Rapport sur la performance du Capital Investissement en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur la performance du Capital Investissement en France"

Transcription

1 Rapport sur la performance du Capital Investissement en France 2001

2

3 Sommaire 1 - Introduction Synthèse Performance du Capital Investissement par année Performance sur les cinq dernières années ( ) Performance sur les dix dernières années ( ) TRI brut Dispersion de la performance Performance par secteurs d activité Taux de retour sur les mises initiales Provisions et pertes 16 Annexes I Méthodologie 21 II Lexique 22 III Liste des membres ayant participé à l'étude 23 Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 1

4

5 1 - Introduction Présentation de l'étude réalisée par l'afic et Barbier Frinault & Associés L'AFIC, Association Française des Investisseurs en Capital, créée en juillet 1984, est un organisme indépendant régi par la loi de 1901 qui contribue à la professionnalisation et au développement du Capital Investissement. Elle agit au nom de l ensemble des professionnels, quelles que soient les structures utilisées, les segments de marché couverts et les stratégies d investissement. Parmi les actions qu'elle entreprend, l'afic réalise chaque année une étude sur l'activité du Capital Investissement en France et une étude sur sa rentabilité, à destination de ses membres, des investisseurs en Capital Investissement et plus généralement du monde économique et financier. L'étude réalisée sur la mesure de la performance de l'activité de Capital Investissement en France a été menée conjointement par l'afic et Barbier Frinault et Associés. Les investissements pris en compte ne recouvrent que les investissements de type actions et obligations convertibles. Les revenus pris en compte se limitent aux dividendes et intérêts perçus et excluent donc toute rémunération de gestion. Conformément au guide sur l'évaluation de la performance préparé par l'afic, les performances sont exprimées en taux de rentabilité interne brut ("TRI brut ) c'est-à-dire, par rapport au taux de rentabilité net investisseur ("TRI net ), hors frais de gestion, hors intéressement des gestionnaires aux plus-values (carried interest) et hors impact de la trésorerie. Le TRI brut global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Cette étude a été menée à partir des informations communes gérées par les membres de l'afic. Les résultats communiqués sont directement issus du traitement des questionnaires remplis par eux. Le rôle de Barbier Frinault et Associés a été limité à la collecte de cette information et à son traitement. Les informations reçues sont traitées en toute confidentialité par l'équipe de Barbier Frinault et Associés. Aucune vérification concernant l'exactitude ou l'exhaustivité de l'information communiquée n'a été réalisée. L'AFIC et Barbier Frinault et Associés remercient l'ensemble des participants pour le temps et les efforts qu'ils ont consacrés à cette étude. Contact AFIC : Contact Barbier Frinault & Associés : Arnaud De Dinechin Hervé Jauffret Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 3

6 2 - Synthèse Représentativité de l'étude Les investissements étudiés, qui portent sur 10 milliards d'euros, représentent près de 65% des montants investis par la profession au cours des dix dernières années. Nombre Montants investis Montants investis Montants investis de lignes totaux (MEur) sur lignes sorties sur lignes en du portefeuille portefeuille (en MEur) (en MEur) Capital risque Capital développement Capital transmission-lbo Autres Total Source : Barbier Frinault & Associés - Afic La classification par nature d'investissement (Capital Risque, Capital Développement et Capital Transmission-LBO) a été déterminée pour chaque investissement. La définition des différentes catégories est rappelée en annexe (cf. lexique p 22). Les résultats de cette étude ne sont pas directement comparables avec ceux de l'année précédente, du fait du nombre plus important de participants : 156 fonds ou sociétés d'investissement contre 141 en Principaux résultats du TRI brut Les résultats de l étude de cette année sont principalement marquées par les éléments suivants : Le poids de plus en plus important des années récentes dans les statistiques de performance du fait de la très forte croissance des capitaux levés et des investissements réalisés par la profession au cours des dernières années. Les investissements de 2000 et 2001 représentent ainsi respectivement 49% et 38% des montants investis au cours des 5 et des 10 dernières années. Généralement, les valeurs estimatives de ces investissements récents sont valorisées au coût d acquisition ce qui arithmétiquement tire les TRI à la baisse. La constatation en 2001 de pertes et provisions pour des montants tout à fait substantiels sur les investissements réalisés en 1999 et 2000 sans possibilité d afficher des revalorisations significatives sur les autres lignes d investissements compte tenu du contexte économique peu favorable. Ce phénomène est consécutif au dégonflement de la bulle Internet qui a particulièrement affecté l activité de Capital Risque et à la baisse des marchés boursiers qui a marqué l année Il se traduit par une forte diminution des TRI bruts anticipés sur les lignes d investissement encore en portefeuille. La très bonne tenue des performances relatives aux sociétés sorties du portefeuille qui traduit le fait que des cessions ont continué en 2001 à se réaliser à des conditions très favorables. Le TRI brut des sociétés sorties de portefeuille en 2001 qui atteint 40% contribue à compenser la baisse des TRI bruts à 5 ans ou 10 ans anticipés sur les sociétés encore en portefeuille. 4 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

7 Globalement les principaux résultats sont : Le TRI brut sur les 10 dernières années ( ) d'investissement montre une légère diminution par rapport à l'étude de l'année précédente qui couvrait la période Le TRI brut sur 10 ans ressort à 24,8% (respectivement 33,3% pour les sociétés sorties du portefeuille et 14,2% pour les sociétés encore en portefeuille) contre 25,1% l'année précédente. Le TRI brut sur 5 ans ressort à 23,7% (respectivement 94,0% pour les sociétés sorties du portefeuille et 7,2% pour les sociétés encore en portefeuille) contre 39,0% précédemment. Cette évolution est la conséquence d'une forte diminution du TRI brut pour les sociétés encore en portefeuille qui passe de 35,5% à 7,2%. Avec un TRI brut sur 10 ans de 28,2%, le Capital Risque apparait comme le segment d'investissement le plus rentable. Toutefois, si l'on ne prend pas en compte 10 lignes d'investissements ayant généré des plus-values exceptionnelles, le TRI brut passe à 12,6%. En outre, le TRI brut des lignes encore en portefeuille à fin 2001 est nul ce qui contraste largement avec le TRI brut sur les lignes sorties du portefeuille (59,1%). Ces résultats illustrent la particularité du Capital Risque, marqué aujourd'hui par des extrêmes : des sorties brillantes, de très bons investissements encore en portefeuille et beaucoup de provisions. Une analyse du taux de retour sur la mise initiale au cours des dix dernières années pour les sociétés sorties du portefeuille montre que les investisseurs récupèrent au moins une fois le montant investi dans plus de 70% des cas. Ce taux de retour est même supérieur à deux pour 35% des investissements et supérieur à 5 dans 12% des cas. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 5

8 3 - Performance du Capital Investissement par année Evolution du TRI brut par année (Vintage year) Cet histogramme mesure le TRI brut moyen dégagé en fonction de l'année d'investissement jusqu'au 31 décembre Ainsi le TRI brut des investissements réalisés en 1992 correspond aux nouveaux investissements effectués en 1992 et aux refinancements effectués par la suite. Le TRI brut pour 1992 est de 14,3% et de -2,4% pour les investissements effectués en MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Ce graphe confirme les niveaux de TRI brut par année d investissement observés pour l étude 2000 jusqu en 1997 puis la révision à la baisse des anticipations de TRI bruts à partir de Tout d abord les TRI bruts anticipés pour les années 1992 et 1993 se situent entre 14% et 19%. Puis pour les années 1994 à 1998, les TRI bruts anticipés restent toujours à des niveaux élevés et se situent entre 26% et 44%. Ensuite le TRI brut 1999 anticipé marque une inflexion même s il s agit d investissements plus récents et est inférieur à 20%. Enfin, le TRI brut pour les investissements réalisés en 2000 est négatif à -2,4%. 42% du nombre d investissements réalisés en 2000 ont enregistré des provisions ou des pertes à fin 2001, soit 40% des montants investis. Ce phénomène est consécutif au dégonflement de la bulle Internet qui a particulièrement affecté l activité de Capital Risque et à la baisse des marchés boursiers qui a marqué l année Il 6 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

9 se traduit par une forte diminution des TRI bruts anticipés sur les lignes d'investissement encore en portefeuille du fait de la constatation en 2001 de pertes et provisions pour des montants tout à fait substantiels, sans possibilité d'afficher des revalorisations significatives sur les autres lignes d'investissement. Aussi, la baisse anticipée de la rentabilité des investissements récents (1999 à 2000) qui représentent 44% des investissements réalisés au cours des dix dernières années, doit être relativisée. MEuros Le détail du TRI brut par année et par type d'investissement montre que le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO suivent la même tendance. En revanche, le Capital Risque connaît une évolution avec des niveaux de rentabilité extrêmes comme -15% et -18% en 1992 et 2000 (respectivement 22Meur et 766Meur investis) ou encore 78% en 1997 (110 Meur investis). Les montants investis dans le Capital Risque sont faibles avant 1997 (21% des montants investis sur le 10 dernières années). La performance du Capital Risque est très dépendante d un petit nombre d investissements. Ainsi, la rentabilité exceptionnelle du Capital Risque en 1997 doit être relativisée car, sans compter 3 cessions qui ont généré des plus values exceptionnelles, le TRI brut retombe à 30%. Ces résultats illustrent la particularité du Capital Risque, marqué aujourd hui par des extrêmes : des sorties brillantes, de très bons investissements encore en portefeuille et beaucoup de provisions. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 7

10 4 - Performance sur les cinq dernières années d investissement ( ) TRI brut global sur les cinq dernières années d'investissement (sociétés acquises depuis 1997, sorties ou encore en portefeuille au 31 décembre 2001) Total En portefeuille Sorties de portefeuille TRI Montants TRI Montants TRI Montants investis investis investis (en MEur) (en MEur) (en MEur) TRI global 23,7% ,2% ,0% 975 Capital risque 21,7% ,3% ,1% 287 Capital développement 27,3% ,2% ,9% 269 Capital transmission-lbo 22,2% ,7% ,2% 309 Autres 25,0% 398 7,3% ,1% 111 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut global est en net retrait par rapport à celui de l'année dernière pour la période , passant de 38,9% à 23,7%. Cette diminution s'explique en majeure partie par la forte baisse du TRI brut pour les sociétés en portefeuille qui passe de 35,5% à 7,2%. Elle doit être rapprochée de l'évolution récente des marchés boursiers dont les indices ont marqué un net recul en 2001 : -13% pour le second marché, -21% pour le CAC40, -37% pour l'itcac et -63% pour le nouveau marché. Cette baisse générale des marchés boursiers a conduit à une révision à la baisse des valeurs estimatives dans tous les compartiments du capital investissement. La plus forte baisse de TRI brut concerne le Capital Risque qui passe de 68,2% en 2000 à 21,7% en Cette évolution est à imputer au TRI brut des sociétés en portefeuille qui est négatif à -3,3% alors qu'il était égal à 65,6% l'année dernière. Ce résultat négatif s'explique par un nombre de provisions et pertes comptabilisées très significatif (873 lignes sur 1169 lignes au total, pour des montants investis de 1,1Md Eur) qui traduit le dégonflement de la bulle Internet et le brutal retournement de conjoncture. Par comparaison, l'année dernière un quart seulement des lignes avait enregistré des provisions et pertes, et elles representaient moins de 400Meur investis. Le TRI brut des sociétés sorties du portefeuille progresse fortement de 74,8% à 99,1%. Néanmoins, le TRI brut global du Capital Risque reste voisin de la moyenne de la profession (21,7% contre 23,7%). 8 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

11 Le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO suivent la même tendance que le Capital Risque mais de façon moins marquée. En effet, la forte augmentation du TRI brut pour les sociétés sorties de portefeuille, respectivement 91,9% et 100,2% pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO contre 45,0% et 51,7% l'année précédente, ne compensent que partiellement la baisse du TRI brut des sociétés en portefeuille, soit 13,2% et 8,7% pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO contre 39,1% et 26,3% l'année dernière. De ce fait, le TRI brut global pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO ressort respectivement à 27,3% et 22,2% contre 40,3% et 30,7% d'après l'étude Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 9

12 5 - Performance sur les dix dernières années d investissement ( ) TRI brut Total En portefeuille Sorties de portefeuille TRI Montants TRI Montants TRI Montants investis investis investis (en MEur) (en MEur) (en MEur) TRI global 24,8% ,1% ,3% Capital risque 28,2% ,1% ,1% 385 Capital développement 27,3% ,8% ,1% 777 Capital transmission-lbo 23,1% ,0% ,8% 739 Autres 15,4% 662 6,2% ,1% 353 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut sur 10 ans s'établit à 24,8% soit en légère diminution par rapport au TRI brut sur 10 ans de l'étude de l'année dernière concernant la période qui ressortait à 25,1%. En effet, la forte augmentation du TRI brut sur 10 ans pour les lignes d'investissement sorties du portefeuille qui s'établit à 33,3% contre 23,1% sur la période , ne compense que partiellement la baisse du TRI brut sur les lignes d'investissements encore en portefeuille qui passe de 26,7% à 14,1%. Toutefois, les résultats sont très contrastés en fonction du type d'investissement. La forte dégradation de la rentabilité des lignes en portefeuille est à imputer principalement au Capital Risque pour lequel le TRI brut chute de 47,4% à 0,1%. Ce résultat s'explique par une forte augmentation des provisions et pertes constatées pour les investissements réalisés au cours des deux dernières années, qui passent de 26,3% en 2000 à 52,3% en 2001 (en nombre de lignes), alliée à une non revalorisation des valeurs estimatives à fin A l'inverse, le TRI brut du Capital Risque pour les sociétés sorties de portefeuille est très élevé à 59,1% du fait de cessions qui ont été effectuées dans des conditions tout à fait favorables. En effet, en ne tenant pas compte de 10 lignes d'investissement pour lesquelles les plus values ont été très significatives (dont 4 ont été sorties du portefeuille en 2001), le TRI brut des sorties de portefeuille ressort à 33,0% soit seulement 4 points de plus que celui de l'année précédente. Le TRI brut du Capital Développement progresse de 24,1% (période ) à 27,3% grâce à une nette amélioration du TRI brut pour les sorties de portefeuille (31,1% à 10 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

13 comparer à 19,9% l'année dernière). Là encore cette amélioration s'explique par des plus-values très significatives enregistrées sur quelques lignes d'investissement. La rentabilité du Capital Transmission-LBO ressort à 23,1% contre 26,3% l'année dernière (période ). Cette diminution est à imputer à une forte baisse du TRI brut des sociétés en portefeuille (10,0% contre 23,8% pour l'étude 2000) qui est insuffisamment compensée par le TRI brut des sociétés sorties du portefeuille qui progresse de 28,9% à 33,8%. TRI brut de l année sur les sociétés sorties de portefeuille en 2001 (sociétés acquises depuis 1992) TRI 2001 TRI global 40,0% 569 Capital risque 61,1% 140 Capital développement 34,9% 182 Capital transmission-lbo 41,7% 209 Autres - 7,2% 38 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut global sur les sociétés sorties du portefeuille en 2001 et ce, quelle que soit l'année d'acquisition, ressort à 40,0% soit une nette progression par rapport au TRI brut de 2000 qui était égal à 28,8% Dispersion de la performance Dispersion de la performance en nombre de lignes Ce diagramme mesure la dispersion de la performance obtenue pour chaque ligne du portefeuille au cours des 10 dernières années. Les sorties de portefeuille ou les lignes encore en portefeuille ont été classées par fourchette de TRI brut. Les barres d'histogramme indiquent que 62,3% des investissements ont une rentabilité inférieure à 5% et 13,4% des investissements ont une rentabilité supérieure à 45%. Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 11

14 L'analyse par ligne de portefeuille met en avant la grande disparité de rentabilité entre les investissements réalisés : - 35,7% des lignes ont un TRI brut négatif contre 8% seulement en On retrouve là encore l'impact du retournement de conjoncture en Le nombre de lignes dont le TRI brut est supérieur à 45% recule de 6 points (13,4 % contre 19,6% dans l'étude 2000). - Un peu plus de 20% des lignes d'investissement ont un TRI brut sur les dix dernières années supérieur à la moyenne de 24,8%. Dispersion de la performance par type d investissement Source : Barbier Frinault & Associés - Afic 54,9% du nombre total de lignes dans le Capital Risque ont un TRI brut à 10 ans négatif. Le tiers des investissements du Capital Transmission-LBO a un TRI brut supérieur à 20%. 12 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

15 Dispersion de la performance par structure Le diagramme mesure la dispersion en terme de performance des structures ayant répondu à l'enquête. Les structures ont été classées par fourchette en fonction de leur TRI brut global. Les barres d'histogramme indiquent en pourcentage le nombre de structures et les montants investis correspondant. <0% 0 à 10% 10 à 15% 15 à 20% 20 à 30% 30 à 40% >40% 7,5% 6,3% 4,0% 17,5% 15,9% 18,3% 15,9% 16,4% 12,7% 12,0% 15,9% 15,9% 13,1% 28,7% Source : Barbier Frinault & Associés - Afic 17,5% des structures ont un TRI brut négatif mais elles ne représentent que 7,5% des montants investis. 38% des structures ont un TRI brut supérieur à 20% et représentent 46% des montants investis Performance par secteurs d activité TRI brut par secteurs d activité Global Services financiers TRI brut 45% Mts investis (en Meur) 55 Technologie de l information-telecom* TRI brut 44% Mts investis (en Meur) Services non financiers TRI brut 37% Mts investis (en Meur) 823 Sciences de la vie TRI brut 36% Mts investis (en Meur) 644 Production de biens de consommation TRI brut 23% Mts investis (en Meur) 970 Media TRI brut 22% Mts investis (en Meur) 463 Biens et services industriels TRI brut 20% Mts investis (en Meur) Distribution - Détail TRI brut 12% Mts investis (en Meur) 628 Produits de base TRI brut 10% Mts investis (en Meur) 423 Autres secteurs TRI brut 23% Mts investis (en Meur) TOTAL TRI brut 25% Mts investis (en Meur) Source : Barbier Frinault & Associés - Afic * Dont Meur investis en 1999 et Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 13

16 Mis à part le secteur des services financiers pour lesquels les montants investis ne sont pas significatifs, le secteur d activité le plus rentable est celui des technologies de l information et telecoms (TRI bruts de 44% et 25% des montants investis). A l inverse, les secteurs pour lesquels les TRI sont les moins élevés sont la distribution et les produits de base (TRI bruts de 12% et 10% des montants investis). Provisions ou pertes par secteurs d activité Le tableau ci-dessous donne le pourcentage d'investissements ayant fait l'objet de provisions ou pertes au cours des 10 dernières années ainsi que les montants de ces investissements. Global Technologie de l information-telecom Provisions ou pertes 37% Mts investis (en Meur) 964 Services financiers Provisions ou pertes 34% Mts investis (en Meur) 19 Media Provisions ou pertes 33% Mts investis (en Meur) 153 Distribution - Détail Provisions ou pertes 23% Mts investis (en Meur) 147 Biens et services industriels Provisions ou pertes 22% Mts investis (en Meur) 535 Production de biens de consommation Provisions ou pertes 21% Mts investis (en Meur) 204 Sciences de la vie Provisions ou pertes 20% Mts investis (en Meur) 128 Produits de base Provisions ou pertes 13% Mts investis (en Meur) 56 Services non financiers Provisions ou pertes 12% Mts investis (en Meur) 97 Autres secteurs Provisions ou pertes 21% Mts investis (en Meur) 281 TOTAL Provisions ou pertes 25% Mts investis (en Meur) Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le secteur des technologies de l'information-telecom est celui pour lequel le taux de provisions ou pertes et les TRI brut sur 10 ans sont les plus élevés. Ce résultat illustre la grande hétérogénéité de performance des investissements de ce secteur dans lequel le Capital Risque réalise une part très importante dans les montants investis. 14 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

17 5.4 - Taux de retour sur les mises initiales Taux de retour en nombre de lignes Le taux de retour sur les mises initiales correspond au ratio encaissements/ décaissements sur les dix dernières années d'investissement pour les sociétés sorties de portefeuille (encaissements divisés par les décaissements, % exprimés par rapport au nombre de lignes ou aux montants investis). Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC L'analyse des encaissements (flux entrants) divisés par les décaissements pour les sociétés sorties du portefeuille au cours des dix dernières années indique que les investisseurs récupèrent leur mise initiale et générent des profits dans plus de 70 % des cas représentant près de 80% des montants investis. Les retours sur les mises initiales sont même supérieurs à 2 pour 35% des lignes d'investissement et supérieurs à 5 pour 12% des lignes d'investissement (7% en montants investis). Taux de retour par type d'investissement en nombre de lignes Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 15

18 Cette même analyse montre que le taux de retour sur les mises initiales diffère légèrement en fonction des types d'investissement : 44% des lignes d'investissement ont un ratio inférieur à 1 pour le Capital Risque 48% des lignes de Capital Transmission-LBO ont un ratio supérieur à 2 18% des lignes de Capital Risque ont un ratio supérieur à 5 contre 8% pour le Capital Développement et 13% pour le Capital Transmission-LBO. Taux de retour par type d investissement en montants investis Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Provisions et pertes Cette analyse porte sur les lignes pour lesquelles la valeur de la participation est inférieure au montant investi ou nulle. Le pourcentage représente le rapport entre le nombre de lignes d'investissements pour lesquelles des provisions ou pertes ont été constatées et le nombre de ligne total. Par ligne d investissement Prend en compte les pertes ou provisions constatées sur des lignes sorties ou encore en portefeuilles Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC. 16 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

19 La moyenne ressort à 34,3% contre 25,0% en Cette évolution s'explique principalement par le doublement du taux de provisions et pertes pour le Capital Risque qui passe de 26,3% à 52,3%. Les taux de provisions et pertes pour les types d'investissement autres que celui du Capital Risque restent stables. Par montants investis Le pourcentage représente le rapport entre les montants investis pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées et les montants totaux investis. Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO demeurent les segments d'investissement pour lesquels le taux de provisions et pertes par rapport aux montants investis est le plus faible. La moyenne se situe à 25,4% contre 21,5% en Le taux est en augmentation pour le Capital Risque puisqu'il passe de 27,3% à 48,9%. L'augmentation est moins marquée pour le Capital Développement puisque le taux passe seulement de 17,3% à 19,8%. Pour le Capital Transmission-LBO ce taux est en diminution et passe de 20,9% à 17,2%. Détail par année pour tous les types d'investissement Les barres de l'histogramme représentent les montants totaux investis par année, y compris les montants des investissements pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 17

20 Le pourcentage représente le rapport entre les montants investis pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées et les montants totaux investis. MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le diagramme montre l'accélération de l'investissement à partir de 1999 alliée à une hausse rapide des provisions ou pertes constatées sur la fin de la période. Le taux des investissements provisionnés ou perdus en 2001 est beaucoup plus faible car la plupart des investissements de l'année ont été valorisés à leur coût d'acquisition. Détail par année pour le Capital Risque MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC 18 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

21 Le taux de provisions ou pertes constaté sur les premières années de l'étude doit être relativisé en raison des faibles montants investis. Toutefois, le taux sur l'ensemble de la période demeure élevé aux alentours de 50%. La corrélation entre les montants investis et le taux de provisions ou pertes est très marquée pour le Capital Risque sur les cinq dernières années. Détail par année pour le Capital Développement MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le taux sur l'ensemble de la période est relativement stable à l'exception de l'année 1999 où le taux atteint 36%. Détail par année pour le Capital Transmission-LBO MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Comme pour le Capital Développement, le taux sur l'ensemble de la période est relativement stable à l'exception de l'année 1999 où le taux atteint 33%. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 19

22 Annexes 20 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

23 Annexe I Méthodologie Conformément au guide sur l'évaluation de la performance préparé par l'afic, les performances sont exprimées en taux de rentabilité interne brut ("TRI brut ) c'est-à-dire, par rapport au taux de rentabilité net investisseur ("TRI net ), hors frais de gestion, hors intéressement des gestionnaires aux plus-values (carried interest) et hors impact de la trésorerie. Le TRI brut global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Le TRI est le taux d'actualisation annuel tel que la valeur actualisée des flux positifs (revenus et montants des cessions ou valeur estimative) est égale à la valeur actualisée des flux négatifs (investissements). Le TRI global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Dans un souci de cohérence et par simplification, l'ensemble des flux positifs ou négatifs est positionné en milieu d'année à l'exception des valeurs estimatives des sociétés encore en portefeuille qui sont positionnées en fin d'année Les valeurs estimatives ont un poids très significatif dans le mode de calcul du TRI des sociétés encore en portefeuille. Elles sont en principe déterminées conformément aux recommandations du guide sur l'évaluation de la performance de l'afic (en règle générale, application de multiples, discounted cash flow, actif net réévalué,...). Pour le TRI brut les montants investis comprennent tous les flux du fond vers la société : investissement initial, acquisition complémentaire de titres, augmentation de capital,... Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 21

24 Annexe II Lexique Sous la rubrique Capital Risque, nous avons regroupé les opérations en seed capital, en capital création et en capital post-création : Seed : Financement destiné à une entreprise avant sa création (capital d'amorçage). Création : Financement de l'entreprise en début de création ou au tout début de son activité. Elle n'a pas commercialisé son produit. Le financement est destiné au développement du produit et à sa première commercialisation. Post-création : L'entreprise a déjà achevé le développement d'un produit et a besoin de capitaux pour en démarrer la fabrication et la commercialisation. Sous la rubrique Capital Transmission-LBO sont repris les différents types de "buy out" ainsi que les Rachats d'entreprises par les Salariés. Les capitaux sont destinés à permettre l'acquisition par la direction existante, ou par une nouvelle équipe, et par les investisseurs d'une société déjà établie. Ce peut être également un financement visant à créer une société holding pour acquérir une ou plusieurs entreprises existantes, notamment dans le cadre de successions patrimoniales ou pour préparer une introduction en bourse. Sous la rubrique Capital Développement sont repris les financements en fonds propres d'entreprises ayant atteint leur seuil de rentabilité et dégageant des profits. Les fonds sont employés pour augmenter les capacités de production et la force de vente, pour financer le développement de nouveaux produits ou des acquisitions, et/ou pour accroître leur fonds de roulement. Pour les besoins de l'étude, les rachats de positions minoritaires sont assimilés à des opérations de capital développement. La catégorie Autres correspond à la réalisation d'opérations n'ayant pu être rattachées d'une façon ou d'une autre à une des catégories précédentes d'après les réponses apportées aux questionnaires. 22 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52 Quelques ratios boursiers couramment utilisés comme données de l élaboration du benchmarking du groupe Total : Total (avant les fusions avec Fina puis Elf) comparé aux moyennes des pétroliers (européenne

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2012

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2012 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2012 Le www.afic.asso.fr SOMMAIRE Organisation du partenariat AFIC - EY - Thomson Reuters, méthodologie et représentativité de l

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Rapport annuel ACTYS 2. au 31 mars 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPCVM FCPR de droit français CLASSIFICATION. Document public. labanquepostale-am.

Rapport annuel ACTYS 2. au 31 mars 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPCVM FCPR de droit français CLASSIFICATION. Document public. labanquepostale-am. Rapport annuel au 31 mars 2014 ACTYS 2 FORME JURIDIQUE DE L OPCVM FCPR de droit français CLASSIFICATION Document public La Banque Postale Asset Management 34, rue de la Fédération 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires NC 25 Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires Objectif 01. Dans le cadre de ses activités courantes, la banque peut affecter une partie de ses ressources à la gestion d'un portefeuille-titres.

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros)

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) 1. Compte de résultats consolidé par segment au 30.06.2005 2. Bilan consolidé par segment au 30.06.2005 3. Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 FONDS PROTÉGÉ EN CAPITAL À HAUTEUR DE 70% À L ÉCHÉANCE SG FRANCE PME Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 n Ce placement n est pas

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT

LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL INVESTISSEMENT Le capital investissement consiste à prendre une participation en capital dans des entreprises non cotées sur des marchés boursiers. L objectif est de financer les différents

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 2019

BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 2019 BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 219 Code ISIN : FR 6913 Notice d'information Fonds Commun de Placement Forme juridique de l'opcvm : Promoteurs : Société de Gestion : Dépositaire : Commissaire aux comptes

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Le capital-investissement et son développement en France Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Paul THOLLY Paul THOLLY SIGEFI P.E. (Groupe Siparex) Managing Partner Agenda 1/

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ FIP 123CAPITALISATION 2012 FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Document non contractuel édité en avril 2012. Ce document ne se substitue pas au document d informations clés pour l investisseur («DICI»)

Plus en détail

RESULTATS 2012. Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action

RESULTATS 2012. Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action Luxembourg, le 28 février 2013 Communiqué de presse RESULTATS 2012 Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action Le Conseil d administration,

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

LEVÉES DE CAPITAUX PAR LESFCPI ET LESFIP CRÉÉS EN2013. Le 4 mars 2014

LEVÉES DE CAPITAUX PAR LESFCPI ET LESFIP CRÉÉS EN2013. Le 4 mars 2014 LEVÉES DE CAPITAUX PAR LESFCPI ET LESFIP CRÉÉS EN2013 Le 4 mars 2014 MÉTHODOLOGIE Principes de collecte Enquête conduite communément par les services d études respectifs de l AFG et de l AFIC avec pour

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Antin FCPI 11. Communication à caractère promotionnel

Antin FCPI 11. Communication à caractère promotionnel Antin FCPI 11 Communication à caractère promotionnel Antin FCPI 11, nouveau Fonds Commun de Placement dans l Innovation, vient étoffer la gamme de FCPI du groupe BNP Paribas Blocage des capitaux investis

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT

ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT A retourner à : Assurancevie.com 10 rue d Uzès 75002 PARIS ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT CARACTERISTIQUES SPECIFIQUES AU SUPPORT AVIVA PATRIMOINE IMMOBILIER Aviva Patrimoine immobilier est un support ouvert

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-32 du 22 février 2011 relative à la prise de contrôle conjoint du groupe La Poste par la Caisse des Dépôts et Consignations et l État français L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ FIP 123ISF2012 FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123 ISF 2012 Fonds d Investissement de Proximité 50 % de réduction d ISF immédiate (en contrepartie d une durée de blocage des parts jusqu au 31 décembre

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance

Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Bruxelles, le 31 août 2012 8h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE Malgré un environnement économique difficile, IMMOBEL continue à investir pour assurer sa croissance Résultat opérationnel consolidé

Plus en détail

Membre du INVESTISSEMENT PME FIP FRANCE. Financer les PME. favorise la croissance

Membre du INVESTISSEMENT PME FIP FRANCE. Financer les PME. favorise la croissance Membre du FIP FRANCE INVESTISSEMENT PME Financer les PME favorise la croissance Présentation du FIP FRANCE INVESTISSEMENT PME Dans le contexte économique actuel, nous pensons que les PME françaises ont

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 1 SOMMAIRE 00. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE 2012 : RAPPEL DES FAITS MARQUANTS 01. LE MARCHÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT L organisation du marché : les principaux acteurs Les grands

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE RAPPORT COMPLET D EXPERTISE 1 1 e partie : RAPPORT D'ANALYSE FINANCIERE 2 SOMMAIRE DU RAPPORT SYNTHESE DES FORCES ET FAIBLESSES... 4 FORCES de l'entreprise... 4 FAIBLESSES de l'entreprise... 4 COMMENTAIRES

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE 3, rue Boudreau 75009 PARIS Tél +33 (0)1 44 94 29 24 / Fax +33 (0)1 44 94 23 35 Paris, le 19/6/2013 Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE Part I : FR0010758722 / Part P

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS ENERGIE» A. PARTIE STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS ENERGIE» A. PARTIE STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS ENERGIE» 1- PRESENTATION SUCCINCTE A. PARTIE STATUTAIRE CODE ISIN : DENOMINATION : FORME JURIDIQUE : COMPARTIMENTS : NOURRICIER : SOCIETE DE GESTION : DELEGATION

Plus en détail

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME FCPR LCL PME EXPANSION 2 Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME Placement de diversification, l investissement dans un FCPR (Fonds Commun de Placement

Plus en détail

MEMOIRE DE DESS INGENIERIE FINANCIERE L EVOLUTION DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN EUROPE ET EN FRANCE

MEMOIRE DE DESS INGENIERIE FINANCIERE L EVOLUTION DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN EUROPE ET EN FRANCE MEMOIRE DE DESS INGENIERIE FINANCIERE L EVOLUTION DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN EUROPE ET EN FRANCE Guillaume GUHUR DESS ingénierie financière UBO de BREST Promotion 2002-2003 Responsable de mémoire : Dominique

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

PATRIMOINE BIEN-ETRE. www.sigmagestion.com

PATRIMOINE BIEN-ETRE. www.sigmagestion.com PATRIMOINE BIEN-ETRE www.sigmagestion.com Présentation du FIP PATRIMOINE BIEN-ETRE Réduisez votre ISF de 50 % 1 ou votre IR de 18% 1, en contrepartie d une durée de blocage pouvant aller jusqu au 31 décembre

Plus en détail