Méthodes de détermination de la migration globale dans )es aliments gras: eomparaison entre la méthode iodométrique et gas-ehromatographique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes de détermination de la migration globale dans )es aliments gras: eomparaison entre la méthode iodométrique et gas-ehromatographique"

Transcription

1 Méthodes de détermination de a migration gobae dans )es aiments gras: eomparaison entre a méthode iodométrique et gas-ehromatographique L. ROSSI, A. SAMPAOLO et L. GRAMICCJONI Laboratoires de Chimie, Istituto Superiore di Sanità, Rome, Itaic Dans un rapport séparé ( 1 ) nous avons précisé a nécessité d'une méthodc de détermination de a migration gobae des matériaux différents orsqu'is sont pacés en contact avec dcs denrées aimentaires graisses. A ce but certaines méthodes ont été proposées et en particuier une méthode a fait objet d 'étudc et dc controe expérimentac par a Commission «Anayscs et Extraction» d es Bureaux nternationaux Techniqucs - Matières Pastiques ( 2 ). Bien quc nous n 'avons pas participé d'une façon directe aux travaux coaboratifs dans a Commission ci-dessus, nous avons égaemcnt expérimenté a méthode proposée, en 'appiquant à ccrtains types de caoutch ouc et de matièr cs pastiques. Par conséquent on a pu eonstater que a méthode exige a standardisation pus poussée et détaiée, étant donné que de 'uniformité ahsouc des modaités opératoires déeouc a possibiité dc minimiser a variahiité remarquabe des résutats qu'on pcut obtenir. Pourtant, on a d 'ahord vérifìé expérimentacmcnt a m éthode proposée, en particuier en r apport aux points suivant : - pré-conditionnément d c 'échantion à examiner; - modaités dc contact de 'éehantion avec 'huie de tourneso; - extraction par sovant et détermination iodométriquc dc 'huie ahsorbée par 'échantion; - réproductihiité des résutats dans a détermination de 'huie au moycn du dosage de 'index d'iode; - infuence de 'essai témoin (échantion mis en eontact directement avee e sovant) sur es r ésutats de a migration gobae. On a considéré aussi 'éventuaité que 'échantion contient des suhstanees capabes de r éagir avec 'iode et que ces substances peuvent etre Ann. at. Supcr. Sanità (1.972), '

2 ROSSI, SAM'AO ~ O E T GRAMICCIONI 433 cédées d 'une manière différente à 'huie et au sovant respectivement, peut-atre en raison de différents phénomènes de gonfement de ' échantion. Dans ces cas a détermination de a migration gobae, utiisant a mésure différentiee de 'index d 'iode, peut r ésuter atérée. C'est pour ccà qu'on a étudié a possibiité de substituer a détermination iodométrique de 'huie par a détermination gaschromatographique, basée sur un composant de 'huie. I s'agit d 'une méthode ayant une spéciìcité pus marquée et par conséquent i résute raisonahe juger que a possibiité d'interférences possibes soit effectivement imitée. Pourtant, es rechèrches effectuées pour comparer a méthode iodométrique et a méthode gaschromatographique ont suivi e schéma ci-après:. PHASE COMMUNE DETE RMINATION IODOMETRIQUE - 3. DETE RMINATION GASCHROMATOGRAPHIQUE -4. COMPARAI SON DES RESULTATS. Phase commune (Prise d'essai, pré-conditionnement, contact, extraction de 'huie ab:.orbée). En généra, Ics indica tions fournies par a m éthode proposée ( 2 ) on t été trouvées vaabes. Pourtant, au dcà de ces indications à, on peut noter Ics remarques suivant : a) Prise d'essai. E tant donnée a différente nature ces matériaux à cxaminer, au icu d'assumer a référencc d'un échantion de 10 grams, sdon es dernières suggestions confìdentiees de M. Paière, serait pus opportun de prévoir que e matériau en examen est coupé en 4 morceaux de dimensions 2,5 X O cm, qui sont rincés à 'eau distiée et essuyés au papier-fitre et ensuite pésés. Le avage n'est pas opportun dans es cas de ma tériaux absorbant 'eau. b) Pré-conditionnement. Dans certains cas, à savoir es poyamidcs et es peimùes ou feuies cejuosiques pouvant absorber humidité, e préconditionncment peut jouer un roe qu'on ne doit pas négiger. Pour d'autres matériaux, t es que e poyéthyène, poypropyène, poyst yrène, e préconditionnement est r ésuté tout à fait superfu, parce que son infuence maximae est t oujours au dessous ces erreurs expérimentaux. Dans e cas du caoutchouc 'infnence du pré-conditionnement est variabe seon e type en examen. Pourtant on peut concure que, en principe, i faut prévoir e préconditionnement de 'échantion d 'anayse, au hut de normaiser ' humidité, sauf a facuté de n'en tenir pas compte pour es matériaux dont 'absorption d'humidité de 'ambient est pratiquement nue. 9. H t11. U t. Super. Sa nitì 1:977) 8,

3 D ETER3fT~ATON Of' CLOBAI. MICI!A110'i c) Contact entre 'écwntion et L"hui'. Au but c.c norroaiser e& mo (ait.és oporatoircr; on jugc néc~ss nirc dc préciscr t rapport surfacefvottm r: cn d'autr <' t ermcs, a surfncc totae dc 200 cro 2 est mise en contact a\'c< 100 mi d'btùc do tourncso. Pourtant. dan" ccs conditions, e rapport sur faccfvoumc est éga à 2. Lorsquc a durée du contact est décou1~c (10 jours à 4()0C), es 4 mor ceaux sont soigneuscment cssuyés au papier-fìjtre "h.atman o. L Si OLL a adopté e pré condition.ncmcnt a u préaabc, on doit e répétcr dans <. H memcs conditiom: iniiquét s ci-de... su!' et en uite e 4 morccaux ;.ont pésés ensembe. d) Extmction de 'hie absorbe par 'écwntion. E tant donnf: 'iutéré i extrajrc, autant que possih, scuement 'huie, on a pu confir mcr qu'i est pus opportun adopter comme sovant d 'extraction e trichjore-trifuoréthanc au icu du tétrachorurt dc- CRrbou. qui pcut cxtrair' une quantité pus argc dc composants. Pourtant, cs morccaux ont été wj., dan.s un t fìoe, cn contact :n cc 100 m do sovant et soumis à 'agitatiou automatique pcndant 48 h cttrcs. On a pu constacr qu unc cxtraction, cn généra, est suffisante, sauf ccrtain cas, tc!-> quc t caoutcbouc, dans esqncb 'extraction doit étrc répétéc jusqu 'à rabs('i.('(' d e 'hui dan& 'extrnit. Dans ces cas on rrunit cs cxtraits. A part. on Joit cffcctucr 'extrartion paraèh, dans e. meme.. con ditions adoptécs pour 'échantìon après contact avec 'huic, sur un éd1au tion tt<moin. 2. Déwrmination iodométriqtte de 'huie absorbée por 'échantion. On a obscrvé entièremcnt e~ m oda itt~s indi4uécs dnns a méthodc proposéc. Au but de a comparaison vouuc, a moitié dc 'cxtrait a été réser vf.e pou:r a détcrmination gaschromatographique. 3. Détumination 8aschromatograptique de 'huie absorbée por 'échantion. a) Préparation des esters méthyiques des acides gras. (Toute a ver rerie doit etrc avée soigncusement au préaabc avec éther dc pétroc). toitié de 'extrait n été évaporéc dans un évaporateur rotati! sous vide d'cau, à 40oC. Le résidu a été répris par 10 mj dc soution 4 % (p/p) d'acide sujfurique cn méthano. On a fait bouiir à réfux pendant 3 heures. Le réfrigérant était fourui d 'essiccatcur à ge dc siice. La sout ion a été transférée <e a fioe d'évaporation dans W étan noir fourni dc robinet en poytét rafuorétyène, en ajoutant 100 m d'eau distiée. L'cxtraction a été effectuéc deux fois à 'aide d'éther de pétroe Ann. at. Super. S11111!A (:972), 43:! 430

4 BOSSI, SAXPAOLO BT CBAXICCIONI 435 (p.eb. 30-SOOC), cbaque fois avcc 25 m1 de sovant, avec agitation à main de 3 minutes. Les soutions d'étber r éunies dans un étannoir ont été avées avec 4 aiquotes successives de 20 m d'cau distiée. J.es dcrnières traces d'eau ont été éiminées en ajoutant dans 'étannoir 3-4 g dc suphate de sodium anhydre. La soution d'éther a été transférée dans une fio e ù évaporatioo, cn ajoutant 10 m d'éther au but de aver 'étannoir. Dc nouvrau on a 1:Jiminé e sovant à 400C, sous vide d'eau. ~ o... Q,... ~ ;:, Q. ~ -~ {)... o Q, ~ :f: {) '" v "' ";:, c:r- f -;;; Q. ";:, ~ {) <: ù "' '""' Q, ;:,.!: '" o Q,.~ v.,... U F ig.. - GaKbromato~ramrne des estrrs mfthyiques des ocidcs gros. O m1n Le rf. idu a été répris avec tm voume d'éthcr de pétroe (p.eb C) tc que a concentration ùe 'bue soit de 1/mg/m environ. Une déterrnination préiminaire gaschromatogr aphiquc peut oriener sur a diution opportune.

5 4-36 DETEJfiNA.TION OF CLOBAL XIGRATION b) Dosage gaschromatographique. La soution d 'éther de pétroe a été soumisc au dosage gaschromatographique dans es conditions suivant: Coonne : en accier inoxydabe, 2,5 mm X 3 m rempie avec succinate de diéthyèmegyco20% sur gas-chrom P AW, mcsh. Detector: ionisation dc famme. Températures : coonne 195oC. injectcur 3200C. détector 1550C. Gas de transport : heium, 25 m/min. Voume de soution injcctée : 3 p.. Le dosagc de 'huie est obténu en utiisant un des esters méthyiques, à savoir 'ester m éthyique de 'acide inoéique, dont e pourcentage dans 'huie de tourneso adoptéc a été déterminé à part. Dans a Fig. on reporte, a titre d 'exempe, un des gaschromatogrammes obtenus. 4. Comparaison des resutats obtenus par es deux méthodes de détermination. a) Reproductibiité dans a détermination de 'huie en soi-méme. On a préparé une soution contenant 10 mg d'huie de tourneso par m. De cette soution, 5 aiquotes de m ont été examinées par iodométrie et 5 aiquotes de m ont été examinées par gaschromatogrape. Les résutats respectifs son donnés dans e Tabeau. TA.BLEAU Reproductibiité de a détermination de 'huie en eoi-meme, par iodométrie et par guchromatographie 1- HtiiLE PaUt"fTJ! nf8 JonoMf1»Jit GA!C8R4. MATOC&APWt"': O IO ,9 126,9 139,6 139,6 139,6 290,0 283, 5 280,8 286,2 286,2.~oyenne ± D.S. 134,5 ± 3,1 285,3 ± 4,8 A nn. 1 1t. Supcr. Sanitd (1.97Z, t32~ 39

6 ROSSI, SAMPAOLO ET GRAiiCCIONI 437 De ces résutats on peut rééver que es deux méthodes donuent une vaabe réproductibiité et qu'eotr'ees i n'y a pas une difi'érence r emnrqunbe au oiveau de 'huie considéré. Cependant, a méthode gaschromatographique permet de déterminer des quantités d'huie meme inférieures à 0,1 mg, ce qui n'est pas possibe nvec a méthode iodométrique, meme si on adopte des soutions 0,01 N. b) Détermination de a migration gobae. Les deux méthodes de détermination ont été appiquées à des types difi'érents de matières pastiques et de caoutchouc. Les déterminations ont été effectuées sur des aiquotes des memes cxtraits obténus seon e point ci-dessus. Les résutats respectifs sont incw dans e Tabeau 2. Doonées de migration gobae daoji 'bue de tourneso, IO jour à 400C V aeurs moyenues ± sém.idispersion max. ; entre crochet& e nomhre des déterminotions eectuées ECRAN 'r LLON Er.u sssua m m )fic An O:< CLo u.a (m fdm') M. &&Seuomoto' r hiquc )1. iodom~trique P oyèthyhe b. d. 0,5 ( ) 10,5 ± 2,8() u. d. Poypropyène 0,5 1, 2 ± 0,6 (3) 1,3 ± 0, 6 (3) ABS 1,0 4,6 ± 0,6 (5) 3,0 ± 1,6 (5) CeUophane. 0,04 7, 4 ± ' 7 (6) 6,6± 1,3 (6) Poystyrène crista 0,4-1,3 ± 0,6 (2) 1,9 ± 0, 5 (2) Poyatyrène choc. 0,4-1,5 ± 0,5 (2) 0,5 ± 0, 5 (2) Cooutchouc P37/ 70 (n.itrie butad.) Co~;~cho~c.PS7 Ì1oF. (~v~c.pht~a~ 0,5 < > 45,0 ± ~.o (3) H,O ± 3,9 (3) 1 tee) ( ) ,5 ( ) 150,9 ± 11,5 (3) rja9, 7 ± 1,2 (3) 1 i_ ( ) DILI1 ""' eu oo n'a pu t~rw comp~ de E. bie quo E * O ('). ( ) Dana eu cas on a efj'eetu6, au deu de a prfmju.. e.s tracioo, d'autru eauactiom, chacuno do 2 :tru~ a\ eo SO m de to-va:nt; 80% de 11:mi1e totae: av11it 8t' extrait d.aju a pr601ibe es:r t tio. Considérations généraes Au dcà des considérations déjà faites en rapport aux points particuiers traités, en ce qui concerne a phase commune (prise d'essai, préconditiounement, contact, extraction), d'un point de vue généra i st:m be justifìé d'attirer 'attention sur d'autres considérations. à savoir : a) Les deux méthodes de détermination de 'huie montrent une correspondance significative. La méthode iodométrique est sans doute pus vite et pus simpe. La méthode gaschromatographique est pus spécifique t.nrc. J at. Super. Sanit.:\ ) 8, ~

7 438 DETERMINATJON OF CLOBAL :&IIGJIATION et rcstrcint beaucoup a possibiité de substances intcrférantes, c'est-à-dire peut donncr des résutats pus certains. b) En particuicr, avec a méthode de 'index d 'iode i y a incertitude dans es cas où 'extrait témoin consomme dc 'iode (E :f: 0), parcc qu'on ne peut pas etre certains si a correction doit etre appiquée ou non; et, dans 'affirmative, en quee mésure étant donné qu'on ne peut pas savoir si es substances consommant iode migrcnt ou non m emc dans 'huic. c) La méthode gaschromatographique peut resoudre cettc inccrtituùe, justcmcnt en raison de sa spécificité, basée sur a détermination de 'acide inoéiquc, sous forme de son ester méthyiquc. Dans tous es cas cxaminés es cxtraits des échantions témoins n 'ont jamais donné des piques interférants et en tout cas, meme si cette éventuait é très improbabe se vérifiat, i serait toujours possibe dc choisir 'ester méthyiquc d'm autrc acide gras pour déterminer 'huie. d) C'est pour ceà que, sur a base de a eomparaison avee es résutats gaschromatographiques, nous avons eu a possibiité de décider qh" pour Ics échantions de caoutchouc examinés (Tabeau 2) on ne devait pas apporter a corrcetion, bien que E :f: O. En effct, ce-ci résutc très cairement du Tabeau 3. i i i!! TABLEAU 3 Infuence de a correction E sur a migration M, seon a méthode iodométrique et gaschromatographique E CB.\NT ILLOX E (mgfd m') oùométrie c. c. eorrigé odométric \1 (mgfdm'} non corrigé 54,0 o - 4,9 49,1 44,8 p 3if70 53,6 o - 8,6 45,0 41,0 52,3 o - 11,3 41,0 37,0 J 47,9 o 98,6 146,5 147,9 P 37/70 F 48,0 o 116,7 164,7 157,8 48,6 o 93,6 141,6 143,3 G. C. - e) Sur a base de 'expériencc acquise on jugc que es méthodes offrent toutes es deux des avantages peut-etre compementaires. La simpicité de a méthode iodométrique, associéc avec a spécificité de a méthodc gaschromatographique pcut resoudre ccrtains cas particuiers pus doutcux et pus difficies à interpréter. On rémercie M. e Prof. L. Boniforti pour son àssistence précieuse et compétente dans es récherches gaschromatographiques. A nn. Jst. S up ~r. Sanità. (19n ) 8, 43~ '

8 ROSSI, SAXPAOLO ET GRAJ(ICCIONI 439 Résumé. - Les Auteurs exposent es résutats de a comparaison expérimentae effectuée, en ce qui concerne a détermination de 'huie reténue par 'echantion, au but de a détermination de a migration gobae dans es aiments gras, entre a méthode basée sur a m esure de 'indice d'iode et a méthode gaschromatograpbique par eux mise à point. Des dift'érents types de matières pastiques, de caoutchoucs et de ceophanes ont été soumis à 'examen. Les résutats sont tout à fait comparabes dans es cas où 'éehantion ne donne pas ieu à eonsommation d'iode. Dans es cas où ceà se réaise, a méthode gaschromatographique peut indiquer exactement si et dans quee mesure on doit affecter d'une correction es données de migration obtenues par a méthode iodométrique. On peut concure que es deux m éthodes peuvent bien s'intégrer, a prémière, pus simpe et repide, comme méthode courante, et a deuxième, pus spécifiquc, eomme méthode de rmérence dans es cas de doute. Summary (Metwds for the tktermination of goba migration in f atty.foods : comparison between iodometric and gaschromatographic methods). - The Authors present the resuts of the experimenta comparison b etween the method based on the measure of the iodine index and the gaschromatographic m ethod that was set up by themscves; object of the comparison was the determination of the amount of oi r etained by tbe sampe, after tbe determination of goba migration into fatty foods. Dift'erent types of pastic materias, rubbers and ccophanes were examined. The resuts are perfecty comparabe whcn the sampe does not consume iodine. When iodine consumption is present, the gaschromatographic m ethod can indicate whcther and to what e"'1:ent a correction has to be appied. I t can be concuded that the two methods can integrate each other; the first, simper and quiker, can be used as a routine method, and the seeond, which is more specific, can h e used as a rcferen ce method in un certain cases. REFERENCES ( 1 ) S AMPAOLO A., L. GRAMICCIONI, L. Rossr, G. E sposito & R. B INETTI. A nn. Isc. Super. Sanicd, (1972). (2) Bureaux nternationaux Techniques - Matières Pastiques - Commission «Anayses et Extraction», Doc. 71/1252 (1971). A nn. 1st. Super. Sanitd <:972) a, '32-39

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S by S.p.A. Ipura 240/N Ipura 440/N Améiorez vos résutats avec IPURA, a nouvee technoogie du nettoyage à sec, qui utiise un sovant à hydrocarbure aiphatique à impact réduit sur 'environnement. Le processus

Plus en détail

Matériaux synthétiques pour contact direct avec l alimentation : Quel est l impact du récent Règlement (UE) 10/2011 pour les laboratoires?

Matériaux synthétiques pour contact direct avec l alimentation : Quel est l impact du récent Règlement (UE) 10/2011 pour les laboratoires? Matériaux synthétiques pour contact direct avec l alimentation : Quel est l impact du récent Règlement (UE) 10/2011 pour les laboratoires? Els Van Hoeck, Tina N Goy, Caroline Evrard et Fabien Bolle ISP,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA APPROCHE PLS : UE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA DETERMIATIO DES VARIABLES LATETES Mohamed HAAFI EITIAA / IRA, Unité de Sensométrie et Chimiométrie. Rue de a Géraudière, 4407 antes cedex 03, France.

Plus en détail

L olivier et les sciences

L olivier et les sciences nseignant 9.1 L oivi et es sciences Les fiches pédagogiques nseignant vous offrent un diaporama des principaes données sur oivi et es sciences. Notes La fiche Les outis nseignant vous propose des excices

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr INTERACTION HOMME-MACHINE 3 Madaina Croitoru IUT Montpeier 2 France croitoru@irmm.fr Design d'information Pendant a phase de design d'information, es objets et actions possibes d'un système sont représentés

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

Programmer une expérience en statistiques

Programmer une expérience en statistiques Programmer une expérience en statistiques En casse de seconde, simuation d une expérience aéatoire. On peut utiiser a cacuatrice pour simuer e ancer simutané de deux dés. Puis faire un programme pour que

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf I Terminale S Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf Objectifs : - Etablir un protocole et le réaliser afin d extraire un colorant et l identifier par spectroscopie UV-visible. - Utiliser la loi

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents)

Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents) Numéro d anonymat: 1 Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents) Sauf mention contraire en caractères gras,

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

«Une eau, trois possibilités!»

«Une eau, trois possibilités!» «Une eau, trois possibilités!» Edith ANTONOT (edith.antonot@ac-nancy-metz.fr) Cette séance de travaux pratiques a été réalisée avec des étudiants de BTS chimie première année en décembre 2013. Elle fait

Plus en détail

Smart Matrix Professional Machine de nettoyage pour Disques vinyles

Smart Matrix Professional Machine de nettoyage pour Disques vinyles Machine de nettoyage pour Disques vinyes Manue d Utiisation Fabriqué en Aemagne Hi-Fi Components cearaudio eectronic GmbH Spardorfer Str. 150 D-91054 Erangen Te. +49 9131/40300100 FAX +49 9131/40300119

Plus en détail

ANALYSE DE LIPIDES. Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman

ANALYSE DE LIPIDES. Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman ANALYSE DE LIPIDES Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman - 1 - 1. Introduction Dans cette expérience, nous allons nous intéresser aux lipides et plus principalement à leurs voies de synthèse dans

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

catalogue capsuleo - mbb - 0612

catalogue capsuleo - mbb - 0612 cataogue capsueo - mbb - 062 Citerne soupe pour a récupération et e stockage de 'eau non potabe. Nombreuses utiisations Stockage de 'eau non potabe (particuiers, professionnes, coectivités), défense incendie,

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Correction des exemples. Mathieu EMILY

Correction des exemples. Mathieu EMILY Correction des exemples Mathieu EMILY Novembre 2005 Table des Matières Exemple_Exercice 1 Page 2 Exemple_Exercice 2 Page 3 Exemple_Exercice 3 Page 5 Exemple_Exercice 4 Page 6 Exemple_Exercice 5 Page 7

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg

NOTE TECHNIQUE N 5. Comparaison des résultats obtenus par ICP/MS avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Hg NOTE TECHNIQUE N 5 Comparaison des résultats obtenus par avec les autres techniques d analyse pour Fe, Ti et Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais

Plus en détail

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 Notice installateur Respectez la nature et la longueur des câbles. Respectez la polarité des raccordements. L installation doit respecter les exigences de la norme NF

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

07 Mesurage des appareils de correction auditive

07 Mesurage des appareils de correction auditive 07 Mesurage des appareils de correction auditive Sommaire 1. Introduction... 1 1.1. Evaluation subjective:... 1 1.2. Mesurage objectif:... 2 2. Pourquoi faire des mesurages objectifs?... 2 2.1. Fabricant...2

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

OLYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES ACADÉMIE DE NANCY-METZ OLYMPIADES ACADÉMIQUES DE MATHÉMATIQUES Session 2011 Séries S et STI Durée : 4 heures L usage d une calculatrice est autorisé. Les candidats doivent traiter les quatre exercices.

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Gaine flexible annelée PLIOWELL

Gaine flexible annelée PLIOWELL Gaine fexibe anneée PLIOWELL PLIOWELL SES-STERLING vous propose une gamme compète de gaines fexibes en différentes quaités de matière et d épaisseur de paroi répondant à tous es domaines d utiisations

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de

Plus en détail

GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP)

GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL DGP/25-WP/25 31/8/15 GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP) VINGT-CINQUIÈME RÉUNION Montréal, 19 30 octobre 2015 Point

Plus en détail

Marketing & Perspectives. Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com

Marketing & Perspectives. Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com Marketing & Perspectives Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com Topics 1. Atouts majeurs de l Ecolabel européen 2. L Ecolabel européen comme partie intégrante du marketing de

Plus en détail

Restauration moto. Polissage des pièces en Aluminium

Restauration moto. Polissage des pièces en Aluminium Restauration moto Polissage des pièces en Aluminium Avertissement Ce document décrit ce que j ai fait avec les connaissances et les outils dont je dispose. Il ne constitue donc pas une référence absolue

Plus en détail

TP 11: Réaction d estérification - Correction

TP 11: Réaction d estérification - Correction TP 11: Réaction d estérification - Correction Objectifs : Le but de ce TP est de mettre en évidence les principales caractéristiques de l'estérification et de l'hydrolyse (réaction inverse). I ) Principe

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4 PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CONSOLIDATION OF CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF

Plus en détail

Stratégies de synthèse organique

Stratégies de synthèse organique Chimie rganique Stratégies de synthèse organique La synthèse organique est une discipline dans laquelle de nombreux paramètres sont à prendre en compte afin d obtenir des produits purs avec de bons rendements,

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Les Plus Belles Chansons, France Gall, Warner France, 1994 (amazon.com).

Les Plus Belles Chansons, France Gall, Warner France, 1994 (amazon.com). Page 1 of 7 LESSON PLAN Teacher: Bob Ponterio School: SUNY Cortland LESSON TITLE: : DO commands LESSON SKILL TARGETED: Direct object commands (PACE) CLASS LEVEL: FRE 102-2nd semester beginning French TARGETED

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs

Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs Profitez peinement des offres Lexmark A4 Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs Queques rappes importants au sujet des Lexmark A4 Les mutifonctions A4 sont es pus nombreux sur e marché

Plus en détail

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15 Physique générae I Examen Janvier 014 Prof. J-Ph. Ansermet 0 janvier 014-1h15-15h15 Nom : Prénom : N Sciper : A. L anneau et e ressort (4/10 points) Un objet de masse m, considéré comme un point matérie

Plus en détail

Matériaux de construction

Matériaux de construction Soutions et systèmes de marquage et de codage Matériaux de construction 2 Avec des temps de fonctionnement quasi constants, des environnements poussiéreux et des températures extrêmes, vous avez besoin

Plus en détail

TD de statistique : introduction à R

TD de statistique : introduction à R TD de statistique : introduction à R Jean-Baptiste Lamy 11 octobre 2007 1 Introduction : pourquoi R? R est un logiciel pour l analyse statistique. C est un logiciel libre; il est disponible gratuitement

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX 99 100 1. Assistance aux réseaux pour l obtention de l accréditation 1.1. Programme ACQEN Le programme ACQEN a pour but de fournir des outils d assistance à l accréditation

Plus en détail

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD?

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Type d'activité Activité expérimentale ou évaluation expérimentale, type ECE Objectifs Pré-requis Conditions de mise en œuvre Liste du matériel, par

Plus en détail

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM SLIM-Line efficaces & durables Solutions pour étiquettes efficaces & durables Papier Thermo Top SLIM Papier non couché SLIM Papier couché SLIM Etiquettes effic Solutions pour étiquettes SLIM-Line le nouveau

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Extrait sec total. Extrait sec total

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Extrait sec total. Extrait sec total Méthode OIV-MA-AS2-03A Méthode Type IV Matières sèches totales (modifiée par résolution OIV-Oeno 387/2009) 1. Définition L'extrait sec total ou matières sèches totales est l'ensemble de toutes les substances

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

La molécule de vanilline possède plusieurs groupes caractéristiques. Après avoir recopié la formule de la molécule sur votre copie, entourer et

La molécule de vanilline possède plusieurs groupes caractéristiques. Après avoir recopié la formule de la molécule sur votre copie, entourer et BAC S LA VANILLE La vanille est le fruit d'une orchidée grimpante, le vanillier, qui a besoin d'un climat tropical chaud et humide pour se développer. On la cultive à Madagascar, à Tahiti, à La Réunion,

Plus en détail

QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS)

QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS) QUI A TUE PAMELA ROSE (TESTS DES IONS) classe : troisième durée : 1h30 Travail préparatoire sur les tests des ions : (réalisé en classe et noté au tableau, sans traces pour les élèves à ce stade.) Il est

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

MESURES ET INCERTITUDES

MESURES ET INCERTITUDES MESURES ET INCERTITUDES OBJECTIFS DE CE CHAPITRE : Savoir exprimer une mesure avec le bon nombre de chiffres significatifs. Savoir arrondir le résultat d un calcul avec le bon nombre de chiffres significatifs.

Plus en détail

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut Extraction d un liquide et isolement du liquide brut 1- Isolement d un liquide : Pour retirer un liquide contenu dans un milieu réactionnel on peut : Hydrodistiller Le principe consiste à extraire le liquide

Plus en détail

An Act to Amend the Provincial Court Act. Loi modifiant la Loi sur la Cour provinciale BILL 16 PROJET DE LOI 16

An Act to Amend the Provincial Court Act. Loi modifiant la Loi sur la Cour provinciale BILL 16 PROJET DE LOI 16 2003 BILL 16 PROJET DE LOI 16 An Act to Amend the Provincial Court Act Loi modifiant la Loi sur la Cour provinciale Her Majesty, by and with the advice and consent of the Legislative Assembly of New Brunswick,

Plus en détail

IEC CEI IEC 811-3-2 NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD

IEC CEI IEC 811-3-2 NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD CEI IEC 811-3-2 1985 AMENDEMENT 1 AMENDMENT 1 1993-09 Amendement 1 Méthodes d'essais communes pour les matériaux d'isolation et de gainage des câbles électriques

Plus en détail

(Texte présentant de l intérêt pour l EEE) Version Consolidée

(Texte présentant de l intérêt pour l EEE) Version Consolidée RÈGLEMENT (UE) N 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière plastique destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires (Texte présentant de l intérêt

Plus en détail

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL

OLYMPIADES REGIONALES de LA CHIMIE - XX ème édition PROTOCOLE EXPERIMENTAL UNIVERSITE DE CAEN 2004-03-03 LYMPIADES REGINALES de LA CHIMIE - XX ème édition PRTCLE EXPERIMENTAL Durée 2 h Au début du XX ème siècle, l industrie des produits cosmétiques connaît un développement exponentiel.

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

CHAPTER2. Le Problème Economique

CHAPTER2. Le Problème Economique CHAPTER2 Le Problème Economique Les Possibilités de Production et Coût d Opportunité La courbe des possibilités de production représente (CPP) représente la limite entre les différentes combinaisons en

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail Appuis & Seuis La quaité jusque dans e moindre détai.08 Les appuis de fenêtre Weser sont conformes à a norme Appuis NF P 98-052. La marque NF dont bénéficient es appuis pressés sont a garantie de eur conformité.

Plus en détail

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD Première édition First edition 1987-12 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section trois Prescriptions

Plus en détail

Voiture Jouet sur un plan incliné

Voiture Jouet sur un plan incliné Voiture Jouet sur un plan incliné Le but de l'expérience est d'explorer les notions élémentaires pour un corps en mouvement sur un plan incliné. On enregistrera puis on analysera les données relative à

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Consumer Products Containing Lead (Contact with Mouth) Regulations

Consumer Products Containing Lead (Contact with Mouth) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Consumer Products Containing Lead (Contact with Mouth) Regulations Règlement sur les produits de consommation contenant du plomb (contact avec la bouche) SOR/2010-273

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Pour chaque partie, la grille permet d apprécier, selon quatre niveaux, les compétences développées dans le sujet par le candidat. Pour cela, elle s appuie sur des indicateurs traduisant

Plus en détail

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a.

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a. RELAIS STATIQUE I Relais compact avec radiateur intégré Réduction de la taille du relais grâce à une conception optimale du radiateur Montage par vis ou sur rail DIN Réduction du câblage lors du montage

Plus en détail