INTRODUCTION A SQL.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html"

Transcription

1

2 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux SGBDs portabilité des applications interopérabilité Inconvénients: évolution du langage par extensions (SQL2, SQL3...) suivre l évolution des systèmes, des architectures frein à l émergence d un nouveau langage Expérimentation:

3 SQL: Structured Query Language SQL est bien plus qu un langage de requêtes langage de définition de données (CREATE, ALTER, DROP) langage de manipulation de données interrogations (SELECT) mises à jour (UPDATE, INSERT, DELETE) contrôle d accès aux données (GRANT, REVOKE) SQL est un langage utilisable en mode interactif associé à une interface graphique associé à des langages de programmation C, COBOL, JAVA... HTML

4 SQL: langage de requêtes requête simple SELECT < liste d attributs > attributs du schéma cible FROM < liste de relations > les relation(s) source(s) WHERE < condition > conditions de sélection Clause FROM : les relations utiles à la requête Clause SELECT: les attributs constituant le schéma du résultat Clause WHERE: les conditions d extraction des n-uplets

5 SQL: langage de requêtes requête simple SELECT * FROM FILM WHERE Acteur= Adjani *: liste de tous les attributs σ Acteur= Adjani FILM SELECT Titre FROM FILM WHERE Acteur= Adjani Π Titre [σ Acteur= Adjani FILM] Sémantique formelle cas mono-relation : SELECT B 1... B k projection FROM R accès Π B1...B k σ C [R] WHERE C sélection

6 SQL: langage de requêtes requête simple avec des + renomage des attributs du schéma cible SELECT Titre AS Adjani s movies FROM FILM WHERE Acteur= Adjani valeur des attributs = expression arithmétique SELECT Titre, Durée* AS durée-en-heure FROM FILM-durée (ajout d un attribut Durée - en minutes - ) introduire une valeur dans une colonne SELECT Titre, Durée* AS durée-en-heure, heure AS Unité FROM FILM-durée

7 SQL: langage de requêtes requête simple condition de la clause SELECT : comparateurs habituels, arithmétique, concaténation ( ),... connecteurs: OR, AND et NOT SELECT Titre FROM FILM WHERE Acteur= Adjani OR M-e-S= Poirier motifs pour recherche de cha^ınes de caractères : %: une chaîne qcq, : 1 caractère SELECT Titre FROM FILM WHERE Titre LIKE Star Star Wars, Star Trek,... SELECT Titre FROM FILM WHERE Titre LIKE %retour% Le retour à Sarajevo, Aliens le retour,...

8 SQL: langage de requêtes Attention!!!!!!! chaînes de caractères: chaînes de longueur fixe / chaînes de longueur variable chaînes de longueur fixe complétées par des blancs. majuscules / minuscules pas de distinction pour les mots clés distinction pour les valeurs des conditions Divers... les motifs comme les valeurs sont écrits entre négation possible: NOT LIKE condition d intervalle: att. BETWEEN val. AND val.

9 SQL: langage de requêtes date manipulation de dates format : aaaa-mm-jj DATE BETWEEN DATE AND DATE

10 SQL: langage de requêtes requête multi-relation Sémantique formelle cas multi-relation : SELECT FROM WHERE B 1... B k R 1... B p C Π B1...B k σ C (R 1... B p ) Les cinémas qui projettent un film dans lequel M.F. Pisier est actrice (pour chaque cinéma donner le titre du film et l horaire) SELECT Nom-Cine, FILM.Titre, Horaire FROM FILM, PROG WHERE FILM.titre=PROG.titre AND Acteur= M-F. Pisier [Π Nom Cine,Titre,Horaire [σ Acteur=M F.Pisier [FILM] [PROG.]]

11 SQL: Introduction de variables requête multi-relation Les films avec leur M-e-S et leurs acteurs dans lesquels joue M-F Pisier [Π Titre [σ Actrice=M F.Pisier [FILM]]] [FILM] SELECT F2.Titre, F2.M-e-S, F2.Acteur FROM FILM AS F1, FILM AS F2 WHERE F1.Titre = F2.Titre AND F1.Acteur= M-F. Pisier alternative: F1 et F2 sont des copies virtuelles de FILM F1 et F2 sont des variables utilisées pour désigner n importe quel couple de n-uplets de FILM

12 SQL: Union, Intersection, Différence Les titres des films dans lesquels joue M-F. Pisier et à l affiche. SELECT Titre FROM FILM WHERE Acteur= M-F. Pisier INTERSECT SELECT Titre FROM PROG. Les titres des films qui ne sont pas à l affiche SELECT Titre FROM FILM EXCEPT SELECT Titre FROM PROG. toutes les personnes ayant participées au tournage du film Marion SELECT Acteur AS Personne FROM FILM WHERE Titre = Marion UNION SELECT M-e-S AS Personne FROM FILM WHERE Titre = Marion

13 SQL: ensembles et multi-ensembles { 1, 2, 1, 3 } est un multi-ensemble opération mode ensembliste mode multi-ensemble select-from-where DISTINCT par défaut Union, Excep Intersect, par défaut ALL Elimination des dupliqués SELECT DISTINCT Titre FROM FILM

14 SQL: Sous-Requêtes et Imbrication Utilisation du résultat d un Select-From-Where FILM-DEB(Titre,Acteur) stocke le titre du premier film de chaque acteur. Les acteurs du premier film joué par M-F. Pisier? SELECT Acteur FROM FILM WHERE Titre = (SELECT Titre FROM FILM-DEB WHERE Acteur= M-F. Pisier ) le résultat de la sous-requ^ete est un singleton! SELECT FILM.Acteur FROM FILM, FILM-DEB WHERE FILM.Titre=FILM-DEB.Titre AND FILM-DEB.Acteur= M-F. Pisier

15 SQL: Sous-requête avec l opérateur IN Les titres des films dont les M-e-S sont acteurs (pas forcément dans le m^eme film). SELECT Titre FROM FILM WHERE M-e-S IN (SELECT Acteur FROM FILM ) Le résultat de la sous-requ^ete est un ens. de n-uplets sur Titre SELECT F1.Titre FROM FILM AS F1, FILM AS F2 WHERE F1.M-e-S = F2.acteur

16 SQL: Sous-requête avec l opérateur EXISTS Les films dirigés par au moins deux metteurs en scène SELECT F1.Titre FROM FILM AS F1 WHERE EXISTS (SELECT F2.M-e-S FROM FILM AS F2 WHERE F1.Titre = F2.titre AND NOT F1.M-e-S=F2.M-e-S ) EXISTS test si le résultat de la sous-requ^ete est vide autre formulation possible sans sous-requête (exercice)

17 SQL: Sous-requête avec l opérateur EXISTS Les films dont au moins un acteur à jouer dans un autre film SELECT F1.Titre FROM FILM AS F1 WHERE EXISTS SELECT F2.Acteur FROM FILM AS F2 WHERE F1.Titre = F2.Titre AND EXISTS (SELECT F3.Acteur FROM FILM AS F3 WHERE F2.Acteur=F3.Acteur AND Not (F3.Titre=F1.Titre) autre formulation sans sous-requête (exercice)

18 SQL: Sous-requête avec l opérateur IN et EXISTS Soient 2 schémas de relation R(ABC) et S(BCD) -- Voici deux façons d exprimer Π A R S SELECT A FROM R WHERE (R.B, R.C) IN (SELECT B, C FROM S ) SELECT A FROM R AS R1 WHERE EXISTS (SELECT S2.B, S2.C FROM S WHERE R1.B = S.B AND R1.C = S2.C ) Attention: EVITEZ l usage de sous-requ^etes (chapitre Optimisation)

19 SQL: Sous-requête avec la construction comp ALL ou comp ANY Les films projetés à l UGC plus tard que tous les films projetés au Trianon SELECT Titre FROM PROG WHERE Nom-Cine=UGC AND Horaire > ALL (SELECT Horaire FROM PROG WHERE Nom-Cine= Trianon ) > ALL test si la valeur de Horaire est supérieure à tous les élts du résultat de la sous-requ^ete

20 SQL: Sous-requête avec la construction comp ALL ou comp ANY Le téléphone des cinémas qui proposent une programmation après 23h SELECT Telephone FROM CINE AS C1 WHERE 23 < ANY (SELECT Horaire FROM PROG WHERE C1.Nom-Cine = PROG.Nom-Cine) > ANY test si la valeur 23 est inférieure à UN des élts du résultat de la sous-requ^ete

21 SQL: Aggregats SUM(): somme AVG(): moyenne MIN(): minimum MAX(): maximum COUNT: cardinalité d un multi-ensemble Le nombre de films dirigés par Bergman SELECT COUNT (Titre) FROM PROG WHERE M-e-S = Bergman Eliminer les dupliqués: SELECT COUNT (DISTINCT Titre) FROM PROG WHERE M-e-S = Bergman

22 SQL: Groupement Nombre d acteurs par film SELECT Titre COUNT (Acteur) FROM FILM GROUP BY Titre projection, regroupement, calcul de l aggrégat (multi-ensemble) T M A T A T A T t1 m1 a1 t1 m1 a2 t1 m1 a3 t1 m2 a1 t1 m2 a2 t1 m2 a3 t2 m4 a2 t1 t1 t1 t1 t1 t1 t2 a1 a2 a3 a1 a2 a3 a2 t1 t2 a1 a2 a3 a1 a2 a3 a2 t1 6 t2 1 SELECT Titre COUNT (DISTINCT Acteur) FROM FILM GROUP BY Titre

23 SQL: Groupement et aggrégat Ajout d un schéma Cinephile(Nom, Nom-Cine) : SELECT Nom COUNT (DISTINCT Titre) FROM Cinephile, PROG WHERE Cinephile.Nom-Cine = PROG.Nom-Cine GROUP BY Nom (1) jointure naturelle de Cinephile et PROG (2) projection (3) regroupement, et (4) calcul de l aggrégat Clause SELECT en présence d aggrégat SELECT liste1 agg(liste2) FROM liste-relations WHERE condition GROUP BY liste1

24 SQL: la clause HAVING Les films et le nombre d acteurs de ces films à condition qu il y ait plus de 3 acteurs. SELECT Titre COUNT (DISTINCT Acteur) FROM FILM GROUP BY Titre HAVING COUNT(*) >= 3 Elimination des groupes ne satisfaisant pas la condition Les films dirigés pas deux metteurs en scène. SELECT Titre FROM FILM GROUP BY Titre HAVING COUNT(M-e-S) > 2

25 SQL: Valeurs nulles Une valeur nulle remplace une valeur d un attribut. valeur inconnue, attribut inapproprié, valeur incertaine, valeur cachée... Comparaison avec une valeur nulle: vrai=1 - faux=0 - inconnu=1/2 x AND y =min(x,y), y OR y =max(x,y), Not x =1-x Attention: loi du tiers exclu n est plus valide p OR (NOT p) pour p=1/2

26 SQL: jointure externe R ˆ S est obtenu en calculant R S puis en y ajoutant # les n-uplets de R non joingnables avec un n-uplet de S et complétés avec des valeurs nulles $ les n-uplets de S non joingnables avec un n-uplet de R et complétés avec des valeurs nulles R A B S B C R ˆ S A B C null null 7 8

27 SQL: jointure externe SQL2 propose une variété de formes de jointure externe, naturelle,... pour préciser plusieurs types de jointure. R NATURAL JOIN S correspond exactement à la jointure algébrique. R CROSS JOIN S équivaut à SELECT * FROM R, S R JOIN S ON R.B = S.B équivaut à SELECT * FROM R, S WHERE R.B = S.B R OUTER JOIN S (jointure + $ et #) R RIGHT OUTER JOIN S (seul $ est effectué) R LEFT OUTER JOIN S (seul # est effectué)

28 SQL:Définition de schéma... CREATE TABLE Film ( Titre CHAR(20), M-e-S CHAR(20), Acteur VARCHAR(20) ) CREATE TABLE Prog ( Nom-Cine CHAR(20), Titre CHAR(20), Salle INT Horaire TIME UNIQUE (Nom-Cine,Titre, Horaire)) CREATE TABLE Cine ( Non-Cine CHAR(20), Adresse VARCHAR(60), Telephone CHAR(8) NOT NULL PRIMARY KEY (Non-Cine))

29 SQL: définition de vues Une vue est une table non matérialisée CREATE VIEW Cine-paris AS SELECT * FROM CINE WHERE Adresse LIKE %Paris% Requête posée à partir d une vue: Les cinémas parisiens qui programment les films de Poirier? SELECT Nom-Ciné FROM Cine-paris, FILM WHERE M-e-S = Poirier AND FILM.Titre = Cine-Paris.Titre

30 SQL: Contraintes clés (déjà présentées) clés étrangères et références CREATE TABLE Film ( Titre CHAR(20) PRIMARY KEY M-e-S CHAR(20), Acteur VARCHAR(20) ) CREATE TABLE Prog ( Nom-Cine CHAR(20), Titre CHAR(20) REFERENCES Film(Titre) Salle INT Horaire TIME FOREIGN KEY Prog(titre) REFERENCES Film(titre)

31 SQL: Contraintes Que se passe-t-il quand une mise à jour vient invalider une contrainte de référence? insertion / modification initiale dans Prog. rejet insertion / modification initiale dans Film rejet par defaut ou cascade de mises à jour dans Prog. ** tous les n-uplets faisant référence au titre supprimé dans Film sont à leur tour supprimés. ** toutes les occurrences de Rocky, valeur d un titre de film sont modifiées en Rocky I valeur nulle

32 SQL: Contraintes Choix d une stratégie: CREATE TABLE Prog ( Nom-Cine CHAR(20), Titre CHAR(20) Salle INT Horaire TIME FOREIGN KEY Titre REFERENCES Film(Titre) ON DELETE SET NULL ON UPDATE CASCADE

33 SQL: Contraintes Contraintes sur un attribut condition devant être vérifiée par toute valeur de cet attribut dans la table vérification: insertion, modification CHECK CREATE TABLE Prog ( Nom-Cine CHAR(20), Titre CHAR(20) CHECK ( Titre IN (SELECT Titre FROM Film)) Salle INT Horaire TIME Ceci est contrainte de référence!!! (suppression dans Film)

34 SQL: Contraintes Contraintes sur un n-uplet identique aux contraintes sur attribut CHECK CREATE TABLE Prog ( Nom-Cine CHAR(20), Titre CHAR(20) Salle INT Horaire TIME CHECK (Salle= Artessai OR Horaire < 22:30:00 ) Seules les salles Artessai programment des films après 22:30.

35 SQL: assertion Hypothèse: 10 copies de chaque film de Poirier (vérification grossière) CREATE ASSERTION film-cine CHECK ( (SELECT COUNT(Salle) FROM Prog HAVING Titre IN SELECT Titre FROM Film WHERE M-e-S = Poirier ) (SELECT COUNT(DISTINCT Titre) FROM Film WHERE M-e-S = Poirier ) * 10 ); vérifier lors d une mise à jour des relations Prog et Film. Attention: pas dans ORACLE.

36 SQL: déclencheurs triggers Règle ECA : Evénement / Condition / Action Evénement: classe de mises à jour Condition: test similaire à celui du WHERE Action: instructions SQL CREATE TRIGGER Prog-trigger AFTER INSERT ON Prog FOR EACH ROW WHEN(new.Titre NOT IN (SELECT Titre FROM Film)) BEGIN INSERT INTO Film(Titre) VALUES(:new.Titre); END;. run Options: OR REPLACE AFTER BEFORE INSTEAD INSERT DELETE UPDATE FOR EACH ROW Variables: old. new.

37 SQL: déclencheurs triggers Maintenir une liste des cinémas qui ont programmé des films de Poirier. CREATE TRIGGER Poiriertrigg AFTER UPDATE OF Titre ON Prog FOR EACH ROW WHEN(new.Titre IN (SELECT Titre FROM Film WHERE M-e-S = Poirier )) BEGIN INSERT INTO Liste-Cine-Poirier VALUES(:new.nom-cine); END;. run

38 SQL: déclencheurs triggers Gérer les mises à jour de vues. CREATE TRIGGER vue-trigg INSTEAD OF INSERT ON Ciné-Paris FOR EACH ROW BEGIN INSERT INTO Ciné VALUES(:new.nom-cine,:new.adresse, :new.telephone); END;. run Attention: SQL2 SQL3 ORACLE!!!!!!!

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

Algèbre : suite et fin suivi du Chapitre 6

Algèbre : suite et fin suivi du Chapitre 6 Algèbre : suite et fin suivi du Chapitre 6 http://www.lri.fr/~cohen/bd/bd.html Requêtes avancées en algèbre relationnelle (1/3) Q1 : Quelles sont les tailles de disques durs qui sont utilisées par au moins

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

Langages et Bases de Données

Langages et Bases de Données Langages et Bases de Données Algèbre Relationelle: Rappels V. Benzaken 7 Décembre 2012 1 / 35 Langage de manipulation des données langage de manipulation de données langage de définition de données langage

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL Cours 4 : Le langage MySQL ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Introduction 2 Identificateurs Types

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets LE LANGAGE DE REQUETES SQL Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets Gardarin 2001 1. Origines et Evolutions SQL est dérivé

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/93 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr Langage de Requêtes talel@infres.enst.fr Supports de cours : (1) Database Management Systems, R. Ramakrishnan and J. Gehrke, ed. McGrawHill, 2000. (2) Bases de Données, G. Gardarin, ed. Eyrolles, 2001.

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Mapinfo et les requêtes SQL

Mapinfo et les requêtes SQL 31 janvier 2007 Master I Géo-Environnement INTRODUCTION Introduction - Généralités SQL (Structured Query Language) est un LDD (Language de Définition de Données) Créer / modifier / supprimer tables LMD

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Pourquoi SQL? Exemple pour tout ce cours. Sens d une requête sur une relation

Pourquoi SQL? Exemple pour tout ce cours. Sens d une requête sur une relation SQL Transparents de Jeffrey ULLMAN (Stanford University) Traduits/adaptés par C. Retoré (Université Bordeaux 1) Pourquoi SQL?!SQL langage de haut niveau, évite de spécifier la manipulation des données

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

SQL : le Langage de Définition de Données

SQL : le Langage de Définition de Données Nadi Tomeh Slides par Amélie Gheerbrant SQL SQL permet d interroger et de créer, de modifier et de supprimer des bases de données et des données. SQL query : interrogation de données pas de modification

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 1.1. Les outils nécessaires... 22 1.2. Télécharger et installer le serveur MySQL... 22 Télécharger la dernière version... 22 Lancer l installation sous Windows... 23 Lancer

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC*

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC* Bases de données Architecture clients-serveur Architecture trois tiers Vocabulaire des BDD Algèbre relationnelle Création/modification d une table Commandes SQL de manipulation de tables Définition formelle

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

Bases de Données. Amélie Gheerbrant. Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications

Bases de Données. Amélie Gheerbrant. Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications Bases de Données Amélie Gheerbrant Université Paris Diderot UFR Informatique Laboratoire d Informatique Algorithmique : Fondements et Applications amelie@liafa.univ-paris-diderot.fr 4 novembre 2014 1 /

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé Bases de données IUP2 Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé 1 Requêtes 1. On considère une relation suivante : Ordinateur(IP, nom, constructeur, modèle, lieu) Représentez EN

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Memo : Fonctions SQL

Memo : Fonctions SQL Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Memo : Fonctions SQL I. Sélectionner des données Sélectionner toutes les colonnes de la table Séléctionner seulement

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Rappels SQL. table est le nom de la nouvelle table. Elle est définie sur les attributs et n-uplet résultat de la requête select.

Rappels SQL. table est le nom de la nouvelle table. Elle est définie sur les attributs et n-uplet résultat de la requête select. Rappels SQL 1 Définition des données 1.1 Création d'une table CREATE TABLE table ( col1 type1, col2 type2, ) table est le nom donné à la nouvelle table. col1, col2, sont les noms des colonnes. type1, type2,

Plus en détail

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur chapitre n 7 Programmation avancée Chaque enregistrement qui tente d être ajouté dans la table Qualifications est désigné par :NEW au niveau du code du déclencheur. L accès aux colonnes de ce pseudo-enregistrement

Plus en détail

Le modèle relationnel

Le modèle relationnel Le modèle relationnel 1 Le modèle de données 2 Les contraintes d intégrités 3 Les langages algèbre, calcul SQL Université Paris Sud, MIAGE - CFA Année 2001 2002 Le modèle de données simple schéma = description

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Questions sur les premières parties? Chapitre 4 SQL PLAN Création de tables Insertion de données Mise à jour de données Suppression

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD Plan Bases de Données L3 Info Céline Rouveirol 2010-2011 Bases de Données 1 / 77 Sources des transparents Bases de Données 2 / 77 Bases de SQL - M.P. Dorville/F. Goasdoué, LRI, Université Paris Sud - V.

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 MySQL 5 Guide de l'administrateur et du développeur Michael Kofler Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 Table des matières Avant-propos..............................................

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet -relationnel Cours 7 : Modèle relationnel-objet ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://pages-perso.esil.univmed.fr/ papini/ -relationnel Plan du cours 1 Introduction 2

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas.

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas. aux bases de les L3Pro SCT Bases de et programmation L ubiquité des Mathieu Sassolas L informatique est la science du calcul. IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Le calcul

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres,

SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, SQL 1/66 SQL: historique SQL est basé sur l algèbre et le calcul relationnels Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis Oracle, Ingres, Il existe trois normes : SQL1 (1986) version minimale SQL1 (1989) + intégrité

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

Présentation du programme d informatique

Présentation du programme d informatique Présentation du programme d informatique UPS 31 mai 2015 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Présentation.................................. 2 1.2 Représentation des nombres.........................

Plus en détail