JUGEMENT N REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JUGEMENT N 2012-0029 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES"

Transcription

1 Maison de retraite «Fondation Roux» à Vertheuil Rapport n Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 6 février 2013 Trésorerie de Pauillac ( ) (département de la Gironde) Exercices 2003 à 2006 Rectification du jugement n du 28 avril 2011 JUGEMENT N REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES VU les comptes rendus pour les exercices 2003 à 2006 par M. Thierry X..., en qualité de comptable de la Maison de retraite «Fondation Roux» à Vertheuil ; VU les justifications produites au soutien des comptes ; VU la convention européenne de sauvegarde des droits de l Homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950 et notamment son article 6 ; VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L , L , R , R , R , R à R ; VU l article 60 modifié de la loi n du 23 février 1963 ; VU le décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique, notamment son article 57 ; VU le code général des collectivités territoriales ; VU l'arrêté n du président de la Chambre régionale des comptes d'aquitaine, Poitou-Charentes du 19 avril 2012, portant organisation et détermination des compétences des formations de délibéré de ladite chambre pour l année 2012 ; VU le réquisitoire du Procureur financier près la Chambre régionale des comptes d Aquitaine, n du 17 septembre 2010 à fin d instruction de quatre charges à l encontre de M. Thierry X... et la décision du 7 octobre 2010 du président par intérim de la Chambre régionale des comptes d Aquitaine attribuant à M. Laurent BOURGIN, premier conseiller, l instruction desdites charges ; 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux cedex Tél : Fax :

2 VU le jugement n du 28 avril 2011 statuant sur l instruction de quatre charges à l encontre de M. Thierry X..., comptable de la Maison de retraite de Vertheuil «Fondation Roux», notifié le 30 juin 2011 ; VU le réquisitoire du Procureur financier près la Chambre régionale des comptes d Aquitaine, Poitou-Charentes n du 31 juillet 2012 à fin de révision du jugement n du 28 avril 2011 notifié le 30 juin 2011 et la décision du 28 août 2012 du président de la Chambre régionale des comptes d Aquitaine, Poitou-Charentes attribuant à M. Laurent Bourgin, premier conseiller, l instruction dudit réquisitoire ; VU la notification le 28 août 2012 à M. Thierry X..., ainsi qu à l ordonnateur en fonctions, du réquisitoire et de la décision susvisés, et les accusés de réception correspondants, en date du 30 août 2012 ; VU le rapport n de M. Laurent BOURGIN, déposé au greffe le 7 novembre 2012 et communiqué au ministère public par le président de la Chambre régionale des comptes, ensemble les pièces à l appui ; VU les lettres en date du 22 novembre 2012, dont il a été accusé réception le 26 novembre 2012 pour le comptable et pour l ordonnateur, informant les parties précitées du dépôt au greffe du rapport du magistrat, de la clôture de l instruction, de la possibilité de consulter les pièces du dossier et de la date de l audience publique ; VU les conclusions n du Procureur financier près la Chambre régionale des comptes d Aquitaine, Poitou-Charentes du 20 novembre 2012 ; L audience publique s étant tenue, M. Thierry X... et l ordonnateur en fonction, étant absents et non représentés ; Après avoir entendu les conclusions du Procureur financier ; Après avoir délibéré hors la présence du rapporteur, et du Procureur financier ; ORDONNE ce qui suit : ATTENDU que par réquisitoire du 31 juillet 2012 le Procureur financier a saisi la juridiction au motif d erreurs matérielles entachant le jugement précité du 28 avril 2011 et concernant les première, deuxième et quatrième charges, les montants des débets mis à la charge du comptable étant erronés ; ATTENDU que l article R du code des juridictions financières dispose notamment que : «la Chambre régionale des comptes peut procéder à la révision d un jugement ou d une ordonnance, pour cause d erreur, omission, faux ou double emploi, soit d office, soit sur réquisition du ministère public, qui peut être pris de sa propre initiative ou à la demande des collectivités ou établissements publics intéressés, ou du représentant de l Etat dans le département ou de la région» ; ATTENDU que conformément au réquisitoire du ministère public, le montant du débet relatif à la première charge s élève à la somme de , 24 et non à la somme de ,88, celui relatif à la deuxième charge à la somme de , 22 et non à la somme de ,03 ; qu en ce qui concerne la quatrième charge, si le jugement mentionne bien un débet de 2 621,92, le développement du raisonnement se termine de façon erronée par la somme de ; J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 2 sur 17

3 ATTENDU que la requête du Ministère public est recevable et qu il convient en conséquence de modifier ainsi qu il suit le jugement du 28 avril 2011, devenu définitif à la suite de l arrêt d appel n de la Cour des comptes du 22 juin 2012 ; I 1 ère et 2 ème charge : imputations erronées de dépenses au compte «6152 entretien et réparations sur biens immobiliers» au cours de l exercice 2005 pour un montant total de ,24 et au cours de l exercice 2006 pour un montant total de ,22 ATTENDU que, par réquisitoire susvisé, le Procureur financier a saisi la juridiction au motif de l imputation au cours de l exercice 2005, de 77 mandats pour un montant total de , 88 au compte 6152 «entretien et réparations sur biens immobiliers» ; que ce compte relève du groupe fonctionnel III conformément aux disposition de l arrêté ministériel du 8 août 2002 relatif à la composition des groupes fonctionnels prévus par l article L du code de l action sociale et des familles ; ATTENDU qu il constate que l objet des dépenses, pour 53 mandats représentant une somme de ,68, relève de simples fournitures en particulier de quincaillerie ; qu il en déduit que ces dépenses, auraient dues être imputées au compte «60628 autres fournitures non stockées» se rapportant au groupe fonctionnel I ; que pour 4 mandats dont le montant total atteint 193,04 l objet de la dépense concerne des prestations de nettoyage, normalement imputées au compte «6283 prestations de nettoyage à l extérieur» lesquelles relèvent également du groupe fonctionnel I ; que pour 2 mandats d un montant total de 9 744,78 l objet de la dépense concerne l acquisition et l installation de climatiseurs, normalement imputée à un compte de la section d investissement, «2188 autre immobilisations corporelles» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; que pour 2 mandats d un montant total de 2 530,84 l objet de la dépense concerne l acquisition de mobiliers normalement imputée au compte de la section d investissement «2184 mobilier» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; qu enfin, pour trois mandats d un montant total de 8 729,90 l objet de la dépense concerne des travaux d aménagement et de construction normalement imputée au compte de la section d investissement «2135 installations générales, agencements, aménagements des constructions» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; ATTENDU que, par réquisitoire susvisé, le Procureur financier a également saisi la juridiction au motif de l imputation au cours de l exercice 2006, de 91 mandats pour un montant total de ,03 au compte 6152 «entretien et réparations sur biens immobiliers» ; que ce compte relève du groupe fonctionnel III conformément aux disposition de l arrêté ministériel du 8 août 2002 relatif à la composition des groupes fonctionnels prévus par l article L du code de l action sociale et des familles ; ATTENDU qu il constate que l objet des dépenses, pour 71 mandats représentant une somme de ,95, relève de simples fournitures en particulier de quincaillerie ; qu il en déduit que ces dépenses, auraient dues être imputées au compte «60628 autres fournitures non stockées» se rapportant au groupe fonctionnel I ; que pour 12 mandats dont le montant total atteint 579,12 l objet de la dépense concerne des prestations de nettoyage, normalement imputées au compte «6283 prestations de nettoyage à l extérieur» lesquelles relèvent également du groupe fonctionnel I ; que pour un mandat d un montant total de 5 995,51 l objet de la dépense concerne l acquisition et l installation d un appareil «Likolight» de levage mobil et d une baignoire, complétée par l achat de fournitures had hoc normalement imputée à un compte de la section d investissement, «2153 installations, outillage et mobilier à caractère spécifique» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; que pour deux mandats d un montant total de 7 989,98 l objet de la dépense concerne l acquisition de climatiseurs normalement imputée au compte de la section d investissement «2188 autres immobilisations corporelles» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; qu enfin, pour un mandat d un montant de ,66 l objet de la dépense concerne la pose de signalisation intérieure et J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 3 sur 17

4 extérieure, normalement imputée au compte de la section d investissement «2135 installations générales, agencements, aménagements des constructions» qui ne relève pas du groupe fonctionnel III ; ATTENDU que le Procureur financier s appuyant sur les dispositions de l article 12 B du décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique, considère que le comptable est tenu d exercer, en matière de dépenses, le contrôle de l exacte imputation de celles-ci et de la disponibilité des crédits ; qu il estime engagée la responsabilité personnelle et pécuniaire du comptable en vertu des dispositions de l article 60 de la loi du 23 février 1963 susvisée ; ATTENDU qu il ressort de l instruction que le comptable ne conteste pas les erreurs d imputation relevées par le réquisitoire du Procureur financier ; qu il indique cependant que, sollicité par lui, l ordonnateur envisage possible de redresser les écritures concernant la section de fonctionnement et dont l erreur d imputation concerne un mauvais classement entre groupes fonctionnels dans la mesure où ce redressement n aurait aucune incidence sur les exercices budgétaires ultérieurs ; qu il ajoute que de telles régularisations ont été acceptées par certaines juridictions financières et demande en conséquence que la chambre sursoit à statuer dans l attente d une telle régularisation ; que pour ce qui concerne les dépenses qui ont été imputées à tort à la section de fonctionnement alors qu elles relevaient de la section d investissement, le comptable produit plusieurs délibérations de 2005 et 2006 par lesquelles le conseil d administration décidait de reprendre des provisions pour risques et charges afin de financer l achat de divers équipements sur le compte 6152 ; qu il ajoute qu il est parfois difficile d apprécier l imputation comptable d une dépense sur un compte plutôt que sur un autre ; ATTENDU que le rapporteur considère qu il résulte des dispositions combinées des articles R et R du code de l action sociale et des familles et 12 B du règlement général de la comptabilité publique que le comptable doit veiller à la bonne imputation des dépenses au niveau des groupes fonctionnels, sur lesquels s apprécie la disponibilité des crédits ; qu il considère en outre qu une ré-imputation comptable à postériori n est permise par aucun texte et que la jurisprudence citée par le comptable dans ses écritures ne concerne pas des ré-imputations comptables au sein de la section de fonctionnement ; ATTENDU que le rapporteur estime également que le libellé des factures imputées à un compte de la section d exploitation ne laissait aucun doute qu il s agissait en réalité de dépense relevant de la section d investissement, en l espèce il s agit de l achat de climatiseurs, d appareil de levage et de baignoire, et ceci malgré la présence de délibérations relatives à la reprise de provisions, le conseil d administration n étant pas compétent pour décider de l imputation comptable d une dépense ; ATTENDU que le Procureur financier dans ses conclusions, estime que les instructions comptables ne prévoient pas la possibilité d une ré-imputation comptable, à fortiori six ans après les faits ; que l existence de délibérations, certes exécutoires relatives à des reprises sur provisions ne dispensaient pas le comptable de procéder à un contrôle de l exacte imputation de la dépense et, en cas de difficulté de suspendre le paiement dans l attente d une imputation exacte ; que le comptable ne peut se prévaloir de la difficulté d apprécier l imputation d une dépense, s agissant pour lui d un contrôle de base ; CONSIDERANT l ensemble de ces éléments ; ATTENDU que par divers mandats dont le détail figure en annexe du présent jugement le comptable de la Maison de retraite «Fondation Roux» a payé diverses dépenses de fonctionnement imputées à tort au compte «6152 entretien et réparations sur biens immobiliers» appartenant au groupe de dépenses fonctionnels III tel que défini par l arrêté J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 4 sur 17

