Récapitulatif: Du 14 Décembre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Récapitulatif: Du 14 Décembre 2015"

Transcription

1 Du 14 Décembre 2015 Récapitulatif: Publication, par l OICV/CPMI, d un rapport sur l évaluation de l application des PFMI par les autorités de marchés : 28 juridictions ont été évaluées quant au degré d implémentation des Principes pour les Infrastructures de Marchés Financiers, destinés aux régulateurs et autorités de marchés. Les Référentiels Centraux sont les infrastructures pour lesquelles ces recommandations sont les moins appliquées, contrairement aux Systèmes de Paiement. Rapport de l ISSA sur les Opérations Sur Titres et les votes par proxy : L Association Internationale des Services de Titres a mené une étude pour évaluer le degré d implémentation des recommandations émises en 2012 concernant les Opérations Sur Titres. L étude comprenant 53 marchés a notamment relevé l insuffisance de l automatisation des échanges d informations et l absence de formats d échange standardisés. Migration du CSD de Ghana vers une nouvelle plateforme de règlement/livraison : La plateforme, dont le lancement est prévu pour Mars 2016, permettra un règlement en monnaie Banque Centrale et se basera sur la technologie SWIFT. Développement d une plateforme de règlement et de compensation transfrontaliers par «Africlear» : Les CSD de Kenya et du Nigéria ont convenu, avec Africlear, de développer une plateforme de règlement et de compensation des transactions transfrontalières entre les deux pays. Mise en place d un nouveau processus de règlement des titres de capital en Egypte : Le CSD Egyptien a annoncé la migration, à partir de Janvier 2016, à un cycle de règlement de J+2 pour les titres de capital. Participation de la BERD dans le capital de la Bourse d Istanbul : L Assemblée Générale de la Bourse d Istanbul a convenu de céder 10% du capital de la Bourse à la Banque Européenne pour la Reconstitution et le Développement. Changement de la structure de capital de la Bourse du Botswana : Le capital de la Bourse du Botswana est désormais ouvert au gouvernement, aux intermédiaires en Bourse, aux employés de la Bourse et au public. Prolongation de l avantage fiscal accordé aux sociétés qui souhaitent s introduire à la bourse du Cameroun : Le Cameroun a prolongé la mesure d incitation visant à accorder un avantage fiscal aux sociétés qui souhaitent s introduire en bourse ; le taux d impôt applicable étant de 20 à 28%, selon le cas.

2 Publication, par l OICV/CPMI, d un rapport sur l évaluation de l application des PFMI par les autorités de marchés L Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (OICV) et le Comité sur les Paiements et les Infrastructures de Marchés (CPMI) ont publié un rapport portant sur l évaluation de l application des Principes pour les Infrastructures de Marchés Financiers (PFMI) par les autorités. Les PFMI est un ensemble de recommandations publiées par les deux institutions en 2012 et destinées à être appliquées par toutes les infrastructures de marchés : Dépositaires Centraux de Titres, Systèmes de Règlement de Titres, Systèmes de Paiements, Contreparties Centrales et Référentiels Centraux*. Ces principes sont accompagnés par des recommandations adressées aux autorités de marchés (Banques Centrales, régulateurs de marchés et autres autorités compétentes) et organisées autour de 5 responsabilités**: Responsabilité A : Régulation, contrôle et surveillance des infrastructures de marchés financiers : Les infrastructures de marchés financiers devraient faire l objet d un dispositif approprié et efficace de régulation, de contrôle et de surveillance par une Banque Centrale, un régulateur des marchés ou une autre autorité compétente ; Responsabilité B : Pouvoirs et ressources en matière de régulation, contrôle et surveillance : Les Banques Centrales, régulateurs des marchés et autres autorités compétentes devraient disposer des pouvoirs et ressources nécessaires pour exercer efficacement leurs responsabilités de régulation, de contrôle et de surveillance des infrastructures de marchés financiers ; Responsabilité C : Communication des politiques afférentes aux infrastructures de marchés financiers : Les Banques Centrales, régulateurs des marchés et autres autorités compétentes devraient définir clairement et communiquer leurs politiques de régulation, de contrôle et de surveillance des infrastructures de marchés financiers ; Responsabilité D : Application des principes pour les infrastructures de marchés financiers : Les Banques Centrales, régulateurs des marchés et autres autorités compétentes devraient adopter les Principes pour les infrastructures des marchés financiers et les appliquer systématiquement ; Responsabilité E : Coopération avec les autres autorités : Les Banques Centrales, régulateurs des marchés et autres autorités compétentes devraient œuvrer ensemble, au niveau national et international, selon qu il sera approprié, à la promotion de la sécurité et de l efficacité des infrastructures de marchés financiers. Afin de suivre l implémentation des PFMI (y compris les responsabilités), l OICV et le CPMI ont mis en place un groupe permanant de surveillance de l implémentation qui a défini un programme de suivi autour de 3 niveaux : Niveau 1 : Evaluation de l état d avancement du processus d implémentation ; Niveau 2 : Evaluation du caractère complet du cadre d implémentation et de son adéquation avec les PFMI ; Niveau 3 : Evaluation de la consistance des résultats d implémentation. Le rapport, publié en Novembre 2015, comporte une évaluation de niveaux 2 et 3. L évaluation a porté sur des constats arrêtés au 9 janvier *Les Référentiels Centraux sont des entités qui collectent et qui conservent de manière centralisée les enregistrements relatifs aux transactions effectuées de gré à gré. Les référentiels centraux constituent un nouveau type d infrastructure de marché financier qui a récemment gagné une importance en raison de son rôle prépondérant dans le renforcement de la transparence et la standardisation de la communication relative aux transactions de gré à gré. **Les définitions sont extraites des Principes pour les Infrastructures de Marchés Financiers (BRI, 2012).

3 Publication, par l OICV/CPMI, d un rapport sur l évaluation de l application des PFMI par les autorités de marchés (Suite) Il en ressort notamment ce qui suit : Sur les 28 juridictions*** évaluées, 57% ont totalement respecté les responsabilités énoncées et ce, pour chaque type d infrastructure sous leur égide. Les Référentiels Centraux sont les infrastructures pour lesquelles les responsabilités sont les plus difficiles à implémenter. 5 juridictions sont encore encours de développement des régimes de leurs Référentiels Centraux locaux et beaucoup d autres disposent de politiques peu claires ou non divulguées pour ce type d infrastructures. Ce constat est expliqué par l absence d exigences ciblées pour ces infrastructures et leur mise en place plutôt récente. Les Systèmes de Paiement sont les infrastructures pour lesquelles les responsabilités sont à majorité implémentées. Les responsabilités D et E constituent les responsabilités les moins respectées : Pour la responsabilité D «Application des principes pour les infrastructures de marchés financiers», ceci s explique par le fait que les autorités sont encore en cours d implémentation des PFMI. Pour la responsabilité E «Coopération avec les autres autorités», ceci s explique par le fait que les autorités disposent encore d opportunités pour établir ou raffiner leurs mesures de coopération. Plusieurs autorités de marchés ont mis en place des mesures bilatérales de coopération avec les Banques Centrales et d autres autorités locales. Certaines mesures sont obligatoires par la loi alors que d autres sont volontaires. La coopération entre les différentes autorités prend la forme de protocoles d accord. Le tableau ci-après récapitule, par type d infrastructures et par responsabilité, le niveau d avancement des autorités dans l application**** des recommandations énoncées : Responsabilité A Responsabilité B Responsabilité C Responsabilité D Responsabilité E Contreparties Centrales 93% 89% 89% 61% 77% Dépositaires Centraux/Systèmes de Règlement de Titres 93% 93% 89% 61% 82% Systèmes de Paiement 96% 100% 96% 82% 89% Référentiels Centraux 39% 46% 39% 32% 46% A l issue de ce rapport, l OICV et le CPMI ont mis l accent sur la nécessité de formuler des recommandations supplémentaires afin de clarifier les modalités d implémentation des responsabilités prévues par les PFMI. ***Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Chine, Union Européenne, France, Allemagne, Hong Kong, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Corée, Mexique, Pays Bas, Russie, Arabie Saoudite, Singapore, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Turquie, Royaume Uni et Etats Unis d Amérique. ****Les pourcentages reflètent un niveau intégral d implémentation. Référence :

4 Rapport de l ISSA sur les Opérations Sur Titres et les votes par proxy En Juin 2012, L Association Internationale des Services de Titres («International Securities Services Association» : ISSA) a publié un ensemble de principes sur les Opérations Sur Titres (OST) et les votes par proxy dans l objectif d améliorer les flux d informations sur les OST, depuis leurs sources (par exemple : émetteurs) jusqu aux destinataires (par exemple : investisseurs). En 2013, l ISSA a mis en place un groupe de travail pour suivre l implémentation des principes. L évaluation a relevé une adoption moyenne de ces principes, ce qui a milité vers la mise en place d un questionnaire périodique qui évalue comment les différents marchés réussissent à implémenter les recommandations formulées ainsi que les défis relevés. La 1 ère étude a été effectuée durant le 1 er semestre de 2015 avec la participation de 53 CSD dans le monde. Les résultats de cette étude, publiés en Décembre 2015, soulignent notamment les points suivants : 80% des marchés étudiés reçoivent les notifications d OST de la part des émetteurs, agents des émetteurs, bourses ou fournisseurs de données. Des disparités régionales existent entre les différentes pratiques notamment en Amérique où 48% des marchés utilisent des sources d informations autres que les émetteurs ou leurs agents tels les journaux ou les CSD. 80% des marchés étudiés diffusent les notifications d OST sous un format maison (29%), un format numérisé (28%) ou des fichiers textes non formatés (23%). Seulement 8% échangent ces informations via web. Des disparités régionales existent entre les différentes pratiques notamment en Europe, Moyen Orient et Afrique où la répartition des moyens d échange est quasi équilibrée avec 27% d informations échangées sous un format numérisé, 27% sous un format maison et 23% via des fichiers textes non formatés. En Amérique, 41% des marchés diffusent l information via des fichiers textes non formatés. En Asie Pacifique, 47% des marchés diffusent l information sur les OST sous un format maison. 29% des données numérisées sont reçues sous des formats conformes aux normes ISO contre 2,5% sous format XBRL. Des disparités régionales existent entre les différentes pratiques notamment en Europe, Moyen Orient et Afrique qui représentent les marchés où les normes ISO sont les plus appliquées (35%). 58% des marchés étudiés disposent d une réglementation locale qui régie le transfert d informations sur les OST. 40% des règlementations locales mises en place considèrent que les émetteurs ou leurs agents sont la source d informations contre 20% qui renvoient aux bourses, 17% aux CSD et 13% aux autorités de marchés. 79% des marchés étudiés utilisent des technologies automatisées de transmission d informations sur les OST dont 76% utilisant des systèmes maison et 24% des technologies SWIFT. Seulement 9% des marchés disposent d un traitement automatisé complet (full Straight Through Processing) contre 75% ayant un traitement automatisé partiel. 45% des marchés rencontrent des défis lors du traitement automatisé des informations. 19% de ces défis sont attribués au fait que les émetteurs ne comprennent pas parfaitement les attentes des participants des CSD. Référence :

5 Migration du CSD de Ghana vers une nouvelle plateforme de règlement/livraison Le CSD de Ghana a annoncé que sa nouvelle plateforme de règlement/livraison sera lancée le 8 Mars 2016 et aura notamment les caractéristiques suivantes : La suppression des comptes de négociation ; La mise en place d une interface commune entre le système du CSD, le système de règlement interbancaire de la Banque Centrale du Ghana et le système de négociation de la Bourse du Ghana ; Le règlement se fera conformément au modèle 2 de livraison contre paiement tel que défini par la Banque des Règlements Internationaux : Règlement ligne à ligne des titres et règlement net des espèces ; Le règlement des espèces se fera via la Banque Centrale du Ghana ; La technologie SWIFT sera utilisée pour le règlement ; Le cycle de dénouement sera de J+3 pour les titres de capital ; Le cycle de dénouement sera de J+2 pour les titres de créance, avec la possibilité de choisir des cycles plus courts : J+1 et J+0 ; Tous les participants du CSD ont l obligation de remplir des documents de connaissance des clients («know your customer» documentation) pour obtenir l accord d ouverture des comptes. Selon l agence de notation «Thomas Murray», le lancement d une plateforme unique constitue une étape positive pour le CSD notamment en raison de l amélioration du niveau d automatisation de bout en bout et le recours à la Banque Centrale comme banque de règlement. Toutefois, la suppression des comptes de négociation impactera la protection des avoirs des clients des intermédiaires en bourse (moins de contrôles sur les titres) et élargira la période d engagement étant donné que les avoirs devraient être disponibles plus tôt durant la journée de règlement. Développement d une plateforme de règlement et de compensation transfrontaliers par «Africlear» «Africlear» a annoncé la signature d un protocole d entente avec les CSD de Kenya et du Nigéria dans le but de mettre en place une plateforme qui facilite le règlement et la compensation transfrontaliers entre les deux pays. Ce projet permettra d améliorer la gestion des risques et l efficience des marchés notamment par la mise en place d un netting multilatéral et la simplification des échanges de marges. Etant rappelé qu Africlear a été formée par les CSD de Kenya et de Nigéria ainsi que le prestataire de services financiers «Altree Financial» pour faciliter l identification, l acquisition et l implémentation de normes, pratiques et logiciels informatiques dans le continent africain et ce, aux moindres coûts. Elle est financée par les contributions de ses membres ainsi que par des organismes internationaux. Mise en place d un nouveau processus de règlement des titres de capital en Egypte Le CSD d Egypte a annoncé la mise en place d un nouveau processus de règlement des titres de capital, à compter du 6 Janvier Le processus, conforme aux nouvelles pratiques internationales, permettra le dénouement des transactions suivant un délai de J+2 et éliminera l intervention des intermédiaires en bourse avant la date de règlement en favorisant un règlement direct auprès des conservateurs. Ce changement permettra de réduire les coûts opérationnels et d améliorer la liquidité du marché. Etant rappelé que le processus actuel se base sur un blocage des titres dès la date de transaction et un transfert des fonds, de l intermédiaire en bourse au conservateur vendeur dès J+1.

6 Participation de la BERD dans le capital de la Bourse d Istanbul La Bourse d Istanbul a tenu une assemblée générale extraordinaire le 7 Décembre L assemblée a convenu de céder 10% du capital de la Bourse à la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), et ce dans le cadre d un partenariat stratégique entre les deux institutions, visant essentiellement à faire de la Turquie un centre financier international. La Bourse d Istanbul détient actuellement plus de 50% du capital du Dépositaire Central des Titres en Turquie. Changement de la structure de capital de la Bourse du Botswana La loi sur la transition de la Bourse du Botswana (Botswana Stock Exchange Transition Act) est entrée en vigueur le 1 Décembre La loi énonce que la Bourse du Botswana serait désormais une société anonyme dont le capital est ouvert au gouvernement, aux intermédiaires en Bourse, aux employés de la Bourse et au public, sous réserve que : La part du capital des intermédiaires en bourse ne dépasse pas 20% ; La part des autres entités ne dépasse pas, individuellement ou collectivement, 10% chacun en ce qui le concerne. Prolongation de l avantage fiscal accordé aux sociétés qui souhaitent s introduire à la bourse du Cameroun Le gouvernement du Cameroun a prévu, dans le cadre de son projet de loi des finances 2016, de prolonger le régime d incitation fiscale accordé aux sociétés qui souhaitent s introduire à la Bourse de Douala. La prolongation sera de 3 ans et témoigne de la stratégie qu a adoptée le pays pour développer son marché financier. Il est rappelé que la mesure prévue par le code général des impôts Camerounais en 2015 s applique à toute société qui procède à l admission de ses actions ordinaires à la cote de la bourse du Cameroun. Les taux applicables sont les suivants: 20 % pendant 3 ans, pour les augmentations de capital représentant au moins 20% du capital social ; 25 % pendant 3 ans, pour les cessions d actions représentant au moins 20% du capital social ; 28% pendant 3 ans à partir de la date d admission pour les augmentations ou cessions en deçà du seuil de 20% du capital social. Il est précisé que cette mesure a faiblement incité les sociétés à s introduire et ce notamment en raison de la faible liquidité du marché et des coûts opérationnels élevés : En Décembre 2015, le marché compte 9 acteurs sur les compartiments obligataires et des titres de capital avec une capitalisation boursière de 272 millions de dollars et un encours obligataire de 553 millions de dollars. D autres mesures d incitation sont prévues à l instar d un plan de redynamisation et une campagne de sensibilisation sur la culture boursière.

Récapitulatif: Du 29 Juin 2015 au 10 juillet. Développements du marché des capitaux au Maroc. Migration à J+3 en Afrique du Sud.

Récapitulatif: Du 29 Juin 2015 au 10 juillet. Développements du marché des capitaux au Maroc. Migration à J+3 en Afrique du Sud. Du 29 Juin 2015 au 10 juillet Récapitulatif: Développements du marché des capitaux au Maroc. Migration à J+3 en Afrique du Sud. Projet de migration à J+2 aux Etats Unis. Lancement du Ghana Commodity Exchange.

Plus en détail

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016 Du 3 Mai 2016 Récapitulatif: Commentaires de l ECSDA concernant la vision de la nouvelle infrastructure de l Eurosystème : L association a souligné que la consolidation des plateformes Target 2 et T2S

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 27-2014 Semaine du 22 au 26 Septembre 2014 Récapitulatif : Guide d Euroclear sur la règlementation des CSD. Lancement d un nouveau portail par le CSD de la Russie. Révision

Plus en détail

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement.

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Du 04 au 15 Mai 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Report du lancement de la plateforme T2S. Agrément de 10 CCP

Plus en détail

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Pays 2 Intérêts 3 Dividendes 4 Redevances

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Avril 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014 Semaine du 01 au 05 Septembre 2014 Récapitulatif : Trois Moments définitifs identifiés par le groupe consultatif de Target 2 Securities Rapport mensuel de suivi de

Plus en détail

Focus n 7 11 octobre 2012

Focus n 7 11 octobre 2012 Focus n 7 11 octobre 2012 Infrastructures des marchés fi nanciers : La crise fi nancière a mis en évidence l importance du rôle joué par les transactions sur produits dérivés 1, notamment en matière de

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Du 31 Août au 11 Septembre 2015

Du 31 Août au 11 Septembre 2015 Du 31 Août au 11 Septembre 2015 Récapitulatif: Publication, par la BRI, d un document de travail sur les dilemmes des marchés obligataires et la politique monétaire des marchés émergents. Publication par

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR DES ACTIONS DE LA SOCIETE D ARTICLES HYGIENIQUES «SAH TUNISIE»

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR DES ACTIONS DE LA SOCIETE D ARTICLES HYGIENIQUES «SAH TUNISIE» AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR DES ACTIONS DE LA SOCIETE D ARTICLES HYGIENIQUES «SAH TUNISIE» ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE SAH TUNISIE AU MARCHE PRINCIPAL DE LA BOURSE : La Bourse a accordé en

Plus en détail

Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne

Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne Pratiques 3-D Secure pour le secteur aérien et du voyage en ligne Le secteur aérien et du voyage dépend des canaux de vente en ligne pour

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 Novembre 2015. Rapport consultatif sur l harmonisation des identifiants uniques des transactions.

Récapitulatif: Du 17 Novembre 2015. Rapport consultatif sur l harmonisation des identifiants uniques des transactions. Du 17 Novembre 2015 Récapitulatif: Rapport consultatif sur l harmonisation des identifiants uniques des transactions. Retard d intégration d Euroclear à T2S. Remplacement du système de règlement au Nigéria.

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013

Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013 20 septembre 2012 Elisabeth Ashworth, Anne Grousset, Nathalie Pétrignet, avocats associés, Caroline Moroni-Seror et Marie-Odile Duparc,

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de Rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de Rachat d actions Gemplus International S.A. Société Anonyme au capital de 128.567.713,34 Euros Siège social : 46A, Avenue John F. Kennedy, L - 1855 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B 73 145 Note d information établie dans

Plus en détail

Fiche d information No 7 : La Décennie internationale des peuples autochtones

Fiche d information No 7 : La Décennie internationale des peuples autochtones Fiche d information No 7 : La Décennie internationale des peuples autochtones Mots clefs et points essentiels Décennie internationale des peuples autochtones Programme de bourses du Haut Commissariat aux

Plus en détail

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Texte de référence : Règlement européen (CE) n 809/2004

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

Comprendre le Maroc 13

Comprendre le Maroc 13 Préface.......................................................................... 5 Comprendre le Maroc 13 Repères essentiels........................................................ 15 Territoire et ressources....................................................

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

2 La classification des systèmes de paiement de masse en euros

2 La classification des systèmes de paiement de masse en euros BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE NORMES DE SURVEILLANCE APPLICABLES AUX SYSTÈMES DE PAIEMENT DE MASSE EN EUROS 1 Introduction La surveillance des systèmes de paiement constitue une fonction essentielle des banques

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 1.3.2013 Journal officiel l Union européenne C 60/1 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 27 novembre 2012 sur s projets portant sur diverses normes

Plus en détail

Médecine traditionnelle

Médecine traditionnelle ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-SIXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A56/18 Point 14.10 de l ordre du jour provisoire 31 mars 2003 Médecine traditionnelle Rapport du Secrétariat SITUATION

Plus en détail

Émission par CGGVeritas d Obligations à Option de Conversion et/ou d Échange en Actions Nouvelles ou Existantes (OCEANE)

Émission par CGGVeritas d Obligations à Option de Conversion et/ou d Échange en Actions Nouvelles ou Existantes (OCEANE) Émission par CGGVeritas d Obligations à Option de Conversion et/ou d Échange en Actions Nouvelles ou Existantes (OCEANE) Paris, le 13 novembre 2012 CGGVeritas (ISIN: FR0000120164 NYSE: CGV) annonce aujourd

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Le 29 mars 2016. Synthèse du rapport de l OICV sur le financement participatif

Le 29 mars 2016. Synthèse du rapport de l OICV sur le financement participatif Le 29 mars 2016 Synthèse du rapport de l OICV sur le financement participatif Synthèse du rapport de l OICV sur le financement participatif Face à la croissance du financement participatif («crowdfunding»)

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

Le réseau à fibre optique à St-Gall

Le réseau à fibre optique à St-Gall Le réseau à fibre optique à St-Gall Coopération entre la ville de St-Gall et Swisscom St-Gall, 1 er septembre 2009 Contenu Fibre optique l avenir est déjà en route La coopération à St-Gall - un modèle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRADE/2005/7 14 mars 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.5.2014 COM(2014) 297 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS sur

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3) Introduction et fondement juridique Le 21 novembre 2011, la Banque centrale européenne

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère.

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère. VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et engage la responsabilité

Plus en détail

POLITIQUE D ARCHIVAGE

POLITIQUE D ARCHIVAGE DGAL 136 POLITIQUE D ARCHIVAGE 1. CONTEXTE...1 2. OBJECTIFS...2 3. ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE POUR L ARCHIVAGE DE L INFORMATION TOUT AU LONG DE SON CYCLE DE VIE...2 4. MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE D

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2016/N 21 du 15 janvier 2016 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de règlement des opérations sur

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014 Du 06 au 17 Octobre 2014 Récapitulatif : Etude de l Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) sur la privatisation et la démutualisation des

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie -Alger 25 avril 2013- PLAN Les étapes d évolution du marché

Plus en détail

Consultation on the Commission's comprehensive approach on personal data protection in the European Union organisation

Consultation on the Commission's comprehensive approach on personal data protection in the European Union organisation Consultation on the Commission's comprehensive approach on personal data protection in the European Union organisation Dear Sir or Madam, On behalf of La Poste SA, will you please find enclosed the answer

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 3.424.071 SIEGE SOCIAL : 64 BIS, RUE LA BOETIE 75008 PARIS 400 149 647 RCS PARIS NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DE LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018

RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015 ET OBJECTIFS 2018 Zurich, 25 novembre RESULTATS DE LAFARGEHOLCIM SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE ET OBJECTIFS 208 Un plan stratégique et des objectifs à moyen terme, en particulier une génération de cash-flow libre d'au moins

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

DELFINGEN INDUSTRY Société Anonyme au capital de 3 763 673,76 Siège social : Rue Emile Streit, 25340 ANTEUIL (France) 354 013 575 RCS Besançon

DELFINGEN INDUSTRY Société Anonyme au capital de 3 763 673,76 Siège social : Rue Emile Streit, 25340 ANTEUIL (France) 354 013 575 RCS Besançon DELFINGEN INDUSTRY Société Anonyme au capital de 3 763 673,76 Siège social : Rue Emile Streit, 25340 ANTEUIL (France) 354 013 575 RCS Besançon PROJET DE RESOLUTIONS SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA.

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Du 30 Septembre 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Evaluation, par rapport aux principes du CPMI-OICV, des CSD et systèmes de règlement de titres en France, Belgique et Pays Bas. Partenariat

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

WAPIS PROGRAMME SIPAO

WAPIS PROGRAMME SIPAO WAPIS PROGRAMME SIPAO Système d information policière pour l Afrique de l Ouest Ce programme est financé par l Union européenne WAPIS PROGRAMME SIPAO Table des matières 1. Origine 4 2. Qu est-ce que le

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Position - recommandation AMF n 2010-03 - Questions-réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext

Position - recommandation AMF n 2010-03 - Questions-réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext Position / recommandation AMF n 2010-03 Questions Réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext Textes de référence : articles L.421-14 et L.433-5 du code et article

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail du cadre stratégique et du budget-programme sur sa soixante-dixième session

Rapport du Groupe de travail du cadre stratégique et du budget-programme sur sa soixante-dixième session Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 30 mars 2015 Français Original: anglais TD/B/WP/270 Conseil du commerce et du développement Groupe de travail

Plus en détail

Crédit Agricole S.A. lance une offre d achat en numéraire de 23,50 par action pour 100% de Emporiki Bank of Greece S.A.

Crédit Agricole S.A. lance une offre d achat en numéraire de 23,50 par action pour 100% de Emporiki Bank of Greece S.A. Le présent communiqué ne constitue pas une offre d achat des actions de la société Emporiki Bank of Greece S.A., et aucun apport de ces actions ne sera accepté dans les juridictions où une telle offre,

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Le,à. ENTRE LES SOUSSIGNES, éditrice du site domiciliée représentée par en sa qualité de E-Mail : et, Tél. (ci-après dénommée l affilié )

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au

Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au Je vous souhaite la bienvenue au Canada. Je profite de l occasion pour vous présenter le chemin parcouru par notre régime de retraite national au cours des 15 dernières années. Je commencerai par une brève

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 331 II. LISTE DES TABLEAUX... 331 III. PRÉSENTATION... 332 IV. METHODOLOGIE... 332 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 333 Chapitre 24: Monaie

Plus en détail

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale?

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? Introduction L Agenda de Lisbonne élaboré par la Commission européenne en 1999 formule l ambitieux objectif de faire de l Union européenne, d ici

Plus en détail

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) Service à la clientèle SQS Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Règles de transition Table des matières 1. Publication

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné UNION BANCAIRE POUR LE COMMERCE ET L INDUSTRIE Société Anonyme au capital de 100.007.645 Dinars Siège Social : 139, Avenue de la Liberté, 1002-Tunis Registre

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Règlement des Placements à terme CBC

Règlement des Placements à terme CBC Règlement des Placements à terme CBC Ce règlement a été enregistré à Bruxelles, le 08.2015. Le présent règlement remplace le règlement des placements à terme CBC du 12.08.2010. La relation contractuelle

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH PREAMBULE Désireuses de donner effet aux déclarations adoptées lors des

Plus en détail

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants?

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? La transmission d entreprise bénéficie d un cadre fiscal favorable dans la mesure où sous réserve de la conclusion préalable d un

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Escrow Service

Wealth & Tax Planning Escrow Service Wealth & Tax Planning Escrow Service Parties contractantes des services escrow Structure simplifiée Déposant A = vendeur P. ex. contrat de vente/achat Déposant B = acheteur Contrat d escrow Libération

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

2. Instruments de politique monétaire

2. Instruments de politique monétaire Directives générales sur les instruments de politique monétaire Directives générales de la Banque nationale suisse sur ses instruments de politique monétaire du 25 mars 2004 (état le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 #1911743 1 Objectifs de la revue Les objectifs de la revue des pratiques de gestion sont les suivants : Assister la région

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale

RC-2/4 : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale : Décision sur la fourniture d une assistance technique régionale et nationale La Conférence des Parties, Rappelant les travaux menés par le secrétariat en vue de présenter à la première réunion de la

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE

CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Route de PARIS 44949 NANTES Cedex 9 Siret 44 242 469 11 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Le texte de l Accord a été publié par les Parties au PTP le 5 novembre 2015. Les Parties contractantes sont les suivantes : Australie, Brunei Darussalam, Canada,

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008

VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 VIème Conférence Ministérielle sur la Migration dans la Méditerranée Occidentale qui s est tenue à Evora les 26 et 27 mai 2008 Source : http://www.carim.org/public/polsoctexts/po3sou1316_1125.pdf Relevé

Plus en détail

Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com

Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com 1 Atelier d Appui pour le Développement et les négociations sur le secteur des services ILEAP/

Plus en détail