Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif"

Transcription

1 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1

2 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et de recherche Association importante de protection de l enfance et de lutte contre les exclusions (22 services, 750 salariés) au sein d un service d action éducative en milieu ouvert (AEMO Judiciaire décisions judiciaires appliquées par des travailleurs sociaux pour la protection et l accompagnement socio éducatif des mineurs). Démarche systématique d évaluation et de recherche se déroule à quatre niveaux (depuis 2008, avec le recrutement d un sociologue praticien) : obligation légale d évaluation suivant les recommandations de l Agence nationale de l évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico sociaux (Anesm); référentiel associatif d auto évaluation applicable à tous les services dans une logique standardisée et normative qui laisse quelques possibilités de réflexion critique ; processus spécifique de recherche action / évaluation avec des professionnels impliqués au sein d ateliers coopératifs réguliers ; recherche sur les trajectoires des jeunes sortis des suivis en AEMO (parcours biographiques sur 5 ans). 2

3 II. Les choix méthodologiques et théoriques Nous analyserons cette démarche à partir des interactions et tensions entre l acceptation d un processus global et les critiques qui refusent un contrôle institutionnel et social, en appuyant notre argumentation sur la recherche action comme référence d action et d analyse, et sur la sociologie clinique comme référence théorique. Nous avons entrepris une dynamique de recherche action : "Il s'agit de recherches dans lesquelles il y a une action délibérée de transformation de la réalité ; recherches ayant un double objectif : transformer la réalité et produire des connaissances concernant ces transformations" (Colloque INRP, 1986). Dans notre cadre professionnel, la recherche action est pratiquement définie par une relation entre les pratiques professionnelles, les savoirs des différents acteurs et une réflexion structurée dans une finalité de transformation des pratiques sociales (rapport d évaluation 2009). Une définition générale de la sociologie clinique : «Les phénomènes sociaux ne peuvent être appréhendés "totalement" que si l'on y intègre la façon dont les individus les vivent, se les représentent, les assimilent et contribuent à les reproduire. Elle se veut à l'écoute du sujet, proche du réel dans ses registres affectif et existentiel, attentive aux enjeux inconscients individuels et collectifs. ( )» (Institut International de Sociologie Clinique IISC. 3

4 A partir de différents matériaux et données (rapports et journaux d évaluation et de recherche, référentiels, réunions des ateliers et instances de pilotage, entretiens avec les jeunes, échanges informels, expérience personnelle), nous essaierons de répondre à ces interrogations et hypothèses : des réponses aux commandes institutionnelles ; utilisation et reconnaissance de pratiques sociales dépendantes et autonomes ; résistances à l instrumentalisation des pratiques et émergence d une conscience sociale et politique III. Des réponses aux commandes institutionnelles Extrait d un courrier envoyé aux partenaires du service AEMO «Conformément aux dispositions de la loi de , le service AEMO poursuit sa démarche d évaluation interne. Cependant, il convient aujourd hui de favoriser d autres dimensions ( ), dans ce lien futur que nous percevons entre évaluation interne et évaluation externe. En effet, nous manquons aujourd hui cruellement de données qualitatives et quantitatives, autres que celles traditionnellement produites annuellement, pour répondre à la commande (ou demande) publique. Ainsi nous avons engagé une recherche qui nous donnera des indications précieuses quant au devenir des jeunes suivis en AEMO et, le cas échéant, quant à l impact et la pertinence de cette mesure». Extraits d un écrit de l Anesm sur l évaluation : «Une démarche projet qui garantit des espaces de réflexion et une autonomie de pensée. ( ) Une démarche éthique et déontologique qui garantit la liberté de parole et d expression, le respect des droits des personnes, la reconnaissance de la légitimité de chaque acteur.» 4

5 1. Commande institutionnelle avec force d obligation 1 ère étape Un référentiel annuel qui s applique à tous les services et établissements de l association, élaboré par un comité de pilotage et des groupes de travail (consultant extérieur, directeurs de structures, professionnels de terrain) : 2009 : le projet de service ou d établissement : les droits des usagers : les partenariats et réseaux. 2 ème étape en (en vue de la 3 ème étape de l évaluation externe en , pour les renouvellements d agréments) : Démarche à trois volets : synthèse des référentiels ; analyse des résultats ; redéfinition des orientations et objectifs, programmation et suivi pour un nouveau projet de service. 2. Proposition d une démarche de recherche action à des professionnel le s volontaires (presque tous toutes, et pas de responsable hiérarchique) avec la validation de ces objectifs : Une analyse thématique des pratiques : identification et restitution du danger ( ) ; adhésion / implication et résistances des familles ( ). Des outils concrets de suivi des situations. Des apports méthodologiques et éthiques. 5

6 3. Une recherche «classique» sur les trajectoires et le devenir des enfants et jeunes sortis du suivi AEMO (5 ans, peut être 10 ans) : sollicitation directe des jeunes (entretiens), utilité sociale du service, analyses sur les trajectoires des jeunes mineurs, complémentarité dynamique de l évaluation. IV. Utilisation et reconnaissance de pratiques sociales dépendantes et autonomes Un double enjeu sociologique et stratégique : Répondre et intégrer la commande institutionnelle (référentiel associatif, outil de suivi, utilité sociale). Travailler simultanément sur une dimension qualitative et auto évaluative : forte reconnaissance des pratiques et paroles des professionnels («le seul espace aussi libre au sein de l association» selon les professionnels participants) et des jeunes enquêtés (récit de vie plutôt rare en AEMO) ; réflexion action assez libre ; peu d interventions des responsables hiérarchiques. Méthode complémentaire de recherche action acceptée dans un seul service de l association (accord de la direction générale) : cette direction porte une tradition et une distinction d autonomie, tout en recommandant de créer un outil plus quantitatif pour mieux répondre à la commande des financeurs publics. 6

7 Il existe une véritable crainte d enfermer ou catégoriser les éléments du danger, malgré la grande conscience professionnelle et les inquiétudes manifestées sur l appréciation du danger. Le rapport aux institutions Conseil général, Justice, Etat est appréhendé dans un double mouvement : forte intégration de ces logiques dans le travail quotidien, méfiance sur l utilisation des données d évaluation. Appréciations et critiques des professionnels sur le dispositif d évaluation : Versant positif et questionnant : meilleur suivi du danger ; vision globale de la situation ; conception de l évaluation proche de la pratique quotidienne ; expérimentation positive ; pas une standardisation professionnelle ; défendre la relation humaine et la créativité professionnelle contre une vision formatée et gestionnaire. Versant interrogatif et négatif : commande institutionnelle et politique visant l autojustification ; grandes réticences aux cases et à ce type de fichage ; procédures précises tendant à standardiser une approche et une identité, avec une autonomie amoindrie. Risque d instrumentalisation d une recherche sociologique par les décideurs : compétences professionnelles des travailleurs sociaux remises en question, appréciations négatives sur l utilité sociale de l intervention AEMO, manque de résultats heuristiques significatifs. Reconnaissance du processus d autonomisation des jeunes (13 20 ans) et de leur statut de sujets capables de jugements considérés comme importants. 7

8 V. Résistances à l instrumentalisation des pratiques et émergence d une conscience sociale et politique Notre perspective de recherche action et de sociologie clinique manifeste l importance de la dimension individuelle et collective du sujet, ainsi que la volonté de transformation de la réalité. Un sens existentiel et politique est affirmé ou ressenti par les professionnels. Il s agit de veiller à éviter l amalgame ou la confusion entre cette démarche de recherche action et une intervention syndicale sur les conditions de travail ou la liberté d expression (surtout que le sociologue est aussi militant syndical!). Et il arrive que des passerelles soient établies entre l action d évaluation et des discussions syndicales, inscrites dans des temps particuliers (pauses, pré ou fins de séances d ateliers). Pourtant, les professionnels impliqués dans les ateliers sont investis d une conscience sociale et politique spécifique ; évidemment, ils ne sont pas les seuls dans le service mais ils sont une majorité dans les ateliers. Cette conscience se manifeste par des interventions diversifiées : réactions plus vives ou plus rapides dans les périodes de tensions ou de conflits avec les responsables hiérarchiques ; analyse sociale et politique articulée entre les pratiques professionnelles et les contestations d éléments importants des politiques publiques (baisse des moyens, rationalisation technocratique, contrôle social, imposition de normes d évaluation ) ; 8

9 revendication de l importance de la liberté d expression et d une éthique professionnelle et citoyenne ; utilisation de concepts parfois ou encore dérangeants, d inspiration marxiste : dominations, aliénations, classes sociales, classes populaires, combats sociopolitiques pour le développement des savoirs et connaissances, A ce propos, nous pouvons recommander un ouvrage très récent (mai 2011) Delphine Naudier Maud Simonet (Dir.), Des sociologues sans qualités? Pratiques de recherche et engagements, La Découverte, Les contributions permettent de comprendre comment les sociologues font leur travail, alors même qu ils sont engagés et font partie du monde social qu ils analysent. 9

10 VI. Conclusion provisoire A travers l application d une démarche méthodologique qui articule les dimensions individuelle et collective d interventions, nous avons essayé de construire le repérage d une triple relation sociologique : une relation institutionnelle explicite : lien organique et institutionnel entre les deux types d interventions dans un même champ professionnel (évaluation et recherche) ; une relation professionnelle plutôt reconnue : construction de savoirs critiques, autonomie des agents, passerelles entre les deux interventions, liberté d expression encadrée ; une relation implicite et résistante : discrétion assurée sur des manifestations de la liberté d expression (car possibilité d une réaction hiérarchique négative), prise de conscience de certains pouvoirs d action, risque de dépassement du champ professionnel d intervention (recherche action et syndicalisme), sociologie et engagement militant. Philip Aïdan, Cnam Paris 10

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux Gestes Colloque international «Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, "soigner le travail"?» Les experts du CHSCT face à la mesure du travail

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

1 /Le dessin : Cadres d expériences, juridiques,

1 /Le dessin : Cadres d expériences, juridiques, Résumés et mots clés / 213 Contraindre et éduquer un pari impossible? Résumés et mots-clés 1 /Le dessin : Cadres d expériences, juridiques, réflexifs Jean-Pierre Rosenczveig Éduquer dans la contrainte

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs

Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs Objectifs de l action : L objectif central de ce projet est d accompagner l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Service aux collectivités : l expérience de l UQAM. Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM

Service aux collectivités : l expérience de l UQAM. Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM Service aux collectivités : l expérience de l UQAM Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM Chaire de recherche stratégique UQAM sur la méthodologie et l épistémologie de la recherche partenariale Forum FQPPU

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS

DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS Hubert LANDIER Consultant, directeur de la lettre «Management social». Membre du conseil d administration de l IAS. Bernard MERCK

Plus en détail

Dossier médical : jusqu où partager?

Dossier médical : jusqu où partager? Dossier médical : jusqu où partager? Nouvelles technologies et VIH, quel impact? Atelier 3 - Dossier médical : jusqu où partager? «Vision d un représentant des usagers du système de santé» Laurent Rossignol

Plus en détail

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Unapp - Apei de Lens et environs (www.apei-lens.org) L Apei de Lens et environs «Le Parrainage est une aventure humaine et une expérience unique»

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

Le congé de représentation

Le congé de représentation MINISTERE DE LA JUSTICE Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Le congé de représentation Guide du congé de représentation des fonctionnaires et des agents non titulaires de la direction

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

Médias, éducation critique et engagement citoyen

Médias, éducation critique et engagement citoyen Médias, éducation critique et engagement citoyen Pour tous les enfants, les jeunes, les adultes et tous les acteurs éducatifs, les Ceméa, mouvement d éducation revendiquent une formation aux médias et

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Critiques et controverses

Critiques et controverses Critiques et controverses À propos de la déontologie des avocats Droit et Société 29-1995 (p. 183 187) Réaction à l article de Philip Milburn * Joël Moret-Bailly ** L auteur L'article de P. Milburn servira

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Intervenir à domicile

Intervenir à domicile Union Départementale des Associa ons Familiales Loire Intervenir à domicile en faveur de l enfant et de sa famille Jeudi 14 mars 2013 Au Flore à Saint Etienne Le séminaire dans ses grandes lignes! Sommaire

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Quelle médiation pour l assurance retraite?

Quelle médiation pour l assurance retraite? ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Quelle médiation pour l assurance retraite? Par Claude PÉRINEL, Médiateur de l Assurance retraite Claude PÉRINEL, docteur en sociologie de l IEP de Paris,

Plus en détail

Accompagnement des nouveaux enseignants

Accompagnement des nouveaux enseignants Accompagnement des nouveaux enseignants Professionnalités, postures de l accompagnateur et dispositifs de soutien à l intégration professionnelle des enseignants débutants E. CHARLIER-K.DEJEAN Université

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne

L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne L Education populaire comme méthode pour une Europe citoyenne Rapport d'avancement Partie publique Informations relatives au projet Acronyme du projet: Intitulé du projet: Numéro du projet: Sous-programme

Plus en détail

Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales. Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO

Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales. Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO Journée IRT-Direccte, 21 octobre 2015 Plan 1) Retour sur des catégories,

Plus en détail

Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises

Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises Promouvoir l identité coopérative via la RSE? Quelques premiers résultats sur données européennes et françaises Nadine Richez-Battesti (Lest et Université de la Méditerranée) nrichezbattesti@wanadoo.fr

Plus en détail

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble Anne-Claudine Oller Coaching scolaire, école, individu. L émergence d un accompagnement non disciplinaire en marge

Plus en détail

Santé et bien-être des publics de la protection de l enfance

Santé et bien-être des publics de la protection de l enfance Santé et bien-être des publics 3 e journée régionale de formation continue des acteurs de la Protection de l enfance Salle du Ponant, Pacé (35) 2 B, rue du Pâtis Tatelin - 35700 RENNES Tél. 02.99.38.04.14

Plus en détail

Texte de références déontologiques : présentation

Texte de références déontologiques : présentation Texte de références déontologiques : présentation L A.N.P.F. s est donné comme objectif, en 1995, d élaborer et de poser, de façon dynamique et évolutive, des principes déontologiques spécifiques au Placement

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

2014-2015 ATER en sciences de l information et de la communication à l Institut français de presse, Université Panthéon-Assas.

2014-2015 ATER en sciences de l information et de la communication à l Institut français de presse, Université Panthéon-Assas. C U R I C U L U M V I T A E Samuel BOURON Né le 16 mai 1985 sam.bouron@gmail.com Docteur en sociologie CURAPP - Centre Universitaire de Recherches sur l Action Publique et le Politique (UMR 6054) ÉTUDES

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

(Ré)adhésion Formulaire réservé aux groupes membres du Réseau

(Ré)adhésion Formulaire réservé aux groupes membres du Réseau (Ré)adhésion Formulaire réservé aux groupes membres du Réseau à renvoyer au Réseau Sortir du nucléaire 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04 Fédération de 930 groupes Bulletin d adhésion ou de renouvellement

Plus en détail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Recommandation concernant «la bientraitance : définition et repères pour la mise en œuvre» L Anesm a pour mission

Plus en détail

L'organisation institutionnelle

L'organisation institutionnelle L'organisation institutionnelle A. Le management Les enjeux de développement de l établissement passent par une animation des ressources humaines qui s appuie sur le développement de la compétence institutionnelle

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Congres : Pratiques et formations dans les éducations à. Hammamet, 14-15-16-Mai 2015

Congres : Pratiques et formations dans les éducations à. Hammamet, 14-15-16-Mai 2015 Congres : Pratiques et formations dans les éducations à Hammamet, 14-15-16-Mai 2015 Introduction L'évidence aujourd'hui est que nous ne sommes pas certains de ce que deviendra le monde pour les générations

Plus en détail

Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé

Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé Sommaire Partie 1 Connaître le métier d éducateur spécialisé Chapitre 1 L évolution socio-historique du métier d éducateur spécialisé à travers l évolution du travail social... 3 1. Avant la révolution

Plus en détail

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés Dossier de presse La Ligue contre le cancer publie le quatrième rapport de l Observatoire sociétal des cancers Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés 54% des femmes interrogées

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013 Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie Livre Blanc 2012-2013 Eriaxis-FocusPaie, 2012 Pourquoi externaliser la Paie? Préambule La Paie est une source de coûts et de risques,

Plus en détail

Fundatia Padri Somaschi

Fundatia Padri Somaschi Istituto per la Ricerca Sociale δ ι κ η Città di Torino Centro Giustizia Minorile Piemonte e Valle d Aosta Fundatia Padri Somaschi PROGETTO JLS/2005/AGIS/190 PART.A.G.E.R. : PARTECIPAZIONE ANALISI GESTIONE

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

ANNEXES AU RAPPORT TRAVAUX DE LA COMMISSION

ANNEXES AU RAPPORT TRAVAUX DE LA COMMISSION 1 ANNEXES AU RAPPORT TRAVAUX DE LA COMMISSION 1. Lettre de la Garde des Sceaux en date du 2 septembre 1998 au Président Laurent Fabius relative à la proposition de résolution tendant à la création d une

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus aspects socio-organisationnels organisationnels Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus! Au centre de multiples projets de changement:

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

La communication des associations et le web 2.0

La communication des associations et le web 2.0 La communication des associations et le web 2.0 12 octobre 2011 Philippe Bouquillion Françoise Paquienseguy Hervé Serry Catherine Vénica Sommaire 1. Les objectifs de la recherche et la méthodologie 2.

Plus en détail

Elaboration de l Ad AP Définition d une stratégie

Elaboration de l Ad AP Définition d une stratégie Direction des Bâtiments Service GTOP Direction de l Environnement Service Déplacement Accessibilité Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration de l Ad AP Définition

Plus en détail

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes «Une association de l analyse des réseaux sociaux à une perspective clinique des histoires et du contexte de

Plus en détail

Une démarche communautaire innovante : les Groupes d entraide mutuelle

Une démarche communautaire innovante : les Groupes d entraide mutuelle Colloque Québec France 25 novembre 2015 Une démarche communautaire innovante : les Groupes d entraide mutuelle Marcel Jaeger Titulaire de la Chaire de Travail social et d intervention sociale du Conservatoire

Plus en détail

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS CHARTE DES CONSEILS CITOYENS La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine prévoit la création de Conseils Citoyens sur les territoires de la géographie prioritaire dans le cadre des nouveaux

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

2002-2008 Maitre de conférences en Sciences de l éducation à l université de Lille 1. CUEEP

2002-2008 Maitre de conférences en Sciences de l éducation à l université de Lille 1. CUEEP - CURRICULUM VITAE Nom : Presse Prénom : Marie-Christine Date de naissance : 15/08/1953 Courriel : marie-christine.presse@univ-lille1.fr Établissement d affectation ou organisme d appartenance : Institut

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Communauté de pratique sur l intervention de quartier du CSSS-IUGS et les interventions de proximité en CSSS Auteurs : Jean-François

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PREMIÈRE PARTIE Origines historiques, développements théoriques des interactions entre droit et économie 31

TABLE DES MATIÈRES. PREMIÈRE PARTIE Origines historiques, développements théoriques des interactions entre droit et économie 31 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. SITUER LE DROIT PAR RAPPORT À L ACTION ÉCONOMIQUE. LES APPORTS CROISÉS DE L ÉCONOMIE INSTITUTIONNALISTE ET DE LA SOCIOLOGIE DU DROIT... 9 Pour une conception endogène du

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Stratégie de développement coopératif

Stratégie de développement coopératif Organisation Internationale des Coopératives de Production Industrielles, d Artisanat et de Services Une organisation ation sectorielle de l Alliance Coopérative Internationale (ACI ACI) Stratégie de développement

Plus en détail

Travail social et nouvelles technologies

Travail social et nouvelles technologies Travail social et nouvelles technologies Didier Dubasque 1. Présentation L objet de l intervention. Lien avec les réflexions des instances professionnelles et du CSTS. 2. Le contexte dans lequel évolue

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

1/9. Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du Conseil Général du Tarn

1/9. Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du Conseil Général du Tarn 1/9 Tableau de gestion des archives produites par le service de l Aide Sociale à l Enfance du onseil Général du Tarn Archives départementales du Tarn onseil général : Aide Sociale à l Enfance 05/05/2010

Plus en détail

Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015

Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015 Prix «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015 Avec le soutien de Prix Chorum «Agir pour la prévention des risques professionnels dans l économie sociale» 2015-3

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA L accord de Nouméa à déjà 11 ans durant lesquels les mutations profondes et irréversibles ont touché ce pays. Faire le bilan de l accord c est regarder globale et lire

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION ET RECHERCHE. Juin 2015/ Avril2016

PROGRAMME FORMATION ET RECHERCHE. Juin 2015/ Avril2016 PROGRAMME FORMATION ET RECHERCHE Juin 2015/ Avril2016 La sociologie clinique Selon la sociologie clinique, les phénomènes sociaux ne peuvent être appréhendés «totalement» que si l'on y intègre la façon

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF Association études ET chantiers Midi-Pyrénées

PROJET ASSOCIATIF Association études ET chantiers Midi-Pyrénées PROJET ASSOCIATIF Association Contexte et Historique Le chantier, un outil de transformation de l'individu qui participe à un projet collectif et de transformation du territoire Les chantiers de jeunes

Plus en détail

Ouverture de la Maison de Justice et de Droit

Ouverture de la Maison de Justice et de Droit Dossier de presse Le 7 septembre 2015 Ouverture de la Maison de Justice et de Droit Noyal- Sommaire Ouverture d une Maison de Justice et du Droit à page 3 Les intervenants page 4 Retour sur l historique

Plus en détail

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011 2 e table ronde : savoirs professionnels savoirs académiques «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau La circulaire de la DGAS du 6 mars

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail