Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un moment historique La bulle des actifs prescrits"

Transcription

1 Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses de retraite. Bien que les prestations de retraite prévues aient très peu changé au cours des cinq dernières années, les mesures de solvabilité prescrites ont obligé à constituer des réserves d actifs plus importantes pour garantir leur paiement. Le fait de bloquer les rendements des placements à 2,5 % pendant 30 ans au lieu d opter pour une approche plus prudente pourrait facilement amputer de plus de 40 % la valeur finale des actifs des caisses de retraite. Un régime de retraite abordable exige une stratégie de placement diversifiée qui assure un équilibre approprié entre les risques et les avantages des placements à revenu fixe et des placements axés sur le rendement sur de longues périodes. La bulle des obligations a entraîné une bulle des actifs exigés par la réglementation gouvernementale Les taux des obligations à long terme au Canada sont au plus bas niveau de leur histoire, qui remonte à L anémie de la croissance économique explique que les taux d intérêt soient relativement faibles et pourrait persister pendant un certain temps. Cependant, depuis le début 2011, la conjugaison de facteurs plus techniques, notamment la manipulation des marchés par les principaux banquiers centraux, s est traduite par des taux d intérêt exceptionnellement bas. À l heure actuelle, les taux obligataires réels sont négatifs dans la plupart des échéances, ce qui s est rarement produit par le passé, et seulement durant de courtes périodes. Les taux des obligations à long terme étant bien inférieurs aux rendements à long terme que l on peut raisonnablement attendre d un portefeuille équilibré, le test de solvabilité réglementaire effectué en actualisant les flux de trésorerie futurs aux taux obligataires actuels est devenu le test clé pour évaluer la situation de capitalisation d un régime. L actif minimum de retraite exigé par la réglementation pour garantir le paiement des prestations futures a considérablement augmenté, ce qui oblige au versement de cotisations supplémentaires. La faiblesse des marchés boursiers au cours des cinq dernières années n a fait qu aggraver le problème. Les promoteurs sont tentés d augmenter le poids des obligations et d allonger les durées dans une perspective d appariement de l actif et du passif. Ils espèrent atteindre un équilibre magique, dans lequel la valeur des actifs évoluerait au même rythme que les actifs prescrits, peu importe les changements dans le taux d actualisation. Une situation idéale dans laquelle la prévisibilité des cotisations serait la panacée. Ce raisonnement souffre toutefois de failles importantes.

2 Comment évaluer le passif? Examinons les décaissements futurs requis pour payer les retraités dans un régime de retraite type. En supposant des versements annuels de 5,50 $ qui augmentent au taux de 1 % pendant 33 ans, les versements totaliseront 217 $ et ces flux de trésorerie dureront environ 13,6 ans, compte tenu d un taux d actualisation de 5 %. $10.00 $9.00 $8.00 Décaissements requis pour payer les retraités Versements annuels de 5,50 $ au taux de 1 % Versements totaux : 217 $ $7.00 $6.00 $5.00 $4.00 $3.00 $2.00 $1.00 $0.00 Années Versements Paiements Il suffirait de placer aujourd hui 100 $ à un taux de 5 % par an pour honorer ces obligations. La solvabilité du régime est donc de 100 % si le taux de rendement est de 5 %. Si toutefois le gouvernement prescrivait un taux d actualisation de 3 %, le montant devant être mis de côté aujourd hui pour garantir les versements futurs serait de 132 $. Mais qu est-ce que cela signifie exactement? Le fait d imposer un taux d actualisation de 3 % ne signifie pas que le régime doit rapporter seulement 3 %. On ne précise pas non plus le type de placement à utiliser pour l obtenir. Ce taux sert uniquement à calculer le montant que le gouvernement exige de mettre de côté pour garantir les versements. Les décaissements futurs réels au profit des retraités, qui représentent l obligation véritable du régime, ne dépendent absolument pas du choix du taux d actualisation. Supposons maintenant que l actif de 132 $ à mettre de côté si le taux d actualisation est de 3 % puisse être investi de manière à rapporter 5 %. Non seulement la caisse récupérera les cotisations superflues de 32 $, mais elle engrangera aussi le rendement dégagé sur ces 32 $, pour un total de 56,60 $ sur cette période de 33 ans. Autrement dit, si elle ne se contente pas du rendement bloqué de 3 % (ou moins) produit par les obligations à long terme et parvient à dégager un rendement plus raisonnable de 5 %, la caisse obtiendra un montant supplémentaire égal à 43 % du placement initial (56,60 $/132 $). Comme l actif des régimes de retraite représente souvent un pourcentage important de l actif d une société, les sommes ainsi épargnées pourraient bien se traduire par un avantage concurrentiel durable tout comme un manque à gagner pourrait se traduire par un désavantage concurrentiel considérable. Page 2 de 5

3 Montant récupéré si le régime dégage un rendement de 5 % $ $ $ $ $50.00 Régime de retraite dégageant un rendement de 5 % Solvabilité réputée de 100 % pour un rendement de 5 % $- Taux d actualisation prescrit 0% 1% 2% 3% 4% 5% Cotisations Excédent excédentaires ensilé à verser $ $82.10 $54.40 $32.25 $14.45 $0.00 $- Retraits Excédents excédentaires retirés $ $ $94.19 $56.60 $25.69 $0.00 $- % des cotisations Profits retirés versées $ % $ % $ % $ % $ % 0 $- % Risque de mesure et risque d investissement De nombreuses stratégies visent à réduire le risque à court terme lié à l augmentation des cotisations nécessaires pour compléter la caisse de retraite, laquelle peut être douloureuse. À long terme, toutefois, les cotisations excédentaires seront remboursées avec intérêts si elles s avèrent non nécessaires pour acquitter les paiements futurs. En fait, la seule façon de perdre cet argent serait d investir à un taux inférieur à celui qu on peut raisonnablement obtenir. Sur la période de placement, un rendement excédentaire créera rapidement un coussin permettant de surmonter le risque lié aux cotisations futures, et même le risque de volatilité des marchés boursiers. C est particulièrement vrai aujourd hui, compte tenu de l écart énorme entre les rendements attendus des actions et ceux des obligations à long terme. Au bout du compte, le coût lié aux prestations de retraite est purement fonction du rendement réellement dégagé par les placements. Si l actif rapporte moins, la promesse de prestations sera beaucoup plus coûteuse à tenir et, surtout, les fonds ne seront peut-être pas suffisants pour l honorer. Comptabilisation des obligations à long terme Le niveau élevé des prix des obligations complique encore la donne. Les bulles causées par les excès du marché finissent par éclater, habituellement au moment où on s y attend le moins. Même dans un scénario banal où le taux des obligations à 30 ans grimperait à 4,5 %, soit le niveau moyen de 2003 à 2008, les obligations à long terme plongeraient de plus de 40 %. Lors des bulles boursières, il y a au moins la possibilité que les ventes des entreprises, les flux de trésorerie, les profits et les dividendes suivent la hausse exagérée des cours. Avec les obligations, en revanche, les versements d intérêts et de principal sont contractuels et n augmentent jamais. Les rendements élevés récents des obligations à long terme résultent simplement d une accélération de la comptabilisation des rendements futurs dans les périodes rapprochées au détriment des périodes subséquentes. Si elle est conservée jusqu à l échéance, le rendement global obtenu sur la durée de vie de l obligation reste inchangé, peu importe la façon dont on aura choisi de comptabiliser le rendement au cours d une année quelconque. Aux prix élevés actuels, les rendements anémiques sont bloqués jusqu en Page 3 de 5

4 Rendement d une obligation du gouvernement du Canada à 30 ans de 4 % Rendement comptabilisé Versements (total : 220 $) Rendement comptabilisé au début de 2011 (3,4 % par an pendant 30 ans) Rendement comptabilisé à la fin de 2011 (28 % en 2011, 2,5 % par an par la suite) Versements annuels reçus À la fin de 2011, les taux du marché descendent à 2,5 %. Nous comptabilisons un rendement plus élevé en 2011 et un rendement moindre au cours des années futures. Les flux de trésorerie produits par l obligation n ont toutefois pas changé. Le rendement global à l échéance demeure de 3,4 %, peu importe sa répartition dans le temps. En outre, les ajustements de salaire, les taux de mortalité, les formules de calcul des prestations, etc., influeront immanquablement et très probablement à la hausse sur les versements réels qui auront lieu dans plusieurs décennies. Certaines mesures, telle la fermeture du régime aux nouveaux arrivants, peuvent permettre de mieux prédire les obligations du régime, mais l argument de placement fondamental demeure : plus le rendement est élevé, moindre est le coût final. Politique gouvernementale Afin de promouvoir un système de retraite sain, la réglementation doit être moins stricte et plus prévisible. En liant la solvabilité aux taux volatils des obligations à long terme, en particulier lorsque ceux-ci sont ouvertement manipulés par les banques centrales, on désavantage tant les promoteurs que les bénéficiaires. L obligation de verser d importantes cotisations en espèces dans les régimes de retraite pour qu elles servent ensuite à l achat d obligations d État à long terme revient à détourner ces fonds des investissements productifs et témoigne d une politique économique médiocre. Il existe de meilleures façons de faire. Certains pays comme le Danemark et la Suède ont assoupli leurs règles afin de permettre des taux d actualisation plus élevés et plus stables. Aux États-Unis, le projet de loi sur la réforme des retraites adopté en 2012 applique un corridor autour de la moyenne sur 25 ans du rendement de l indice des obligations de sociétés. Dans ces deux exemples, les obligations futures peuvent maintenant être actualisées à des taux qui reflètent mieux les perspectives de croissance et d inflation à long terme. La politique gouvernementale actuelle pourrait bien nous laisser en héritage la destruction du système de retraite. À mesure que les sociétés abandonnent les régimes à prestations déterminées au profit des régimes à cotisations déterminées comme mécanisme d immunisation, la sécurité financière des générations futures continuera de se détériorer. Page 4 de 5

5 Pouvons-nous obtenir un meilleur rendement que celui des obligations à long terme de 2,5 %? Nous maximisons la possibilité de disposer de sommes suffisantes pour acquitter l obligation véritable du régime (les prestations de retraite) en maximisant les rendements. Cet objectif ne sera jamais atteint en bloquant les rendements à 2,5 %, 3,5 % ou même 4,5 % pour les 30 prochaines années. Contrairement aux obligations à long terme, les actions permettent de prendre part aux gains de productivité. Même les obligations à court et à moyen terme ont l avantage de s ajuster plus facilement à l inflation et, sur de longues périodes, les obligations à moyen terme produisent des rendements semblables à ceux des obligations à long terme. La hausse des cours boursiers est tirée par la création de valeur grâce à l augmentation des bénéfices, des ventes, des flux de trésorerie, des dividendes, etc. Entre 1926 et 2011, le rendement cumulatif de l indice S&P 500 a dépassé d environ 27 fois le rendement des obligations à long terme. Les rendements en dividendes des sociétés canadiennes, américaines et européennes sont actuellement très supérieurs aux taux des obligations d État à 10 ans, et leurs ratios cours/bénéfice sont attrayants. Sur le moyen terme, nous sommes persuadés que des portefeuilles d actions triées sur le volet procureront de meilleurs rendements que les liquidités et les obligations, en particulier les obligations à long terme. Conclusion Nous vivons un moment historique. Les taux actuels des obligations à long terme déterminent le montant des actifs exigé par la réglementation pour garantir le versement des prestations de retraite futures, mais le rendement dégagé sur ces actifs détermine au bout du compte le coût du régime. Les fiduciaires qui cherchent des stratégies pour réduire le risque en abaissant la volatilité du niveau de capitalisation ou des cotisations livrent la dernière bataille, mettant ainsi en péril les actifs dont ils ont la garde et payant le prix fort pour obtenir une fausse sécurité. Il est dangereux de présumer que les valorisations anormalement élevées des obligations dureront éternellement. Les prix des obligations finiront par redescendre et les investisseurs, en tant que groupe, ne pourront espérer vendre une fois que le sommet aura été atteint. Les régimes qui exploitent de meilleures possibilités de placement seront considérablement avantagés par rapport à leurs concurrents. Le succès des efforts en matière de retraite n est connu qu une fois le dernier chèque émis. Un système de retraite sain et abordable dépend d une approche bien diversifiée, qui met en équilibre la stabilité des actifs à revenu fixe avec les gains tirés des actifs de croissance. À l heure actuelle, les taux des obligations à long terme sont anormalement faibles, et les rendements futurs que l on peut espérer tirer des actions sont meilleurs, voire bien meilleurs. Aujourd hui, comme toujours, le monde offre d innombrables opportunités. Les présents renseignements ont été obtenus de sources que nous croyons fiables mais ne sont pas garantis par nous et pourraient être incomplets. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et notre interprétation de ces renseignements. L analyse de Letko, Brosseau et Associés Inc. comprend des prévisions explicites ou implicites qui pourraient ne pas se réaliser et même différer sensiblement de la réalité future. Il va de soi que, de par sa nature même, tout énoncé prévisionnel est incertain et comporte des risques inhérents. Page 5 de 5

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE SOLUTION SUR MESURE Solutions d investissements guidés par le passif Les investissements guidés par le passif : de quoi s agit-il? Les investissements guidés par le passif (IGP) constituent un cadre de

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

DE VOTRE ACTION. Point de vue SOLUTIONS PD AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS

DE VOTRE ACTION. Point de vue SOLUTIONS PD AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS AOÛT 2012 COMMENT LA RÉDUCTION DU RISQUE ASSOCIÉ À VOTRE RÉGIME PD PEUT AMÉLIORER LE COURS DE VOTRE ACTION LA RÉDUCTION DU RISQUE EST PROFITABLE POUR TOUS Par les temps qui courent, tous les médias font

Plus en détail

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle Plain talk sur le fonctionnement des FNB Formation de la clientèle Table des matières 2 Qu est-ce qu un FNB? 4 Comment fonctionnent les FNB 8 Quels FNB vous conviennent le mieux? Les fonds négociés en

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins La gestion des risques liés aux régimes de retraite est à l ordre du jour de plusieurs entreprises. Pour la plupart d entre elles,

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR LE GUIDE DE L INVESTISSEUR Nous avons élaboré un guide des principes de base en investissement. Si vous les comprenez bien et les respectez, vous obtiendrez plus de succès dans vos investissements et par

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite IMPLEMENTED RISK MANAGEMENT CANADA INC. (GESTION IMPLÉMENTÉE DU RISQUE) Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite Nicholas Ricard, M.A écon. 18 et 19 avril 2013

Plus en détail

GESTION DES RISQUES :

GESTION DES RISQUES : GESTION DES RISQUES : LES RÉGIMES DE RETRAITE POURRAIENT-ILS S INSPIRER DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE? 30 mars 2015 «Régimes de retraite : tout n a pas encore été dit.» Tout comme les compagnies d assurance-vie,

Plus en détail

La situation de capitalisation des régimes de retraite à prestations déterminées des entreprises canadiennes

La situation de capitalisation des régimes de retraite à prestations déterminées des entreprises canadiennes Revue du système financier La situation de capitalisation des régimes de retraite à prestations déterminées des entreprises canadiennes Jim Armstrong Graphique 1 Participation aux régimes de retraite Nombre

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC»)

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC») Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses Présenté à la Commission des Finances publiques Consultations particulières sur le rapport «Innover pour pérenniser le système de retraite»

Plus en détail

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Optimisation de la politique de placement : vers quelles classes d actifs se tourner? Stéphan Lazure Conseiller principal

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Gouvernance des régimes de retraite

Gouvernance des régimes de retraite Cercle finance du Québec Gouvernance des régimes de retraite face à la gestion des risques : Le grand réveil Gérer les risques des régimes matures René Beaudry 26 novembre 2015 5 éléments clés du PL57

Plus en détail

Test Minute. Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités

Test Minute. Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités Test Minute Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités Pour chaque question, encerclez la réponse qui vous décrit le mieux. SECTION 1 : Situation financière Vos finances Plus votre situation

Plus en détail

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions M. Wilson adhère à une approche différente à l égard des placements dans les actions

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier Fonds immobilier de la Canada-Vie (CIGWL) Préparez-vous à faire face à la volatilité des marchés et à la faiblesse des taux d intérêt. Songez à

Plus en détail

Portefeuille Pilier II Investors

Portefeuille Pilier II Investors Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds POUR L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015 AVERTISSEMENT CONCERNANT LES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Il est possible que le présent rapport renferme des

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Occasions de dividendes. Solutions de dividendes CI

Occasions de dividendes. Solutions de dividendes CI Occasions de dividendes Solutions de dividendes CI Occasions de dividendes Au cours des cinq dernières années, les rendements des produits de revenu traditionnels ont diminué de façon constante alors que

Plus en détail

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils en vigueur Le 31 janvier 2014 Programme de des dentistes du Canada Description des fonds du La famille des fonds de du est exclusivement offerte aux membres admissibles* de la profession dentaire canadienne

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012 Placements Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada Donald Raymond Le 28 septembre 2012 Programme 1. Mandat de l Office d Investissement du RPC (OIRPC)

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

Des options pour conserver nos régimes

Des options pour conserver nos régimes Des options pour conserver nos régimes Présentation au Séminaire 2009 de la FTQ par Michel Lizée SCFP, section locale 1294 (FTQ) Service aux collectivités (UQAM) Avril 2009 Rendement net sur base de solvabilité

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

OBJET : Objectifs de rendement de la Société de gestion des placements du N.-B.

OBJET : Objectifs de rendement de la Société de gestion des placements du N.-B. Le 27 avril 2015 Ministre des Finances en qualité de responsable de la gouvernance pour la Loi sur la pension des juges de la Cour provinciale Conseil des fiduciaires du RRPSP Conseil des fiduciaires du

Plus en détail

Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie Golombek 1

Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie Golombek 1 Gestion privée de patrimoine Rapport sur les PME le 19 octobre 2010 Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée Jamie

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1. Introduction 2. Définitions 3. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS

Plus en détail

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014 États financiers de La Fondation du Grand Montréal Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats et de l évolution des soldes de fonds... 3 État de la situation financière... 4 État des flux

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Portefeuille de revenu plus Investors

Portefeuille de revenu plus Investors Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds POUR LE SEMESTRE CLOS LE 3 SEPTEMBRE 1 AVERTISSEMENT CONCERNANT LES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Il est possible que le présent rapport renferme

Plus en détail

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification)

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Introduction Rappel des faits : Le 1 er juillet 2014, date d entrée en vigueur du nouvel

Plus en détail

L investisseur Point de vue

L investisseur Point de vue Aon Hewitt Solutions de retraite L investisseur Point de vue Juillet 2015 Gestion de placements mondiaux Dans cette édition Actions mondiales Quel est l indice de référence? 1 Résumé 1 Quels sont les principaux

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière mon argent la vie durantmc Gros plan sur mon argent la vie durant Entrée en matière mon argent la vie durant est un excellent moyen de vous assurer un revenu de retraite minimum garanti pour la vie, tout

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014 SOMMAIRE DE GESTION RECOMMANDATIONS L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM)

Plus en détail

Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec. Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer

Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec. Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer Agenda La toile de fond La démarche Les positions syndicales et patronales Le projet

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique ASSEMBLÉE ANNUELLE 14 JUIN 2010

Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique ASSEMBLÉE ANNUELLE 14 JUIN 2010 Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique ASSEMBLÉE ANNUELLE 14 JUIN 2010 Ordre du jour 1. Ouverture de l assemblée 2. Adoption du procès-verbal de l assemblée annuelle du 17 juin 2009

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent

Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent Les CELI pour propriétaires d entreprise Un choix intelligent Octobre 2015 Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrimoine CIBC

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES: PRÊTS DOUTEUX. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 6

SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES: PRÊTS DOUTEUX. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 6 SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES: PRÊTS DOUTEUX RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 6 INTRODUCTION Le Règlement administratif ci-après, autorisé par

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES Pour vous guider dans un monde de possibilités Tous les investisseurs connaissent l importance de bien choisir leurs placements en fonction de leurs objectifs d

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS REVENU MENSUEL FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS REVENU MENSUEL FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS REVENU MENSUEL FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds revenu mensuel FMOQ (le «Fonds»)

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Stratégies des comptes en gestion distincte. www.mfcglobalsma.com

Stratégies des comptes en gestion distincte. www.mfcglobalsma.com Stratégies des comptes en gestion distincte www.mfcglobalsma.com Des avantages uniques pour les conseillers et les épargnants. 1 Les comptes en gestion distincte offrent aux conseillers une méthode de

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

GUIDE DES PLACEMENTS FISCALEMENT EFFICIENTS

GUIDE DES PLACEMENTS FISCALEMENT EFFICIENTS VIE IMPOSITION VOLATILITE REVENU EROSION GUIDE DES PLACEMENTS FISCALEMENT EFFICIENTS FONDS CONSTITUÉS EN SOCIÉTÉ ACTIONS DE SÉRIE T L efficience fiscale revêt une importance particulière pour ceux et celles

Plus en détail

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA États financiers trimestriels de L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Trimestre terminé le L'OFFICE D'INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Bilan (en milliers de dollars)

Plus en détail

Comptabilité des titres et reporting d investissement

Comptabilité des titres et reporting d investissement Comptabilité des titres et reporting d investissement Cantaluppi & Hug AG Comptabilité des titres Reporting d'investissement Introduction La comptabilité des titres représente le centre névralgique du

Plus en détail

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott Dennis Mitchell privilégie une approche ciblée des placements dans les actions Dennis Mitchell s est joint

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Fonds de gestion de trésorerie canadienne Émeraude TD gouvernement du Canada

Fonds de gestion de trésorerie canadienne Émeraude TD gouvernement du Canada Gestion de Placements TD Fonds de gestion de trésorerie canadienne Émeraude TD gouvernement du Canada 526407 (08/15) Fonds Émeraude TD Période close le 30 juin 2015 Le présent rapport intermédiaire de

Plus en détail

Depuis quelques temps et à juste titre la cote de

Depuis quelques temps et à juste titre la cote de Faut-il suivre la voie des placements alternatifs? Par Emmanuel Matte Depuis quelques temps et à juste titre la cote de popularité des placements dits «alternatifs» auprès des caisses de retraite offrant

Plus en détail

Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002.

Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002. Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002. COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA DIVERSIFICATION DE SIX FNB VANGUARD D ACTIONS INTERNATIONALES

Plus en détail

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA États financiers trimestriels de L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Trimestre terminé le L'OFFICE D'INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA État des résultats / (perte) Trimestre

Plus en détail

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget

Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Le compte d épargne libre d impôt proposé dans le budget Parmi les promesses électorales faites en 2006 par les Conservateurs figurait l élimination de l impôt sur les gains en capital à condition que

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Le 14 septembre 2001 Traduction Madame Carla Adams a/s Commission des services financiers de l Ontario 5160, rue Yonge 17 e étage, C.P. 85

Plus en détail

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA États financiers trimestriels de L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Trimestre terminé le L'OFFICE D'INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA État des résultats Trimestre Trimestre

Plus en détail

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 %

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % Pour diffusion immédiate DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % MONTRÉAL (Québec), le 25 mars Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société»)

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Étude de cas n o 3. Robert élabore un plan pour générer un revenu de retraite et réaliser le rêve de sa vie. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 3. Robert élabore un plan pour générer un revenu de retraite et réaliser le rêve de sa vie. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 3 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 3 Robert élabore un plan pour générer un revenu de retraite et réaliser le rêve de sa vie À l intention du conseiller

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DES PLACEMENTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK. 31 mars 2011

ÉTATS FINANCIERS DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DES PLACEMENTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK. 31 mars 2011 ÉTATS FINANCIERS DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DES PLACEMENTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK 31 mars 2011 28 I LASOCIÉTÉ DE GESTION DES PLACEMENTS DU NOUVEAU-BRUNSWICK RAPPORTANNUEL2010-2011 RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Le compte d épargne libre d impôt Tout résident canadien âgé de 18 ans ou plus qui possède

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

Fonds équilibré MD. Résultats d exploitation. Faits nouveaux. Frais de gestion. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds (30 juin 2015)

Fonds équilibré MD. Résultats d exploitation. Faits nouveaux. Frais de gestion. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds (30 juin 2015) SÉRIE A ET SÉRIE T Résultats d exploitation Dans le cadre de la méthode de gestion des placements de Gestion financière MD inc., nous sélectionnons et surveillons attentivement chacun des conseillers en

Plus en détail