Méthodes de détermination de la migration globale dans )es aliments gras: eomparaison entre la méthode iodométrique et gas-ehromatographique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes de détermination de la migration globale dans )es aliments gras: eomparaison entre la méthode iodométrique et gas-ehromatographique"

Transcription

1 Méthodes de détermination de a migration gobae dans )es aiments gras: eomparaison entre a méthode iodométrique et gas-ehromatographique L. ROSSI, A. SAMPAOLO et L. GRAMICCJONI Laboratoires de Chimie, Istituto Superiore di Sanità, Rome, Itaic Dans un rapport séparé ( 1 ) nous avons précisé a nécessité d'une méthodc de détermination de a migration gobae des matériaux différents orsqu'is sont pacés en contact avec dcs denrées aimentaires graisses. A ce but certaines méthodes ont été proposées et en particuier une méthode a fait objet d 'étudc et dc controe expérimentac par a Commission «Anayscs et Extraction» d es Bureaux nternationaux Techniqucs - Matières Pastiques ( 2 ). Bien quc nous n 'avons pas participé d'une façon directe aux travaux coaboratifs dans a Commission ci-dessus, nous avons égaemcnt expérimenté a méthode proposée, en 'appiquant à ccrtains types de caoutch ouc et de matièr cs pastiques. Par conséquent on a pu eonstater que a méthode exige a standardisation pus poussée et détaiée, étant donné que de 'uniformité ahsouc des modaités opératoires déeouc a possibiité dc minimiser a variahiité remarquabe des résutats qu'on pcut obtenir. Pourtant, on a d 'ahord vérifìé expérimentacmcnt a m éthode proposée, en particuier en r apport aux points suivant : - pré-conditionnément d c 'échantion à examiner; - modaités dc contact de 'éehantion avec 'huie de tourneso; - extraction par sovant et détermination iodométriquc dc 'huie ahsorbée par 'échantion; - réproductihiité des résutats dans a détermination de 'huie au moycn du dosage de 'index d'iode; - infuence de 'essai témoin (échantion mis en eontact directement avee e sovant) sur es r ésutats de a migration gobae. On a considéré aussi 'éventuaité que 'échantion contient des suhstanees capabes de r éagir avec 'iode et que ces substances peuvent etre Ann. at. Supcr. Sanità (1.972), '

2 ROSSI, SAM'AO ~ O E T GRAMICCIONI 433 cédées d 'une manière différente à 'huie et au sovant respectivement, peut-atre en raison de différents phénomènes de gonfement de ' échantion. Dans ces cas a détermination de a migration gobae, utiisant a mésure différentiee de 'index d 'iode, peut r ésuter atérée. C'est pour ccà qu'on a étudié a possibiité de substituer a détermination iodométrique de 'huie par a détermination gaschromatographique, basée sur un composant de 'huie. I s'agit d 'une méthode ayant une spéciìcité pus marquée et par conséquent i résute raisonahe juger que a possibiité d'interférences possibes soit effectivement imitée. Pourtant, es rechèrches effectuées pour comparer a méthode iodométrique et a méthode gaschromatographique ont suivi e schéma ci-après:. PHASE COMMUNE DETE RMINATION IODOMETRIQUE - 3. DETE RMINATION GASCHROMATOGRAPHIQUE -4. COMPARAI SON DES RESULTATS. Phase commune (Prise d'essai, pré-conditionnement, contact, extraction de 'huie ab:.orbée). En généra, Ics indica tions fournies par a m éthode proposée ( 2 ) on t été trouvées vaabes. Pourtant, au dcà de ces indications à, on peut noter Ics remarques suivant : a) Prise d'essai. E tant donnée a différente nature ces matériaux à cxaminer, au icu d'assumer a référencc d'un échantion de 10 grams, sdon es dernières suggestions confìdentiees de M. Paière, serait pus opportun de prévoir que e matériau en examen est coupé en 4 morceaux de dimensions 2,5 X O cm, qui sont rincés à 'eau distiée et essuyés au papier-fitre et ensuite pésés. Le avage n'est pas opportun dans es cas de ma tériaux absorbant 'eau. b) Pré-conditionnement. Dans certains cas, à savoir es poyamidcs et es peimùes ou feuies cejuosiques pouvant absorber humidité, e préconditionncment peut jouer un roe qu'on ne doit pas négiger. Pour d'autres matériaux, t es que e poyéthyène, poypropyène, poyst yrène, e préconditionnement est r ésuté tout à fait superfu, parce que son infuence maximae est t oujours au dessous ces erreurs expérimentaux. Dans e cas du caoutchouc 'infnence du pré-conditionnement est variabe seon e type en examen. Pourtant on peut concure que, en principe, i faut prévoir e préconditionnement de 'échantion d 'anayse, au hut de normaiser ' humidité, sauf a facuté de n'en tenir pas compte pour es matériaux dont 'absorption d'humidité de 'ambient est pratiquement nue. 9. H t11. U t. Super. Sa nitì 1:977) 8,

3 D ETER3fT~ATON Of' CLOBAI. MICI!A110'i c) Contact entre 'écwntion et L"hui'. Au but c.c norroaiser e& mo (ait.és oporatoircr; on jugc néc~ss nirc dc préciscr t rapport surfacefvottm r: cn d'autr <' t ermcs, a surfncc totae dc 200 cro 2 est mise en contact a\'c< 100 mi d'btùc do tourncso. Pourtant. dan" ccs conditions, e rapport sur faccfvoumc est éga à 2. Lorsquc a durée du contact est décou1~c (10 jours à 4()0C), es 4 mor ceaux sont soigneuscment cssuyés au papier-fìjtre "h.atman o. L Si OLL a adopté e pré condition.ncmcnt a u préaabc, on doit e répétcr dans <. H memcs conditiom: iniiquét s ci-de... su!' et en uite e 4 morccaux ;.ont pésés ensembe. d) Extmction de 'hie absorbe par 'écwntion. E tant donnf: 'iutéré i extrajrc, autant que possih, scuement 'huie, on a pu confir mcr qu'i est pus opportun adopter comme sovant d 'extraction e trichjore-trifuoréthanc au icu du tétrachorurt dc- CRrbou. qui pcut cxtrair' une quantité pus argc dc composants. Pourtant, cs morccaux ont été wj., dan.s un t fìoe, cn contact :n cc 100 m do sovant et soumis à 'agitatiou automatique pcndant 48 h cttrcs. On a pu constacr qu unc cxtraction, cn généra, est suffisante, sauf ccrtain cas, tc!-> quc t caoutcbouc, dans esqncb 'extraction doit étrc répétéc jusqu 'à rabs('i.('(' d e 'hui dan& 'extrnit. Dans ces cas on rrunit cs cxtraits. A part. on Joit cffcctucr 'extrartion paraèh, dans e. meme.. con ditions adoptécs pour 'échantìon après contact avec 'huic, sur un éd1au tion tt<moin. 2. Déwrmination iodométriqtte de 'huie absorbée por 'échantion. On a obscrvé entièremcnt e~ m oda itt~s indi4uécs dnns a méthodc proposéc. Au but de a comparaison vouuc, a moitié dc 'cxtrait a été réser vf.e pou:r a détcrmination gaschromatographique. 3. Détumination 8aschromatograptique de 'huie absorbée por 'échantion. a) Préparation des esters méthyiques des acides gras. (Toute a ver rerie doit etrc avée soigncusement au préaabc avec éther dc pétroc). toitié de 'extrait n été évaporéc dans un évaporateur rotati! sous vide d'cau, à 40oC. Le résidu a été répris par 10 mj dc soution 4 % (p/p) d'acide sujfurique cn méthano. On a fait bouiir à réfux pendant 3 heures. Le réfrigérant était fourui d 'essiccatcur à ge dc siice. La sout ion a été transférée <e a fioe d'évaporation dans W étan noir fourni dc robinet en poytét rafuorétyène, en ajoutant 100 m d'eau distiée. L'cxtraction a été effectuéc deux fois à 'aide d'éther de pétroe Ann. at. Super. S11111!A (:972), 43:! 430

4 BOSSI, SAXPAOLO BT CBAXICCIONI 435 (p.eb. 30-SOOC), cbaque fois avcc 25 m1 de sovant, avec agitation à main de 3 minutes. Les soutions d'étber r éunies dans un étannoir ont été avées avec 4 aiquotes successives de 20 m d'cau distiée. J.es dcrnières traces d'eau ont été éiminées en ajoutant dans 'étannoir 3-4 g dc suphate de sodium anhydre. La soution d'éther a été transférée dans une fio e ù évaporatioo, cn ajoutant 10 m d'éther au but de aver 'étannoir. Dc nouvrau on a 1:Jiminé e sovant à 400C, sous vide d'eau. ~ o... Q,... ~ ;:, Q. ~ -~ {)... o Q, ~ :f: {) '" v "' ";:, c:r- f -;;; Q. ";:, ~ {) <: ù "' '""' Q, ;:,.!: '" o Q,.~ v.,... U F ig.. - GaKbromato~ramrne des estrrs mfthyiques des ocidcs gros. O m1n Le rf. idu a été répris avec tm voume d'éthcr de pétroe (p.eb C) tc que a concentration ùe 'bue soit de 1/mg/m environ. Une déterrnination préiminaire gaschromatogr aphiquc peut oriener sur a diution opportune.

5 4-36 DETEJfiNA.TION OF CLOBAL XIGRATION b) Dosage gaschromatographique. La soution d 'éther de pétroe a été soumisc au dosage gaschromatographique dans es conditions suivant: Coonne : en accier inoxydabe, 2,5 mm X 3 m rempie avec succinate de diéthyèmegyco20% sur gas-chrom P AW, mcsh. Detector: ionisation dc famme. Températures : coonne 195oC. injectcur 3200C. détector 1550C. Gas de transport : heium, 25 m/min. Voume de soution injcctée : 3 p.. Le dosagc de 'huie est obténu en utiisant un des esters méthyiques, à savoir 'ester m éthyique de 'acide inoéique, dont e pourcentage dans 'huie de tourneso adoptéc a été déterminé à part. Dans a Fig. on reporte, a titre d 'exempe, un des gaschromatogrammes obtenus. 4. Comparaison des resutats obtenus par es deux méthodes de détermination. a) Reproductibiité dans a détermination de 'huie en soi-méme. On a préparé une soution contenant 10 mg d'huie de tourneso par m. De cette soution, 5 aiquotes de m ont été examinées par iodométrie et 5 aiquotes de m ont été examinées par gaschromatogrape. Les résutats respectifs son donnés dans e Tabeau. TA.BLEAU Reproductibiité de a détermination de 'huie en eoi-meme, par iodométrie et par guchromatographie 1- HtiiLE PaUt"fTJ! nf8 JonoMf1»Jit GA!C8R4. MATOC&APWt"': O IO ,9 126,9 139,6 139,6 139,6 290,0 283, 5 280,8 286,2 286,2.~oyenne ± D.S. 134,5 ± 3,1 285,3 ± 4,8 A nn. 1 1t. Supcr. Sanitd (1.97Z, t32~ 39

6 ROSSI, SAMPAOLO ET GRAiiCCIONI 437 De ces résutats on peut rééver que es deux méthodes donuent une vaabe réproductibiité et qu'eotr'ees i n'y a pas une difi'érence r emnrqunbe au oiveau de 'huie considéré. Cependant, a méthode gaschromatographique permet de déterminer des quantités d'huie meme inférieures à 0,1 mg, ce qui n'est pas possibe nvec a méthode iodométrique, meme si on adopte des soutions 0,01 N. b) Détermination de a migration gobae. Les deux méthodes de détermination ont été appiquées à des types difi'érents de matières pastiques et de caoutchouc. Les déterminations ont été effectuées sur des aiquotes des memes cxtraits obténus seon e point ci-dessus. Les résutats respectifs sont incw dans e Tabeau 2. Doonées de migration gobae daoji 'bue de tourneso, IO jour à 400C V aeurs moyenues ± sém.idispersion max. ; entre crochet& e nomhre des déterminotions eectuées ECRAN 'r LLON Er.u sssua m m )fic An O:< CLo u.a (m fdm') M. &&Seuomoto' r hiquc )1. iodom~trique P oyèthyhe b. d. 0,5 ( ) 10,5 ± 2,8() u. d. Poypropyène 0,5 1, 2 ± 0,6 (3) 1,3 ± 0, 6 (3) ABS 1,0 4,6 ± 0,6 (5) 3,0 ± 1,6 (5) CeUophane. 0,04 7, 4 ± ' 7 (6) 6,6± 1,3 (6) Poystyrène crista 0,4-1,3 ± 0,6 (2) 1,9 ± 0, 5 (2) Poyatyrène choc. 0,4-1,5 ± 0,5 (2) 0,5 ± 0, 5 (2) Cooutchouc P37/ 70 (n.itrie butad.) Co~;~cho~c.PS7 Ì1oF. (~v~c.pht~a~ 0,5 < > 45,0 ± ~.o (3) H,O ± 3,9 (3) 1 tee) ( ) ,5 ( ) 150,9 ± 11,5 (3) rja9, 7 ± 1,2 (3) 1 i_ ( ) DILI1 ""' eu oo n'a pu t~rw comp~ de E. bie quo E * O ('). ( ) Dana eu cas on a efj'eetu6, au deu de a prfmju.. e.s tracioo, d'autru eauactiom, chacuno do 2 :tru~ a\ eo SO m de to-va:nt; 80% de 11:mi1e totae: av11it 8t' extrait d.aju a pr601ibe es:r t tio. Considérations généraes Au dcà des considérations déjà faites en rapport aux points particuiers traités, en ce qui concerne a phase commune (prise d'essai, préconditiounement, contact, extraction), d'un point de vue généra i st:m be justifìé d'attirer 'attention sur d'autres considérations. à savoir : a) Les deux méthodes de détermination de 'huie montrent une correspondance significative. La méthode iodométrique est sans doute pus vite et pus simpe. La méthode gaschromatographique est pus spécifique t.nrc. J at. Super. Sanit.:\ ) 8, ~

7 438 DETERMINATJON OF CLOBAL :&IIGJIATION et rcstrcint beaucoup a possibiité de substances intcrférantes, c'est-à-dire peut donncr des résutats pus certains. b) En particuicr, avec a méthode de 'index d 'iode i y a incertitude dans es cas où 'extrait témoin consomme dc 'iode (E :f: 0), parcc qu'on ne peut pas etre certains si a correction doit etre appiquée ou non; et, dans 'affirmative, en quee mésure étant donné qu'on ne peut pas savoir si es substances consommant iode migrcnt ou non m emc dans 'huic. c) La méthode gaschromatographique peut resoudre cettc inccrtituùe, justcmcnt en raison de sa spécificité, basée sur a détermination de 'acide inoéiquc, sous forme de son ester méthyiquc. Dans tous es cas cxaminés es cxtraits des échantions témoins n 'ont jamais donné des piques interférants et en tout cas, meme si cette éventuait é très improbabe se vérifiat, i serait toujours possibe dc choisir 'ester méthyiquc d'm autrc acide gras pour déterminer 'huie. d) C'est pour ceà que, sur a base de a eomparaison avee es résutats gaschromatographiques, nous avons eu a possibiité de décider qh" pour Ics échantions de caoutchouc examinés (Tabeau 2) on ne devait pas apporter a corrcetion, bien que E :f: O. En effct, ce-ci résutc très cairement du Tabeau 3. i i i!! TABLEAU 3 Infuence de a correction E sur a migration M, seon a méthode iodométrique et gaschromatographique E CB.\NT ILLOX E (mgfd m') oùométrie c. c. eorrigé odométric \1 (mgfdm'} non corrigé 54,0 o - 4,9 49,1 44,8 p 3if70 53,6 o - 8,6 45,0 41,0 52,3 o - 11,3 41,0 37,0 J 47,9 o 98,6 146,5 147,9 P 37/70 F 48,0 o 116,7 164,7 157,8 48,6 o 93,6 141,6 143,3 G. C. - e) Sur a base de 'expériencc acquise on jugc que es méthodes offrent toutes es deux des avantages peut-etre compementaires. La simpicité de a méthode iodométrique, associéc avec a spécificité de a méthodc gaschromatographique pcut resoudre ccrtains cas particuiers pus doutcux et pus difficies à interpréter. On rémercie M. e Prof. L. Boniforti pour son àssistence précieuse et compétente dans es récherches gaschromatographiques. A nn. Jst. S up ~r. Sanità. (19n ) 8, 43~ '

8 ROSSI, SAXPAOLO ET GRAJ(ICCIONI 439 Résumé. - Les Auteurs exposent es résutats de a comparaison expérimentae effectuée, en ce qui concerne a détermination de 'huie reténue par 'echantion, au but de a détermination de a migration gobae dans es aiments gras, entre a méthode basée sur a m esure de 'indice d'iode et a méthode gaschromatograpbique par eux mise à point. Des dift'érents types de matières pastiques, de caoutchoucs et de ceophanes ont été soumis à 'examen. Les résutats sont tout à fait comparabes dans es cas où 'éehantion ne donne pas ieu à eonsommation d'iode. Dans es cas où ceà se réaise, a méthode gaschromatographique peut indiquer exactement si et dans quee mesure on doit affecter d'une correction es données de migration obtenues par a méthode iodométrique. On peut concure que es deux m éthodes peuvent bien s'intégrer, a prémière, pus simpe et repide, comme méthode courante, et a deuxième, pus spécifiquc, eomme méthode de rmérence dans es cas de doute. Summary (Metwds for the tktermination of goba migration in f atty.foods : comparison between iodometric and gaschromatographic methods). - The Authors present the resuts of the experimenta comparison b etween the method based on the measure of the iodine index and the gaschromatographic m ethod that was set up by themscves; object of the comparison was the determination of the amount of oi r etained by tbe sampe, after tbe determination of goba migration into fatty foods. Dift'erent types of pastic materias, rubbers and ccophanes were examined. The resuts are perfecty comparabe whcn the sampe does not consume iodine. When iodine consumption is present, the gaschromatographic m ethod can indicate whcther and to what e"'1:ent a correction has to be appied. I t can be concuded that the two methods can integrate each other; the first, simper and quiker, can be used as a routine method, and the seeond, which is more specific, can h e used as a rcferen ce method in un certain cases. REFERENCES ( 1 ) S AMPAOLO A., L. GRAMICCIONI, L. Rossr, G. E sposito & R. B INETTI. A nn. Isc. Super. Sanicd, (1972). (2) Bureaux nternationaux Techniques - Matières Pastiques - Commission «Anayses et Extraction», Doc. 71/1252 (1971). A nn. 1st. Super. Sanitd <:972) a, '32-39

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows Une introduction à anayse discriminante avec SPSS pour Windows Dominique DESBOIS INRA-ESR Nancy et SCEES 5 rue de Vaugirard, 7573 Paris Cedex 5. Fax : +33 49 55 85 00 Mé :desbois@jouy.inra.fr RÉSUMÉ :

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693 Informations techniques Transmetteurs et communication VEGAMET 8 VEGAMET 9 VEGAMET 64 VEGAMET 65 VEGASCAN 69 Sommaire Sommaire Description du produit.....................................................................................

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

ELECTRODISTRIBUTEURS SERIE 70

ELECTRODISTRIBUTEURS SERIE 70 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Pression monostable d utilisation: bistable pilotage externe Pression minimum de pilotage Température d utilisation Diamètre nominal Conductance C [Nl/min bar] Ratio critique

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

Recherche dans un tableau

Recherche dans un tableau Chapitre 3 Recherche dans un tableau 3.1 Introduction 3.1.1 Tranche On appelle tranche de tableau, la donnée d'un tableau t et de deux indices a et b. On note cette tranche t.(a..b). Exemple 3.1 : 3 6

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles E Chapitre I : appes générau. Chapitre 3 es câbes 38 Cacuer une structure : de a théorie à 'eempe Iustration au recto et photos ci-dessous : Mât haubané de mètres servant de soutien au tieu cassé de Doyon

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

UNICEF/96-0224/Toutounji

UNICEF/96-0224/Toutounji UNICEF/96-0224/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La prévention des accidents LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS Chaque année, 750 000 enfants meurent des suites

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013 Dossier / File P128500 - Document DE/1 - Page 1/6 Ce rapport constitue une extension du rapport de classement n M091439-DE/4 This report is an extension of the classification report n M091439-DE/4 CLASSEMENT

Plus en détail

NUANCE The experience speaks for itself

NUANCE The experience speaks for itself NUANCE The experience speaks for itsef Comparatif des soutions PDF Professiona Compatibiité Compatibe avec Microsoft Windows XP (32 bits), Vista (32 et 64 bits) et Windows 7 (32 et 64 bits) Compatibe avec

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

MAXI SPEED-ROLL Course à boules

MAXI SPEED-ROLL Course à boules Course à boules Notice de montage 1. Posez le jeu à plat sur une table. 2. A l aide de la clé de service, dévissez les vis qui maintiennent la plaque de plexiglas et déposez la. 3. Dévissez les 4 vis fixant

Plus en détail

Informations techniques. Ultrason Mesure du niveau dans des liquides et des solides en vrac/pulvérulents VEGASON 61, 62, 63

Informations techniques. Ultrason Mesure du niveau dans des liquides et des solides en vrac/pulvérulents VEGASON 61, 62, 63 Informations techniques Utrason Mesure du niveau dans des iquides et des soides en vrac/puvéruents VEGASON 6, 6, 6 Tabe des matières Tabe des matières Principe de mesure.......................................................................................

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Mode dʼemploi User guide

Mode dʼemploi User guide Mode dʼemploi User guide Urban Connexion Kit for Microsoft Surface Référence Urban Factory ICR32UF Introduction: Vous venez d acheter un kit de connexion Urban Factory pour Microsoft Surface, et nous vous

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description Super Range 71 Model SR71-15 SR71-A SR71-C SR71-E SR71-X SR71-USB Product Description 802.11a/n, Mini PCI, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, Mini PCI, 3x3 MIMO 802.11a/b/g/n, CardBus, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, PCI

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001, Dossier : Tensioactifs : savons et détergents

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001, Dossier : Tensioactifs : savons et détergents Savons : produits, marché et évolution des matières premières Soaps: products, markets and the development of raw materials Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001,

Plus en détail

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 Origin: Authority: Reference(s): Community Services Department Cafeteria Services and Nutrition Education Division Resolution #86-02-26-15B.1 POLICY STATEMENT All elementary

Plus en détail

TECHNOLOGIES DÉDIÉES À L USINAGE AÉRONAUTIQUE 2013-OC-F1 OUTILS «AÉRONAUTIQUE»

TECHNOLOGIES DÉDIÉES À L USINAGE AÉRONAUTIQUE 2013-OC-F1 OUTILS «AÉRONAUTIQUE» OUTIS «AÉRONAUTIQUE» AÉRONAUTIQUE 2013-OC-F1 TECHNOOGIES ÉIÉES À USINAGE PROGRAE E FABRICATION OUTIS «AÉRONAUTIQUE» SOAIRE ES OUTIS USINAGE 2-7 POUR USINAGE ES COPOSANTS E VOIURES & E STRUCTURE POUR ES

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations Règlement sur la forme des actes relatifs à certaines successions de bénéficiaires

Plus en détail

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Le gaz nature, a soution a moins chère et a pus rapide pour votre entreprise Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Les avantages financiers du changement au gaz nature Seon

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

ECO ECO. Probablement le chauffe-eau solaire le plus évolué du monde. Eco 200 / Eco 250 / Eco 300 / Eco 450 ENERGIE CATALOGUE 13

ECO ECO. Probablement le chauffe-eau solaire le plus évolué du monde. Eco 200 / Eco 250 / Eco 300 / Eco 450 ENERGIE CATALOGUE 13 co 00 / co 0 / co 00 / co 0 NR TOU O Probabement e chauffe-eau soaire e pus évoué du monde isponibe avec des capacités de 00 à 0 itres. Versions avec un ou deu panneau soaires, avec ou sans serpentin suppémentaire.

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE PHARMACIE HOSPITALIÈRE UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE BIOLOGIE CLINIQUE 1 DES PROGRAMMES

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis.

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis. La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 2 3/2/0 3:3:0 PM Système PBX IP hybride KX-TDA30 LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 3 3/2/0 3:3:02 PM TABLE DES

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter.

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter. Exonet - Ressources mutualisées en réseau Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Présentation Modules Activités Compétences ; Savoir-faire Description Ressources mutualisées

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v3 Date : 7 May 2014 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax: +49

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Material Banking Group Percentage Regulations Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) SOR/2008-163 DORS/2008-163 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud 2ème FORUM PROJECT MANAGEMENT PMI Sud Martine Savalle, PMP, IBM Savalle@fr.ibm.com PMI_SUD@hotmail.com MMS 1999/11 1 LA GESTION DES RISQUES MMS 1999/11 2 BIENVENUE Alain CHAVE Directeur de l ESINSA MMS

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM SLIM-Line efficaces & durables Solutions pour étiquettes efficaces & durables Papier Thermo Top SLIM Papier non couché SLIM Papier couché SLIM Etiquettes effic Solutions pour étiquettes SLIM-Line le nouveau

Plus en détail

de suivi et d évaluation de la participation des enfants

de suivi et d évaluation de la participation des enfants TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 Outis de suivi et d évauation de a participation des enfants Save the Chidren a des activités dans pus de 120 pays.

Plus en détail