PARTIE 2 : L INFORMATION GÉNÉTIQUE DES POPULATIONS D ORGANISMES VIVANTS, ENTRE STABILITÉ ET DIVERSITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTIE 2 : L INFORMATION GÉNÉTIQUE DES POPULATIONS D ORGANISMES VIVANTS, ENTRE STABILITÉ ET DIVERSITÉ"

Transcription

1 PARTIE 2 : L INFORMATION GÉNÉTIQUE DES POPULATIONS D ORGANISMES VIVANTS, ENTRE STABILITÉ ET DIVERSITÉ

2 PARTIE 2 : L INFORMATION GÉNÉTIQUE DES POPULATIONS D ORGANISMES VIVANTS, ENTRE STABILITÉ ET DIVERSITÉ Chapitre 1 : A l échelle globale d une espèce, l information génétique est stable Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? Chapitre 2 : A l échelle de la comparaison entre plusieurs individus d une espèce, l information génétique est diversifiée Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? 2 semaines DM facultatif 02 2 semaines DM obligatoire 01 Devoir 03 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce?

3 Introduction générale Introduction générale

4 Introduction générale ACTIVITE Objectifs de l activité : - Comprendre un article scientifique (Domaine 4) - Débat/échange (Domaine 1) - Histoire des sciences (Domaine 5)

5 Introduction générale Depuis que l'homme existe, il voit des chiens faire des chiens et des chats faire des chats. Ses sens lui enseignent que le monde vivant est ordonné, et que l'ordre engendre l'ordre. Le besoin immédiat de repères, pour des raisons pratiques comme pour des raisons métaphysiques, lui font donner sa référence à la perception d'un ordre apparent plutôt qu'au désordre pourtant perceptible.

6 Introduction générale D'autre part, il lui faut bien parler de ce qu'il trouve dans la nature. Comme il ne peut pas donner un prénom à chaque individu, c'est-à-dire à chaque oiseau, chaque fleur, chaque arbre, chaque mouche, qu'il rencontre, il lui faut bien inventer des catégories pour parler avec quelque degré de généralité de ce qui existe. Ces catégories mentales sont faites avec une intention : certaines vont parler de la façon dont on utilise, on prélève, on exploite le vivant (bétail, gibier, légumes...), d'autres vont parler du goût qu'ont les êtres vivants (fruits de mer, volailles, poissons, etc.), d'autres encore vont parler de ce que les êtres vivants font (prédateurs, algues, phytoplancton...), enfin d'autres parlent de ce que les êtres vivants ont (vertébrés, mammifères, oiseaux...).

7 Introduction générale Toutes ces conventions de langage coexistent encore dans nos têtes, et un même être vivant peut, être assigné à des catégories d'intentions différentes selon le contexte d'utilisation dans lequel on se trouve : ce lapin, Oryctolagus cunniculus, sera tour à tour gibier dans les bois, volaille au restaurant, ou mammifère dans un laboratoire de systématique... Peu importe : il va s'agir d utiliser les catégories dans les contextes où elles sont efficaces. Ainsi continuera-t-on à parler d'un maquereau, Scomber scombrus, comme d'un poisson chez le poissonnier et comme d'un actinoptérygien, ou d'un téléostéen dans un laboratoire de systématique. L'oursin comestible, Paracentrotus lividus, restera un fruit de mer au restaurant, un membre du benthos pour l'écologiste et un échinoderme pour le systématicien. Là intervient une distinction importante : certaines de nos catégories sont utilitaristes, d'autres sont scientifiques. [ ]

8 Introduction générale Dans l'histoire des hommes, les catégories l'ont souvent emporté sur la perception de la complexité de ce qu'elles contiennent. En d'autres termes, notre désir d'ordre a presque effacé notre perception du désordre. Nous le disions, les chats font des chats et les chiens font des chiens : ce simple fait a suffi pour créer la catégorie «chat» et la catégorie «chien» et pour négliger le désordre de la variation : il y a des chats grands, petits, noirs, blancs, roux, élancés, massifs, etc.

9 Introduction générale Dans le monde de Linné, où la systématique est la science divine, à une époque où la science ne s'est pas encore émancipée du devoir-dire théologique, le Créateur est responsable de l'ordre, et la variation des chats est due à une corruption par la matière du plan de création initial qui comportait l'idée de chat. Dans ce monde-là, l'idée, le moule, préexiste à ses manifestations matérielles. Chaque chat ne vaut pas pour lui-même, mais ne vaut que comme représentant de l'idée, comme porteur d'une essence d'origine transcendante qui le rattache au moule, au type idéal. L espèce fait partie du plan de Création, et la variation en son sein est négligée. Pour Linné, l'espèce est dans la nature comme la manifestation de la volonté créatrice de Dieu. [ ]

10 Introduction générale

11 Introduction générale Que deviennent alors les espèces, si elles ne sont plus tenues par la main divine? C'est en répondant à cette question que Charles Darwin s'avère être étonnamment moderne. Darwin s'intéresse au désordre. Il appréhende l'ampleur de la variation au sein des espèces. Il finit par se demander pourquoi, malgré toute cette variation, on ne trouve pas des êtres à mi-chemin entre les chats et les chiens (ou entre les éléphants et les rhinocéros, si l'on préfère des espèces sauvages). Si ce n'est le Ciel (par contrat), qu'est-ce qui maintient les communautés de reproduction? [ ]

12 Introduction générale En fait, dans la nature il n'y a que des barrières à la reproduction... dont on se sert conventionnellement pour faire des espèces. Regardons donc les choses en face : les espèces sont des catégories créées par nous. Sur le plan théorique, une espèce est conçue aujourd'hui comme un contenant, constitué d'un ensemble d'individus interféconds [ ] La leçon qu'il convient de tirer de tout cela est qu'il ne faut pas confondre les contenants et les contenus. Dans la nature se mettent en place des barrières à la reproduction, qui concernent le contenu. Par convention, nous fabriquons des contenants, c'est-à-dire des boîtes dans nos têtes, avec des étiquettes dessus, que l'on appelle espèces, calées sur un modèle théorique. [ ] Dans la nature, il n'apparaît spontanément que des barrières à la reproduction, pas des espèces comme contenant. [ ].

13 Introduction générale Une espèce rassemble les organismes vivants qui partagent une grande majorité de caractères en communs, capables de se reproduire entre eux et dont les descendants sont à leur tour fertiles. Les caractères qui fondent une espèce sont définis à partir d un spécimen de référence (l holotype) conservé dans les muséums d Histoire naturelle. Pour les reconnaître, les scientifiques donnent des noms aux organismes vivants qui peuplent la nature formés de deux noms latins : un nom de genre (groupe rassemblant quelques espèces proches) et un nom d espèce. Cette façon de procéder est héritée de la classification de Linné.

14 Concept de races humaines (début XX ème ) «Choc des civilisations» Bloc chrétien VS Bloc musulman

15 «Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.» Concept de races humaines (début XX ème ) Martin Luther King (discours du 31 mars 1968) «Choc des civilisations» Bloc chrétien VS Bloc musulman

16 Chapitre 1 : A l échelle globale d une espèce, l information génétique est stable Chapitre 1 : A l échelle globale d une espèce, l information génétique est stable Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? 2 semaines DM facultatif 02

17 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Problématique 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants?

18 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Fécondation (MEB x10000)

19 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ACTIVITE 1 Objectif de l activité : - Pratiquer la démarche scientifique (Domaine 4)

20 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Cellule-œuf Embryon à 2 cellules Embryon à 4 cellules

21 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Cellule-œuf

22 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Cellule-œuf (1). Rédige un constat de ce que tu viens d observer. Les cellules de l embryon sont toutes issues de la cellule-œuf et

23 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Cellule-œuf (1). Rédige un constat de ce que tu viens d observer. Les cellules de l embryon sont toutes issues de la cellule-œuf et possèdent toutes un caryotypes composés de 46 chromosomes répartis en 23 paires.. (2). Quelle problématique soulève ton constat?

24 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants??? Cellule-œuf (2). Quelle problématique soulève ton constat? Comment la fusion des noyaux du spermatozoïde et de l ovule permet-elle d obtenir un noyau de la cellule-œuf avec un caryotype à 23 paires de chromosomes? (3). Propose une hypothèse répondant à ta problématique.

25 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants??? Cellule-œuf (3). Propose une hypothèse répondant à ta problématique. Je pense que le noyau du spermatozoïde, comme celui de l ovule renferme uniquement la moitié des chromosomes : c est-à-dire de 23 chromosomes. (4). Quelle expérience pourrait-on faire pour vérifier la validité de l hypothèse?

26 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants??? Cellule-œuf (4). Quelle expérience pourrait-on faire pour vérifier la validité de l hypothèse? On réalise un caryotype de spermatozoïdes et un caryotype d ovules pour vérifier le nombre de chromosomes dans leur noyau.

27 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ou

28 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Cellule-œuf ou

29 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Chromosome X Chromosome Y

30 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Chromosome X Chromosome Y

31 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Paire de chromosomes a doubles : Paire de chromosomes a simples :

32 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Chromosome X Chromosome Y

33 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Chromosome X Chromosome Y

34 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ou Chromosome X Chromosome Y

35 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ou Chromosome X Chromosome Y

36 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ou Chromosome X Chromosome Y

37 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? ou Chromosome X Chromosome Y

38 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Les parents transmettent les caractères de l espèce en transmettant leurs gènes à leurs descendants grâce à la reproduction sexuée. Les parents fabriquent des gamètes (mâles = spermatozoïdes, femelles = ovules) grâce à une division cellulaire particulière : la méiose. La méiose divise en deux les paires de chromosomes ce qui permet de reformer le caryotype complet de l espèce au moment de la fécondation.

39 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Les parents transmettent les caractères de l espèce en transmettant leurs gènes à leurs descendants grâce à la reproduction sexuée. Les parents fabriquent des gamètes (mâles = spermatozoïdes, femelles = ovules) grâce à une division cellulaire particulière : la méiose. La méiose divise en deux les paires de chromosomes ce qui permet de reformer le caryotype complet de l espèce au moment de la fécondation. Transition : et chez les bactéries?

40 Pb 1 : Quels sont les points communs et les différences entres les cellules des végétaux, des animaux et des champignons? ACTIVITE 2 Devoir maison facultatif 02 Objectifs de l activité : - Analyser des documents pour répondre à des questions (Domaine 4) Objectifs pour le brevet : - Test de compétences du domaine 4 - Test de compétences du domaine 2

41 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Micrographie (MET, x32 000) d une bactérie

42 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Micrographie (MEB, x34 000) d une division cellulaire bactérienne

43 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Préparation de la division D D = division

44

45 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? Micrographie (MET, x40 000) du chromosome bactérien au moment de «l étape 2» Schéma d interprétation de la micrographie ci-dessus

46 Pb 1 : Comment des parents transmettent-ils les caractères de l espèce à leurs descendants? La reproduction des bactéries est majoritairement asexuée : elles se reproduisent par divisions cellulaires ou scissiparité.

47 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? Problématique 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu?

48 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? ACTIVITE 3 Objectif de l activité : - Analyser des documents pour répondre à des questions (Domaine 4)

49 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? Gregor Mendel ( ) Moine catholique au monastère Saint-Thomas de Brno (en Moravie, aujourd hui République Tchèque)

50 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu?

51 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu?

52 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? (8). Cas d hérédité ou non?

53 Pb 2 : Comment faire la différence entre les caractères hérités des parents et ceux acquis au cours du développement propre à un individu? Les caractères hérités des parents sont inscrits dans l information génétique de chaque cellule des individus : on les retrouve donc de génération en génération chez tous les individus de l espèce. On les appelle des caractères héréditaires. Au contraire, les caractères acquis au cours du développement (caractères non héréditaires) ne sont pas transmis aux enfants et ne sont donc pas présents chez tous les individus de l espèce.

54 Chapitre 2 : A l échelle de la comparaison entre plusieurs individus d une espèce, l information génétique est diversifiée Chapitre 2 : A l échelle de la comparaison entre plusieurs individus d une espèce, l information génétique est diversifiée Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? 2 semaines DM obligatoire 01 Devoir 03 Pb 3 : Comment ses nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce?

55 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Problématique 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre?

56 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? ACTIVITE 1 Objectif de l activité : - Analyser des documents pour répondre à des questions (Domaine 4)

57 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Forme du lobe de l oreille dans la classe Répartition des groupes sanguins dans la classe A B AB O

58 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Portion du chromosome 9 codant pour le groupe sanguin Gène codant pour la forme du lobe de l oreille

59 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? A B L information génétique contenue dans le gène codant pour le caractère «forme du lobe de l oreille» est o identique chez les individus A et B. o chez l individu A très légèrement différente de celle de l individu B. o chez l individu A fortement différente de celle de l individu B.

60 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? ou Individu du groupe sanguin A Individu du groupe sanguin O Individu du groupe sanguin AB

61 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Tous les individus d une espèce possèdent les mêmes gènes et donc les mêmes caractères mais il existe pour certains caractères de très légères variations d un individu à l autre. Ces petites différences dans les caractères sont dues à de petites différences dans l information génétique contenue dans les gènes. On appelle les versions différentes d un même gène des allèles. Chaque gène possède de une à plusieurs versions différentes (= allèles).

62 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Répartition des gènes sur le chromosome ω Gène a Allèle a1 Allèle a2 Allèle a1 Allèle a1 Gène b Gène c Allèle b3 Allèle b1 Allèle b1 Allèle b2 Allèle c1 Allèle c1 Allèle c2 Allèle c2 Paire de chromosome ω chez un individu A Paire de chromosome ω chez un individu B Schéma de la répartition des allèles sur une paire de chromosomes chez deux individus d une même espèce

63 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? Remarque : On peut résumer la notion de gène et d allèle de la manière suivante : - Gène : portion de chromosome qui renferme une information génétique codant pour un caractère. (Gène = position). - Allèle : information génétique contenue au niveau d un gène. (Allèle = information). R R R r rg rg r r rg+ rg+ rg+ rg Gène de la forme du pois : allèle R = lisse, allèle r = ridé Gène de la couleur des yeux : allèle rg+ = rouge, allèle rg = blanc

64 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? NOYAU Renferme le schéma (information génétique = ADN/chromosomes) REG Décodage du schéma et assemblage des nouvelles protéines APPAREIL DE GOLGI Modifications et transport des protéines Schéma bilan de la fabrication de nouvelles protéines Nouvelles protéines

65 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? rg rg+ rg rg+ E1 rg E2 rg E1 rg+ E2 rg+ Composé précurseur Enzyme E1 Composé intermédiaire Enzyme E2 Pigment

66 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? rg rg+ rg rg+ E1 rg E2 rg E1 rg+ E2 rg+ Composé précurseur Enzyme E1 Composé intermédiaire Enzyme E2 Pigment

67 Pb 1 : Comment expliquer qu au sein d une espèce il existe de petites différences d un individu à l autre? rg rg+ rg rg+ E1 rg E2 rg E1 rg+ E2 rg+ Composé précurseur Enzyme E1 Composé intermédiaire Enzyme E2 Pigment

68 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? Problématique 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce?

69 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? ACTIVITE 2 Objectif de l activité : - Prendre des notes pour rédiger une synthèse (Domaine 2)

70 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce?

71 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? allèle a0 Mutation 1 a0 Mutation 3 Mutation 4 a0 a0 Mutation 2 a0 Génération I Génération II Génération III

72 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? Modification de l ADN et de l information génétique quelle contient Apport d un BONUS Apport d un MALUS Ni bonus, ni malus MUTATIONS Modification de l ADN sans impact sur l information génétique quelle contient

73 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? Planche d anatomie comparée, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire ( )

74 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce?

75 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? L ADN est une molécule «fragile» et peut facilement être modifiée, notamment au moment des divisions cellulaires. Ces modifications, appelées mutations, sont responsables de l apparition de nouveaux allèles (et donc de nouveaux caractères au sein d une espèce). Avec du temps, l accumulation de mutations peut être à l origine de l apparition de nouvelles espèces.

76 Pb 2 : Comment de nouveaux allèles apparaissent-ils au sein d une espèce? L ADN est une molécule «fragile» et peut facilement être modifiée, notamment au moment des divisions cellulaires. Ces modifications, appelées mutations, sont responsables de l apparition de nouveaux allèles (et donc de nouveaux caractères au sein d une espèce). Avec du temps, l accumulation de mutations peut être à l origine de l apparition de nouvelles espèces.

77 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Problématique 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce?

78 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? ACTIVITE 3 Devoir maison obligatoire 01 Objectif de l activité : - Compléter un tableau de croisement de gamètes (Domaine 4) Objectif pour le brevet : - Test de compétences du domaine 4

79 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? (AB, XY) = [AB] Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX A, X O, X O, X [A] (AO, XX) = [A]

80 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX AA, XX BA, YX BA, YX A, X AA, XX AA, XX BA, YX BA, YX O, X AO, XX AO, XX BO, XY BO, XY O, X AO, XX [A] AO, XX BO, XY BO, XY

81 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B]

82 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] 8 16 = 1 2 femmes du groupe sanguin A, soit 50% de chance pour ce couple d avoir une fille [A]

83 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] 4 16 = 1 4 hommes du groupe sanguin AB, soit 25% de chance pour ce couple d avoir un garçon [AB]

84 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] 4 = = hommes du groupe sanguin AB, soit 25% de chance pour ce couple d avoir un garçon [AB] hommes du groupe sanguin B, soit 25% de chance pour ce couple d avoir un garçon [B]

85 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes A, X A, X B, Y B, Y A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] A, X AA, XX [A] AA, XX [A] BA, YX [AB] BA, YX [AB] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] O, X AO, XX [A] AO, XX [A] BO, XY [B] BO, XY [B] 8 = = de femme, soit 50% de chance pour ce couple d avoir une fille d homme, soit 50% de chance pour ce couple d avoir un garçon

86 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? Ovules Spermatozoïdes (AB, XY) = [AB] A, Y A, Y B, X B, X A, X AA, YX [A] AA, YX [A] BA, XX [AB] BA, X [AB] A, X AA, YX [A] AA, YX [A] BA, XX [AB] BA, XX [AB] O, X AO, YX [A] AO, YX [A] BO, XX [B] BO, XX [B] O, X AO, YX [A] AO, YX [A] BO, XX [B] BO, XX [B] (AO, XX) = [A] 8 16 = 1 2 [A], soit 50% 4 = [AB], soit 25% et 4 = % de et 50% de [B], soit 25%

87 Pb 3 : Comment ces nouveaux allèles «se diffusent-ils» au sein de l espèce? La fécondation, en associant pour chaque paire de chromosomes, un chromosome du père et un de la mère, rétablit le nombre de chromosomes de l espèce. Chaque individu issu de la reproduction sexuée possède donc des chromosomes portant une combinaison d allèles différents : chaque individu est génétiquement unique. Ce processus de brassage génétique au hasard est à l origine de la diversité entre les individus d une même espèce.

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Partie 1, Chapitre 4 INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Constat : à l'exception des jumeaux, chaque individu est unique. Ses caractères héréditaires dependent des info génétiques (allèles) portées

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ² http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme Logo du Second International Congress of Eugenics 1921. «Comme un arbre, l eugénisme tire ses constituants de nombreuses sources

Plus en détail

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements 3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements Développer une expression consiste à transformer un produit en une somme Qu est-ce qu une somme? Qu est-ce qu un produit?

Plus en détail

Les débuts de la génétique

Les débuts de la génétique HPITRE 9 DES DÉBTS DE L ÉNÉTIQE X ENJEX TELS DES BIOTEHNOLOIES 1 Les débuts de la génétique est avec les travaux de regor Mendel vers la fin du XIX e siècle que furent posées les bases de la génétique.

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions STE

Univers Vivant Révision. Notions STE Univers Vivant Révision Notions STE Chap. 13) L Écologie 1) a) Qu est-ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique correspond à la surface terrestre et aquatique totale nécessaire à un individu,

Plus en détail

Coordinateur Roland Calderon

Coordinateur Roland Calderon SVT-3 e -/Sciences de la Vie et de la Terre-/ erre-/-programme 2008 LIVRE DU PROFESSEUR Coordinateur Roland Calderon Les auteurs Vincent Béranger Professeur à Paris Louis-Marie Couteleau Professeur à Paris

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chaque chromosome est en double exemplaire Donc chaque gène (situé sur son locus) est en double exemplaires : et peut être sous différente

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES HÉRÉDITAIRES BIO-5065-2 GUIDE D APPRENTISSAGE BIOLOGIE Janvier 2005 Version révisée (avril 2005) 2 Ce document, produit par la Commission scolaire Marie-Victorin, reprend

Plus en détail

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC)

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC) Préface Notre association regroupe les énergies bénévoles d étudiants en médecine et en pharmacie, avec pour objectif d aider et accompagner enfants, adolescents et jeunes adultes confrontés à la maladie.

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Loi binomiale

Probabilités conditionnelles Loi binomiale Exercices 23 juillet 2014 Probabilités conditionnelles Loi binomiale Équiprobabilité et variable aléatoire Exercice 1 Une urne contient 5 boules indiscernables, 3 rouges et 2 vertes. On tire au hasard

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES PROBABILITÉS CONDITIONNELLES A.FORMONS DES COUPLES Pour la fête de l école, les élèves de CE 2 ont préparé une danse qui s exécute par couples : un garçon, une fille. La maîtresse doit faire des essais

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES S4 Exercices

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES S4 Exercices Unité D Probabilité Exercice 1 : Chemins 1. Aline habite la maison illustrée ci-dessous. Le diagramme illustre les murs et les portes. a) Combien existe-t-il de chemins possibles entre la pièce A et la

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux Demande d autorisation de faire du commerce d animaux 1 Autorité et auteur de la demande 1.1 Adresse du service cantonal de la protection des animaux (adresse d envoi): 1.2 Nom et adresse de la personne

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Arbre de probabilité(afrique) Univers - Evénement

Arbre de probabilité(afrique) Univers - Evénement Arbre de probabilité(afrique) Univers - Evénement Exercice 1 Donner l univers Ω de l expérience aléatoire consistant à tirer deux boules simultanément d une urne qui en contient 10 numérotés puis à lancer

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Séquence 1 Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Sommaire 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN 2. Variabilité

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'automne, est-ce la saison des chasseurs? La réponse est: non! Le chasseur

Plus en détail

A. Définition et formalisme

A. Définition et formalisme Les cardinalités et les différents types d'associations I. Les cardinalités A. Définition et formalisme Les cardinalités sont des couples de valeur que l'on trouve entre chaque entité et ses associations

Plus en détail

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne THEME : CLES DE CONTROLE Division euclidienne Soit à diviser 12 par 3. Nous pouvons écrire : 12 12 : 3 = 4 ou 12 3 = 4 ou = 4 3 Si par contre, il est demandé de calculer le quotient de 12 par 7, la division

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Etude de l'album «ici, c'est chez moi» de Jérôme Ruillier Janvier 2015

Etude de l'album «ici, c'est chez moi» de Jérôme Ruillier Janvier 2015 langage. Les élèves ont écrit l'histoire du livre en situation de dictée à l'adulte. Production de Jassim, Layla, Souheila, Amine, Nina et Yoan : Un garçon trace un trait, avec une craie, sur l'herbe.

Plus en détail

De la tablette d'argile à la tablette tactile

De la tablette d'argile à la tablette tactile FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES De la tablette d'argile à la tablette tactile Histoire des outils de communication ^}jfuséoljus Colorie ce messager 2 Colorie l'alphabet des animaux 3 Relie les numéros En

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Qu est-ce qu une probabilité?

Qu est-ce qu une probabilité? Chapitre 1 Qu est-ce qu une probabilité? 1 Modéliser une expérience dont on ne peut prédire le résultat 1.1 Ensemble fondamental d une expérience aléatoire Une expérience aléatoire est une expérience dont

Plus en détail

PARTIE I Compte pour 75 %

PARTIE I Compte pour 75 % PARTIE I Compte pour 75 % Instructions : Noircissez la lettre correspondant à la bonne réponse sur la feuille de réponse fournie. 1. Dans le diagramme, quelles structures font partie du système nerveux

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS?

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? Internet : réseau des réseaux où tout semble possible; espace où l on peut tour à tour rechercher, apprendre, travailler, échanger; vecteur

Plus en détail

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Cours de Licence 2 Année 07/08 1 Espaces de probabilité Exercice 1.1 (Une inégalité). Montrer que P (A B) min(p (A), P (B)) Exercice 1.2 (Alphabet). On a un

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables Leçon N 4 : Statistiques à deux variables En premier lieu, il te faut relire les cours de première sur les statistiques à une variable, il y a tout un langage à se remémorer : étude d un échantillon d

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions)

Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions) Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions) Ce résumé est réalisé à partir du livre de D. LECLERCQ, «La conception des questions à choix multiple», Education 2000

Plus en détail

Distribution Uniforme Probabilité de Laplace Dénombrements Les Paris. Chapitre 2 Le calcul des probabilités

Distribution Uniforme Probabilité de Laplace Dénombrements Les Paris. Chapitre 2 Le calcul des probabilités Chapitre 2 Le calcul des probabilités Equiprobabilité et Distribution Uniforme Deux événements A et B sont dits équiprobables si P(A) = P(B) Si il y a équiprobabilité sur Ω, cad si tous les événements

Plus en détail

Calculs de probabilités conditionelles

Calculs de probabilités conditionelles Calculs de probabilités conditionelles Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 20 mars 2008 1. Indépendance 1 Exemple : On lance deux pièces. Soit A l évènement la première est Pile

Plus en détail

CALCUL DES PROBABILITES

CALCUL DES PROBABILITES CALCUL DES PROBABILITES Exemple On lance une pièce de monnaie une fois. Ensemble des événements élémentaires: E = pile, face. La chance pour obtenir pile vaut 50 %, pour obtenir face vaut aussi 50 %. Les

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

P.S.E. 1 ère situation d évaluation

P.S.E. 1 ère situation d évaluation Lycée X Ville Session 201 P.S.E. 1 ère situation d évaluation Première Bac Professionnel Spécialité du diplôme Académie de Nancy-Metz Durée : 55 minutes NOM :. Prénom :. NOTE : / 18 NOTE : / 09 FOLIO :

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten?

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten? Pour ou contre le gluten? C est un peu la grande mode du moment : «ouaih moi, une semaine avant la course, je supprime tous les aliments contenant du gluten parce que c est mauvais» hum hum. Savez-vous

Plus en détail

ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE

ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE ALGORITHME GENETIQUE ET MODELE DE SIMULATION POUR L'ORDONNANCEMENT D'UN ATELIER DISCONTINU DE CHIMIE P. Baudet, C. Azzaro-Pantel, S. Domenech et L. Pibouleau Laboratoire de Génie Chimique - URA 192 du

Plus en détail

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814).

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Carolus Magnus (dit Charles «le grand») plus connu sous le nom de Charlemagne. 1. En 768, Charlemagne devient roi des Francs et remplace son

Plus en détail

2 S I M 1 P H O N E G U I D E U T I L I S A T E U R. Guide d utilisation E-commerce / Prestashop

2 S I M 1 P H O N E G U I D E U T I L I S A T E U R. Guide d utilisation E-commerce / Prestashop 2 S I M 1 P H O N E G U I D E U T I L I S A T E U R Guide d utilisation E-commerce / Prestashop 1 2 S I M 1 P H O N E S O M M A I R E 1. Noms d utilisateurs et mots de passe..... Page 3 Adresse mail Prestashop

Plus en détail

SPECIALITE : RESTAURATION À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

SPECIALITE : RESTAURATION À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET AGENT DE MAÎTRISE TERRITORIAL Concours interne et de 3 ème voie Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France SESSION 2015 Epreuve écrite d admissibilité Vérification

Plus en détail

Prêt(e) pour le CE1. Tu es maintenant au CE1. Avant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi!

Prêt(e) pour le CE1. Tu es maintenant au CE1. Avant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi! Jour Prêt(e) pour le CE Tu es maintenant au CE. vant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi! Géométrie Retrouver un itinéraire en tenant compte des informations. Lis les explications de

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION... 3 II. PIANO D'ACCOMPAGNEMENT...

TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION... 3 II. PIANO D'ACCOMPAGNEMENT... TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION... 3 II. PIANO D'ACCOMPAGNEMENT... 4 Les tons et demi-tons... 5 Les notes... 6 Différentes figures d'altérations... 7 La gamme majeure... 8 Le chiffrage des notes ou

Plus en détail

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE Introduction I. Les étapes de la recherche d'information II. Méthodologie spécifique 2.1 Bibliothèque 2.2 Internet Conclusion INTRODUCTION Lorsque on débute une réflexion sur

Plus en détail

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!!

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!! Mythe : Le chien est un omnivore C'est faux!! Les chiens sont des carnivores et non des omnivores. La théorie selon laquelle les chiens sont omnivores reste à être prouvée, alors que le fait que les chiens

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com 1. Historique Le bridge moderne fait partie de la famille du Whist, popularisé au XIX e siècle par Edmond Hoyle

Plus en détail

I. Cas de l équiprobabilité

I. Cas de l équiprobabilité I. Cas de l équiprobabilité Enoncé : On lance deux dés. L un est noir et l autre est blanc. Calculer les probabilités suivantes : A «Obtenir exactement un as» «Obtenir au moins un as» C «Obtenir au plus

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf

Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf Le nouvel eugénisme : trier l humanité dans l œuf In: Les Usages du vivant, dir. G Le Dref, Ed Neotheque, Strasbourg, 2011 Il faudrait d'abord tenter de s'entendre sur le mot «eugénisme» : pour de nombreuses

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Probabilités»

Exercices sur le chapitre «Probabilités» Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Pour démarrer Exercices sur le chapitre «Probabilités» Exercice 1 (Modélisation d un dé non cubique) On considère un parallélépipède rectangle de

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010

Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices supplémentaires sur l introduction générale à la notion de probabilité 2009-2010 Exercices fortement conseillés : 6, 10 et 14 1) Un groupe d étudiants est formé de 20 étudiants de première année

Plus en détail

P1 : Corrigés des exercices

P1 : Corrigés des exercices P1 : Corrigés des exercices I Exercices du I I.2.a. Poker : Ω est ( l ensemble ) des parties à 5 éléments de l ensemble E des 52 cartes. Cardinal : 5 I.2.b. Bridge : Ω est ( l ensemble ) des parties à

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée 1 1 Reproduction sexuée et stabilitéde l espèce 2 2 L évolution du nombre de chromosones au cours de la reproduction sexuelle Le cycle

Plus en détail

Assurance-santé personnelle Proposition pour les personnes à charge couvertes auparavant par l'asp

Assurance-santé personnelle Proposition pour les personnes à charge couvertes auparavant par l'asp Assurance-santé personnelle Proposition pour les personnes à charge couvertes auparavant par l'asp À l'usage de la FSL : Numéro d'identification Écrire lisiblement en CARACTÈRES D'IMPRIMERIE. Dans la présente

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Les petits tortillons éparpillés sur la plage signalent la présence d'un ver : l'arénicole (Arenicola marina). Bien connu des pêcheurs comme très bon appât, des biochimistes

Plus en détail

La Reine des fourmis a disparu

La Reine des fourmis a disparu La Reine des fourmis a disparu Séance 1 : Découverte de la couverture. Montrer l album sans rien dire. La couverture est cachée par 12 petits cartons sur lesquels sont proposés des indices. Chaque indice

Plus en détail

Unité F : Applications reliées à la probabilité. Demi-cours IV Guide de l élève

Unité F : Applications reliées à la probabilité. Demi-cours IV Guide de l élève Unité F : Applications reliées à la probabilité Demi-cours IV Guide de l élève Leçon n o 1 : Probabilité : introduction Le domaine des mathématiques traitant de la probabilité a pris naissance au XVI e

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail