Les Web Services. Rapport de TE. Étudiants Cyrielle Lablanche Florens Seine Sébastien Gastaud. Encadrant Hervé Chang

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Web Services. Rapport de TE. Étudiants Cyrielle Lablanche Florens Seine Sébastien Gastaud. Encadrant Hervé Chang"

Transcription

1 Université de Nice-Sophia Antipolis Licence d Informatique 3 ème année Les Web Services Rapport de TE Étudiants Cyrielle Lablanche Florens Seine Sébastien Gastaud Encadrant Hervé Chang

2 Table des matières 1 Introduction Historique et Origine des Concepts Motivations Principes Organisation Architecture RPC Définition Principe de fonctionnement Interface Processus serveur Squelette calcul_server.c (cf Figure 1.2) Processus client Squelette calcul_client.c (cf Figure 1.3,1.4,1.5) Conclusion Annexes RPC XML Définition Le prédécesseur de XML sur le Web : HTML Exemple de code HTML De HTML à XML Règles d écriture au format XML Ce que XML va rendre possible Les espaces de nommage (namespaces) Les langages de présentation (style) : CSS et XSL XML Schema Les langages de lien et d adressage L avenir prévisible de XML Annexes XML SOAP Définition Avantages Appels de procédure SOAP et XML L enveloppe SOAP Représentation XML Modèle de données Traduction d une structure i

3 5.7.2 Traduction d une liste (ou tableau) Le modèle RPC Exemple UDDI Définition Données du registre UDDI (cf Figure 4.1) Pages blanches Pages jaunes Pages Vertes Enregistrement de types de services UDDI et SOAP (cd Figure 4.2) API (Messages SOAP) Interagir avec XML Implémentation Conclusion Annexes UDDI WSDL Définition Les définitions Les noms d espace Exemple WSDL (cf Figures 5.*) Annexes WSDL Web services et entreprises Définition Construction d un projet informatique Introduction Etapes EAI Définition L intégration d applications Fonctions de l EAI Les processus métiers Définition Dialogues Les processus e-business BPML (Business Process Modeling Language) Conclusion Sécurité et fiabilité des Web Services Quels mécanismes veut-on mettre en place pour assurer la sécurité des Web Services? Authentification Autorisation d accès Mécanisme d encryptage et de décryptage des données Signature digitale Sécurisation des services Web Sécurisation de l infrastructure Sécurisation des connexions Authentification et contrôle d accès Sécurisation de SOAP Standards XML de sécurité XML Signature ii

4 9.3.2 XKMS XML Key Management Specifications SAML Security Assertion Markup Language WS-Security Conclusion Apports Limites Evolution des Web Services Enrichissement personnel page iii de 48

5 Chapitre 1 Introduction Selon la définition du W3C (World Wide Web Consortium), un Web service (ou service Web) est une application appelable via Internet - par une autre application d un autre site Internet - permettant l échange de données (de manière textuelle) afin que l application appelante puisse intégrer le résultat de l échange à ses propres analyses. Les requêtes et les réponses sont soumises à des standards et normalisées à chacun de leurs échanges. 1.1 Historique et Origine des Concepts Les Web services sont nés de l effort de plusieurs organisations qui ont partagé un intérêt commun en développant et en maintenant "un marché électronique". Celles-ci souhaitaient pouvoir communiquer plus simplement et sans avoir à se concerter sur chacune de leur transaction pour pouvoir interpréter leurs différentes données. Elles souhaitaient supprimer l isolement de leur système informatique avec les autres C est ainsi que naquit en 1975 l EDI (Échange de Données Informatisées). L EDI peut être défini comme l échange, d ordinateur à ordinateur, de données concernant des transactions en utilisant des réseaux et des formats normalisés. Il s agit d un format standard permettant l échange d un certain type de données. D un développement assez semblable à la création du code Morse, EDI permettait à des personnes d une langue donnée d envoyer des messages via câble à des interlocuteurs similaires situés dans un autre lieu. L EDI permet l entente entre les différentes applications sur la modélisation des échanges et sur les protocoles de communication. L EDI a l avantage de ne pas avoir à retaper les données. Elle permet donc un gain de temps et d argent, en réduisant les erreurs de saisie. L EDI reste tout de même incomplète. Le système mis en place est difficile à implémenter. Les techniques employées sont complexes et coûteuses. Vers la fin des années 80, l évidence fut que l âge des systèmes informatiques isolés touchait à son terme tandis que différents ordinateurs, de tailles, de capacités et de formes variées, apparaissaient au sein d une même organisation. Les départements informatiques voulurent bien évidemment exploiter au mieux et au plus bénéfique la précieuse puissance d analyse qu ils avaient à disposition. Il fallut donc rendre les applications informatiques capables de déplacer leurs travaux, c est-à-dire de procéder à un véritable traitement distributif. Pour répondre à cette nouvelle situation, de nouvelles technologies apparurent telles que CORBA (Common Object Request Broker Architecture) ou la version qu en fit Microsoft, le Component Object Model (COM). CORBA, est une architecture logicielle, pour le développement de composants. Ces composants, qui sont assemblés pour la construction d applications complètes, ont la possibilité d être écrits dans des langages de programmation différents, d être exécutés dans 1

6 des processus dissociés, voire d être déployés sur des machines distinctes. Les composants CORBA utilisent une approche essentiellement orientée objet (du point de vue d un langage de programmation, toutes les méthodes sont virtuelles, il n y a pas de polymorphisme paramétrique, ni méthodes protégées ou privées, ni surcharge d opérateurs, ni fonctions de première classe). Chaque composant est décrit sous la forme d une interface écrite en langage IDL (Interface Description Language) qui est un langage permettant de définir l interface de composants logiciels (IDL permet donc de faire interagir des modules développés dans des langages distincts). Une correspondance a été introduite entre le langage IDL et plusieurs langages de programmation. Des pré-compilateurs spécifiques sont capables de générer automatiquement la structure de l interface IDL dans un langage précisé. Ils produisent aussi le code qui garantie le transfert et la réponse des appels de fonctions distantes (appelées skeleton et stub). Un module dont l interface est présentée en IDL pourra ainsi être implémenté en C++, alors que les modules Java qui l utiliserait, effectueraient des appels sur une interface Java générée à partir de la même présentation IDL. L architecture CORBA assure l acheminement des appels entre les processus. Les applications et les composants CORBA associent typage statique et dynamique, ainsi, chaque composant est présenté statiquement par une interface mais les composants qui utilisent celui-ci doivent vérifier dynamiquement que l interface est effectivement implantée. L inconvénient majeur de cette méthode est qu elle nécessite une reprogrammation continuelle des architectures suivant les organisations qui l utilisent. Ce qui implique une perte de temps, et d argent à chaque changement d application puisque tout doit être reprogrammé pour aller dans le sens de la nouvelle architecture. Les années 90 furent témoin non seulement de la recrudescence des ordinateurs personnels, mais aussi du décollage phénoménale d Internet avec une demande grandissante de standards susceptibles de travailler sur n importe quelle plateforme. A la fin des années 90, l e-speak d Hewlett Packard fit son apparition en même temps que XML. HP voulait ainsi concurrencer l e-business d IBM qui par leur campagne de publicité retentissante donnait la forte sensation d être les inventeurs du système d e-services utilisant les protocoles établis comme l HTTP et XML pour permettre de passer outre les différences entre les divers systèmes coexistants dans un même réseau. Sans le savoir, les services Web étaient nés. L e-speak passa pratiquement inaperçu, seuls quelques observateurs s en souvinrent. Microsoft et IBM avait déjà pensé à une alternative grâce à EDI. Ils tentèrent de coder des transactions EDI en XML pour permettre de facilité les relations interentreprises grâce au Web. EDI réussit à survivre grâce à ses notions de sécurité qui faisait énormément défaut aux services Web. Un nouveau standard était né : ebxml. A peu près à la même époque, un regroupement d organisations recherchant une façon de structurer et d échanger des documents XML créa un protocole appelé Simple Object Access Protocol (SOAP) qui permet la transmission de messages entre applications distantes, ce qui veut dire qu il autorise un objet d une application à invoquer des méthodes d objets physiquement situés sur une autre machine et pouvant être codé par une autre application. Le transfert se fait le plus générale grâce au protocole HTTP, mais peut tout aussi bien se faire par d autres protocoles, comme SMTP. Le protocole SOAP se compose d une partie qui joue le rôle d enveloppe contenant des informations sur le message lui-même afin de permettre son transfert et son traitement, et d une partie qui joue le rôle de modèle de données, caractérisant le format du message, c est-à-dire les informations à transférer. Le SOAP a été conçu à partir des concepts qui avaient produit, entre autres, des technologies comme CORBA et EDI, en lui ajoutant les composants XML et HTTP de telle façon que les applications puissent interagir entre elles, même à travers les firewalls des entreprises. Le SOAP a été largement accepté, probablement grâce à ce que son nom vante : sa simplicité. Le SOAP ne définit au final aucune sémantique, il ne fait que livrer une programmation dans une enveloppe protectrice, sans se préoccuper de son type. On peut donc l assimiler dans ce sens à un messager discret qui - se doutant peut-être que le contenu de son paquet est important - mènerait quoi qu il arrive à bien son devoir de livraison à la personne certifiée pour analyser ce qu on lui apporte. On peut affirmer que c est avec SOAP que le concept de services Web est page 2 de 48

7 définitivement apparu renforcé par la création de WSDL (Web Services Description Language) qui donne la description au format XML des Web Services. Aujourd hui, les services Web provoquent un intérêt certain auprès des architectes et des décideurs. Dès à présent, les Web Services sont sortis du champ des échanges interentreprises pour s adapter à celui du référencement et de la mise à disposition des ressources de l entreprise, empiétant en ce sens sur les technologies de type EAI. Cette utilisation à elle seule prouve la qualité du modèle et sa pérennité, notamment au niveau des couches les plus basses. Par contre, la normalisation complète d une architecture distribuée construite sur les Web Services n est pour l instant pas encore tout à fait établie. Par ailleurs, ce modèle n échappe pas à des problèmes de performance : les données sont transférées en ASCII dans une encapsulation XML elle-même intégrée dans une enveloppe SOAP puis HTTP... Le problème du choix de la bonne granularité du service, commun à toutes les architectures distribuées, se présente dans le cas des Web Services de manière plus aiguë encore. Même si ils n ont pas acquis la maturité nécessaire à leur industrialisation, les Web services se présentent plus que jamais comme la solution appropriée aux problématiques d échange de données et d intégration d applications. 1.2 Motivations Un Web service est un mécanisme qui tend à donner plus d interactions pour permettre à deux entités hétérogènes (entreprises, clients, applications, etc....) de dialoguer au travers du réseau Internet. Les logiciels écrits dans divers langages de programmation (C#, Visual Basic, Java, etc....), sur diverses plateformes (Linux, Windows, etc....) et avec diverses architectures peuvent employer des services Web pour échanger des données à travers des réseaux informatique. Chaque Web service doit pouvoir être découvert et invoqué dynamiquement par les applications. Les aspects purement pratiques n ont eux rien de fondamentalement novateurs. Au contraire, l architecture des services Web s est imposée (tout comme le langage XML) grâce à sa simplicité, à sa lisibilité et à ses fondations normalisées. L objectif principal des services Web est de faciliter le plus possible l accès aux applications entre entités et ainsi de simplifier les échanges de données. Cette interopérabilité est due à l utilisation de normes ouvertes. L OSI et le W3C sont les comités de coordination responsables de l architecture et de standardisation des services Web. Pour améliorer l interopérabilité entre les réalisations de service Web, l organisation WS-I a développé une série de profils pour faire évoluer les futures normes impliquées. L aspect le plus important des Web Services est qu ils reposent sur plusieurs standards qui permettent la structuration des architectures. Cette collection de normes et de protocoles est appelée Web Services Protocol Stack. Elle contient entre autre XML et SOAP pour le formatage des données, WSDL pour la description des services Web et UDDI pour la recherche des services Web nécessaire au bon fonctionnement des applications. Une des raisons principales pour lesquelles les services Web sont employés semble être qu ils se fondent sur le Internet et HTTP pour fonctionner. Pour comprendre ceci, il faut garder à l esprit que beaucoup d organisations se sont protégées en employant des firewalls qui filtrent et bloquent beaucoup de trafic d Internet pour des raisons de sécurité. Dans ce milieu, beaucoup de ports (voire quasiment tous) sont fermés au trafic entrant et sortant, et les administrateurs des réseaux n ont pas l envie de les ouvrir. Il en est un qui par contre est toujours ouvert, celui des navigateurs par lequel transite le protocole HTTP. De cette façon les applications peuvent continuer à interagir entre elle et ce sans modifier la configuration de sécurité des organisations. Si l on devait résumer les raisons de la création des services Web, les qualificatifs tels que la simplicité des échanges, l amélioration de la communication entre les applications en seraient les points principaux. En ajoutant à cela l interopérabilité des programmes indifféremment de leur page 3 de 48

8 langage et de leur plateforme, les services Web nous prouvent une nouvelle fois que leur technologie est très attrayante. Le véritable point fort du concept c est la normalisation des données au travers de standards connus et acceptés par tous. Fonctionnement globale d un échange de données grâce aux services Web : source : http ://www.softeam.fr/technologies_web_services.php 1. L application construit sa requête et la normalise grâce aux standards. 2. Le service Web traduit la requête, recherche l application nécessaire. 3. Les données sont traitées. 4. Le service Web normalise la réponse de la requête et envoie le résultat vers l application appelante. 5. Les données réponses sont reçues par l application. Elles peuvent directement être interprétées. page 4 de 48

9 Chapitre 2 Principes Les motivations de simplicité et d interopérabilité pour les services Web impliquent une structure bien huilée pour un fonctionnement facilité et efficace. Les protocoles des services Web reposent donc sur des organisations et des architectures prédéfinies. 2.1 Organisation La normalisation actuelle autour des Web Services est cependant une organisation complexe qui va bien au-delà de la simple invocation d une méthode d un objet distant. Différents travaux ont ainsi démarré pour permettre d établir une véritable infrastructure distribuée, capable de satisfaire l ensemble des besoins d une application distribuée, aussi bien en terme de normalisation des échanges qu en terme de services transverses. Cette organisation par comités de normalisation peut être schématisée selon le découpage matriciel suivant : Cette normalisation des services transverses se fait sur trois axes horizontaux : Couche de transport : Définition de la structure des messages utilisés par les applications pour se découvrir et dialoguer entre elles. Cette couche est à l heure actuelle la seule réellement normalisée et qui ne souffre d aucune contestation. Elle s appuie sur le protocole SOAP pour l échange des messages et sur le langage WSDL pour la définition du contrat de l interface. Couche de sémantique : Normalisation des données participant aux échanges selon des critères métier. Les initiatives de définition de la couche de sémantiques des messages sont nombreuses et n ont pour le moment pas conduit à une quelconque normalisation. Deux types d organisation sont actuellement ouverts, l une établie selon les différents corps de métier, l autre suivant une approche plus globale autour de consortium tel que OASIS (initiateur de ebxml) ou RosettaNet. Couche de gestion des processus : Standardisation de la gestion des processus métier qui s étendent sur plusieurs applications disponibles sur Internet. L orchestration de transactions B2B (Business to Business) complexes, fondée sur une architecture normalisée des messages est aussi une tentative qui n avance pas assez rapidement et sur des standards non murs. Cette normalisation des services transverses de fait aussi sur trois axes verticaux : 5

10 Service d annuaire : Standardisation des moyens d accès à un service à partir d une requête portant sur le contenu d un service ou sur un fournisseur. La première proposition d annuaire UDDI aurait du apporter une solution définitive. Le constat est qu il n en est rien et que la trame, trop globale, du projet ne suffit pas à régler cette problématique d échanges entre applications se connaissant. Une deuxième proposition d annuaire, WS- Inspection, vient concurrencer celle-ci. Moins ambitieuse puisque consistant en une simple exposition, par agrégation, des services d une application, elle est toutefois plus adaptée à cette seconde problématique. Service de sécurité : Normalisation des moyens permettant de couvrir les problématiques d authentification et de gestion des droits d accès. La gestion de la sécurité est actuellement le frein le plus important à la mise en place d architectures distribuées à base de Web Services. Plusieurs organisations sont ouvertes mais aucune n est réellement acceptée. Il semblerait que la norme XACML (extensible Access Control Markup Language) puisse supplanter SAML (Security Assertion Markup Language) et s imposer à terme comme standard de sécurité. Service de transaction : Normalisation des moyens permettant de garantir l intégrité des transactions longues impliquant plusieurs Web Services. Le problème reste le même que pour la sécurité. Les standards ne sont pas tout à fait établis. La lutte pour l obtention d une norme est beaucoup plus ouverte que pour celle de la sécurité, même si BTP (Business Transaction Protocol ) semble plus soutenu actuellement. Modélisation de la normalisation transverse que les différents axes : source : http ://www.softeam.fr/technologies_web_services.php 2.2 Architecture Pour comprendre le fonctionnement d une architecture de services Web, il faut commencer par revoir certains principes. Si l on reprend la définition de Mark Colan, Web Service and XML Chief Advocate chez IBM, les Web Services sont des "applications modulaires basées sur Internet qui exécutent des tâches précises et qui respectent un format spécifique". Ce sont donc des unités logiques applicatives qui sont accessibles grâce au protocole Internet. Une définition conceptuelle du terme service Web mettrait en avant les qualités d une fonctionnalité commerciale présentée par une entité hétérogène quelconque sur Internet afin de fournir un moyen d user de ce service à distance. Pour l aspect opérationnel, les services Web ne sont que des applications modulaires qui peuvent être présentées, publiées, situées et invoquées dans un réseau et ce automatiquement. Ainsi, les applications peuvent faire appel à des fonctionnalités situées sur d autres machines dans d autres applications. Au final, on peut affirmer que le but initial d un service Web est de rendre possible l utilisation d un composant applicatif de façon distribuée. page 6 de 48

11 L apport majeur de ce modèle d échange de données est d introduire ces services comme des "boîtes noires". En effet, les requêtes-réponses d un service Web sont administrées dans le contenu de messages dont on sait la forme grâce à des interfaces clairement présentées et sur lesquelles l implémentation interne du traitement et le langage employé ne jouent pas au niveau de l architecture. Grâce à cela on obtient un haut niveau de modularité et d interopérabilité. Ce modèle de message permet donc d oublier la structure, le langage ou encore la plate-forme qui va porter le service : il suffit juste que le message suive une architecture donnée pour qu il puisse être analysé. Il s agit maintenant d identifier chaque acteur de ses Web services et de comprendre comment ils interagissent les uns avec les autres. Les trois éléments les plus importants des services Web sont les fournisseurs de service, les annuaires de services et les consommateurs de service. Le fournisseur (ou serveur) crée le service Web et publie toutes ces caractéristiques dans l annuaire de service. L annuaire rend disponible les interfaces d accès aux service et donnant le contrat et l architecture employée pour permettre les interactions. Le consommateur (ou client) quant à lui, accède à l annuaire pour rechercher les service Web dont il a besoin et avec lui les normalisation à obtenir. Il peut ainsi envoyer ses requêtes au service désiré et obtenir les réponses qu il pourra analysé. Cette architecture fonctionne de la manière suivante : source : http ://www.softeam.fr/technologies_web_services.php 1. Le client envoie une requête à l annuaire de Service pour trouver le service Web dont il a besoin. 2. L annuaire cherche pour le client, trouve le service Web approprié et renvoie une réponse au client en lui indiquant quel serveur détient ce qu il recherche. 3. Le client envoie une deuxième requête au serveur pour obtenir le contrat de normalisation de ses données. page 7 de 48

12 4. Le serveur envoie sa réponse sous la forme établie par WSDL en langage XML. 5. Le client peut maintenant rédiger sa requête pour traiter les données dont il a besoin. 6. Le serveur fait les calculs nécessaires suite à la requête du client, et renvoie sa réponse sous la même forme normalisée. page 8 de 48

13 Chapitre 3 RPC 3.1 Définition La programmation utilise de nos jours couramment l appel de fonctions, c est pourquoi ce mécanisme s applique désormais dans des applications distribuées. Les appels se font ainsi sur des machines distantes, expliquant ainsi le nom de «Remote Procedure Call». Le système RPC est utilisé pour toutes sortes d applications client / serveur. On peut prendre en exemple l utilisation d un ordinateur à effectuant des calculs spécifiques. Celui-ci servira donc de serveur et un autre ordinateur de client qui appellera la procédure distante pour que le serveur effectue les calculs et que le client récupère les résultats. Il existe de nombreux systèmes RPC, ce qui n encourage pas la compatibilité. Un standard se démarque cependant, le «Sun RPC» développé par Sun Microsystems. En effet, ses spécifications sont dorénavant dans le domaine public. Son but est de servir de base au système NFS ( Network File System ), très utilisé sous Linux. 3.2 Principe de fonctionnement Le système RPC est transparent pour le programmeur, c est-à-dire que la sémantique habituelle est respectée. La fonction locale à très souvent le même nom que la fonction distante. Mais celleci appelle en réalité d autres fonctions de la librairie RPC prenant en charge les connexions, paramètres et résultats. Du côté serveur, c est sensiblement le même principe exepté pour l attente des clients, le renvoi des résultats, etc. La prise en charge des connexions réseaux se fait par l intermédiaire de fonctions dites «stub». Ainsi il faut rajouter au programme client et à la fonction distante un stub pour le client et le serveur. La construction des «stubs» peut être automatisée par le programme «rpcgen» produisant du code C. 3.3 Interface On utilise l IDL (Interface Definition Language) de RPC. Il sert a la sp ecification des interfaces entre les clients et les serveurs. Description d une fonction distante poss edant 2 paramètres, rend la somme ainsi qu un code d erreur (cf Figure 1.1). Cette définition est enregistrée dans le fichier calcul.x. Il contient une description : ici, le programme s appelle CALCUL, il est en version VERSION_UN et contient deux procédures CAL- CUL_NULL et CALCUL_ADDITION. 9

14 Le numéro de CALCUL (ici 0x ) identifie le programme de manière unique dans le monde. C est notamment le cas pour le daemon NFS. Dans notre cas, le numéro est choisi dans l intervalle allant de 0x à 0x3FFFFFFF, réservé pour les utilisateurs. Il ne peut donc pas entrer en conflit avec des programmes tournant déjà sur la machine. Chaque procédure à un nom et un numéro. La procédure de numéro 0 (ici CALCUL_NULL) est toujours requise. Elle sert de «ping» ou de procédure de test. Le système RPC n accepte qu un seul argument en paramètre et en retour c est pourquoi on utilise des structures. Le programme rpcgen consomme ensuite ce fichier de définition : > rpc a calcul.x L option -a permet de produire un squelette pour le client (calcul_client.c) et le serveur (calcul_server.c). calcul.h (entête), calcul_clnt.c (stub client), calcul_svc.c (stub serveur) et calcul_xdr.c (routines XDR) sont également produits. Le format XDR (external Data Representation) définit les types utilisés pour l échange de variables entre le client et le serveur. Cela permet d adapter le programme sur différentes plateformes. Ainsi, tous les types utilisés sont filtrés par XDR. > gcc -c calcul_xdr.c Les stubs fournis sont complets. > gcc -c calcul_clnt.c > gcc -c calcul_svc.c 3.4 Processus serveur Squelette calcul_server.c (cf Figure 1.2) On peut remarquer quelques différences. RPC travaille sur des pointeurs pour accélérer le déroulement du programme (pas de copie). On travaille sur des variables déclarées «static» car on doit passer l adresse d une variable existant encore après la fin de la fonction. La fonction «main» est située dans le stub serveur. Il s occupe de recevoir et de distribuer les appels de fonctions. > gcc -c calcul_server.c > gcc -o server calcul_svc.o calcul_server.o calcul_xdr.o 3.5 Processus client Squelette calcul_client.c (cf Figure 1.3,1.4,1.5) Des variables sont déclarées pour les arguments et les valeurs de retour. Chaque appel de procédure est suivi d un test qui détecte les erreurs de niveau «RPC» (serveur ne répondant pas, machine inexistante, etc.). L erreur éventuelle est alors explicitée par la fonction clnt_perror(). Quand une erreur de niveau «RPC» se produit, le pointeur renvoyé est NULL. Cette valeur (nonvaleur plutôt!) est réservée à RPC ; donc pour un niveau d erreur autre que RPC, la valeur de retour ne doit pas être NULL. Pour faire un vrai programme, il nous faut donner des valeurs aux paramètres et il faut utiliser effectivement les résultats des appels distants. > gcc -c calcul_client.c > gcc -o client calcul_client.o calcul_clnt.o calcul_xdr.o >./server& >./client localhost page 10 de 48

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un Web Service?

Qu'est-ce qu'un Web Service? WEB SERVICES Qu'est-ce qu'un Web Service? Un Web Service est un composant implémenté dans n'importe quel langage, déployé sur n'importe quelle plate-forme et enveloppé dans une couche de standards dérivés

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau)

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau) CS WEB Ch 1 Introduction I. INTRODUCTION... 1 A. INTERNET INTERCONNEXION DE RESEAUX... 1 B. LE «WEB» LA TOILE, INTERCONNEXION DE SITES WEB... 2 C. L URL : LOCALISER DES RESSOURCES SUR L INTERNET... 2 D.

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer

SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer Mickaël BARON 2010 (Rév. Janvier 2011) mailto:baron.mickael@gmail.com ou mailto:baron@ensma.fr Licence Creative Commons Contrat Paternité Partage des Conditions

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25

Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25 Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Systèmes répartis : les Remote Procedure Calls p.1/25 Les Remote Procedure Calls

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86 Plan du travail Chapitre 1: Internet et le Web Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI

Plus en détail

L architecture orientée services

L architecture orientée services 1 Introduction La première difficulté à laquelle on se heurte lorsqu on aborde le vaste sujet des technologies de services Web est d ordre terminologique. Un exemple, désormais bien connu, du désordre

Plus en détail

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Sécurité en ingénierie du Logiciel Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Alexandre Dulaunoy adulau@foo.be Sécurité en ingénierie du Logiciel p.1/21 Agenda (partie 1) 1/2 Introduction Services

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

de survie du chef de projet

de survie du chef de projet KIT de survie du chef de projet 01 1 2 3 4 5 6 04 03 07 07 03 03 LE SERVEUR LE CLIENT TECHNOLOGIE WEB CLIENT LE SERVEUR WEB TECHNIQUES & CADRE DE TRAVAIL APPLICATIONS 101 LE SERVEUR Un serveur informatique

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Manuel du logiciel PrestaTest.

Manuel du logiciel PrestaTest. Manuel du logiciel. Ce document décrit les différents tests que permet le logiciel, il liste également les informations nécessaires à chacun d entre eux. Table des matières Prérequis de PrestaConnect :...2

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT?

GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT? GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT? SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 3 2 ADMINISTRATION DES UTILISATEURS ET DES FAX DE GROUPE... 3 3 ADMINISTRATION MULTIPLE... 7 4 PAGES DE GARDE... 8 5 GESTION

Plus en détail

Programmation Internet Cours 4

Programmation Internet Cours 4 Programmation Internet Cours 4 Kim Nguy ên http://www.lri.fr/~kn 17 octobre 2011 1 / 23 Plan 1. Système d exploitation 2. Réseau et Internet 3. Web 3.1 Internet et ses services 3.1 Fonctionnement du Web

Plus en détail

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI JAVA, CORBA et RMI objectif : développer des applications client/serveur incluant des objets répartis Java / CORBA : client/serveur hétérogènes Java / RMI : client/serveur homogènes plan : l architecture

Plus en détail

From supply chain to demand chain

From supply chain to demand chain From supply chain to demand chain (from e-commerce to c-commerce). 1 2 Les Les nouvelles nouvelles technologies de de l interopérabilité l rabilité Les Les éléments éléments du du demand demand chain chain

Plus en détail

RPC Remote Procedure Call. Benmoussa Yahia Université M hamed Bougara de Boumerdès yahia.benm@gmail.com

RPC Remote Procedure Call. Benmoussa Yahia Université M hamed Bougara de Boumerdès yahia.benm@gmail.com RPC Remote Procedure Call Benmoussa Yahia Université M hamed Bougara de Boumerdès yahia.benm@gmail.com Objectifs Le rôle de RPC comme middleware Positionner RPC dans le modèle OSI Développement d application

Plus en détail

Mini-projet XML/IHM Gestion d emplois du temps I3 - option SI

Mini-projet XML/IHM Gestion d emplois du temps I3 - option SI Mini-projet XML/IHM Gestion d emplois du temps I3 - option SI Olivier Beaudoux 4 septembre 2008 1 Introduction 1.1 Propos Dans ce mini-projet, nous proposons de construire différentes briques logicielles

Plus en détail

Service Web ATUM spécifications techniques

Service Web ATUM spécifications techniques Service Web ATUM spécifications techniques Table des matières Introduction...2 Service Web ATUM...3 Authentification...4 Envoi de fichier...5 En-têtes...6 En-tête Content-Type En-tête Content-Disposition

Plus en détail

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web.

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web. Document 1 : client et serveur Les ordinateurs sur lesquels sont stockés les sites web sont appelés des serveurs. Ce sont des machines qui sont dédiées à cet effet : elles sont souvent sans écran et sans

Plus en détail

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Introduction Ce document vient en complément des films de démonstration disponibles sur le site web de data. L ETL ETL est un sigle qui signifie

Plus en détail

Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux

Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux Eric Leclercq Département IEM / UB 10/2005 email : Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr http://ludique.u-bourgogne.fr/~leclercq

Plus en détail

Examen Construction d Applications Réparties

Examen Construction d Applications Réparties Examen Construction d Applications Réparties Maîtrise Informatique Université des Sciences et Technologies de Lille 2003-2004 Session Septembre 2004-3 heures Tous documents autorisés 1. Gestion d'un Parking

Plus en détail

Langage HTML (2 partie) lt La Salle Avignon BTS IRIS

Langage HTML (2 partie) <HyperText Markup Language> <tv>lt La Salle Avignon BTS IRIS</tv> Langage HTML (2 partie) «Je n'ai fait que prendre le principe d - hypertexte et le relier au principe du TCP et du DNS et alors boum! ce fut le World Wide Web!» Tim Berners-Lee

Plus en détail

HTML. Notions générales

HTML. Notions générales 1 HTML Le langage HTML est le langage de base permettant de construire des pages web, que celles-ci soient destinées à être affichées sur un iphone/android ou non. Dans notre cas, HTML sera associé à CSS

Plus en détail

Systèmes d'informations historique et mutations

Systèmes d'informations historique et mutations Systèmes d'informations historique et mutations Christophe Turbout SAIC-CERTIC Université de Caen Basse-Normandie Systèmes d'informations : Historique et mutations - Christophe Turbout SAIC-CERTIC UCBN

Plus en détail

Philosophie des extensions WordPress

Philosophie des extensions WordPress 8 Philosophie des extensions WordPress Le concept L une des forces de WordPress dans la jungle CMS, c est la simplicité de création d extensions. Il y a plusieurs raisons à cela. Des raisons techniques

Plus en détail

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452 EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013 Réf FR 80452 Durée : 3 jours A propos de ce cours : Ce cours offre une information interactive et détaillée sur le développement d extensions pour Microsoft Dynamics

Plus en détail

Bertrand DAVID : Interaction Humain-Machine

Bertrand DAVID : Interaction Humain-Machine Interaction Humain-Machine Xml La transformation avec Xslt Les parseurs les outils pour Xml Transformation de documents dans les applications multimédia 1 XML extensible Markup Langage Un langage universel

Plus en détail

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Université de Perpignan - IUT de Carcassonne Vivien ROSSI Année 2006/2007 IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Ce document est tiré du site : http ://www.stat.ucl.ac.be/ispersonnel/lecoutre/stats/spad/

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web 1/21 Programmation Web Avancée Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

WordPress : Guide à l édition

WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition... 1 Présentation... 2 1. Accès au site... 2 2. Le tableau de bord... 2 3. Editez les contenus... 4 Quelle est la différence entre les pages

Plus en détail

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ;

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ; De la base 4D au site Web 20 Conception des formulaires Web Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour le dialogue, un formulaire WEB_Trouver associé à la table des [Paramètres] ; Pour l affichage

Plus en détail

Résumé XML XML. XPATH SVG Schema XSL. VoiceXML. Figure 1 : évolution des langages à balises

Résumé XML XML. XPATH SVG Schema XSL. VoiceXML. Figure 1 : évolution des langages à balises XML, extensible Markup Language 1-Origine de XML On trouve l origine des langages à balises dans la nécessité d échanger des informations dont la structure est trop complexe pour être simplement mise sous

Plus en détail

Informatique Répartie

Informatique Répartie INSA - ASI InfoRep : Client-Serveur 1/36 Informatique Répartie Architectures Client-Serveur Alexandre Pauchet INSA Rouen - Département ASI BO.B.RC.18, pauchet@insa-rouen.fr INSA - ASI InfoRep : Client-Serveur

Plus en détail

XML-Bases. www.fenetresurtoile.com XHTML. Les bases. Jean-François Ramiara. INP-ENM 04/10/2012 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés

XML-Bases. www.fenetresurtoile.com XHTML. Les bases. Jean-François Ramiara. INP-ENM 04/10/2012 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés XHTML Les bases Jean-François Ramiara INP-ENM 04/10/2012 Toulouse 1 Généralités Jean-François Ramiara XML 2 jours Initiation à XML Contenu Cours Exercices Support PDF Horaires Tour de table 2 Sommaire

Plus en détail

Quelques éléments de compilation en C et makefiles

Quelques éléments de compilation en C et makefiles Quelques éléments de compilation en C et makefiles Guillaume Feuillade 1 Compiler un programme C Le principe de la compilation consiste à passer d un ensemble de fichiers de code à un programme exécutable

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

Le.NET Compact Framework Windows Mobile

Le.NET Compact Framework Windows Mobile Le.NET Compact Framework Windows Mobile HEROGUEL Quentin 2 Le.NET Compact Framework Windows Mobile Sommaire 1 Le.NET Compact Framework... 3 1.1 Vue d ensemble rapide de l architecture du.net Compact Framework...

Plus en détail

Les modèles technologiques de la localisation

Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Les modèles technologiques de la localisation Cécile Martin Université Rennes 2 Avant d entrer en détails dans les modèles technologiques de la localisation,

Plus en détail

Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP

Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP Personnaliser et adapter SPIP Développeur SPIP En Théorie Le fonctionnement de SPIP Qu est ce que SPIP? SPIP (Système de Publication pour l Internet Partagé) est un logiciel libre destiné à la production

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 1 Introduction Présentation de Rest Serveur Java JAX-RS Démonstration 2 Introduction Présentation de Rest

Plus en détail

Electronic Banking ABACUS

Electronic Banking ABACUS Descriptif d installation pour la communication FTAM Electronic Banking ABACUS Version 2003.1 Ce document décrit la configuration et l utilisation de l interface de communication FTAM. L interface FTAM

Plus en détail

Publier des données sur le Web

Publier des données sur le Web Publier des données sur le Web Introduction Microsoft Excel fournit les outils dont vous avez besoin pour créer et enregistrer votre classeur sous forme d une page web et le publier sur le Web. La commande

Plus en détail

Service Web (SOAP) Urbanisation des SI NFE107. Fiche de lecture Y. BELAID

Service Web (SOAP) Urbanisation des SI NFE107. Fiche de lecture Y. BELAID Service Web (SOAP) Urbanisation des SI NFE107 Fiche de lecture Y. BELAID Plan Définitions Web Service Terminologie Communication avec les Web Service REST XML-RPC SOAP Qu est ce qu un Web Service Un Web

Plus en détail

Archivage numérique de documents SAP grâce à DocuWare

Archivage numérique de documents SAP grâce à DocuWare Connect to SAP Product Info Archivage numérique de documents SAP grâce à DocuWare Connect to SAP relie DocuWare au module SAP ArchiveLink intégré à SAP NetWeaver par le biais d une interface certifiée.

Plus en détail

Architecture client/serveur

Architecture client/serveur Architecture client/serveur Table des matières 1. Principe du client/serveur...2 2. Communication client/serveur...3 2.1. Avantages...3 2.2. Inconvénients...3 3. HTTP (HyperText Transfer Protocol)...3

Plus en détail

4. SERVICES WEB REST 46

4. SERVICES WEB REST 46 4. SERVICES WEB REST 46 REST REST acronyme de REpresentational State Transfert Concept introduit en 2000 dans la thèse de Roy FIELDING Est un style d architecture inspiré de l architecture WEB En 2010,

Plus en détail

Introduction aux concepts d ez Publish

Introduction aux concepts d ez Publish Introduction aux concepts d ez Publish Tutoriel rédigé par Bergfrid Skaara. Traduit de l Anglais par Benjamin Lemoine Mercredi 30 Janvier 2008 Sommaire Concepts d ez Publish... 3 Système de Gestion de

Plus en détail

Le langage XML. Sébastien Jean. IUT de Valence Département Informatique. v3.3, 10 novembre 2008

Le langage XML. Sébastien Jean. IUT de Valence Département Informatique. v3.3, 10 novembre 2008 Le langage XML Sébastien Jean IUT de Valence Département Informatique v3.3, 10 novembre 2008 Qu est ce que XML? Généralités XML = extensible Markup Language Spécification du W3C Version 1.0 (1998-2004)

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface :

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface : 1. Introduction Moodle est une plate-forme d enseignement collaborative en ligne déployée à l Université de Biskra. Elle permet de créer des espaces de cours accessibles depuis Internet où l enseignant

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Architecture Orientée Service, JSON et API REST

Architecture Orientée Service, JSON et API REST UPMC 3 février 2015 Précedemment, en LI328 Architecture générale du projet Programmation serveur Servlet/TOMCAT Aujourd hui Quelques mots sur les SOA API - REST Le format JSON API - REST et Servlet API

Plus en détail

Plateforme d'évaluation professionnelle. Manuel d utilisation du service Web d EvaLog

Plateforme d'évaluation professionnelle. Manuel d utilisation du service Web d EvaLog Plateforme d'évaluation professionnelle Manuel d utilisation du service Web d EvaLog Un produit de la société AlgoWin http://www.algowin.fr Version 1.1.0 du 31/01/2015 Table des matières Présentation d

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Écriture de pages Web

Écriture de pages Web Écriture de pages Web Le langage HTML / XHTML Laurent Tichit Janvier 2011 Laurent Tichit 2005-2010 1 Comment fonctionne le Web? C'est un mécanisme client-serveur. Logiciel serveur : programme qui a pour

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1

LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1 LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1 L. POINSOT Contact client : Laurent Poinsot (laurent.poinsot@lipn.univ-paris13.fr) Résumé : Ce document est le cahier des charges du projet INFO 1.

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

P a g e 1. Guide d installation Web Console v1.0. Copyright 2013 ISYS Inside-System. Tous droits réservés.

P a g e 1. Guide d installation Web Console v1.0. Copyright 2013 ISYS Inside-System. Tous droits réservés. P a g e 1 Guide d installation Web Console v1.0 Copyright 2013 ISYS Inside-System. Tous droits réservés. Si le présent manuel est fourni avec un logiciel régi par un contrat d utilisateur final, ce manuel,

Plus en détail

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Pascal Gachet EIVD pascal.gachet@eivd.ch mai 2003 Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K 2 Table des matières Introduction... 2 Terminologie...

Plus en détail

Installation et utilisation de SSH. .et

Installation et utilisation de SSH. .et Installation et utilisation de SSH.et.soumission de travail SSH est un protocole de communication qui permet de communiquer à distance entre deux ordinateurs. Pour cela, il faut qu un des deux ordinateurs

Plus en détail

Administration via l'explorateur WebSphere MQ

Administration via l'explorateur WebSphere MQ Ce document présente l utilisation de l Explorateur WebSphere MQ, et en particulier sa capacité à administrer des Queue Manager distants. Il aborde également les problèmes de sécurité liés à l administration

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Le service pack 6 (SP6) est le dernier disponible pour visual studio 6. Ce dernier devrait être maintenu par Microsoft jusqu en 2008.

Le service pack 6 (SP6) est le dernier disponible pour visual studio 6. Ce dernier devrait être maintenu par Microsoft jusqu en 2008. 1 CONCEPT DE BASE 1.1 Visual Basic 6 1.1.1 Pour quoi faire? VB est un langage de type RAD : «Rapid Application Development». Il permet de créer des applications rapidement grâce à une conception simple

Plus en détail

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Lorraine Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile.

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2

Serveur FTP. 20 décembre. Windows Server 2008R2 Serveur FTP 20 décembre 2012 Dans ce document vous trouverez une explication détaillé étapes par étapes de l installation du serveur FTP sous Windows Server 2008R2, cette présentation peut être utilisée

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

RTE Technologies. RTE Geoloc. Configuration avec Proxy ou Firewall

RTE Technologies. RTE Geoloc. Configuration avec Proxy ou Firewall RTE Technologies RTE Geoloc Configuration avec Proxy ou Firewall 2 Septembre 2010 Table des matières Introduction... 3 Présentation de RTE Geoloc... 3 Configuration des paramètres de sécurité... 3 Configuration

Plus en détail

STATISTICA - Version 10

STATISTICA - Version 10 STATISTICA - Version 10 Instructions d'installation de STATISTICA Entreprise pour une Utilisation sous Terminal Server et Citrix Remarques : 1. Ces instructions s'appliquent à une installation sous Terminal

Plus en détail

Guide Reseller Onbile

Guide Reseller Onbile Guide Reseller Onbile Cher Revendeur, Avez-vous un doute en ce qui concerne le fonctionnement du Panneau d Administration du Plan Reseller de Onbile? Le guide Reseller Onbile est ce dont vous avez besoin!

Plus en détail

Plan : divers exemples

Plan : divers exemples INF347 Langages XML et technologies WEB exemples Sylvie Vignes, ENST École Nationale Supérieure des Télécommunications Département Informatique et Réseaux Plan : divers exemples! Rendre accessible une

Plus en détail

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR Mis à jour le 25 septembre 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. UN NOUVEAU SERVICE... 1 Personnalisé... 1 Sécuritaire... 1 Complémentaire... 1 2. ENREGISTREMENT ET AUTHENTIFICATION...

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

Langages du Web. Que savez vous???

Langages du Web. Que savez vous??? Langages du Web Que savez vous??? Le WEB World Wide Web ouwww ouweb Toile d'araignée mondiale ou la toile Le Web utilise le réseau Internet pour relier des serveurs qui, grâce aux protocoles HTTP, HTTPS,

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

Technologies du Multimédia et du Web

Technologies du Multimédia et du Web 3 ème Année Licence appliquée Technologies du Multimédia et du Web MoezBEN HAJ HMIDA ISSAT Sousse 2009/2010 Plan Les systèmes e-services Évolution des architectures d applications Les architectures client/serveur

Plus en détail

Manuel du client de bureau distant de KDE

Manuel du client de bureau distant de KDE Manuel du client de bureau distant de KDE Brad Hards Urs Wolfer Traduction française : Joëlle Cornavin Traduction française : Yann Neveu Relecture de la documentation française : Ludovic Grossard 2 Table

Plus en détail