1. PRESENTATION DE LA BOAD ETAT DES LIEUX DES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE UEMOA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. PRESENTATION DE LA BOAD 1-2 2. ETAT DES LIEUX DES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE UEMOA"

Transcription

1 PRESENTATION DE LA BOA SUR LES «POLES DE COMPETITIVITE ET CLUSTERS EAU ET ENERGIE EN AFRIQUE» A L OCASION DE LA 11 ème EDITION DU FORUM EURAFRIC A LYON EN FRANCE PLAN DE PRESENTATION Pages 1. PRESENTATION DE LA BOAD ETAT DES LIEUX DES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE UEMOA 2 3. INTERVENTIONS DE LA BOAD DANS LES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT EXPERIENCE DE LA BOAD DANS LE FINANCEMENT DE POLES DE COMPETITIVITE PERSPECTIVES EN MATIERE DE FINANCEMENT DE POLES DE COMPETITIVITE 6-7 NOVEMBRE

2 I. PRESENTATION DE LA BOAD - La BOAD est l Institution commune de financement du Développement dans l espace UEMOA qui comprend les huit (8) pays membres suivants : Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo. - Les Objectifs de la BOAD sont : o Promouvoir le développement équilibré des pays de l UEMOA ; o Réaliser l intégration économique de l Afrique de l Ouest ; - Les Formes d Intervention de la BOAD : o Octroi de prêts directs à long et moyen termes ; o Financements indirects et assistance aux petites et moyennes entreprises ; o financements d études de factibilité de projets ou études d ingénierie ; o Garanties d emprunts obligataires ; o Arrangements de financements bancaires ; o Assistance technique aux Etats et à leurs institutions. - Financements en 2010 : 38 opérations pour un total d environ 273 millions d Euros se répartissant comme suit : o Secteur non marchand : 16 opérations pour 141 millions d Euros (52%) ; o Secteur public marchand : 4 opérations pour 41 millions d Euros (15%) ; o Secteur privé : 18 opérations pour 90 millions d Euros (33%). - Répartition catégorielle des engagements cumulés : o Infrastructures modernes y compris le secteur de l Energie : 54% ; o Développement Rural y compris le secteur de l Eau : 16% ; o Institutions financières et PME : 9% ; o Autres activités productives : 21%. - Le taux de décaissement est passé de 50% en 2009 à 70% en La BOAD évolue donc dans un environnement difficile maqué par des attentes d ordre social aiguës et urgentes et des ressources concessionnelles rares. Pour relever ses défis, un Plan Stratégique devant conduire l Institution à des mesures allant dans le sens d un véritable changement a été élaboré pour la période Ce Plan stratégique accorde une importance particulière aux secteurs de l Energie et de l Eau, notamment les objectifs stratégiques suivants à atteindre en 2013 : o Se positionner comme le spécialiste régional du financement du développement durable notamment des énergies renouvelables et du marché carbone ;

3 2 o Doubler au moins le volume annuel des lignes de refinancement octroyées qui concernent essentiellement les PME et les PMI ; II. ETAT DES LIEUX DES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE UEMOA 2.1. Cadre institutionnel et juridique - Des agences de régulation du secteur ont été créées dans les pays où la gestion des secteurs de l Energie et de l Eau a été privatisée. Il convient de souligner par ailleurs, qu ils existent un cadre harmonisé pour le Droit des Affaires (OHADA) et des guichets uniques pour faciliter l installation ou la création d entreprise et promouvoir l investissement privé Secteur de l Energie - Faible taux d accès à l électricité (17% au niveau régional) ; - Prix élevé de l électricité, l un des plus chers au monde (0,15 /kwh), du fait d un parc de production aux 2/3 thermique et utilisant des produits pétroliers de plus en plus coûteux. En effet, l énergie hydraulique qui est relativement moins onéreuse que celle thermique n est utilisée qu à 7% de sa capacité, tandis que 500 millions de personnes en Afrique n ont toujours pas d accès à l électricité ; - Non application systématique de la vérité des prix, précarisant ainsi la situation financière des opérateurs publics d électricité et constituant un lourd fardeau pour les finances publiques ; - Faiblesses des investissements publics et privés dans le secteur ; - Insuffisances institutionnelles et échec des réformes dans le secteur 2.3. Secteur de l Eau et de l Assainissement a) Secteur de l Eau - 32 millions de personnes non couvertes en (taux de couverture : 64%) ; - Environnement institutionnel et réglementaire souvent inadapté au nouveau contexte de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) ; - Manque de ressources adaptées au financement des secteurs de l eau. b) Secteur de l Assainissement - 67 millions de personnes non couvertes (taux de couverture : 24%) - Absence généralisée et dysfonctionnement des stations d épuration des eaux usées ; - Très faible taux de couverture en service de collecte des ordures ménagères (globalement inférieur à 10%).

4 3 III. INTERVENTIONS DE LA BOAD DANS LES SECTEURS DE L ENERGIE, DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT 3.1. Interventions dans le secteur de l Energie, de l Eau et de l Assainissement - Dans le secteur de l énergie, la BOAD a financé o des projets de construction de lignes d interconnexion des réseaux nationaux pour un linéaire de km (Interconnexions Mali Côte d Ivoire, Ghana-Togo Bénin, Niger Nigeria,.) ; o Huit (08) projets d électrification rurale et plusieurs projets de renforcement des moyens de production et de distribution sur les réseaux inter-etats Interventions dans le secteur de l Eau et de l Assainissement - Dans ce secteur, la Banque a financé points d eau modernes, 15 retenues d eau et une quarantaine de projets d approvisionnement en eau potable (AEP). - Malgré les efforts fournis par les Etats et la Communauté des Bailleurs de fonds dont la BOAD, les évolutions des taux de couverture des besoins en eau potable (eau de boisson salubre) et d assainissement ci-dessous montrent qu à ce rythme les OMD (76%) dans la Zone UEMOA ne seront pas atteints en En effet, il faudrait une intensification des actions de l ordre de 59% pour espérer atteindre les OMD en 2015 en matière d eau et assainissement Mise en œuvre des actions opérationnelles de l Initiative Régionale pour l Energie et le Développement (IRED) - Pour résoudre la crise énergétique, l UEMOA a défini une vision 2030 ambitieuse, à savoir «En 2030, l ensemble des citoyens de l Union accédera à une énergie à bas prix, au sein d un vaste marché d échanges d énergie électrique intégré et harmonisé à l échelle de l Afrique de l Ouest, produisant une énergie propre et s appuyant sur un partenariat public-privé (PPP) dynamique» - Les objectifs stratégiques de l IRED sont : Accroître le taux d électrification dans l UEMOA de 30% (2012) à 100% (2020) ; Réduire le prix moyen du KWh de 0,12 Euros (2012) à 0,04 Euros (2020) ; Accroître la part des énergies renouvelable de 36% (36%) à 82% (2020). - Pour rendre opérationnel l IRED, la BOAD joue le rôle d Agence d Exécution. Pour ce faire, un dispositif de financement adéquat a été adopté comme suit : o Fonds de Développement de l Electricité (FDE) : fonds concessionnel de 762 millions d Euros ouverts aux contributeurs institutionnels. Ce fonds a déjà fait l objet d engagements à hauteur de 265 millions d Euros (35%) ;

5 4 o Fonds Infrastructure (FI) : Fonds d Investissement Privé de millions d Euros dont une phase d urgence de 7 milliards d Euros, ouvert au secteur privé Déclinaison stratégique du Plan Stratégique de la Banque pour les secteur de l Eau et de l Assainissement - La déclinaison opérationnelle du plan stratégique de la Banque nécessite un engagement de 152 millions d Euros sur la période couvrant environ 5% du coût total de l ensemble des besoins estimés à 3 milliards d Euros environ en investissement dans les secteurs de l AEPA pour l atteinte des OMD dans lesdits secteurs ; - La contribution de la Banque permettra en 2013, l accès à l eau potable à 4 millions de personnes et l accès à l assainissement de base de 3 millions de personnes dans l espace UEMOA. - Pour atteindre les objectifs ci-dessus mentionnés dans les secteurs considérés, il est attendu du secteur privé, la mise en œuvre des projets d assainissement des eaux usées et de gestion des déchets solides par le biais de PPP ; IV. EXPERIENCE DE LA BOAD DANS LE FINANCEMENT DE POLES DE COMPETITIVITE Un pôle de compétitivité est, sur un territoire donné, l association d entreprises, de centres de recherche et d organismes de financements, engagés dans une démarche partenariale (stratégie commune de développement), destinée à dégager des synergies autour de projets innovants conduits en commun en direction d un marché donné. La BOAD a financé en décembre 2008, un projet de développement d un pôle de compétitivité en Côte d Ivoire dans le domaine des TIC et de la Biotechnologie dont il me plait de partager avec vous, les grandes lignes de son implémentation. Projet de Zone franche de la Biotechnologie et des Techniques de l Information et de la Communication (ZBTIC) à Grand Bassam en Côte d Ivoire (Phase 1) a) Objet et objectifs Le projet a pour objet, l aménagement de 120 ha de terrain, la création de VRD (Voiries et Réseaux Divers) y relatifs, la construction du siège de la société VITIB SA (Village des Technologies de l Information et de la Biotechnologie) et d un «hôtel d entreprises» à Grand-Bassam en Côte d Ivoire. Il s inscrit dans un programme de création d une zone franche de la biotechnologie et des technologies de l information et de la communication (TIC) à travers la mise en place d infrastructures et d un cadre juridique, institutionnel et fiscal attractif pour les entreprises desdits secteurs à Grand Bassam en Côte d Ivoire. Cette zone franche est destinée à accueillir essentiellement les entreprises de services spécialisées dans les TIC et la biotechnologie qui opéreront après l aménagement et la viabilisation du terrain sous forme de BOT (Built Operate and Transfer).

6 5 L objectif global du projet est de promouvoir la biotechnologie et les TIC en vue de soutenir la croissance économique de la Côte d Ivoire et de la sous région. Les objectifs spécifiques du projet sont : en 2015, 80 entreprises fonctionnelles sont installées sur le site et réalisent un chiffre d affaires de MFCFA ; en 2015, le nombre d équipements informatiques et de logiciels exportés vers la sous région a augmenté de 5% ; en 2015, emplois directs sont crées. b) Coût et plan de financement du projet Le coût hors taxe du projet (phase relative à l aménagement de VRD) ressort 48,5 millions d Euros et est financé comme suit : o BOAD : 19,8 millions d Euros (41%) ; o BIDC : 07,6 millions d Euros (16%) ; o Inde : 13,7 millions d Euros (28%) ; o Etat de Côte d Ivoire : 07,5 millions d Euros (15%). Les conditions du prêt BOAD sont les suivantes : Taux d'intérêt Emprunteur : 8,5 % l'an ; Commission frais de dossier : 1 % flat, payable 50% aux négociations et 50% à la signature du Contrat de Prêt ; Durée : 15 ans dont 04 ans de différé ; c). Résultats attendus - introduire la Côte d Ivoire et la sous région sur le marché des produits, services et contenus, et de soutenir la promotion de ces deux secteurs ; - le nombre d emplois directs dans le parc devrait passer de en 2012 à en 2021 et s établissent à en d). Situation de l Exécution du projet - le projet est en cours d implémentation. Les travaux de VRD sont réalisés environ à 40%. L exécution du projet a connu un retard à cause de la crise sociopolitique que le pays a connue.

7 6 e). Avantages comparatifs Les avantages comparatifs du projet par rapport à d autres zones franches, notamment dans les pays maghrébins, sont : - la mise à disposition gratuite du terrain aux entreprises alors qu en Tunisie et au Maroc, des parcelles sont cédées respectivement à des prix moyens de 34 Dinars Tunisien (DT), soit environ FCFA et 40 Dirhams (DH), soit FCFA le mètre carré ; - l ouverture d un guichet unique sur le site pour réduire les délais des formalités administratives et d agrément des entreprises; - les facilités de transport du fait de la proximité des plates formes aéroportuaires et portuaires d Abidjan qui demeurent des hubs dans la sous région UEMOA ; - l exploitation et la gestion de la zone franche confiée à une entreprise de droit commun (VITIB SA) pour éviter les contraintes administratives. Les entreprises attendues dans la zone franche sont : i) les multinationales à la recherche d avantages comparatifs en terme de réduction des coûts de production (développement d application, assemblage d appareils électroniques, traitement et maintenance de bases de données, recherche et développements, call-center, etc.) ; ii) les PME et PMI locales exerçant dans les domaines des études et applications informatiques et bio, intégrations de solutions, ventes de matériels informatiques et réseaux et iii) les sociétés en création (Start up) intéressées par la mise en œuvre de projets innovants, de la phase d incubation au démarrage de l activité. V. PERSPECTIVES EN MATIERE DE FINANCEMENT ET D ACCOMPAGNEMENT DE POLES DE COMPETITIVITE Le développement des Pôles de Compétitivités et Clusters Eau et Energie dans l UEMOA pourrait se faire suivant le principe de solidarité et de subsidiarité sur lesquels l Union est bâtie. Ainsi on peut imaginer : - Grand Bassam, la Capitale des TIC et de la Biotechnologie ; - Bamako, celle de l Energie Solaire ; - Ouagadougou, la capitale de l Eau et des métiers liés à l Eau ; - Niamey, la capitale de l Energie nucléaire ; - Etc. Dans le domaine de l énergie solaire, les interventions futures de la Banque pourraient concerner, entre autres, les activités suivantes quasi inexistantes dans la zone UEMOA : production, ingénierie et design des produits solaires : architectes, designers, bureaux d études, fabrication et installation de systèmes solaires photovoltaïques, et ; exploitation proprement dite (donneurs d ordre) : centrales solaires, distributeurs de produits solaires, promotion de l énergie solaire

8 fabrication et vulgarisation de produits solaires (ampoules, cuiseurs solaires, PV), aux fabricants de matériaux associés (onduleurs batteries, systèmes de fixation), etc. formation et création d instituts dans le domaine Solaire, etc. Dans les secteurs de l Eau et de l Assainissement, les interventions de la Banque pourraient se focaliser sur l accompagnement des partenaires publics et/ou privés, initiateurs des pôles de compétitivité dans les domaines suivants : fabrique et/ou montage de matériels et d équipements d adduction d eau (pompes électriques et manuelles, tuyauteries et accessoires de réseau, installations d énergie solaire, etc.) ; systèmes innovants d épuration des eaux usées et des déchets solides. Les trois (03) types d intervention suivants de la BOAD pourraient retenus pour le développement des pôles de compétitivité : - Prêts aux Etats ou aux sociétés promotrices, d exploitation et de gestion des pôles de compétitivité pour les travaux d aménagement et de viabilisation des sites sur lesquels seront développés lesdits pôles ; - Prêts directs aux sociétés privées, aux PME/PMI qui s installeront dans les pôles aux conditions du guichet public marchand ou à travers le Fonds d Investissement de l IRED ou des lignes de refinancement (montants inférieurs à 1,52 millions d Euros) ; - Conseils, arrangement de financements. 7 Conformément à ses orientations stratégiques et à sa vision d être en 2020 «une Banque de développement forte et de référence mondiale dans le marché commun régional», la BOAD devrait encourager et financer des pôles de compétitivité dans les secteurs de l Energie et de l Eau à l instar du pôle similaire qu elle a financé en Côte d Ivoire dans le domaine des TIC et de la Biotechnologie. Ce qui permettra d assurer un développement durable des secteurs de l Energie, de l Eau et de l4assainissement.

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE Promouvoir un développement durable et partagé L AFD ET LA MÉDITERRANÉE Le groupe Agence Française de Développement (AFD) est autorisé à intervenir

Plus en détail

Analyse du secteur automobile marocain

Analyse du secteur automobile marocain Analyse du secteur automobile marocain Présentation du secteur L industrie automobile marocaine représente près de 5% du PIB industriel, assure 14% des Exportations industrielles et entraîne une grande

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un projet à construire. Coopération de défense. Agence

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA

DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission DISCOURS DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA A L OCCASION DE LA SIGNATURE DE L ACCORD DE DON

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par REUNION THEMATIQUE Genève, 11 septembre 2013 Migration du travail et diasporas Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par Seydou KEITA Conseiller Technique Ministère

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres,

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres, Signature de l accord de prêt relatif au financement partiel du projet de securite alimentaire par l aménagement des bas fonds et le renforcement des capacités de stockage au Bénin Discours de Monsieur

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL POUR UN PORT ET UNE INDUSTRIE DE CROISSANCE * Des expositions * Des conférences et Ateliers * Des rencontres B to B RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL San Pedro, le 09 mai 2014 Le Comité Scientifique /

Plus en détail

L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire

L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire Ministère de l Economie et des Finances et Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME innovation oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6511-03 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME innovation oser pour gagner! Pour vous qui créez ou développez votre entreprise, faire

Plus en détail

Contexte énergétique Tunisien

Contexte énergétique Tunisien WORKSHOP L ENERGIE SOLAIRE EN ALGERIE, AU MAROC ET EN TUNISIE" Munich, le 6 juin 2011 L Energie Solaire en Tunisie i : lencadrement l Encadrement Juridique et Economique Abdessalem EL KHAZEN Project Manager,

Plus en détail

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED)

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED) Optimiser le cadre légal et réglementaire de l investissement dans les infrastructures en région méditerranéenne SENsibiliser aux instruments de mitigation des risques financiers Le Programme de soutien

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

AFRIQUE FINANCEMENT TOTAL : 19 188 311 NOMBRE D OPÉRATIONS : 190 POPULATION BÉNÉFICIAIRE : 31 770 000 MALI MAROC NIGER MAURITANIE SÉNÉGAL TCHAD GUINÉE

AFRIQUE FINANCEMENT TOTAL : 19 188 311 NOMBRE D OPÉRATIONS : 190 POPULATION BÉNÉFICIAIRE : 31 770 000 MALI MAROC NIGER MAURITANIE SÉNÉGAL TCHAD GUINÉE AFRIQUE FINANCEMENT TOTAL : 19 188 311 NOMBRE D OPÉRATIONS : 190 POPULATION BÉNÉFICIAIRE : 31 770 000 MALI MAROC MAURITANIE NIGER SÉNÉGAL TCHAD GUINÉE BURKINA FASO RWANDA TOGO BÉNIN CAMEROUN RÉPUBLIQUE

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT *** DIRECTION GENERALE DE LA LOGISTIQUE ET DU TRANSPORT MULTIMODAL TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE

Plus en détail

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES. du mercredi 28 /03/2012

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES. du mercredi 28 /03/2012 République de Côte d Ivoire Union - Discipline Travail Porte- parolat du Gouvernement COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES du mercredi 28 /03/2012 Le mercredi 28 mars 2012, un Conseil des Ministres s est

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain Les acteurs centraux au cœur du changement Détails sur les contenus des sessions : Thème 1 : «Compréhension des concepts

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

Banque africaine de Développement

Banque africaine de Développement Banque africaine de Développement Sommaire Stratégies de la Banque au Cameroun pour la période 2010-2014 2014 Engagements de la Banque au Cameroun Portefeuille actif du secteur énergie et programme de

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

MODULE D INTERVENTION STRATEGIES ET OUTILS DE MOBILISATION OPTIMALE DES RESSOURCES

MODULE D INTERVENTION STRATEGIES ET OUTILS DE MOBILISATION OPTIMALE DES RESSOURCES MODULE D INTERVENTION STRATEGIES ET OUTILS DE MOBILISATION OPTIMALE DES RESSOURCES AUTONOMIE FINANCIERE DES COLLECTIVITES LOCALES D AFRIQUE : STRATEGIES ET OUTILS D AIDE A LA MOBILISATION DES RESSOURCES

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1 LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013 Lomé le 07 septembre 2013 1 Plan I. La CRRH-UEMOA : activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères d éligibilité

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Diagnostic et enjeux (1/11)

Diagnostic et enjeux (1/11) Diagnostic et enjeux (1/11) Région : Alsace / Franche - Comté Nom du groupe de travail : Automobile, transports et mobilité Participants à l atelier : voir liste des participant en annexe Rapporteur /

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010 CCE EDF Séance du 15 Avril 2010 Titulaire au CCE Christophe MARTIN Représentant Syndical au CCE Expert : Edouard CAHEN Séance du 15 avril 2010 Ordre du jour Retour d expérience sur le dispositif de Prérecrutement

Plus en détail

6. La durée de réalisation de cette consultance est de vingt deux (22) jours pendant la période allant du 10 août au 12 Septembre 2012.

6. La durée de réalisation de cette consultance est de vingt deux (22) jours pendant la période allant du 10 août au 12 Septembre 2012. Avis de Sollicitation de Manifestation d intérêt pour le recrutement d un consultant international ou national pour la revue des Plans d investissements des pays AMI N 05 2012 Plans d investissement nationaux

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention :

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention : RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur est établi en conformité avec les statuts du Syndicat Mixte Départemental d Eau et d Assainissement I - Compétences : Le SMDEA est chargé par le Conseil

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015

PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE. Abidjan le 26 novembre 2015 PRÉSENTATION DE LA CRRH UEMOA POUR LE RÉSEAU HABITAT ET FRANCOPHONIE Abidjan le 26 novembre 2015 RHF ABidjan le 26 novembre 2015 1 PLAN I. LA CRRH-UEMOA : OPÉRATIONNELLES TRENTE NEUF MOIS D ACTIVITÉS II.

Plus en détail

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES Royaume du Maroc Ministère du Tourisme Direction de la Réglementation du Développement et de la Qualité L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES au cœur de la stratégie de développement touristique «Vision

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère du Plan Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Deuxième trimestre 2014 http://www.cepodsn.org Les coûts

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

PROGRAMME INDICATIF REGIONAL DE DEVELOPPEMENT URBAIN (2009-2018) DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME INDICATIF REGIONAL DE DEVELOPPEMENT URBAIN (2009-2018) DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- La Commission ----- PROGRAMME INDICATIF REGIONAL DE DEVELOPPEMENT URBAIN (2009-2018) DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Février 2009 380, Avenue du Professeur

Plus en détail

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE 1 FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN PLACE D UN CADRE DE CONCERTATION ENTRE LE BENIN, LE BURKINA FASO, LE MALI, LE NIGER, LE NIGERIA

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES Le Programme National de développement de la Plateforme Multifonctionnelle (PN-PTFM)

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

Comment financer le développement du secteur de l électricité en Afrique?

Comment financer le développement du secteur de l électricité en Afrique? Comment financer le développement du secteur de l électricité en Afrique? Le secteur de l électricité en Afrique 25% de la population alimentée, surtout dans les régions urbaines Taux d accès dans les

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Appel à projets. Ouvert du 15 mars au 1 er mai 2016. Table des matières

Appel à projets. Ouvert du 15 mars au 1 er mai 2016. Table des matières N Appel à projets Soutien aux investissements des Industries agroalimentaires (Type d opération.2a du Programme de Développement Rural de Franche-Comté) (version 1.2 du PDRR approuvée par la Commission

Plus en détail

Solutions d énergie solaire pour l'afrique

Solutions d énergie solaire pour l'afrique Solutions d énergie solaire pour l'afrique Présentation de l activité solaire de Canopy Canopy SAS 201 rue Saint Martin 75003, Paris, France Phone: +33 1 53 00 40 90 email: contact@canopy-energy.com Centrale

Plus en détail

AFD Photo agence. Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux

AFD Photo agence. Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux L AFD et les innovations financières pour le développement AFD Photo agence Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux AFD Yves Terracol 4&5 MARS 2010 CITÉ DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE PARIS - PARC DE

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn

DOSSIER DE PRESSE. Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn DOSSIER DE PRESSE Du 7 au 10 Mai 2014 www.labexpo.com.tn 1 SOMMAIRE I. PREAMBULE....P.3 II. APERCU SUR L INFRASTRUCTURE TECHNOLOGIQUE EN TUNISIE.P.4 III. PRESENTATION DU SALON...P.5 IV. OFFRE DU SALON......P.7

Plus en détail

SEMINAIRE FAR RABAT. Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion des jeunes en milieu rural au Togo

SEMINAIRE FAR RABAT. Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion des jeunes en milieu rural au Togo SEMINAIRE FAR RABAT Atelier 2.2 : Conditions pour une installation durable des jeunes en agriculture. Quels types d accompagnement? Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION REPUBLIQUE DU BENIN Université d Abomey-Calavi Centre de Formation et de Recherche en matière de Population CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION GRADE : MASTER DOMAINE DE CONNAISSANCE: 5

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES Abdramane Togo Nov.2000 ong à but non lucratif- BP: E2226-Tél/fax : 229-24-22-Lafiabougou-Rue 426-Porte

Plus en détail

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Ms. Soumia Alami Ouali, Deputy Director of the SME Division of the Bank (Directrice générale adjointe du Pôle Banque

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

MEDZ partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables

MEDZ partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables Le 16 avril 2013 partenaire des Tribunes Massolia, organisées sous la thématique des Energies Renouvelables De gauche à droite : M. Mohamed Fikrat, Président de la Commission de la CGEM «Investissements,

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLR - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 27/05/2015 à 17:54:49 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

Activités de la Composante 3. Accès au financement- Investissements

Activités de la Composante 3. Accès au financement- Investissements Gouvernement du Mali Banque Mondiale PROGRAMME COMPETITIVITE ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) Financé par la Banque Mondiale Mis en œuvre par SOFRECO- HND Activités de la Composante 3 Accès au financement-

Plus en détail

Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones. Tunis 15-17 Mai 2014. Sous le thème «Femmes d Affaires & Développement de l Afrique»

Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones. Tunis 15-17 Mai 2014. Sous le thème «Femmes d Affaires & Développement de l Afrique» Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones Tunis 15-17 Mai 2014 Sous le thème Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones Présentation Le Forum mondial des femmes d affaires francophones a pour

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009 ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA FORMATION LIÉS À L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE 25 Novembre 2009 Le contexte de la démarche Le bâtiment, un secteur concerné de façon

Plus en détail

Le Groupe BANK OF AFRICA

Le Groupe BANK OF AFRICA Le Groupe BANK OF AFRICA Une vision, une histoire, une stratégie Mars 2010 1 L origine La vision, dès 1982, d une banque panafricaine, accessible à tous, impliquée dans le développement économique, avec

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t.

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t. DECISION ANRT/DG/N 08/11 DU 1 er DECEMBRE 2011 RELATIVE A LA REVISION DE L ENCADREMENT PLURIANNUEL DES TARIFS DE TERMINAISON DU TRAFIC D INTERCONNEXION DANS LES RESEAUX FIXES ET MOBILES DES OPERATEURS

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

Contrat d appui TPE/Artisanat

Contrat d appui TPE/Artisanat Contrat d appui TPE/Artisanat Soutenir les TPE et les entreprises artisanales de production, de services à l industrie, dans leurs projets d investissements, lors des phases de création, de transmission/reprise,

Plus en détail