Rémunération des salariés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rémunération des salariés"

Transcription

1 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2010

2 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : ou Téléphone : (sans frais d appel au Canada et aux États-Unis) Site Web : Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada Bibliothèque et Archives nationales du Québec 4 e trimestre 2010 ISBN (version imprimée) ISBN (PDF) Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec, 1999 Toute reproduction est interdite sans l autorisation du gouvernement du Québec. Novembre 2010

3 Avant-propos Dans le cadre de sa mission, l Institut de la statistique du Québec doit informer le public de l état et de l évolution comparés de la rémunération globale des salariés de l administration québécoise et de celle des autres salariés québécois. Dans ce rapport, l Institut présente une analyse fiable et objective des données les plus récentes. Ainsi, tant le public en général que les syndicats, les employeurs et les autres acteurs du milieu du travail disposent de données stratégiques pour alimenter leurs discussions quant aux conditions de rémunération. Dans l administration québécoise, secteur à la base de la comparaison, le gouvernement et la plupart des syndicats ont conclu à l été 2010 une entente de principe concernant les paramètres salariaux qui devraient s appliquer du 1 er avril 2010 au 31 mars Si cette entente de principe est ratifiée par les membres des syndicats, une augmentation salariale de 0,5 %, rétroactive au 1 er avril 2010, sera versée aux employés de l administration québécoise. Au moment où la présente édition du rapport Rémunération des salariés. État et évolution comparés a été imprimée, l entente n avait pas été entérinée par tous les employés visés par les nouvelles conventions et aucun versement n avait encore été effectué. Pour l administration québécoise, les taux de salaire recueillis et pris en considération dans la comparaison ne tiennent donc pas compte de cette augmentation salariale de 0,5 %. L Institut suit tout de même de près les développements entourant la signature des nouvelles conventions collectives. Par ailleurs, l analyse de l évolution des écarts, réintroduite en 2008, ne porte cette année encore que sur les écarts salariaux. L analyse de l évolution des écarts sur cinq ans n est toujours pas possible, puisque les enquêtes antérieures à 2007 reposaient sur une méthodologie différente. La prochaine édition du rapport devrait par ailleurs contenir l analyse de l évolution des écarts de la rémunération globale. L Institut remercie toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce rapport, notamment les participants à l Enquête sur la rémunération globale au Québec, les maisons d experts-conseils et autres organismes, ainsi que les membres de son personnel, en particulier l équipe chargée de la collecte des données de rémunération. Le directeur général, Stéphane Mercier Produire une information statistique pertinente, fiable et objective, comparable, actuelle, intelligible et accessible, c est là l engagement «qualité» de l Institut de la statistique du Québec

4 La coordination de ce rapport a été assurée par : Direction des statistiques du travail et de la rémunération : Ont apporté leur précieuse collaboration : Nadège Jean, avec la collaboration d Isabelle Fréchette Christiane Lamarre, directrice David Chapados, Renée Fecteau, Nathalie Mongeau et Claude Vecerina, pour l analyse des résultats de la comparaison (chapitres 1 à 5) Isabelle Fréchette, Patrice Gauthier et Nathalie Mongeau pour la révision de certains chapitres Mario Haché et Maxime Boucher pour les développements méthodologiques et les traitements statistiques des résultats de la comparaison Pierre Lachance pour l environnement économique et Sandra Gagnon pour le marché du travail, avec la collaboration de Julie Rabemananjara et Jean-Marc Kilolo Malambwe Marie-Josée Dufour et Sandra Gagnon, pour les tendances salariales Pascal Michel et Dominique Sam-Pan, pour les traitements informatiques Ann Doucet et tous les membres de l équipe «enquêtes - rémunération», pour la collecte et la validation des données sur la rémunération globale Elaine Baxter McLeay, pour la révision linguistique France Lozeau, Josée Gaudreault et Carmelle Mattard, pour la mise en page L Institut remercie les maisons de prévisions et d experts-conseils qui ont collaboré à la réalisation de ce rapport, soit la Banque Royale du Canada, la Banque de Montréal Groupe financier, le Mouvement des caisses Desjardins du Québec, le Conference Board du Canada, Aon Hewitt, Hay Group, Morneau Sobeco et Mercer (Canada) Limitée. Pour tout renseignement concernant le contenu de ce rapport, s adresser à : Signes conventionnels : Ce rapport utilise les symboles suivants : N ayant pas lieu de figurer.. Donnée non disponible x Donnée confidentielle k En milliers n Nombre Direction des statistiques du travail et de la rémunération Institut de la statistique du Québec 1200, avenue McGill College, bureau 400 Montréal (Québec) H3B 4J8 Téléphone : Télécopieur : Site Web : Avertissements : En raison de l arrondissement des données et des critères de confidentialité, le total ne correspond pas nécessairement à la somme des parties. Dans tout le texte, les mots salariés, employés, professionnels, techniciens, etc., font indifféremment référence au masculin et au féminin.

5 Table des matières PRINCIPAUX RÉSULTATS 13 INTRODUCTION 23 LA MÉTHODOLOGIE 25 Partie I Les orientations et approches méthodologiques 25 Le traitement et l analyse des données 38 Les particularités de l administration québécoise 41 Les événements susceptibles d affecter la comparaison 42 Partie II L environnement économique et le marché du travail 43 Les tendances salariales 44 PARTIE I LA COMPARAISON DE LA RÉMUNÉRATION GLOBALE DES SALARIÉS CHAPITRE 1 L ENSEMBLE DES AUTRES SALARIÉS QUÉBÉCOIS 51 Les salaires et les échelles salariales L ensemble des emplois repères 52 Les professionnels 53 Les techniciens 55 Les employés de bureau 57 Les employés de service 59 Les ouvriers 60 La rémunération globale Les avantages sociaux et les heures chômées payées 61 Les avantages sociaux et les heures chômées payées pour les catégories d emplois 62 Les heures de travail 63 La rémunération globale 64 CHAPITRE 2 LE SECTEUR PRIVÉ 65 Les salaires et les échelles salariales L ensemble des emplois repères 66 Les professionnels 67 Les techniciens 69 Les employés de bureau 71 Les employés de service 73 Les ouvriers 74 La rémunération globale Les avantages sociaux et les heures chômées payées 75 Les avantages sociaux et les heures chômées payées pour les catégories d emplois 76 Les heures de travail 77 La rémunération globale 78 CHAPITRE 3 LE SECTEUR «AUTRE PUBLIC» ET SES COMPOSANTES 79 Le secteur «autre public» Les salaires 80 Les échelles salariales 81 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 82 Les heures de travail 83 La rémunération globale 84 L administration municipale Les salaires 85 Les échelles salariales 86 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 87 Les heures de travail 88 La rémunération globale 89 Le secteur «entreprises publiques» Les salaires 90 Les échelles salariales 91 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 92 Les heures de travail 93 La rémunération globale 94 Le secteur universitaire Les salaires 95 Les échelles salariales 96 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 97 Les heures de travail 98 La rémunération globale 99 L administration fédérale Les salaires 100 Les échelles salariales 101 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 102 Les heures de travail 103 La rémunération globale 104

6 Table des matières CHAPITRE 4 LES SECTEURS ET LA SYNDICALISATION 105 Les autres salariés québécois syndiqués Les salaires 106 Les échelles salariales 107 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 108 Les heures de travail 109 La rémunération globale 110 Les autres salariés québécois non syndiqués Les salaires 111 Les échelles salariales 112 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 113 Les heures de travail 114 La rémunération globale 115 Le secteur privé syndiqué Les salaires 116 Les échelles salariales 117 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 118 Les heures de travail 119 La rémunération globale 120 Le secteur privé non syndiqué Les salaires 121 Les échelles salariales 122 Les avantages sociaux et les heures chômées payées 123 Les heures de travail 124 La rémunération globale 125 CHAPITRE 5 L ÉVOLUTION DES ÉCARTS DE RÉMU- NÉRATION 127 PARTIE II LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE ET LES TENDANCES SALARIALES 133 CHAPITRE 6 L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET LE MARCHÉ DU TRAVAIL 135 L environnement économique Les consommateurs 140 Les investisseurs 142 Les gouvernements 144 Les échanges extérieurs 144 La politique monétaire 145 Le marché du travail L emploi et le chômage 148 La rémunération 154 CHAPITRE 7 LES TENDANCES SALARIALES 157 La croissance salariale observée Les salariés syndiqués 160 Les salariés non syndiqués 164 Le pouvoir d achat structures salariales Le pouvoir d achat en 2009 et Le pouvoir d achat de 1986 à Les perspectives salariales Les augmentations salariales selon la date de signature des conventions collectives 170 Les perspectives salariales pour l ensemble de 2010 et pour Les salaires L analyse générale des secteurs 130 L ensemble des autres salariés québécois : les catégories d emplois 131 Le secteur privé : les catégories d emplois 132 La rémunération globale Retrait ponctuel 6

7 Listes des tableaux et des figures Liste des tableaux LA MÉTHODOLOGIE I du travail au Québec et grands secteurs de comparaison 25 II Éléments et composantes de la rémunération globale 29 III Corps d emploi du nouveau panier d emplois repères par catégorie 35 IV Population de référence pour la comparaison 37 V Répartition de l effectif rattaché aux emplois repères et de l effectif de l administration québécoise, selon les catégories d emplois 37 VI Mode de collecte de chacun des groupes de rotation 39 VII Nombre de conventions en vigueur et nouvellement signées et de salariés couverts 48 CHAPITRE salariaux, administration québécoise et autres salariés québécois, en Nombre d emplois repères selon le statut des écarts salariaux, administration québécoise et autres salariés québécois, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et autres salariés québécois, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois, en Nombre d emplois repères selon le statut des écarts de rémunération globale, administration québécoise et autres salariés québécois, en CHAPITRE salariaux, administration québécoise et secteur privé, en Nombre d emplois repères selon le statut des écarts salariaux, administration québécoise et secteur privé, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur privé, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé, en Nombre d emplois repères selon le statut des écarts de rémunération globale, administration québécoise et secteur privé, en CHAPITRE salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et secteur «autre public», en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et secteur «autre public», en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur «autre public», en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur «autre public», en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et administration municipale, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et administration municipale, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et administration municipale, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et administration municipale, en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et secteur «entreprises publiques», en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et secteur «entreprises publiques», en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur «entreprises publiques», en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur «entreprises publiques», en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et secteur universitaire, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et secteur universitaire, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur universitaire, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur universitaire, en

8 Listes des tableaux et des figures 3.17 salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et administration fédérale, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et administration fédérale, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et administration fédérale, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et administration fédérale, en CHAPITRE salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et autres salariés québécois syndiqués, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et autres salariés québécois syndiqués, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et autres salariés québécois syndiqués, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois syndiqués, en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et autres salariés québécois non syndiqués, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et autres salariés québécois non syndiqués, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et autres salariés québécois non syndiqués, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois non syndiqués, en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et secteur privé syndiqué, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et secteur privé syndiqué, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur privé syndiqué, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé syndiqué, en salariaux et nombre d emplois repères selon le statut, administration québécoise et secteur privé non syndiqué, en Maximums normaux et positions dans l échelle salariale, administration québécoise et secteur privé non syndiqué, en Heures hebdomadaires de travail, administration québécoise et secteur privé non syndiqué, en de rémunération, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé non syndiqué, en CHAPITRE Comparaison des écarts salariaux de 2010 et 2009, administration québécoise et secteurs de comparaison, ensemble des emplois repères Comparaison des écarts salariaux de 2010 et 2009, administration québécoise et autres salariés québécois, par catégorie d emplois Comparaison des écarts salariaux de 2010 et 2009, administration québécoise et secteur privé, par catégorie d emplois 132 CHAPITRE Prévisions de divers organismes pour les principaux indicateurs économiques du Québec, pour 2010 et CHAPITRE Croissance nominale en vigueur, employés syndiqués québécois, en 2009 et Évolution des taux d augmentation moyens des échelles salariales et des salaires versés, selon les enquêtes de planification salariale, au Québec, de 1991 à Croissance réelle en vigueur, employés syndiqués québécois, en 2009 et Croissance réelle, selon les clauses salariales en vigueur, pour les périodes de 1986 à 1995 et de 1996 à Croissance salariale selon la date de signature des conventions collectives, employés syndiqués québécois, en 2009 et Perspectives salariales pour 2010 et

9 Listes des tableaux et des figures Liste des figures LA MÉTHODOLOGIE I Répartition de l effectif des autres salariés québécois selon la syndicalisation et le secteur d activité, en CHAPITRE Salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Professionnels», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Professionnels», en Salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Techniciens», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Techniciens», en Salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Employés de bureau», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Employés de bureau», en Salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Employés de service», en Salaires, administration québécoise et autres salariés québécois, catégorie «Ouvriers», en Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois, pour chacune des catégories d emplois 62 CHAPITRE Salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Professionnels», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Professionnels», en Salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Techniciens», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Techniciens», en Salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Employés de bureau», en Minimums, maximums normaux et salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Employés de bureau», en Salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Employés de service», en Salaires, administration québécoise et secteur privé, catégorie «Ouvriers», en Avantages sociaux et les heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé, pour chacune des catégories d emplois 76 CHAPITRE Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur «autre public», pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et administration municipale, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur «entreprises publiques», pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur universitaire, pour l ensemble des catégories d emplois 97 9

10 Listes des tableaux et des figures 3.5 Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et administration fédérale, pour l ensemble des catégories d emplois 102 CHAPITRE Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois syndiqués, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et autres salariés québécois non syndiqués, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé syndiqué, pour l ensemble des catégories d emplois Avantages sociaux et heures chômées payées, méthode des débours, administration québécoise et secteur privé non syndiqué, pour l ensemble des catégories d emplois Distribution des salariés syndiqués au Québec selon les taux d augmentation accordés dans les conventions collectives nouvellement signées en 2009 et a Évolution des augmentations salariales selon la date de signature des ententes, de 1989 à b Évolution des augmentations salariales selon la date de signature des ententes, de 1989 à CHAPITRE Croissance du PIB réel, au Québec et au Canada, de 1998 à Évolution du taux d intérêt et de l IPC, au Québec et au Canada, de 1998 à Croissance de l emploi, au Québec et au Canada, de 1998 à Variation de l emploi au Québec, par industrie, neuf premiers mois de Population active et taux de chômage, au Québec, de 1998 à Taux d emploi et taux d activité, au Québec, de 1998 à CHAPITRE 7 7.1a Évolution de la croissance salariale nominale en vigueur, employés syndiqués québécois, de 1989 à b Évolution de la croissance salariale nominale en vigueur, employés syndiqués québécois, de 1989 à Distribution des salariés syndiqués au Québec selon la croissance salariale en vigueur en

11 Banque de données Annexes A Minimums, maximums et écarts, positions dans l échelle et ratios comparatifs, méthode des débours, par emploi repère, administration québécoise et marché de comparaison, en 2010 A-1 Autres salariés québécois A-2 Secteur privé A-3 Secteur «autre public» A-4 Administration municipale A-5 Secteur «entreprises publiques» A-6 Secteur universitaire A-7 Administration fédérale A-8 Autres salariés québécois syndiqués A-9 Autres salariés québécois non syndiqués A-10 Secteur privé syndiqué A-11 Secteur privé non syndiqué B Importance des avantages sociaux et des heures chômées payées, méthode des débours, par catégorie d emplois et pour l ensemble des catégories, administration québécoise et marché de comparaison B-1 Autres salariés québécois B-2 Secteur privé B-3 Secteur «autre public» B-4 Administration municipale B-5 Secteur «entreprises publiques» B-6 Secteur universitaire B-7 Administration fédérale B-8 Autres salariés québécois syndiqués B-9 Autres salariés québécois non syndiqués B-10 Secteur privé syndiqué B-11 Secteur privé non syndiqué C Rémunération et écarts de rémunération selon les composantes, méthode des débours, par emploi repère, administration québécoise et marché de comparaison, en 2010 C-1 Autres salariés québécois C-2 Secteur privé C-3 Secteur «autre public» C-4 Administration municipale C-5 Secteur «entreprises publiques» C-6 Secteur universitaire C-7 Administration fédérale C-8 Autres salariés québécois syndiqués C-9 Autres salariés québécois non syndiqués C-10 Secteur privé syndiqué C-11 Secteur privé non syndiqué D Distribution selon le statut comparatif pour les salaires et la rémunération globale, méthode des débours, tous les secteurs, en 2010 D-1 Selon le nombre d emplois repères D-2 Selon le pourcentage d effectif E salariaux et de la rémunération globale, intervalles de confiance et cotes de qualification, méthode des débours, par emploi repère, administration québécoise et marché de comparaison, en 2010 E-1 Autres salariés québécois E-2 Secteur privé E-3 Secteur «autre public» E-4 Administration municipale E-5 Secteur «entreprises publiques» E-6 Secteur universitaire E-7 Administration fédérale E-8 Autres salariés québécois syndiqués E-9 Autres salariés québécois non syndiqués E-10 Secteur privé syndiqué E-11 Secteur privé non syndiqué F G H Principaux indicateurs économiques du Québec, de 1998 à 2010 Principaux indicateurs du marché du travail du Québec, de 1998 à 2010 Principaux indicateurs économiques du Canada, de 1998 à 2010 I Principaux indicateurs économiques de l Ontario, de 1998 à 2010 J K L Prévisions de divers organismes pour les principaux indicateurs économiques du Canada, pour 2010 et 2011 Évolution de la croissance salariale nominale et réelle pour les salariés syndiqués, de 1986 à 2010, selon l'indicateur des taux d augmentation des clauses salariales en vigueur Évolution de la distribution des salariés syndiqués, au Québec, selon la croissance salariale en vigueur, de 1986 à 2010

12 Banque de données M N Mesure des taux d'augmentation des salaires pour les salariés syndiqués, selon la date de signature, de 1986 à 2010, indicateur des gains Mesure des taux d'augmentation des salaires pour les salariés syndiqués, selon la date de signature, de 1986 à 2010, indicateur des taux 12

13 Principaux résultats PARTIE I Le salaire et la rémunération globale L ensemble des autres salariés québécois En 2010, le salaire des employés de l administration québécoise montre un retard de 10,4 % par rapport à celui des autres salariés québécois dans l ensemble des emplois repères. Au total, 61 emplois repères sur 76, représentant 77 % de l effectif, affichent ce statut. Toutes les catégories d emplois, à l exception de celle des employés de service, accusent un retard de l administration québécoise. Les retards varient de 10,5 % chez les employés de bureau à 27,8 % chez les ouvriers. Pour leur part, les employés de service sont à parité dans les deux secteurs. La rémunération globale des salariés de l administration québécoise est en retard de 5,6 % sur celle des autres salariés québécois dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est observé dans 49 des 76 emplois, regroupant 53 % de l effectif, ainsi que dans quatre des cinq catégories d emplois étudiées. Les employés de service affichent une avance de 9 %. Dans l ensemble des emplois repères, le retard plus faible observé sur le plan de la rémunération globale par rapport à celui noté sur le plan salarial s explique par le nombre d heures de présence au travail moindre dans l administration québécoise, malgré les coûts moins importants pour les avantages sociaux dans ce secteur. Le secteur privé Les employés de l administration québécoise ont un retard salarial de 7 % face à ceux du secteur privé dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est noté dans 42 des 72 emplois repères, regroupant 38 % de l effectif. Quatre catégories d emplois accusent un retard salarial de l administration québécoise; les écarts se situent entre - 6,5 % et - 31,0 %. Les employés de service présentent une avance de 6,8 % de l administration québécoise. Dans l ensemble des emplois repères, la parité est constatée entre l administration québécoise et le secteur privé en ce qui concerne la rémunération globale. Ce statut est présent dans 28 des 72 emplois, comptant 31 % de l effectif. Les professionnels, les techniciens et les employés de bureau affichent la parité des deux secteurs, tandis que les employés de service montrent une avance de 14,5 %, et que les ouvriers accusent un retard de 27,7 %. Dans l ensemble des emplois repères, le passage d un retard salarial à la parité pour la rémunération globale s explique par les heures de présence au travail moins nombreuses dans l administration québécoise. Le secteur «autre public» L administration québécoise montre un retard salarial de 16,7 % sur le secteur «autre public» dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est observé dans 69 des 73 emplois repères, regroupant 95 % de l effectif. Un retard est également noté dans toutes les catégories d emplois; les écarts varient de - 15,3 % chez les professionnels à - 25,2 % chez les ouvriers. La rémunération globale de l administration québécoise est en retard de 22,2 % sur celle du secteur «autre public» dans l ensemble des emplois repères. Sur 73 emplois repères, 68 présentent ce statut (95 % de l effectif). Comme dans le cas des salaires, toutes les catégories d emplois affichent un retard de l administration québécoise au chapitre de la rémunération globale; les écarts varient de - 18,9 % à - 39,0 %. Dans l ensemble des emplois repères, l augmentation du retard de l administration québécoise, du salaire à la rémunération globale, s explique par les coûts des avantages sociaux moins élevés dans ce secteur, malgré le nombre d heures de présence au travail moindre. L administration municipale Dans l ensemble des emplois repères, l administration québécoise accuse un retard salarial de 16,3 % par rapport à l administration municipale. Ce statut est noté dans 55 des 57 emplois repères, représentant 99 % de l effectif. Des retards sont observés dans toutes les catégories d emplois, les écarts variant de - 11,6 % à - 30,7 %.

14 Principaux résultats Dans l ensemble des emplois repères, la rémunération globale de l administration québécoise est en retard de 29,6 % sur celle de l administration municipale. Au total, 56 des 57 emplois repères, regroupant la presque totalité de l effectif, présentent ce statut. Comme pour les salaires, toutes les catégories d emplois affichent un retard de l administration québécoise au chapitre de la rémunération globale; les écarts varient de - 27,7 % à - 41,0 %. Dans l ensemble des emplois repères, l augmentation du retard, du salaire à la rémunération globale, résulte des coûts inférieurs pour les avantages sociaux dans l administration québécoise et des heures de présence au travail plus nombreuses dans ce secteur. Le secteur «entreprises publiques» L administration québécoise accuse un retard salarial de 17,2 % vis-à-vis du secteur «entreprises publiques» dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est constaté dans toutes les catégories d emplois et dans 52 des 61 emplois repères, représentant 90 % de l effectif total. Les retards se situent entre 13,4 % chez les employés de service et 33,1 % chez les ouvriers. Sur le plan de la rémunération globale, l administration québécoise est en retard de 27 % sur le secteur «entreprises publiques» dans l ensemble des emplois repères. Au total, 52 des 61 emplois repères, regroupant 91 % de l effectif, affichent ce statut. Les cinq catégories d emplois présentent un retard de l administration québécoise, les écarts variant de - 16,4 % à - 51,0 %. L augmentation du retard, du salaire à la rémunération globale, s explique par les coûts moins importants pour les avantages sociaux dans l administration québécoise. Le secteur universitaire Le salaire de l administration québécoise accuse un retard de 8 % par rapport à celui du secteur universitaire dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est observé dans 39 des 51 emplois repères, regroupant 87 % de l effectif. Toutes les catégories d emplois montrent un retard de l administration québécoise, avec des écarts variant de - 5,8 % chez les techniciens à - 11,1 % chez les ouvriers. La rémunération globale de l administration québécoise est en retard de 10,2 % sur celle du secteur universitaire dans l ensemble des emplois repères. Au total, 44 des 51 emplois repères, comptant 93 % de l effectif, présentent ce statut. Un retard est constaté dans les cinq catégories d emplois; les écarts varient de - 5,9 % à - 14,5 %. Dans l ensemble des emplois repères, l affaiblissement de la situation comparative de l administration québécoise, du salaire à la rémunération globale, s explique par les heures de présence au travail plus nombreuses et les débours moins élevés pour les avantages sociaux dans ce secteur. L administration fédérale Dans l ensemble des emplois repères, l administration québécoise est en retard de 18,2 % face à l administration fédérale sur le plan salarial. Ce statut est observé dans les 52 emplois repères comparés. Un retard est constaté dans toutes les catégories d emplois, variant de 17,0 % chez les professionnels à 24,8 % chez les ouvriers. La rémunération globale de l administration québécoise montre un retard de 18,3 % vis-à-vis de celle de l administration fédérale dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est observé dans les 52 emplois repères étudiés. Les cinq catégories d emplois présentent des retards, variant de 15,9 % à 26,8 %. Dans l ensemble des emplois repères, l accroissement du retard, du salaire à la rémunération globale, est attribuable aux coûts moins élevés des avantages sociaux dans l administration québécoise, et ce, malgré le nombre d heures de présence au travail moins important dans ce secteur. Les autres salariés québécois syndiqués Dans l ensemble des emplois repères, le salaire de l administration québécoise est en retard de 15,4 % sur celui des autres salariés québécois syndiqués. Ce statut est observé dans 63 des 73 emplois repères, représentant 85 % de l effectif. Toutes les catégories d emplois, à l exception de celle des employés de service, montrent un retard salarial, variant de 14,8 % chez les techniciens à 29,6 % chez les ouvriers. Pour leur part, les employés de service sont à parité dans les deux secteurs. 14

15 Principaux résultats La rémunération globale de l administration québécoise affiche un retard de 18,3 % face à celle des autres salariés québécois syndiqués. Ce statut est observé dans 60 des 73 emplois repères, représentant 84 % de l effectif. Quatre des cinq catégories d emplois présentent un retard; les écarts varient de - 15,6 % chez les techniciens à - 32,6 % chez les ouvriers. Pour sa part, la catégorie des employés de service est à parité dans les deux secteurs. Dans l ensemble des emplois repères, l accroissement du retard, du salaire à la rémunération globale, est attribuable aux coûts moins élevés des avantages sociaux dans l administration québécoise, et ce, malgré le nombre d heures de présence au travail moins important dans ce secteur. Les autres salariés québécois non syndiqués Dans l ensemble des emplois repères, le salaire de l administration québécoise est en retard de 3,5 % sur celui des autres salariés québécois non syndiqués. Ce statut est noté dans 39 des 71 emplois repères, représentant 33 % de l effectif. Un retard salarial est constaté chez les professionnels, les techniciens et les ouvriers, avec des écarts allant de - 7,9 % à - 18,8 %. Les employés de bureau sont à parité dans les deux secteurs. Pour leur part, les employés de service montrent une avance salariale de 15,3 %. La rémunération globale des employés de l administration québécoise est en avance de 6,9 % par rapport à celle des autres salariés québécois non syndiqués dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est présent dans 25 des 71 emplois repères, regroupant 53 % de l effectif. Les techniciens, les employés de bureau et les employés de service de l administration québécoise sont en avance, avec des écarts respectifs de 3,6 %, 8,6 % et 24,2 %, alors que les ouvriers affichent un retard de 10,9 %. Pour leur part, les professionnels sont à parité dans les deux secteurs. Dans l ensemble des emplois repères, le passage d un retard salarial à une avance de l administration québécoise sur le plan de la rémunération globale s explique par les heures de présence au travail moins nombreuses dans ce secteur. Le secteur privé syndiqué Dans l ensemble des emplois repères, le salaire des employés de l administration québécoise est en retard de 13,4 % sur celui des employés du secteur privé syndiqué. Ce statut est noté dans 35 des 56 emplois repères, regroupant 63 % de l effectif. Des retards, variant de 10,3 % à 33,4 %, sont notés dans trois catégories d emplois, tandis que les professionnels et les employés de service sont à parité dans les deux secteurs. La rémunération globale des employés de l administration québécoise montre un retard de 11,5 % vis-à-vis de celle du secteur privé syndiqué. Ce statut est constaté dans 33 des 56 emplois repères, regroupant 61 % de l effectif. Trois catégories d emplois présentent un retard, soit celles des techniciens (- 8,0 %), des employés de bureau (- 20,3 %) et des ouvriers (- 31,8 %). Les professionnels et les employés de service sont à parité dans les deux secteurs. Dans l ensemble des emplois repères, les coûts moins élevés des avantages sociaux dans l administration québécoise sont contrebalancés par le nombre d heures de présence au travail moins important dans ce secteur. Le secteur privé non syndiqué Dans l ensemble des emplois repères, le salaire des employés de l administration québécoise est en retard de 3,2 % sur celui des employés du secteur privé non syndiqué. Ce statut est constaté dans 36 des 70 emplois repères, comptant 32 % de l effectif. Les professionnels, les techniciens et les ouvriers de l administration québécoise accusent un retard salarial, respectivement de 9,7 %, 7,1 % et 18,8 %. La catégorie des employés de bureau affiche la parité des deux secteurs, alors que les employés de service présentent une avance salariale de 15,5 %. Sur le plan de la rémunération globale, l administration québécoise est en avance de 7,8 % sur le secteur privé non syndiqué dans l ensemble des emplois repères. Ce statut est observé dans 28 des 70 emplois repères, regroupant 55 % de l effectif. Trois des cinq catégories d emplois affichent ce statut, soit les techniciens (4,8 %), les employés de bureau (9,3 %) 15

16 Principaux résultats et les employés de service (24,4 %). Les professionnels sont à parité dans les deux secteurs, alors que les ouvriers de l administration québécoise affichent un retard de 10,7 %. Dans l ensemble des emplois repères, le passage d un retard sur le plan salarial à une avance de l administration québécoise sur le plan de la rémunération globale s explique par les heures de présence au travail moins nombreuses dans ce secteur. Les échelles salariales Les maximums normaux des échelles salariales des professionnels, des techniciens et des employés de bureau de l administration québécoise sont moins élevés que ceux de l ensemble des autres salariés québécois. Il s agit du même statut comparatif que celui observé sur le plan salarial dans les trois catégories d emplois considérées. Chez les professionnels, la situation comparative de l administration québécoise est plus avantageuse sur le plan du maximum normal que sur celui du salaire. La situation inverse est observée chez les techniciens et les employés de bureau : les retards salariaux sont moins importants que ceux des maximums normaux, les employés de l administration québécoise étant plus avancés dans leur échelle salariale que l ensemble des autres salariés québécois. Les maximums normaux de l administration québécoise sont en retard vis-à-vis de ceux de tous les secteurs étudiés chez les techniciens et les employés de bureau. Dans cette dernière catégorie, la situation de l administration québécoise est meilleure sur le plan salarial que sur celui du maximum normal dans la comparaison avec 8 des 11 secteurs. Cela s explique par le fait que les employés de bureau de l administration québécoise sont plus avancés dans leur échelle que ceux des secteurs concernés. Dans la catégorie des techniciens, la comparaison de la situation de l administration québécoise sur le plan du maximum normal et sur celui du salaire mène à des constats plus partagés. Il n y a aucune différence significative entre les écarts notés sur le plan du maximum normal et sur celui des salaires dans la comparaison avec six secteurs. Par rapport à quatre secteurs, la situation comparative de l administration québécoise est meilleure sur le plan du salaire que sur celui du maximum normal, alors que la situation inverse est observée dans un cas. Les techniciens de l administration québécoise sont plus avancés dans leur échelle que leurs homologues de la plupart des secteurs comparés (7 des 11 secteurs). Chez les professionnels, un retard de l administration québécoise est noté dans la comparaison avec tous les secteurs, à l exception de celle avec le secteur privé syndiqué où la parité est observée. Les professionnels de l administration québécoise sont, dans leur échelle salariale, à un niveau similaire à celui auquel se trouvent leurs homologues de six secteurs comparés, mais sont moins avancés que les professionnels de cinq secteurs. Par ailleurs, la situation de l administration québécoise est meilleure sur le plan du maximum normal que sur celui du salaire dans la comparaison avec dix secteurs. Il n y a aucune différence significative entre les écarts notés sur le plan du maximum normal et sur celui du salaire dans la comparaison avec le secteur privé syndiqué. Environ 58 % des professionnels, 42 % des techniciens et 35 % des employés de bureau du secteur privé rémunérés selon une échelle salariale bénéficient d un maximum au mérite. Par contre, les échelles salariales de l administration québécoise ne comportent pas de tels maximums. Les avantages sociaux et les heures chômées payées Les débours relatifs à l ensemble des avantages sociaux et des heures chômées payées dans l administration québécoise sont similaires à ceux observés chez l ensemble des autres salariés québécois. Ils sont plus élevés dans l administration québécoise (39,3 % du salaire) que dans le secteur privé, dans le secteur privé non syndiqué et chez les autres salariés québécois non syndiqués; les coûts varient de 33,4 % à 35,9 % du salaire dans ces secteurs. Par contre, les coûts totaux sont moins élevés dans l administration québécoise que chez les autres salariés québécois syndiqués, dans le secteur privé syndiqué et dans le regroupement «autre public» et ses composantes. Les coûts varient de 40,5 % à 51,0 % du salaire dans les secteurs. 16

17 Principaux résultats Lorsque seuls les avantages sociaux sont pris en compte, les débours de l administration québécoise (23,0 %) sont moins élevés que dans les secteurs suivants : autres salariés québécois, autres salariés québécois syndiqués, privé syndiqué, «autre public», administration municipale, universitaire, administration fédérale et «entreprises publiques». Les coûts à ce chapitre représentent de 24,3 % à 33,4 % du salaire dans ces secteurs. Cette situation s explique par les débours supérieurs pour les régimes d assurance dans tous ces secteurs, auxquels s ajoutent les coûts plus importants pour les régimes de retraite. Par ailleurs, les débours de l administration québécoise au chapitre des avantages sociaux sont similaires à ceux du secteur privé. L administration québécoise dépense toutefois plus que les employeurs des autres salariés québécois non syndiqués et du secteur privé non syndiqué. Cette différence s explique surtout par les débours plus élevés pour les régimes de retraite et les remboursements de congés de maladie non utilisés dans l administration québécoise. Sur le plan des heures chômées payées, l administration québécoise débourse 16,3 % du salaire, soit un montant supérieur à celui dépensé chez les autres salariés québécois, chez les autres salariés québécois non syndiqués ainsi que dans le secteur privé (syndiqué ou non). Par contre, il en coûte moins à ce titre dans l administration québécoise que dans le secteur «autre public» et trois de ses composantes. Les débours pour les heures chômées payées de l administration québécoise sont à parité avec ceux chez les autres salariés québécois syndiqués et dans le secteur universitaire. Les heures de travail La semaine régulière de travail de l administration québécoise est de près de 36 heures, soit près d une heure et demie de moins que celle des autres salariés québécois. La semaine régulière de travail des employés de l administration québécoise est plus courte que celle de l ensemble des syndiqués et des nonsyndiqués, des secteurs privé (tant syndiqué que non syndiqué) et «autre public», de l administration fédérale ainsi que du secteur «entreprises publiques». Elle est toutefois plus longue que celles de l administration municipale et du secteur universitaire. Les heures hebdomadaires de présence au travail s établissent à 30 heures dans l administration québécoise. Elles y sont plus nombreuses que dans l administration municipale ainsi que dans le secteur universitaire. Les heures de présence au travail dans l administration québécoise sont inférieures à celles de tous les autres secteurs comparés. La différence la plus marquée est observée dans la comparaison avec le secteur privé non syndiqué : elle se chiffre à environ trois heures et quart de présence au travail de moins par semaine dans l administration québécoise. L évolution de la comparaison Sur le plan salarial, la situation comparative de l administration québécoise s est affaiblie par rapport aux autres salariés québécois entre 2009 et 2010 dans l ensemble des emplois repères (- 1,7 point de pourcentage). Un affaiblissement de la situation comparative de l administration québécoise est également noté dans la comparaison avec l ensemble des salariés syndiqués et non syndiqués, les salariés non syndiqués du secteur privé, le secteur «autre public» et toutes ses composantes. L affaiblissement le plus important est noté dans la comparaison avec l administration fédérale (- 4,2 points de pourcentage). Face aux autres secteurs, la différence d écarts varie de - 2,2 points de pourcentage dans la comparaison avec les autres salariés québécois syndiqués à - 3,4 points de pourcentage vis-à-vis de l administration municipale et du secteur universitaire. Par rapport au secteur privé et aux salariés syndiqués de ce secteur, la situation comparative de l administration québécoise quant au salaire est demeurée stable entre les deux années, dans l ensemble des emplois repères. 17

18 Principaux résultats L administration québécoise : données du rapport et entente de principe Selon l entente de principe négociée dans l administration québécoise, un ajustement salarial de 0,5 % devrait être versé rétroactivement au 1 er avril Les conventions collectives n étant pas encore signées lors de l impression du présent rapport, les résultats qui y sont diffusés n en tiennent pas compte. Selon une brève analyse des résultats du présent rapport en incorporant aux données salariales de l administration québécoise cet ajustement de 0,5 %, les résultats en termes de statuts comparatifs (avance, parité, retard) pour l ensemble des emplois repères ne changeraient pas, soit : retard salarial de l administration québécoise face à tous les secteurs comparés; sur le plan de la rémunération globale, retard face aux autres salariés québécois et avance vis-à-vis du secteur privé. Par ailleurs, les écarts salariaux et de rémunération globale pour l ensemble des emplois repères seraient généralement différents de 0,4 à 0,6 point de pourcentage des écarts présentés. 18

19 Principaux résultats PARTIE II L environnement économique et le marché du travail Économie du Québec : retour à la croissance en 2010 Au premier semestre de 2010, le produit intérieur brut (PIB) réel du Québec augmente de 2,7 %, après avoir régressé de 1,0 % en La conjoncture récente montre quatre trimestres consécutifs de croissance de l économie. La croissance en 2010 est appuyée par la consommation, les investissements des entreprises en construction résidentielle, ainsi que par les dépenses des administrations publiques; elle est toutefois ralentie par la persistance d un fort déficit du solde du commerce extérieur. Les analystes s attendent à un maintien de la croissance en 2010, suivie d une décélération en 2011 en raison, notamment, d une croissance plus lente des composantes de la demande finale. La hausse des dépenses de consommation ralentit en 2009 (+ 0,9 %). Mais la tendance se retourne, car ces dépenses progressent de 3,7 % au premier semestre de Pour l an prochain, les analystes prévoient une croissance, mais plus faible qu en La hausse des investissements au premier semestre de 2010 (+ 9,4 %) marque un retournement par rapport à 2009 (- 3,6 %). Ce rebond est surtout attribuable aux investissements des entreprises (notamment en construction résidentielle), mais aussi à ceux des administrations publiques. Les analystes s attendent à une nette avancée des dépenses d investissement en 2010, suivie d un coup de frein en Les dépenses publiques courantes augmentent de 3,1 % en 2010, soit leur plus forte croissance depuis 2003 (+ 3,4 %). Ces dépenses progressent ainsi pour une treizième année de suite. Les analystes prévoient une croissance inférieure à 3 % en 2010, et un ralentissement en Le déficit du solde du commerce extérieur continue de freiner la croissance du PIB en Au premier semestre, les importations augmentent (+ 6,5 %) nettement plus que les exportations (+ 0,7 %) compte tenu, surtout, de la vigueur persistante du dollar canadien. Selon les analystes, les exportations vont croître faiblement en 2010 et un peu plus rapidement en 2011, tandis que les importations présenteraient une forte croissance en 2010, mais modérée en En 2010, le dollar canadien se maintient à un taux près de la parité avec le dollar américain. Pour les neuf premiers mois de 2010, il se situe à 96,6 cents américains, en forte réévaluation par rapport au début de 2009 (creux de 79,1 cents en mars 2009). Pour les neuf premiers mois de 2010 (+ 1,2 %), l inflation est plus élevée qu en 2009 (+ 0,6 %), mais encore moins qu en 2008 (+ 2,1 %). En début d année 2010, les coûts de l énergie accélèrent la croissance des prix, mais leur effet s amenuise en cours d année. L inflation ralentit entre le premier trimestre 2010 (+ 1,9 %) et le troisième (+ 0,7 %). Le taux des bons du Trésor à trois mois passe de 0,4 % en 2009 à 0,5 % pour les neuf premiers mois de La tendance est à la hausse entre le premier trimestre 2010 (+ 0,2 %) et le troisième (+ 0,7 %). Selon les analystes, l inflation serait modeste en 2010, mais à la hausse en 2011, comme les taux d intérêt. Le huard, déjà élevé, frôlerait la parité avec le dollar américain en Reprise de l emploi L emploi augmente de 1,8 % entre les neuf premiers mois de 2010 et la période correspondante de l année précédente, après un recul de 1,0 % en La création nette se chiffre à emplois en 2010 et le nombre moyen d emplois se fixe à en données désaisonnalisées. Seul le secteur des services contribue à cette croissance ( ), et la hausse dans ce secteur suffit à compenser les pertes enregistrées en 2009 ( ). Le secteur des biens, quant à lui, essuie une perte de emplois au cours des neuf premiers mois de 2010, pour une deuxième année consécutive de baisse. En effet, ce secteur a été fortement ébranlé par la récession, ce qui s est traduit par la perte de emplois en Le secteur des biens montre une évolution en dents de scie depuis le début de la 19

20 Principaux résultats décennie; les années récentes affichent, pour ce secteur, des gains en 2008, mais des pertes en Quant au secteur des services, l année 2010 montre un retour à la tendance généréale observée depuis la disponibilité des données en 1976, soit une croissance chaque année à l exception de 1982, 1992 et Pour les neuf premiers mois de 2010, la création nette se partage de façon pratiquement égale entre l emploi à temps partiel ( ; + 4,9 %) et celui à temps plein ( ; + 1,1 %) L emploi à temps partiel atteint ainsi un sommet historique, à emplois, alors que la hausse de l emploi à temps plein ne suffit pas pour rattraper le niveau d avant récession ( pour les neuf premiers mois de 2010 et en 2008). l année 2010, le taux de chômage devrait, selon les prévisionnistes, se fixer entre 7,9 % et 8,2 %. En 2011, il s établirait entre 7,1 % et 7,9 %. Le taux d emploi se situe à 60,1 % pour les neuf premiers mois de 2010; ce taux est un peu plus élevé que celui enregistré pour l ensemble de l année 2009 (59,7 %). Sur une base mensuelle, le taux d emploi a dépassé le seuil des 60 % en avril et se maintient audessus depuis, alors qu il était en deçà depuis juin Pour sa part, le taux d activité se fixe à 65,3 % pour les mêmes mois de 2010, un taux un peu plus élevé que celui de l ensemble de l année 2009 (65,2 %). Les hommes profitent en grande partie de cette création en obtenant nouveaux emplois (+ 2,5 %), alors qu ils ont subi la quasi-totalité des pertes en Les femmes font un gain de emplois (+ 1,0 %) au cours des neuf premiers mois de La plus grande part de la création nette revient aux personnes âgées de 25 ans et plus ( ) tandis que les ans obtiennent emplois; toutefois, la hausse en pourcentage est deux fois plus forte chez les plus jeunes (+ 3,2 %) que chez les 25 ans et plus (+ 1,6 %). Pour l ensemble de 2010, les analystes prévoient une croissance de l emploi qui se situerait entre 1,8 % et 2,1 %. Pour 2011, les prévisionnistes anticipent une légère décélération de la croissance de l emploi, mais sont partagés quant au rythme de croissance; les taux anticipés vont de 1,0 % à 2,0 %. Le taux de chômage moyen des neuf premiers mois de 2010, qui s établit à 8,0 %, est plus bas de 0,5 point que celui enregistré pour l ensemble de l année Il demeure toutefois plus élevé que celui de 2008 et de 2007 (7,2 % dans les deux cas, le plus bas taux enregistré historiquement). Pour les neuf premiers mois de 2010, le taux de chômage du Québec se situe en deçà de celui du Canada (8,1 %); si la tendance se maintient, 2010 pourrait être la première année, depuis le début de la série chronologique en 1976, où le taux de chômage canadien excéderait celui du Québec. Pour l ensemble de 20

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée. INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Édition révisée Faits saillants COMPARAISON DE RÉMUNÉRATION ET MARCHÉ DU TRAVAIL o

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC travail et rémunération Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE Pour tout renseignement concernant l

Plus en détail

Rémunération des salariés

Rémunération des salariés INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Janvier 2015 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser

Plus en détail

Annuaire québécois des statistiques du travail

Annuaire québécois des statistiques du travail INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Annuaire québécois des statistiques du travail Portrait des principaux indicateurs du marché et des conditions de travail, 2003-2013 Volume

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Annuaire québécois des statistiques du travail

Annuaire québécois des statistiques du travail INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Annuaire québécois des statistiques du travail Portrait des principaux indicateurs du marché et des conditions de travail, 2002-2012 Volume

Plus en détail

Annuaire québécois des statistiques du travail

Annuaire québécois des statistiques du travail INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Annuaire québécois des statistiques du travail Portrait des principaux indicateurs du marché et des conditions de travail, 2004-2014 Volume

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : (418)

Plus en détail

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014 Tendances des négociations collectives au Canada, 19-1 Introduction Ce rapport présente certaines des principales tendances observées au cours des trois dernières décennies dans les négociations collectives

Plus en détail

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Bilan Social 2015 Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Introduction Une source statistique nécessaire à la réflexion des partenaires sociaux de la Mutualité Le Bilan social de la branche

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

L incapacité et les limitations d activités au Québec

L incapacité et les limitations d activités au Québec SANTÉ ET BIEN-ÊTRE L incapacité et les limitations d activités au Québec Un portrait statistique à partir des données de l Enquête sur la participation et les limitations d activités 2001 (EPLA) Pour tout

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES

L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES L EMPLOI DANS L INDUSTRIE DU JEU ÉLECTRONIQUE AU QUÉBEC ÉVOLUTION RÉCENTE ET PERSPECTIVES Avril 2007 ÉDITEUR TECHNOCompétences, le Comité sectoriel de main-d œuvre en technologies de l information et des

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE par Frédéric Deschenaux et Mélanie Belzile Juin 2009 Ce fascicule est une initiative

Plus en détail

Rémunération des salariés

Rémunération des salariés INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2014 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR L utilisation du seul genre masculin dans ce document ne vise qu à alléger le texte et se fait sans discrimination. 1. OBJET 1.1. La présente politique

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique N o 88F0006XIF au catalogue N o 022 ISSN: 1706-8975 ISBN: 0-662-78616-5 Document de travail Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique Caractéristiques des petites entreprises

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

Chapitre 9 : TRAVAIL, PROTECTION SOCIALE ET ASSURANCE

Chapitre 9 : TRAVAIL, PROTECTION SOCIALE ET ASSURANCE Chapitre 9 : TRAVAIL, PROTECTION SOCIALE ET ASSURANCE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 161 II. PRÉSENTATION... 162 III. MÉTHODOLOGIE... 162 IV. SOURCES DE DOCUMENTATION... 163 GRAPHIQUES... 164 TABLEAUX...

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL A DURÉE DÉTERMINÉE A TEMPS COMPLET A TERME IMPRECIS

CONTRAT DE TRAVAIL A DURÉE DÉTERMINÉE A TEMPS COMPLET A TERME IMPRECIS CONTRAT DE TRAVAIL A DURÉE DÉTERMINÉE A TEMPS COMPLET A TERME IMPRECIS Sur papier à en-tête de l entreprise. Entre les soussignés : Entreprise (dénomination sociale ou nom et prénoms de l employeur), immatriculée

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Septembre L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION État du marché du travail au Québec Bilan de l année 2014 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

D-2004-47 (R-3492-2002)

D-2004-47 (R-3492-2002) RAPPORT DE SUIVI ADMINISTRATIF DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2004-47 (R-3492-2002) RAPPORT SUR LE CALCUL DE LA CHARGE DE RETRAITE ET DE LA CHARGE AU TITRE DES AVANTAGES COMPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR HYDRO-QUÉBEC

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2014 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI La loi fi xe à tout établissement privé ou public d au moins 20 salariés une obligation d emploi de personnes handicapées

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Premier trimestre 2015. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Premier trimestre 2015. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage détail en valeurs mobilières au Québec Juin 2015 Premier trimestre 2015 L Enquête sur le courtage détail en valeurs mobilières au Québec,

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015 Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun Décembre 2015 DURÉE DES CONVENTIONS COLLECTIVES 2 La durée des conventions collectives est de

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Dixième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 27 juin 2013 Plan de la présentation

Plus en détail

RECENSEMENT DES BESOINS DE

RECENSEMENT DES BESOINS DE RECENSEMENT DES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE INDUSTRIES DU TRANSPORT AÉRIEN ET DE L ENTRETIEN D AÉRONEFS AU QUÉBEC 2010 2012 AVRIL 2010 Table des matières Introduction... 3 Méthodologie... 3 Résultats... 4

Plus en détail

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun N o 11-621-MIF au catalogue N o 024 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662-79675-6 Document analytique Analyse en bref L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun par Patrice Martineau Division

Plus en détail

Ne pas copier ou reproduire sans permission.

Ne pas copier ou reproduire sans permission. APERÇU DU MARCHÉ QUÉBÉCOIS DU CAPITAL DE RISQUE AU DEUXIÈME TRIMESTRE 2008 L activité du marché du capital de risque (C-R) a baissé au Québec au deuxième trimestre de 2008. La somme totale de 68 millions

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD

Plus en détail

Avril 2010. La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1

Avril 2010. La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1 La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1 Louis Gill, économiste, professeur retraité de l UQAM 10 avril 2010 S appuyant sur des propos qui lui ont été confiés

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada A. Publicité Au Canada Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à au Canada Média 2000 2009 % de croissance 2009- % de croissance 2000- Télévision 2 450 3 103 3 658 3 582

Plus en détail

Yannick Bastien Alain Bélanger

Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait comparatif de la situation de l emploi chez les immigrants et les minorités visibles dans les RMR de Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto et Vancouver Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait

Plus en détail

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1)

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national EXPLOITATIONS ET ENTREPRISES AGRICOLES (EMPLOI) (2 octobre 1984) (Etendu par arrêté du 31 mai 1994, Journal officiel

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

PROJET D ENTENTE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE CONSEIL DU TRÉSOR

PROJET D ENTENTE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE CONSEIL DU TRÉSOR PROJET D ENTENTE à intervenir entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC représenté par LE CONSEIL DU TRÉSOR et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION

Plus en détail

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique 28 juin 2001 Préparé par : La Division des méthodes des enquêtes auprès des entreprises et La Division

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3364 Convention collective nationale IDCC : 2796. RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion»

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion» NORMES ET PRATIQUES DE GESTION, Tome II, Répertoire Expéditeur La sous-ministre adjointe à la Direction générale du personnel réseau et ministériel Date 2013-01-23 Destinataires (*) Les directrices générales

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. DROIT et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. DROIT et ÉCONOMIE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE DU MERCREDI 18 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT et ÉCONOMIE Le sujet

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé 35 Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Mots-clés : santé au travail, charge de travail, professions

Plus en détail

ACCORD D INTERESSEMENT DU GROUPE SANOFI-AVENTIS AU TITRE DES EXERCICES 2008-2009-2010

ACCORD D INTERESSEMENT DU GROUPE SANOFI-AVENTIS AU TITRE DES EXERCICES 2008-2009-2010 ACCORD D INTERESSEMENT DU GROUPE SANOFI-AVENTIS AU TITRE DES EXERCICES 2008-2009-2010 ENTRE : L ensemble des sociétés françaises du Groupe sanofi-aventis, représenté par Frédéric CLUZEL, agissant en qualité

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Regard sur la comparaison de la rémunération des employés de l administration québécoise

Regard sur la comparaison de la rémunération des employés de l administration québécoise TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Regard sur la comparaison de la rémunération des employés de l administration québécoise Novembre 2015 La rémunération des employés de l administration québécoise ou de celle du

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DES SECTEURS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ET DE L ÉDUCATION INTERVENUE ENTRE, D UNE PART,

POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE DES SECTEURS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ET DE L ÉDUCATION INTERVENUE ENTRE, D UNE PART, ENTENTE VISANT LA MISE EN ŒUVRE DES ENTENTES FAITES EN CONCILIATION AU SUJET DES PLAINTES DE MAINTIEN DÉPOSÉES À LA COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE AVANT LE 12 MARS 2009 POUR LE PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

La rémunération Activités pour l élève

La rémunération Activités pour l élève La rémunération Activités pour l élève 1 - Les éléments de la rémunération Document 1 : Les éléments fixes et variables de la rémunération La rémunération est l ensemble des sommes versées au salarié.

Plus en détail

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005 1. Pouvoirs Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (le «Commissariat») a été créé en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, en vigueur depuis le 1 er juillet

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

Chapitre 15 Gestion du personnel

Chapitre 15 Gestion du personnel Chapitre 15 Gestion du personnel Entraînements complémentaires Exercice 15.3 *** Promotions catégorielles Prévision de la masse salariale La société Soremat analyse l évolution de sa masse salariale. L

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Le système d assurance chômage

Le système d assurance chômage D A N E M A R K L A P O L I T I Q U E D E M A R C H É D U T R A V A I L Le système d assurance chômage Janvier 2001 DANSK ARBEJDSMARKEDSPOLITIK Cette publication est éditée par le Ministère du Travail

Plus en détail

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Juillet 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Juillet 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS Cette note présente des données et analyses supplémentaires en lien avec la création d emplois. L objectif de cette note est de porter l analyse au-delà du nombre d emplois

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Guide. d administration

Guide. d administration Guide d administration Mai 2007 Cette publication a été préparée par le Service des communications. La forme masculine utilisée à certains endroits désigne aussi bien les femmes que les hommes. Dépôt légal

Plus en détail

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE ANNEXES Texte non annoté PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE Dispositions préalables Il est préalablement exposé que

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction La réduction est au plus égale à 26 % de la rémunération, maximum obtenu au niveau du salaire minimum de croissance. Ce taux d exonération décroît ensuite pour

Plus en détail

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés N o 11 626 X au catalogue N o 17 ISSN 1927-548 ISBN 978 1 1 99762-9 Document analytique Aperçus économiques La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés par Guy Gellatly, Matthew

Plus en détail

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante;

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante; RÈGLEMENT SUR LES EFFECTIFS, LES NORMES ET BARÈMES DE RÉMUNÉRATION, LES AVANTAGES SOCIAUX ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail