service de la lutte contre l effet de serre bureaux, services administratifs, enseignement N : Valable jusqu au : Nature de l RP : Année de construction : ate : iagnostiqueur : Signature

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ

Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ Le compteur bleu électronique TRIPHASÉ Mode d'emploi Edition 2008 SOMMAIRE Qu est-ce que le compteur électronique? page 1 Comment consulter les informations disponibles? page 2 Informations disponibles

Plus en détail

TARIFS D UTILISATION DES RESEAUX PUBLICS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION DE L ELECTRICITE

TARIFS D UTILISATION DES RESEAUX PUBLICS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION DE L ELECTRICITE PAGE 2 : TARIFICATION APPLICABLE AUX CONSOMMATEURS RACCORDES EN DOMAINES DE TENSION HTA OU HTB PAGE 6 : AU-DESSUS DE 36 kva PAGE 7 : JUSQU'A 36 kva Page 1/7 TARIFICATION APPLICABLE AUX CONSOMMATEURS RACCORDES

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique

Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.1.bis.public) bureaux, services administratifs, enseignement N : 08 06 2142 / 1 Valable jusqu au : 26/08/2018 Année de construction :

Plus en détail

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs de la présentation Identifier les principaux

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL

RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL Eco Carnot Voir plus beau avec Eco Carnot! RAPPORT D ACTIVITÉ DE L AEL ANNÉE 2013-2014 BILLET Maxence CARLETTO Sylvain CHARRIER Benjamin COMBE Benoît LACONDEMINE Antoine UROS Emmanuel VAGINAY Thomas VERISSEL

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

en maison individuelle et immeuble de bureaux

en maison individuelle et immeuble de bureaux Annexe I Influence de l inertie en maison individuelle et immeuble de bureaux A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (06) 35 Sommaire

Plus en détail

CH 11: PUIssance et Énergie électrique

CH 11: PUIssance et Énergie électrique Objectifs: CH 11: PUssance et Énergie électrique Les exercices Tests ou " Vérifie tes connaissances " de chaque chapitre sont à faire sur le cahier de brouillon pendant toute l année. Tous les schémas

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Un premier chiffrage de quelques actions de réduction des consommations d énergie et d émissions de CO 2. Synthèse

Un premier chiffrage de quelques actions de réduction des consommations d énergie et d émissions de CO 2. Synthèse Un premier chiffrage de quelques actions de réduction des consommations d énergie et d émissions de CO 2 Synthèse Le tableau suivant est la synthèse des quatre premières actions proposées pour réduire

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Bien régler la température de chauffage

Bien régler la température de chauffage Température de chauffage Baisser la température en cas absence Bien régler la température de chauffage Ne pas gêner la diffusion de chaleur Fermer les volets / rideaux la nuit De même, ne pas mettre de

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

électronique du tarif bleu

électronique du tarif bleu Le compteur MONOphasé électronique du tarif bleu Qu est- ce que le compteur Electrique? Destiné à mesurer les consommations, il possède quelques avantages : Il vous précise le tarif choisi et la tarification

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Pour une gestion durable de l éclairage public

Pour une gestion durable de l éclairage public Pour une gestion durable de l éclairage public Mardi 6 décembre 2011 Amphi des 13-Vents CETE Méditerranée - Aix-en-Provence Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif à l affichage du diagnostic de performance énergétique dans les bâtiments publics en France métropolitaine.

ARRÊTÉ du. relatif à l affichage du diagnostic de performance énergétique dans les bâtiments publics en France métropolitaine. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement et de l aménagement durables NOR : DEVU0771404A ARRÊTÉ du relatif à l affichage du diagnostic de performance énergétique dans les bâtiments

Plus en détail

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ Auteur : S.& S. Etienne F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ TI-Nspire CAS Mots-clés : représentation graphique, fonction dérivée, nombre dérivé, pente, tableau de valeurs, maximum, minimum. Fichiers associés

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz

02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz 02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz Ce guide, conçu par l Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Retour sur les mesures de températures Quelques infos pour commencer Afin de mesurer les différents phénomènes liés à la consommation d énergie dans les logements un enregistreur USB de température est

Plus en détail

SYSTEME DE CONTRÔLE D ACCÈS

SYSTEME DE CONTRÔLE D ACCÈS SYSTEME DE CONTRÔLE D ACCÈS Durée : 4heures Propreté : /1 Autonomie : Binôme : Bilan : Note /40 : 1 1: MISE EN SITUATION La société ECCTA ingénierie est un bureau d études en bâtiment. 10 personnes y travaillent

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer L informatique et audio-visuel Quelques infos pour commencer D après une étude du bureau Enertech la répartition de la consommation d électricité a évolué. La consommation du site audiovisuel et informatique

Plus en détail

C.M.E.2.3 Comment évaluer sa consommation d énergie électrique?

C.M.E.2.3 Comment évaluer sa consommation d énergie électrique? C.M.E.2.3 Comment évaluer sa consommation d énergie électrique? I) Énergie et puissance électrique : Analysons le document suivant : Ampoules basse consommation et ampoules classiques. Les ampoules classiques

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Tarifs de raccordement 2012-2015

Tarifs de raccordement 2012-2015 Tarifs de raccordement 2012-2015 LES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES CLIENTS DIRECTEMENT RACCORDÉS AU RÉSEAU ELIA Les conditions tarifaires pour les raccordements au réseau Elia, qui font l objet de la

Plus en détail

Sciences physiques Stage n

Sciences physiques Stage n Sciences physiques Stage n C.F.A du bâtiment Ermont 1 Activité 1 : Vous disposez des 4 appareils électriques suivants : 1 radiateur de puissance P R = 1000 W. 2 lampes halogènes de puissances P L = 500

Plus en détail

Electricité de France. Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie

Electricité de France. Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Electricité de France Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Campagne de mesure éclairage : 50 logements dans un immeuble à Bordeaux et parties communes Rapport Final Mars 2005 26160

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail.

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. www.nlazur-hlm.fr Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. 1 - Objectif du DPE Ce document

Plus en détail

serveur domovea TJA450

serveur domovea TJA450 serveur domovea TJA450 tebis FR SOMMAIRE I. LES AUTOMATISMES, DEFINITION... 4 II. CREER UN AUTOMATISME... 5 1. Exemple 1 : Départ en vacances...5 2. Exemple 2 : Partir au travail...10 3. Exemple 3 : Partir

Plus en détail

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers E X P E R T D U D. P. E L O C A T I F Diagnostic de Performance Energétique Pour la location Appartement N 1 T2 DOCUMENT LOCATAIRE Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers Rapport N 5215022008 réalisée

Plus en détail

Sensa S2 Multicapteur pour système DALI

Sensa S2 Multicapteur pour système DALI Sensa S2 Multicapteur pour système DALI Composant du système Sensa (DALI autonome) Avec commande asservie à la lumière ambiante et détection de présence Allocation de groupe simple grâce à un bouton rotatif

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 AVERTISSEMENT Ces diapositives constituent le support d une conférence Ils ne peuvent être dissociés du discours des conférenciers des JNL de Besançon (2012) Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 1

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a) bureaux, services administratifs, enseignement Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret

Plus en détail

Synthèse de l étude. Synthèse. 1 - Contexte

Synthèse de l étude. Synthèse. 1 - Contexte TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET ECLAIRAGE Campagne de mesures dans 49 ensembles de bureaux de la Région PACA 1 - Contexte de l étude Cette étude entre dans le cadre du Plan Eco-Energie. Elle vise à mieux

Plus en détail

1. Sommaire 2. 1. Sommaire Page. 2. Mise en route rapide 3. 3. Remarques sur l installation 4. 3.1 Installation 5. 3.

1. Sommaire 2. 1. Sommaire Page. 2. Mise en route rapide 3. 3. Remarques sur l installation 4. 3.1 Installation 5. 3. 1. Sommaire 2 1. Sommaire Page 2. Mise en route rapide 3 3. Remarques sur l installation 4 3.1 Installation 5 3.2 Raccordement 5 3.3 Réglage du temps de 6 cycle/montage 4. Réglage de l heure et jour actuels

Plus en détail

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 Rennes : 02 janvier 2008 4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 APPARTEMENT T2 Dans la cour sur la gauche 1er ETAGE 1447_ARPA_DPE21 1 / 6 N : 1447 Valable jusqu au : 01/01/2018 Type de bâtiment :

Plus en détail

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Éclairage L'éclairage représente en moyenne 15% d'une facture d'électricité. Pour en diminuer sa charge profitez au maximum

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Guide du client. La Bi-énergie résidentielle

Guide du client. La Bi-énergie résidentielle Guide du client La Bi-énergie résidentielle Qu est ce qu un système de chauffage bi-énergie? C est un système de chauffage qui a recours à deux sources d énergie : l électricité comme source principale

Plus en détail

Océane : Fruit et Légume nantais

Océane : Fruit et Légume nantais Page1 Océane : Fruit et Légume nantais Date de création : 16/01/2010 Date de mise à jour : 02/03/2010 Rédacteur : Inès Dassonville Alice Lemasson Contact :Chantemerle 44118LA CHEVROLIERE : 02 51 72 93

Plus en détail

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture

Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Lycée N.APPERT 44700 ORVAULT Essais de systèmes Etude de la consommation électrique du lycée en vue de la réduction de la facture Nom rédacteur : Observations : Date : Nom trinôme 2 : Prépa /5 CR /15 Déroul.

Plus en détail

Audit installation électrique appartements

Audit installation électrique appartements Audit installation électrique appartements Domaine de l Arselle Version 1.0 date version auteur changement/ajout 1.0 Pierre DUDEZ Création Association Adicac comité de copropriétaire : commission technique

Plus en détail

ÉNERGIE ELECTRIQUE, COMPTEUR ELECTRIQUE

ÉNERGIE ELECTRIQUE, COMPTEUR ELECTRIQUE Fiche élève 1/5 Nom : Prénom : Classe : Date : Objectifs : Physique Chimie ÉNERGIE ELECTRIQUE, COMPTEUR ELECTRIQUE - Comprendre que l'énergie électrique transférée à un appareil électrique dépend de la

Plus en détail

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature :

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature : DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement type : Logement T3 Année de construction : 2011 Surface habitable : 60 m 2 Adresse : T3 no M02 Résidence HELCIA ILOT 2 - Bâtiment M / 11100 NARBONNE Propriétaire Nom : SA DOMICIL Adresse : 2595

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Valable jusqu au : 27/01/2026 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Non renseignée Surface habitable : 49 m 2 Adresse : 58 CHEMIN DE GIBBES Propriétaire : Nom : DIR REG FIP PACA ET BOUCHES

Plus en détail

Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011

Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011 Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011 Evolution des consommations et du budget énergétique Année Consommation globale en kwh Dépense globale en Consommation en kwh / hab. Dépenses en / hab.

Plus en détail

ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes

ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes ATELIER Fin des TRV Gaz et électricité: «Faire parler une facture» 8 octobre 2014 -Vannes 1 SOMMAIRE 1. QUE PAYONS-NOUS? 2. LES TYPES DE TARIFICATION 3. LES ÉLÉMENTS D UNE FACTURE 4. POURQUOI ANALYSER

Plus en détail

Tech Home Control Documentation Guide de démarrage

Tech Home Control Documentation Guide de démarrage Tech Home Control Documentation Guide de démarrage Technic Achat 21 Avenue du général de Castelnau 33 886 Villenave d Ornon Tel : 05-57-96-38-33 Table des matières Fixation & Raccordement :... 3 Fixation

Plus en détail

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation ACCUTOPSÉRIE 2 Radiateur à accumulation Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE Les commandes et leurs fonctions 2 Le principe de fonctionnement de l Accutop Série 2 3 Mise en marche et utilisation de

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

SGE EXIGENCES PARTICULIÈRES AU SITE ET SÉQUENCES DE FONCTIONNEMENT DES SYSTÈMES

SGE EXIGENCES PARTICULIÈRES AU SITE ET SÉQUENCES DE FONCTIONNEMENT DES SYSTÈMES Page 1 de 8 1. GÉNÉRALITÉS 1.1. SOMMAIRE 1.1.1. Contenu de la section Description narrative détaillée de la séquence de fonctionnement de chaque système, y compris les périodes d'étagement et les calendriers

Plus en détail

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement 2 2 3 3 régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation famille : Heating type : Regulator TF 313 environnement TF 313 1 0 1 sélection

Plus en détail

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique

Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Mini-Projet : choix d une version tarifaire pour son contrat d électricité en fonction de la recharge de son véhicule électrique Thème

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Bien régler la température de chauffage

Bien régler la température de chauffage Température de chauffage Baisser la température en cas absence Bien régler la température de chauffage Ne pas gêner la diffusion de chaleur Fermer les volets / rideaux la nuit De même, ne pas mettre de

Plus en détail

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Mon auto-bilan Rapport de synthèse des consommations énergétiques Entreprise Confitures du Var Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Contrats analysés Contrat élec: Jaune Base Contrat Gaz:

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAG AZUR PERICHAULT 6 impasse Lou Pénéqué 13950 CADOLIVE Tél : 04 42 32 46 39 Cel : 06 20 76 89 36 EMAIL : jean-louis.perichaut@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté du 27 janvier 2012 modifiant l arrêté

Plus en détail

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers Economiser l énergie au quotidien Le Guichet de l énergie de Verviers le guichet de l énergie Economies d énergie Conseils gratuits Isolation Chauffage et régulation Eau chaude sanitaire Energies renouvelables

Plus en détail

AIDE A LA THERMOREGULATION

AIDE A LA THERMOREGULATION AIDE A LA THERMOREGULATION THERMOREGULATION MODE MAN AUTO TEMP C O M PAT I B L E C TEMP MODE MAN AUTO SOMMAIRE I INTRODUCTION...3 I.1 LA THERMOREGULATION...3 I.2 UTILITE DE LA THERMOREGULATION...3 I.3

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) N : 1725791/E301 Valable jusqu au : 19/01/2022 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : à partir de 2000 surface habitable : 45,5

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a) bureaux, services administratifs, enseignement Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret

Plus en détail

DIAGNOSTIC THERMIQUE TRES SIMPLIFIE (DTTS) - Adresse du logement: Observations de l enquêteur complétées par des questions à l interviewé

DIAGNOSTIC THERMIQUE TRES SIMPLIFIE (DTTS) - Adresse du logement: Observations de l enquêteur complétées par des questions à l interviewé DIAGNOSTIC THERMIQUE TRES SIMPLIFIE (DTTS) - Numéro de l interviewé : - Adresse du logement: Observations de l enquêteur complétées par des questions à l interviewé 1. Etat apparent du logement 11. Logement

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

Séquence 3. Comment des systèmes automatiques améliorent-ils le confort dans notre habitat?

Séquence 3. Comment des systèmes automatiques améliorent-ils le confort dans notre habitat? Séquence 3 Comment des systèmes automatiques améliorent-ils le confort dans notre habitat? Comment les contraintes sont-elles prises en compte dans la conception d un objet technique? Par quoi et comment

Plus en détail

1- Création d un domaine

1- Création d un domaine GRR Gestion et Réservation de Ressources L application GRR (Gestion et Réservation de Ressources) est destinée à remplacer les traditionnels cahiers de réservation de salle ou de matériel. 1- Paramétrage

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Article L271-4 du Code de la Construction et de l Habitation

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Article L271-4 du Code de la Construction et de l Habitation DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Article L271-4 du Code de la Construction et de l Habitation Numéro de dossier : Date du repérage : 121030FA00_BOURLON-NENEZ_VAUHALLAN 30/10/2012 Désignation du ou des bâtiments

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE SARL 12 Lot le Vignaud 1 30980 LANGLADE Tel/Fax : 04 66 01 18 19 Mobile : 06 84 66 90 70 Email : g-diatic@orange.fr D P E DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Suivi par GPS. Manuel de Produit

Suivi par GPS. Manuel de Produit Suivi par GPS Manuel de Produit Table des Matières Sujet N de Page Connexion au Site Web 3 Barre de Menu Supérieure 3 Paramètres Internationaux 3 Gestion des Véhicules 4 Détail des Véhicules 7 Déconnexion

Plus en détail

Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure

Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure Dossier technico commercial Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure Commande à distance Générateur d air chaud ALLURE Introduction page 2 Zoom sur page 2 Spécifications

Plus en détail

Fiche conseil BONUS pour les gestionnaires et adjoints techniques :

Fiche conseil BONUS pour les gestionnaires et adjoints techniques : Fiche conseil BONUS pour les gestionnaires et adjoints techniques : Du bon usage de l énergie et de l eau dans les collèges Les recommandations du présent document viennent compléter le «Guide du chauffage

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Bases de la planification

Bases de la planification LUXOMAT Différence entre un détecteur de mouvement et un détecteur de présence Un détecteur de mouvement désactive la mesure de luminosité dès qu il allume la lumière. Après l extinction, la mesure de

Plus en détail

serveur domovea TJA450

serveur domovea TJA450 serveur domovea TJA450 FR tebis serveur domovea 2 SOMMAIRE I. L ARCHITECTURE DE COMPTAGE... 4 1. Les objets utilisés pour le comptage...4 2. Les produits Hager proposant une fonction comptage...5 II. CONFIGURATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT THERMIQUE DES OCCUPANTS

GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT THERMIQUE DES OCCUPANTS DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DOMAINE : ADMINISTRATION Politique : Installations scolaires, ouverture et fermeture d écoles ADM.10.4 En vigueur le : 30 octobre 2015 Révisée le : GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT

Plus en détail

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07 Manuel de Formation Le mode SRA Système de Régulation Automatique Chaffoteaux Parution : 16/07/07 INDEX 1. GENERALITES SUR LE MODE «SRA»...3 2. ACTIVATION DU MODE «SRA»...3 3. GESTION DE «LA PUISSANCE

Plus en détail