Performance nette du Capital Investissement en France à fin Le 16 septembre 2008

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008"

Transcription

1 Performance nette du Capital Investissement en France à fin Le 1 septembre 2008

2 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule la Valeur Présente d une série de flux financiers. Définition du TRI Net C est le TRI réalisé par un souscripteur sur son investissement dans un véhicule de Capital Investissement (FCPR, SCR, Limited Partnership ). Il prend en compte les flux négatifs relatifs aux appels de fonds successifs et les flux positifs liés aux distributions (en cash et parfois en titres) ainsi qu à la valeur liquidative des parts détenues dans le véhicule à la date du calcul. Ce taux inclut les frais de gestion, le carried interest, l impact de la trésorerie et l effet temps. 2

3 Caractéristiques de l étude sur la performance nette Les performances ci-après sont exprimées en taux de rentabilité interne net ("TRI Net"), appelé aussi taux de rentabilité interne investisseurs. A la différence du TRI Brut qui mesure la performance des lignes d investissement, le TRI Net mesure la performance des fonds du point de vue de l investisseur. Le TRI Net à fin 2007 est calculé sur base mensuelle et intègre l ensemble des flux (appels de fonds et distributions) déclarés par les fonds matures répondants à cette étude relatifs aux investissements réalisés par ces derniers de 1988 à 2007 et la valeur résiduelle du portefeuille mesurée au 31 décembre Les investissements recensés portent sur 29, milliards d appels de fonds réalisés entre 1988 et 2007 par les acteurs français du Capital Investissement (cette étude n inclut pas les investissements réalisés par des acteurs étrangers en France). La population des répondants 2007 est constituée de 102 sociétés de gestion, soit 38 fonds (contre 2 sociétés de gestion et 211 fonds sur l étude 200). L analyse du TRI Net à fin 2007 présentée ci-après est établie sur la base de fonds matures (ayant plus de 2 années d existence) en conformité avec la méthodologie européenne. Par conséquent, la population étudiée est plus réduite et porte sur les 223 fonds matures (contre 159 en 200), gérés par 72 sociétés de gestion (contre 59 en 200) et correspond à 20,1 milliards d appels de fonds réalisés entre 1988 et 2007 (contre 9,7 milliards en 200). 3

4 TRI NET depuis la création* Performance nette à fin 2007 TRI Net Performance nette mesurée depuis l origine ( ) Nombre de fonds crées depuis 1988 Représentativité Capitaux Appelés entre 1988 et 2007 TRI Net des fonds crées depuis 1988 Tri Net au 31/12/2007 Tri Net au 31/12/200 * TRI calculé sur la seule base des fonds matures base comparable de répondants La performance nette du Capital Investissement en France et à long terme s élève à 1,7% et connaît une forte progression. TRI Net sur 10 ans Tri Net au 31/12/2007 Tri Net au 31/12/200 Capital Risque / Early stage 59 2, % -0.5% -0.7% -0.% Capital Développement 5 2, % 8.7% 8.5% 9.2% Capital Transmission / LBO 53 11,9 21.3% 20.1% 21.% 20.1% Fonds Généralistes 57 3, % 11.5% 13.% 13.8% Total ,07 1.7% 13.% 15.2% 1.5% Cette progression est tirée par le poids croissant du Capital Transmission / LBO, dont la performance depuis l origine est la plus élevée, avec TRI Net de 21,3%; Avec un TRI Net de 8,2%, la performance du Capital Développement marque une certaine stabilité sur la période; Celle du Capital Risque est proche de l équilibre, à - 0,5%; Les Fonds Généralistes réalisent une performance de 13,3%, en nette amélioration; La performance nette sur 10 ans confirme les évolutions constatées depuis l origine avec un TRI Net sur 10 ans de 15,2%. 21% 18% 52% 58% 11% 11% 1% 13% % CI 200 % CI2007 Capital Risque / Early stage Capital Transmission / LBO Capital Développement Fonds Généralistes

5 5 TRI NET depuis la création* Performance nette à fin Multiples Nombre de fonds crées depuis 1988 Représentativité Multiples 2007 Capitaux Appelés entre 1988 et 2007 Multiples 2007 DPI RVPI TVPI Capital Risque / Early stage 59 2, Capital Développement 5 2, Capital Transmission / LBO 53 11, Fonds Généralistes 57 3, Total , * TRI calculé sur la seule base des fonds matures base comparable de répondants DPI (Distribution to Paid-In) : Distribution d avoirs aux investisseurs divisés par les capitaux investis il s agit du taux de retour effectif. RVPI (Residual Value to Paid-In) : Valeur estimative du fonds divisée par les capitaux investis il s agit du taux de retour potentiel. TVPI (Total Value to Paid-In) = DPI + RVPI : il s agit de la somme des taux de retour effectifs et potentiels. Le multiple de la performance nette des fonds de Capital Investissement depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 s élève 1,51. Ainsi, pour un investissement de 1, la valeur du portefeuille et des distributions aux investisseurs (TVPI) est de 1,51 dont 0,85 déjà distribué aux investisseurs et 0, encore en portefeuille. Le Capital Transmission / LBO a le multiple le plus élevé avec un TVPI de 1,5 dont 1,05 déjà distribué; Le Capital Développement affiche un TVPI de 1,2 avec 0,9 déjà distribué; Le multiple réalisé en Capital Risque reste stable avec un TVPI de 0,98 dont les 2/3 restent à réaliser; Le niveau de retour effectif et potentiel des Fonds Généralistes est proche du Capital Transmission / LBO, avec un TVPI de 1, dont 0,80 déjà distribués. L écart s explique principalement par des durées moyennes de vie des fonds plus longue pour les fonds généralistes que pour les fonds de Capital Transmission LBO.

6 Performance nette à fin Millésime TRI NET en fonction de l'année de création du fonds (Nombre de fonds) Nombre de fonds TRI net depuis l origine 200 : 13,% TRI net depuis l origine 2007 : 1,7% 23.7% 5 1.5% 1.1% 20.7% 1.% 1.2% % % % 11.2% 11.% 13.0% % % 3.9%.3% -0.7% % 20% 15% 10% 5% 0% -5% : Capitaux appelés par millésime (en m ) Nb Fonds TRI NET Etude 200 TRI NET Etude 2007 Le TRI Net des fonds par millésime depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 s élève à 1,7% (fonds matures). La performance reste élevée sur la durée et continue de s améliorer malgré économiques, des environnements boursiers et des conditions de crédits très variés. des cycles

7 Performance nette à fin 2007 Capital Risque TRI NET en fonction de l'année de création du fonds: - Capital Risque / Early stage (Nombre de fonds) Nombre de fonds TRI net depuis l origine Capital Risque / Early Stage : -0,5% 15% % % % 5% 3-0.1% -2.5% 1.1% 0% -3.3% -2.3% -3.% -.1% -5% : 551 Capitaux appelés par millésime (en m ) Nb Fonds TRI NET Etude 2007 TRI Global Le TRI net des fonds de «Capital Risque / Early Stage» par millésime depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 reste stable et proche de l équilibre à -0,5%, les investissements réalisés au moment de la bulle technologique ayant déjà été provisionnés sur les exercices antérieurs. Les millésimes récents affichent cependant des TRI Net positifs. 7

8 Performance nette à fin 2007 Capital Développement TRI NET en fonction de l'année de création du fonds: - Capital Développement (Nombre de fonds) TRI net depuis l origine Capital Développement : 8,2% Nombre de fonds % - 3.8% % 7.% % 9 9.8% 8 2.1% 7 1.2% % 25% 20% 15% 10% 5% 0% -5% % :75 Capitaux appelés par millésime (en m ) Nb Fonds TRI NET Etude 2007 TRI global Le TRI net des fonds de «Capital Développement» par millésime depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 s effrite légèrement à 8,2% contre 8,7% en 200 principalement du fait des investissements réalisés par les fonds créés entre 2003 et

9 Performance nette à fin 2007 Capital Transmission TRI NET en fonction de l'année de création du fonds: Capital Transmission / LBO (Nombre de fonds) TRI net depuis l origine Capital Transmission LBO : 21,3% 1 2.3% 28.% 29.% 30% Montants investis ( m) % % % 3 21.% 5 5.8% % 20% 10% 0% -10% -20% -30% - -0% : Capitaux appelés par millésime (en m ) Nb Fonds TRI NET Etude 2007 TRI Global Le TRI net des fonds de «Capital Transmission / LBO» par millésime depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 s élève à 21,3% contre 20,1% à fin 200. Le niveau élevé de performance affiché en 2000 et 2001 correspond à des fonds qui ont bénéficié de conditions de sorties favorables, notamment au cours des dernières années. Le millésime 2003 présente une performance en retrait avec 50% des montants investis ayant un TRI net négatif. 9

10 Performance nette à fin 2007 Fonds Généralistes TRI NET en fonction de l'année de création du fonds: - Generalistes (Nombre de fonds) TRI net depuis l origine Fonds Généralistes : 13,3% Nombre de fonds % - 2.% % 15.1% 5.% % % 8.3% 20% 10% 0% -10% -20% 2-30% % : 90 Capitaux appelés par millésime (en m ) Nb Fonds TRI NET Etude 2007 TRI Global Le TRI net des Fonds Généralistes par millésime depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 s'améliore à 13,3% contre 11,5% en 200. De la même manière que les fonds de Capital Transmission, le niveau élevé de performance des Fonds Généralistes sur 2000 et 2001correspond aux fonds créés en 2000 et 2001 qui ont bénéficié de conditions de sorties favorables. Le millésime 2005 affiche une performance supérieure à la moyenne qui s'explique, entre autres, par les rentabilités atteintes sur un certains nombre de cessions significatives intervenues sous les deux ans. 10

11 Dispersion de la performance des fonds par quartile Dispersion de la performance par fonds et par quartile TRI pour chaque quartile Quartiles en nombre de fonds Quartile Capitaux appelés pour chaque quartile Quartiles en nombre de fonds 10.3% 22.7% 100% 75% 21% 5% 1.7% 50% 11% -.% -10.0% -5.0% 0.0% 5.0% 10.0% 15.0% 20.0% 25.0% 25% 1% 0% 10% 20% 30% 0% 50% 0% Le premier quartile (les 5 fonds les plus performants) affiche un TRI depuis l origine de 22,7% et représente 5% des capitaux appelés. Le dernier quartile (les 5 fonds les moins performants) affiche une performance nette depuis l origine de -,%. Ces fonds représentent 1% des capitaux appelés. 11

12 Dispersion de la performance des fonds par quartile Performance nette mesurée depuis l origine TOTAL des fonds Quartile en nombre de lignes % TRI par quartile Capitaux appelés Quartile inférieur -.% 2,851 Quartile 2 1.7% 2,2 Quartile %,1 Quartile supérieur 22.7% 10,811 TOTAL 1.7% 20,07 Fonds de Capital Risque / Early Stage Fonds de Capital Transmission / LBO Quartile en nombre de lignes % TRI par quartile Capitaux appelés Quartile en nombre de lignes % TRI par quartile Capitaux appelés Quartile inférieur -10.% 573 Quartile inférieur -2.1% 2,22 Quartile 2 -.% 798 Quartile % 1,021 Quartile 3 0.% 7 Quartile %,981 Quartile supérieur 13.3% 55 Quartile supérieur 30.8% 3,2 TOTAL -0.5% 2,583 TOTAL 21.3% 11,9 Fonds de Capital Développement Fonds Généralistes Quartile en nombre de lignes % TRI par quartile Capitaux appelés Quartile en nombre de lignes % TRI par quartile Capitaux appelés Quartile inférieur -7.% 38 Quartile inférieur 1.% Quartile 2 2.2% 309 Quartile 2 5.2% 79 Quartile 3 8.3% 27 Quartile % 52 Quartile supérieur 1.% 955 Quartile supérieur 18.8% 1,937 TOTAL 8.2% 2,238 TOTAL 13.3% 3,583 12

13 Performance nette par véhicule d investissement Nombre de fonds par véhicule FCPR FCPI/FIP SCR Autres 127 TRI Net depuis la création* Nombre de fonds 2007 Représentativité Capitaux appelés entre 1988 et 2007 TRI Net des fonds crées depuis 1988 TRI Net au 31/12/2007 TRI Net au 31/12/200 FCPR 127 1, % 1.2% FCPI/FIP 7 1, % 2.2% SCR 2 1,9 1.9% 1.7% Autres % 1.7% TOTAL ,07 1.7% 13.% * TRI calculé sur la seule base des fonds matures base comparable de répondants Les FCPI et FIP affichent les performances nettes depuis l origine les plus faibles à 1,2% au 31 décembre

14 Performance nette par véhicule d investissement Nombre de fonds par véhicule FCPR FCPI/FIP SCR Autres 127 TRI Net depuis la création* FCPR 31 1, , ,310 FCPI/FIP SCR ,01 Autres TOTAL 59 2, , ,9 57 3,583 * TRI calculé sur la seule base des fonds matures base comparable de répondants Les FCPI et FIP se retrouvent principalement dans le Capital Risque / Early stage et le Capital Développement. La majorité des SCR se trouvent sur les Fonds Généralistes ce qui illustre ainsi une durée de vie moyenne des Fonds Généralistes supérieure à celle du Capital Transmission qui, pour sa part, est largement constitué de FCPR. 1 Nombre de fonds 2007 Capital Risque Early Stage Capitaux appelés entre 1988 et 2007 Nombre de fonds 2007 Capital Développement Représentativité Capitaux appelés entre 1988 et 2007 Capital Transmission LBO Nombre de fonds 2007 Capitaux appelés entre 1988 et 2007 Nombre de fonds 2007 Fonds Généralistes Capitaux appelés entre 1988 et 2007

15 Conclusions : TRI Net La performance nette des fonds depuis leur création et mesuré au 31 décembre 2007 avoisine les 15%, avec un TRI Net de 1,7%. Cette performance reste élevée sur la durée et continue de s améliorer sur la période, démontrant ainsi la capacité du Capital Investissement à dégager de la valeur sur la durée et ce, malgré des cycles économiques, des environnements boursiers et des conditions de crédits très variés. La performance est principalement tirée par : le poids croissant du Capital Transmission / LBO qui affiche une performance de 21,3%; l amélioration sensible des performances réalisées par les Fonds Généralistes : + 1,8 point à 13,3%; alors que les performances du Capital Développement et du Capital Risque restent stables; la très forte dispersion de la performance par fonds avec un quartile supérieur à 22,7% et un quartile inférieur à -,%. 15

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

La performance nette depuis l origine (1987) de 14,7% et à 10 ans de 15,2%, principalement tirée par :

La performance nette depuis l origine (1987) de 14,7% et à 10 ans de 15,2%, principalement tirée par : Performance nette des acteurs français du Capital Investissement à fin 2007 Septembre 2008 1 La performance nette des acteurs français du Capital Investissement à fin 2007 Principaux enseignements de l

Plus en détail

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.

Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques. Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les. Contenu Quelques notions essentielles pour mieux comprendre et mieux exploiter les indicateurs économiques.... 1 Actualisation

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail

OTC ASSET MANAGEMENT

OTC ASSET MANAGEMENT OTC ASSET MANAGEMENT Notre FCPI: OTC ENTREPRISES 4 4 e FCPI de sa génération, OTC ENTREPRISES 4 sera géré selon les principes de gestion historiques d OTC Asset Management : une stratégie diversifiée et

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

Comptabilité financière en IFRS

Comptabilité financière en IFRS Comptabilité financière en IFRS Wolfgang Dick & Franck Missonier-Piera ISBN : 2-7440-7172-2 Chapitre 5 : Actifs non courants Exercice 5.1 Plan d amortissement 1. Plan d amortissement : Montant amortissable

Plus en détail

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE L indice des caisses de pension suisses affiche un rendement en baisse de 8,79

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Apllication au calcul financier

Apllication au calcul financier Apllication au calcul financier Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 1 er novembre 2011 Intérêts Généralités L intérêt est la rémunération du placement d argent. Il dépend : du taux d intérêts

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Toutes les données de cette étude sont issues des bilans et comptes de résultat publiés par les sociétés*. Chaque société est identifiée par son n de département

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP)

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) S informer sur Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Sommaire Quels sont les OPCVM de

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

Chapitre II : Les emprunts indivis

Chapitre II : Les emprunts indivis Chapitre II : Les emprunts indivis I. Caractéristiques générales On appelle emprunt indivis, un contrat entre un et un seul prêteur et un et un seul emprunteur. Un tel emprunt fait l objet d un remboursement

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Comme l instruction M14 en 2006, l instruction M4 fait à son tour l objet d une réforme. La M4 s applique aux services publics locaux industriels et commerciaux (SPIC).

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Rescrit 06 avril 2010 n 2010/22

Rescrit 06 avril 2010 n 2010/22 Rescrit 06 avril 2010 n 2010/22 Impôt sur le revenu et impôt de solidarité sur la fortune (ISF) - Réductions d'impôt au titre de la souscription de parts de fonds d'investissement au capital de petites

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE RENDEMENT

RAPPORT SUR LE RENDEMENT Les modifications d ordre administratif au Principe directeur n o 7 ont reçu les approbations requises par la réglementation, comme il est indiqué dans le Bulletin 0649-P de l ACFM. Le Principe directeur

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Casino: risque France confirmé

Casino: risque France confirmé 29/09/2014 Cours:45 Casino: risque France confirmé Le modèle financier de Casino fait porter par la France le coût de l internationalisation. La cession en juillet 2015 de 8% de CBD est l expression d

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI 14 avril 214 Résultats de l enquête - Avril 214 Graphique du mois... Les marges bancaires sur les crédits aux grandes entreprises

Plus en détail

Correction de l exercice du cours Gestion financière : «Effet de levier et structure juridique de l entreprise»

Correction de l exercice du cours Gestion financière : «Effet de levier et structure juridique de l entreprise» orrection de l exercice du cours Gestion financière : «Effet de levier et structure juridique de l entreprise» Question : établir le bilan de l entreprise en début d année. Le bilan en début d année (t)

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 AU 31/03/2015 AU 31/03/2014 VAR % AU 31/12/2014 Provisoire 1- Produits d'exploitation

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

Tableau de Bord Fixe

Tableau de Bord Fixe Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Fixe Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie fixe en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 1.1. RTC........... 5 1.2.

Plus en détail

Forte croissance des crédits à la rénovation

Forte croissance des crédits à la rénovation Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Forte croissance des crédits à la rénovation Crédit hypothécaire au deuxième trimestre de 2011 Bruxelles, 27 juillet 2011 Au cours du deuxième trimestre

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE SUR LA PROGRESSION ACCÉLÉRÉE DANS L ÉCHELLE SALARIALE (6-1.01)

NOTE EXPLICATIVE SUR LA PROGRESSION ACCÉLÉRÉE DANS L ÉCHELLE SALARIALE (6-1.01) Juin 2011 NOTE EXPLICATIVE SUR LA PROGRESSION ACCÉLÉRÉE DANS L ÉCHELLE SALARIALE (6-1.01) La est une nouvelle disposition figurant dans la convention collective 2010-2015 et permettant aux enseignantes

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

GIPS 2010: Aspects particuliers II

GIPS 2010: Aspects particuliers II GIPS 2010: Aspects particuliers II Susanne Klemm, Ernst & Young Apéritif GIPS de l Association Suisse des Banquiers Genève, le 13 avril 2010 Agenda Nouveautés des GIPS 2010 concernant 1. Présentation &

Plus en détail

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010 LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE Situation 2010 Etablissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés 1 Mars 2011 1 Uniquement les établissements relevant du Centre de Formalités de la Chambre

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

Performance Nette du Capital Investissement en France 2006

Performance Nette du Capital Investissement en France 2006 Performance Nette du Capital Investissement en France 2006 1 Sommaire TRI Net 2006 Conclusions 2 Sommaire TRI Net 2006 Conclusions 3 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI)

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie - - Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

FCPR. Idinvest Private Value Europe

FCPR. Idinvest Private Value Europe FCPR Idinvest Private Value Europe Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises de taille intermédiaire non cotées, assortie d un risque de perte en capital, destinée à des investisseurs

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

Risque ou rendement :

Risque ou rendement : Risque ou rendement : un choix essentiel! 1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement. Le service de conseil en investissement personnalisé de KBC se base

Plus en détail

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015 Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015 Résultats pour le troisième trimestre 2015 Dégradation de la situation en matière de taux de couverture Pour le troisième trimestre 2015, le moniteur Swisscanto

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM)

Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM) Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM) 1 NORMAND GRÉGOIRE, PRÉSIDENT DU COMITÉ DE PLACEMENT ET MEMBRE DU CONSEIL DE LA FGM Plan 2 Mission de la

Plus en détail

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... Première STMG Sciences de gestion Thème 4 : La performance de l organisation Chapitre 3 : La performance financière L organisation et le contexte : Depuis plus de 25 ans à Trie Château dans l'oise, l'équipe

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE Paris, le 6 mai 2015 SOMMAIRE Faits marquants au 31 mars 2015 2 Analyse des activités 3 Finance et trésorerie 4 Analyse du compte de résultat du 1er trimestre 2015 4 Adéquation des fonds propres 5 Perspectives

Plus en détail

Good Value for Money situation financière des fonds en euros à fin 2013 l évolution des politiques d investissement des assureurs vie

Good Value for Money situation financière des fonds en euros à fin 2013 l évolution des politiques d investissement des assureurs vie Good Value for Money a le plaisir de vous envoyer présentement sa 18 ème newsletter. Good Value for Money vous apporte par la présente un éclairage sur la situation financière des fonds en euros à fin

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS. Définition. Base d amortissement. Amortissement linéaire

LES AMORTISSEMENTS. Définition. Base d amortissement. Amortissement linéaire LES AMORTISSEMENTS Définition L amortissement est la constatation comptable de la dépréciation d un bien. Cette dépréciation résulte de l usure (diminution physique) ou de l obsolescence du bien (vieillissement

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT

LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL INVESTISSEMENT Le capital investissement consiste à prendre une participation en capital dans des entreprises non cotées sur des marchés boursiers. L objectif est de financer les différents

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN

MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN Spada Fabrice Economiste heg Rue Industrielle 42 CH 2740 Moutier Cell. +41 79 294 02 37 MANAGEMENT & FINANCE SERVICES www.mf-services.ch f.spada@mf-services.ch MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN MF-BUSINESS

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS FIP hexagone patrimoine 1 Avantage fiscal à l entrée d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) d impôt

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF)

Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF) S informer sur Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF) Octobre 2009 Les placements ouvrant droit à des réductions de l impôt de solidarité sur la fortune

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com Traitement dans les comptes individuels (1/6) Constitution de la fiducie La loi

Plus en détail

Philosophie d investissement

Philosophie d investissement Philosophie d investissement Philosophie d investissement (2) Philosophie d investissement Nous sommes d avis qu une gestion d actifs performante peut être réalisée par l approche suivante : Compréhension

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail