UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN LETTRES ET COMMUNICATION SOCIALE PAR MARIE-EVE CARIGNAN LA CONSTRUCTION SOCIALE DE LA RÉALITÉ, VIA LES BULLETINS D'INFORMATION TÉLÉVISÉS EN FRANCE ET AU QUÉBEC: LE CAS DE TF1, FRANCE 2, RADIO-CANADA ET TV A JANVIER 2008

2 Université du Québec à Trois-Rivières Service de la bibliothèque Avertissement L auteur de ce mémoire ou de cette thèse a autorisé l Université du Québec à Trois-Rivières à diffuser, à des fins non lucratives, une copie de son mémoire ou de sa thèse. Cette diffusion n entraîne pas une renonciation de la part de l auteur à ses droits de propriété intellectuelle, incluant le droit d auteur, sur ce mémoire ou cette thèse. Notamment, la reproduction ou la publication de la totalité ou d une partie importante de ce mémoire ou de cette thèse requiert son autorisation.

3 11 Sommaire La communication joue un rôle central dans les rapports entre individus et dans la compréhension du monde. L'apparition des médias modernes d'information a non seulement conduit à un accès plus large et varié au savoir et à la nouvelle, mais également à une redéfinition des rapports entre individus, indépendamment du contexte spatio-temporel. La recension des écrits réalisée dans le cadre de ce mémoire mettra à jour les questionnements sur l'apport des médias au savoir et exposera les différentes opinions quant à l'impact des médias sur les individus spectateurs, qui divisent les théoriciens relativement à la portée des journaux d'information sur la représentation sociale des individus. Toutefois, tous s'accordent sur l'impact social de plus en plus marqué de ces bulletins d'information télévisée, malgré une baisse de l'audience télévisuelle et des bulletins de nouvelles au profit des nouvelles technologies. Les journaux télévisés demeurent très influents pour leur auditoire, particulièrement pour les grands décideurs et les politiciens, ainsi que sur le contenu des informations présentées sur les sites Internet des médias. À cet effet, il devient intéressant de comparer les journaux télévisés entre eux et dans les différentes sociétés, afin d'évaluer la façon dont ces sources sociales d'information sont présentées aux divers publics. Plusieurs théoriciens ont mis au point des techniques permettant d'analyser les médias ou les divers moyens de communication. Parmi celles-ci, la théorie de l'incubation de George Gerbner renferme des outils d'analyse qui permettent de définir de façon complète les éléments de contenu présents à l'intérieur des différents types d'émissions

4 III présentées sur les chaînes de télévision et d'établir des corrélations entre eux. Ce cadre théorique a donc été adapté à la nouvelle, afin d'appliquer une grille d'analyse permettant de définir la façon dont les divers médias présentent la réalité au public et de décomposer le contenu des différents bulletins d'information. Le présent mémoire cherche donc, dans un premier temps, à adapter une grille d'analyse aux bulletins d'information télévisés, à l'aide des outils existants. évalués lors de la recension des écrits, dans le but d'analyser un corpus de journaux télévisés français et québécois pour en faire ressortir le concept de construction sociale de la réalité dans les médias. Dans un deuxième temps, ce mémoire soumettra un échantillon de téléjournaux français et québécois à cette grille d'analyse, afin d'observer les sujets présentés sur les chaînes à l'étude et d'analyser certains indicateurs de la construction de la nouvelle et de son contenu. Cette analyse conduira à l'amorce d'un processus de comparaison entre les journaux télévisés en France et au Québec, permettant de mettre à jour les éléments qui présentent des différences et des similitudes au niveau du traitement de la nouvelle quotidienne, d'une chaîne à l'autre et d'un pays à l'autre et de débuter l'identification de certains des procédés marquants de chacune des chaînes au niveau de la représentativité de la réalité sociale. La présente recherche comprend une période d'étude sur le territoire français, de même que sur le territoire québécois, afin d'élargir la recension des écrits, de compléter la collecte des dollilées sur le terrain et d'évaluer sommairement l'impact des médias

5 IV étudiés sur leur milieu et leur public. Ce projet s'est poursuivi dans l'optique de créer des outils complets, permettant une évaluation plus poussée, ultérieurement, des similitudes et des différences dans la façon de présenter la réalité sociale, à l'intérieur des journaux télévisés, en s'appuyant sur des médias, en France et au Québec, disposant de structures de propriété similaires, soit France 2 et Radio-Canada, TF1 et TVA. Sept journaux d'information télévisés ont été analysés pour chaque chaîne à l'étude, c'est-à-dire un pour chaque jour de la semaine, suivant une période de sept semaines, située entre mars et mai En tout, 28 journaux ont été codés et comparés. Chacune des séquences des journaux a été codée. Les résultats et les indicateurs étaient considérables, soit plus de variables. Ainsi, les résultats de l'étude, de même que la discussion, se sont orientés autour des principaux éléments constituant l' opérationnalisation de la variable principale à l'étude, soit la construction sociale de la réalité. Ces critères ont permis l'émergence de résultats intéressants, tant dans leurs divergences que leurs ressemblances, au plan de la forme du bulletin de nouvelles, du traitement de l'information et des thèmes abordés. Quant à la forme des journaux télévisés, nous aurons observé qu'indépendamment de la présence de publicités dans les bulletins québécois et de leur absence dans les bulletins français, la durée totale moyenne du journal télévisé de Radio-Canada (SRC) en fonction de la longueur de chacune des séquences était la plus longue, suivie des journaux français; alors que TV A présentait le bulletin le plus court de tous, marqué par davantage

6 v de publicités. Les résultats ont également démontré que le traitement de l'information semblait fait de façon plus traditionnelle en France qu'au Québec, avec un chef de pupitre seul en studio, sauf lors d'exceptions majeures, et des reportages conventionnels présentés, de façon générale, par un reporter en voix hors-champ. De plus, les couleurs dominantes de la chaîne étaient les mêmes pour chacune des stations de télévision publiques ou privées et donc, la couleur prédominante semblait liée à la structure de propriété médiatique. Nous avons également observé, au niveau de la forme du bulletin de nouvelles, que les femmes ont encore une place à prendre dans le milieu de l'information, alors qu'elles ne sont majoritaires que sur les ondes de la SRC. Nous constatons le même phénomène pour les membres issus de minorités ethniques, qui étaient représentés uniquement en deux occasions et ce, pour la totalité des émissions analysées. Ces résultats permettent également d'observer que les professionnels de la. nouvelle occupent davantage un rôle visible dans les journaux québécois, où les journalistes intervielment à plusieurs reprises, sont beaucoup plus présents et jouissent parfois d'une mise en valeur marquée, particulièrement sur les ondes de TV A, puisque la chaîne reçoit des journalistes comme invites et présente des prix qui mettent en nomination des professionnels de l'information œuvrant sur la chaîne. Un autre résultat marquant de cette étude sera le côté auto centriste de l'ensemble des bulletins de nouvelles, dont le sujet principal était la politique interne. De même, la majorité. des sujets présentés en manchette touchaient la politique nationale, les protestations ou contestations contre le gouvernement, ou les crises à l'intérieur du pays.

7 VI Les principaux thèmes abordés étaient donc liés à la politique, qui occupait une place d'avant-plan sur toutes les chaînes. Ce sujet était suivi en importance par le thème des droits et libertés, principalement au niveau des droits légaux et du droit au travail, qui. était marqué dans le débat sociétal en France au moment de l'étude en raison de l'adoption de la loi sur lecontrat première embauche (CPE). Le troisième sujet le plus occurrent dans l'ensemble des bulletins était l'économie, principalement l'économie inteme, révélant encore une fois le côté autocentrique des bulletins d'information. Enfin, le thème des médias occupait une place d'avant-plan pour l'ensemble des chaînes à l'étude, mais d'une façon plus particulière sur la chaîne TVA, où les personnalités médiatiques de même que les actualités culturelles et artistiques étaient au cœur de l'actualité quotidiemle. Ces résultats ont permis d'observer certaines grandes différences, mals également certaines gr~ndes ressemblances, dans la façon d'aborder l'actualité et de reconstruire la réalité sociale à l'intérieur des journaux télévisés en France et au Québec. Vu le nombre considérable de variables et l'étendue possible de l'interprétation des résultats et des indicateurs codés pour cette étude, il serait des plus intéressants de l'appliquer à une étude plus approfondie. Il serait aussi pertinent de tenter d'appliquer cette grille d'analyse, avec les sujets que nous avons suggéré d'ajouter en conclusion, lors de situations de crises et de situations stables à l'intérieur d'un pays, de même qu'à des bulletins de nouvelles présentés aux heures de grande écoute aussi ~ien qu'à ceux qui

8 vii sont moins écoutés, pour en faire ressortir les différences et ressemblances dans cette façon de présenter socialement la réalité en France et au Québec.

9 Table des matières Liste des tableaux... ;... ix Liste des figures... x Remerciements; Introduction... ','... '... 2 Chapitre l : Cadre contextuel et problématique... 6 Chapitre II : Revue de littérature et cadre théorique Chapitre III: Méthodologie de la recherche Chapitre IV : Résultats Chapitre V : Discussion et interprétation des résultats Conclusion Références Appendices Appendice A Appendice B Appendice C Appendice 'D Appendice E...,

10 IX Liste des tableaux Tableau 1 Calendrieréchantillonal de la recherche Analyse de l'ensemble des séquences sur chacune des chaînes télévisées à l'étude Sujets principaux et durées des trois premières séquences de chacun des journaux télévisés Fréquence où les catégories principales ont été abordées dans les journaux télévisés pour chacune des stations de télévision à l'étude Vision d'ensemble des principaux résultats sur la chaîne TF1 relativement à la construction sociale de la réalité et aux dimensions d'ordre des nouvelles... ; Vision d'ensemble des principaux résultats sur la chaîne France 2 relativement à la construction sociale de la réalité et aux dimensions d'ordre des nouvelles Visi~n d'ensemble des principaux résultats sur la chaîne TV A relativement à la construction sociale de la réalité et aux dimensions d'ordre des nouvelles Vision d'ensemble des principaux résultats sur la chaîne Radio-Canada relativement à la constructi,on sociale de la réalité et aux dimensions d'ordre des nouvelles... 96

11 x Liste des figures Figure 1 Problématique découlant des diverses dimensions des écrits analysés en lien avec le problème de recherche Plan échantillonnai de la recherche Modèle de l'opérationnaiisation de la variable principale à l'étude Durée totale de l'ensemble des séquences présentées sur chacune des chaînes de télévision à l'étude Durée moyenne des séquences présentées sur chacune des chaînes télévisées à l'étude Nombre de professionnels de la nouvelle intervenant dans chacun des joumaux télévisés analysés, sur chaque chaîne à l'étude Nombre d'interventions des professionnels de la nouvelle de chaque sexe dans les bulletins d'infonnation à l'étude Rapport entre chacun des intervenants principaux interrogés pour l'ensemble des séquences présentées sur la chaîne TF Rapport entre chacun des intervenants principaux interrogés pour l'ensemble des séquences présentées sur la chaîne France

12 Xl 10 Rapport entre chacun des intervenants principaux interrogés pour l'ensemble des séquences présentées sur la chaîne TVA Il Rapport entre chacun des intervenants principaux interrogés pour l'ensemble des séquences présentées sur la chaîne de la SRC Angle de traitement des professionnels de la nouvelle de chacune des stations envers les pays mentionnés dans les séquences à l'étude Angle de traitement des professionnels de la nouvelle de chacune des stations à l'étude envers les groupes ou les individus liés aux pays mentionnés dans les séquences Angle de traitement des professionnels de la nouvellè de chacune des stations à l'étude envers le passé des pays mentionnés dans les séquences Angle de traitement des intervenants ou experts de la nouvelle sur chacune des stations à l'étude envers les pays mentionnés dans les séquences... ; Angle de traitement des intervenants ou des experts principaux interrogés dans chacune des séquences, envers les groupes ou les individus liés aux pays mentionnés Angle de traitement des intervenants ou des experts de la nouvelle de chacune dès stations à l'étude envers le passé des pays mentionnés à l'intérieur des séquences... 79

13 Remerciements L'auteure témoigne de sa gratitude, en premier lieu, à ses directeurs de recherche MM. Raymond Corriveau et Pierre Huard, qui ont su lui apporter leur soutien et leur présence tout au long de la rédaction du mémoire et qui ont collaboré aux nombreux projets accompagnant la réalisation complète des objectifs fixés au départ, ce qui supposait la supervision à distance lors des recherches en France. Ils ont également su manifester la souplesse nécessaire pour lui permettre de poursuivre parallèlement ses ambitions professionnelles au Conseil de presse du Québec. Je vous exprime mes sincères remerciements pour vos idées qui ont permis à ces nombreux projets de prendre forme et de s'organiser. L'auteure tient également à souligner la collaboration de personnes et d'organismes sans. qui la réalisation de ce mémoire n'aurait pas été possible: Mmes Hélène Fréchette et Mélanie Thomas, pour leur participation à la collecte des données en France et au Québec; M. Guy Drouot et L'Institut d'études Politiques d'aixen-provence, pour leur collaboration lors des recherches et de la rédaction sur le territoire français; M. Stéphane Perreault pour la formation au logiciel SPSS; les membres du Conseil de presse du Québec et Mme Nathalie Verge, pour leur compréhension relativement au temps exigé pour les travaux de recherche ainsi que pour leur disponibilité. Enfin, l'auteure tient à remercier ses proches qui lui ont apporté un soutien indéfectible, chacun à leur façon, tout au long de ce projet. Un remerciement particulier à M. Pierre Valois pour son appui et son assistance dans la maîtrise du logiciel Excel et pour la collecte des données en France, de même qu'à Mme Hélène Bourassa pour la révision de certains documents et pour ses précieuses idées.

14 Introduction

15 3 Introduction Depuis l'apparition des premiers joumaux télévisés, le paysage médiatique et le rapport qu'entretient la société avec ce média de masse ne cessent de se transformer. Bien que l'accessibilité de contenu du discours et de la forme des journaux télévisés ait favorisé une accessibilité grandissante au savoir et à la nouvelle, les questionnements face aux sources d'information, à la sélection des sujets, à la représentativité sociale ou à la neutralité des journalistes et des chaînes de nouvelles n'ont cessé de croître. Les recherches effectuées à ce jour, notamment du côté de la sociologie des médias et de la communication de masse, par des chercheurs tels Wolton, Bourdieu ou Neveu se sont ainsi multipliées et le niveau de confiance de l'opinion publique face à l'objectivité des nouvelles rapportées dans les journaux télévisés semble décroître constamment (Cordelier, 2006; Santi, 2006). Certains travaux insistent plutôt sur le fait qùe les nouvelles véhiculées par les médias font l'objet d'une sélection et d'une construction, selon un schéma défini. Ainsi, les joumalistes et les responsables des médias sélectionnent l'infonnation selon ce qu'ils considèrent être le plus important de la joumée (McCombs & Shaw, 1993). Cette sélection joue un rôle considérable sur la perception du public de l'actualité et de la société, ce qui contribue au principe de construction sociale de la réalité. L'une des plus grandes difficultés réside toutefois dans la complexité de l'analyse et de l'interprétation

16 4 de cette réalité construite, coexistant avec la réalité sociale quotidienne (Berger et Luckmann, 1986). Parmi les théories d'analyse du discours des médias, la théorie de l'incubation, mise au point par Georges Gerbner, permet d'observer en détails les éléments de contenu présents dans une émission télévisée et de comparer ceux-ci entre eux. Elle permet également de comprendre les effets de la télévision sur les spectateurs. Comme le précisait Judith Lazar (2001), cette théorie s'est surtout appliquée aux émissions de fiction, mais il serait intéressant de l'appliquer davantage aux émissions d'information, afin d'évaluer les effets de cette forme de conditionnement sur le public. Le présent mémoire se propose donc, suivant cette théorie, d'analyser en profondeur les bulletins d'information télévisés des deux grandes chaînes francophones en France et au Québec, c~s dernières possédant deux structures de propriétés similaires, soit une privée et une publique. Les bulletins analysés seront ceux présentés aux heures de grande écoute, selon des journées sélectionnées au préalable. Ce mémoire aura donc comme double objectif d'adapter une grille d'analyse aux bulletins d'information télévisés,.à l'aide des outils existants évalués lors de la recension des écrits, en s'appuyant sur la théorie de l'incubation de George Gerbner, et de soumettre un corpus de journaux télévisés français. et québécois à cette analyse, afin d'.obs erver certains des indicateurs intervenant sur la construction de la nouvelle et son contenu, ce qui permettra ensuite d'amor~er un processus de comparaison entre les journaux télévisés en France et au

17 5 Québec. Cette comparaison permettra d'identifier des éléments présentant des différences et des similitudes au niveau du traitement de la nouvelle quotidienne, d'une chaîne à l'autre et d'un pays à l'autre, ainsi que de définir certains des procédés marquants de chacune des chaînes au niveau de la représentativité de la réalité sociale. Nous nous efforcerons de dépasser le niveau descriptif du contenu, afin d'esquisser des analyses ou des hypothèses de relations entre les journaux télévisés français et québécois. Nous souhaitons appliquer la théorie de Gerbner à un nouveau contexte et ouvrir la voie à des recherches plus approfondies sur le sujet. Le premier chapitre de ce mémoire nous permettra de dresser un portrait de la situation médiatique en rapport avec la formation du lien social et de comprendre les effets des journaux télévisés face aux autres médias d'information. Nous examinerons également les différents rôles attribués à l'individu spectateur et nous situerons la problématique et la situation médiatique dans les contextes français et québécois. Dans un deuxième chapitre, nous repérerons les différents outils théoriques et procédés d'analyse encadrant le sujet de recherche et dégagerons les motifs qui orientent notre choix pour la théorie de l'incubation. Puis, dans un troisième chapitre, nous présenterons les méthodes qui furent appliquées pour réaliser la collecte des données, de même que le plan d'analyse qui en découle. Le quatrième chapitre nous pern1ettra d'exposer les résultats de cette étude et d'amorcer une interprétation de ceux-ci. Enfin, le cinquième et dernier chapitre reviendra sur l'interprétation et la comparaison des principaux résultats, en plus de présenter certaines recommandations pour des recherches ultérieures.

18 Cadre contextuel et problématique

19 7 Chapitre 1 Cadre contextuel et problématique Dans la présente section, nous situerons le rôle actuel de l'information et de la nouvelle en rapport avec la formation du lien social et tenterons de déterminer l'impact possible de cette informatio~ en société, afin d'identifier, en nous appuyant sur divers auteurs, la façon dont les médias peuvent reconstruire une réalité et de déterminer comment ces représentations peuvent agir sur l'opinioj;1 publique. Nous examinerons, par le fait même, le rôle attribué à l'individu spectateur. Les diverses théories sur le sujet permettront de dégager une problématique cernant le rapport entre les éléments qui interviennent dans la construction sociale de la réalité opérée par les médias, suivant les différentes écoles de pensées sur le sujet, et nous tenterons de positionner cette problématique et la situation médiatique dans les contextes français et québécois. La communication joue un rôle central dans la perceptio~ que l'individu se fait de lui-même, du monde et des gens qui l'entourent. Ces conceptions découlent des " ' représentations individuelles de la société, orientées par les interactions sociales, l'univers symbolique et les sources d'infonnation. L"'apparition des médias modernes d'information a non seulement conduit à un accès plus large et varié au savoir et à la nouvelle, mais également à une redéfinition des rapports entre individus, indépendamment du contexte spatio-temporel. Cette éclosion médiatique a toutefois

20 8 engendré certaines contraintes, dont un individualisme lié par l'accessibilité à l'information dans un rapport de la machine à l'homme, mais également par une sacralisation des médias, qui sont alors perçus à la fois comme le cinquième pouvoir, comme l'un des principaux véhicules d'informations pertinentes, comme les sources principales du savoir et comme les grands lieux de débats. Depuis les années 1980, là où les thèmes de la liberté des médias et du pluralisme de l'information occupaient une place majeure dans le questionnement du public, la crédibilité des médias et leur responsabilité face à certains marqueurs sociaux, tels que la croissance de la violence ou de l'insécurité, auront à présent prééminence (Charon, 2003). Si Park, en 1940, décrivait les nouvelles comme une forme de connaissance visant à orienter les individus et la société dans le monde actuel, en structurant l'attention du public, Charron (1994) développe l'hypothèse selon laquelle les nouvelles seraient édifiées suivant une «construction symbolique à laquelle participent des acteurs dont les intérêts sont partiellement opposés et partiellement convergents». Il s'agirait, selon Charron, d'un lieu de médiation entre gouvernants et gouvernés. Chomsky (1989) voit plutôt une homogénéisation de l'information, liée notamment à la concentration de la propriété des entreprises de presse. Gurevitch (1992) soutient, pour sa pali, la thèse selon laquelle la mondialisation de l'information, liée aux nouvelles technologies et à l'accès des salles de rédactions aux mêmes sources et aux mêmes évènements, s'accompagne d'un traitement différencié culturellement, selon les spécificités nationales des auditoires. Néanmoins, tous convergent, de manière explicite ou non, à une part grandissante de la

21 9 télévision comme véhicule d'infonnation et comme lieu où s'articulent virtuellement certaines représentations sociales. Les médias occupent donc une place centrale dans la conception du monde et du savoir suscitée chei l'individu spectateur. Ainsi, l'étude du contenu médiatique renvoie inévitablement à la culture et à la société dans laquelle il s'inscrit. En ce sens, Quéré (1982) a démontré que la médiatisation, implantée par la communication sociale, puise son sens dans une culture, une histoire, une société.. précise, d'où cette co-relation entre communication et identité sociale. Cependant, même si le discours médiatique agit sur la structure sociale et la conception mentale des individus, il y réagit ~ussi et en est complètement dépendant et, par conséquent, directement influencé (Breton & Proulx, 1989). Nous pouvons alors nous demander à quel niveau se situent les médias dans leurs rapports à l'individu et à la société, alors que les notions mêmes d'individualisme et d'espace public se retrouvent en pleine redéfinition dans le contexte social actuel. Plusieurs chercheurs se sont donc attardés à étudier la structure du discours de presse et ses répercussions sociales. Toutefois, l'apparition de la télévision a entraîné une perception tout autre de la construction médiatique, puisqu'elle met en place un nouvel univers symbolique et une nouvelle accessibilité de contenu qui ne nécessite pas de second décodage, ce que le langage de la communication appelle un«décodage cognitif» (Noëlle-NeummID dans Lazar, 1999). La représentation sociale véhiculée par la télévision ne se limite donc pas au discours, mais également au contenu visuel.

22 10 Puisqu'ils évoquent ce que les médias considèrent comme les nouvelles les plus importantes de lajoumé.e et rejoignent toute la population (McCombs et Shaw, 1993), les bulletins d'information représentent une forme de consolidation du lien social, un espace de renforcement Cette sélection de faits, opérée par les médias, participe à présenter au public une forme de construction de la réalité. Celle-ci découle, tel que mentionné précédemment, d'un second univers symbolique. Selon Gerbner (1997), pour une certaine catégorie d'individus, cet univers se confondrait alors parfois avec le monde réel. Les conditions de réception de l'audience des médias télévisuels sont fort diverses, en particulier parce que leurs publics sont disséminés dans l'espace et dans le temps (Durand dans Sfez, 1993). De ce fait, le concept d'audience des médias a, selon Durand, un sens beaucoup moins clair que celui du public d'un spectacle rassemblé dans un même lieu, au même moment. Cette situation conduit à un certain affrontement des courants de pensée entre les diverses grandes théories en communication de masse au sujet de l'influence des médias sur l'audience et de la construction sociale de la réalité. Charaudeau (2005) distingue trois lieux de construction du sens de la «machine médiatique», reposant sur le fonctionnement de l'acte communicationnel. L'instance de production, soumise à des conditions de production, l'espace de réception, soumis aux conditions d'interprétation, qui se divisent entre la cible (les effets supposés par le média) et le public, et celui dans lequel se trouve le produit médiatique, soumis lui-même à des conditions de copstruction. L'instance médiatique doit alors tenir compte du

23 Il «destinataire-cible» -pour répondre à ses attentes. Ce dernier influencera alors la construction du produit médiatique. Ainsi, comme nous le verrons au prochain chapitre, malgré les différents rôles attribués aux spectateurs, selon les diverses approches théoriques, ces dernières semblent toutes concourir à une influence grandissante des médias d'information face à l'auditoire. Plusieurs personnalités, provenant de différents champs d'analyse et de différents milieux, notamment des journalistes et des chroniqueurs, se sont donc prononcées sur le rôle important des médias en société, mais, pour les fins de ce mémoire, nous nous référerons particulièrement aux travaux scientifiques reconnus par les universitaires. Au moment même où plusieurs sujets d'actualité, tels la convergence, l'influence politique des médias, l'infotainment et le mercantilisme de l'information, nous amènent à nous questionner sur la légitimité, le rôle et les représentations véhiculées par les médias, à l'heure également où la représentation de l'individu dans la société semble en pleine redéfinition et où plusieurs recherches semblent s'affronter sur la question, nous en venons à nous questionner pour savoir si nos représentations mentales et symboliques de la réalité sont orientées par les médias et si la théorie de Gerbner nous permet de déceler cette influence dans le contexte mondial et médiatique actuel. Dans nos sociétés de plus en plus marquées par l'individualisme et où l'excellence est liée à la différenciation de l'individu (Perrenoud, 1987), les médias constituent potentiellement, des outils de renforcement du lien social. Nous nous interrogeons donc à savoir si, par la sélection des événements et les moyens empruntés pour rejoindre le public cible, les

24 12 médias construisent une réalité seconde, englobant les différents marqueurs de construction de la réalité et de représentations sociales que leur contenu décèle. C'est ce que nous tenterons de déterminer, en précisant tout d'abord, dans la section suivante, les principaux conc'epts à l'étude et en développant la théorie de l'incubation (cultivation theory) de Gerbner. La recension des écrits nous a permis d'observer qu'un nombre relativement peu élevé de recherches se concentraient sur l'état actuel des médias en rapport avec la construction sociale de la réalité. Nous cherchons donc à approfondir ce phénomène et à observer s'il semble être le même dans chacui1e des sociétés civiles à l'étude. À la lumière des écrits recenses, les principales variables influentes sur la problématique se retrouvent à la figure 1 ci-après.

25 13 Médias Journaux télévisés. Rôle de l'infonnation en société Impact sur l'opinion publique Nouvelles technologies de l'infonnation Traitement de l'iilfonnation réalité sociale Indicateurs, éléments de contenu du bulletin de nouvelles Figure 1. Problématique découlant des diverses dimensions des écrits analysés en lien avec le problème de recherche.

26 Revue de littérature et cadre théorique

27 15 Chapitre II Revue de littérature et cadre théorique En nous appuyant sur cette problématique, nous définirons maintenant chacun des concepts qui ont une incidence sur la constmction sociale de la réalité et, dans un deuxième temps, nous observerons les différentes écoles de pensée sur le sujet. Nous repérerons également les divers outils théoriques et procédés d'analyse encadrant le sujet de recherche, dégageant les motifs qui orientent notre choix sur la théorie de 1'incubation, afin de soulever un problème spécifique de recherche, s'appuyant sur ce cadre théorique. Tout moyen de diffusion massive de 1'information, constituant à la fois un mode d'expression et un intermédiaire transmettant un message à 1'intention d'un groupe, est un média (De Villers, 2003; Larousse, 1995). Dans le contexte actuel, les médias, en pleine redéfinition de leur rôle, sont influencés par des' modifications au sein de la stmcture d'entreprise médiatique et par une réorientation de leur mission et de leurs fonctions.. Ainsi, les cotes d'écoute ne se veulent plus seulement représentatives de la popularité d'une émission ou d'une chaîne de programmation, elles deviennent partie prenante de la stratégie d'entreprise. Le rapport du Project for Excellence in Journalism -(cité par le Centre d'étude des médias de l'université Laval, 2001) précisait d'ailleurs qu'une entreprise de presse possédant des stations de télévision devait investir dans la qualité de ses bulletins de nouvelles, afin que ses actifs prennent de la valeur, puisqu'il

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC PRÉPARÉ PAR LE COMITÉ PATRONAL SUR L'ÉGALITÉ SALARIALE LE 30 JANVIER 2006

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 10 e et 12 e année Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) Titre de la leçon : Prendre position

Plus en détail

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Auteurs: Groupe de recherche en communication de les sciences de l'université de Navarre Coordinateur: Bienvenido León (journaliste

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Programme de bourses de recherche Amy Mahan pour évaluer l impact de l accès public aux TIC Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Table des matières À propos la Question

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Faits saillants de la recherche Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS SIGLE : MSO 6039 TITRE : Sc. humaines/sociales en santé publique BRÈVE DESCRIPTION : Introduction aux concepts

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Le journal télévisé. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission : Actualité, information, météo

Le journal télévisé. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission : Actualité, information, météo Le journal télévisé Thèmes Actualité, information, météo Concept L'information est le fil conducteur de la programmation de TV5 avec 17 rendez-vous par 24 heures. TV5 offre cinq heures d'information chaque

Plus en détail

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE (PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE I ORIENTATIONS GÉNÉRALES La Bibliothèque joue un rôle fondamental en étant au cœur même des activités pédagogiques du Cégep de l Abitibi Témiscamingue (CAT) et

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE (adoptée par le Comité des Ministres le 24 septembre

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Bachelier en communication

Bachelier en communication Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en communication Catégorie Sociale HELHa Tournai 2 16-20 rue de l'écorcherie 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Examen de certains aspects du cadre réglementaire de la télévision en direct (Avis d audience publique en radiodiffusion CRTC 2006-5)

Examen de certains aspects du cadre réglementaire de la télévision en direct (Avis d audience publique en radiodiffusion CRTC 2006-5) Montréal, le 27 septembre 2006 Madame Diane Rhéaume Secrétaire générale CRTC Ottawa (Ontario) K1A 0N2 Par le formulaire d intervention du CRTC Objet : Examen de certains aspects du cadre réglementaire

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de Cette note a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE pour apporter des conseils aux pays mettant en œuvre l ITIE sur la manière de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Les lecteurs

Plus en détail

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS AVIS N O 1 ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS ADOPTÉ À L UNANIMITÉ PAR LE COMITÉ NATIONAL D ÉTHIQUE SUR LE VIEILLISSEMENT SÉANCE DU 29 JUIN 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques. Marie-Claude Jean,

Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques. Marie-Claude Jean, Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques Marie-Claude Jean, Moktar Lamari et Florence Deshaye CREXE, ENAP Mercredi

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Programme d aide au développement

Programme d aide au développement Programme d aide au développement Le Fonds TELUS finance le développement de contenu exceptionnel qui peut contribuer à divertir et intéresser les Canadiens et les éclairer quant à leurs choix en matière

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie F.U.N.D.P. Département Education et Technologie au 1er degré 1997 Sous la direction de Jean Donnay & Marc Romainville Département Education et Technologie Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Plus en détail

Programme d aide à la production

Programme d aide à la production Programme d aide à la production Le Fonds TELUS finance la création de contenu exceptionnel qui a le potentiel de divertir, d intéresser les Canadiens et les éclairer quant à leurs choix en matière de

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail