REPONSE DE L AFIC A LA CONSULTATION SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME DE LA COMMISSION EUROPEENNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPONSE DE L AFIC A LA CONSULTATION SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME DE LA COMMISSION EUROPEENNE"

Transcription

1 REPONSE DE L AFIC A LA CONSULTATION SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME DE LA COMMISSION EUROPEENNE L AFIC, association représentative du capital-investissement (venture capital et private equity) en France, salue l initiative de la commission européenne sur le livre vert du financement à long terme et souhaite profiter de cette occasion pour rappeler le rôle majeur du capital-investissement dans le financement de l économie réelle en tant qu acteur du financement à long terme. 1. Introduction Le capital-investissement relève incontestablement du domaine des investissements dits de long terme. Un investissement de capital_-nvestissement prend la forme d'un investissement en fonds propres ou quasi fonds propres dans une entreprise généralement non cotée. Il s'inscrit dans le cadre d'un accompagnement - pas exclusivement financier - des dirigeants à travers le cycle de développement de leur entreprise. Ainsi l horizon d'investissement usuel est de l'ordre de 3 à 7 ans par participation, tandis que les fonds d'investissements ont une durée de vie de 8 à 12 ans, ce qui constitue des durées qui placent le capital-investissement indubitablement dans la catégorie des investisseurs de long terme. Vous mentionnez dans l introduction du document de consultation que «le financement à long terme favorise la transition entre les différentes phases du cycle de vie de l entreprise». Tel est le cas du capitalinvestissement qui joue un rôle essentiel dans l alimentation des entreprise en fonds propres tout au long de son cycle de vie et dans le financement à long terme de l économie. Ainsi, en 2012, entreprises ont été accompagnées par le capital-investissement français. En France, les PME et les ETI sont majoritairement financées par des prêts bancaires (à 92%), à 7% par le capital-investissement et enfin de 1% par les marchés financiers 1. Toutefois, l'industrie française du capital-investissement est mortellement menacée par les prochaines mises en place des nouvelles règlementations Bâle III et Solvabilité II. En effet, banquiers et assureurs représentaient près de 50% des ressources des fonds de capital-investissement français jusqu'à Ils ne représentent plus que 25% des investisseurs en Les derniers chiffres disponibles et relatifs au capital-investissement français au 31 décembre 2012 sont alarmants. Ils montrent que les tendances observées depuis la crise de 2008 en matière de levées de fonds se confirment et s aggravent dans le contexte particulier de Les montants levés pour alimenter les fonds de capital-investissement français n ont été que de 5 milliards d euros, chiffre qui correspond aussi à la moyenne des levées depuis Les montants levés avant la crise financière s établissaient en moyenne à 10.5 milliards par an. La demande adressée par les entreprises au capital-investissement français s établit, hors conjoncture de crise, à plus de 10 milliards d euros par an. La Banque de France a évalué à 42 milliards d euros les seuls besoins de recapitalisation des PME et entreprises de taille intermédiaires françaises. Les causes de ce déficit de financement sont connues mais doivent être rappelées : elles concernent en premier lieu les secteurs de la banque et de l assurance dont les allocations au capital-investissement se sont effondrées respectivement de -79 % et -75 % entre 2008 et Dans un Etat où les fonds de pension sont très limités, le détournement de ces deux catégories d investisseurs institutionnels du capital-investissement marque un coup d arrêt à la dynamique d orientation de l épargne des ménages vers les capitaux propres des PME et ETI nationales. 1 Paris EUROPLACE, juillet

2 Montants des levées de capitaux par type de souscripteur Sources : AFIC / Grant Thornton En 2012, la progression des levées de capitaux auprès des personnes physiques et des entités du secteur public françaises ne compensent pas le recul des levées auprès des investisseurs institutionnels et des investisseurs étrangers. Les raisons de ce revirement stratégique ont été abondamment commentées et reposent sur les évolutions prudentielles post crise (Solvabilité II, Bâle III et demain, nous le craignons, IORP II) qui ont renforcé les exigences de liquidité et d apports en capitaux propres en fonction du risque d investissement. Le capital-investissement, assimilé de manière abusive à des catégories d investissement à risque comme les activités de hedge funds, a pâti gravement de cette surenchère prudentielle, d autant que le profil de risque retenu pour le capital-investissement s avère très éloigné des réalités empiriques observées pour les placements dans cette classe d actif. Les études détaillées menées sur le taux de calibration tel qu il a été retenu dans Solvabilité II pour les investissements dans les PME et ETI non cotées montrent qu il est de près de 2 fois supérieur au profil de risque d un investissement en capital-investissement (soit une obligation de fonds propres équivalente à 49% de l investissement alors que le taux de rétention adapté à la classe d actif a été démontré compris entre 10% et 30% de l investissement). Il est pourtant urgent de permettre à ces investisseurs institutionnels de continuer à alimenter les les fonds de capital-investissement en vue du financement des entreprises non cotées. Cette urgence se mesure dans la capacité du capital-investissement à alimenter les entreprises, qui est au plus bas : une étude réalisée auprès des membres de l AFIC en Janvier 2013 a montré que : 2

3 - Pour 40% de ces équipes de venture capital ou private equity, les fonds disponibles pour investir dans de nouvelles entreprises ne représentaient que 9% en moyenne de leurs fonds sous gestion - Pour une seconde population de 40% des sociétés de gestion, ce ratio n est en moyenne que de 30%. La structure typique d un fonds est d avoir une période d investissement de 5 ans, donc un rythme d investissement annuel moyen de l ordre de 20% : on mesure le tarissement de la réserve de capitaux disponibles, et l impact inévitable que cette grave pénurie aura sur les entreprises les plus dynamiques qui sont celles soutenues par le capital-investissement. Evolution annuelle des investissements réalisés par les acteurs français du capital-investissement Nombre d entreprises Montants investis - 8,6% M M 37,7 % M M M TCAM* 2008 / ,7 % TCAM* 2008 / 2012 : 11,7 % Sources : AFIC / Grant Thornton En 2012, malgré la baisse significative des montants investis (-37,7%) et après un retour à la normale en 2011, le capital-investissement français a soutenu un nombre record d entreprises en Europe (au même titre que les années précédentes, devant le capital-investissement de tout autre pays européen en nombre d entreprises domestiques). 3

4 Répartition des investissements réalisés en 2012 par type d entreprises Sources : AFIC / Grant Thornton En 2012, les entreprises accompagnées par le capital-investissement français sont à 80% des PME répondant à la définition européenne. Nous observons que cette proportion est stable depuis Répartition sectorielle en entreprises (1 694 entreprises en 2011) 2012 ( 2011) M (9 738 M en 2011) Services & Transport Biens de consommation Industrie & Chimie Médical & Biotech. Informatique Construction & BTP Energie Télécom. & Communication Produits manufacturés Autres secteurs % -25 % -28 % -38 % -33% Sources : AFIC / Grant Thornton En termes de répartition sectorielle, la baisse des montants investis a touché l ensemble des secteurs. En nombre d entreprises, l informatique reste le secteur le plus investi en 2012 Il convient de souligner que 97% des entreprises accompagnées par le capital-investissement français sont des entreprises européennes. 4

5 L intermédiation pour investir dans les fonds propres d entreprises non cotées présente une grande utilité tant pour les particuliers que pour les investisseurs institutionnels qui ne disposent pas toujours d équipe spécialisée. Les spécificités de l investissement en capital non coté (et principalement l illiquidité) font que l investissement direct des particuliers est complexe, et en pratique se concentre sur les cas où l investisseur a un lien personnel direct avec l entreprise (entrepreneur, salarié actionnaire, ou leurs proches), ou s il a déjà luimême une forte expérience de l entreprise et de l investissement (business angels). L intervention d équipes d investissement spécialisées joue aussi un rôle bénéfique fondamental dans l accompagnement des entreprises investies. En effet, à la différence de tout autre métier financier, le capitalinvestissement joue un rôle actif dans l amélioration des «actifs» dans lesquels il investit, par le travail de conseil et d accompagnement que font les investisseurs auprès des entrepreneurs. La recherche académique a montré les effets puissants de cet accompagnement, qui se traduit par une accélération de la croissance et des emplois même en l absence d apports de capitaux. L externalité positive du capital-investissement se révèle donc sur deux volets : une capacité à accélérer la croissance des entreprises soutenues, et la capacité à mieux rémunérer l épargne des européens, le tout en agissant sur des leviers productifs de l économie réelle, et l innovation en premier lieu. L AFIC alerte avec la plus grande énergie les autorités européennes sur les conséquences catastrophiques des réglementations Basel III et Solvency II sur l alimentation en fonds propres des startups et PME européennes. Avant même que ces réglementations ne soient en vigueur, les investisseurs institutionnels concernés ont été amenés, pour cette classe d actifs illiquides à un horizon de 10 ans, à en anticiper les impacts et à réduire en conséquence de manière brutale leurs allocations. Ce sont ainsi en France des baisses de 79% (banques) et 75% (assureurs) qui ont été constatées dans les apports de fonds au capital-investissement. Le capital-investissement est à la fois marginal dans les allocations d actifs (2.9% des actifs des assureurs européens, et vital pour l alimentation des entreprises : en France, 95% du capital apporté aux start-ups, 85% du capital apporté aux PME emplois (nets) ont été ajoutés en 2011 dans les entreprises françaises soutenues par le capital investissement. L imposition de ratios erronés (tel qu expliqué ci-dessus) sur une classe d actif de faible poids dans les bilans, mais d un poids déterminant pour la croissance immédiate et future de l économie, est une erreur tragique qui d ores et déjà réduit la croissance de l économie, ralentit l innovation et crée du chômage. Cette erreur n est commise dans aucune autre zone économique majeure du monde, où au contraire l investissement institutionnel vers le capital investissement progresse de manière robuste. Cette erreur est d autant plus injustifiable que les actifs sous jacents sont à la fois très diversifiés (un portefeuille diversifié portera sur plus de 500 entreprises sous jacentes) et ancrés dans l économie réelle. L AFIC demande donc avec force que soient révisés sans délais à la fois le principe et le calcul des ratios de pondération appliqués au capital-investissement, tant dans Solvency II que dans Basel III. 5

6 2. Sources de financement à long terme et caractéristiques de l investissement de long terme 1) Êtes-vous d accord avec l analyse en ce qui concerne la fourniture et les caractéristiques du financement à long terme? L AFIC partage globalement le même diagnostic que la Commission européenne et rappelle l urgence de permettre aux investisseur institutionnels européens de continuer à alimenter les fonds propres des entreprises européennes et notamment ceux intermédiés par les fonds de capital-investissement. Il est donc fondamental, dans la recherche de nouvelles sources de financement pour les entreprises, que la Commission européenne prenne des mesures simples pour que l épargne des européens, encouragée souvent par des dispositions fiscales, soit orientée vers l investissement productif européen, c est-à-dire vers les capitaux propres des start-ups, PME et ETI. 2) Avez-vous un avis sur la meilleure manière de définir le financement à long terme? Le financement à long terme s entend du financement de l économie réelle, essentiellement le financement des infrastructures s agissant des investissements publics, et le financement des actifs longs des entreprises par les prêts à long terme et les fonds propres. L AFIC observe à la lecture du texte mis en consultation que l assimilation des actifs à long terme avec la formation brute de capital fixe en comptabilité nationale est erronée dans une économie moderne, où les actifs incorporels sont à la fois rarement comptabilisés au bilan, et essentiels à la croissance future. Par ailleurs nous ne comprenons pas l opposition entre capital productif et financier ; per exemple la création d entreprises de taille intermédiaire capables de se battre sur des marchés mondiaux passe quasinécessairement par des regroupements d entreprises par croissance externe, donc par mobilisation d investissements financiers. 6

7 3. Améliorer le financement à long terme de l économie de l UE 3.1. Capacité des établissements financiers à mettre à disposition des financements à long terme Banques commerciales 3) Compte tenu des évolutions du secteur bancaire, quel sera à l'avenir, selon vous, le rôle des banques en matière de financement de l'investissement à long terme? Le système bancaire est un élément incontournable en Europe continentale du financement des PME et des ETI. Nous observons depuis 3 ans un durcissement de l accès au crédit pour ces entreprises, et une élévation des marges bancaires. On estime qu en France, les nouvelles normes prudentielles auront pour effet à horizon 2015 de réduire de 20 à 25% la capacité des banques à financer les PME et ETI soit un fossé de financement de 25 milliards. Afin d optimiser leur utilisation de fonds propres, les banquiers se tournent naturellement vers les opérations les moins risquées. Le capital étant rare et cher, elles commencent à faire moins de prêts aux entreprises, et lorsqu elles en font, elles donnent la priorité aux projets les moins risqués, qui seront portés par les entreprises les plus solides, soit les plus grosses et les plus rentables d entre elles. Par ailleurs, une pression considérable se dessine sur les ratios de liquidité bancaire. Ceci conduit les banques vers une accentuation des placements court terme, tant au niveau de leurs fonds propres que des placements effectués pour compte de tiers. Cette tendance va donc à l encontre des placements en actions cotées et non cotées, supposés plus longs et moins liquides. Les derniers chiffres de la Banque de France sur les crédits mobilisés par les entreprises françaises nous informent que le taux de croissance de l encours des crédits à moyen et long terme aux entreprises françaises chute régulièrement depuis le second semestre 2011 (cf. Banque de France, Stat info : le financement des PME en France - Mars 2013). Il semble toutefois illusoire d espérer que des nouveaux modes de financement seront capables de distribuer du crédit à des millions de PME en Europe à brève échéance. Le rôle des banques restera donc essentiel, et l Union Européenne a le devoir de favoriser leur retour vers le financement à long terme des PME. On peut également s interroger sur les risques que fait porter le développement d une finance dérégulée qui prospère sur l essoufflement d une finance traditionnelle désormais hyper-régulée. Banques de développement nationales et multilatérales et incitations financières 4) Comment le rôle des banques de développement nationales et multilatérales peut-il soutenir au mieux le financement de l investissement à long terme? La coordination entre ces banques pourrait-elle être améliorée aux fins des objectifs politiques de l'ue? Comment les instruments financiers au titre du budget de l'ue pourraient-ils être mis en œuvre afin d'apporter un meilleur appui à l'investissement à long terme dans la croissance durable? 7

8 Nous estimons que les banques de développement nationales et multilatérales ont un rôle majeur à jouer particulièrement lorsqu elles «visent à corriger des défaillances connues du marché». Elles peuvent encourager les financements privés en accompagnant les acteurs du capital-investissement, le cas échéant, par une prise participation minoritaire dans les fonds propres des PME et ETI ou en investissant, au coté d investisseurs privés, dans des fonds de capital-investissement. Nous partageons l approche mentionnée par la Commission européenne dans le Livre vert. Cet accompagnement doit bien entendu s effectuer dans le respect du cadre strict de la réglementation européenne des aides d Etat. Il est incompréhensible, et injustifiable, que dans certains cas l intervention d investisseurs souverains se soient faites en concurrence avec les acteurs privés, voire en surenchère sur ces acteurs. 5) Existe-t-il d autres outils et cadres de politique publique susceptibles d'apporter un appui au financement de l investissement à long terme? La Commission européenne a lancé plusieurs initiatives comme le programme JEREMIE au niveau régional et le Programme pour la compétitivité des entreprises et des PME (COSME) à horizon En imposant une régulation commune à tous les fonds d investissement alternatifs même si cette réglementation n est pas toujours adaptée au fonctionnement du capital-investissement, la Commission européenne a souhaité créer des labels de produits régulés. Elle a aussi encouragé leur commercialisation en Europe en créant notamment les labels comme les fonds européens de capital risque et les fonds européens d entrepreneuriat social qui répondent à un besoin de financement à long terme des PME européennes. Ces initiatives doivent être transformées afin de permettre aux investisseurs institutionnels d en bénéficier. Il est maintenant temps d inciter les investisseurs institutionnels à investir dans ces véhiculés régulés au niveau européen. Investisseurs institutionnels 6) Dans quelle mesure et comment les investisseurs institutionnels peuvent-ils être amenés à jouer un plus grand rôle dans le paysage changeant du financement à long terme? Les nouvelles règles de Solvency II calibrent les besoins en fonds propres en fonction de la nature des engagements au passif et des placements à l actif. Le coût en capital des investissements en actions est particulièrement élevé, obligeant les assureurs à réduire leurs investissements en actions cotées et non cotées. Lorsque l on rentre plus en détail dans les principes de calcul de Solvency II, il apparaît que les formules de calcul retenues posent plusieurs problèmes : - Le principe même du calcul, qui vise à définir un niveau de capital minimum pour faire face dans 99,5% des cas à une probabilité de défaut avec exigibilité de liquidité à horizon de 1 an, est inadapté à la structure du passif des assureurs. Ce dernier, particulièrement pour l assurance vie, affiche des durations élevées et est de fait largement constitué d'engagements à long terme. Ce calcul est pénalisant pour les investissements en capital-investissement qui présentent des caractéristiques d'illiquidité, avec un accompagnement des entreprises à un horizon très supérieur à un an. 8

9 - Les paramètres techniques de calcul sont également inadaptés et pénalisants : le taux de chargement en fonds propres retenu pour les investissements en actions non cotées (assimilés à tort à des placements en hedge funds et en dérivés de commodities) est de 49% (+ ou - 9% de dampener), soit le taux le plus pénalisant des taux de calibration retenus. Ce niveau particulièrement élevé pour les investissements en capital-investissement est arbitraire, d autant que son calcul repose sur les caractéristiques du LPX50, l indice boursier composé des 50 plus grandes sociétés cotées de capital-investissement mondiales. La représentativité du LPX 50 est remise en cause sur deux plans majeurs : (i) sa composition surpondère les opérations de «buyout» (93% de l indice) et l exposition au marché «Etats-Unis» (35%) comparé à la réalité des investissements en capital-investissement des sociétés d assurance européennes dans ces 2 catégories (respectivement 10% et 10% 2 ). (ii) La nature contractuelle non liquide des placements en capitalinvestissement ne peut être captée par un indice d actions cotées, qui plus est relativement concentré. De surcroît cet indice mélange fonds et sociétés de gestion, ce qui le disqualifie pour l évaluation de la performance et de la volatilité des seuls fonds. La Théorie moderne du portefeuille de Markowitz (1952) ainsi que les travaux récents de Mathonet et Meyer (2005) démontrent l impact positif de la diversification des placements d un portefeuille d actif sur son profil de risque, indépendamment des profils de risques spécifiques de chacun des actifs qui le composent. En la matière, un portefeuille composé d au moins 20 fonds de capital-investissement est considéré comme correctement diversifié. Les compagnies d assurance européennes possèdent en moyenne 52 fonds de capital-investissement en portefeuille, soit un profil de risque de perte en capital à 99.5% associé compris entre 0% et 30% du portefeuille (et non 50%). Les analyses réalisées par le PEA et l EVCA au niveau européen, sur des bases de sonnées indépendantes contenant les données de milliers de fonds, montrent que le taux de chargement initialement retenu est de l ordre du double du ratio réellement requis. Notons également deux points supplémentaires déterminants sur le risque systémique de l activité de capitalinvestissement : (i) les fonds de capital-investissement ne sont pas structurés avec effet de levier ; (ii) Les investisseurs dans un fonds de capital-investissement n ont pas le droit de retirer leur apport avant la fin de vie du fonds («redemption rights»). A l inverse des hedge funds, structurés avec effet de levier et soumis aux appels de marge de leurs apporteurs de fonds, le capital-investissement ne présente donc pas de profil de risque systémique. Toute assimilation à la classe d actif hedge funds est donc sans fondement. De plus, le passé récent a montré que la volatilité des valeurs non cotées du capital-investissement a été beaucoup plus faible que celle des actions cotées, à tout le moins, pour les participations de capitaldéveloppement et de capital-innovation. De même, le taux de choc retenu est indifférencié, quelle que soit la structure de l'actif sous-jacent (le calcul ne prévoit pas de traitement particulier pour les supports de type obligataire notamment). le taux de corrélation du capital-investissement (LPX50) avec les actions cotées (indice MSCI World) retenu dans Solvabilité II est de 75% ; alors que l étude des grandes familles de capital-investissement européennes et américaines affiche des taux de corrélation avec le MSCI World compris entre 10% et 55%. Le taux de corrélation d un portefeuille type d une compagnie d assurance européenne investi en capital-investissement, avec l indice choisi par Solvabilité II est compris entre 30% et 37%. Cela démontre que le capital-investissement présente un profil de risque et de performance sensiblement moins corrélé à celui du marché des actions cotées que ne le suppose les autorités prudentielles. 2 Source : EDHEC Business School 9

10 De telles conclusions pénalisent l'investissement en non coté, induisant une surcharge en capital pour les assureurs de l'ordre de 10% des montants investis en capital-investissement par rapport à la charge induite par les actions cotées des entreprises des pays de l OCDE. 7) Comment les objectifs prudentiels et la volonté d'encourager les financements à long terme peuvent-ils être conciliés dans la conception et la mise en œuvre des règles prudentielles respectives applicables aux assureurs, aux réassureurs et aux fonds de pension, tels que les IRP? Les différentes exigences réglementaires à venir, au premier rang desquelles Bâle III et Solvabilité II, ont à l évidence déclenché une dangereuse évolution tant dans le financement direct des entreprises que dans l allocation des actifs à destination du capital-investissement. Si les grands groupes semblent devoir être assez peu affectés par ces évolutions, ce sont avant tout les PME qui pâtiront de ces nouvelles contraintes, avec à la clé une double peine : la raréfaction du crédit et celle des sources de fonds propres. L Institut de finance international (IIF) 3 a estimé que les exigences de Bâle III auraient un impact négatif sur la croissance de la zone euro de 0,5 % de PNB sur la période 2011 à 2015, soit 4, 5 % en cumulé. Les PME, qui représentent un risque plus important pour les banques, seront les premières touchées par ce phénomène et verront leur accès au crédit rendu plus difficile et plus cher. Dans ces conditions, le renforcement des fonds propres des entreprises par le capital-investissement devient vital pour beaucoup d entre elles. Augmenter substantiellement les moyens d action en ressources longues constitue dès lors un enjeu national majeur. Malheureusement, une autre conséquence majeure de Bâle III liée aux ratios prudentiels à venir est la poursuite du désengagement des banques du non coté. Ce retrait se constate d ores et déjà aussi bien dans les activités directes d investissement au capital des entreprises que dans l apport de capitaux à des fonds tiers. Le constat est identique pour les sociétés d assurances qui doivent s adapter aux nouvelles normes prévues par Solvabilité II, et qui ont déjà pour certaines commencé à réduire, voire supprimer, leur exposition au non coté. Au-delà de l interrogation sur le bien-fondé du calcul du relèvement du niveau des fonds propres induits par Bâle III et Solvabilité II, c est l impact de ces retraits massifs sur le financement des entreprises non cotées en général, des start-up et des PME en particulier, qui doit retenir l attention. Concrètement, les ratios de liquidité prévus dans Bâle III pénalisent l investissement des banques dans le non coté, en imposant qu il soit couvert par un montant équivalent de ressources à plus d un an. Il est important de construire une approche prudentielle adaptée au financement à long terme qui jusqu alors était fondée sur une approche sectorielle (banque, assurances, retraite et prévoyance). Cette approche doit être revue afin de prendre en compte l évaluation des risques des actifs au regard de leur nature et de la duration des passifs des institutions financières quelles qu elles soient. Il convient également de revoir le modèle d évaluation des risques financiers en prenant en compte l effet positif d un passif de long terme. 3 «Interim Report on the cumulative Impact on the Global Economy of Proposed Changes in the Banking Regulatory Framework», Institut of International Finance, Juin

11 Enfin, inclure dans la définition des passifs de long terme indispensables à l investissement long terme les passifs statistiquement stables sur le long terme. Par ailleurs, nous nous félicitons de l annonce du commissaire Michel Barnier précisant que la Commission européenne n étendrait pas les standards des nouvelles règles prudentielles issues de la directive Solvabilité II aux fonds de pensions européens. Nous demandons en conclusion qu un meilleur équilibre soit trouvé dans la réglementation prudentielle, pour que le faible niveau de risque associé au capital-investissement et son impact majeur sur la croissance, l innovation et l emploi, conduisent à une révision radicale des ratios qui lui sont appliqués. 8) Quels sont les obstacles à la création de véhicules d'investissement avec mise en commun de ressources? Des plates-formes pourraient-elles être développées au niveau de l UE? En France, les fonds communs de placement à risque à procédure allégée et les Sociétés de capital risques (SCR) répondent aux besoins des investisseurs institutionnels. Par ailleurs, la régulation de ces fonds calquée sur ceux des OPCVM répond aussi aux exigences de sécurité souhaitées par les investisseurs institutionnels. Nous vous proposons de vous inspirer dans votre démarche des véhicules existants en Europe et notamment (mais pas exclusivement) des FCPR de droit français qui depuis 30 ans ont fait leurs preuves. 9) Quelles autres options et instruments sont envisageables pour accroître la capacité des banques et des investisseurs institutionnels à mettre à disposition des financements à long terme? Cf. propos introductifs et réponses aux questions 6 et 7. Les effets combinés de la réforme de la réglementation sur les établissements financiers 11

12 10) Les réformes prudentielles en vigueur ou programmées ont-elles des effets cumulatifs sur le niveau et la cyclicité du volume total des investissements à long terme et dans l'affirmative, quelle est l'importance de ces effets? Comment répondre au mieux à un impact éventuel? L impact des réformes prudentielles Bâle III et Solvabilité II appliquées par anticipation est indéniable sur le capital-investissement : les levées de fonds auprès des banques ont chuté de -79% entre 2008 et 2012 (de 2,9 Md à 0,6 Md ) ; et de -75% auprès des compagnies d assurance et des mutuelles (de 2,2 Md en 2008 à 0,6 Md en 2012). Ces deux catégories d investisseurs institutionnels comptaient à elles seules en 2008 pour 40% des levées de fonds, soit les plus gros apporteurs de fonds au capital-investissement français. En 2012, elles ont apporté moins de 25% des montants levés. L impact cumulatif est très réel, et met en danger une bonne partie de l écosystème du capital investissement, puisque, comme évoqué en préambule, 40% des sociétés de gestion françaises n ont pratiquement plus de fonds à investir, et un autre bloc de 40% n a plus que 30% de fonds disponibles. Un nombre très important de ces équipes d investisseurs joue sa survie dans des levées de fonds très difficiles ; tout porte à penser qu un bon nombre va disparaître, emportant avec elles une expérience et un savoir faire très complexe à construire. Ce n est pas la performance de ces équipes qui est en cause, puisque leur rendement moyen annuel (sur 10 ans) est supérieur à 8%. Ce n est pas non plus leur utilité sociale, puisque chaque année ce sont des dizaines de milliers d emplois qui sont créés dans les entreprises soutenues en France. C est donc bien le dérèglement des allocations d actifs induit par l accumulation de Bâle III et Solvency II qui crée ce risque toxique pour l économie L efficacité et l efficience de l offre des marchés financiers en instruments de financement à long terme Obligations sécurisées Titrisation Obligations de projets Actions 11) Comment améliorer le financement, par les marchés de capitaux, des investissements à long terme en Europe? Comme nous vous l indiquons ci-dessus, le financement des PME et ETI par les marchés financiers ne représente en France qu 1% des financements réalisés. Ce maillon est important pour les acteurs du capitalinvestissement puisqu il fait partie de la chaine de financement. Le marché des petites valeurs devrait être très utile pour fluidifier les désinvestissements des fonds, et notamment des fonds de capital-innovation. Pour construire un marché de capitaux, il faut avoir trois acteurs : des émetteurs en l occurrence des PME ou ETI ; des investisseurs et des analyses. Nous constatons un manque d appétence des investisseurs pour les marchés financiers des PME. Les investisseurs institutionnels européens se sont désengagés de la classe actions en raison de la mise en place de nouvelles règles prudentielles au niveau européen (Solvabilité II, Bâle III et demain IORP II). Dans ce contexte 12

13 de raréfaction des ressources, il devient primordial d aller au-delà des frontières de l Europe et des investisseurs européens traditionnels. Beaucoup de propositions s appuient sur l épargne des particuliers qui peuvent par ailleurs bénéficier d autres types de produits d épargne. L incitation fiscale est souvent le moyen proposé pour lutter contre l aversion au risque propre à l investissement en actions des particuliers. L un des points faibles de la bourse des PME existante repose sur le manque d analyse de bonne qualité notamment sur les micro-capitalisations. Il est donc nécessaire de revoir les modèles existants en créant des analyses de qualité qui permettent aux investisseurs de se faire une opinion sur les valeurs cotées. L initiative récente de Nyse Euronext en créant ENTERNEXT a pour objectif de recréer un écosystème de qualité de recherche et de gestion dédiées aux micro-capitalisations. Elle doit être soutenue et développée en Europe. Dans ce cadre, les initiatives de la Commission européenne allant dans le même sens sont les bienvenues. Il convient à ce titre de rappeler que les PME n ont pas les moyens des grands groupes pour répondre à aux exigences en matière d information des marchés règlementés et des marchés de type SMNO. Il nous semble que l accès à l information pertinente sur les petites capitalisations est un axe de réflexion à étudier. 12) Comment les marchés de capitaux pourraient-ils contribuer à résorber le déficit de financement par capitaux propres en Europe? Que doit-on changer dans le fonctionnement de l'intermédiation basée sur le marché pour mieux orienter les flux de financement vers les investissements à LT, favoriser le financement d'investissements à long terme compatibles avec une croissance durable d'un point de vue économique, social et environnemental, et garantir qu'investisseurs et consommateurs bénéficient d'une protection adéquate? Les marchés de capitaux à eux seuls ne peuvent résorber le déficit de financement par des capitaux propres en Europe. Ils sont un élément de la chaine de financement en capitaux propres des entreprises, indissociable de l écosystème dans lequel ils s insèrent. Nous avons répondu aux autres éléments de la question à la question ) Quels sont les avantages et les inconvénients du développement d'un cadre réglementaire mieux harmonisé pour les obligations sécurisées? De quels éléments ce cadre pourrait-il être composé? Nous vous renvoyons à la réponse à cette consultation du PAE sous l égide de l EVCA. 14) Comment le marché de la titrisation dans l'ue pourrait-il être revitalisé dans un sens préservant l'équilibre entre stabilité financière et nécessité d'améliorer les transformations des échéances par le système financier? 13

14 L AFIC attire l attention de la Commission européenne sur le fait que la titrisation est un maillon important du financement notamment des opérations de capital-transmission et de capital-développement d envergure Facteurs transversaux favorisant l épargne et le financement à long terme 15) Quels sont les avantages et inconvénients des différents modèles de comptes d'épargne disponibles dans l'ensemble de l'ue? Est-il possible d'élaborer un modèle européen? Fiscalité et investissements Fiscalité et épargne Incitations fiscales Les comptes d épargne comme le livret A et du livret développement industriel durable (Livret DD) en France sont des produits d épargne défiscalisés et liquides à tout moment. De plus, ils bénéficient de la garantie de l Etat. Les épargnants français apprécient particulièrement ces produits d épargne. Toutefois, leur rendement est faible. Dans le cadre de son livre blanc paru en avril 2012, l AFIC avait proposé de réallouer une partie de l épargne collectée au titre des livrets d épargne ainsi collectée vers le financement en fonds propres et quasi fonds propres des entreprise dans une fourchette allant de 3% à 5% des sommes collectées centralisées auprès de la Caisse des dépôts et non affectées au financement du logement social. Cette mesure se traduirait en trois actions : - élargir l éligibilité à l emploi des fonds centralisés/collectés au titre du livret A et du Livret DID en investissant en fonds propres et en quasi fonds propres des PME au travers notamment de FCPR. - définir une quote-part minimale des fonds non centralisés et des fonds centralisés non affectés au logement social à orienter progressivement vers les fonds propres des entreprises (3% à 5%) - flécher ces emplois au travers des fonds labellisés vers le financement en fonds propres et quasi fonds propres des PME. Il n est pas impossible de créer un modèle européen. 16) Quels types de réformes en matière d'impôt sur le revenu des sociétés pourraient améliorer les conditions d'investissement en mettant fiscalement sur le même plan dette et capitaux propres? Nous vous renvoyons à l annexe I de réponse à cette consultation du PAE sous l égide de l EVCA. 14

15 17) Quelles considérations devraient être prises en compte pour établir au niveau national les incitations adéquates à l épargne longue? En particulier, comment utiliser les incitations fiscales pour encourager l épargne à long terme d'une manière équilibrée? Il est donc fondamental, dans la recherche de nouvelles sources de financement pour les entreprises, que la Commission européenne prenne des mesures simples pour que l épargne des européens, encouragée souvent par des dispositions fiscales, soit orientée vers l investissement productif européen, c est-à-dire vers les capitaux propres des start-ups, PME et ETI basées en Europe. Dans le contexte très dégradé du marché du capital non-coté, l AFIC recommande que se généralise une modulation de la fiscalité de l assurance-vie, généralement extrêmement favorable, en fonction de la présence ou non d un certain ratio minimum d investissements dans les infrastructures et le capital des start-ups et PME. 18) Quels types de réductions fiscales pour les entreprises ont un effet favorable? Quelles mesures pourraient être prises pour faire face au risque d'arbitrage lorsque des dérogations ou des mesures d'incitation sont prévues pour des activités spécifiques? Nous vous renvoyons à l annexe I de réponse à cette consultation du PAE sous l égide de l EVCA sur cette question. 19) Un renforcement de la coordination fiscale dans l UE permettrait-il de favoriser le financement de l investissement à long terme? Nous vous renvoyons à la réponse du PAE sous l égide de l EVCA sur cette question. Principes comptables 20) Selon vous, dans quelle mesure la comptabilisation à la juste valeur a-t-elle entraîné un court-termisme des investisseurs? Existe-t-il des alternatives à la juste valeur, ou d'autres moyens permettant de compenser ces effets? Nous partageons l approche de la commission européenne sur l impact court-termiste de la généralisation des valorisations au marché. S agissant du capital investissement, qui est un investissement à long terme, les souscripteurs des fonds sont engagés sur de longues périodes, de 10 ans, pendant lesquelles ils ne peuvent généralement pas se retirer des 15

16 fonds. Cette structure reflète l illiquidité des investissements sous-jacents, dans des sociétés non cotées. Cette structure a surtout l immense bénéfice de donner une perspective de moyen terme aux sociétés sous-jacentes pour se lancer dans leurs plans de développement. Cette perspective longue est essentielle pour construire une croissance durable. Dans ce contexte imposer une valorisation «fair market value» sur un portefeuille de PME peut comporter des effets secondaires très dangereux. Il faut donc trouver les bons équilibres entre la nécessaire transparence vers les souscripteurs sur l état du portefeuille, et le maintien d une perspective de moyen terme. Ces équilibres ont été trouvés par la profession sous la forme de standards de reporting et de valorisation initiés par l AFIC, la BVCA et l EVCA, standards «IPEV» devenus internationaux puis mondiaux avec l adhésion des représentants américains de la profession. Ces standards, conformes aux IFRS, sont très adaptés aux besoins des investisseurs. Les conséquences de cette approche ont été étudiées avec l EVCA, qui a publié une étude «Calibration fo Risk and Correlation in Private Equity». Gouvernance des entreprises 21) Quels types d'incitations sont susceptibles de promouvoir un engagement à plus long terme des actionnaires? En matière de gouvernance, l AFIC promeut depuis de nombreuses années la démarche ESG auprès de ces membres. Cette démarche va dans le sens d un investissement à long terme et est fondée sur une initiative personnelle des acteurs concernés. Dans ce cadre, l AFIC est la première association représentative du capital-investissement dans l OCDE à prendre cet engagement. Elle a récemment annoncé son adhésion aux «Principles for Responsible Investment» des Nations Unies (UN PRI) en qualité de «Network Supporter». Cet engagement constitue une étape supplémentaire dans la volonté de l AFIC de favoriser les meilleurs standards en matière de prise en compte par les investisseurs des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Signataire des UN PRI en qualité de «Network Supporter», l AFIC s engage ainsi sur des normes internationales émergentes qu elle soutiendra auprès de sa sphère d influence. Cette démarche traduit la volonté de l AFIC de renforcer encore la promotion de pratiques d investissement responsable parmi les sociétés de gestion françaises. Les efforts déployés ces dernières années ont déjà porté la France au premier rang mondial : la France est déjà le pays qui compte le plus de sociétés de capital-investissement au monde ayant signé les UN PRI alors qu elle ne représente que 5% du marché mondial : sur les 150 sociétés de capital-investissement ayant souscrit aux UNPRI dans le monde, 61 sont françaises. Par ailleurs, le règlement de déontologie applicable aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant dans le capital-investissement recommande aux acteurs du capital-investissement de participer à la définition des principes de bonne gouvernance des entreprises qu elle accompagne en fonction notamment : - du ou des domaines de ses interventions (capital-innovation, capital-développement, capital-transmission ou capital-retournement ; - de la participation minoritaire ou majoritaire au capital ; - de la forme juridique de la société du portefeuille et de sa taille. 16

17 22) Comment faire évoluer les mandats et les incitations donnés aux gestionnaires d actifs afin de favoriser les stratégies et les relations d'investissement à long terme? Le métier du capital-investissement consiste non seulement à investir dans des entreprises non cotées mais également à être un actionnaire accompagnant l entreprise dans sa démarche stratégique. Le fait, très rare, que les gestionnaires de capital-investissement soient contraints d investir une part importante de leur patrimoine dans les fonds qu ils gèrent, aux côtés des souscripteurs, est un facteur très puissant d alignement des intérêts sur la valorisation à long terme des entreprises des portefeuilles. Nous vous renvoyons au règlement de déontologie commun AFG AFIC destiné aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant dans le capital investissement qui précise les principes et recommandations applicables en la matière. 23) Est-il nécessaire de réexaminer la définition de la responsabilité fiduciaire dans le contexte du financement à long terme? Les gestionnaires sont soumis à un règlement de déontologie qui favorise la publication des politiques de vote ainsi que la divulgation de la manière dont les votes ont été effectués. Ainsi en matière de droits de vote, le règlement de déontologie recommande aux gestionnaires d être présent aux Assemblées générales et que les membres de l équipe de gestion se concertent au préalable avant le vote d une résolution importante. Il préconise également en cas d empêchement que le gestionnaire vote par correspondance ou par procuration. Il nous semble inutile de développer une réglementation sur ce sujet mais de favoriser les initiatives d autorégulation des acteurs du financement à long terme ce qui nous semble être l approche la mieux appropriée. Il convient également de réfléchir aux implications du développement de la démarche d Investissement Responsable sur le concept de responsabilité fiduciaire : il peut survenir que telle ou telle décision prise dans le cadre de l Investissement Responsable comporte un risque de non-maximisation du rendement de l investissement, qui pourrait être une difficulté au regard du concept traditionnel de responsabilité fiduciaire. Obligations d'information 24) Dans quelle mesure l'intégration accrue d'informations financières et non financières contribuera-t-elle à offrir un aperçu plus clair des performances à long terme d'une entreprise, et à de meilleures décisions d'investissement? Il est impératif d éviter d accroitre les obligations pesant sur les entreprises notamment les PME. Le mouvement incitant à mettre en place au sein des entreprises des critères ESG est en cours. Il se développe d une part à la demande de certains investisseurs institutionnels mais aussi en raison de la prise de conscience de ces enjeux par les investisseurs professionnels comme les gestionnaires d actifs. Ce mouvement continue de se développer et de nombreuses initiatives tant des associations professionnelles comme l AFIC ont été prises.(cf. réponse à la question n 21). Il faut ajouter que un groupe de travail international composé 17

18 d investisseurs professionnels et de gestionnaires de fonds et auquel l AFIC a participé a élaboré un «ESG Disclosure Framework for Private Equity» en date du 5 March Ce document développe des termes de référence en vue de mettre en place un reporting extra-financiers répondant aux attentes des investisseurs internationaux. 25) Serait-il utile d'élaborer des benchmarks «long terme» spécifiques? L AFIC n est pas opposée au développement de systèmes de mesure et de notation qui permettent de concilier perspective à long terme et responsabilité à court terme à destination des investisseurs institutionnels Facilité d'accès des PME aux financements bancaires et non bancaires Capital-investissement Marchés et réseaux spécifiques aux PME Instruments de titrisation pour PME Normes pour le crédit rating des PME Sources de financement «non traditionnelles» 26) Quelles mesures pourraient être envisagées, en termes de régulation européenne ou d'autres moyens, pour faciliter l'accès des PME aux sources de financement non traditionnelles? L AFIC partage le constat de la Commission européenne sur le développement du capital-investissement et est favorable au développement des fonds de fonds qui permettraient de mutualiser les risques pris par les investisseurs institutionnels sur cette classe d actifs. L AFIC a par ailleurs proposé en Avril 2012 la mise en œuvre d un fonds de garantie qui plafonnerait la perte encourue à terme par les investisseurs sur leurs portefeuilles d investissement en actions non cotées. Ne seraient ainsi éligibles que les portefeuilles diversifiés avec un montant minimum d investissements sousjacents. Les fonds éligibles seraient «labellisés» par le fonds de garantie. La garantie n interviendrait qu à partir d une perte de plus de 20% sur l ensemble du portefeuille de fonds de chaque assuré, constatée à l issue du désinvestissement. Un tel fonds de garantie mis en œuvre à l échelle de l Union européenne permettrait d alléger significativement le coût en capital de l investissement vers le capital des startups et PME. Le «crowdfunding» ou financement participatif est une nouvelle source de financement des projets de création d entreprises et des jeunes entreprises qui permet de mieux faire connaitre aux particuliers le financement des startups. Toutefois, il est important que le niveau de régulation de ce nouveau mode de financement réponde aux mêmes niveaux d exigences que celui imposé aux autres véhicules d investissement offert aux épargnants. 18

19 27) Comment pourraient être conçus des instruments de titrisation pour PME? Quelles sont les meilleures façons d'utiliser la titrisation pour mobiliser les capitaux des intermédiaires financiers en faveur des PME, que ce soit sous forme de prêts ou d'investissements supplémentaires? La titrisation est un enjeu majeur pour la réalisation d opérations de capital-transmission et de capitaldéveloppement d envergure. Il est donc impératif d avoir un dispositif régulé facilitant ces opérations utiles à la croissance et notamment au passage des PME au stade d ETI. Par ailleurs, nous vous rappelons l un des métiers du capital-investissement appelé mezzanine. Dans le cadre des opérations de capital-transmission, le financement mezzanine fait partie du schéma de financement entre la dette et les capitaux propres de l entreprise. La mezzanine est subordonnée à la dette bancaire mais prioritaire au capital, non cotée et souscrite en général par des fonds spécialisés. Il convient ici aussi de prendre en compte l ensemble de l écosystème. 28) Serait-il utile de prévoir une approche entièrement distincte pour des marchés propres aux PME? Qui pourrait développer de tels marchés et comment, en tenant compte de l'inclusion de produits titrisés spécifiquement conçus pour le financement de PME? Nous partageons la position de la commission européenne et sommes favorables au développement de marchés pour les PME, étant observé qu ils ne pourront en tout état de cause financer d une très petite fraction de ces entreprises. 29) Un cadre réglementaire européen permettrait-il de favoriser le développement de ces sources de financement non traditionnelles autres que bancaires pour les PME, ou entraverait-il au contraire ce développement? Quelles réformes pourraient favoriser la croissance future de ces marchés? Nous constatons que la réglementation sur les aides d Etat et notamment la règle de minimis de 2,5 millions d euros par an et par entreprise est un cadre réglementaire européen qui ne favorise pas le développement de sources de financement du capital-innovation. La portée actuelle des lignes directrices sur le capitalinvestissement ne facilite pas suffisamment l accès des entreprises ayant des besoins en fonds propres au capital-investissement. Ainsi, la définition européenne de PME au sens communautaire est limitée à 250 salariés. Le nombre maximum de salariés est une limite trop restrictive. Ce seuil vient limiter les investissements réalisés dans les ETI qui ne bénéficient ni d un marché liquide, ni d un accès aux offres publiques. Par ailleurs, nous constatons que les lignes directrices sur le capital-investissement ne sont pas aisément compréhensibles. Des règles plus didactiques seraient appréciées. 19

20 A notre sens, les lignes directrices ont du sens lorsqu elles s appliquent à un marché mature. Or, le capitalinvestissement comprend différents segments qui ne sont pas au même niveau de maturité. Par ailleurs, le capital-innovation s adresse à des entreprises innovantes qui ne sont pas sur des marchés matures mais sur des marchés émergents voire encore inexistants. Dans le secteur des biotechnologies, le circuit de l investissement est d au moins 7 ans pour découvrir une nouvelle molécule. L entreprise n en est qu au stade de la recherche, il n y a donc pas de marché existant auquel elle puisse s adresser. Pour permettre un meilleur financement des entreprises innovantes par le capital-investissement, les règles de minimis applicable au capital investissement et figurant dans le règlement n 800/2008 du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d aide compatibles avec le marché commun devraient donc être assouplies en relevant le plafond spécifique de 2,5 millions d euros à 6 millions d euros sur 12 mois ou à hauteur de 10 millions d euros sur 2 ans afin de le faire correspondre aux besoins des entreprises innovantes. Nous allons répondre à la consultation en cours sur le projet de modification du règlement déclarant certaines catégories d aide compatibles avec le marché commun en application des articles 107 et 108 du Traité. Enfin, les conditions de mise en place d une taxe européenne sur les transactions financières telles que prévues dans le projet de directive devrait être aménagées afin de ne pas nuire à l écosystème du financement des entreprises notamment via un financement intermédié par les fonds d investissement. 30) Au-delà de l'analyse et des mesures présentées dans le présent livre vert, qu'est-ce qui pourrait contribuer au financement à long terme de l'économie européenne? Le retour des investisseurs institutionnels vers le capital-investissement est un impératif pour contribuer au financement à long terme de l économie européenne. 20

LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76}

LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76} LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76} L'Association Française des Sociétés Financières (ASF) représente les établissements

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

FCPR. Idinvest Private Value Europe

FCPR. Idinvest Private Value Europe FCPR Idinvest Private Value Europe Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises de taille intermédiaire non cotées, assortie d un risque de perte en capital, destinée à des investisseurs

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Idinvest Private Value Europe II

Idinvest Private Value Europe II Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) Idinvest Private Value Europe II www.allianz.fr Avec vous de A à Z Idinvest Private Value Europe II Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises

Plus en détail

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 15 JUILLET 2013 UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes UFF, acteur majeur de la commercialisation de FCPI, lance son

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF.

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF. ISF2012 Un placement bloqué sur 6 ans minimum, soit jusqu au 30 juin 2018 (pouvant aller jusqu à 7 ans maximum, soit jusqu au 30 juin 2019, sur décision de la société de gestion). FCPI éligible à la réduction

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST Simon Ruchaud, Économiste, AFIC Alexandra Audouard, Senior Manager, MAZARS Bordeaux Marc Brière, Président de la Commission Action

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Fonds French Tech Accélération

Fonds French Tech Accélération Fonds French Tech Accélération Appel à manifestation d intérêts pour les investissements dans des structures d accélération de la croissance de startups innovantes («accélérateurs de startups») 1. L INITIATIVE

Plus en détail

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés.

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés. Discours du Gouverneur de la Banque de France Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés 30 novembre 2015 Mesdames, Messieurs, Cette conférence organisée grâce à la 2 Investing

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Politique de placement de la FCO

Politique de placement de la FCO Politique de placement de la FCO FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE DE PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique ayant pour mandat de subventionner

Plus en détail

Financer en capital les entreprises innovantes

Financer en capital les entreprises innovantes Financer en capital les entreprises innovantes CDC Entreprises, acteur majeur du capital investissement pour les PME de croissance 18 Janvier 2011 Présentation au CAS Véronique JACQ CDC Entreprises dédiée

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014

MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014 MASSERAN PATRIMOINE INNOVATION 2014 INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ACG 2014

MANDAT DE GESTION ACG 2014 MANDAT DE GESTION ACG 2014 Pour investir directement au capital des PME et réduire votre ISF Géré par DOCUMENT A CARACTERE PUBLICITAIRE Conseillée en investissement par www.mandat-isf-acg.com MANDAT DE

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE Tels les tables de la loi redescendues par Moïse du mont Sinaï, ce sont donc dix recommandations visant à «Dynamiser l épargne financière des ménages

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 Saint Max Francis VENNER AVENIR CONSEIL PATRIMOINE 6 clos de la tuilerie - 54460 LIVERDUN tél :

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude Département d Économie de l École Polytechnique / Club DD AFIC Éditorial Chercheurs ayant

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP -

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - P r o p o s i t i o n s d e m e s u r e s p o u r l e d é v e l o p p e m e n t e t l e f i n a n c e m e n t d e s P P P Objectifs : - Maintenir le niveau

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail