Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales"

Transcription

1 Enseigner la prévention des risques professionnels Éclairage et vision Fiches principales

2 EV 1 OBJECTIF : Identifier les caractéristiques physiques de la lumière et de l environnement lumineux de travail PRÉ-REQUIS : Connaissance des unités du système international SOMMAIRE : Nature et sources de la lumière ; sensibilité de l œil ; grandeurs physiques Nature et sources de la lumière La lumière est l énergie radiante capable d exciter la rétine et de produire une sensation visuelle. Elle fournit l information visuelle sur l environnement. Elle régule l activité métabolique et les rythmes biologiques. La lumière constitue une partie infime du large spectre des rayonnements électromagnétiques. Distribués selon leur longueur d ondes ou leur fréquence, ces rayonnements s étendent des rayons cosmiques aux ondes hertziennes (voir fiche complémentaire B). La lumière se propage sous forme d ondes, en ligne droite à environ km/s dans le vide. Lorsqu elle traverse un milieu transparent, sa vitesse diminue en fonction de l indice de réfraction du milieu. La lumière correspond à la partie du spectre à laquelle les récepteurs visuels sont sensibles : le spectre visible. Les rayonnements lumineux visibles occupent un intervalle de longueur d ondes de 380 à 770 nanomètres (nm*). 380 nm nm UV violet bleu vert jaune orange rouge IR *un nm = 10 9 m À chaque gamme de longueur d ondes correspond une sensation colorée. La gamme de longueur d ondes à laquelle l œil est sensible s étend du violet jusqu au rouge. Les longueurs d ondes plus courtes (ultraviolets) ou plus longues (infrarouges) sont invisibles. La lumière blanche correspond à la perception simultanée de l ensemble des radiations du spectre visible dans un rapport donné. Lorsqu une lumière blanche traverse un prisme, elle est décomposée en ses différentes composantes colorées, chacune d elles ayant sa longueur d ondes. La principale source de lumière naturelle est la lumière solaire. Les sources de lumière artificielle sont les lampes à incandescence, à fluorescence et à décharge (voir fiche EV 7). 1

3 Sensibilité de l œil L œil a une sensibilité qui varie en fonction de la longueur d ondes. La sensibilité maximum de l œil se situe, en vision de jour, dans le jaune-vert pour une longueur d ondes de 555 nm. En vision de nuit, cette sensibilité maximum se décale vers le bleu. Grandeurs physiques Les grandeurs physiques sont utilisées pour évaluer certaines caractéristiques physiques de la lumière déterminantes pour la sensation visuelle. Sur le terrain, les principales grandeurs mesurées par les ergonomes sont l éclairement et la luminance. Flux lumineux Il caractérise la puissance lumineuse de la source rapportée à la sensibilité de l œil, de façon à ne considérer qu une puissance susceptible de provoquer la sensation visuelle. L unité de mesure est le lumen (lm). Intensité lumineuse Elle caractérise l importance du flux lumineux émis dans une direction donnée. L unité de mesure est la candela (cd). Éclairement Il caractérise la puissance lumineuse qui atteint une surface (s) donnée. L unité de mesure est le lux (lx). 1 lux = 1 lm/m 2. 2

4 L éclairement La mesure de l éclairement permet de déterminer si la quantité de lumière qui parvient à l objet est suffisante pour que celui-ci soit perçu. On utilise un luxmètre composé d une cellule qui transforme le flux lumineux reçu en une grandeur électrique mesurable. Un luxmètre doit être équipé : d un filtre, placé entre la source et la cellule, qui corrige la courbe de réponse de l appareil par la sensibilité spectrale de l œil d un observateur de référence, d un correcteur d incidence qui permet de prendre en compte tous les rayons lumineux quelle que soit leur inclinaison. Luxmètre L œil humain perçoit des objets soumis à des niveaux d éclairement très variés : plein soleil, à midi au sol temps nuageux au sol pleine lune au sol bureau habitation rue éclairée au sol lx à lx 0,25 lx 400 à 600 lx 150 à 300 lx 20 à 50 lx Luminance (L) Les capacités visuelles et le confort visuel ne sont pas affectés par le flux lumineux qui frappe la surface de travail, mais par la lumière qui parvient aux yeux de l opérateur par l intermédiaire de la zone ou de l objet éclairé : cette lumière correspond à la luminance. 3

5 La luminance est le flux lumineux émis ou réfléchi par unité de surface dans une direction donnée. Cette notion ne s applique donc pas seulement aux sources mais aussi à tous les objets qui renvoient une partie de la lumière qu ils ont reçue. En matière d éclairage, on considère principalement la luminance d une source primaire (lampe ou luminaire), ou celle d une source secondaire (surface éclairée qui réfléchit la lumière). L unité de mesure est la candela/m 2 (cd/m 2 ). I luminance L = S cos α Calcul de la luminance La luminance se traduit par la sensation de luminosité ou de brillance. Quelques valeurs de luminances dans les bureaux : lampe fluorescente (65 W) cd/m 2 surface des fenêtres à cd/m 2 papier blanc sur une table (sous 300 lux) 70 à 80 cd/m 2 surface de la table (sous 300 lux) 40 à 60 cd/m 2 cadre de l écran (brillant) 70 cd/m 2 cadre de l écran (noir, mat) 4 cd/m 2 fond d écran sombre 5 à 15 cd/m 2 La mesure de la luminance permet d évaluer les risques d éblouissement (luminances trop importantes) et de gêne (rapports de luminances trop élevés). Pour mesurer la luminance d une source lumineuse ou d une surface qui réfléchit la lumière, on utilise un luminancemètre, constitué d une cellule sensible à la lumière que lui envoie une partie limitée de la source ou de la surface réfléchissante dont on cherche à mesurer la luminance. Il doit être équipé : d un dispositif de visée permettant de pointer la zone à mesurer, d un filtre qui lui confère une réponse spectrale correspondante à celle de l œil. Luminancemètre 4

6 Réflexion des surfaces Les mesures d éclairement quantifient uniquement la quantité de lumière reçue par unité de surface. La lumière qui tombe sur une surface n est vue qu après réflexion ; l œil humain ne perçoit généralement que la lumière réfléchie. L impression visuelle ne dépend donc pas uniquement de la quantité de lumière produite mais également des propriétés de réflexion des surfaces. La réflexion constitue la propriété d une surface qui lui permet de renvoyer une partie ou la totalité de la lumière qui l éclaire. Des surfaces polies ou brillantes peuvent rendre une image exacte de la source lumineuse ou des objets, comme l image réfléchie par un miroir. Si la surface est entièrement mate, la lumière réfléchie est diffusée. Si la surface est rugueuse, la réflexion est dispersée. Différentes sortes de réflexion des surfaces Le facteur de réflexion caractérise la capacité d une surface à réfléchir la lumière qu elle reçoit. Il est exprimé par le rapport entre le flux lumineux réfléchi par la surface et le flux lumineux reçu par cette surface. Son symbole est ρ. 5

7 Relation entre la luminance et l éclairement d une surface Lorsqu une surface reçoit un certain éclairement, elle réfléchit de la lumière et présente ainsi une luminance. Si cette surface est mate et parfaitement diffusante, il existe une relation simple entre l éclairement reçu et la luminance de la surface. Il s agit de la loi de Lambert : ρe L = π L = luminance (apparente) de la surface en cd/m 2 ρ = facteur de réflexion E = éclairement reçu en lm/m 2 π = 3,14 Il existe cependant des moyens simples d estimation des facteurs de réflexion sur le terrain par comparaison subjective de la surface de facteur de réflexion inconnu à une surface dont ce facteur est connu. Contraste C est l appréciation subjective de la différence d apparence entre deux parties du champ visuel vues simultanément ou successivement. Il peut s agir d un contraste de couleur, d un contraste de luminance, d un contraste simultané ou successif. Du point de vue physique, le contraste de luminance entre deux plages lumineuses est généralement représenté par la formule : L 2 L C = 1 L 1 Couleur Température de couleur (Tc) Elle permet de caractériser la teinte dominante d une source lumineuse. Lorsqu on observe une source de lumière une lampe à incandescence ou un tube fluorescent même si celle-ci apparaît blanche, elle présente une dominante : plutôt jaune orangé pour une lampe à incandescence, plutôt blanc bleuté pour certains tubes fluorescents. La température de couleur d une source de lumière est la température à laquelle il faut porter un élément incandescent de référence pour qu il émette une lumière de même teinte dominante que celle de la source considérée. L unité de mesure est le Kelvin (K). Les appellations de sources chaudes ou froides correspondent à des températures de couleur bien définies : Tc K K < Tc K Tc > K teintes chaudes teintes intermédiaires teintes froides 6

8 Il existe une relation entre la température de couleur et l éclairement qu il convient de respecter pour que l ambiance soit confortable. Diagramme de Kruithoff Indice de rendu des couleurs Même lorsque deux sources ont la même température de couleur, elles peuvent, en éclairant les mêmes objets, ne pas restituer les couleurs de la même façon. L indice de rendu des couleurs (IRC) permet de caractériser la capacité d une lumière à restituer fidèlement la couleur des objets qu elle éclaire. L IRC est un chiffre compris entre 1 et 100 qui traduit le degré de concordance entre l aspect coloré d un objet éclairé par une source donnée et l aspect coloré de ce même objet éclairé par une source de référence de même température de couleur. L indication de l IRC d une source doit toujours être accompagnée de la température de couleur. Exemple : lampe à incandescence de 60 W : Tc = 2800 K, IRC =

9 Tableau récapitulatif des principales grandeurs physiques Grandeur Unité Sens physique Exemples flux lumineux lumen (lm) puissance lumineuse d une source lampe à incandescence 60 W : 740 lm lampe à fluorescence 36 W : à lm lampe sodium haute pression 400 W : lm lampe à halogénure W = lm intensité lumineuse candela (cd) flux lumineux émis par une source dans une direction donnée réflecteur industriel à 2 lampes 36 W de lm : cd dans la direction principale projecteur lampe incandescente halogène : cd projecteur lampe à halogénure W : de à cd éclairement lux (lx) flux lumineux reçu par unité de surface éclairée plein soleil : jusqu à lux au sol près d une fenêtre par temps couvert : à lux au sol pleine lune, ciel clair : 0,25 lux au sol luminance candela/m 2 (cd/m 2 ) intensité lumineuse émise par unité de surface de la source pleine lune : cd/m 2 lampe fluorescente 36 W ( 26 mm) : cd/m 2 filament lampe à incandescence 300 W : cd/m 2 soleil : cd/m 2 feuille papier blanc éclairée à lux : 250 cd/m 2 chaussée de route éclairée : 1 à 2 cd/m 2 température de couleur Kelvin (K) caractérisation de la teinte dominante d une source lumineuse lampe à incandescence de 40 W : température de couleur de 2800 K (son aspect jaune orangé est caractéristique d une teinte chaude) 8