5 ministériel du 8 août 2002 précité, alors que, selon les cas ces dépenses relevaient soit d un compte de la section de fonctionnement appartenant au groupe de dépenses fonctionnels I soit d un compte de la section d investissement ; ATTENDU qu il résulte des dispositions de l article 12 B du décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique, que le comptable est tenu d exercer, en matière de dépenses, le contrôle de l exacte imputation de celles-ci et de la disponibilité des crédits ; ATTENDU qu une éventuelle ré-imputation des dépenses, non prévue par les instructions comptables est sans effet sur la responsabilité du comptable qui s apprécie au moment du paiement ; ATTENDU que la présence de délibérations du conseil d administration prévoyant le financement de certaines dépenses par une reprise de la provision pour risques et charges et l imputation des dépenses ainsi financées au compte 6152 ne dispensaient pas le comptable de vérifier l exactitude des imputations comptables, ceci d autant que le libellé des factures montraient clairement qu il s agissait de dépenses d investissement et ceci nonobstant l éventuelle difficulté, au demeurant non démontrée, de distinguer dépenses d investissement et dépenses de fonctionnement ; ATTENDU qu oralement le comptable a fait valoir que l utilisation du compte 6152 pouvait être appropriée en raison du caractère répétitif et à usage d entretien de la plupart des dépenses en cause ; qu outre que cet argument ne figure pas dans les écritures du comptable, et qu il n est pas démontré par l examen des mandats en cause, il peut être constaté que s il en était ainsi, la comptabilité devrait retracer des opérations d investissement réalisées par la maison de retraite de Vertheuil pour son propre compte, ce qui n est pas le cas ; ATTENDU qu en application des dispositions de l article 60 de la loi du 23 février 1963 susvisée, les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables du paiement des dépenses et des contrôles qu ils sont tenus d assurer en matière de recettes dans les conditions prévues par le décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique ; qu aux termes du même article, leur responsabilité personnelle et pécuniaire se trouve engagée dès lors qu une dépense a été irrégulièrement payée ; ATTENDU qu en application des dispositions des articles 11 et 12B du décret susvisé du 29 décembre 1962, les comptables publics sont seuls chargés du paiement des dépenses sur ordre émanant des ordonnateurs ; qu ils sont tenus notamment d exercer le contrôle de la validité de la créance dans les conditions prévues à l article 13 dudit décret ce qui emporte notamment le contrôle de l exactitude des calculs de liquidation ; ATTENDU qu il résulte de ce qui précède qu il y a lieu de constituer M. Thierry X... débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil pour les sommes de ,24 et ,22 au titre des exercices 2005 et 2006, augmentées des intérêts au taux légal, en application de l article 60 de la loi précitée du 23 février 1963, à compter du 14 octobre 2010, date de la notification du réquisitoire susvisé du Procureur financier. I 3 ème charge : paiement irrégulier de rémunérations accessoires à des agents contractuels pour un montant de ATTENDU que par réquisitoire susvisé, le Procureur financier a saisi la juridiction au motif du versement en décembre 2006 de la prime de service instituée au profit des agents titulaires, stagiaires et de service hospitalier par l arrêté interministériel du 24 mars 1967 modifié à 16 agents non titulaires pour un montant global de ; qu il rappelle que l arrêté susvisé fixe le montant de cette prime à 7,5% du traitement brut payé dans l année au J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 5 sur 17

6 personnel, montant ensuite réparti en fonction de la manière de servir des agents ; qu il estime qu en l absence de dispositions législatives ou réglementaires explicites, le versement de primes et indemnités à des agents contractuels doit être contractuellement prévu, et que ledit contrat doit être joint au premier mandat de paiement ; qu il constate l absence de mention de ce type au contrat, le comptable n ayant produit qu un arrêté du directeur en date du 1 er décembre 2006 déterminant l enveloppe globale de la prime et sa répartition par agent ; ATTENDU que le Procureur financier s appuyant sur les dispositions de l article 12 B du décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique, considère que le comptable est tenu d exercer, en matière de dépenses, le contrôle de l exacte imputation de celles-ci, de la disponibilité des crédits et de l exactitude de la liquidation ; qu il estime engagée la responsabilité personnelle et pécuniaire du comptable en vertu des dispositions de l article 60 de la loi du 23 février 1963 susvisée ; ATTENDU qu il résulte de l instruction que le comptable, qui ne conteste pas l absence de mention relative au versement d une prime de service aux personnels contractuels, estime ce versement régulier en présence d un arrêté de répartition nominatif du directeur ; qu il estime dès lors que le versement de la prime de service est régulier au regard de la présence de deux délibérations exécutoires, en date du 20 octobre 2000 pour ce qui concerne le versement de ladite prime aux emplois jeunes et un arrêté n du 2 février 1998 qui «attribue la prime annuelle de service» aux agents titulaires, stagiaires et contractuels» ; qu enfin, il avance que ce n est que par une décision du Conseil d Etat du 23 mars 2009 «Centre hospitalier de Montereau» que le contentieux de l attribution de la prime de service aux agents contractuels a été définitivement réglé ; ATTENDU que le rapporteur, conformément aux dispositions de l article 4 alinéa 2 du décret n du 6 février 1991 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels des maisons de retraite, estime que les modalités de la rémunération d un agent contractuel doivent être fixées par le contrat, et que ce contrat doit être joint au premier mandat de paiement conformément aux dispositions de l article de la circulaire ministérielle n du 23 mai 2003 qui précise que les établissements publics sociaux et médico-sociaux doivent s inspirer des dispositions de l annexe de l article D du code général des collectivités territoriales relatives à la nomenclature des pièces justificatives ; qu outre le contrat, doivent être joints au premier paiement la décision de l assemblée délibérante fixant la nature, les conditions d attribution et le taux moyen des indemnités et l arrêté fixant le taux individuel applicable à chaque agent ; ATTENDU que le rapporteur constate que faute de mention au contrat, la prime de service ne pouvait être versée aux agents contractuels et qu en procédant à son paiement en l absence d éléments lui permettant de procéder à l exactitude des calculs de liquidation de la dépense, le comptable a engagé sa responsabilité personnelle et pécuniaire ; ATTENDU que le ministère public, s il reconnait au comptable la difficulté juridique née de jurisprudence contradictoire en matière de versement de la prime de service aux agents contractuels des établissements sociaux et médico-sociaux, constate, comme le rapporteur l absence d éléments aux contrats lui permettant de s assurer de l exactitude des calculs de liquidation de la prime, nonobstant la présence d une délibération et d un arrêté en prévoyant la possibilité, sans pour autant en détailler agent par agent le montant ; CONSIDERANT l ensemble de ces éléments : ATTENDU que par mandat n 1052 du 1 er décembre 2006, le comptable de la Maison de retraite «Fondation Roux» à Vertheuil a payé, sur le compte «64131 Personnel non titulaire-rémunération principale» une somme totale de à 14 agents non titulaires de l établissement ; que cette somme représente en réalité une prime de service, dont le régime J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 6 sur 17

7 juridique relève de l arrêté ministériel du 24 mars 1967 qui prévoit notamment que cette prime, versée aux agents titulaires, ou stagiaires des établissements sociaux et médico-sociaux, dépend de leur manière de servir ; ATTENDU que l article L du code de l action sociale et des familles qui prévoit que le conseil d administration délibère sur les règles concernant l emploi des diverses catégories de personnel, pour autant qu elles n ont pas été fixées par des dispositions législatives et réglementaires et que l article 4 alinéa 2 du décret n du 6 février 1991 dispose que, pour ce qui concerne les agents contractuels, tout contrat doit déterminer les modalités de sa rémunération ; ATTENDU qu il résulte de ces dispositions que le versement de la prime de service à des agents contractuels, doit être prévue par une délibération du conseil d administration de l établissement et doit faire l objet soit d un arrêté individuel d attribution soit être mentionnée au contrat de l agent ; que, conformément aux dispositions de l annexe de l article D du code général des collectivités territoriales ces pièces doivent être fournies à l appui des premiers paiements ; ATTENDU que si le comptable, comme il l indique dans ses écritures, était bien en possession d une délibération du conseil d administration décidant l attribution de la prime de service aux emplois jeunes et d un arrêté du directeur de l établissement en prévoyant l attribution à l ensemble des agents contractuels, ces deux pièces n indiquent ni les critères de versement de ladite prime ni les taux individuels en permettant le calcul ; que par ailleurs les contrats ne prévoient pas explicitement le versement de ladite prime ; qu enfin, le tableau de liquidation de la prime de service du 1 er décembre 2006, évoqué par le ministère public dans son réquisitoire, ne peut tenir lieu d arrêté individuel d attribution ; que dès lors aucune décision ou clause contractuelle ne permettait au comptable de vérifier l exactitude des calculs de liquidation de la prime de service attribuée aux agents contractuels ; ATTENDU que les difficultés d interprétations jurisprudentielles existantes au moment du paiement de la prime de service en 2006, et résolues en 2009, sont sans effet sur ses obligations de contrôle de l exactitude des calculs de liquidation des dépenses qu il paie ; ATTENDU qu en application des dispositions de l article 60 de la loi du 23 février 1963 susvisée, les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables du paiement des dépenses et des contrôles qu ils sont tenus d assurer en matière de recettes dans les conditions prévues par le décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique ; qu aux termes du même article, leur responsabilité personnelle et pécuniaire se trouve engagée dès lors qu une dépense a été irrégulièrement payée ; ATTENDU qu en application des dispositions des articles 11 et 12B du décret susvisé du 29 décembre 1962, les comptables publics sont seuls chargés du paiement des dépenses sur ordre émanant des ordonnateurs ; qu ils sont tenus notamment d exercer le contrôle de la validité de la créance dans les conditions prévues à l article 13 dudit décret ce qui emporte notamment le contrôle de l exactitude des calculs de liquidation ; ATTENDU qu il résulte de ce qui précède qu il y a lieu de constituer M. Thierry X... débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil pour la somme de ,00 augmentée des intérêts au taux légal, en application de l article 60 de la loi précitée du 23 février 1963, à compter du 14 octobre 2010, date de la notification du réquisitoire susvisé du Procureur financier. I 4 ème charge : paiement irrégulier à des agents contractuels, en 2006, de nouvelles bonifications indiciaires pour un montant de 2 621,92 J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 7 sur 17

8 ATTENDU que par réquisitoire susvisé, le Procureur financier a saisi la juridiction au motif du versement au cours de l exercice 2006, à sept agents contractuels, d une nouvelle bonification indiciaire (NBI) pour un montant total de 2 621,92. ATTENDU que le Procureur financier rappelle les dispositions combinées des articles 27 de la loi n du 18 janvier 1991 et de l article 1 du décret n du 19 janvier 1993 relatif à la nouvelle bonification indiciaire attachée à des emplois occupés par certains personnels de la fonction publique hospitalière qui disposent que la NBI ne peut être attribuée qu à des fonctionnaires occupant certains emplois limitativement énumérés ; que les agents contractuels en sont exclus et que le conseil d administration de l établissement n a pris aucune délibération permettant de leur en faire bénéficier ; qu il ressort de la jurisprudence administrative qu il appartient au comptable de s assurer de la légalité externe des actes qui lui sont soumis et qu il lui appartient de les interpréter en fonction des lois et règlement en vigueur ; qu il estime qu en possession de contrats mentionnant une rémunération dont une partie était constitué de la NBI il ne pouvait ignorer qu elle contrevenait à la règlementation et qu en procédant au paiement des mandats en cause il a engagé sa responsabilité personnelle et pécuniaire ; ATTENDU qu il ressort de l instruction que le comptable qui ne conteste pas le paiement de la NBI à certains agents contractuels estime qu en l absence de visa express du décret n du 19 janvier 1993 il ne pouvait procéder à un contrôle de la légalité de l acte qui lui était présenté ; ATTENDU que le rapporteur rappelle les dispositions déjà citées dans le présent jugement de l article L du code de l action sociale et des familles relative à l obligation pour le conseil d administration de se prononcer sur toute décision concernant l emploi des personnels non prévue par la loi ou le règlement ; que cette décision, à supposer prise, doit être jointe au premier paiement des mandats correspondant, conformément aux dispositions de l annexe à l article D du code générale des collectivités territoriales ; ATTENDU que le rapporteur, rappelant les dispositions combinées déjà citées des articles 27 de la loi du 18 janvier 1991 et 1 du décret 19 janvier 1993, estime que, l attribution de la NBI étant réservée aux seuls fonctionnaires titulaires de la fonction publique hospitalière occupant certains emplois, seule une délibération du conseil d administration, transmise au comptable, pouvait en étendre le bénéfice aux agents contractuels ; ATTENDU que le Procureur financier, nonobstant la présence d une clause contractuelle et l absence d une délibération prévoyant le versement d une NBI, le comptable ne pouvait régler ladite NBI explicitement réservée à des fonctionnaires titulaires, ce qu il ne pouvait ignorer et ce qui fait partie de l étendue de son contrôle en vertu de la jurisprudence administrative en vigueur ; CONSIDERANT l ensemble de ces éléments : ATTENDU que le comptable de la maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil a, par divers mandats dont le détail figure en annexe du présent jugement, payé une nouvelle bonification indiciaire à sept agents contractuels au cours de l exercice 2006 pour un montant total de 2 621,92 ; que le versement de cette nouvelle bonification indiciaire était explicitement prévue par les contrats des agents bénéficiaires ; ATTENDU que la législation et la règlementation ci-dessus rappelées réservent aux fonctionnaires titulaires de la fonction publique hospitalières occupant certains emplois l attribution de la nouvelle bonification indiciaire ; J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 8 sur 17

9 ATTENDU que le code de l action sociale et des familles dispose que toute disposition relative à l emploi des agents des établissements sociaux et médico-sociaux non prévue par un texte législatif et réglementaire doit faire l objet d une délibération du conseil d administration, transmise au comptable en vertu des dispositions de l article D du code générale des collectivités territoriales ; ATTENDU que, bien que les contrats ne visaient pas explicitement les dispositions législatives et réglementaires relative à la NBI, l indemnité était ainsi qualifiée au contrat, et liquidée en nombre de points ce qui ne laissait aucun doute sur sa qualification ; qu ainsi que le soutient le Procureur financier il ne pouvait ignorer que cette indemnité était réservée aux agents titulaires de la fonction publique hospitalière ; qu ainsi, face à une disposition contractuelle manifestement en contradiction avec une disposition de nature législative ou réglementaire, il devait suspendre le paiement en cause dans l attente d une éventuelle délibération exécutoire du conseil d administration étendant au agents contractuels le bénéfice de l indemnité en question ; qu en possession d une telle délibération exécutoire, contrairement à ce que soutient le ministère public, il aurait épuiser ses contrôles ; ATTENDU qu en application des dispositions des articles 11 et 12B du décret susvisé du 29 décembre 1962, les comptables publics sont seuls chargés du paiement des dépenses sur ordre émanant des ordonnateurs ; qu ils sont tenus notamment d exercer le contrôle de la validité de la créance dans les conditions prévues à l article 13 dudit décret ce qui emporte notamment le contrôle de la justification de la dépense ; ATTENDU qu il résulte de ce qui précède qu il y a lieu de constituer M. Thierry X... débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil pour la somme de 2 621,92 augmentée des intérêts au taux légal, en application de l article 60 de la loi précitée du 23 février 1963, à compter du 14 octobre 2010, date de la notification du réquisitoire susvisé du Procureur financier. PAR CES MOTIFS : I Au titre de la première charge : DECIDE M. Thierry X... est constitué débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil de la somme de ,24 augmentée des intérêts au taux légal à compter du 14 octobre 2010 ; II Au titre de la deuxième charge : M. Thierry X... est constitué débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil de la somme de ,22 augmentée des intérêts au taux légal à compter du 14 octobre 2010 ; III Au titre de la troisième charge : M. Thierry X... est constitué débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil de la somme de augmentée des intérêts au taux légal à compter du 14 octobre 2010 ; IV Au titre de la quatrième charge : J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 9 sur 17

10 M. Thierry X... est constitué débiteur de la Maison de retraite «Fondation Roux» de Vertheuil de la somme de 2 621,92 augmentée des intérêts au taux légal à compter du 14 octobre 2010 ; La décharge de M. X pour les exercices 2005 et 2006, ne pourra être donnée qu après apurement des débets ci-dessus prononcés ; Fait et jugé en la Chambre régionale des comptes d'aquitaine le douze décembre deux mille douze. Délibéré par M. Philippe HONOR, président de section, président de séance, MM. Philippe LERUSTE, et Daniel COCULA, premiers conseillers. En foi de quoi, le présent jugement a été signé par nous. La Greffière de séance, Le Président de séance, Evelyne LEGRAND Philippe HONOR. La République française mande et ordonne à tous les huissiers de la justice sur ce requis de mettre ledit jugement à exécution, aux Procureurs généraux et aux Procureurs de la République près les tribunaux de grande instance d y tenir la main, à tous les commandants et officiers de la force publique de prêter main forte lorsqu ils en seront légalement requis. J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 10 sur 17

11 ANNEXE 1 DETAIL DES MANDATS PAYES EN 2005 SUR LE COMPTE 6152 ET QUI AURAIENT DU ETRE IMPUTES SUR LES COMPTES SUIVANTS Compte «Autres fournitures non stockées» Groupe fonctionnel I Exercice 2005 N de mandats Montants Natures ,80 Autres fournitures non stockées ,90 Autres fournitures non stockées ,87 Autres fournitures non stockées ,61 Autres fournitures non stockées ,86 Autres fournitures non stockées ,00 Autres fournitures non stockées ,26 Autres fournitures non stockées ,11 Autres fournitures non stockées ,97 Autres fournitures non stockées ,58 Autres fournitures non stockées ,28 Autres fournitures non stockées ,71 Autres fournitures non stockées ,65 Autres fournitures non stockées ,28 Autres fournitures non stockées ,57 Autres fournitures non stockées ,23 Autres fournitures non stockées ,17 Autres fournitures non stockées ,42 Autres fournitures non stockées ,95 Autres fournitures non stockées ,18 Autres fournitures non stockées ,65 Autres fournitures non stockées ,92 Autres fournitures non stockées ,16 Autres fournitures non stockées ,12 Autres fournitures non stockées ,67 Autres fournitures non stockées ,97 Autres fournitures non stockées ,51 Autres fournitures non stockées ,81 Autres fournitures non stockées ,93 Autres fournitures non stockées ,54 Autres fournitures non stockées ,30 Autres fournitures non stockées ,38 Autres fournitures non stockées ,04 Autres fournitures non stockées ,81 Autres fournitures non stockées ,27 Autres fournitures non stockées ,42 Autres fournitures non stockées ,46 Autres fournitures non stockées 917 9,53 Autres fournitures non stockées ,67 Autres fournitures non stockées ,50 Autres fournitures non stockées ,60 Autres fournitures non stockées ,51 Autres fournitures non stockées ,50 Autres fournitures non stockées ,45 Autres fournitures non stockées J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 11 sur 17

12 ,75 Autres fournitures non stockées ,29 Autres fournitures non stockées ,94 Autres fournitures non stockées ,03 Autres fournitures non stockées ,97 Autres fournitures non stockées ,22 Autres fournitures non stockées ,17 Autres fournitures non stockées ,82 Autres fournitures non stockées ,37 Autres fournitures non stockées Sous-total A : ,68 Compte 6283 «Prestations de nettoyage à l extérieur» Groupe fonctionnel I ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage Sous-total B : 193,04 Compte 2188 «Autres immobilisations corporelles» ,87 Installation de climatiseurs ,91 Installation de climatiseurs Sous-total C : 9 744,78 Compte 2184 «Mobilier» ,39 Mobilier ,45 Mobilier Sous-total D : 2 530,84 Compte 2135 «Installations générales, agencements, aménagement des constructions» ,17 Fourniture et pose parafoudre ,33 Réalisation d un ralentisseur ,40 Confection et mise en place d un escalier Sous-total E : 8 729,90 TOTAL GENERAL (A + B + C + D + E) = ,24 J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 12 sur 17

13 ANNEXE 1I DETAIL DES MANDATS PAYES EN 2006 SUR LE COMPTE 6152 ET QUI AURAIENT DU ETRE IMPUTES SUR LES COMPTES SUIVANTS Compte «Autres fournitures non stockées» Groupe fonctionnel I Exercice 2006 N de mandats Montants Natures ,09 Autres fournitures non stockées ,57 Autres fournitures non stockées ,28 Autres fournitures non stockées ,45 Autres fournitures non stockées ,55 Autres fournitures non stockées ,06 Autres fournitures non stockées ,98 Autres fournitures non stockées ,95 Autres fournitures non stockées ,23 Autres fournitures non stockées ,81 Autres fournitures non stockées ,62 Autres fournitures non stockées ,02 Autres fournitures non stockées ,11 Autres fournitures non stockées ,84 Autres fournitures non stockées ,07 Autres fournitures non stockées ,97 Autres fournitures non stockées ,87 Autres fournitures non stockées ,96 Autres fournitures non stockées ,66 Autres fournitures non stockées ,52 Autres fournitures non stockées ,48 Autres fournitures non stockées ,25 Autres fournitures non stockées ,80 Autres fournitures non stockées ,13 Autres fournitures non stockées ,09 Autres fournitures non stockées ,58 Autres fournitures non stockées ,54 Autres fournitures non stockées ,20 Autres fournitures non stockées ,99 Autres fournitures non stockées ,46 Autres fournitures non stockées ,53 Autres fournitures non stockées ,51 Autres fournitures non stockées ,72 Autres fournitures non stockées ,85 Autres fournitures non stockées ,01 Autres fournitures non stockées ,69 Autres fournitures non stockées ,15 Autres fournitures non stockées ,09 Autres fournitures non stockées ,67 Autres fournitures non stockées ,54 Autres fournitures non stockées ,36 Autres fournitures non stockées ,38 Autres fournitures non stockées ,48 Autres fournitures non stockées J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 13 sur 17

14 776 89,40 Autres fournitures non stockées ,35 Autres fournitures non stockées ,53 Autres fournitures non stockées ,21 Autres fournitures non stockées ,34 Autres fournitures non stockées ,58 Autres fournitures non stockées ,32 Autres fournitures non stockées ,49 Autres fournitures non stockées ,26 Autres fournitures non stockées ,97 Autres fournitures non stockées ,60 Autres fournitures non stockées ,94 Autres fournitures non stockées ,86 Autres fournitures non stockées ,68 Autres fournitures non stockées ,85 Autres fournitures non stockées ,75 Autres fournitures non stockées ,91 Autres fournitures non stockées ,74 Autres fournitures non stockées ,19 Autres fournitures non stockées ,19 Autres fournitures non stockées ,42 Autres fournitures non stockées ,93 Autres fournitures non stockées ,05 Autres fournitures non stockées ,65 Autres fournitures non stockées ,82 Autres fournitures non stockées ,93 Autres fournitures non stockées ,95 Autres fournitures non stockées ,93 Autres fournitures non stockées Sous-total A : ,95 Compte 6283 «Prestations de nettoyage à l extérieur» Groupe fonctionnel I 52 48,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage ,26 Prestation nettoyage Sous-total B : 579,12 Compte 2153 «Installations, outillage et mobilier à caractère spécifique» , Sous-total C : 5 995,21 Acquisition d un appareil lève malade «Likolight» et d une baignoire J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 14 sur 17

15 Compte 2188 «Autres immobilisations corporelles» ,76 Installation de climatiseurs ,22 Installation de climatiseurs Sous-total D : 7 989,98 Compte 2135 «Installations générales, agencements, aménagement des constructions» , Sous-total E : ,66 Pose de signalisation intérieure et extérieure TOTAL GENERAL (A + B + C + D + E) = ,22 J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 15 sur 17

16 ANNEXE 1II REMUNERATIONS ACCESSOIRES IRREGULIEREMENT PAYEES A DES AGENTS CONTRACTUELS POUR L EXERCICE 2006 COMPTE PERSONNEL NON TITULAIRE - REMUNERATION PRINCIPALE MANDAT n 1052 Noms - Prénoms Affectations Fonctions Décembre 2006 Colette Y EHPAD, soins A.S.H. qualité 2 ème catégorie 1 351,00 Séverine Z Esperanza A.S.H. qualité 2 ème catégorie 778,00 Delphine A EHPAD, hébergement A.S.H. qualité 2 ème catégorie 1 675,00 Delphine B Château Laride Accompagnateur, emploi jeune 1 100,00 Georges C Château Laride Agent d entretien 564,00 Sandrine D EHPAD, hébergement Assistant accompagnateur 1 330,00 Claude E EHPAD, soins Aide-soignante 1 337,00 Christina F EHPAD, soins A.S ,00 Sandrine G EHPAD, soins A.S.H. qualité 2 ème catégorie 1 558,00 Marie-Emmanuelle H Château Laride A.S.H. qualité 2 ème catégorie 643,00 Audrey I EHPAD, soins A.S 1 510,00 Sabrina J Esperanza A.S.H. qualité 2 ème catégorie 1 182,00 Jacqueline K Esperanza Ouvrier spécialisé professionnel 1 675,00 Philippe-Laurent L Château Laride A.M.P , TOTAL :.. : ,00 J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 16 sur 17

17 Noms ANNEXE IV NOUVELLES BONIFICATIONS INDICIAIRES (N.B.I.) IRREGULIEREMENT PAYEES A DES AGENTS CONTRACTUELS POUR L EXERCICE 2006 COMPTE PERSONNEL NON MEDICAL - REMUNERATION PRINCIPALE Janvier n 10 Février n 102 Mars n 211 Avril n 320 Mai n 414 ANNEE 2006 Juin n 440 Juillet n 549 Août n 647 Sept. n 732 Oct. n 832 Nov. n 993 M ,54 58,47 58,47 58,47 58,47 - E 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,98 44,98 44,98 44,98 44,98 F 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,98 44,98 44,98 44,98 44,98 I 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,98 44,98 44,98 44,98 44,98 N ,47 58,47 L 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,75 44,98 44,98 44,98 58,47 58,47 O ,98 Total. 179,00 179,00 179,00 179,00 179,00 179,00 225,54 238,39 238,39 238,39 310,35 296,86 TOTAL GENERAL : 2 621,92 Déc. n 1052 J CRC Aquitaine, Poitou-Charentes Page 17 sur 17

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES QUATRIEME CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 67631 CENTRE HOSPITALIER DE MONTLUÇON (ALLIER) Appel d un jugement de la chambre régionale des comptes d Auvergne, Rhône-Alpes Rapport n 2013-470-0

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON COUR DES COMPTES ----------- CHAMBRES REUNIES ----------- Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON Arrêt en appel d'un jugement de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, après cassation

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES QUATRIEME CHAMBRE PREMIERE SECTION ----- Arrêt n 50244 COMMUNE DE STAINS (SEINE-SAINT-DENIS) Appel d un jugement de la chambre régionale des comptes d Île-de-France Rapport n 2007-721-0

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES -------- QUATRIEME CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION Arrêt n 59242 LYCEE GEORGES CLEMENCEAU DE SARTENE (CORSE DU SUD) Appel d un jugement de la chambre régionale des comptes de Corse Rapports

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-14 et L. 1612-20, R. 1612-27 à R. 1612-29 et R.

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-14 et L. 1612-20, R. 1612-27 à R. 1612-29 et R. Première section SYNDICAT DE LA BELLE ETOILE Syndicat d études, de réalisation et de gestion d une station d épuration (Sarthe) Article R. 1612-31 (L. 1612-14) du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.)

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.) TRIBUNAL INTERREGIONAL DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE DE PARIS REPUBLIQUE FRANÇAISE CONTENTIEUX N 07.041 PRESIDENT/RAPPORTEUR : Monsieur LEVY COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT : Madame LARSONNIER SEANCE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. b) a annulé ce jugement rendu le 7 avril 2006 par le tribunal administratif de Nice (article 1er) ;

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. b) a annulé ce jugement rendu le 7 avril 2006 par le tribunal administratif de Nice (article 1er) ; Cour Administrative d Appel de Marseille N 11MA02304 Inédit au recueil Lebon 8ème chambre - formation à 3 M. GONZALES, président M. Jean-Baptiste BROSSIER, rapporteur Mme VINCENT-DOMINGUEZ, rapporteur

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ DEUXIÈME CHAMBRE ------ PREMIÈRE SECTION ------ Arrêt n 65315 COMPTE DE COMMERCE N 901 «Approvisionnement des armées en produits pétroliers» Exercices 2007 et 2009 Rapport n 2012-510-0

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/03/2009 Cour d appel de Bordeaux ct0274 Audience publique du 22 mai 2008 N de RG: 07/03589 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation ARRET RENDU PAR LA REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58 Circulaire FP n 2164 du 13 juin 2008 relative à la mise en œuvre du décret n 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l instauration d une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d achat MINISTERE

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 PETITES NOTES DE JURISPRUDENCE DECEMBRE 2013 Statuts des personnels Aftab ZAFAR Stagiaire Centre de droit JuriSanté Centre de droit JuriSanté - CNEH Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 Service

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E N o C 11-88.136 F-P+B N o 5268 1 GT 16 OCTOBRE 2012 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE R.G. : 14/01429 Minute no : 14/01711/ Chambre des référés Du : 11 Décembre 2014 Affaire : association loi 1901 "Mouvement pour la liberté de la protection sociale MLPS

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

QUALITE DES INTERVENANTS DANS LE CADRE DES REGIES POSITIONNEMENT DES INTERVENANTS DANS LE CADRE DES REGIES II-1

QUALITE DES INTERVENANTS DANS LE CADRE DES REGIES POSITIONNEMENT DES INTERVENANTS DANS LE CADRE DES REGIES II-1 II-1 BASE REGLEMENTAIRE - Article 22 du décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) ; - Article R.1617-3 à R.1617-5-2 et R.1617-17 du Code général

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre KF/TOE REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE Du 21/10/2014 RG N 2848/14 Affaire : LE CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHONE ALPES AUVERGNE, (C.LF.R.Â.Â.)

Plus en détail

(L. JUGEMENT contradictoire et en premier ressort .,. COPIE EXECUTOIRE

(L. JUGEMENT contradictoire et en premier ressort .,. COPIE EXECUTOIRE >.,. 'CONSEIL DE PRUD'HOM~IES DE PARIS 'SERVICE DU DÉPARTAGE 27, rue Louis Blanc 75484 PARIS CEDEX 10 ---=-=:1 Tél : 01.40.38. S2.3~ COPIE EXECUTOIRE REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

Plus en détail

L an deux mil quatorze ; Et le vingt-trois Juin ;

L an deux mil quatorze ; Et le vingt-trois Juin ; REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1514/2014 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES Affaire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Docteur KOMOIN FRANCOIS, Président du Tribunal ;

Docteur KOMOIN FRANCOIS, Président du Tribunal ; KF/KB/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 2166/2014 JUGEMENT CONTRADICTOIRE Du 29/01/2015 ------------ Affaire : La société Banque

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 020/2012/ANRMP/CRS DU 30 AOÛT 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MEDICAL PROGRESS

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE. ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE. ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014 MINUTE N : 14/1378 DOSSIER N :14/01016 NATURE DE L AFFAIRE : 14A DEMANDEURS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE TOULOUSE ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 01 Juillet 2014

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet informatiquetélécominternet Conditions Générales de Vente Internet www.teicee.com 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN Table des matières 1 Identification de l entreprise 3 2 Objet 3 3 Conditions de vente

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BOBIGNY -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- Chambre 1/Section 5 N/ du dossier : 13/00028. Le quatre février deux mil treize,

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BOBIGNY -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- Chambre 1/Section 5 N/ du dossier : 13/00028. Le quatre février deux mil treize, TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BOBIGNY -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- Chambre 1/Section 5 N/ du dossier : 13/00028 ORDONNANCE DE RÉFÉRÉ DU 04 FEVRIER 2013 ---------------- Le quatre février deux mil treize, Nous,

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Copie Certifiée Conforme à l original

Copie Certifiée Conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail ------------- Copie Certifiée Conforme à l original DECISION N 010/2015/ANRMP/CRS DU 02 AVRIL 2015 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE KINAN CONTESTANT

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Association Bou de nature Statuts association loi 1901

Association Bou de nature Statuts association loi 1901 Association Bou de nature Statuts association loi 1901 1. Constitution-objet-siège social-durée de l association Art 1 : Forme Il est créé sous la forme d une association, régie par les principes généraux

Plus en détail

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 30 OCTOBRE 2014

AUDIENCE PUBLIQUE DU 30 OCTOBRE 2014 KF/KV REPUBLIQUE DECÔTE D IVOIRE --------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 1508/2014 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 30/10/2014

Plus en détail

[Ordonnance n 95 20 du 17 juillet 1995 modifiée et complétée par l ordonnance n 10 02 du 26 Août 2010 relative à la Cour des comptes]

[Ordonnance n 95 20 du 17 juillet 1995 modifiée et complétée par l ordonnance n 10 02 du 26 Août 2010 relative à la Cour des comptes] République Algérienne Démocratique et Populaire Département des Études et du Traitement de l Information Cour des com ptes א و א زא א د אط א א د א מ و א و [Ordonnance n 95 20 du 17 juillet 1995 modifiée

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ;

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 268/2014 ------------ JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 27/03/2014

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement.

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement. redressement immatriculation majorité copropriété syndic conseil par Vincent Faurie Christine Foury Sonia Hermès GROUPE immobilier 12. LA LOI ALUR : RECENSER - PRÉVENIR - LUTTER CONTRE LES COPROPRIÉTÉS

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Charte de nommage du «.tn»

Charte de nommage du «.tn» République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Charte de nommage du «.tn» Version 1.0 Table des matières Article

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail