Rapport sur la performance du Capital Investissement en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur la performance du Capital Investissement en France"

Transcription

1 Rapport sur la performance du Capital Investissement en France 2001

2

3 Sommaire 1 - Introduction Synthèse Performance du Capital Investissement par année Performance sur les cinq dernières années ( ) Performance sur les dix dernières années ( ) TRI brut Dispersion de la performance Performance par secteurs d activité Taux de retour sur les mises initiales Provisions et pertes 16 Annexes I Méthodologie 21 II Lexique 22 III Liste des membres ayant participé à l'étude 23 Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 1

4

5 1 - Introduction Présentation de l'étude réalisée par l'afic et Barbier Frinault & Associés L'AFIC, Association Française des Investisseurs en Capital, créée en juillet 1984, est un organisme indépendant régi par la loi de 1901 qui contribue à la professionnalisation et au développement du Capital Investissement. Elle agit au nom de l ensemble des professionnels, quelles que soient les structures utilisées, les segments de marché couverts et les stratégies d investissement. Parmi les actions qu'elle entreprend, l'afic réalise chaque année une étude sur l'activité du Capital Investissement en France et une étude sur sa rentabilité, à destination de ses membres, des investisseurs en Capital Investissement et plus généralement du monde économique et financier. L'étude réalisée sur la mesure de la performance de l'activité de Capital Investissement en France a été menée conjointement par l'afic et Barbier Frinault et Associés. Les investissements pris en compte ne recouvrent que les investissements de type actions et obligations convertibles. Les revenus pris en compte se limitent aux dividendes et intérêts perçus et excluent donc toute rémunération de gestion. Conformément au guide sur l'évaluation de la performance préparé par l'afic, les performances sont exprimées en taux de rentabilité interne brut ("TRI brut ) c'est-à-dire, par rapport au taux de rentabilité net investisseur ("TRI net ), hors frais de gestion, hors intéressement des gestionnaires aux plus-values (carried interest) et hors impact de la trésorerie. Le TRI brut global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Cette étude a été menée à partir des informations communes gérées par les membres de l'afic. Les résultats communiqués sont directement issus du traitement des questionnaires remplis par eux. Le rôle de Barbier Frinault et Associés a été limité à la collecte de cette information et à son traitement. Les informations reçues sont traitées en toute confidentialité par l'équipe de Barbier Frinault et Associés. Aucune vérification concernant l'exactitude ou l'exhaustivité de l'information communiquée n'a été réalisée. L'AFIC et Barbier Frinault et Associés remercient l'ensemble des participants pour le temps et les efforts qu'ils ont consacrés à cette étude. Contact AFIC : Contact Barbier Frinault & Associés : Arnaud De Dinechin Hervé Jauffret Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 3

6 2 - Synthèse Représentativité de l'étude Les investissements étudiés, qui portent sur 10 milliards d'euros, représentent près de 65% des montants investis par la profession au cours des dix dernières années. Nombre Montants investis Montants investis Montants investis de lignes totaux (MEur) sur lignes sorties sur lignes en du portefeuille portefeuille (en MEur) (en MEur) Capital risque Capital développement Capital transmission-lbo Autres Total Source : Barbier Frinault & Associés - Afic La classification par nature d'investissement (Capital Risque, Capital Développement et Capital Transmission-LBO) a été déterminée pour chaque investissement. La définition des différentes catégories est rappelée en annexe (cf. lexique p 22). Les résultats de cette étude ne sont pas directement comparables avec ceux de l'année précédente, du fait du nombre plus important de participants : 156 fonds ou sociétés d'investissement contre 141 en Principaux résultats du TRI brut Les résultats de l étude de cette année sont principalement marquées par les éléments suivants : Le poids de plus en plus important des années récentes dans les statistiques de performance du fait de la très forte croissance des capitaux levés et des investissements réalisés par la profession au cours des dernières années. Les investissements de 2000 et 2001 représentent ainsi respectivement 49% et 38% des montants investis au cours des 5 et des 10 dernières années. Généralement, les valeurs estimatives de ces investissements récents sont valorisées au coût d acquisition ce qui arithmétiquement tire les TRI à la baisse. La constatation en 2001 de pertes et provisions pour des montants tout à fait substantiels sur les investissements réalisés en 1999 et 2000 sans possibilité d afficher des revalorisations significatives sur les autres lignes d investissements compte tenu du contexte économique peu favorable. Ce phénomène est consécutif au dégonflement de la bulle Internet qui a particulièrement affecté l activité de Capital Risque et à la baisse des marchés boursiers qui a marqué l année Il se traduit par une forte diminution des TRI bruts anticipés sur les lignes d investissement encore en portefeuille. La très bonne tenue des performances relatives aux sociétés sorties du portefeuille qui traduit le fait que des cessions ont continué en 2001 à se réaliser à des conditions très favorables. Le TRI brut des sociétés sorties de portefeuille en 2001 qui atteint 40% contribue à compenser la baisse des TRI bruts à 5 ans ou 10 ans anticipés sur les sociétés encore en portefeuille. 4 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

7 Globalement les principaux résultats sont : Le TRI brut sur les 10 dernières années ( ) d'investissement montre une légère diminution par rapport à l'étude de l'année précédente qui couvrait la période Le TRI brut sur 10 ans ressort à 24,8% (respectivement 33,3% pour les sociétés sorties du portefeuille et 14,2% pour les sociétés encore en portefeuille) contre 25,1% l'année précédente. Le TRI brut sur 5 ans ressort à 23,7% (respectivement 94,0% pour les sociétés sorties du portefeuille et 7,2% pour les sociétés encore en portefeuille) contre 39,0% précédemment. Cette évolution est la conséquence d'une forte diminution du TRI brut pour les sociétés encore en portefeuille qui passe de 35,5% à 7,2%. Avec un TRI brut sur 10 ans de 28,2%, le Capital Risque apparait comme le segment d'investissement le plus rentable. Toutefois, si l'on ne prend pas en compte 10 lignes d'investissements ayant généré des plus-values exceptionnelles, le TRI brut passe à 12,6%. En outre, le TRI brut des lignes encore en portefeuille à fin 2001 est nul ce qui contraste largement avec le TRI brut sur les lignes sorties du portefeuille (59,1%). Ces résultats illustrent la particularité du Capital Risque, marqué aujourd'hui par des extrêmes : des sorties brillantes, de très bons investissements encore en portefeuille et beaucoup de provisions. Une analyse du taux de retour sur la mise initiale au cours des dix dernières années pour les sociétés sorties du portefeuille montre que les investisseurs récupèrent au moins une fois le montant investi dans plus de 70% des cas. Ce taux de retour est même supérieur à deux pour 35% des investissements et supérieur à 5 dans 12% des cas. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 5

8 3 - Performance du Capital Investissement par année Evolution du TRI brut par année (Vintage year) Cet histogramme mesure le TRI brut moyen dégagé en fonction de l'année d'investissement jusqu'au 31 décembre Ainsi le TRI brut des investissements réalisés en 1992 correspond aux nouveaux investissements effectués en 1992 et aux refinancements effectués par la suite. Le TRI brut pour 1992 est de 14,3% et de -2,4% pour les investissements effectués en MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Ce graphe confirme les niveaux de TRI brut par année d investissement observés pour l étude 2000 jusqu en 1997 puis la révision à la baisse des anticipations de TRI bruts à partir de Tout d abord les TRI bruts anticipés pour les années 1992 et 1993 se situent entre 14% et 19%. Puis pour les années 1994 à 1998, les TRI bruts anticipés restent toujours à des niveaux élevés et se situent entre 26% et 44%. Ensuite le TRI brut 1999 anticipé marque une inflexion même s il s agit d investissements plus récents et est inférieur à 20%. Enfin, le TRI brut pour les investissements réalisés en 2000 est négatif à -2,4%. 42% du nombre d investissements réalisés en 2000 ont enregistré des provisions ou des pertes à fin 2001, soit 40% des montants investis. Ce phénomène est consécutif au dégonflement de la bulle Internet qui a particulièrement affecté l activité de Capital Risque et à la baisse des marchés boursiers qui a marqué l année Il 6 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

9 se traduit par une forte diminution des TRI bruts anticipés sur les lignes d'investissement encore en portefeuille du fait de la constatation en 2001 de pertes et provisions pour des montants tout à fait substantiels, sans possibilité d'afficher des revalorisations significatives sur les autres lignes d'investissement. Aussi, la baisse anticipée de la rentabilité des investissements récents (1999 à 2000) qui représentent 44% des investissements réalisés au cours des dix dernières années, doit être relativisée. MEuros Le détail du TRI brut par année et par type d'investissement montre que le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO suivent la même tendance. En revanche, le Capital Risque connaît une évolution avec des niveaux de rentabilité extrêmes comme -15% et -18% en 1992 et 2000 (respectivement 22Meur et 766Meur investis) ou encore 78% en 1997 (110 Meur investis). Les montants investis dans le Capital Risque sont faibles avant 1997 (21% des montants investis sur le 10 dernières années). La performance du Capital Risque est très dépendante d un petit nombre d investissements. Ainsi, la rentabilité exceptionnelle du Capital Risque en 1997 doit être relativisée car, sans compter 3 cessions qui ont généré des plus values exceptionnelles, le TRI brut retombe à 30%. Ces résultats illustrent la particularité du Capital Risque, marqué aujourd hui par des extrêmes : des sorties brillantes, de très bons investissements encore en portefeuille et beaucoup de provisions. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 7

10 4 - Performance sur les cinq dernières années d investissement ( ) TRI brut global sur les cinq dernières années d'investissement (sociétés acquises depuis 1997, sorties ou encore en portefeuille au 31 décembre 2001) Total En portefeuille Sorties de portefeuille TRI Montants TRI Montants TRI Montants investis investis investis (en MEur) (en MEur) (en MEur) TRI global 23,7% ,2% ,0% 975 Capital risque 21,7% ,3% ,1% 287 Capital développement 27,3% ,2% ,9% 269 Capital transmission-lbo 22,2% ,7% ,2% 309 Autres 25,0% 398 7,3% ,1% 111 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut global est en net retrait par rapport à celui de l'année dernière pour la période , passant de 38,9% à 23,7%. Cette diminution s'explique en majeure partie par la forte baisse du TRI brut pour les sociétés en portefeuille qui passe de 35,5% à 7,2%. Elle doit être rapprochée de l'évolution récente des marchés boursiers dont les indices ont marqué un net recul en 2001 : -13% pour le second marché, -21% pour le CAC40, -37% pour l'itcac et -63% pour le nouveau marché. Cette baisse générale des marchés boursiers a conduit à une révision à la baisse des valeurs estimatives dans tous les compartiments du capital investissement. La plus forte baisse de TRI brut concerne le Capital Risque qui passe de 68,2% en 2000 à 21,7% en Cette évolution est à imputer au TRI brut des sociétés en portefeuille qui est négatif à -3,3% alors qu'il était égal à 65,6% l'année dernière. Ce résultat négatif s'explique par un nombre de provisions et pertes comptabilisées très significatif (873 lignes sur 1169 lignes au total, pour des montants investis de 1,1Md Eur) qui traduit le dégonflement de la bulle Internet et le brutal retournement de conjoncture. Par comparaison, l'année dernière un quart seulement des lignes avait enregistré des provisions et pertes, et elles representaient moins de 400Meur investis. Le TRI brut des sociétés sorties du portefeuille progresse fortement de 74,8% à 99,1%. Néanmoins, le TRI brut global du Capital Risque reste voisin de la moyenne de la profession (21,7% contre 23,7%). 8 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

11 Le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO suivent la même tendance que le Capital Risque mais de façon moins marquée. En effet, la forte augmentation du TRI brut pour les sociétés sorties de portefeuille, respectivement 91,9% et 100,2% pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO contre 45,0% et 51,7% l'année précédente, ne compensent que partiellement la baisse du TRI brut des sociétés en portefeuille, soit 13,2% et 8,7% pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO contre 39,1% et 26,3% l'année dernière. De ce fait, le TRI brut global pour le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO ressort respectivement à 27,3% et 22,2% contre 40,3% et 30,7% d'après l'étude Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 9

12 5 - Performance sur les dix dernières années d investissement ( ) TRI brut Total En portefeuille Sorties de portefeuille TRI Montants TRI Montants TRI Montants investis investis investis (en MEur) (en MEur) (en MEur) TRI global 24,8% ,1% ,3% Capital risque 28,2% ,1% ,1% 385 Capital développement 27,3% ,8% ,1% 777 Capital transmission-lbo 23,1% ,0% ,8% 739 Autres 15,4% 662 6,2% ,1% 353 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut sur 10 ans s'établit à 24,8% soit en légère diminution par rapport au TRI brut sur 10 ans de l'étude de l'année dernière concernant la période qui ressortait à 25,1%. En effet, la forte augmentation du TRI brut sur 10 ans pour les lignes d'investissement sorties du portefeuille qui s'établit à 33,3% contre 23,1% sur la période , ne compense que partiellement la baisse du TRI brut sur les lignes d'investissements encore en portefeuille qui passe de 26,7% à 14,1%. Toutefois, les résultats sont très contrastés en fonction du type d'investissement. La forte dégradation de la rentabilité des lignes en portefeuille est à imputer principalement au Capital Risque pour lequel le TRI brut chute de 47,4% à 0,1%. Ce résultat s'explique par une forte augmentation des provisions et pertes constatées pour les investissements réalisés au cours des deux dernières années, qui passent de 26,3% en 2000 à 52,3% en 2001 (en nombre de lignes), alliée à une non revalorisation des valeurs estimatives à fin A l'inverse, le TRI brut du Capital Risque pour les sociétés sorties de portefeuille est très élevé à 59,1% du fait de cessions qui ont été effectuées dans des conditions tout à fait favorables. En effet, en ne tenant pas compte de 10 lignes d'investissement pour lesquelles les plus values ont été très significatives (dont 4 ont été sorties du portefeuille en 2001), le TRI brut des sorties de portefeuille ressort à 33,0% soit seulement 4 points de plus que celui de l'année précédente. Le TRI brut du Capital Développement progresse de 24,1% (période ) à 27,3% grâce à une nette amélioration du TRI brut pour les sorties de portefeuille (31,1% à 10 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

13 comparer à 19,9% l'année dernière). Là encore cette amélioration s'explique par des plus-values très significatives enregistrées sur quelques lignes d'investissement. La rentabilité du Capital Transmission-LBO ressort à 23,1% contre 26,3% l'année dernière (période ). Cette diminution est à imputer à une forte baisse du TRI brut des sociétés en portefeuille (10,0% contre 23,8% pour l'étude 2000) qui est insuffisamment compensée par le TRI brut des sociétés sorties du portefeuille qui progresse de 28,9% à 33,8%. TRI brut de l année sur les sociétés sorties de portefeuille en 2001 (sociétés acquises depuis 1992) TRI 2001 TRI global 40,0% 569 Capital risque 61,1% 140 Capital développement 34,9% 182 Capital transmission-lbo 41,7% 209 Autres - 7,2% 38 Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le TRI brut global sur les sociétés sorties du portefeuille en 2001 et ce, quelle que soit l'année d'acquisition, ressort à 40,0% soit une nette progression par rapport au TRI brut de 2000 qui était égal à 28,8% Dispersion de la performance Dispersion de la performance en nombre de lignes Ce diagramme mesure la dispersion de la performance obtenue pour chaque ligne du portefeuille au cours des 10 dernières années. Les sorties de portefeuille ou les lignes encore en portefeuille ont été classées par fourchette de TRI brut. Les barres d'histogramme indiquent que 62,3% des investissements ont une rentabilité inférieure à 5% et 13,4% des investissements ont une rentabilité supérieure à 45%. Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 11

14 L'analyse par ligne de portefeuille met en avant la grande disparité de rentabilité entre les investissements réalisés : - 35,7% des lignes ont un TRI brut négatif contre 8% seulement en On retrouve là encore l'impact du retournement de conjoncture en Le nombre de lignes dont le TRI brut est supérieur à 45% recule de 6 points (13,4 % contre 19,6% dans l'étude 2000). - Un peu plus de 20% des lignes d'investissement ont un TRI brut sur les dix dernières années supérieur à la moyenne de 24,8%. Dispersion de la performance par type d investissement Source : Barbier Frinault & Associés - Afic 54,9% du nombre total de lignes dans le Capital Risque ont un TRI brut à 10 ans négatif. Le tiers des investissements du Capital Transmission-LBO a un TRI brut supérieur à 20%. 12 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

15 Dispersion de la performance par structure Le diagramme mesure la dispersion en terme de performance des structures ayant répondu à l'enquête. Les structures ont été classées par fourchette en fonction de leur TRI brut global. Les barres d'histogramme indiquent en pourcentage le nombre de structures et les montants investis correspondant. <0% 0 à 10% 10 à 15% 15 à 20% 20 à 30% 30 à 40% >40% 7,5% 6,3% 4,0% 17,5% 15,9% 18,3% 15,9% 16,4% 12,7% 12,0% 15,9% 15,9% 13,1% 28,7% Source : Barbier Frinault & Associés - Afic 17,5% des structures ont un TRI brut négatif mais elles ne représentent que 7,5% des montants investis. 38% des structures ont un TRI brut supérieur à 20% et représentent 46% des montants investis Performance par secteurs d activité TRI brut par secteurs d activité Global Services financiers TRI brut 45% Mts investis (en Meur) 55 Technologie de l information-telecom* TRI brut 44% Mts investis (en Meur) Services non financiers TRI brut 37% Mts investis (en Meur) 823 Sciences de la vie TRI brut 36% Mts investis (en Meur) 644 Production de biens de consommation TRI brut 23% Mts investis (en Meur) 970 Media TRI brut 22% Mts investis (en Meur) 463 Biens et services industriels TRI brut 20% Mts investis (en Meur) Distribution - Détail TRI brut 12% Mts investis (en Meur) 628 Produits de base TRI brut 10% Mts investis (en Meur) 423 Autres secteurs TRI brut 23% Mts investis (en Meur) TOTAL TRI brut 25% Mts investis (en Meur) Source : Barbier Frinault & Associés - Afic * Dont Meur investis en 1999 et Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 13

16 Mis à part le secteur des services financiers pour lesquels les montants investis ne sont pas significatifs, le secteur d activité le plus rentable est celui des technologies de l information et telecoms (TRI bruts de 44% et 25% des montants investis). A l inverse, les secteurs pour lesquels les TRI sont les moins élevés sont la distribution et les produits de base (TRI bruts de 12% et 10% des montants investis). Provisions ou pertes par secteurs d activité Le tableau ci-dessous donne le pourcentage d'investissements ayant fait l'objet de provisions ou pertes au cours des 10 dernières années ainsi que les montants de ces investissements. Global Technologie de l information-telecom Provisions ou pertes 37% Mts investis (en Meur) 964 Services financiers Provisions ou pertes 34% Mts investis (en Meur) 19 Media Provisions ou pertes 33% Mts investis (en Meur) 153 Distribution - Détail Provisions ou pertes 23% Mts investis (en Meur) 147 Biens et services industriels Provisions ou pertes 22% Mts investis (en Meur) 535 Production de biens de consommation Provisions ou pertes 21% Mts investis (en Meur) 204 Sciences de la vie Provisions ou pertes 20% Mts investis (en Meur) 128 Produits de base Provisions ou pertes 13% Mts investis (en Meur) 56 Services non financiers Provisions ou pertes 12% Mts investis (en Meur) 97 Autres secteurs Provisions ou pertes 21% Mts investis (en Meur) 281 TOTAL Provisions ou pertes 25% Mts investis (en Meur) Source : Barbier Frinault & Associés - Afic Le secteur des technologies de l'information-telecom est celui pour lequel le taux de provisions ou pertes et les TRI brut sur 10 ans sont les plus élevés. Ce résultat illustre la grande hétérogénéité de performance des investissements de ce secteur dans lequel le Capital Risque réalise une part très importante dans les montants investis. 14 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

17 5.4 - Taux de retour sur les mises initiales Taux de retour en nombre de lignes Le taux de retour sur les mises initiales correspond au ratio encaissements/ décaissements sur les dix dernières années d'investissement pour les sociétés sorties de portefeuille (encaissements divisés par les décaissements, % exprimés par rapport au nombre de lignes ou aux montants investis). Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC L'analyse des encaissements (flux entrants) divisés par les décaissements pour les sociétés sorties du portefeuille au cours des dix dernières années indique que les investisseurs récupèrent leur mise initiale et générent des profits dans plus de 70 % des cas représentant près de 80% des montants investis. Les retours sur les mises initiales sont même supérieurs à 2 pour 35% des lignes d'investissement et supérieurs à 5 pour 12% des lignes d'investissement (7% en montants investis). Taux de retour par type d'investissement en nombre de lignes Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 15

18 Cette même analyse montre que le taux de retour sur les mises initiales diffère légèrement en fonction des types d'investissement : 44% des lignes d'investissement ont un ratio inférieur à 1 pour le Capital Risque 48% des lignes de Capital Transmission-LBO ont un ratio supérieur à 2 18% des lignes de Capital Risque ont un ratio supérieur à 5 contre 8% pour le Capital Développement et 13% pour le Capital Transmission-LBO. Taux de retour par type d investissement en montants investis Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Provisions et pertes Cette analyse porte sur les lignes pour lesquelles la valeur de la participation est inférieure au montant investi ou nulle. Le pourcentage représente le rapport entre le nombre de lignes d'investissements pour lesquelles des provisions ou pertes ont été constatées et le nombre de ligne total. Par ligne d investissement Prend en compte les pertes ou provisions constatées sur des lignes sorties ou encore en portefeuilles Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC. 16 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

19 La moyenne ressort à 34,3% contre 25,0% en Cette évolution s'explique principalement par le doublement du taux de provisions et pertes pour le Capital Risque qui passe de 26,3% à 52,3%. Les taux de provisions et pertes pour les types d'investissement autres que celui du Capital Risque restent stables. Par montants investis Le pourcentage représente le rapport entre les montants investis pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées et les montants totaux investis. Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le Capital Développement et le Capital Transmission-LBO demeurent les segments d'investissement pour lesquels le taux de provisions et pertes par rapport aux montants investis est le plus faible. La moyenne se situe à 25,4% contre 21,5% en Le taux est en augmentation pour le Capital Risque puisqu'il passe de 27,3% à 48,9%. L'augmentation est moins marquée pour le Capital Développement puisque le taux passe seulement de 17,3% à 19,8%. Pour le Capital Transmission-LBO ce taux est en diminution et passe de 20,9% à 17,2%. Détail par année pour tous les types d'investissement Les barres de l'histogramme représentent les montants totaux investis par année, y compris les montants des investissements pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 17

20 Le pourcentage représente le rapport entre les montants investis pour lesquels des provisions ou pertes ont été constatées et les montants totaux investis. MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le diagramme montre l'accélération de l'investissement à partir de 1999 alliée à une hausse rapide des provisions ou pertes constatées sur la fin de la période. Le taux des investissements provisionnés ou perdus en 2001 est beaucoup plus faible car la plupart des investissements de l'année ont été valorisés à leur coût d'acquisition. Détail par année pour le Capital Risque MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC 18 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

21 Le taux de provisions ou pertes constaté sur les premières années de l'étude doit être relativisé en raison des faibles montants investis. Toutefois, le taux sur l'ensemble de la période demeure élevé aux alentours de 50%. La corrélation entre les montants investis et le taux de provisions ou pertes est très marquée pour le Capital Risque sur les cinq dernières années. Détail par année pour le Capital Développement MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Le taux sur l'ensemble de la période est relativement stable à l'exception de l'année 1999 où le taux atteint 36%. Détail par année pour le Capital Transmission-LBO MEuros Source : Barbier Frinault & Associés - AFIC Comme pour le Capital Développement, le taux sur l'ensemble de la période est relativement stable à l'exception de l'année 1999 où le taux atteint 33%. Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 19

22 Annexes 20 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

23 Annexe I Méthodologie Conformément au guide sur l'évaluation de la performance préparé par l'afic, les performances sont exprimées en taux de rentabilité interne brut ("TRI brut ) c'est-à-dire, par rapport au taux de rentabilité net investisseur ("TRI net ), hors frais de gestion, hors intéressement des gestionnaires aux plus-values (carried interest) et hors impact de la trésorerie. Le TRI brut global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Le TRI est le taux d'actualisation annuel tel que la valeur actualisée des flux positifs (revenus et montants des cessions ou valeur estimative) est égale à la valeur actualisée des flux négatifs (investissements). Le TRI global a été calculé sur une base annuelle en prenant en compte l'ensemble des lignes d'investissement réalisées au cours des seules dix dernières années ( ). Dans un souci de cohérence et par simplification, l'ensemble des flux positifs ou négatifs est positionné en milieu d'année à l'exception des valeurs estimatives des sociétés encore en portefeuille qui sont positionnées en fin d'année Les valeurs estimatives ont un poids très significatif dans le mode de calcul du TRI des sociétés encore en portefeuille. Elles sont en principe déterminées conformément aux recommandations du guide sur l'évaluation de la performance de l'afic (en règle générale, application de multiples, discounted cash flow, actif net réévalué,...). Pour le TRI brut les montants investis comprennent tous les flux du fond vers la société : investissement initial, acquisition complémentaire de titres, augmentation de capital,... Afic - Barbier Frinault & Associés I La performance du Capital Investissement en France I 21

24 Annexe II Lexique Sous la rubrique Capital Risque, nous avons regroupé les opérations en seed capital, en capital création et en capital post-création : Seed : Financement destiné à une entreprise avant sa création (capital d'amorçage). Création : Financement de l'entreprise en début de création ou au tout début de son activité. Elle n'a pas commercialisé son produit. Le financement est destiné au développement du produit et à sa première commercialisation. Post-création : L'entreprise a déjà achevé le développement d'un produit et a besoin de capitaux pour en démarrer la fabrication et la commercialisation. Sous la rubrique Capital Transmission-LBO sont repris les différents types de "buy out" ainsi que les Rachats d'entreprises par les Salariés. Les capitaux sont destinés à permettre l'acquisition par la direction existante, ou par une nouvelle équipe, et par les investisseurs d'une société déjà établie. Ce peut être également un financement visant à créer une société holding pour acquérir une ou plusieurs entreprises existantes, notamment dans le cadre de successions patrimoniales ou pour préparer une introduction en bourse. Sous la rubrique Capital Développement sont repris les financements en fonds propres d'entreprises ayant atteint leur seuil de rentabilité et dégageant des profits. Les fonds sont employés pour augmenter les capacités de production et la force de vente, pour financer le développement de nouveaux produits ou des acquisitions, et/ou pour accroître leur fonds de roulement. Pour les besoins de l'étude, les rachats de positions minoritaires sont assimilés à des opérations de capital développement. La catégorie Autres correspond à la réalisation d'opérations n'ayant pu être rattachées d'une façon ou d'une autre à une des catégories précédentes d'après les réponses apportées aux questionnaires. 22 I La performance du Capital Investissement en France I Afic - Barbier Frinault & Associés

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

2013 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI. - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. 2012

2013 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI. - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. 2012 : UN VIRAGE STRATEGIQUE REUSSI - Chiffre d affaires annuel supérieur aux objectifs : 71,9 M, + 2,7% vs. - Maintien du taux de marge brute à un niveau élevé : 57,5% - Amélioration sensible du résultat opérationnel

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Lettre trimestrielle n 37 : T2 2015 Points saillants : Baisse de 2,1% de la part C sur le trimestre à 220,77. Encours de 2 274

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Résultats annuels au 30 juin 2008

Résultats annuels au 30 juin 2008 Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche Société Anonyme au capital de 32 205 872,50 euros Siège social : 12 rue Godot de Mauroy, 75009 Paris RCS Paris 775 669 336 Paris, le 23 octobre 2008 Résultats

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action COMMUNIQUE DE PRESSE OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action Un premier semestre riche de trois nouveaux investissements conclu le 31 juillet par

Plus en détail

Good Value for Money situation financière des fonds en euros à fin 2013 l évolution des politiques d investissement des assureurs vie

Good Value for Money situation financière des fonds en euros à fin 2013 l évolution des politiques d investissement des assureurs vie Good Value for Money a le plaisir de vous envoyer présentement sa 18 ème newsletter. Good Value for Money vous apporte par la présente un éclairage sur la situation financière des fonds en euros à fin

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE

UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE CROISSANCE EUROPE 2022 Commercialisé du 19 janvier au 29 avril 2016 dans les contrats d assurance vie et/ou de capitalisation (jusqu au 13 mai 2016 en PEA et en Compte

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008

RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 SOCIETE OBER Société Anonyme au Capital de 2 061 509 Euros. 31, rue de Bar 55000 LONGEVILLE EN BARROIS RCS Bar le Duc B 382 745 404 RAPPORT DE GESTION Comptes Consolidés Exercice 2008 Le groupe OBER a

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

FORTIS MULTISTRATEGIES 1/34

FORTIS MULTISTRATEGIES 1/34 PROSPECTUS COMPLET 1/34 SOMMAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE... 3 I - PARTIE A STATUTAIRE... 3 II - PARTIE B STATISTIQUE... 11 NOTE DETAILLEE... 14 I CARACTERISTIQUES GENERALES... 14 II MODALITES DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile - Maintien de l EBITDA à 200,2 millions d euros (199,6 millions d euros) - Résultat net part

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT

LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL INVESTISSEMENT Le capital investissement consiste à prendre une participation en capital dans des entreprises non cotées sur des marchés boursiers. L objectif est de financer les différents

Plus en détail

Performance nette des acteurs français du Capital Investissement à fin 2010

Performance nette des acteurs français du Capital Investissement à fin 2010 Performance nette des acteurs français du Capital Investissement à fin 21 Mercredi 1er Juin 211 Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1 Sommaire Évolutions

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

2014 : VALIDATION DE LA STRATEGIE

2014 : VALIDATION DE LA STRATEGIE 2014 : VALIDATION DE LA STRATEGIE Pôle B to B : - Croissance continue du chiffre d affaires - Runrate signé de 2 Mds pour Be2bill Pôle B to C : - EBIT conforme aux attentes Bruxelles, le 17 février 2015,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA Distribution: Restreinte EB 2005/84/R.33 18 avril 2005 Original: Anglais Point 14 b) ii) de l'ordre du jour Français a FIDA Conseil d'administration Quatre-vingt-quatrième session Rome, 18-20 avril 2005

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 ENTREPRISES Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 Conformément aux dispositions de l article R. 3332-1 du Code du travail,

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Résultats du 1 er Trimestre 2010 Record d ouvertures de comptes (+34 300) Nouvelle campagne de communication : «La banque en ligne avec son époque»

Résultats du 1 er Trimestre 2010 Record d ouvertures de comptes (+34 300) Nouvelle campagne de communication : «La banque en ligne avec son époque» Résultats du 1 er Trimestre 2010 Record d ouvertures de comptes (+34 300) Nouvelle campagne de communication : «La banque en ligne avec son époque» Des résultats qui confirment la pertinence du modèle

Plus en détail

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier La valorisation d'entreprises innovantes Eric Rattier Plan de l intervention 1. Introduction 2. Quelles méthodes utiliser pour valoriser une entreprise innovante? 3. Conseils pour utiliser la méthode des

Plus en détail

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Réduction IR au titre des revenus perçus en 2012

Réduction IR au titre des revenus perçus en 2012 Accompagnez le dynamisme des PME européennes en contrepartie d un risque de perte en capital. FCPI Idinvest Patrimoine 2 Réduction IR au titre des revenus perçus en 2012 En contrepartie d une durée de

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES Le 1 er mars 2006 COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE ET DES RESULTATS RESULTAT NET 2005 : 832 MILLIONS D EUROS HAUSSE DU DIVIDENDE PAR ACTION : 0,90 EURO (+20%) 2005 a été, de

Plus en détail

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52 Quelques ratios boursiers couramment utilisés comme données de l élaboration du benchmarking du groupe Total : Total (avant les fusions avec Fina puis Elf) comparé aux moyennes des pétroliers (européenne

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 DU 01/10/2015 AU 31/12/2015 DU 01/10/2014 AU 31/12/2014 AU 31/12/2015 AU 31/12/2014

Plus en détail

Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats

Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats Premier semestre 2005 : bonne croissance des résultats Ces résultats et le référentiel du premier semestre 2004 sont présentés en normes IFRS. Chiffre d affaires en hausse de 5,5 % à 833,7 millions d euros

Plus en détail

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M

Des résultats annuels conformes aux objectifs Une force de frappe renforcée avec une trésorerie nette de 9,5 M Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2011, 18h00 Résultats annuels 2010/11 : 11,7% de marge opérationnelle courante «Solucom 2015», une nouvelle ambition pour Solucom Lors de sa réunion du 30 mai 2011,

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel Pierre Sélection Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement Investir indirectement dans l immobilier de commerce

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006 Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens 3 juillet 2007 Le 7 juillet 2006 Communication financière 2007 Intervenants : Isabelle Santenac, Associée Ernst & Young Emmanuel

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015

RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 TAQA MOROCCO MARDI 3 MARS 2015 1 SOMMAIRE RESULTATS 2014 1. Faits marquants 2. Indicateurs opérationnels et financiers INDICATEURS BOURSIERS DU TITRE TAQA MOROCCO INVESTIR DANS JLEC

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Invest 1. Type d assurance-vie

Invest 1. Type d assurance-vie Invest 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont la prime nette (à savoir la prime, hors taxes sur les primes et frais d entrée) est placée en tout ou en partie sur un ou plusieurs

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT 1 er semestre 2015 Le 15 octobre 2015 AFIC Études 2015 www.afic.asso.fr PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ACTIVITÉ DU S1 2015 Un volume d ac@vité soutenu

Plus en détail

INEDIT PEA COURT TERME

INEDIT PEA COURT TERME PROSPECTUS SIMPLIFIE INEDIT PEA COURT TERME PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Code ISIN : FR0000990483 Dénomination : INEDIT PEA COURT TERME Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Informations Dénomination : Structure juridique : Société de gestion : Gestionnaire financier par délégation : Gestionnaire comptable par délégation : Durée d existence

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

Sopra Group Objectifs 2007 atteints

Sopra Group Objectifs 2007 atteints Communiqué de Presse Paris, le 14 février 2008 Sopra Group Objectifs atteints Chiffre d affaires : 1 milliard d euros Croissance totale : + 11,6% Croissance organique : +9,4% Marge opérationnelle courante

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo Société Civile Immobilière PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo est une Société Civile Immobilière dont l objectif est de constituer, de gérer

Plus en détail

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007 Pargesa Holding SA Genève, le 31 juillet 2008 Communiqué de presse No 4/2008 Résultats du 1er semestre 2008 : - Progression de 6.5% du résultat courant économique à CHF 438 millions - Résultat net consolidé

Plus en détail

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1.

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1. SMART INVEST BON Deep Value 90 Europe 1-REGLEMENT DE GESTION DU FONDS LIE AU PRODUIT SMART INVEST PORTFOLIO Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010036962 Dénomination : ATOUT VERT HORIZON Forme juridique : Fonds Commun de Placement (F.C.P) de droit français. Société de gestion

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail