Private Equity. Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Private Equity. Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM"

Transcription

1 Private Equity Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM

2 Private Equity 2 Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante, spécialisée dans l audit, le conseil et les services comptables, fiscaux et juridiques. En janvier 2012, le Groupe est présent directement dans 69 pays et fédère les compétences de plus de professionnels qui accompagnent les entreprises grands groupes internationaux, PME et entrepreneurs et les organismes publics à toutes les étapes de leur développement. Mazars dispose également de correspondants et de bureaux de représentation, qui lui confèrent une capacité d intervention dans 15 pays supplémentaires et lui permettent de servir ses clients avec la même exigence de qualité sur les cinq continents. Grâce à une écoute attentive et une lecture innovante de leurs problématiques, Mazars propose à ses clients une offre de services leur apportant l assurance d une expertise technique et réglementaire reconnue, mais également la valeur ajoutée d un partenaire qui les conseille efficacement dans l amélioration de leur performance globale. L équipe Private Equity Mazars offre aux professionnels du Private Equity des services d audit, de conseil, de transaction services et de fiscalité. Notre offre se caractérise par une approche pragmatique, conduite sans dogmatisme, une capacité de benchmark acquise auprès des principales sociétés de gestion de la Place et des structures d équipes qui privilégient la stabilité et l expérience. Dans le cadre de ces missions, nous bénéficions par ailleurs de la collaboration des bureaux Mazars hors de France pour offrir des solutions globales aux professionnels du Private Equity (SICAR, SOPARFI, ManCo, SLP ). Nos équipes pluridisciplinaires se réunissent régulièrement afin d effectuer une veille réglementaire et dégager les tendances de la Place sur les thèmes structurant son activité. Notre ambition est d anticiper les problématiques et d en dégager les principaux enjeux afin de délivrer des prestations à forte valeur ajoutée.

3 Le Private Equity et la Directive AIFM Sommaire Edito...4 Panorama du secteur du Private Equity... 5 Résultats de notre enquête Calendrier d examen et d analyse de la Directive AIFM Opportunités stratégiques Fonds propres et responsabilité professionnelle Les conflits d intérêts La gestion des risques La fonction évaluation La délégation des fonctions La transparence Les coûts supportés par les investisseurs Conclusion...26 Méthodologie

4 Edito La Directive européenne sur les gestionnaires de fonds alternatifs («AIFMD*») a été publiée au journal officiel de l Union européenne le 1 er juillet La transposition définitive de ce nouvel ensemble réglementaire aura lieu d ici juillet Englobant des fonds de natures très diverses, la Directive s est heurtée à des intérêts contradictoires. Au départ pensée et construite pour la gestion alternative, elle a laissé la profession du Private Equity perplexe mais décidée à mener une intense campagne de lobbying afin d obtenir les aménagements que légitiment les spécificités et le rôle des métiers du Capital Investissement. Rappelons que le Private Equity, loin d une finance abstraite et décorélée de «l économie réelle», constitue une source essentielle du financement de notre tissu économique et par conséquent s avère être un facteur indéniable de création d emplois et de croissance. Quelles sont les conséquences stratégiques et organisationnelles de cette Directive sur les acteurs du Private Equity français? C est à cette question que Mazars a souhaité répondre en interrogeant un large panel de sociétés de gestion. Notre étude fait état de la situation des gestionnaires devant ce texte dense et aux nombreuses ramifications : sont-ils d ores et déjà prêts? quels sont, selon eux, les aspects les plus contraignants de la Directive et a contrario quels en sont les aspects les plus positifs? de quelles façons vont-ils s adapter à ce nouveau cadre législatif? existe-t-il des opportunités à saisir dans ce qui paraît être en première lecture comme un surcroît de contraintes réglementaires? Dans un contexte d incertitude économique, les gestionnaires se doivent d établir un diagnostic de leur situation au regard des nouvelles dispositions, d analyser les changements qui vont nécessairement s opérer et d explorer toutes les pistes qui leur permettront de tirer pleinement parti d AIFMD sans affecter leur rentabilité par une application étroite du texte. C est le sens de cette enquête qui contribuera, nous l espérons, à vous donner des éléments de réponse que nous souhaitons porteurs d éclairages et propices à une réflexion utile. Mazars Gilles Dunand-Roux Associé Guillaume Potel Associé Bertrand Desportes Manager * AIFMD : Alternative Investment Fund Managers Directive 4

5 Le Private Equity et la Directive AIFM Panorama du secteur du Private Equity 1 Au 31 décembre , il existait fonds communs de placement à risques (FCPR ) en activité (contre 1191 au 31 décembre 2009), composés à 25% de fonds communs de placement dans l innovation (FCPI) et à 19% de fonds d investissement de proximité (FIP). FCPI à procédure allégée 16 FCPR agréés 65 FIP 240 FCPI 301 Investissements FCPR contractuels 8 FCPR à procédure allégée 652 Source : AMF Comme le rappelle régulièrement l AFIC, le Private Equity confirme son rôle primordial dans la chaîne de financement des PME. Avec un total de M investis sur 2011, le Private Equity en France confirme son regain de forme post crise et réaffirme sa capacité à accompagner durablement le tissu économique français. Mais il reste encore quelques paliers à franchir pour atteindre à nouveau les sommets connus en 2007 ( M investis) voire 2008 ( M investis) même si le creux enregistré en 2009 (4 100 M d investissements) est véritablement derrière nous entreprises (+ 1% par rapport à l exercice 2010, le nombre d entreprises s élevait alors à 1 685) ont bénéficié en 2011 de financements en provenance des acteurs français du Private Equity. 88% de ces entreprises sont situées en France et 79% sont des PME/PMI. Données AMF : Quelques rappels s agissant des fonds de Capital Investissement. Les fonds de Capital Investissement sont regroupés au sein d une même dénomination : FCPR (fonds communs de placement à risque). Les FCPR peuvent prendre 3 formes juridiques : les FCPR agréés (dont FCPI et FIP), les FCPR à procédure allégée et les FCPR contractuels. Le FCPR agréé est soumis à l agrément de l AMF préalablement à sa constitution (articles L et L du Code monétaire et financier). Par contre, le FCPR à procédure allégée et le FCPR contractuel sont soumis à une déclaration à faire dans le mois suivant leur constitution par la société de gestion de portefeuille (articles L , L et L du Code monétaire et financier). Rappelons que les produits mentionnés ci-avant, ainsi que leur société de gestion sont régulés par l AMF. A contrario, les sociétés de capital risque (SCR) ou toute autre structure française ou étrangère exerçant une activité de Capital Investissement pour compte propre ainsi que les entités, notamment les Limited Partnership, ne sont pas régulés par l AMF. Notons que 84% des entreprises reçoivent moins de 5 M par investissement et 94% des entreprises reçoivent moins de 15 M. Un élément d analyse de la performance de l année 2011 est la forte progression des opérations sur le segment supérieur à 100 M (19 opérations pour un montant global de M ). La taille du ticket moyen concernant 1. Les données utilisées relatives à 2011 sont issues du rapport de l AFIC (Association Française des Investisseurs en Capital) Activité des acteurs français du Capital Investissement, année 2011, publié le 28 mars Les données à fin 2011 ne sont pas disponibles à la date de la publication de notre enquête. Elles le seront vers juin

6 les investissements se situe à 7,7 M, en progression significative de + 133% par rapport à 2010 tandis que le ticket moyen des réinvestissements s élève à 4,1 M soit une baisse modérée de 4,6% par rapport à Par type d investissement, on constate depuis 1 an un fort regain du capital développement (+ 27% soit une hausse de M ) et du capital transmission (+ 71% soit une hausse de M ) qui contribuent à l essentiel de la progression du Private Equity sur Désinvestissements La reprise de la liquidité sur le marché des cessions a été confirmée par les chiffres communiqués à fin 2011, entreprises ont ainsi pu être cédées pour un montant global de M. Levées de fonds Les levées de fonds sur 2011 sont en hausse par rapport à 2010 et atteignent M (contre 5043 M un an auparavant). Ces chiffres attestent d une transformation du modèle économique du secteur dont voici les grandes tendances : les évolutions réglementaires (réforme de l ISF) ont fortement ralenti la levée sur les véhicules retail ; le niveau des levées de fonds auprès des investisseurs institutionnels reste très inférieur à celui connu avant la crise et est structurellement lié aux évolutions réglementaires (Bâle III, Solvency II). Les personnes physiques et les family office sont les premiers souscripteurs ; les fonds levés pour le Private Equity en France restent, en dépit d une baisse de 2, majoritairement d origine française. Les montants en provenance du reste du monde sont quant à eux multipliés par 3, ceux en provenance de l Europe par 2 ; le financement des entreprises en création et/ou innovantes devient préoccupant et interpelle la profession. Principaux enseignements Les besoins de financement du tissu entrepreneurial français sont considérables. Pour autant, les perspectives en la matière sont incertaines : disparition des FIP et FCPI fiscaux, retrait des institutionnels Le secteur doit en permanence renouveler son schéma de financement. Un recours plus important encore à des fonds étrangers ou le soutien du FSI sont autant de pistes que les acteurs du Private Equity ne manqueront pas d étudier. 6

7 Le Private Equity et la Directive AIFM Résultats de notre enquête La Directive induit des exigences en termes d organisation, de ressources humaines, de moyens techniques, de transparence et de règles de conduites afin d encadrer les gestionnaires mais aussi d autres acteurs de la chaîne de valeur comme les valorisateurs ou les dépositaires. Par ailleurs, les sociétés de gestion rentrant dans le cadre d AIFMD, établies et opérant dans l Union européenne et qui gèrent des AIF, quelle que soit leur domiciliation, devront dorénavant être agréées et faire l objet d une supervision. Nous avons voulu mesurer le degré de préparation à la Directive du secteur du Private Equity en France sur ces aspects et détecter tout signe avant-coureur d une réorganisation du secteur. Les axes d analyse sont les suivants : 1. le calendrier d examen et d analyse de la Directive par les gestionnaires ; 2. les opportunités stratégiques de localisation des activités ; 3. l incidence sur les fonds propres ; 4. la gestion des conflits d intérêts ; 5. la gestion des risques ; 6. la fonction d évaluation ; 7. la délégation de certaines fonctions ; 8. les obligations de reporting et de transparence ; 9. l évaluation des coûts. 1. Calendrier d examen et d analyse de la Directive AIFM Nous avons demandé aux participants quel était le calendrier qu ils avaient prévu pour se préparer à la Directive AIFM. La grande majorité des gestionnaires de fonds de Private Equity adopte une approche prudente et attend les derniers arbitrages avant de prendre position sur chacun des sujets traités. Examen des possibilités offertes par la Directive AIFM ,1% ,6% ,7% ,6%

8 Les résultats de notre enquête montrent que près des deux tiers des répondants ne se sont penchés sérieusement sur la Directive ou pensaient le faire qu à partir de Moins d un tiers des répondants a anticipé ce sujet réglementaire en 2010, suite à l adoption du texte par le Parlement européen ou en 2011, suite à la publication du texte au journal officiel de l Union européenne. Beaucoup de nos interlocuteurs se sont réellement emparés du sujet à la suite de la publication de l avis technique de l ESMA* en novembre Par voie de conséquence, les répondants vont assez logiquement examiner les implications en matière fiscale, juridique et contractuelle ainsi que les options stratégiques offertes par la Directive essentiellement en 2012 et Etat des lieux de la situation actuelle et identification des contraintes sur le plan fiscal, juridique et contractuel ,6% ,2% ,6% ,6% Identification des options stratégiques ,3% ,5% ,6% ,6% *ESMA : European Securities and Markets Authorithy 8

9 Le Private Equity et la Directive AIFM Il est important de souligner que ce relatif attentisme est à nuancer avec la capacité de réaction très forte dont disposent les gestionnaires de Capital Investissement face à une modification de leur environnement. On le constate en 2011 avec une grande mobilité en matière de levée de fonds. Face au retrait marqué des institutionnels français, le secteur a réussi en un an à se tourner beaucoup plus massivement vers l international comme en témoignent les derniers chiffres de l AFIC faisant état de montants en provenance de l Europe multipliés par 2 et ceux en provenance du reste du monde multipliés par 3. Enfin, le maintien du régime de placement privé jusqu en 2018 dans certains cas laisse aux acteurs du Private Equity la possibilité de différer leur prise de décision. Principaux enseignements Les gestionnaires de Capital Investissement ont une démarche prudente concernant la Directive AIFM et l essentiel des participants à l étude a repoussé à 2012 l examen des possibilités, des contraintes et des options stratégiques qui en découlent. 2. Opportunités stratégiques a. Critères déterminant le choix du domicile S agissant des principaux facteurs déterminant le choix du domicile d une société de gestion, notre panel plébiscite par ordre d importance décroissante : l implantation actuelle d une société de gestion ; le régime fiscal ; le cadre réglementaire. Société de gestion déjà implantée Pas important Peu important Important Très important 5,9% 5,9% 17,6% Critère prépondérant 70,6% Régime fiscal Pas important Peu important 9

10 Important Très important 5,9% 17,6% Critère prépondérant 70,6% Régime fiscal Pas important Peu important Important Très important 2 26,7% Critère prépondérant 53,3% Cadre réglementaire Pas important Peu important Important Très important 21,4% 28,6% Critère prépondérant La répartition des réponses entre les différentes catégories de sociétés de gestion ne se différencie pas fondamentalement en fonction de leur taille, même si on peut noter que les deux premiers critères sont plébiscités par les acteurs d envergure plus significative. Sans surprise, le lieu de domicile du siège du Groupe, ou des autres AIF gérés ne figure pas parmi les critères déterminants. Près des deux tiers du panel considèrent ces critères comme peu ou pas importants. Plus surprenant dans le cadre d une implantation, la présence de personnel qualifié et expérimenté n est pas considérée comme critère prépondérant pour près de 77% des acteurs interrogés. Nos entretiens avec les acteurs ont permis d identifier deux pistes d analyse à cette réponse : d une part la mobilité des acteurs entre les différentes places d activité leur permet un transfert de compétences d une place à l autre en fonction des besoins ; d autre part le niveau de prestation des fonctions supports est jugé relativement homogène entre les différents pays possibles d implantation. 10

11 Le Private Equity et la Directive AIFM Dernier critère soumis au jugement de notre panel, le coût opérationnel est considéré comme un critère important voire très important pour plus de 85% des répondants. S il ne figure pas parmi les critères prépondérants désignés par le panel, le coût opérationnel demeure à notre avis un sujet majeur. A l aune des pressions exercées par les investisseurs sur le niveau de rémunération des gestionnaires, ce critère pourrait voir son importance progresser. b. Passeport européen La directive AIFM permet une ouverture très large des possibilités offertes en matière de gestion et de commercialisation transfrontalière. Les sociétés de gestion pourront désormais bénéficier d un véritable passeport européen. Ce passeport leur permet de créer, gérer et commercialiser des AIF dans l ensemble de l Union européenne à partir d une société de gestion enregistrée dans un seul pays de l Union européenne. Lorsqu ils sont interrogés sur l opportunité, dans ce contexte, de centraliser leurs structures de gestion dans un seul Etat, près de 35% du panel ne considèrent pas le passeport comme une opportunité. Ce n est, concernant le Private Equity, qu une demi-surprise. La logique du texte consiste à accorder un passeport en contrepartie de contraintes réglementaires accrues, à commencer par un enregistrement obligatoire des AIF auprès de l autorité de régulation et davantage de supervision de celle-ci. Mais le besoin d un passeport dans une activité qui revendique un ancrage territorial et une proximité avec le management des entreprises reste théorique, du moins dans les structures de taille plus modeste. L engouement pour le passeport n est donc pas établi, sauf éventuellement dans le cadre de la gestion et/ou de la commercialisation de fonds de fonds de Private Equity. Toutefois, cela n exonère pas les acteurs du Private Equity des contraintes précitées, sauf à être sous les seuils prévus par la Directive en matière de dérogation. Principaux enseignements Le passeport, dans le cadre du Private Equity, n apparaît pas comme vecteur d opportunités stratégiques de délocalisation des activités. Aucun des critères évoqués (fiscal, coût opérationnel ) ne s avère plus déterminant que le lieu de domiciliation actuel de la société de gestion. L ancrage territorial et la proximité avec les entreprises en portefeuilles apparaissent quant à eux décisifs. 3. Fonds propres et responsabilité professionnelle La Directive AIFM pose des exigences en matière de fonds propres qui s avèrent similaires à celles applicables actuellement en France. 11

12 A la question, «le minimum requis en matière de fonds propres est-il compatible avec le niveau de fonds propres disponible de votre entreprise?», la très grande majorité des participants répond par l affirmative. Moins de 5% d entre eux anticipent la nécessité de revoir leur niveau de fonds propres. Disposerez-vous du minimum requis par la Directive en matière de fonds propres? ,2% Oui 4,8% Non Pour rappel, le minimum requis en matière de fonds propres est le maximum entre : le capital initial de euros + un montant additionnel de fonds propres si les encours sous gestion des AIF dépassent euros (0,02% dans la limite de euros) et 25% des frais généraux Modalité de couverture du risque de responsabilité professionnelle Vous ne savez pas à ce stade 23,8% Recourir aux deux possibilités (augmentation des fonds propres et assurance de responsabilité civile) 9,5% Se couvrir par une assurance de responsabilité civile professionnelle 61,9% Augmenter ses fonds propres 4,8% Par ailleurs, la Directive rend obligatoire la couverture du risque émanant de négligences professionnelles et laisse 3 possibilités aux sociétés de gestion : 1. la souscription à une assurance responsabilité civile ; 2. une augmentation des fonds propres sur la base d un pourcentage de l encours sous gestion ; 3. le recours simultané aux deux possibilités. 12

13 Le Private Equity et la Directive AIFM On notera que la définition fournie par l avis technique de l ESMA, s agissant des risques de négligence, est relativement large et concerne des défaillances dans l application des processus opérationnels, des défaillances des systèmes d information, des négligences de collaborateurs ce qui ne facilite pas l estimation réelle du coût de la police d assurance. Sans surprise, le panel plébiscite à près de 62% le recours à une assurance dans la continuité des modalités actuelles de couverture du risque. Notons enfin que les dispositions prévues par la Directive et les mesures d application ne règlent pas la question du risque contentieux relevant du pénal. Il n est pas, par définition, couvert par l assurance responsabilité civile. Hors, le Capital Investissement consiste à investir dans une communauté humaine avec son lot d aléas qui peuvent avoir un coût parfois significatif pour les actionnaires. 4. Les conflits d intérêts Les dispositions prévues par la Directive et les mesures d application, s agissant des conflits d intérêts, sont très proches de celles prévues par le cadre réglementaire français actuel. Le périmètre de gestion des conflits d intérêts englobe toutes les mesures prises par les AIFM pour veiller à ce qu aucune décision ne puisse favoriser un gestionnaire par rapport à un AIF, un AIF par rapport à un autre AIF, un investisseur par rapport à un autre investisseur Cela nécessite de dissocier les tâches et les responsabilités au sein de la société de gestion susceptibles d être incompatibles. Les participants à notre enquête ont tous déclaré disposer d une procédure formalisée en la matière. Le niveau de développement de cette procédure est bien entendu variable d une société à l autre. A cet égard, la taille de la structure et son appartenance à un groupe financier multi-métiers influencent de façon évidente l ampleur des mesures de protection mises en place. Notons que cette obligation de vigilance, s agissant des conflits d intérêts, est toutefois renforcée dans le cadre de la Directive avec la mise en place de fonction indépendante en matière d évaluation et de gestion de risques. 5. La gestion des risques La gestion des risques est un point fondamental de la Directive AIFM. La première mouture du texte avait été, rappelons-le, rédigée dans la foulée du G20 d avril 2009 à Londres qui appelait à une régulation mondiale de la gestion alternative afin de diminuer le risque systémique qu elle faisait peser sur l écosystème financier. L impact élevé d une défaillance en terme économique mais aussi en terme d image est illustratif de ce qu est susceptible de provoquer une mauvaise appréhension des risques ou un mauvais dimensionnement du dispositif de contrôle. 13

14 La Commission a donc, avec quelques raisons, jugé nécessaire de réagir avec comme ambition de réguler en un seul texte tout ce qui échappe au cadre UCITS*, ce qui vise non seulement les hedge funds mais également les fonds non coordonnés à vocation générale, les fonds immobiliers et les fonds de Private Equity. Le rôle et l autorité de la fonction permanente de gestion des risques Le rôle et l'autorité de votre fonction permanente de gestion des risques sont-ils clairement définis? 10, 90, Oui Non 9 des sociétés de gestion interrogées déclarent disposer d une fonction permanente de gestion des risques dont le rôle et l autorité sont clairement définis. Pour autant, l attribution de la fonction risque est une question qui ne va pas de soi pour l intégralité des répondants. Doit-elle être intégrée dans le périmètre d activité du Responsable de la Conformité et du Contrôle Interne («RCCI») ou par un Risk Manager indépendant? Les réponses apportées par les structures entrepreneuriales convergent vers l attribution de la fonction risque au RCCI rattaché à la direction ou encore l attribution de la fonction risque à un dirigeant qui endosse également le rôle de RCCI. Nous avons par ailleurs posé la question suivante «votre société dispose-t-elle d une fonction permanente de gestion des risques indépendante fonctionnellement et hiérarchiquement des autres équipes?». Seuls 44% des participants indiquent que la fonction permanente est indépendante fonctionnellement et hiérarchiquement des autres équipes, 56% répondent par la négative. Il n est, en effet, pas rare de constater une réelle implication des équipes de gestion dans l identification, la mesure et le contrôle des risques, compte tenu de leur expérience sur les titres traités et tenant compte d une disposition de la réglementation conditionnant jusqu ici l indépendance au caractère approprié et proportionné à la nature, à la taille et à la complexité de l activité de la société de gestion. *UCITS : Undertakings for Collective Investment in Transferable Securities 14

15 Le Private Equity et la Directive AIFM La politique de gestion des risques La politique de gestion des risques est encadrée par la Directive et prévoit un certain nombre d informations indispensables parmi lesquelles l identification des responsabilités en la matière, la description des techniques utilisées pour surveiller et gérer le risque ainsi que la fréquence des reportings à l attention des organes de gouvernance Identification des responsabilités 63,2% Oui 36,8% Non Description des techniques pour surveiller et gérer le risque 84,2% Oui 15,8% Non Fréquence des reportings à l'attention des organes de surveillance ,7% Oui 33,3% Non 15% du panel déclarent ne pas avoir une politique de gestion des risques formalisée. Les graphiques ci-dessus permettent d appréhender la complétude des politiques de gestion des risques existantes dans les sociétés de gestion. Certains aspects essentiels (l identification des responsabilités notamment) sont, on le constate, parfois manquants. La Directive constitue une opportunité de remettre à plat ces aspects. Réexamen de la politique de gestion des risques A la question, «votre société procède-t-elle à une évaluation, un contrôle et un réexamen périodique de la politique de gestion des risques?», près des deux-tiers du panel répondent «oui» et un tiers répond par la négative. L exposition aux risques dans le Private Equity Les risques peuvent être appréhendés à trois niveaux distincts : celui de l investisseur, celui du fonds ou bien encore de la ligne d investissement. Pour l investisseur, son placement s inscrit le plus souvent dans une stratégie à long terme. Les principaux risques auxquels il est confronté sont : 1. le risque de perte de capital, le fonds ne bénéficiant d aucune garantie de protection, il se peut que le capital initialement investi ne soit pas intégralement restitué ; 2. le risque de liquidité des parts du fonds : l argent investi par le porteur est bloqué pendant plusieurs années à compter de la fin de la date de constitution du fonds ; 15

16 3. le risque lié à la sélection des entreprises : le processus de sélection repose sur l analyse financière par les équipes de gestion d états prospectifs et rétrospectifs permettant d évaluer un potentiel de croissance. Il existe un risque que le fonds ne soit pas investi à tout moment dans les entreprises les plus performantes ; 4. le risque lié à la liquidité des investissements en titres non cotés ; 5. le risque de taux et le risque actions : cela concerne la part des autres actifs détenus, hors non coté. Au niveau de la ligne d investissement, le risque est d abord lié à la nature du projet financé (secteur d activité, niveau de maturité de l entreprise, ) mais également à son financement et au mode de gestion que choisit l AIFM pour optimiser la création de valeur. Il est également lié aux opportunités de désinvestissement susceptibles d apporter la liquidité recherchée. Enfin, il existe des risques opérationnels inhérents à chaque société dans lesquelles le fonds est investi. C est au niveau de l ensemble fonds/projets que nous avons voulu recueillir l opinion des gestionnaires quant à leur exposition aux principaux risques définis dans la Directive, en voici les résultats : Exposition au risque de crédit Exposition au risque de marché 20, 13,3% 26,7% Fort Moyen Faible 25,3% 6,7% 28, Fort Moyen Faible 40, N/A 40, N/A Exposition au risque de liquidité Exposition au risque opérationnel 5,2% 6,7% 13,3% 46,7% Fort Moyen 18,8% 25, Fort Moyen Faible Faible 33,3% N/A 51, N/A Les risques de crédit et de marché sont perçus comme faibles ou non applicables par l essentiel des participants à notre enquête (respectivement 6 et 65% en cumulé). Le risque de marché est essentiellement appréhendé, hormis une composante actions cotées existant dans certains fonds, comme un risque sectoriel («suis-je investi dans un secteur porteur de croissance?»). 16

17 Le Private Equity et la Directive AIFM Le risque opérationnel est, quant à lui, jugé moyen ou fort par 76% des répondants. Si l on s en tient à une appréhension du risque au niveau du fonds, celui-ci est jugé modéré. Les incidents susceptibles de se produire (erreur du Middle Office dans un appel de fonds, capital account erroné ) ne concourent pas à exposer le fonds à un risque significatif. En revanche, le résultat est significativement rehaussé puisqu il est également et conjointement examiné au niveau des participations dont les processus opérationnels ne se révèlent pas suffisamment matures ou pas suffisamment contrôlés. Par ailleurs, il existe des risques opérationnels dont l occurrence peut sembler faible mais dont l impact se révèle souvent élevé : les risques environnementaux, les risques de fraudes,... Ces risques sont parfois mal appréhendés par le gestionnaire avant et pendant la période de détention du capital de la société. Fort logiquement, la liquidité ressort comme le sujet de préoccupation numéro 1 des répondants (8 évaluent ce risque comme moyen à fort). Ce risque est lié à l obligation d investir au capital de petites et moyennes entreprises non admis sur un marché réglementé et des difficultés de désinvestissement qu il en résulte. Par ailleurs, ces difficultés à réaliser un désinvestissement dans de bonnes conditions peuvent être accentuées par les divergences d intérêts qui existent le cas échéant, s agissant des modalités de sortie, entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier. Principaux enseignements S agissant du dispositif de gestion des risques, la Directive s inscrit pleinement dans la continuité des réglementations françaises existantes. On constate donc un degré de conformité déjà élevé pour les gestionnaires en Private Equity en France même si quelques ajustements s avèrent nécessaires. En matière de risque à proprement dit, la liquidité des participations est le principal risque identifié par les gestionnaires. Le risque opérationnel est également considéré comme significatif. 6. La fonction évaluation Le processus d évaluation des instruments financiers gérés pour le compte de tiers revêt par nature un caractère fondamental. En effet, c est de sa maîtrise que dépend la fiabilité des valeurs liquidatives des fonds. Ce processus de valorisation est relativement aisé pour les instruments financiers simples cotés sur un marché régulé. En revanche, il peut s avérer complexe pour les instruments non cotés. Différentes méthodologies coexistent (méthodes analogiques si des actifs cotés comparables existent ou méthodes intrinsèques type DCF) et les données sources (échantillons, transactions récentes ) ne sont pas toujours pertinentes. 17

18 L IPEV* avait publié en 2009 un ensemble de recommandations visant notamment à harmoniser les méthodes de valorisation au sein des sociétés de gestion de fonds de Capital Investissement. La Directive AIFM complète le dispositif en proposant un cadre de valorisation précis prévoyant notamment : une évaluation indépendante des actifs ; une formalisation des procédures/méthodologies de valorisation ; une constance dans l utilisation des méthodes. Si la notion d indépendance de la valorisation des actifs reste à préciser dans le cadre de l adoption de mesures de niveau 2, les autres critères sont d ores et déjà connus des sociétés de gestion. Dans ce contexte, nos questions ont porté sur les procédures d évaluation (indépendance, documentation ), sur le caractère permanent de leur mise en œuvre et sur la fréquence de valorisation des AIF. Existence de procédures nécessaires à une évaluation appropriée et indépendante des actifs Documentation des méthodologies de valorisation applicables à chaque type d'actif Application constante des procédures et méthodologies de valorisation ,2% Oui 15,8% Non ,5% Oui 10,5% Non ,5% Oui 10,5% Non S agissant de l indépendance de la valorisation, près de 85% du panel déclarent disposer des procédures nécessaires afin qu une évaluation appropriée et indépendante des actifs soit effectuée. Lors de nos entretiens qualitatifs, il est apparu que des procédures de valorisation permettaient de réaliser des évaluations adaptées. Ces procédures s appuient fréquemment sur des politiques générales de valorisation approuvées par les organes de gouvernance des sociétés de gestion. En revanche, les principes et éléments permettant une évaluation indépendante des services opérationnels étaient très souvent perfectibles, nos interlocuteurs considérant en grande majorité que les gestionnaires sont les plus à même de réaliser cette valorisation compte tenu de leur connaissance fine des sociétés qu ils détiennent en portefeuille. Cette indépendance vis-à-vis des opérationnels constitue un défi majeur notamment pour les structures de tailles réduites. En effet, il est difficile de mener à bien cette démarche en conciliant deux objectifs primordiaux : un réel apport de valeur ajoutée et une maîtrise des 18 * IPEV : International Private Equity and Venture Capital Valuation

19 Le Private Equity et la Directive AIFM frais généraux. L indépendance peut passer par la mise en place de comités d évaluation : sur proposition du chargé d affaires, le comité examine les hypothèses retenues et valide ou corrige la valorisation calculée. Notons que le coût d une évaluation externe d une ligne paraît prohibitif dès lors qu il existe une responsabilité de l évaluateur vis-à-vis du gestionnaire (gage d une réelle indépendance) et ne nous semble pas compatible avec la structure de coût supportable par l AIF. En ce qui concerne la documentation des méthodologies de valorisation et le caractère constant de leur application, près de 9 du panel considèrent répondre aux exigences de la Directive AIFM. Ce pourcentage témoigne d une maturité de ce processus et résulte par ailleurs de la prise en compte des demandes réitérées par les autorités de tutelle. Les entretiens menés auprès des acteurs ont permis de relever par ailleurs, qu un nombre croissant d investisseurs portait une attention particulière à la structuration et à la documentation du processus d évaluation. A l égard de la fréquence de valorisation, les résultats de notre enquête sont sans surprise, la grande majorité des répondants déclare une fréquence de valorisation au moins semestrielle. Notons que la nature des entreprises financées (entreprise en croissance, entreprise technologique, ) ne permet pas d obtenir une valorisation ayant le même niveau d objectivité que celles dont on dispose pour des titres cotés. Quelle que soit la méthode retenue, des hypothèses sont prises, des biais existent et rendent le processus d évaluation des lignes difficile avec un degré de fiabilité qui ne peut être absolu. Pour autant, rappelons que la détention privée du capital se révèle, en la matière, être une force car la valorisation n est jugée aussi critique ni par les gérants ni par les investisseurs eux-mêmes puisque leur horizon de placement est long et que les sorties anticipées ne sont pas la règle. La valeur de cession de la ligne revêt par contre une importance primordiale et c est le seul indicateur de performance qui compte en définitive réellement. Par conséquent, les contraintes imposées en la matière paraissent là encore assez éloignées des besoins et de la nature de l activité de Private Equity. Un nombre important de nos interlocuteurs espère lever ce sujet en clarifiant et en formalisant le partage des rôles de manière à ce que l évaluation se fasse de façon «fonctionnellement indépendante» (ex : par la mise en place de comité d évaluation). Principaux enseignements L indépendance de la fonction évaluation vis-à-vis des équipes de gestion constitue un défi majeur notamment pour les structures de taille réduite. La mise en place d un comité d évaluation constituerait une réponse adaptée. Les autres aspects relatifs à la fonction évaluation témoignent d une maturité du secteur sur ce processus. Enfin, rappelons que l évaluation dans le Private Equity, compte tenu de l horizon d investissement, n est pas un sujet aussi critique que dans d autres types d AIF. 19

20 7. La délégation des fonctions La délégation de certaines fonctions est prévue et encadrée en France, notamment par le Règlement Général de l Autorité des Marchés Financiers (AMF). Ainsi, la société de gestion doit notamment s assurer que cette délégation n induit pas une augmentation indue du risque opérationnel et doit veiller au maintien de la qualité du contrôle interne. Par ailleurs, cette externalisation n entraîne aucune délégation de la responsabilité des dirigeants. Enfin l AMF rappelle une série de règles à respecter dans la conduite de la délégation (choix du prestataire, contractualisation, suivi et évaluation ). Dans ce cadre réglementaire, les principales fonctions déléguées par les sociétés de gestion de fonds de Capital Investissement sont la gestion comptable et administrative des fonds. En effet, la délégation de la gestion est rare, les acteurs privilégiant dans ce cas la gestion via des fonds de fonds. S agissant de la fonction de gestion administrative et comptable de fonds, le marché français se caractérise par une grande concentration des acteurs. Les sociétés prestataires sont d envergure mondiale, figurent parmi les champions internationaux de leurs secteurs d activité et sont dotées d une expertise technique et de moyens technologiques très développés. Appréciation des répondants à leur niveau de conformité relatif aux items suivants : Capacité à motiver objectivement la délégation Partiellement 8,3% Justification de la sélection et du maintien du délégataire Pas du tout 14,3% Globalement 25, Totalement 66,7% Partiellement 7,1% Globalement 14,3% Totalement 64,3% Ressources, honorabilité et expérience suffisante du délégataire Contrôle permanent de la qualité de la prestation déléguée Globalement 25, Totalement 75, Globalement 36,4% Totalement 63,6% 20

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA)

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Les sociétés de gestion de portefeuille 1 gérant des

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009 UCITS IV Ce qui va changer Bien se préparer Octobre 2009 Introduction 1 Historique, calendrier et enjeux de la directive UCITS IV > De UCITS I à UCITS IV > Calendrier de mise en œuvre de UCITS IV > Enjeux

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes ISATIS Antin FCPI 2014 Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel Commissaire aux comptes Le capital investissement un enjeu majeur : pour notre économie, l emploi et

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Offre «Directive UCITS V»

Offre «Directive UCITS V» Offre «Directive UCITS V» Undertakings for the Collective Investment In Transferable Securities V Aurélie GONCALVES T : +32 (0) 499 74 83 28 @ : a.goncalves@kpdp-consulting.fr UCITS V Opportunités et défis

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris Intervention Arnaud Oseredczuk Secrétaire général adjoint Direction de la gestion d actifs et des marchés Autorité

Plus en détail

Directive AIFM: Les recommandations de l AMF

Directive AIFM: Les recommandations de l AMF Date : Jeudi 5 juillet 2012 Heure : 16h45 18h45 Directive AIFM: Les recommandations de l AMF Par Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat au Barreau de Paris Président de l AFIDU Introduction : La Directive

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

FIP. Pour entreprendre ensemble. 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr

FIP. Pour entreprendre ensemble. 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr E Q U I T I S 6, place de la République Dominicaine 75 017 Paris - Tél. : 33 (0)1 56 88 16 16 www.equitis.fr Société de Gestion agréée par l AMF sous le numéro GP 02 023 FIP Pour entreprendre ensemble

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors PhiTrust Impact Investors FCPI PHITRUST INNOVATION Le FCPI présente un risque de perte en capital et de liquidité ; une part importante des actifs est investie dans des sociétés innovantes non cotées et

Plus en détail

Résultats du 1er Baromètre AIFMD

Résultats du 1er Baromètre AIFMD Résultats du 1er Baromètre AIFMD «Les impacts de la directive AIFM sur les sociétés de gestion françaises» Maxime GAUDIN Associé, Kurt Salmon Charlotte LECLERC Manager, Kurt Salmon En partenariat avec

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Cadre européen en matière de gestion des risques et de rémunération

Cadre européen en matière de gestion des risques et de rémunération ESMA REGULAR USE 7 avril 2015 Paris Cadre européen en matière de gestion des risques et de rémunération Antonio Barattelli, Senior Officer Sommaire Gestion des risques (Directives UCITS et AIFM) Règles

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

A plus innovation 2013

A plus innovation 2013 A plus innovation 2013 Fonds commun de placement dans l innovation Durée de blocage de 6 ans minimum pouvant aller jusqu à 8 ans maximum sur décision de la société de gestion (soit jusqu au 31/12/2021)

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS FIP hexagone patrimoine 1 Avantage fiscal à l entrée d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) d impôt

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP)

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) S informer sur Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Sommaire Quels sont les OPCVM de

Plus en détail

LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011

LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011 LA NOUVELLE CLASSIFIC ATION MONETAIRE 16 JUIN 2011 Rappel : Le 19 mai 2010, le CESR, Comité européen des régulateurs de marchés (maintenant renommé ESMA, European Securities and Markets Authority), suite

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Fleur Brossel (35 ans) Secrétaire Général > Magistère de Gestion. OTC Asset Management en 2001. disposant d un fort potentiel de croissance.

Fleur Brossel (35 ans) Secrétaire Général > Magistère de Gestion. OTC Asset Management en 2001. disposant d un fort potentiel de croissance. FIP OTC DUO 1 Paul-Henry Schmelck (60 ans) > Docteur en médecine Michel Gomart (50 ans) > HEC & Droit Xavier Faure (38 ans) > Polytechnique X Patrick de Roquemaurel (52 ans) > ESLSCA Emmanuelle Deponge

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES

ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES Points d attention au regard des évolutions des pratiques actuelles que commandent les nouvelles dispositions issues de la transposition

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1148 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste du 31 juillet 2013 relatif à l évolution de

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT

LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL INVESTISSEMENT Le capital investissement consiste à prendre une participation en capital dans des entreprises non cotées sur des marchés boursiers. L objectif est de financer les différents

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ACG 2014

MANDAT DE GESTION ACG 2014 MANDAT DE GESTION ACG 2014 Pour investir directement au capital des PME et réduire votre ISF Géré par DOCUMENT A CARACTERE PUBLICITAIRE Conseillée en investissement par www.mandat-isf-acg.com MANDAT DE

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT. En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs

CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT. En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT En toute indépendance, Des prestations adaptées à vos objectifs Au service de l organisation de votre patrimoine Au service de la performance de votre patrimoine

Plus en détail

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF.

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF. ISF2012 Un placement bloqué sur 6 ans minimum, soit jusqu au 30 juin 2018 (pouvant aller jusqu à 7 ans maximum, soit jusqu au 30 juin 2019, sur décision de la société de gestion). FCPI éligible à la réduction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire INTRODUCTION La loi du 12 juillet 2013 concernant les gérants de fonds d investissement alternatifs (la Loi AIFM) a introduit le régime juridique d une nouvelle forme de société en commandite sans personnalité

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à donner un statut à la

Plus en détail