Quelles stratégies gagnantes pour les assureurs dans la France de 2020?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelles stratégies gagnantes pour les assureurs dans la France de 2020?"

Transcription

1 Quelles stratégies gagnantes pour les assureurs dans la France de 2020? Un modèle novateur pour valider les stratégies, éviter l érosion programmée de la rentabilité et se préparer aux enjeux de demain

2 Un modèle novateur qui met en évidence les contours et les caractéristiques des «high performers» de demain 2

3 Les compagnies d assurance françaises ont connu les «dix glorieuses» entre 2000 et 2010, tant en termes de rythmes de croissance que de niveau de rentabilité dégagée. La croissance et la rentabilité futures n atteindront pas les mêmes niveaux que lors de la précédente décennie. En effet, qu il s agisse de l environnement macro économique, règlementaire, climatique ou des modes de consommation, les compagnies d assurance vont devoir ajuster leur positionnement et leur modèle opérationnel. Une première en France Depuis des années, nos équipes de consultants ont forgé une expertise des problématiques des compagnies d assurance, des bancassureurs, des mutuelles et mutuelles sans intermédiaire, des instituts de prévoyance, au travers de missions de conseil, de stratégie, d optimisation financière, d organisation et de redéfinition des processus, de systèmes d information, de ressources humaines Cette expérience a permis de définir un modèle innovant d analyse prospective, qui réconcilie les enjeux macroéconomiques, financiers et opérationnels des compagnies d assurance, d ici à l horizon Six mois durant, dix consultants et experts d Accenture Services Financiers et Recherche ont collecté, synthétisé et modélisé un nombre important de données issues des domaines économiques, réglementaires, démographiques, sociaux, technologiques et environnementaux. Une vision d ensemble pour mieux agir sur chaque rouage Notre volonté est que ce modèle prédictif serve de simulateur personnalisable selon les métiers, la stratégie et l identité de chaque assureur. Grâce à cet instrument d aide à la décision, les directions générales, financières et opérationnelles seront en mesure de mieux maîtriser leurs enjeux en assurance-vie, IARD et prévoyance. Ce modèle aide à déterminer avec plus de certitudes et de finesse comment va évoluer chaque marché de l assurance et sur quelles stratégies et quels leviers il est pertinent d agir. Bien évidemment, la synthèse ici présentée ne constitue qu un premier jalon d une réflexion que nous souhaitons partager avec vous. En vous souhaitant une fructueuse lecture, Bien sincèrement, Khalid Lahraoui & Éric Veron Senior Executives, Services Financiers, Accenture France. 3

4 À la jonction de la stratégie, de la finance et des opérations De l analyse stratégique aux impacts opérationnels L étude conduite par Accenture crée une dynamique vertueuse en reliant les problématiques des directions générales, opérationnelles, financières et informatiques. Elle s inscrit en complément et en relais des plans stratégiques en facilitant le passage de la vision théorique (vers où l assureur veut-il évoluer?) à la concrétisation du programme de transformation. Elle s appuie sur une analyse quantitative fine et un modèle prédictif, qui tient compte de centaines de paramètres «métiers» propres aux différentes compagnies d assurance. Ainsi, les dirigeants de sociétés d assurance, chargés de définir le plan stratégique, et leurs cadres intermédiaires, responsables de sa mise en œuvre, sont certains d intervenir sur les bons leviers, au sein d une vision cohérente de l objectif à atteindre. C est en cela que cette étude crée un précédent : elle anticipe l impact des évolutions de marché sur les processus métier et sur les indicateurs financiers. Le modèle construit offre une agilité accrue, ajustant les projections en fonction du contexte de chaque branche de l assurance et de chaque typologie de société. La démarche de scénario-planning appliquée à l assurance Accenture s est appuyé sur une démarche de scénario planning basée sur une analyse factuelle et quantitative des variables déterminantes du secteur. Cette démarche permet d envisager des scénarios de marché basés sur des hypothèses cohérentes et des prévisions réalistes : Une projection de marché basée sur des indicateurs fiables (PIB, population, PIB/habitant) avec des niveaux de corrélation très élevés L identification de ruptures probables confirmées par des analogies avec d autres pays ou secteurs Une analyse dans le détail de l ensemble des indicateurs et des compétences clés des assureurs, reliant ainsi choix opérationnels et impacts financiers. 4

5 Une approche en quatre étapes Le premier volet de l étude porte sur l évolution de la taille et de la structure du marché de l assurance en France d ici à Il s appuie sur une soixantaine de variables historiquement corrélées avec le marché de l assurance. Le deuxième volet s intéresse aux impacts de ce nouvel environnement sur les modèles opérationnels des assureurs. Les facteurs clés de la rentabilité de demain, décrits dans le troisième volet, s appuient sur l analyse d une décennie de rapports annuels et l interprétation de trente indicateurs financiers. Enfin, le modèle met en lumière l effort de transformation nécessaire pour les assureurs, avec l analyse d une centaine de «niveaux de maturité» associés à une trentaine de compétences clés - de la conception d un produit à la gestion des ressources humaines. Sur ces quatre niveaux d analyse ont été construits des scénarios d évolution qui incluent des éléments de ruptures, constituant un futur plausible et cohérent pour le marché français de l assurance en

6 La fin d un environnement porteur? Un constat partagé sur les facteurs de risque L environnement macro économique de notre pays reste encore incertain aujourd hui, les prévisions sont timorées quant à une reprise de la croissance dans les années à venir. Pour les assureurs, les «dix glorieuses» de la période 2000 / 2010 sont révolues, décennie durant laquelle les taux de croissance annuelle étaient trois fois supérieurs au PIB et les retours sur fonds propres supérieurs à 10%. Certains secteurs d activité arrivent à saturation, à l instar de l assurance dommages. Dans le même temps, la concurrence s accroît sur l ensemble des branches de l assurance avec l arrivée d intervenants à bas prix sur Internet et la multiplication des comparateurs de contrats en ligne. Enfin, le cadre réglementaire et législatif devient plus contraignant, notamment par la réduction probable des niches fiscales liées à l assurancevie, le renforcement de l intermédiation ou encore l entrée en vigueur des règles de Solvabilité II (qui devraient faire perdre 2% de retours sur fonds propres). Dans le domaine de l assurance de personnes (prévoyance et santé), une variable prépondérante concerne l évolution du chiffre d affaires et l accroissement du nombre de personnes âgées de plus de soixante ans (coefficient de corrélation de 94%). Une autre relie chiffre d affaires des assureurs et évolution du PIB (évolution corrélée à 93% durant ces deux dernières décennies). Le chiffre d affaires de l assurance-vie en euros évolue pour sa part en relation avec le PIB par habitant (à 82%) et la population totale (94%). L assurance-vie en unités de compte, quant à elle, apparaît très fortement corrélée au CAC 40 (97%). À cela s ajoute l impact de Solvabilité II qui devrait dégrader sensiblement la rentabilité des assureurs. En effet, les nouvelles exigences en matière de fonds propres et d allocation d actifs pourraient diminuer de deux points le ROE moyen du marché. Une dépendance au contexte économique, social et réglementaire L analyse exhaustive des soixante variables retenues dans l étude démontre, sur les vingt dernières années, une corrélation très forte, pour ne pas dire quasi parfaite, entre l évolution du chiffre d affaires IARD des assureurs en France et l évolution du produit intérieur brut comme de la population. Autrement dit, les variations du marché des incendies, accidents et risques divers sont directement liées à l évolution de la matière assurable (biens et population). 6

7 Les règles du jeu vont changer et ces dix prochaines années s annoncent riches en défis pour les assureurs Opportunité sur la retraite : suite aux réformes des retraites en Allemagne, le chiffre d affaires de l assurance-vie a augmenté de 30% durant la décennie Pression possible sur les prix : en Grande-Bretagne, avec l essor de la distribution sur Internet, le prix des assurances auto a chuté de 32% entre 2000 et Lignes de rupture possibles /Comparaisons avec l historique récent de certains pays de l Union européenne Par le cadre politique et social À l encontre de l idée reçue, le désengagement de l État des régimes de santé obligatoires n améliore pas nécessairement le chiffre d affaires des assureurs. Entre 2003 et 2007, en effet, les dépenses de santé ont progressé de 1,16% en France et reculé de 5,13% en Suède. Dans le même temps, le chiffre d affaires des compagnies a plus progressé en France (+34%) qu en Suède (+28%), ce qui s explique en partie par une pression tarifaire accrue sur le marché et un changement de comportement des consommateurs suédois. Le marché allemand indique, au contraire, qu un désengagement de l État sur le financement des retraites peut avoir un impact positif sur la collecte en assurance-vie. En effet, entre 2000 et 2010, période de grandes réformes en Allemagne, la collecte a connu une croissance de 30%, soit une performance supérieure aux autres pays européens durant cette période. Concernant le marché français de l assurance-vie, l histoire récente montre que la suppression des avantages fiscaux est préjudiciable à la collecte. Ce fut le cas en 1997 avec un recul de 17% de celle-ci alors que l économie était en croissance. Aujourd hui, l impact serait sans doute identique si le gouvernement «rabotait» certaines niches fiscales comme il est envisagé. Par les modes de consommation La généralisation des comparateurs et l émergence des assureurs en ligne entraînent mécaniquement une chute des frais jusqu alors prélevés sur les opérations d assurance-vie. À terme, la suppression complète de ces frais est envisageable, mettant fin à une source importante de revenus pour les assureurs. En Grande-Bretagne, l effet Internet a joué pleinement sur le marché de l assurance automobile dès la décennie Durant cette période, les prix ont diminué de 32% dans ce pays, contre 16% en France. Ceci s explique à la fois par l absence de reconduction tacite des contrats et par le recours croissant aux comparateurs en ligne (les Britanniques réalisent en moyenne plus de quatre devis par Internet avant de souscrire un nouveau contrat). En Angleterre, le prix de la police d assurance est l élément clé dans le choix de 90% des Internautes et de 70% des personnes qui s informent par téléphone. Par conséquent, les primes d assurance automobile ont fondu. Le sentiment et la crainte - de la précarité sociale sont ancrés dans une grande part de la population française (72% des personnes interrogées par Ipsos en 2009 ont le sentiment que la précarité est en forte hausse). Le sentiment de précarité entraîne une consommation accrue de garanties spécifiques (ex : perte d emploi et de revenus). Plus la sensibilité aux risques est forte, plus les besoins de couverture des consommateurs augmentent. 7

8 Quatre scénarios d évolution L étude menée par Accenture définit le modèle opérationnel cible des assureurs selon quatre scénarios d évolution d ici Ces quatre scénarios constituent chacun un futur possible et cohérent pour lequel les assureurs doivent engager des transformations distinctes. Il est important de noter que ces scénarios ne sont pas exclusifs et correspondent à des situations de marché qui peuvent coexister. À titre d exemple, un même assureur conduira une stratégie à bas prix sur son activité IARD et mènera une politique haut de gamme et sur mesure en assurance-vie. La prépondérance de tel ou tel scénario, ainsi que l impact des transformations proposées, dépend des spécificités de chaque assureur. Scénarios 8

9 Scénario A : une réduction drastique des coûts Ce scénario se situe dans un environnement macro-économique morose avec un PIB oscillant autour de 1,3% (sur la base des hypothèses défavorables de la commission Attali). Les ménages se retrouvent avec des budgets contraints. L assurance est considérée comme un service standardisé par le consommateur. Les assureurs font face à une pression concurrentielle forte, leur imposant de livrer une bataille sur les prix. Dans cet environnement, les acteurs du marché proposant des garanties minimales et à bas prix, peinent à maintenir un niveau de marge satisfaisant. En IARD et en assurances de personnes, les prévisions d ici à 2020 font état d un taux de croissance annuel moyen (TCAM) du chiffre d affaires en très légère hausse avec respectivement 1,2% et 3,6%. L assurance-vie n offre qu une progression moyenne annuelle de 0,5%. Ce dernier chiffre s explique principalement par la moindre performance des marchés financiers et la suppression des avantages sociaux et fiscaux de l assurance-vie. La rentabilité des assureurs se trouve fortement dégradée dans ce scénario. Si aucune transformation n est entreprise, les retours sur fonds propres pour la branche non-vie seraient en perte (-1,1%) à échéance, tandis que le ROE de la branche vie ne dépasserait pas 1%. Face à ce constat, les assureurs disposent de plusieurs solutions à mettre en œuvre séparément ou conjointement en s orientant vers un modèle à bas prix. Parmi celles-ci figurent des économies massives - de l ordre de 20% à 30% sur la partie gestion -, la mise en commun des back offices et leur délocalisation, la suppression de 40% à 50% des charges d acquisition, avec un impact important sur la taille des réseaux physique, un investissement accru dans les technologies directes (Internet, comparateurs, plateformes téléphoniques). En actionnant tous ces leviers, les compagnies maintiendront un niveau de rentabilité juste satisfaisant, de l ordre de 6,9% en AP / IARD et 5,8% en assurance-vie (avec l impact de Solvabilité II). Scénario B : l optimisation de la gestion et de la distribution Ce scénario s inscrit dans une logique de volume, dans laquelle les budgets assurance des ménages augmentent avec la reprise économique (PIB compris entre 2,5% et 3%). En même temps, on assiste à un renforcement du caractère «froid» des produits d assurance. Dans un marché dépourvu de service à valeur ajoutée et de conseil, où les intermédiaires reculent face à la domination du canal Internet, la banalisation de l assurance tire les prix et le niveau de couverture vers le bas. Néanmoins, la reprise économique et l augmentation de la matière assurable permettent au secteur de croître sur ses trois filières métiers. L IARD présente un TCAM de 1,9%, quand celui de l assurance de personnes atteint 4,3%, et celui de l assurance-vie 4,8%. Dans un tel cadre et sans intervention de leur part, les assureurs verraient passer d ici 2020 leur taux de retours sur fonds propres à 4,5% pour la partie IARD et prévoyance, et à 5,1% sur l assurance-vie (contre 7,4% et 7,5% respectivement selon les prévisions tendancielles). Ces taux remonteraient respectivement à 9,7% et 8,1% en jouant simultanément sur une diminution des charges d acquisition de l ordre de 30% à 40 % (au travers de l optimisation des réseaux physiques et du déport sur les canaux directs) et sur une réduction de 15% à 20% des coûts de gestion (par des systèmes d information «industrialisés» et la délocalisation de fonctions transversales ou métier). L industrialisation des processus représente un impératif, quelle que soit l évolution économique. Dans le même temps, les partenariats de distribution se multiplient. 9

10 Scénario C : le conseil client au premier plan Ce scénario représente la situation de marché la plus attrayante pour les assureurs. Celle-ci est sous-tendue par une reprise économique et donc par une augmentation du budget d assurance des ménages, avec une clientèle à la recherche de conseil et de produits personnalisés, voire sur mesure. Face à un marché porteur et à une plus grande valorisation des produits d assurance par les consommateurs, les assureurs entrent dans une logique de différenciation par laquelle ils fournissent un conseil personnalisé à leurs clients. Dans ce contexte de reprise, où la recherche de service différenciant endigue la pression sur les prix, le secteur de l IARD offre un TCAM de 2,7% au cours des dix prochaines années, contre 5% pour le segment de l assurance des personnes, et 4,8% pour le secteur de l assurance-vie. Malgré le retour à la croissance, la rentabilité des assureurs se dégrade, bien que maintenue à un niveau raisonnablement performant. Avec de tels clients exigeants, le risque est d entamer la marge opérationnelle, en augmentant fortement les coûts d acquisitions (réseaux d experts coûteux, produits sur mesure complexes) et de gestion (augmentation des équipes pour assurer le «zéro défaut» et le «zéro délai»). Sans action corrective, les perspectives révélées par l étude font ressortir un ROE de 6% en IARD et prévoyance et de 7,5% en assurancevie. Malgré l impact de Solvabilité II, ces taux peuvent atteindre respectivement 11,6% et 10,2% à condition que les assureurs fassent progresser les compétences en conseil de leurs réseaux de distribution et focalisent leurs forces de vente sur les clients à forte valeur, et ceci en : Maintenant des coûts limités Investissant dans l informatique afin de l adapter à des produits complexes Limitant leurs charges de sinistre Améliorant la fidélisation de la clientèle. Scénario D : du sur mesure en temps réel et au juste prix Dans ce quatrième scénario, les assureurs sont confrontés à une situation économique morose. Néanmoins, les consommateurs d assurance sont demandeurs d une personnalisation croissante de leurs contrats. Leur vision de l assurance correspond à des produits sur mesure tant sur la couverture que sur le prix, dont la durée de vie peut être adaptée à des situations particulières ou temporaires. Une telle demande implique la création et la gestion de produits complexes, adaptables quasiment en temps réel, alors que la bataille des prix fait rage. La branche IARD offre un TCAM de 1,9% pendant les dix prochaines années, la branche assurance des personnes présente quant à elle un TCAM de 4,3%, contre 0,5% pour le secteur de l assurance-vie. Dans cette situation de crise, les taux de retours sur fonds propres plafonnent à 4,7% en IARD et prévoyance et à 4,6% en assurancevie. Ils sont susceptibles de remonter respectivement à 7,6% et 6,5% si les assureurs investissent massivement afin de bâtir une souscription personnalisée des contrats, en temps réel et à travers tout canal de communication : Internet, téléphone, agence. Il est également nécessaire de réduire le ratio entre sinistres et cotisations en évaluant plus finement les risques clients et en optimisant la distribution et la gestion des produits. 10

11 Du modèle à la réalisation Quel que soit le ou les scénarios retenus, les assureurs devront agir et se transformer afin de maintenir un niveau de rentabilité satisfaisant. Ils disposent de différents moyens d optimisation pour s aligner sur le modèle opérationnel gagnant d ici Il s agit pour eux d évaluer l effort de transformation à entreprendre et de donner la priorité aux investissements corrélés à ces leviers, en fonction de leur stratégie et de leur situation. Un destin maîtrisé Dans un environnement de plus en plus incertain, en proie à des changements importants, où la rentabilité s érode, l assureur performant saura faire preuve de réactivité et de souplesse face aux aléas économiques, environnementaux, réglementaires et technologiques. Les enjeux pour les assureurs ne manquent donc pas dans les dix ans à venir. Pour réussir, ils devront mener des transformations structurantes, actions qui constituent autant d occasions de se démarquer. Cette étude éclaire les réflexions stratégiques des assureurs en conciliant trois enjeux fondamentaux souvent abordés séparément : la conduite stratégique d une compagnie d assurance, son pilotage financier et son pilotage opérationnel. La réflexion sera naturellement à adapter à l ADN et à la stratégie de chaque compagnie. Cette approche prédictive aide à déterminer vers quels scénarios les activités vont tendre, quels sont les facteurs de risque et les piliers de la performance de demain. Sachant que les assureurs devront combiner, pour chacun de leurs métiers, des approches axées sur le prix, le conseil, la logique de producteur multi-réseau ou l innovation. Ces travaux identifient les arbitrages nécessaires afin que les compagnies alignent leurs modèles de performance et identifient les leviers de transformation. Notre ambition est de partager pour chacun des scénarios décrits les options de transformations stratégiques et opérationnelles les plus pertinentes et rentables. En restant à votre disposition pour approfondir la réflexion, Bien sincèrement, Khalid Lahraoui & Éric Veron Senior executives, Services financiers, Accenture France. 11

12 Contacts: Khalid Lahraoui Éric Veron Tél. : , avenue de France Paris cedex 13 Web : Copyright 2011 Accenture Tous droits réservés. La marque Accenture, son logo et la signature High performance. Delivered. sont la propriété d Accenture. A propos d'accenture Accenture est une entreprise internationale de conseil en management, technologies et externalisation. Combinant son expérience, son expertise, ses capacités de recherche et d innovation, développées et mises en œuvre auprès des plus grandes organisations du monde sur l ensemble des métiers et secteurs d activités, Accenture aide ses clients - entreprises et administrations - à renforcer leur performance. Avec employés intervenant dans plus de 120 pays, Accenture a généré un chiffre d'affaires de 21,6 milliards de dollars au cours de l'année fiscale clôturée le 31 août Site Internet :

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance 1 En cette période de tension sur leur rentabilité et de pression sur les tarifs, les assureurs soulignent la nécessité de renforcer leur dispositif

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

V- Conclusion: La relation Marché / Emploi / Formation Prévision à l horizon 2014

V- Conclusion: La relation Marché / Emploi / Formation Prévision à l horizon 2014 V- Conclusion: La relation Marché / Emploi / Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon 2014 1. Scénario prospectif sur le territoire de la Les prévisions à horizon 2014 reposent sur plusieurs hypothèses

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE Une fois les objectifs fixés pour son équipe, le manageur doit définir une stratégie et mettre en place un plan d actions. Outil de prévision et de planification, ce

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

L autre réforme des retraites : l usager au cœur du système

L autre réforme des retraites : l usager au cœur du système L autre réforme des retraites : l usager au cœur du système *La haute performance. Réalisée. Principaux enseignements des enquêtes Accenture (avril-juin 2013) Accenture a mené au printemps 2013 une série

Plus en détail

Acquisition de PELCO 1 er août 2007

Acquisition de PELCO 1 er août 2007 Acquisition de PELCO 1 er août 2007 _1 Les Automatismes du Bâtiment sont de plus en plus intégrés dans un système unique pour répondre aux besoins des clients Le Bâtiment est un marché significatif pour

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE

1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE 1 ER BAROMÈTRE PROSPECTIF DES MÉTIERS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ET DE LA PRÉVOYANCE QUELLES DYNAMIQUES D ÉVOLUTION DES MÉTIERS? FINALITÉS DU BAROMÈTRE PROSPECTIF Dresser un inventaire des tendances

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE.

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. LES TABLEAU DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. La pratique du tableau de bord comme outil d aide à la décision pour les acteurs opérationnels est relativement ancienne. Le

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005 Programme d Appui à la Modernisation du Secteur Financier Algérien SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire du 17 juillet 2005 Le pilotage d une compagnie d assurances SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL :

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : Comment adapter les processus de distribution et de services en France? Étude GM Consultants & Associés Document de Présentation

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Communiqué de presse Le 6 octobre 2015 Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Nouveaux enjeux, nouvelles technologies : une exposition aux risques renforcée

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail