Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole"

Transcription

1 Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole Les récents travaux de recherche nationaux et européens sur le sujet du financement des transports publics à moyen et long termes sont préoccupants et insistent sur les énormes enjeux liés au financement des transports publics dans les années à venir. En déclinaison du PDU 2010>2020, Lille Métropole a donc lancé une étude prospective visant à explorer le champ du financement de son système de mobilité de personnes d ici à L étude, confiée à Transamo et FCL, s est articulée autour de 3 étapes : comprendre le financement actuel du système de mobilité et son évolution au fil de l eau, rechercher des pistes d optimisation du financement du système (réduction des coûts et augmentation des ressources) et enfin étudier 3 scénarios contrastés qui dégagent des pistes de réflexions éclairant Lille Métropole pour construire une politique de mobilité ambitieuse et soutenable à long terme. Eléments de contexte Compte déplacements 2009 Plus de 500 M de dépenses publiques par an pour la mobilité Près de 3 milliards d euros sont dépensés chaque année pour la mobilité des personnes sur le territoire de Lille Métropole. Les dépenses privées sont majoritaires et se portent principalement sur la voiture (90%). Les dépenses publiques (toutes institutions confondues) se portent quant à elles pour 2 tiers sur les transports collectifs et pour 1 tiers sur la voirie : des dépenses d exploitation des TC en hausse forte Si les dépenses en investissement sont fonctions des projets (notamment le métro jusqu en 2000), les dépenses de fonctionnement sont de plus en plus importantes pour exploiter les projets mis en œuvre (métro, Lianes, plans bus) et le réseau existant. congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente 1

2 Le financement des transports collectifs urbains Un Budget Annexe Transport (BAT) distinct qui permet d identifier les équilibres Les recettes de trafic provenant des voyageurs du réseau sont perçues par l exploitant. Elles permettent de limiter la contribution de Lille Métropole, qui s appuie sur le Versement Transport (VT), taxe payée par les employeurs publics et privés, mais aussi sur une participation du budget général indispensable au financement du système. Les investissements sont, quant à eux, couverts par l emprunt, les amortissements, les dotations et réserves, la récupération de la TVA et des subventions. Un versement transport dynamique mais plafonné Les usagers contribuent pour environ un tiers du coût d exploitation réel du réseau de transports collectifs urbains, ce qui représentait près de 80 millions d euros en Le VT est une ressource dynamique qui a suivi le développement économique du territoire et dont le potentiel a été accru par la révision de ses taux. Il est cependant aujourd hui à son taux maximum réglementaire. Un ratio R/D modeste Le ratio «R/D» (Recettes/Dépenses) correspond à la part des charges d exploitation de l exploitant couverte par les recettes commerciales (trafics et recettes annexes). En 2004, les recettes couvraient les dépenses d exploitation à hauteur de 39%. Le R/D baisse ensuite à 35,5% (plan bus ) pour ensuite stagner à 36% jusqu en Ces constats posent la question de la viabilité du financement de l exploitation du système de transports et interrogent la faisabilité financière des projets à venir. 2 congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente

3 Optimisation des dépenses et nouvelles ressources : quels types de solutions? Agir sur le réseau de transports collectifs urbains? - - Réallouer les kilomètres bus les moins productifs vers les zones les plus intenses de l agglomération? - - Mener une politique d aménagement urbain très volontariste en faveur de la vitesse commerciale? - - Augmenter les tarifs commerciaux pour améliorer le taux de couverture? Agir sur la voiture en circulation? - - Créer un péage urbain dans les zones denses et bien desservies en transports collectifs? - - Créer un péage de décongestion sur l A1 associé à la création du contournement Sud-Est de Lille? Agir sur la voiture en stationnement? - - Augmenter le nombre de places payantes de stationnement? - - Augmenter les tarifs horaires de stationnement? - - Augmenter l effort de contrôle du stationnement? Trouver de nouvelles sources de financement en lien avec l aménagement urbain autour des transports collectifs? - - Capter une partie de la plus-value réalisée par les propriétaires du fait de la mise en place d un TCSP? Chaque type de solution étudiée présente un profil varié avec des avantages et des inconvénients. Les actions en faveur de la vitesse commerciale et le péage urbain nécessitent un effort financier initial mais ont ensuite des impacts positifs sur la mobilité et sont sources d économies ou de recettes. Les politiques de stationnement volontaristes ont des impacts forts sur la mobilité et peuvent générer des recettes. Par contre, la popularité de ces mesures reste souvent faible. congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente 3

4 2013> 2030 : un scenario de référence marqué par le renouvellement du matériel Un préalable fondamental de l étude a consisté à projeter la situation actuelle à partir d hypothèses réalistes afin d appréhender la situation en 2030 en termes de mobilité, de fréquentation du réseau, d évolution des variables économiques liées aux coûts associés à cette mobilité. Ces projections ont été complétées par la prise en compte de tous les projets programmés ou «coups partis» à la date de l étude. Les hypothèses considérées: Une prise en compte du contrat de délégation de service public actuelle (offre et tarification jusqu en 2017) Une prise en compte des investissements prévus dans le budget annexe transport Une évolution faible de l offre en transport collectif après mise en œuvre du plan bus Une tarification des transports collectifs urbains indexée sur l inflation Une stabilité de la vitesse commerciale bus grâce à des investissements ciblés Des investissements continus en faveur des pistes cyclables et en faveur des zones 30, zones de rencontre, Un effort financier très important tourné vers le renouvellement du matériel En matière d investissement, l effort financier à consentir sur le renouvellement du matériel roulant pour maintenir la sécurité et la qualité du réseau d ici à 2030 est conséquent. Ces investissements sont majoritairement tournés vers le métro car les rames auront 40 ans, mais tous les modes sont concernés. Des comptes d exploitation présentant un déficit en légère augmentation sur la période Les comptes d exploitation du réseau ont été projetés entre 2013 et 2030 en fonction de l évolution de l offre, de l indice des coûts, des recettes commerciales et de l évolution générale de la structure (glissement vieillissement technicité). Ceux-ci traduisent une augmentation des recettes de l exploitant plus lente que l augmentation de ses dépenses. Ces projections sont naturellement très sensibles aux hypothèses prises en matière de coût 4 congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente

5 de l énergie, d évolution naturelle de la fréquentation des réseaux, d inflation, Malgré ces limites, ces hypothèses permettent de comparer les scénarios entre-eux. 3 avenirs contrastés du système de transport Afin d objectiver les impacts positifs ou négatifs des différents choix qui s offrent à Lille Métropole en matière de politique de mobilité et d actions sur le coût du système, trois scénarios pédagogiques ont été construits en fonction d orientations stratégiques contrastées, puis comparés au scénario de référence. Les leviers d action contrastés intégrés à chaque scénario sont décrits ci-dessous : congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente 5

6 Principaux résultats associés aux scénarios Les déplacements Transports collectifs (TC) : la stratégie de développement de l offre menée dans le scénario 2 est payante, toutefois la stratégie «multi-outils» du scénario 3 permet également d atteindre les objectifs du PDU. Véhicules particuliers (VP) : le péage urbain, les politiques sur le stationnement et l aménagement de voirie de proximité font du scénario 3 le plus efficace en terme de diminution de l usage de la voiture. Les objectifs intermédiaire du PDU sont atteints, néanmoins on reste loin du scénario le plus volontariste. Vélo : le mode enregistre une forte progression en particulier dans les scénarios 2 et 3. Il bénéficie à la fois des efforts sur l aménagement des pistes cyclables et des aménagements de zones de circulation apaisée ainsi que de la mise en œuvre d un péage urbain dans le scénario 3. Le versement à l exploitant et le ratio R/D Les coûts associés à l offre importante déployée sur le réseau de transports collectifs dans le scénario 2 sont très élevés malgré des gains en vitesse commerciale qui permettent de contenir les dépenses. Les coûts de développement de l offre croissent très fortement et même si les recettes augmentent, ce scénario présente le ratio recettes/dépenses (R/D) le plus défavorable avec le scénario de référence. En fonction des choix opérés dans la gestion du réseau (offre, tarification) le coût du système varie fortement. Avec une grande rationalisation de l offre, le scénario 1 permet de contenir le versement à l exploitant. Le scénario 3 voit quant à lui ses coûts d exploitation en partie compensés par les recettes commerciales grâce à des tarifs en hausse. Evolution comparée du versement à l exploitant et du Versement Transport 6 congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente

7 En 2030, pour les scénarios 2 et 3, le versement transport est inférieur au versement à l exploitant avec une évolution qui se dégrade. Seul le scénario 1, restreint en matière d offre, permet d inverser la tendance. Les investissements cumulés du budget annexe transport entre 2013 et 2030 Le rapport d investissement varie du simple au double entre le scénario 3 et les autres scénarios notamment du fait du projet de tram-train et du prolongement de la ligne 1 de métro, mais aussi parce que les nouveaux outils mis en œuvre et favorables à la réduction des dépenses de fonctionnement (vitesse commerciale, péage urbain) nécessitent des investissements initiaux. Les investissements de voirie cumulés du budget général entre 2013 et 2030 La différence entre les scénarios est modeste. Elle réside dans la présence dans le scénario 2 d investissements supplémentaires dans les pistes cyclables et dans le scénario 3 d investissements complémentaires dans des opérations sur la voirie de proximité (zones de circulation apaisée, espace public de proximité). La contribution du budget général au financement du système de transports Cette évolution de la contribution du budget général au financement du système de transports est à rapprocher de l évolution des recettes de fonctionnement envisagées sur la période pour le budget général estimées à environ 1 % par an en moyenne. Ainsi les scénarios 2 et 3 imposent une croissance de la participation du budget général de 3 à 4 fois supérieure à la croissance de ses recettes. congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente 7

8 L exercice de rétrospective mené depuis les années 1990 montre que la maîtrise des coûts d exploitation est un enjeu majeur pour le système de transports collectifs dans les années à venir. Les années 2020 seront marquées par le renouvellement du matériel roulant. Avec un réseau de transports mature comme celui de Lille (30 à 40 ans après la mise en œuvre de la première ligne de métro), le renouvellement du matériel roulant est un enjeu majeur dans les politiques d investissement. Il doit être considéré avec attention avant d élaborer une politique de développement de l offre. Les enseignements de l étude Des outils qui se dégagent favorablement : La politique de stationnement : le levier du stationnement est le plus efficace en matière de réduction de l usage de la voiture et peut générer des recettes potentiellement importantes. La vitesse commerciale : des investissements lourds en faveur de la vitesse commerciale des bus ont des effets positifs importants sur la mobilité comme sur la viabilité économique du réseau. En effet, les charges d exploitation diminuent et les trafics augmentent grâce à l attractivité renforcée. Les Lianes : des solutions performantes existent pour développer des lignes de transports collectifs structurantes à moindre coût en investissement et en exploitation. Des interrogations : Le développement du réseau de transports collectifs : des investissements ciblés sur un corridor (prolongement du métro, lignes de tram-train) génèrent moins de nouveaux déplacements qu une évolution globale de l offre pour des coûts très élevés. Le péage génère d importantes recettes pour la collectivité mais nécessite un fort investissement initial. Ces recettes sont néanmoins insuffisantes pour compenser l impact financier de projets d envergure. Ciblés sur des cœurs urbains, ses effets en matière de mobilité restent modestes à l échelle de l agglomération. 8 congrès ATEC ITS France 2014 : Les Rencontres de la Mobilité Intelligente

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Contacts : Dominique Fèvre : 01 48 74 73 46 / dfevre@utp.fr Virginie Billet : 01 48

Plus en détail

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Recommandations générales Bernard Rivalta Ancien Président du SYTRAL Laurent Sénigout Directeur de l exploitation KEOLIS

Plus en détail

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3.1 Cadre d intervention Le présent plan de mobilité durable s inscrit dans une démarche beaucoup plus large, qui s est amorcée en 2012 par l adoption

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Une nouvelle ambition pour notre territoire

Une nouvelle ambition pour notre territoire Une nouvelle ambition pour notre territoire Réseaux saturés Il est temps d agir! Chacun l a constaté, le réseau routier est de plus en plus saturé. Ce constat préoccupant est renforcé par un déficit de

Plus en détail

Projet de mise en oeuvre d un réseau de Transports en Commun en Site Propre d agglomération Décision de réalisation

Projet de mise en oeuvre d un réseau de Transports en Commun en Site Propre d agglomération Décision de réalisation Projet de mise en oeuvre d un réseau de Transports en Commun en Site Propre d agglomération Décision de réalisation Rapporteur : M. Jean-Claude ROY, Vice-Président AVIS Bureau Validation du Vice-Président

Plus en détail

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA Janvier 2005 2 Préambule : Les données chiffrées encore indicatives dont on dispose sur un projet de ligne nouvelle au stade du débat public

Plus en détail

Prospective pour un financement pérenne des Transports Publics Urbains

Prospective pour un financement pérenne des Transports Publics Urbains Prospective pour un financement pérenne des Transports Publics Urbains Bruno FAIVRE D ARCIER Laboratoire d Economie des Transports (CNRS, Université de Lyon, ENTPE) PREDIT - Octobre 2008 Une situation

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE

SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE CORPORATE COMMUNIQUÉ N XX PARIS, LE 14 OCTOBRE 2013 SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE EXCELLENCE 2020 SNCF a présenté ce jour devant son conseil d administration son nouveau projet stratégique

Plus en détail

MOBILITÉ. n 5. Les évolutions de la mobilité en France. Premiers enseignements

MOBILITÉ. n 5. Les évolutions de la mobilité en France. Premiers enseignements dequestions Avril 2010 MOBILITÉ n 5 Les évolutions de la mobilité en France Premiers enseignements LES ÉVOLUTIONS 1 de LA MOBILITÉ EN FrANCE Premiers enseignements L évolution de la mobilité en France

Plus en détail

Les transports ferroviaires régionaux en Île de France

Les transports ferroviaires régionaux en Île de France Les transports ferroviaires régionaux en Île de France Dossier de presse mercredi 17 novembre 2010 SOMMAIRE 1. Les déplacements des Francilien en transports collectifs 2 2. Part des transports collectifs

Plus en détail

Mesure de la performance des lignes de transport public urbain - Projet APEROL

Mesure de la performance des lignes de transport public urbain - Projet APEROL Aide à la décision pour les politiques de mobilité : recherche et besoins des collectivités Mesure de la performance des lignes de transport public urbain - Projet APEROL Bruno FAIVRE D ARCIER Laboratoire

Plus en détail

Questions prospectives : mobilités et usages des véhicules routiers

Questions prospectives : mobilités et usages des véhicules routiers Questions prospectives : mobilités et usages des véhicules routiers L environnement socio-écoomique Les marchés de la mobilité Perspectives d évolution Questions clés IDDRIM Réunion du Comité prospective

Plus en détail

NOUVEAU TRANSPORT ÉCOLOGIQUE DE MARCHANDISES

NOUVEAU TRANSPORT ÉCOLOGIQUE DE MARCHANDISES POINT 4: L engagement national pour le fret ferroviaire et le Schéma Directeur pour un nouveau Transport écologique de Marchandises de la SNCF : application dans le Grand Sud-Est Introduction Président

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême

Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême QU EST-CE QU UN PDU? q Un document obligatoire pour toutes les agglomérations de plus de 100 000 habitants q Une volonté d organiser les modes de déplacements

Plus en détail

SYTRA & Angers Agglomération Plan de Déplacements Urbains 189

SYTRA & Angers Agglomération Plan de Déplacements Urbains 189 SYTRA & Angers Agglomération Plan de Déplacements Urbains 189 190 Plan de Déplacements Urbains SYTRA & Angers Agglomération Cette deuxième partie du Projet de Plan de Déplacements Urbains présente la démarche

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 13 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes Les déplacements en transports collectifs 8,3 millions de déplacements + 2 de déplacements entre 2001 et 2010 20 % des déplacements

Plus en détail

2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS. dossier

2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS. dossier dossier 2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS Malgré les nombreuses contraintes qui pèsent sur ce nouveau budget marqué par la crise économique, le Département du Doubs maintient un niveau

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le modèle allemand

L efficacité énergétique dans le modèle allemand L efficacité énergétique dans le modèle allemand Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four 75006 Paris - France www.iddri.org 16/10/2012 1 Les objectifs du tournant

Plus en détail

Méthode d éd. évaluation de la performance du réseau r

Méthode d éd. évaluation de la performance du réseau r Méthode d éd évaluation de la performance du réseau r de transport en commun de l aggloml agglomération grenobloise Lucas Ippoliti 16ème journée e doctorale de l AFITL 28 juin 2011 1 Plan de l exposl exposé

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

Communiqué aux médias

Communiqué aux médias 1 Mobilière Suisse Holding SA Bundesgasse 35 Case postale 3001 Berne Téléphone 031 389 61 11 Téléfax 031 389 68 52 lamobiliere@mobi.ch www.mobi.ch Communiqué aux médias Exercice 2014: la Mobilière poursuit

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Pré-projet de PDU Document de synthèse. décembre 2014

Pré-projet de PDU Document de synthèse. décembre 2014 Pré-projet de PDU Document de synthèse décembre 2014 Sommaire 1. Cadre légal du PDU 2015/2025 2. PDU 2015/2025 : Territoire et déplacements 3. Objectifs et actions du PDU 2015/2025 2 Plan de de Déplacements

Plus en détail

Efficacité énergétique et énergies renouvelables en Languedoc-Roussillon. Des dispositifs de financements innovants

Efficacité énergétique et énergies renouvelables en Languedoc-Roussillon. Des dispositifs de financements innovants en Languedoc-Roussillon Des dispositifs de financements innovants Une action régionale volontariste Plan Climat régional -2009 relever le défi climatique et énergétique afin de garantir l attractivité

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72 Sous la présidence de M. Guy Vaxelaire, le Conseil Communautaire s est réuni en Commission Finances le 10 février afin d examiner le budget primitif 2010. Les 17 février et 1 er avril, le Conseil a approuvé

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Globalement le projet de budget 2010 présente à l ordinaire des recettes pour un montant de 87.764.757 et des dépenses

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012 RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2012 Paris, le 31 août 2012 3,6 millions d abonnés mobiles : 5,4% du parc français en moins de 6 mois 54% de parts de marché des recrutements haut débit : clair leadership sur

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires

L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires L investissement : entre projet politique et impératifs budgétaires L a réalisation des projets d investissement constitue un des grands temps forts du mandat municipal. Elle atteste du dynamisme de l

Plus en détail

Sommaire. 1) objectifs de la réunion. 2) rappel de l étude :

Sommaire. 1) objectifs de la réunion. 2) rappel de l étude : Sommaire 1) objectifs de la réunion 2) rappel de l étude : état des lieux pré-programme 2 scénarios d aménagement 3) retour sur la réunion du 22 avril 4) débat public : quel programme? quelles fonctionnalités

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Mardi 14 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE. Avril 2015 TOUT TRANSPOLE EN TEMPS REEL DANS SA POCHE

Mardi 14 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE. Avril 2015 TOUT TRANSPOLE EN TEMPS REEL DANS SA POCHE ! Mardi 14 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Avril 2015 NOUVELLE APPLICATION TOUT TRANSPOLE EN TEMPS REEL DANS SA POCHE Contacts presse : Annabelle Huriez 03 20 63 82 52 - Léa Vanden Casteele - 03 28 52 03

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE COMMISSION PERMANENTE DU 25 JUILLET 2014 COMMISSION DE L'EDUCATION Direction Générale Adjointe Aménagement Direction des Transports RAPPORT DU PRESIDENT TRANSPORTS INTERURBAINS

Plus en détail

La Région généralise l'accès au haut-débit résidentiel pour tous dans l'aude, avec le Conseil général

La Région généralise l'accès au haut-débit résidentiel pour tous dans l'aude, avec le Conseil général Plan numérique régional : Jeudi 7 juillet 2011 La Région généralise l'accès au haut-débit résidentiel pour tous dans l'aude, avec le Conseil général Andra LICA 04 67 22 86 46 /// 06 07 75 52 82 lica.andra@cr-languedocroussillon.fr

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES

LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES 4 LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES 1. LES ORIENTATIONS DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE LES OBJECTIFS DU PROGRAMME D AMÉNAGEMENT DU RÉSEAU DE SURFACE POUR LA PÉRIODE

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2014 BP 2015 COMMISSION DES SOLIDARITES Direction Générale Adjointe des Solidarités Direction du Handicap et de la Vieillesse RAPPORT

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des barreaux français CNBF. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des barreaux français CNBF. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire Les modes d intervention des collectivités locales sont très variés

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 9324 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 28 juin 2004 Messagerie Projet de loi instituant une garantie d un montant maximum de 226 000 000 F, pour un /

Plus en détail

QUELS TRANSPORTS A LA DEMANDE SUR LES TERRITOIRES PEU DENSES?

QUELS TRANSPORTS A LA DEMANDE SUR LES TERRITOIRES PEU DENSES? QUELS TRANSPORTS A LA DEMANDE SUR LES TERRITOIRES PEU DENSES? Par Bruno CORDIER, directeur du cabinet ADETEC Le transport à la demande est souvent présenté comme la panacée pour les territoires peu denses,

Plus en détail

Ce document a été réalisé par l auat

Ce document a été réalisé par l auat Ce document a été réalisé par l auat SOMMAIRE 1 - ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET OBJECTIFS DU PDU 2 2 - DEMARCHE D ELABORATION RETENUE POUR OPTIMISER LA MAITRISE DES DEPLACEMENTS VP : ETUDE MULTIMODALE 4 2.1

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Le Plan de mobilité durable de la MRC de Roussillon

Le Plan de mobilité durable de la MRC de Roussillon Le Plan de mobilité durable de la de Roussillon Présenté par : Pierre Largy, directeur général Lyne Dansereau, directrice, Service de l aménagement du territoire Dans le cadre des Mercredis de l AMT 18

Plus en détail

CONFERENCE-DEBAT DU 22 NOVEMBRE 2013 PRESENTATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU «PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS»

CONFERENCE-DEBAT DU 22 NOVEMBRE 2013 PRESENTATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU «PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS» CONFERENCE-DEBAT DU 22 NOVEMBRE 2013 PRESENTATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU «PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS» PDU PRESENTATION DE LA DEMARCHE La Communauté d Agglomération du Beauvaisis a lancé en février 2009,

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GIVRINS

MUNICIPALITE DE GIVRINS MUNICIPALITE DE GIVRINS Préavis municipal n 59 Point 5) de l ordre du jour de la séance ordinaire du Conseil communal, mercredi 8 décembre 2010, relatif au crédit d investissement de CHF 145'235.00, pour

Plus en détail

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT PROXIMITÉ EMBELLISSEMENT DE LA VILLE Chères Niçoises, Chers Niçois, ÉDITO Nous adoptons le budget 2016 de la Ville de Nice dans un contexte national difficile marqué

Plus en détail

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012 Surveillance de la qualité de l air en Île-de-France Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris Document final Octobre 2012 AIRPARIF - Surveillance de la

Plus en détail

Annexe promotion du gaz.doc 1

Annexe promotion du gaz.doc 1 Annexe : Présentation des actions de promotion du gaz naturel Depuis 2008, la promotion de l énergie gaz naturel est l un des grands enjeux de GrDF et constitue un poste de dépense à part entière pris

Plus en détail

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE PIECE 9 EVALUATION DE L INTERET SOCIO-ECONOMIQUE 1 Cadrage de l évaluation économique et sociale du projet... 269 2 Prévisions de trafic

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

un nouveau plan de transport pour le VAR

un nouveau plan de transport pour le VAR un nouveau plan de transport pour le VAR Présentation Schéma Départemental des Déplacements Procédures de consultation Mise en place du Réseau VAR LIB SCHEMA DEPARTEMENTAL DES DEPLACEMENTS Adopté par le

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013

RÉSULTATS ANNUELS 2013 MATHIAS EMMERICH DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT FINANCES, ACHATS ET SI 1 RÉSULTATS ANNUELS 13 FÉVRIER 2013 2014 1 ÉLÉMENTS CLÉS Dans un contexte économique difficile, l activité du groupe SNCF est en croissance

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

C. Montano et D. Marquois Prédiction de trafic à 1h et gestion de trafic urbain : quels usages possibles? NOS PARTENAIRES :

C. Montano et D. Marquois Prédiction de trafic à 1h et gestion de trafic urbain : quels usages possibles? NOS PARTENAIRES : C. Montano et D. Marquois Prédiction de trafic à 1h et gestion de trafic urbain : quels usages possibles? NOS PARTENAIRES : Pourquoi la régulation de trafic va devenir un outil majeur de la mobilité urbaine?

Plus en détail

Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires

Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires Paris, le 11 mars 2010 Le très haut débit doit bénéficier à tous les territoires Réponse à la consultation publique lancée par la DATAR et la Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des

Plus en détail

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Mémoire présenté par la Société de transport de Montréal 3 FÉVRIER 2015 TABLE

Plus en détail

Plan de déplacements Urbains (PDU) Concertation publique Novembre Décembre 2015

Plan de déplacements Urbains (PDU) Concertation publique Novembre Décembre 2015 Plan de déplacements Urbains (PDU) Concertation publique Novembre Décembre 2015 Le plan de déplacements urbains Le PDU définit pour les 10 années à venir les principes d'organisation des transports de

Plus en détail

Recherche et enseignement supérieur

Recherche et enseignement supérieur MISSION INTERMINISTERIELLE Recherche et enseignement supérieur Autorisations d engagement : 24,56 milliards d euros Crédits de paiement : 24,16 milliards d euros Emplois de l État : 120 010 équivalents

Plus en détail

PLAN PREVISIONNEL D INVESTISSEMENTS 2016-2020. Note explicative. 17 mai 2016 V2.2. 1/6

PLAN PREVISIONNEL D INVESTISSEMENTS 2016-2020. Note explicative. 17 mai 2016 V2.2. 1/6 PLAN PREVISIONNEL D INVESTISSEMENTS 2016-2020 Note explicative 17 mai 2016 V2.2. 1/6 Le contexte L avènement de la Collectivité Territoriale dans un environnement social dégradé Le paysage institutionnel

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger Indemnisation des Calamités Agricoles en France 1 Marché mondial de l Assurance Agricole Primes brutes d assurance directe = environ 6,5 milliards d euros (dont subventions gouvernementales = environ 2,9

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS :

IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS : IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS : L EXPÉRIENCE DE DOUALA Présenté par M. LAMI Chargé d Études à la Direction des Études, de la Planification Urbaine et du

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Les rendez-vous des métiers de l environnement

Les rendez-vous des métiers de l environnement Technicien d exploitation secteur Énergie Responsabilités, travail en équipe, diversité des missions, autonomie. Le technicien d exploitation Énergie intègre une équipe qui assure la maintenance préventive

Plus en détail

Etude de faisabilité de la ZAPA de Lyon

Etude de faisabilité de la ZAPA de Lyon Etude de faisabilité de la ZAPA de Lyon ANALYSE DES IMPACTS DES SCENARIOS «ZAPA 2*» ET «ZAPA 3*» SUR LA QUALITE DE L AIR 2011 2013 www.air rhonealpes.fr Diffusion : novembre 2014 Siège social : 3 allée

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU Concertation sur le projet de transformation du centre de traitement des déchets ménagers à Ivry-Paris 13 Groupe de Travail du 4 avril 2016 Thématique : Alternatives à la méthanisation sur site / valorisation

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française

Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française 12 mars 2014 Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française Christophe BOUCAUX Direction de la Maîtrise d ouvrage et des Politiques patrimoniales L Union sociale pour l habitat ÉDITION

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLR - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 27/05/2015 à 17:54:49 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION Règlement no. 2015-01 : Règlement sur les stationnements et la mobilité urbaine PRÉSENTATION Présenté par Madame Marie-Eve Dostie, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Les coupes budgétaires au Mexique

Les coupes budgétaires au Mexique Les coupes budgétaires au Mexique Le Ministère des Finances a annoncé le 31 janvier 2015 des coupes budgétaires à hauteur de 8,6 Mds USD pour l exercice 2015, soit 2,66% de la dépense publique nette prévue

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail