Carsten PETER, Université d Osnabrueck

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carsten PETER, Université d Osnabrueck"

Transcription

1 LES MAINS VISIBLES DANS LA GESTION DES CONNAISSANCES EN FINANCE? L APPROCHE DES RESEAUX A TRAVERS L EXEMPLE DU CAPITAL INVESTISSEMENT ET LE ROLE DES CENTRES DE FINANCE Carsten PETER, Université d Osnabrueck Contribution préparée pour la 8ème Rencontre Internationale des Jeunes Chercheurs (RIJC) / Conférence WISH Angers 2010 Contact Carsten PETER Université d Osnabrueck Institut de Géographie Seminarstraße 19a/b Osnabrück (Allemagne) Abstract : Financial actors like banks, private equity firms and others follow different strategies of knowledge management supporting their investment decisions and reducing investment risks. An analysis of private equity (including venture capital) investments shows that private equity firms strategies integrate and rely on the exchange of knowledge with various external partners. This paper will theoretically discuss and empirically examine in what type of relationships and positions private equity firms are involved and how this translates into knowledge management and network strategies. In particular it will explore the geographical framework of private equity networks and how private equity firms knowledge management connects and integrates regional and supraregional partners and networks. This perspective on private equity networks that focuses on the relational aspects of interaction helps to understand the sometimes contradictory developments of financial markets and offers a complementary perception on the regulation of financial markets in time of the crisis. 1

2 LES MAINS VISIBLES DANS LA GESTION DES CONNAISSANCES EN FINANCE? L APPROCHE DES RESEAUX A TRAVERS L EXEMPLE DU CAPITAL INVESTISSEMENT ET LE ROLE DES CENTRES DE FINANCE 1. Introduction Les banques et plus globalement les acteurs de la finance poursuivent des stratégies variées afin de collecter des informations pertinentes destinées à éclairer leurs décisions de financements et d investissements. Le financement des entreprises par les banques et en particulier la provision des crédits aux petites et moyennes entreprises (PME) a considérablement changé au cours des dernières décennies. On observe un amoindrissement des relations confidentielles et fréquentes entre le prêteur et le bénéficiaire du crédit, au profit de procédures plus standardisées et de relations plus éloignées. Ce changement organisationnel est associé à une concentration des capacités et des infrastructures de la décision bancaire. Il en résulte une délocalisation de l arbitrage des risques qui renforce la polarisation géographique dans des centres de finance nationaux, tandis que les centres régionaux perdent de l importance. Cette nouvelle approche de la gestion des connaissances néglige le contexte ainsi que les potentialités professionnelles et personnelles du bénéficiaire. Cette forme de maîtrise des risques a contribué en outre, suite à la commodification des dettes en particulier celles des clients privés à la crise financière. À côté d une nouvelle régulation des marchés financiers au niveau national et international, cette contribution propose de compléter et d accompagner la démarche régulatrice par une appréhension différente de la gestion des connaissances et des risques des acteurs de la finance privilégiant les interconnexions : l approche réseau. La contribution décrit cette approche à travers l exemple des investissements sous forme de capital investissement y compris de capital-risque. La perspective que représente l étude du capital investissement est particulièrement intéressante grâce à l organisation régionale des sociétés de capital investissement en France, en Allemagne et dans d autres pays. 1 Cet article explorera les raisons de cette structuration en analysant comment les sociétés de capital investissement gèrent leurs connaissances et leurs risques. L article montrera que leur stratégie est 1 B. Klagge et C. Peter, Wissensmanagement in Netzwerken unterschiedlicher Reichweite: das Beispiel des Private equity- Sektors in Deutschland, (2009) Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie 53 2

3 différente de celle des établissements bancaires. Les sociétés de capital investissement poursuivent des stratégies de la gestion des connaissances du network mode, contrairement au relationship mode et au data mode qui caractérisent la provision des crédits par les banques. 2 L idée générale est que le mode de la gestion des connaissances et des risques influence la structure organisationnelle et géographique des fournisseurs de capital. Cet argument est lié à l importance des connaissances dans les affaires financières. La création, le transfert et l usage des connaissances sont pertinents pour la décision d investir et la provision du crédit et du capital en général. 3 Mais les informations ou les connaissances du marché financier sont souvent opaques, imparfaites et asymétriques. En conséquence, la provision du capital est liée à des risques et à des incertitudes. La contribution présentera, en fonction des différents modes, la manière dont les fournisseurs de capital gèrent cette situation incertaine. La deuxième section introduira le relationship mode et le data mode de la gestion des connaissances et expliquera leurs structures organisationnelles et géographiques. Le relationship mode est associé à une structure plutôt décentralisée tandis que le data mode encourage la centralisation. Cette section montrera les impacts du passage du premier mode au deuxième pour l attribution du crédit et la manière avec laquelle ce changement a renforcé la centralisation du secteur financier. La troisième section présente le network mode, lequel s est développé dans le contexte de la provision du capital investissement. Tandis que le relationship et le data mode sont caractérisés par la relation entre deux acteurs les banques et leurs clients, le network mode intègre des acteurs divers. En conséquence, ce dernier mode de gestion des connaissances est plus complexe, et il a des conséquences géographiques. L intérêt de cette contribution est de montrer comment le network mode influence la structure organisationnelle et géographique de la provision du capital investissement. En s appuyant sur des réseaux avec des nœuds dans des centres de finance régionaux, les sociétés de capital investissement élargissent leurs accès aux connaissances et participent à la revitalisation de ces centres. La contribution étudie cette proposition en analysant la gestion des connaissances des 2 B. Klagge et C. Peter, Knowledge Management in the Network Mode: The Case of Private Equity and the Role of Regional Financial Centers, (manuscript 2010) 3 M. H. Grote, V. Lo et S. Harrschar-Ehrnborg, A Value Chain Approach to Financial Centers, (2002) Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 93; V. Lo, Wissensbasierte Netzwerke im Finanzsektor: das Beispiel des Mergers & Acquisitions-Geschäfts (Gabler 2003) 3

4 sociétés de capital investissement en France. La France est un cas intéressant car elle présente une forte centralisation des centres de décision et de la gestion des connaissances à Paris. La quatrième section résumera les résultats et exposera synthétiquement les implications pour le secteur financier en France en général. 2. Les modes de la gestion des connaissances dans la provision du crédit : Du relationship au data mode A l origine, les banques entretenaient des relations proches et confidentielles avec leurs clients, grâce à des interactions fréquentes et une connectivité personnelle issue de contacts en face-à-face. Ces liens tissés avec les PME leur permettaient de connaître en permanence la viabilité économique de leurs clients, pour pouvoir leur accorder ou non une demande de crédit, par exemple. Mode d échange bilatéral, le relationship mode traduit l idée que les risques associés à la provision du crédit sont évalués lors d entretiens réguliers pendant lesquels différents types de connaissances y compris des connaissances tacites sont échangés, transférés et créés (tableau 1). Traditionnellement, la majorité des PME avaient un interlocuteur financier unique avec lequel elles réglaient la plupart de leurs opérations financières. Le relationship mode est caractérisé par une structure organisationnelle et géographique décentralisée dans laquelle les agences bancaires gèrent les clients locaux. Cette proximité facilite les contacts physiques, le développement des relations confidentielles et, en conséquence, l échange de connaissances tacites. L accord donné à une demande de crédit se passe localement et tient compte des différents types de connaissances et du contexte. Cette décision est toujours spécifique au cas par cas, et donc, d une certaine façon, subjective. Par conséquent, népotisme et lock-in sont les dangers du relationship mode. Le mode d échange bilatéral présente un autre inconvénient fonctionnel. Il nécessite des ressources humaines nombreuses, à l origine de coûts élevés. Ces facteurs, associés aux transformations structurelles du secteur financier, ont provoqué un changement de la gestion des connaissances dans la provision du crédit. 4

5 Tableau 1 : Les modes de la gestion des connaissances 4 Connaissances Contacts et relations Procédures d analyse et de décision Organisation et géographie Effets secondaires positifs Relationship Mode Complètes, Y compris des connaissances tacites Interaction fréquente, contacts formels, informels et face-à-face, relations confidentielles, souvent contexte commun Spécifiques, au cas par cas, individuelles, subjectif Structure des compétences décentralisée avec importance des agences locales et régionales Echange et création commune de divers types de connaissances Dangers et problèmes Népotisme, lock-in, importance de la main d œuvre et des coûts Data Mode Connaissances codifiées, notamment données numériques (p. ex. bilan) Destinés à des fins déterminées, contacts formels, face-à-face non nécessaire, réglés par des critères formels Standardisées, informatisées, objectif Potentialités pour concentration et centralisation des compétences et l expertise La standardisation de la collecte des données facilite les références et les analyses comparatives Néglige le facteur humain, contexte et innovations Au cours des deux dernières décennies lesquelles ont été marquées par les nouvelles technologies dites de l information et de la communication (N.T.I.C.), de nouvelles formes de régulation ainsi que d autres développements ont intensifié la compétition sur le marché financier, et en particulier entre les banques. 5 Cette situation a amené les établissements financiers à réaliser des économies d échelle et à réduire leurs coûts. Le résultat est concluant. Le secteur bancaire a été consolidé et l offre de services financiers dont le crédit fait partie bénéficie de nouvelles approches. L usage des N.T.I.C. et l application de la nouvelle régulation de la solvabilité (Bâle II) ont mené à des procédures de gestion des connaissances plus standardisées le data mode. Avec le data mode, les échanges entre le bénéficiaire du crédit et la banque sont réduits et uniformisés. Lors de la constitution de son dossier de demande de crédit, le client transmet des données sur sa situation économique. La banque analyse ces données (bilan financier et autres données numériques) avant de décider d accorder ou non son aide financière. Ces renseignements sont codifiés et secrets mais 4 B. Klagge et C. Peter, Knowledge Management in the Network Mode: The Case of Private Equity and the Role of Regional Financial Centers, (manuscript 2010) 5 N. Marshall, C. J. S. Gentle, S. Raybould et M. Coombes, Regulatory Change, Corporate Restructuring and the Spatial Development of the British Financial Sector, (1992) Regional Studies 26; J. Pollard, Small Firm Finance and Economic Geography, (2003) Journal of Economic Geography 3; J. Pieper, Banken im Umbruch, (Lit 2005) 5

6 mobiles et faciles à transférer. Le contact entre le bénéficiaire et le décideur du crédit est limité au transfert des données et du capital. Par conséquent le contact en faceà-face et la connectivité relationnelle ne sont pas nécessaires. S il se conforme au data mode, le décideur bancaire néglige complètement la situation du bénéficiaire, ses ressources professionnelles et personnelles ainsi que ses capacités d innovation. Toutefois, le data mode présente l avantage de limiter le danger de népotisme. De plus, quand les procédures de provision et d évaluation des données sont standardisées, elles offrent des potentialités d informatisation, d analyses comparatives (benchmark studies) et de centralisation de l infrastructure bancaire. Ce changement du relationship au data mode a transformé fondamentalement la structure organisationnelle et géographique du secteur financier et des banques en particulier. Cette mutation est caractérisée par une concentration et une centralisation des compétences et des fonctions de décision dans des sièges sociaux ainsi que par le développement des procédures plus standardisées et formalisées. 6 La commodification des crédits et des risques associés est l une des conséquences de cette standardisation des services financiers et de l arbitrage des risques. Le data mode a pour défaut principal de rendre les banques insuffisamment informées sur la solvabilité de leurs clients. En plus, la vente multiple des crédits standardisés sous forme de fonds commun de placement néglige les possibilités de contrôle par les acheteurs. Ce manque de connaissances est l une des origines de la crise financière actuelle. 7 Le changement au data mode se traduit aussi par une réduction de la taille et du nombre des succursales bancaires. Or, la transformation des structures organisationnelles des banques, associée à un recul de la structure décentralisée, restreignent les conditions du financement des entreprises, en particulier des PME. Si traditionnellement, les conseillers clientèles attachés à une agence soutiennent les entreprises dans leurs démarches d obtention de capital et les aident à régler leurs affaires financières, aujourd hui, les clients n ont plus de contact avec les décideurs de financement. Ils transmettent leurs dossiers standardisés à un personnel moins compétent, bureaucratique et encouragé à vendre des services préfabriqués et standardisés. Associées aux nouvelles règles de Bâle II, les conditions pour l attribution de crédits se sont aggravées pour certaines 6 G. Clark et N. Thrift, FX Risk in Time and Space: Managing Dispersed Knowledge in Global Finance, (2003) Spaces V. V. Acharya et M. Richardson, Causes of the Financial Crisis. (2009) Critical Review 21; J. E. Stiglitz, The Anatomy of a Murder: Who killed America s Economy? (2009) Critical Review 21; J. B. Taylor, Economic Policy and the Financial Crisis: An Empirical Analysis of what went wrong, (2009) Critical Review 21 6

7 catégories d entreprises. Les PME qui disposent d un capital propre réduit comme les jeunes pousses (start-up) rencontrent des difficultés pour recevoir des crédits, ou en obtiennent avec des intérêts plus élevés. Dans ce contexte, le capital investissement propose une forme alternative de financement et améliore simultanément la situation du capital propre ainsi que l accès aux crédits banquiers à venir Le capital investissement comme forme alternative de financement et la gestion des connaissances dans le network mode Le capital investissement consiste à prendre des participations dans le capital des entreprises non cotées. Les sociétés de capital investissement s intéressent aux entreprises dynamiques, c est-à-dire actives dans des secteurs innovateurs et progressifs. Si les sociétés de capital investissement cherchent à augmenter la valeur de leurs apports, la perte de valeur et l échec total sont des risques notables pour elles. Contrairement au crédit, la provision de capital investissement n est pas garantie. Autrement dit, l engagement du capital investissement peut donner lieu à d importants bénéfices, mais il est aussi associé à des risques d échec considérables. 9 Pour réduire ces risques, les sociétés de capital investissement développent des stratégies différenciées de la gestion des connaissances. Afin d examiner comment ces investisseurs obtiennent un accès aux connaissances pertinentes en France, l auteur a interviewé 11 cadres des sociétés de capital investissement à Paris et à Lyon. En outre, il a réalisé 16 entretiens avec des prestataires de service à Angers, Paris et Lyon. Ces entretiens ont été menés dans le cadre d un projet de recherche international sur la gestion de connaissances des sociétés de capital investissement qui comprend au total 96 entretiens en France, en Allemagne et en Angleterre. 8 M. Haemmig, The Globalization of Venture Capital. A Management Study of International Venture Capital Firms, (Paul Haupt 2003) 9 P. Gompers et J. Lerner, J., The Venture Capital Revolution. (2001) Journal of Economic Perspectives 15; P. Gompers et J. Lerner, The Venture Capital Cycle. (MIT Press, 2nd édition, 2004) 7

8 3.1 La relation entre la société de capital investissement et son portefeuille : le relationship mode Les sociétés de capital investissement interagissent fortement avec leurs entreprises en portefeuille afin de gérer l asymétrie des connaissances et les risques qui s ensuivent. Dans ce contexte, au cours de l audit décisionnel (due diligence), l investisseur évalue la progressivité, les opportunités et les risques que représente cette prise de participation. Après l apport de capital, la société de capital investissement suit le développement de l entreprise bénéficiaire en lui apportant des connaissances, des contacts et parfois même en participant au comité de décision ou au conseil d administration. 10 Le directeur d une société de capital investissement à Lyon explique son engagement à travers cette métaphore filée : Par contre, on veut vraiment être proche de lui [le PDG] sur le porte-bagages pour qu'il nous entende. C'est-à-dire que, si jamais il ne sait pas s'il faut aller à droite ou à gauche, s'il faut tourner les pédales plus vite ou moins vite, on est systématiquement là pour répondre à ses questions. La proximité spatiale allège l échange des connaissances dans des relations proches. C est pourquoi les sociétés de capital investissement et les entreprises en portefeuille ont tendance à être localisées à proximité, dans la même région ou tout au plus à deux ou trois heures de voyage. 11 Ceci se montre également en France, où la majorité des sociétés de capital investissement se localisent à Paris/Ile-de-France et à Lyon. Les régions françaises les plus importantes pour leur nombre et pour la taille de provision du capital investissement sont l Ile-de-France et les régions limitrophes ou accessibles avec les lignes TGV comme Les Pays de la Loire et la Région Centre. Loin derrière la Région-capitale, Rhône-Alpes, grâce à Lyon, regroupe le plus de sociétés de capital investissement de province. Avec Provence- Alpes-Côte d Azur, elle constitue le deuxième pôle d investissements en France. 12 La relation entre les sociétés de capital investissement et leur portefeuille montre que la provision du capital investissement est caractérisée par le relationship mode de la gestion des connaissances. Les interactions fréquentes, les contacts en face-à-face et les relations confidentielles témoignent de la connectivité relationnelle et de son 10 P. Gompers et J. Lerner, J., The Venture Capital Revolution. (2001) Journal of Economic Perspectives M. A. Zook, The Knowledge Brokers: Venture Capitalists, Tacit Knowledge and Regional Development, (2004) International Journal of Urban and Regional Research 28; R. Martin, C. Berndt, B. Klagge et P. Sunley, Spatial Proximity Effects and regional Equity Gaps in the Venture Capital Market: Evidence from Germany and the UK, (2005) Environment and Planning A AFIC, Activité des Acteurs Français du Capital Investissement en 2008, (Paris 2009) 8

9 impact pour l échange et le développement des connaissances. Néanmoins, une analyse détaillée du processus de l investissement lui-même offre plus de résultats concernant les relations et la gestion des connaissances. 3.2 Échange de connaissances dans des réseaux : Le network mode L analyse du processus de capital investissement montre que les sociétés de capital investissement échangent et créent des connaissances avec des partenaires externes et diverses. 13 Cette stratégie de gérer des connaissances et des risques est caractéristique du network mode, lequel est associé à une structure organisationnelle et géographique relativement complexe. Figure 1 : Partenaires et relations des sociétés de capital investissement 13 B. Klagge et C. Peter, Wissensmanagement in Netzwerken unterschiedlicher Reichweite: das Beispiel des Private equity- Sektors in Deutschland, (2009) Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie 53 9

10 Les partenaires présentés par la figure 1 sont intégrés dans différentes phases du processus de capital investissement. 14 D autres partenaires n apparaissent pas sur la figure. Il s agit des investisseurs (institutionnels), des entreprises en portefeuille et des autres sociétés de capital investissement. L ensemble de ces acteurs et leurs relations forment des réseaux de relation. Le caractère des relations (par exemple, contractuel ou informel), ainsi que la fréquence des contacts entre la société de capital investissement et ses partenaires varient selon la phase d investissement et le type de connaissances. En outre, certains partenaires sont régionaux ou localisés dans la même ville ou rue, tandis que d autres sont nationaux ou internationaux. Parmi les partenaires régionaux, trouve-t-on des entreprises en portefeuille (cf 3.1), certains prestataires de service ainsi que d autres sociétés de capital investissement. Les relations avec les avocats et les experts-comptables sont particulières et caractérisées par le relationship mode. Les sociétés de capital investissement coopèrent régulièrement avec le même avocat ou expert-comptable dans des phases différentes et lors de transactions variées. Puisque les partenaires échangent des connaissances sensibles et de confiance, leurs relations sont proches et requièrent des contacts fréquents et souvent en face-à-face. C est pourquoi la proximité spatiale entre les partenaires soutient l échange des connaissances confidentielles. Un prestataire de service explique : [ ] Voilà, ça ce sont des choses qu on ne peut pas forcément écrire, mais qu'il est important de pouvoir un peu transmettre oralement. Et c'est mieux. On pourrait le faire par téléphone, mais après, c'est quand même mieux d'avoir une réunion, de se voir, de faire les choses physiquement. Toutefois, les sociétés de capital investissement complètent leurs relations avec leurs avocats et experts-comptables sous formes de mandat et de contrat par des contacts informels et réciproques. Les partenaires échangent continuellement des connaissances sur des entreprises et sur l économie régionale, ce qui offre aux sociétés de capital investissement des opportunités de participation (deal flow). Un directeur d une société de capital investissement à Lyon explique : Tous ces réseaux dont je parlais tout à l'heure, notamment ces contacts réguliers avec des banquiers, avec des avocats, avec des experts-comptables, enfin un peu 14 S. Schefczyk, Finanzieren mit Venture Capital Grundlagen für Investoren, Finanzintermediäre, Unternehmer und Wissenschaftler, (Schäffer-Poeschel 2000); P. Gompers et J. Lerner, J., The Venture Capital Revolution. (2001) Journal of Economic Perspectives 15; M. Haemmig, The Globalization of Venture Capital. A Management Study of International Venture Capital Firms, (Paul Haupt 2003) 10

11 tout cet environnement de conseil du chef d'entreprise, c'est pas des contacts que vous pouvez formaliser puisque c'est des gens qui par nature sont indépendants. [ ] Et donc on est vraiment dans l'échange et le partage d'informations. Et donc ça c'est plus du relationnel développé un peu de façon personnelle avec des gens avec lesquels on s'entend bien, avec lesquels on se comprend bien, et puis surtout quand on voit que le donnant-donnant fonctionne bien. D autres acteurs régionaux ne sont intégrés que marginalement dans le processus de capital investissement. Ces partenaires représentants des chambres de commerce et d industrie, représentants d incubateurs, des agences de la promotion de l économie régionale, des associations professionnelles, des établissements de recherche ainsi que des entreprises et d autres sociétés de capital investissement dans la région fournissent des connaissances sur l économie régionale. Les sociétés de capital investissement développent des réseaux avec eux afin d augmenter leur deal flow. Un expert interviewé souligne l importance de l adhésion aux organisations régionales comme stratégie pour développer des réseaux et augmenter le deal flow : Je suis membre de Lyon Place Financière et Tertiaire depuis au moins une douzaine d'années. Et donc à ce titre-là, je rencontre la place financière à différents éléments. [ ] Actuellement, je suis co-président d'une commission sur [XY]. Donc à ce titre-là, je rencontre des banquiers, je rencontre des entrepreneurs, etc. Donc si vous voulez, ce sont des occasions de réseaux. En complétant leurs réseaux régionaux, les sociétés de capital investissement développent stratégiquement des contacts avec des experts nationaux et internationaux. Ca faisant, elles acquièrent des connaissances spécifiques ainsi que d autres ressources comme du capital. Les relations avec ces partenaires sont basées sur des contrats qui définissent leur contribution aux cas spécifiques. Néanmoins, ces experts donnent également des indications informelles dans d autres phases (cf fig. 1). Pour des connaissances spécifiques, les sociétés de capital investissement cherchent toujours le meilleur expert disponible. Afin de le trouver, elles profitent de leurs contacts existants et des réseaux qu elles ont établis en participant aux conférences, foires et autres évènements dont elles peuvent trouver utilité. La sélection des experts dépend en premier lieu de l expertise demandée et moins de l accessibilité par la proximité spatiale. Le directeur d une société de capital investissement basée à Lyon remarque : 11

12 Partout, pas forcément en Rhône-Alpes. Le meilleur, et puis quelqu'un qui a envie, qui vous apporte, avec lequel vous avez une bonne relation, qui est prêt à être un peu disponible aussi et qui joue bien ce rôle-là. Mais il n'est pas forcément en Rhône-Alpes. Les conseillers d entreprise sont le plus souvent localisés dans les grandes villes, en particulier à Paris, mais aussi à Lyon, Nantes, Lille et Strasbourg. Cependant, les experts industriels qui ont des connaissances spécifiques liées à une industrie, une technologie ou un secteur se trouvent partout en France ou au-delà. Ils habitent proche de leurs activités principales comme président-directeur général, entrepreneur ou chercheur. Parmi les partenaires des sociétés de capital investissement, trouve-t-on aussi des experts financiers tels que des conseillers en fusion et acquisition, des conseillers de cotation en bourse, des placement agents 15 ainsi que des banques. Ces experts sont pour la plupart localisés dans des centres de finance internationaux comme Paris, Francfort et Londres. Néanmoins, quelques conseillers et banques ont des bureaux ou même leur siège social à Lyon. Depuis quelques années, ces installations à Lyon sont même en recrudescence. Si ces équipes servent d abord des clients y compris des sociétés de capital investissement dans le Sud-Est de la France, quelques-unes sont actives dans toute la France. La gestion des connaissances des sociétés de capital investissement s entend également dans les liens tissés avec les autres sociétés concurrentes. La relation avec ces autres sociétés de capital investissement est plurielle. Outre l inévitable compétition, elle est à l origine d échanges informels et peut même aboutir au coinvestissement (syndication). L investissement commun dans la même entreprise a plusieurs avantages : les partenaires partagent les risques associés au financement en particulier celui des jeunes pousses et franchissent la distance spatiale. 16 En plus, le co-investissement diversifie le portefeuille des sociétés de capital investissement et leur permet d apprendre des unes des autres. Avant tout, en investissant ensemble, les sociétés de capital investissement profitent des réseaux et des ressources du partenaire. 17 Toutefois, pour atteindre l effet escompté, ces 15 La société de capital investissement engage un placement agent de trouver des personnes aisées et des organisations qui ont l intérêt à investir dans un fonds de capital investissement. 16 J. Lerner, The Syndication of Venture Capital Investments, (1994) Financial Management 23; M. Fritsch et D. Schilder, Is Venture Capital a regional Business? The Role of Syndication, (2006) Freiberg Working Papers O. Sorensen et T. E. Stuart, Syndication Networks and the Spatial Distribution of Venture Capital Investments, (2001) American Journal of Sociology

13 sociétés doivent délimiter soucieusement leurs relations coopératives et compétitives. Le directeur d une société de capital investissement à Lyon explique que sa société coopère parfois avec d autres sociétés de capital investissement, alors que, lors d autres transactions, elles sont concurrentes : Ce qui n'empêche pas qu'il y ait une forte concurrence, mais on travaille en syndication, donc on a des relations très proches avec beaucoup d'acteurs de la place, ou hors place d'ailleurs. Pour résumer, cette recherche s efforce de montrer que les sociétés de capital investissement identifient et sélectionnent stratégiquement leurs partenaires au cours du processus d investissement dans des lieux différents. Pour cela, elles développent activement des contacts et des réseaux via des mesures différentes : - Adhésion à des associations et comités régionaux, professionnels et spécifiques (chambres de commerce et d industrie, associations professionnelles) - Participation aux conférences, foires, évènements (portant notamment sur le capital investissement, le transfert de technologie et le financement des entreprises) - Coopération avec des banques, des prestataires de services et d autres sociétés de capital investissement En suivant ces stratégies, et pour investir avec succès, les sociétés de capital investissement reconnaissent l impact des réseaux de partenaires qui fournissent différents types de connaissances. Le cas du capital investissement montre que le network mode offre une nouvelle perspective pour gérer des connaissances dans le secteur financier. En s appuyant sur différents types de relations avec des experts multiples en termes de profession et de localisation, les acteurs de la finance peuvent développer des connaissances afin de gérer les risques et éviter des lockins ainsi que des crises. Cependant, le network mode est accompagné de transformations organisationnelles et géographiques. 4. Discussion synthétique La contribution s est attachée à expliquer comment la gestion des connaissances et des risques dans le secteur financier influence sa structure organisationnelle et géographique. Les trois modes relationship, data et network mode diffèrent par le type de connaissances échangées, les partenaires intégrés et le rôle et le caractère 13

14 des relations respectives. Le changement du relationship au data mode pour la provision du crédit montre comment un nouveau mode de la gestion des connaissances aboutit à des transformations organisationnelles (concentration et hiérarchisation) et géographiques (centralisation) des acteurs et des activités. L exemple de la France montre que le network mode implique des structures complexes. Ces structures associent différents acteurs ainsi que des réseaux régionaux et suprarégionaux avec des nœuds à Paris et dans des centres de finance régionaux. Ces centres régionaux abritent des sociétés de capital investissement et constituent des points d angles dans leurs stratégies de gestion des connaissances. Les réseaux régionaux émettent des connaissances sur l économie régionale et sont, de la sorte, pertinents pour générer du deal flow ainsi que pour sélectionner et suivre les entreprises en portefeuille. De nombreux centres de finance régionaux offrent également une variété de prestataires de service qui jouent un rôle dans le processus du capital investissement. Les avocats et experts-comptables qui apportent des connaissances sensibles bien que souvent standardisées font partie des partenaires locaux. Cependant, les sociétés de capital investissement cherchent des connaissances spécifiques en termes de technologie, d industries, de marchés et de services financiers au niveau national ou même international. Ainsi donc, bien que les centres de finance régionaux profitent des activités du capital investissement, le potentiel de compensation de l érosion des compétences financières induite par la centralisation des banques et de la provision du crédit est limité. Lyon, centre financier, est un cas particulier. La métropole rhodanienne compte une communauté de capital investissement vive qui investit dans le Sud-Est et même dans tout le Sud de la France. Les sociétés de capital investissement lyonnaises qui sont indépendantes, ou annexes des sociétés parisiennes, suivent des stratégies régionales. Elles profitent du soutien des avocats et experts-comptables spécialisés qui proposent leurs services à des coûts moins élevés qu à Paris, ainsi que de l aide d autres prestataires de service en finance, en gestion et en technologie implantés dans la région. Cette dynamique s explique par le tissu économique lyonnais et régional, par les infrastructures de transport favorables et la qualité de vie. Lyon apparaît comme le seul site en France où le capital investissement a initié un développement qui conforte la ville dans sa vocation de centre financier. 14

15 Pour l avenir, les résultats de la recherche sur le cas de la France voient se dessiner un système financier gigogne : Paris demeure le seul centre financier international en France qui domine le marché banquier et boursier. Lyon se développe comme un centre secondaire grâce à sa position supérieure en région (hors Paris) et à des compétences fortes en capital investissement. Les autres centres régionaux, quant à eux, servent principalement leurs marchés régionaux. Le network mode, qui exige une structure organisationnelle et géographique plus complexe et réflexive, constitue une perspective alternative pour gérer des connaissances dans des transactions financières à grands risques. C est pourquoi, ce mode éveille une réorientation concernant l exécution des affaires financières notamment au regard de la crise financière et propose ainsi une vision complémentaire à la discussion sur la régulation des marchés financiers. 15

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME DU POINT DE VUE D UNE BANQUE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DES PME DU POINT DE VUE D UNE BANQUE FRANCAISE LE FINANCEMENT DES PME DU POINT DE VUE D UNE BANQUE FRANCAISE 19 novembre 2014 Francfort Christian LEROY SOMMAIRE Le tissu entrepreneurial Français Les principales sources de financement des entreprises

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Welcome. un état d esprit

Welcome. un état d esprit * Bienvenue. Welcome * un état d esprit Plus qu un message de bienvenue, Welcome c est la promesse d ouverture que nous faisons à chaque collaborateur, dès son arrivée dans le Groupe et tout au long de

Plus en détail

Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière

Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière Financial Inclusion Data Working Group (FIDWG) Mesurer l Inclusion Financière Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière L Ensemble des Indicateurs de Base d Inclusion Financière a été élaboré

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Transparence du marché canadien des titres à revenu fixe : possibilités et contraintes

Transparence du marché canadien des titres à revenu fixe : possibilités et contraintes Transparence du marché canadien des titres à revenu fixe : possibilités et contraintes Tran-Minh Vu L es décideurs publics attachent une grande importance à l aspect qualitatif du marché, car celui-ci

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

www.lcf-rothschild.lu

www.lcf-rothschild.lu ANVERS, BARCELONE, BORDEAUX, BRATISLAVA, BRUXELLES, FRIBOURG, GENÈVE, GUERNESEY, HONG KONG, LAUSANNE, LIÈGE, LISBONNE, LONDRES, LUGANO, LUXEMBOURG, LYON, MADRID, MARSEILLE, MILAN, MONACO, MONTEVIDEO, NANTES,

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE. Les intérêts et les enjeux. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE. Les intérêts et les enjeux. Copyright Duhamel Blimbaum. LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE Les intérêts et les enjeux Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction L introduction en bourse est le processus par lequel une société cote ses titres, par cession d

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Combien vaut mon Entreprise? Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Introduction Organisation Une structure créée fin 2004 sur Marseille, après 10 ans d expérience chez General Electric, basée sur un fort réseau

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital

Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude sur la valorisation de la performance extra-financière des entreprises par les investisseurs en capital Étude Département d Économie de l École Polytechnique / Club DD AFIC Éditorial Chercheurs ayant

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Guide Pratique. Corporate Finance

Guide Pratique. Corporate Finance Guide Pratique Corporate Finance Préface Chers lecteurs, Le terme»corporate Finance«désigne les»transactions d entreprises«. Ceci inclut les fusions & acquisitions (mergers & acquisitions, M & A), c.à.d.

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Ce document constitue la version officielle du programme à compter de juin 2015. Les étudiants sont soumis aux règlements

Plus en détail

formation finance conseil Communaute des experts en gestion

formation finance conseil Communaute des experts en gestion f o r m a t i o n finance conseil Communaute des experts en gestion Par RCA «Parce que le sur-mesure n est pas un luxe...» PACK CREATION D ENTREPRISE ETAPE N 4 : La recherche de financement Optimisez l

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

"L'after capital" Financement des entreprises en croissance

L'after capital Financement des entreprises en croissance "L'after capital" Financement des entreprises en croissance Intervenants Jacques Potdevin Président d'honneur de la CNCC Ancien président des experts-comptables européens Laurence Méhaignerie Président

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010 Service de la promotion économique Comment optimiser sa trésorerie Introduction Les potentiels, les raisons et la portée de l optimisation des fonds de roulement et de la trésorerie sont très souvent sous-estimés

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-32 du 22 février 2011 relative à la prise de contrôle conjoint du groupe La Poste par la Caisse des Dépôts et Consignations et l État français L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012

Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012 Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012 Principales observations pour 2012 Selon les participants : 77 % des participants considèrent la France comme un territoire attractif Les

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP»

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP» POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE SWEN Capital Partners «SWEN CP» 2015 Origines de la démarche d investissement responsable de l expertise non cotée de SWEN CP Filiale de deux acteurs fortement engagés

Plus en détail

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Un partenariat fiable Avec la bonne expertise vers le succès Des arguments qui font la différence Les avantages d une solution

Plus en détail

ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT

ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT LEVÉES DE FONDS ACCESS CP SIGNE UN 1ER CLOSING A 56 M POUR CIBLER LA PRIVATE DEBT Par Xavier Demarle 08/10/2014 17:36 Le gérant veut porter à 150 M la collecte de son nouveau véhicule, dont la mission

Plus en détail

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement CLUB ASSET MANAGEMENT - Club AM n 25 du jeudi 18 septembre 2008 - Caroline MATHON, Avocat à la Cour - 1 - I. PREALABLE A LA REDACTION DU RAPPORT (1/4) : 1.1. Cerner le champ d application du service de

Plus en détail

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups»

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Le capital-risque 15 novembre 2002 Pierre Delaly BCV Private Equity Table des matières Caractéristiques des fonds de VC Processus d investissement

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises PwC Offre de services Transactions Présentation générale Le pôle Transactions de PwC Maroc en collaboration

Plus en détail

Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market

Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market 1 Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market April 16, 2015 The securities regulatory authorities in British Columbia, Alberta, Saskatchewan,

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher Louvain School of Management (LSM) Université catholique de Louvain Universiteit

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Transactions Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Confidentiel Introduction Sabine Durand Hayes, Associé Transactions

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 Circ.-CFB 98/2 Négociants Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 1. But La présente circulaire

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE

Matinale Recherche. avec Mathieu VAISSIE Matinale Recherche «Diversification à un Prix Raisonnable» Comment intégrer les stratégies alternatives de façon optimale dans une gestion actif/passif? avec Mathieu VAISSIE La dernière crise systémique

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK :

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : Les Workshops de la Bourse Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : AU SERVICE DE LA PERFORMANCE SOMMAIRE 1 L INTERET D UN DISPOSITIF DE BONNE GOUVERNANCE : AU-DELÀ DE L ASPECT RÉGLEMENTAIRE 2 ENGAGEMENT

Plus en détail

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010 La levée de fonds loi TEPA ISF 18 mai 2010 Gilles LECOCGUEN Direction de la communication Responsable des services en ligne Stéphane COHEN Vice Président du CRO Paris IDF Sommaire 1) Contexte réglementaire

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE 1. Contexte territorial A l initiative du Pôle Media Grand Paris, et en relation avec les Pôles et Clusters franciliens concernés 1,

Plus en détail

Colloque international

Colloque international Colloque international La finance au travail Université Paris-Ouest 9 et 10 Octobre 2014 Appel à communications 1 Le présent appel à communications cherche à rassembler des recherches sur le travail financier

Plus en détail

Une offre de services dédiée aux Entreprises Sociales en Europe

Une offre de services dédiée aux Entreprises Sociales en Europe Une offre de services dédiée aux Entreprises Sociales en Europe Yoola est une agence spécialisée dans l organisation de voyages pour personnes en situation de handicap, comme ici à Bryce Canyon. La banque

Plus en détail

Annie RICHARD. Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt.

Annie RICHARD. Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt. Oral de Management Annie RICHARD Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt. Avril 2004 voir mini-cv en slide 19 1 Le thème no 009 Les structures organisationnelles dans les entreprises du secteur

Plus en détail

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 27 avril 1999

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 27 avril 1999 Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 27 avril 1999 Franz Stirnimann Sous-directeur de la Commission fédérale des banques Eurex - les changements de structure au sein du paysage

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val O Val Operational Value JSI Groupe 2, rue Troyon 92310 Sèvres 1 AGENDA 1. QUI SOMMES-NOUS? 2. NOS OFFRES 3. UNE ORGANISATION COMMERCIALE DÉDIÉE À NOS CLIENTS 4. O VAL : OPERATIONAL

Plus en détail

Une année 2013 très positive pour le groupe BRED

Une année 2013 très positive pour le groupe BRED Communiqué de Presse Paris, le 31 mars 2014 Une année 2013 très positive pour le groupe BRED Produit net bancaire 955 M (+5,9%) Résultat courant 282 M (+9,5%) Une solidité financière confirmée Coefficient

Plus en détail

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Ondel ansek Kay Sommaire Il ressort du débat sur le développement économique de l Afrique subsaharienne (ASS) que les

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Méthodologie et Processus d Investissement

Méthodologie et Processus d Investissement Méthodologie et Processus d Investissement Paris 15 janvier 2010 Table des matières AVERTISSEMENT...2 1. INTRODUCTION...3 2. LE FCP VARENNE VALEUR...3 3. LE FCP VARENNE SELECTION...3 4. LA METHODOLOGIE

Plus en détail

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao Le texte qui suit est une traduction rapide de soutien à l'interprétariat pendant le séminaire. En cas de doute sur une expression ou le sens d'une phrase, merci de vous référer à l'original en chinois.

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Imprimatur ANALYSE DU CONTEXTE. P a g e 1

Imprimatur ANALYSE DU CONTEXTE. P a g e 1 P a g e 1 Imprimatur ANALYSE DU CONTEXTE Caractérisez, selon la typologie établie par Mintzberg, la structure de l entreprise Imprimatur avant la prise de participation dans l entre- prise NetEdit. Mintzberg

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail