Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement"

Transcription

1 Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir

2 Sommaire 1. Synthèse 2. Cadre général et revue de littérature 3. Rapport sur les services de transport 4. Rapport sur les services financiers (banques et assurances 5. Rapport sur les services de la construction et de l ingénierie 6. Rapport sur les services de la communication et de l informatique 7. Rapport sur les services de tourisme et voyage 8. Rapport sur les services de l éducation et de R&D 9. Rapport sur les services de la distribution et l environnement 10. Rapport sur les services de santé et services sociaux

3 Synthèse L objectif du présent rapport est de dresser une analyse comparée de l état des lieux des secteurs des services aussi bien en terme de potentiel de croissance qu en terme de nature des engagements pris tant par le Maroc que par l Union européenne à l égard des pays membres de l OMC et des pays partenaires d accords de libre-échange. A travers l analyse des secteurs des services en termes de physionomie, de réglementation et de niveau d ouverture, le rapport à l ambition de porter un éclairage sur les enjeux des négociations en cours entre le Maroc et l Union européenne. Cet éclairage a été opéré, entre autres, à travers la quantification des marges préférentielles accordées par les deux parties dans le cadre de leurs engagements au niveau de l OMC et vis-à-vis de leurs partenaires des accords de libre échange (Maroc-USA et UE-Chili et UE-CARIFORUM). L analyse de l état des lieux confirme et quantifie une évidence à savoir : l existence d un écart assez important des niveaux de développement des secteurs des services au Maroc et à l Union européenne tant en termes de taille qu en terme de maturité et positionnement international. Ainsi, en terme absolu, le secteur des services dans l Union européenne représente 70% de l activité économique (70% du PIB en 2007) ce qui veut dire que l économie européenne tourne principalement par les activités des services alors que l industrie et l agriculture réunis ne représente que 30% du PIB. Au Maroc, cette contribution s élève à hauteur de 55% du PIB. Cependant, en terme relatif les tendances de l évolution du commerce des services convergent malgré l écart important du volume des échanges qui existe entre le Maroc et l Union européenne. Avec des exportations qui ont atteint 1735 milliards de dollars en 2008, l Union européenne (27) réalise près de 50% du commerce mondial des services commerciaux suivi des Etats-Unis (522 Mds de dollars) et du Japon (144 Mds de dollars). En termes de variation annuelle, les exportations des services commerciaux européens ont atteint 10% par an durant la période L Union européenne pris comme un ensemble (27 pays) est, également, le premier importateur mondial des services commerciaux avec une valeur de 1513 milliards de dollars en 2008 et une croissance de 10%. Durant la période , les importations des services commerciaux de l UE ont enregistré un taux de croissance de 14% par an. La performance de l UE en matière du commerce international de services résulte, principalement, de certains membres comme le Royaume-Uni, l Allemagne, la France et l Espagne. Au Maroc, les exportations des services ont atteint une valeur de 98,9 milliards de Dhs et les importations près de 49,1 milliards de Dhs soit un excédent de 49,8 milliards de Dhs. Comparé aux échanges des services de l Union européenne, le Maroc ne représente qu une infime partie de 0,12% entre 0,16% des exportations et 0,08% des importations. En termes de structure, l analyse sectorielle des principales activités des services aussi bien dans l Union européenne qu au Maroc englobe les activités telles que le transport, la distribution, la finance, le tourisme, les télécommunications, les services de construction, et bien d'autres services comme la publicité, l immobilier, le conseil en gestion, l'architecture qui sont plus développés dans l Union européenne qu au Maroc. Parmi ces services, les activités de services qui se distinguent au Maroc par leurs contribution au PIB sont les activités de tourisme, les télécommunications, les services financiers, les activités de construction et travaux publics ainsi que les services de transport. Au niveau de l Union européenne, le secteur du transport produit 10% du PIB communautaire, soit environ 1000 milliards d euros par an et génère plus de 10 millions d emplois. Au Maroc, ce secteur a fait objet de plusieurs processus de libéralisation aussi bien au niveau du transport aérien, maritime et routier et ce en vue de s adapter, entre autres, à l évolution des échanges du Maroc avec l extérieur. Il représente, tous modes confondus, près de 6 % du PIB marocain et assure l emploi d environ 10% de la population active urbaine. La distribution reste un secteur très développé dans l Union européenne avec plus de quatre millions d entreprises opérantes dans le commerce de détail dans l UE-25. Ces entreprises génèrent un chiffre d affaires de plus de deux milles milliards d Euros. Elles emploient près de 15,5 millions de personnes et produisent une valeur ajoutée de près de 352 milliards d Euros.

4 Pour ce qui est du secteur de tourisme, sa part dans le PIB européen s élève à 11%. Ce secteur offre des opportunités de travail à plus de 12% de la population active soit 24 millions de postes d emploi en 2006 (emplois direct et indirect). Cependant, le secteur emploie directement environ 8 millions de personnes, soit quelque 4% de la population active. De son côté, le secteur de tourisme marocain a fait l objet de la «vision 2010» et du contrat programme conclu entre la profession et le gouvernement pour le développement de capacité d accueil, la formation, les investissements dans le secteur dans l objectif d accueillir 10 millions de touristes d ici Le secteur représente près de 60% des activités des services et emploie directement près de personnes et indirectement personnes. Le marché de la construction dans l Union européenne (UE-25) est estimé à milliards d euros. En gros, le secteur de construction, bâtiment et travaux publics produit une valeur ajoutée de 571,2 milliards d Euros et emploie plus de 12 millions de personnes. Pour sa part, ce secteur demeure stratégique pour Maroc. Il occupe une place prépondérante dans l économie nationale aussi bien au niveau des emplois qu au niveau de sa contribution au PIB national. Le secteur emploi près de 9,7% de la population soit plus de personnes. La contribution de la valeur ajoutée du secteur BTP dans le PIB national oscille autour de 6,1%. En effet, en 2007, la valeur ajoutée du secteur a atteint 37 milliards de dirhams contre 31,7 milliards de dirhams en 2006, soit un accroissement de 16,7 %. Cet essor s explique par l expansion des infrastructures de base, grâce à la politique des grands chantiers initiée par l Etat et le déploiement de la construction des logements sociaux, des villes nouvelles et la restructuration de l habitat insalubre. Le secteur compte près de opérateurs dont 5220 entreprises organisées avec une prépondérance des entreprises de construction (près de 58%). Ces entreprises couvrent la totalité du territoire national avec une relative concentration à Casablanca (22%), Rabat-Salé (17%) et Meknès-Tafilalet (11,4%). Au sein de l Union européenne-27, le secteur des télécommunications reste parmi les activités de services les plus actives en fournissant plus de 1,2 millions d emplois et en générant plus de 190 milliards d'euros de valeur ajoutée dans l'ue-27. La valeur de la production de matériel de télécommunications a dépassé, quant à elle, 17 milliards d'euros en Dans cette branche, les services informatiques ont généré une valeur ajoutée de 150 milliards d euros dans les pays de l EU-25 et a occupé 2,5 millions de personnes. La prestation desdites services constitue la principale activité de plus de entreprises en En ce concerne le Maroc, la libéralisation du secteur des télécommunications au Maroc a été parmi les réformes ayant connu un franc succès. Le processus de réforme a donné lieu à une situation de marché concurrentiel où opèrent trois opérateurs des segments de la téléphonie mobile, la téléphonie fixe et les services d Internet. Le secteur représente, actuellement, un chiffre d affaires de 30 milliards de Dhs et 10% du PIB prévus en 2012 (chiffre d affaire de 80 milliards de Dhs1). Sa contribution dans le PIB national s élève à 7%. Le secteur emploi directement près de personnes et emplois indirects. Enfin, il convient de noter que le secteur financier marocain (bancaire et d assurance)a fait l objet d un long processus d ouverture et de réformes. Ce secteur a été, depuis les années 90, au centre des choix importants pris par les pouvoirs publics dans le cadre d un processus d ouverture maîtrisé des activités financières au niveau international. Ce secteur emploie actuellement près de agents, dont 78% sont employés par les banques. Parallèlement à l extension de leur réseau, les banques ont renforcé leur effectif de 6,8% à agents, contre 5,7% en Sur le plan de l analyse des engagements pris dans le cadre des négociations multilatérales (OMC) et dans le cadre bilatéral (accords de libre-échange), le rapport renseigne sur les garanties offertes pour accéder au marché des deux partenaires pour la fourniture des services. Le Maroc a pris des engagements, dans le cadre multilatéral, dans 26 sous- secteurs sur les 155 sous-secteurs de la nomenclature de la Classification centrale des produits contre 83 sous-secteurs pour l Union européenne et 93 pour les Etats-Unis. Cependant, le Maroc s est proposé d améliorer son offre de concessions lors du cycle de négociations de Doha (2001) en intégrant des concessions pour de nouveaux secteurs n ayant jamais fait l objet de négociation. 1 Données fournies par l Agence nationale de réglementation des télécommunications.

5 Généralement, il y a deux types d engagements pris aussi bien par le Maroc que par l Union européenne en matière de commerce des services : Les engagements horizontaux Les engagements spécifiques Les engagements horizontaux s appliquent à la fourniture des services de l ensemble des secteurs auxquels le Maroc et l Union européenne ont souscrit des concessions. Ils concernent, principalement, les mouvements des personnes physiques et la réglementation des changes spécifique au Maroc. Les engagements spécifiques du Maroc ont concerné six domaines de services : les services professionnels et informatiques, les télécommunications, la construction et services d ingénierie connexes, les services d environnement, les services financiers, les services touristiques, et les services de transport. Ceux de l Union européenne ont couvert en plus de ces domaines, les services de l éducation et recherche et développement, les services culturels et de la santé. Concernant les services fournis aux entreprises, les engagements ont couvert les activités de services professionnels de la comptabilité et l audit des comptes, les services de conseil en gestion, les services de placement et de fourniture de personnel et les services informatiques et services connexes. Les services de télécommunications et les services bancaires et services d assurance, ainsi que les services touristiques et de transport aérien et routier (marchandises et de voyageurs) ont été couvert par des limitations de part et d autres inscrites en matière d accès aux marchés. Par ailleurs, les services relatifs au tourisme et aux voyages sont parmi les rares services ayant bénéficié d une ouverture sur les deux marchés (Maroc et UE). Ils ont touché, pratiquement, toutes les activités du secteur : les services d'hôtellerie et de restauration, les services d'agences de voyages et organisateurs touristiques, les services des guides touristiques et autres services. Le secteur de transport a fait l objet, quant à lui, d engagements portant sur les activités majeurs, à savoir, le transport maritime, aérien et routier. Sur le plan de l analyse comparative 2 des niveaux d ouverture du Maroc et de l Union européenne au titre de l accès au marché et du traitement national, celle-ci a été opérée à partir des engagements retenus aussi bien au niveau NPF (Accords de l OMC) que préférentiel (Accords de libre-échange). Elle permet de relever que le Maroc a pris des engagements plus étendus dans le cadre de l accord conclu avec les Etats-Unis par rapport à son niveau NPF et ce, pour pratiquement l ensemble des secteurs ayant fait l objet de négociations. Cela s explique, en grande partie, par la nature de l approche adoptée dans le cadre de l accord conclu avec les Etats-Unis (approche négative). En revanche, l offre d engagements de l Union européenne au Chili demeure restreinte dans le cadre de leur accord préférentiel comparativement à son niveau NPF. Cela s explique par deux facteurs à savoir : - La même approche de négociations (approche positive) a été retenue par l UE aussi bien dans le cadre préférentiel que NPF ; - L amélioration de l offre de l Union européenne nécessite un engagement de tous les Etats membres de l UE. 2 L analyse comparative a été faite sur la base des marges préférentielles du Maroc (MPMaroc) et de l Union européenne (MPUE) évaluées en termes de différences entre le niveau de protection NPF et celui préférentiel convenu dans le cadre des accords de libre-échange signés par les deux parties (avec les Etats-Unis en ce qui concerne le Maroc et avec le Chili concernant l UE). Le différentiel entre ces marges préférentielles (DG = MPMaroc - MPUE) indique le niveau de désavantage pour le Maroc (Cas ou DG 0) ou d avantage (Cas ou DG 0) qui pourrait résulter d un alignement du futur accord entre le Maroc et l Union européenne sur les accords préférentiels déjà signés par les deux parties.

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 1 1. Tendances économiques et commerciales mondiales 2. Configuration du commerce mondial en 2011 3. Tendances de la balance commerciale marocaine

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

www.fnem.org É D I T I O N C H I FFRE S C LÉ S e-commerce m-commerce vente à distance paysage internet & impact économique

www.fnem.org É D I T I O N C H I FFRE S C LÉ S e-commerce m-commerce vente à distance paysage internet & impact économique É D I T I O N 2 11 C H I FFRE S C LÉ S e-commerce m-commerce vente à distance paysage internet & impact économique www.fnem.org SOURCE : Gartner, Global Insight, OCDE, UIT, IDC, OMS, ICD, iconsumer US

Plus en détail

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC Marrakech, 19 mai 2011 Stratégie logistique : Cadre général Développement de la logistique = priorité stratégique pour renforcer

Plus en détail

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007 Réformes et libéralisation des investissements Maroc Souraya Ouali 26 juin 2007 Direction des Investissements, email : info@invest-in-morocco.gov.ma 1 Réformes et libéralisation des investissements au

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

CONFERENCE ORGANISEE PAR LE PARTI «MOUVEMENT POPULAIRE» CASABLANCA, 3 AOUT 2012

CONFERENCE ORGANISEE PAR LE PARTI «MOUVEMENT POPULAIRE» CASABLANCA, 3 AOUT 2012 «Dans quelle mesure l investissement public national contribue-t-il à la relance de la croissance dans le cadre d une politique économique axée sur l offre?» CONFERENCE ORGANISEE PAR LE PARTI «MOUVEMENT

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime HALIEUTIS Stratégie de développement et de compétitivité du secteur halieutique marocain à l horizon

Plus en détail

STRATÉGIE DE LEADERSHIP DANS LES MÉTIERS DE L IMMOBILIER AU MAROC

STRATÉGIE DE LEADERSHIP DANS LES MÉTIERS DE L IMMOBILIER AU MAROC GROUPE STRATÉGIE DE LEADERSHIP DANS LES MÉTIERS DE L IMMOBILIER AU MAROC Présentation au Comité Exécutif 20 février 2006 Mohammed Benmoussa 1 SOMMAIRE INTRODUCTION LE SECTEUR DE L IMMOBILIER AU MAROC :

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

2 % de l emploi en France

2 % de l emploi en France L impact socio-économique des aéroports Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Paris-Le Bourget 2 % de l emploi en France @ aeroportsdeparis.fr Un observatoire en mesure d'élargir le champ de son analyse

Plus en détail

2 % de l emploi en France

2 % de l emploi en France L impact socio-économique des aéroports Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Paris-Le Bourget 2 % de l emploi en France @ aeroportsdeparis.fr Un observatoire en mesure d'élargir le champ de son analyse

Plus en détail

«Ynna Holding investit 5 milliards de dirhams dans la région de Tanger» DEVELOPPEMENT DU NORD : Le Groupe Miloud CHAABI lance huit grands projets

«Ynna Holding investit 5 milliards de dirhams dans la région de Tanger» DEVELOPPEMENT DU NORD : Le Groupe Miloud CHAABI lance huit grands projets «Ynna Holding investit 5 milliards de dirhams dans la région de Tanger» DEVELOPPEMENT DU NORD : Le Groupe Miloud CHAABI lance huit grands projets 1 Sommaire - Communiqué de presse: Ynna Holding investit

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Négociations APE sur les services entre l AC et l UE Revue des engagements de l UE dans l APE CARIFOROM 25-29 Avril 2011, Douala, Cameroun

Négociations APE sur les services entre l AC et l UE Revue des engagements de l UE dans l APE CARIFOROM 25-29 Avril 2011, Douala, Cameroun Négociations APE sur les services entre l AC et l UE Revue des engagements de l UE dans l APE CARIFOROM 25-29 Avril 2011, Douala, Cameroun Sékou F. Doumbouya Programme Officer, JEICP s.doumbouya@ileap-jeicp.org

Plus en détail

10 raisons d investir en France Juillet 2012

10 raisons d investir en France Juillet 2012 10 raisons d investir en France Juillet 2012 1 La France : Une puissance économique de rang mondial 2 ème puissance économique de l Union européenne. Source : FMI, 2012 6 ème exportateur mondial de biens

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS?

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS? CONTEXTE Le secteur du tourisme mondial, après avoir connu un léger déclin en temps de crise connait ces quatre dernières années une reprise certaine. A titre indicatif, le secteur a connu une phase d

Plus en détail

PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS. Avril 2011

PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS. Avril 2011 PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS Avril 2011 1 Mise en place d un cadre législatif et réglementaire L instauration par la Loi 15-02 de: l obligation d exercice des activités portuaires dans

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Caractéristiques du marché Cinquième puissance économique d Afrique, le Maroc est un pays émergent dynamique. Au cours

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

MISSION DE PROSPECTION MAROC, CASABLANCA ET TANGER DOSSIER D INSCRIPTION MAROC. Du 24 au 28 février 2014

MISSION DE PROSPECTION MAROC, CASABLANCA ET TANGER DOSSIER D INSCRIPTION MAROC. Du 24 au 28 février 2014 1 MISSION DE PROSPECTION MAROC, CASABLANCA ET TANGER Du 24 au 28 février 2014 DOSSIER D INSCRIPTION MAROC 2 Chiffres clés Capitale : Rabat Taux de croissance : 3,5 % (2012), 5,1 % (2013) Superficie : 710

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine Bulletin de La conjoncture économique Marocaine 1- Indicateurs économiques et financiers 2- Conjoncture sectorielle 3- Faits marquants 3eme trimestre 2011 Contacts : Département Analyse & Corporate Loubna

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Enfin, nous avons convenu que le Canada sera l hôte de la prochaine réunion de la Commission du libre-échange de l ALÉNA.

Enfin, nous avons convenu que le Canada sera l hôte de la prochaine réunion de la Commission du libre-échange de l ALÉNA. Le secrétaire à l Économie du Mexique, M. Bruno Ferrari, le ministre du Commerce international du Canada, l honorable Peter Van Loan, et le représentant au Commerce des États-Unis, l ambassadeur Ron Kirk,

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Encouragement de l Investissement et mobilisation des compétences marocaines du Monde

Encouragement de l Investissement et mobilisation des compétences marocaines du Monde Encouragement de l Investissement et mobilisation des compétences marocaines du Monde Marwan Berrada Chef du Service des études et de l action économique Ministère Chargé des Marocains Résidant à l Etranger

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Analyse des Gaps techniques et juridiques. relatifs aux échanges électroniques

Analyse des Gaps techniques et juridiques. relatifs aux échanges électroniques UNECA Analyse des Gaps techniques et juridiques relatifs aux échanges électroniques entre les douanes de deux pays (C2C Transit) Lotfi AYADI Noureddine SELLAMI Décembre 2014 Plan Résumé Méthodologie Cadre

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Cas de la Caisse de Dépôt et de Gestion

Cas de la Caisse de Dépôt et de Gestion Session 1 Financements publics : Mobiliser d avantage les ressources domestiques Cas de la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc Ali Bensouda Directeur du Pôle Dépôts et Consignations Sommaire Situation

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

L ouverture à l international des entreprises de services

L ouverture à l international des entreprises de services L ouverture à l international des entreprises de services Pascale Pietri* Par nature, les secteurs des services sont moins tournés vers les marchés extérieurs que les secteurs industriels. Néanmoins en

Plus en détail

TANGER MED PORT AUTHORITY

TANGER MED PORT AUTHORITY CONTRIBUTION DE L UNION EUROPÉENNE À L AMÉLIORATION DE L ACCESSIBILITÉ DES TERRITOIRES SESSION 4 RENFORCER LA CONNEXION ENTRE LES DEUX RIVES DE LA MEDITERRANEE TANGER MED PORT AUTHORITY Marseille, jeudi

Plus en détail

Les Fiches sectorielles du Club France Maroc Transports Mai 2011

Les Fiches sectorielles du Club France Maroc Transports Mai 2011 Entre la France & le Maroc il y a un lien Vous! Les Fiches sectorielles du Club France Maroc Transports Mai 2011 Le développement du secteur des transports au Maroc Le secteur des transports est depuis

Plus en détail

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue»

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AU 30 JUIN 2010 «Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» Attijariwafa bank - Résultats au 30 juin 2010 1 Sommaire Conjoncture macro-économique et financière

Plus en détail

RAWAJ Plan d Action 2008-2012

RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ahmed Réda Chami 28 avril 08 Faiblesses du secteur Absence d outils permettant une planification des activités

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

Les opportunités d investissement au Togo

Les opportunités d investissement au Togo Les opportunités d investissement au Togo Forum Economique Afrique - Japon 10-11 Juin 2014 République du Togo 1 SURVOL DES AXES DE DEVELOPPEMENT MAJEURS DU TOGO Infrastructures : Construction et Renforcement

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE SA MAJESTE LE ROI

LE GOUVERNEMENT DE SA MAJESTE LE ROI ROYAUME DU MAROC CONTRAT PROGRAMME POUR LA MISE EN OEUVRE D UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DE L ENTREPRISE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AU MAROC ENTRE LE GOUVERNEMENT DE SA MAJESTE LE ROI ET LA CONFEDERATION

Plus en détail

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen Résultats 2010 Stratégie & Perspectives RÉUNION D INFORMATION - 17 mars 2011 INTERVENANTS Jean-Louis Bouchard Fait marquant 2010 ECONOCOM aujourd hui Président Jean-Philippe Roesch Directeur Général Résultats

Plus en détail

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes La réglementation r des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes Le contrôle des changes Définition = système de réglementation des mouvements de fonds entre les résidents et

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE SECTEUR DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION AU MAROC... 9

SOMMAIRE 1. LE SECTEUR DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION AU MAROC... 9 Page 7 SOMMAIRE 1. LE SECTEUR DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION AU MAROC... 9 1.1. L ÉTAT DES LIEUX DU SECTEUR...9 1.1.1. Les spécificités du marché...9 1.1.2. Le secteur en chiffres...9

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

SECTORIELLES ANNUELLES

SECTORIELLES ANNUELLES ETUDES SECTORIELLES ANNUELLES Une collection d analyses exclusives & des indicateurs macro-économiques pertinents pour accompagner votre compréhension des marchés touristiques. EUROPEAN HOSPITALITY REPORT

Plus en détail

DOMAINES D EXPERTISE

DOMAINES D EXPERTISE DOMAINES D EXPERTISE Banque & Finance Président du Directoire de Wafa Immobilier : - Domaines de compétence : financement des crédits immobiliers acquéreurs, financement de la promotion immobilière, expertises

Plus en détail

Le commerce international

Le commerce international Management international Le commerce international Exposé Réalisé Par : Encadré Par : 1 Plan Introduction I. Définition de commerce international II. Les théories du commerce international III. Les effets

Plus en détail

TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL

TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL TOURISME: IMPACTS ECONOMIQUE ET SOCIAL Communication n 2 au Séminaire de formation des cadres de la DGAE/MEF Cotonou, du 31 Janvier au 03 Février 2012 Par: M. Aboubakar GOMINA(DPP/MCAT) SOMMAIRE Définitions

Plus en détail

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en :

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en : 1 er trimestre 2014, croissance confirmée pour l usage des cartes bancaires au Maroc : progression de +31% des opérations de paiement en ligne et de +21% pour les opérations de paiement sur TPE De source

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC Washington, le 14 Octobre 2008 PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC M. ABDELAZIZ EL HADDAD Chef de Division de l Arbitrage à la TGR 1 Rabat le: 22 avril 2009 1/ 17 Sommaire Introduction

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1131099L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1131099L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation des amendements à l article 1 er et à l article 18 de l accord portant création de la Banque

Plus en détail

Les entreprises caractéristiques du tourisme

Les entreprises caractéristiques du tourisme Les entreprises caractéristiques du tourisme es entreprises caractéristiques du tourisme regroupent différents secteurs d activité dont le chiffre d affaires est directement lié à l activité touristique.

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

MARRAKECH PERLE DU SUD

MARRAKECH PERLE DU SUD MARRAKECH PERLE DU SUD INFORMATIONS IMPORTANTES Maroc Nombre d habitants: 31 671 474 Monnaie: Dirham Marocain (MAD) PIB: 121.37 milliards de dollars (2009) Croissance du PIB: 5.9% (2009) Population Active:

Plus en détail

Taxe sur la valeur ajoutée. Exercices résolus avec rappels du cours

Taxe sur la valeur ajoutée. Exercices résolus avec rappels du cours Taxe sur la valeur ajoutée Exercices résolus avec rappels du cours Tous les taux utilisés, et les méthodes suivis dans le raisonnement des exercices sont valables et correspondent aux nouvelles prescriptions

Plus en détail

Qu est ce qu un un pays émergent?

Qu est ce qu un un pays émergent? Séminaire de l IDDRI : Pays émergents et aide publique au développement Qu est ce qu un un pays émergent? Michel Fouquin Iddri 10 Avril 2007 Questions de définitiond Du concept de Tiers-Monde (Sauvy) après

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman- Jordanie

Plus en détail

mall - BUREAUX - RESIDENCES - HÔTELS

mall - BUREAUX - RESIDENCES - HÔTELS mall - BUREAUX - RESIDENCES - HÔTELS Le nouveau centre-ville de tanger Tanger City Center... Vivre ou investir dans le meilleur de demain! Angeterre Hollande Une situation Belqique géographique unique

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Salon de l immobilier Marocain 2013

Salon de l immobilier Marocain 2013 Salon de l immobilier Marocain 2013 Dubai Jeddah Montréal/New York Paris Francfort www.moroccopropertyexpo.net Organisateur Partenaires Venez rencontrer vos futurs clients Un salon, quatre destinations

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT En 2014, 1 014 décisions d investissement en France ont créé ou maintenu 26 535 emplois. 1 er pays en Europe

Plus en détail

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Sommaire 1. 2. 17 mars 2015 European Bank for Reconstruction and Development 2015 2 À propos

Plus en détail

I- Les télécommunications dans le monde :

I- Les télécommunications dans le monde : I- Les télécommunications dans le monde : A- Aperçue historique : Sur la période 1990-2001, le dynamisme de la téléphonie mobile conjuguée au développement d Internet ont constitué un tournant dans l évolution

Plus en détail