10 EV 2 OBJECTIF : PRÉ-REQUIS : SOMMAIRE : Caractériser les mécanismes de la vision Aucun Structure de l œil ; fonctions optiques ; fonctions sensorielles ; fonctions motrices ; perception visuelle La perception du monde extérieur est un processus psychophysiologique auquel participent : l œil qui reçoit l information, le nerf optique qui la transmet, le cerveau qui la traite, en relation avec d autres informations présentes ou stockées en mémoire. Voir implique la succession d opérations suivantes coordonnées par le système nerveux : diriger les yeux vers l objet, réguler la quantité de lumière qui pénètre dans l œil par l ajustement du diaphragme pupillaire, assurer la netteté d objets vus à des distances différentes par l ajustement de la courbure du cristallin, projeter l image de l objet sur la partie la plus sensible de la rétine, explorer les détails ou poursuivre les déplacements de l objet. Structure de l œil Anatomie de l œil humain L œil est comparable à un appareil photographique : les rayons lumineux traversent différents milieux transparents (comme les lentilles d un appareil photographique) et viennent former une image sur la rétine (la partie sensible de l œil, comparable à la pellicule photo). De là partent des impulsions électriques qui sont véhiculées par le nerf optique jusqu au cerveau et qui y provoquent la sensation visuelle. De l extérieur vers l intérieur, le globe oculaire est composé de trois couches : 9

11 la sclérotique : bandes fibreuses où s insèrent les muscles qui commandent les mouvements oculaires. Sa partie avancée est transparente, c est la cornée (une lentille convergente), la choroïde : membrane qui assure l irrigation sanguine de l œil, la rétine : membrane sensorielle de l œil. Elle comporte deux zones particulières où la sensibilité est spécifique : la fovéa : dépression (1,5 mm de diamètre) où la capacité de l œil à distinguer les détails est maximale, la tache aveugle : point de départ du nerf optique, insensible à la lumière. Fonctions optiques Les fonctions optiques de l œil sont exercées par : la cornée : lentille à courbure fixe qui confère à l œil 70 % de sa puissance de réfraction, le cristallin : lentille à courbure variable qui ajuste le pouvoir de réfraction de l œil et focalise l image sur la rétine, l iris : rôle de diaphragme qui limite la quantité de lumière pénètrant dans l œil. L accommodation est la capacité de l œil à assurer la netteté de l image d un objet situé à : 5 à 6 m pour la distance maximale, 0,07 à 1 m pour la distance minimale. Le cristallin, en modifiant sa courbure, permet à l image d être perçue nettement. On mesure la capacité d accommodation en déterminant le point le plus rapproché qui peut être vu nettement (PPA : Punctum Proximum d Accommodation) ; il constitue la distance minimale de vision nette. Mécanisme de l accomodation âge de l opérateur distance minimale d accomodation en cm (PPA) Influence de l âge sur l accommodation Le vieillissement entraîne une perte de l élasticité du cristallin. 10

12 Fonctions sensorielles L œil humain contient deux types de photorécepteurs : les cônes et les bâtonnets, qui constituent deux systèmes fonctionnels permettant à l œil humain de percevoir les détails des objets dans une vaste gamme d intensités de lumière et de couleurs. Cônes environ 6 millions vision diurne (vision photopique) Bâtonnets environ 120 millions vision nocturne (vision scotopique) détecteurs de lumière vision centrale vision périphérique 1 million dans la zone centrale aucun dans la zone centrale densité minimale à la périphérie densité maximale à la périphérie détection des détails vision des couleurs image des objets plus floue vision en noir et blanc Passage de l influx nerveux sensitif des cônes et des bâtonnets vers le nerf optique Fonctions motrices Les fonctions motrices de l œil sont assurées par : les muscles qui ajustent le diamètre de la pupille et la courbure du cristallin, les muscles fixés aux globes oculaires qui permettent d explorer l environnement, de diriger le regard vers un objet particulier, de le scruter et de suivre ses mouvements dans l espace. Réflexe de fixation Tout objet mobile ou point lumineux apparaissant dans l environnement visuel provoque un déplacement rapide du regard dans sa direction afin que l image de l objet ou du point lumineux soit amenée sur la fovéa. 11

13 Mouvements oculaires Un œil immobile ne voit pas. Pour qu il voit, il doit être animé de mouvements plus ou moins rapides pour amener l objet dans l axe du regard ou le suivre dans ses déplacements. Vision binoculaire La vision binoculaire permet d obtenir une image unique par synthèse des images reçues par les deux yeux. Elle améliore l acuité visuelle et contribue à la vision du relief et à l agrandissement du champ visuel (espace perçu en condition d immobilité de la tête et des yeux). Perception visuelle La perception visuelle comporte la détection, l identification et l interprétation des messages transmis de la rétine au cerveau par l intermédiaire du nerf optique. Représentation schématique du trajet de l image perçue 12

14 EV 3 OBJECTIF : Définir les caractéristiques visuelles de l individu PRÉ-REQUIS : EV 1, EV 2 SOMMAIRE : Acuité visuelle ; résistance à l éblouissement ; vision des couleurs ; champ visuel ; perception visuelle ; modification des capacités avec l âge Acuité visuelle C est la capacité à distinguer les détails fins et les formes d un objet ou à percevoir distinctement deux objets rapprochés. Plus le détail distingué est petit, plus l acuité visuelle de l individu est grande. Modification de l acuité visuelle L acuité visuelle n est pas constante. Elle augmente dans certaines limites avec : le niveau d éclairement, mais un éclairement qui dépasse lux n influence plus l acuité, le contraste objet/fond, mais un contraste de luminance trop élevé peut provoquer un éblouissement gênant, la netteté du détail, la durée d exposition du stimulus, il existe une durée optimale en fonction de la tâche visuelle (voir fiche EV 4 pour la définition de la tâche visuelle). Ces différents facteurs peuvent se compenser mutuellement : une augmentation de l éclairement peut compenser la diminution de l acuité visuelle, une augmentation du contraste peut compenser un faible niveau d éclairement. L acuité visuelle mesurée lors d un examen ophtalmologique ne se retrouve pas forcément en conditions réelles de travail : l ambiance lumineuse, les exigences visuelles de la tâche et l état fonctionnel de l opérateur peuvent être très différents. Certaines professions exigent une bonne acuité visuelle de loin (pilote, timonier, conducteur de véhicules de transport en commun...), d autres exigent une bonne acuité visuelle de près (ajusteur, bijoutier, dessinateur, fraiseur, tourneur, lingère, stoppeuse...). 13

15 Vision normale et troubles de la vision Vision normale Troubles Vision de loin La myopie L image se forme en avant de la rétine et le myope voit mal de loin. La correction se fait avec des verres concaves. Vision de près L hypermétropie C est le contraire de la myopie : l image se forme en arrière de la rétine et l hypermétrope voit mal de près. La correction se fait avec des verres convexes. L astigmatisme se caractérise par une forme irrégulière de la cornée entraînant la focalisation des images lumineuses en deux points différents de l œil, ce qui implique donc une déformation de l image. La presbytie se traduit par la diminution de l élasticité du cristallin lorsqu il vieillit. Ce dernier est de moins en moins capable de modifier sa courbure. L image des objets proches se forme derrière la rétine. Dans ces conditions, la vision de loin est conservée, mais pour voir de près (lecture, par exemple), il est nécessaire de porter des verres correcteurs biconvexes. Sensibilité au contraste C est la capacité des récepteurs rétiniens à percevoir les différences de luminance. Cette fonction est absolument nécessaire pour la perception des contours et des formes. En effet, l œil perçoit la forme d un objet parce que ses bords se détachent du fond ; le contour de l objet apparaît alors comme une différence perceptible entre la luminance de l objet et celle de la zone qui l entoure. 14

16 La sensibilité au contraste augmente avec la luminance de l environnement et avec la taille des objets (ou des détails). Elle est un indice pertinent de fonctionnement du système visuel et c est une aptitude exigée pour certaines activités professionnelles, telles que l inspection et le contrôle de produits. Résolution temporelle C est la capacité à répondre à des stimulations uniques de courte durée ou à des stimulations répétitives. Le système visuel répond non seulement au contraste dans l espace, mais aussi dans le temps, à cause du mouvement de la cible sur la rétine, soit parce que les yeux changent de position, soit parce que l objet se déplace. La connaissance de cette propriété de l œil est importante pour la qualité de l éclairage. La fréquence de décharge des tubes fluorescents ou celle du balayage vertical du faisceau d électrons des écrans de visualisation peut être perçue et être gênante si elle est trop faible. Résistance à l éblouissement Cette résistance se manifeste par la rapidité de récupération des capacités visuelles après une courte exposition à une luminance excessive. Un excès de luminance dans le champ visuel provoque un éblouissement. Il peut être produit directement par une source lumineuse, ou indirectement par les réflexions de la lumière sur des surfaces qui se comportent comme un miroir. L éblouissement s accompagne d un affaiblissement des fonctions visuelles (diminution de l acuité visuelle, de la vision des couleurs et du relief, rétrécissement du champ visuel...) suivi d un temps de récupération plus ou moins prolongé selon les individus et selon leur âge (exemple : la conduite de nuit est plus difficile à cause de l allongement du temps de récupération). L adaptation se traduit par des modifications de la sensibilité du système visuel aux variations d intensité de la lumière. L œil humain peut traiter l information visuelle dans une grande gamme de luminances grâce à la capacité du système visuel à s adapter aux variations d intensité de la lumière ambiante. Adaptation à l obscurité C est un processus lent d augmentation de la sensibilité de la rétine. Après 25 minutes, l œil s est adapté à 80 %. L adaptation complète nécessite presque une heure. Adaptation à la lumière L adaptation à la lumière est un processus plus rapide que l adaptation à l obscurité. Par opposition à l adaptation à l obscurité, elle se manifeste par une diminution de la sensibilité de la rétine aux stimuli visuels. 15

17 Le passage brusque de l obscurité à la lumière, un excès de luminance dans le champ visuel, des projecteurs ou des phares et des points lumineux dans l espace visuel provoquent un éblouissement. Rôle de la pupille La quantité de lumière qui pénètre dans l œil dépend de l ouverture du diaphragme pupillaire. Ainsi, le passage brusque de l obscurité à la lumière déclenche la constriction réflexe de l iris ; la transition d un environnement éclairé à l obscurité provoque une dilatation réflexe de l iris. Le diamètre de la pupille varie en fonction de l intensité de la lumière mais aussi avec l état du sujet. Si le diamètre de la pupille augmente en situations émotionnelles, en état de stress et avec la charge mentale, il diminue en revanche avec la fatigue, la somnolence et dans la vision de près. Une bonne résistance à l éblouissement est exigée chez les routiers, pompiers, conducteurs de grue à tour et engins de chantier, acteurs (de théâtre, de cinéma, de T.V.), forgerons... Visions des couleurs L œil humain est sensible non seulement aux différentes intensités des rayonnements lumineux, mais également aux différentes longueurs d ondes, donc aux différentes couleurs. Dans la perception de la lumière, trois caractéristiques fondamentales peuvent être distinguées : la luminance qui varie de l obscurité jusqu à une forte lumière, les différentes composantes colorées de la lumière qui vont du violet au rouge en passant par le bleu, le vert, le jaune et l orange, la saturation qui traduit le fait que les couleurs sont pures ou «délavées». Le principe de la vision des couleurs est appelé trichromatisme : c est la composition des trois couleurs fondamentales, le rouge, le jaune et le bleu qui permet de reconstituer toutes les nuances colorées. La vision des couleurs varie selon l état d adaptation de l œil et la localisation de la cible dans le champ visuel. Les dyschromatopsies sont des incapacités à distinguer les couleurs. La plus fréquente est le daltonisme, d origine congénitale, qui se manifeste dans l axe vert-rouge. Exemples de postes et de disciplines qui exigent une bonne vision des couleurs : contrôle d images couleur à la télévision, contrôle de mélange de colorants (teinture, peinture), restauration de tableaux, lithographie, cartographie, photo couleur, éclairagisme, philatélie, opération de tri, électronique, conception assistée par ordinateur (CAO), biologie, chimie, histologie, anatomopathologie, dermatologie. 16

18 Champ visuel Le champ visuel de chaque œil s étend du point central de fixation jusqu à 90 du côté externe (temporal), 60 interne (nasal), 70 inférieur et 50 supérieur. En vision binoculaire, il existe un recouvrement partiel des deux champs dans la partie centrale. Le champ visuel binoculaire a un diamètre angulaire d environ 180 horizontalement et d environ 120 verticalement. Champ visuel binoculaire L acuité visuelle, la sensibilité au contraste et la reconnaissance des couleurs décroissent du centre vers la périphérie du champ visuel. Ainsi, le champ visuel comporte : une zone de vision distincte et nette qui s étend du point de fixation à une zone interceptée par un angle de 1 (angle de vision), une zone moyenne (angle de vision de 1 à 40 ) où les objets ne sont pas nets mais sont remarqués lorsqu ils sont très contrastés, une zone externe (angle de vision de 40 à 70 ) où l œil ne distingue que les objets en mouvement. Les limites du champ visuel peuvent diminuer avec l âge, l opacité partielle du cristallin, le port de lunettes (lunettes de protection, verres teintés, verres correcteurs de grande puissance, montures larges), la prise de boissons alcoolisées, etc. L intégrité du champ visuel est indispensable dans certaines professions, telles que conducteurs d engins de transport, de ponts roulants, de chariots élévateurs, de grues et de bulldozers. Elle est également nécessaire dans les activités de surveillance et les travaux dangereux. II existe de grandes différences entre le champ visuel tel qu il est mesuré en ophtalmologie et le champ visuel fonctionnel car : le travailleur utilise ses deux yeux simultanément, le regard et la tête ne sont pas immobiles, l objet qui doit être perçu est une structure complexe, le fond sur lequel l objet se détache est plus ou moins structuré, les effets de l attention, de la fatigue, de l apprentissage interviennent toujours dans un travail qui se prolonge des heures sans interruption. 17

19 Perception visuelle La perception des objets et de leurs particularités physiques dépend à la fois de l environnement lumineux, du contexte et de l expérience individuelle. La perception nette d un objet est conditionnée par : l angle de vision (les dimensions de l objet par rapport à sa distance de l œil) : plus l objet est près de l œil, plus grands sont l angle de vision et son image sur la rétine, plus nettement est perçu l objet, la luminance de l objet, le contraste de luminance entre l objet et le fond, les capacités visuelles du sujet. La vitesse de perception (durée minimale de présentation d un signal pour qu il soit perçu) varie en fonction : du niveau d éclairement, du contraste de luminance entre la cible et l environnement. Une perception rapide est exigée dans certaines professions (pilote d avions, par exemple) ; la performance dans des tâches de lecture est également conditionnée par la vitesse de perception. Modification des capacités visuelles avec l âge Lorsque l œil vieillit, sa structure et son fonctionnement se modifient et sa sensibilité à l environnement visuel se détériore progressivement. Accommodation Le pouvoir d accommodation diminue avec l âge ; le cristallin s épaissit, son indice de réfraction diminue et il devient de plus en plus rigide (presbytie). Acuité visuelle Chez une personne ayant une vue normale, l acuité visuelle baisse d environ 25 % entre 20 et 60 ans. Les personnes âgées ont besoin d un niveau d éclairement plus élevé, d un contraste plus fort et d une durée de présentation du stimulus plus longue. Résistance à l éblouissement La résistance à l éblouissement diminue et les effets perturbateurs de l éblouissement sont plus marqués. Ainsi, la conduite de nuit est plus difficile à cause de l allongement du temps de récupération. Champ visuel et perception de l espace Le champ visuel se rétrécit. De plus, le ralentissement et la limitation des mouvements des yeux et de la tête limitent la perception de l espace. 18

20 Les modifications dues à l âge sont particulièrement prononcées dans des conditions de faible éclairage ; la performance visuelle peut alors être améliorée par l augmentation de l éclairement et du contraste, surtout pour des tâches qui n exigent pas trop de précision et de rapidité. Mais en vieillissant, les personnes sont particulièrement gênées lorsqu elles travaillent dans une ambiance sombre (travail nocturne à l extérieur, travail en chambre noire) ou lorsque la tâche exige une discrimination des détails fins et des couleurs. La diminution des aptitudes visuelles avec l âge constitue un handicap pour les opérateurs. Néanmoins, ces insuffisances sont le plus souvent compensées par un surplus d expérience et de prudence. 19

21 EV 4 OBJECTIF : Définir les principales notions de l ergonomie visuelle PRÉ-REQUIS : EV 1 SOMMAIRE : Tâche visuelle ; vision au travail ; satisfaction et confort visuels Tâche visuelle Pour se déplacer et effectuer ses activités en sécurité, aisément et efficacement, l opérateur doit recevoir et traiter des informations visuelles de la zone où il exerce son activité et de son environnement. La tâche visuelle représente l ensemble des actions effectuées par le système visuel pour recevoir et traiter les informations nécessaires à l activité 1. La zone où s exerce la tâche visuelle est l espace physique où se situent les objets et les formes à percevoir. Il faut distinguer la tâche visuelle de la tâche globale de l opérateur. Plus de 80 % des messages parviennent par voie visuelle. L exécution du travail et la perception de l environnement se font sous le contrôle de la vue. Voir, c est : percevoir l image des objets environnants par l intermédiaire de l œil, reconnaître l objet et comprendre sa signification, utiliser les informations visuelles pour accomplir une activité. Pour décrire la tâche visuelle, il faut se référer à la fois aux objets et au fond sur lequel ils se détachent, en termes de dimensions, couleurs, mouvements dans le champ visuel, luminance, contraste Cette sollicitation des fonctions visuelles s est encore accrue avec le développement de l automatisation et de l informatisation. Ce que l opérateur n effectue plus directement lui-même doit être contrôlé, surveillé et inspecté. Les défauts et les erreurs doivent être détectés. Ces nouvelles tâches sont en priorité visuelles. (1) Cependant, dans certains documents, le terme tâche visuelle désigne de façon conventionnelle les objets et les détails qui doivent être vus pour exercer une certaine activité. 20

Fiche 8 (Analyse): Unités

Fiche 8 (Analyse): Unités Fiche 8 (Analyse): Unités Le rayonnement lumineux visible est un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde compris entre 400 et 760 nanomètres, entre l'ultraviolet (

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

I Représentation et modélisation de l œil.

I Représentation et modélisation de l œil. I Représentation et modélisation de l œil. Doc 1 : voir livre p 202 Lorsque la lumière pénètre dans l oeil par la pupille, elle traverse des milieux transparents : la cornée, l humeur aqueuse, le cristallin

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

obs.4 un Modèle pour l œil cours

obs.4 un Modèle pour l œil cours obs.4 un Modèle pour l œil cours 1) Modélisation optique de l œil : a) anatomie de l œil humain : L œil humain est un globe pratiquement sphérique qui est protégé de l extérieur par une membrane résistante,

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière.

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière. OEIL et VISION Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière." René Char Le Système Visuel Confort Performance Agrément Le système visuel Muscle ciliaire Cornée Rétine Nerf optique

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 1 LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 2 3 L œil est un organe sensoriel du corps humain qui reçoit 80% des informations extérieures. Il sert uniquement à voir. Il n interprète pas les images qu il voit.

Plus en détail

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il?

TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? TP1 : L œil, système optique de formation d images PROBLEME : Quelles sont les caractéristiques de l œil et comment fonctionne-t-il? Activité 6 : Expérience de Mariotte Activité 1 : Etude anatomique de

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

L oeil. Chapitre 2 : I. Description de l œil. II. L œil réduit

L oeil. Chapitre 2 : I. Description de l œil. II. L œil réduit Chapitre 2 : L oeil I. Description de l œil L œil est un système optique compliqué. Il comporte des milieux transparents qui permettent le passage de la lumière : la cornée transparente, l humeur aqueuse,

Plus en détail

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique.

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique. Chapitre 19 Sciences Physiques - BTS Lumière et couleur 1 Introduction. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par

Plus en détail

OPTIQUE 2 La couleur des objets

OPTIQUE 2 La couleur des objets OPTIQUE 2 La couleur des objets ACTIVITES Activité 1 : Comprendre l origine de la couleur des objets Expérience A : Éclairer des écrans en lumière blanche Réponses aux questions 1. Le seul écran qui diffuse

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

La route et. Dr VIAL. Route 2015 - Dr Vial

La route et. Dr VIAL. Route 2015 - Dr Vial La route et LA vue Dr VIAL Acuité visuelle Champ visuel Vision nocturne, des couleurs, Résistance à l éblouissement L acuité visuelle et les défauts de vision L acuité visuelle Capacité à voir une image

Plus en détail

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs I) SYNTHESE ADDITIVE Couleurs I.1 Couleur spectrale et couleur perçue Lumière blanche et couleur spectrale Exp prof : décomposition de la lumière par un prisme (ou un réseau) Couleurs spectrales (exemples)

Plus en détail

L œil et ses défauts

L œil et ses défauts L œil et ses défauts 1 L œil 1.1 Description sommaire La rétine comporte des récepteurs, Les cônes sont essentiellement concentrés dans la zone centrale de la rétine, la macula et son centre, la fovéa.

Plus en détail

3 Défauts. Bien davantage pour votre vision

3 Défauts. Bien davantage pour votre vision 3 Défauts Visuels Bien davantage pour votre vision Une Vision sans défaut Un œil sans aucun défaut visuel, reçoit une image d objets proches ou lointains qui se forme parfaitement sur la rétine. Pour restituer

Plus en détail

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène :

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène : Défi : La lumière est-elle blanche? un disque compact, une lampe de poche 1. Eclaire le CD. Ton hypothèse s est-elle vérifiée? 1 Défi : La lumière est-elle blanche? un miroir, une cuvette, de l eau, une

Plus en détail

1 La représentation visuelle

1 La représentation visuelle 1 La représentation visuelle L ŒIL, SYSTÈME OPTIQUE ET FORMATION DES IMAGES (PHYSIQUE-CHIMIE) L œil, organe des sens détecte les variations des stimuli externes comme les variations de la lumière et transmet

Plus en détail

I] Les différents types de lentilles

I] Les différents types de lentilles Chapitre II Les lentilles et l œil I] Les différents types de lentilles 1) Quelles catégories de lentilles, les différents bords permettent-ils de distinguer? Comment est la matière constituant une lentille?

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Ch.I. L œil et la vision

Ch.I. L œil et la vision SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 1 : Représentation visuelle Ch.I. L œil et la vision Grille d auto-évaluation des compétences Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les conditions

Plus en détail

Œil réduit - Défauts et corrections

Œil réduit - Défauts et corrections Première L Œil réduit - Défauts et corrections I) La vision : Formation de l'image : Comment est l image sur la rétine? Existe-t-il plusieurs positions possibles de l objet permettant d obtenir une image

Plus en détail

VISION et COULEUR. 1. LUMIERE, OBJET, ŒIL, COULEUR et CERVEAU

VISION et COULEUR. 1. LUMIERE, OBJET, ŒIL, COULEUR et CERVEAU 1/21 VISION et COULEUR 1. LUMIERE, OBJET, ŒIL, COULEUR et CERVEAU 1A. La lumière Phénomène physique qui nous permet de contrôler la présence, la forme et l aspect d un objet, sans avoir à le toucher, grâce

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections Plan: 1 Construction d'un œil réduit : 1.1Maquette de l œil : 1.2A retenir : 2. La vision : 2.1 Formation de l'image : 2.2 Accommodation du cristallin : 2.3

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours

Sciences Physiques 1ES S. Zayyani. Fiche de Cours Sciences Physiques 1ES S. Zayyani Fiche de Cours Unité : Représentation visuelle Chapitre: Chapitre 1 L œil Voir un objet Pour que l on puisse «voir un objet», il faut certaines conditions. Il faut surtout

Plus en détail

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points)

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) L œil présente toutes les caractéristiques d un système optique complexe permettant la réception des rayons lumineux : des muscles assurant sa mobilité,

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112 Français p 1 Version : 3112 Sommaire 1. Introduction 1 2. Composition 1 2.1 Exemples de manipulation 1 2.1.1 TP : Mesure de la distance focale d une lentille convergente 1 2.1.2 TP : Dispersion de la lumière

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Révision sur l œil: CORRIGÉ

Révision sur l œil: CORRIGÉ Révision sur l œil: CORRIGÉ 1. Explique le chemin que doit suivre un rayon lumineux à travers l œil jusqu au cerveau. Cornée, humeur aqueuse, pupille, cristallin, humeur vitrée, rétine, nerf optique, cerveau.

Plus en détail

module de biophysique annales d examens

module de biophysique annales d examens QUESTIONS D EXAMENS ELECTRICITE ET BIOELECTRICITE OPTIQUE GEOMETRIQUE ET BIOPHYSIQUE DE LA VISION BIOPHYSIQUE DES RAYONNEMENTS Partie B : - Chapitre Faculté de Médecine - Université d Alger 1/23 Soit un

Plus en détail

Conclusion : L'œil réduit est constitué d'une lentille convergente (cristallin) et d'un écran (rétine).

Conclusion : L'œil réduit est constitué d'une lentille convergente (cristallin) et d'un écran (rétine). 1 ere L Chapitre P2 : L'œil 2008-2009 I) Modèle optique de l'œil : 1-1) Description de l'œil : Voir exercice 1 de la fiche d'activités 1 Les rayons lumineux reçus par l'œil traversent une succession de

Plus en détail

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 LA LUMIÈRE La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 1 QU'EST-CE QUE LA LUMIÈRE? Deux théories physiques contraires (mais semble-t-il complémentaires) s'affrontent. La première, dite corpusculaire,

Plus en détail

LES LENTILLES O F' foyer image. f distance focale (en mètres)

LES LENTILLES O F' foyer image. f distance focale (en mètres) LES LENTILLES 1) Reconnaître les lentilles : Une lentille en verre ou en matière plastique dévie la lumière. Une de ses surfaces n'est pas plane. Les lentilles convergentes à bord mince et à centre épais

Plus en détail

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain 1 1 9 9 7 7 2 2 Perception des couleurs par l œil humain................ 4 La température des couleurs et la balance des blancs.......... 4 La compensation de la lumière par l œil................ Le gamma..............................

Plus en détail

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients.

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients. 3. Les filtres utilisés permettent de soustraire «une couleur à une autre», c est-à-dire certaines radiations lumineuses à la colorée incidente. Leur rôle est de ne transmettre, à un œil, que les informations

Plus en détail

La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00

La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00 La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00 Les couleurs : dans les objets ou dans nos têtes? A gauche : le dessin originel. Au milieu : ce dessin reproduit par un «daltonien»

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

entilles e contact Introduction

entilles e contact Introduction entilles e contact Introduction Les lentilles de contact ne sont plus ce qu elles étaient. Les lentilles de contact furent inventées en 1888 par le docteur Adolf Eugen Fick. Cet ophtalmologue exerçant

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

TRITAN 365 DB. La reproduction de ce document n est autorisée que sous la forme de fac-similé photographique intégral.

TRITAN 365 DB. La reproduction de ce document n est autorisée que sous la forme de fac-similé photographique intégral. TRITAN 365 DB Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR Cedex www.babbco.fr Sommaire Mode d emploi 1/ DESCRIPTION ET APPLICATIONS

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires Lexique Français / Hébreu absorption achromatique acuité visuelle albinisme oculaire amblyopie amétropie angle de réflexion angle

Plus en détail

Biophysique de la vision

Biophysique de la vision Séminaires Pédagogiques de Biophysique Biophysique de la vision Les amétropies sphériques Dr Olivier LAIREZ Hôpitaux de Toulouse Université Paul Sabatier Lundi 27 juin 2011 0 Biophysique de la vision Les

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

La vision. Rigal Robert

La vision. Rigal Robert Chapitre 5 La vision Rigal Robert La vision et le mouvement La plupart des activités motrices font appel à la vision: attraper un objet lancer écrire dessiner travailler, etc. L information visuelle est

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Les défauts de la vision

Les défauts de la vision Les défauts de la vision 1 3 2 EN CLASSE Fovéa Rétine Nerf optique Tache aveugle Corps vitré Cristallin Cornée Pupille Iris Nez Globe oculaire gauche vu de dessus L œil est un organe du corps humain qui

Plus en détail

Les troubles visuels. La myopie L hypermétropie L astigmatisme L acuité visuelle à partir de 40 ans

Les troubles visuels. La myopie L hypermétropie L astigmatisme L acuité visuelle à partir de 40 ans 5 Les troubles visuels La myopie L hypermétropie L astigmatisme L acuité visuelle à partir de 40 ans La myopie 0203 La myopie L œil idéal peut fournir une image nette pour les objets situés entre l infini

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : mathématiques-sciences physiques Leçon en sciences portant sur les programmes de lycée professionnel Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

ETUDE DE LA TECHNOLOGIE DES LAMPES

ETUDE DE LA TECHNOLOGIE DES LAMPES I) Introduction Depuis l antiquité, l homme s est efforcé de créer des lampes de plus en plus performantes (torche, lampe à huile, bougie de suif, lampe à acétylène, à gaz, électrique). Actuellement, seules

Plus en détail

Déficience visuelle. Claude Garrandes. Jeudi 9 janvier 2014, Formation des Auxiliaires de Vie Scolaire

Déficience visuelle. Claude Garrandes. Jeudi 9 janvier 2014, Formation des Auxiliaires de Vie Scolaire Déficience visuelle Claude Garrandes Jeudi 9 janvier 2014, Formation des Auxiliaires de Vie Scolaire «Les lunettes n ont pas changé grandchose à ma vie : je collais toujours mes livres contre mon nez,

Plus en détail

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule!

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule! Optique géométrique UE3 Voir est un phénomène complexe qui implique une succession d événement qui permettent de détecter, localiser et identifier un objet éclairé par une source de lumière. L œil est

Plus en détail

Couleur, vision et image

Couleur, vision et image 2 novembre 2012 Couleur, vision et image Table des matières 1 Œil réel et œil réduit 2 2 Lentille mince convergente 2 3 Grandeurs caractéristiques d une lentille convergente 2 4 Construction de l image

Plus en détail

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail...

è Risques et prévention...1 è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... è Risques et prévention...1 AISMT-Avril 2013 TRAVAIL SUR ÉCRAN è Organisation du travail...2 è Aménagement et conception des locaux de travail...3 è L espace de travail... 4 è Choix du matériel...5 Document

Plus en détail

La Vision Industrielle

La Vision Industrielle UE Imagerie Industrielle La Vision Industrielle Sylvie Treuillet Polytech Orléans - 45 65 Laboratoire Vision & Robotique Sylvie.Treuillet@univ-orleans.fr Depuis les années 80 Vocation : remplacer les contrôles

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert Séance n 2 Couleur des objets Une couleur spectrale correspond à une lumière dont le spectre ne présente qu une seule couleur. Il existe 6 couleurs spectrales : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet.

Plus en détail

La couleur à l œuvre. Correction du Parcours élèves. Lycée

La couleur à l œuvre. Correction du Parcours élèves. Lycée La couleur à l œuvre Correction du Parcours élèves Lycée Département éducation formation Avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris www.palais-decouverte.fr 1 LA COULEUR, FILLE DE LA LUMIERE Quelle est la

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

L œil et ses défauts

L œil et ses défauts L œil et ses défauts Objectif Modéliser l accommodation du cristallin. Reconnaître la nature du défaut d un œil à partir des domaines de vision et inversement. Associer à chaque défaut un ou plusieurs

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

la faculté de jouer sur l un ou l autre des paramètres permet la créativité et de s adapter aux conditions de prise de vue.

la faculté de jouer sur l un ou l autre des paramètres permet la créativité et de s adapter aux conditions de prise de vue. 1. L APPAREIL PHOTO la base de l appareil photo comprend un espace clos (la chambre noire) dans le fond, une surface sensible (la pellicule) à l avant, une ouverture fermée au repos et qui s ouvre pour

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

La lumière et les couleurs (Chap4)

La lumière et les couleurs (Chap4) La lumière et les couleurs (Chap4) I. La lumière blanche On appelle lumière blanche, la lumière émise par le soleil ou par des éclairages artificiels reproduisant la lumière du soleil. La lumière blanche

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Couleur, ombre et lumière

Couleur, ombre et lumière Travaux pratiques de peinture Couleur, ombre et lumière atelier du 12 avril 2013 Animé par Luis Clemente, Maurice Lopès et Jean Pierre Pons Sommaire 1. LA COULEUR DE LA LUMIÈRE... 2 2. LA COULEUR DE LA

Plus en détail

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements LA VUE Sommaire : Anatomie de l œil Chemin de la lumière dans l œil Vocabulaire et définitions pour l œil Les muscles de l œil Les anomalies de l œil Les 3 amétropies ou vices de réfraction La presbytie,

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie MPS : La vision 1. Le mécanisme de la vision 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie 3. Autres défauts : Presbytie 4. Étude statistique dans la population 5. Corrections Plan 1)Comment fonctionne le mécanisme

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance?

Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Bernard Duval Délégué général de l AFE Assemblée générale AFE Paris, 22 mars 2012 Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Enjeux Objectifs

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La vision

Physique, chapitre 8 : La vision Physique, chapitre 8 : La vision 1. Voir un objet 1.1 Sources de lumière Une source primaire de lumière produit la lumière qu elle émet. Par exemple, le soleil, une ampoule, le feu, un éclaire, une luciole

Plus en détail