Lettre d informations 1 27 avril 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d informations 1 27 avril 2015"

Transcription

1 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point Agrométéo températures Cumul des moyennes de températures journalières efficaces 2015(>10 C) Janv. Fév. Mars Avril Janv. Fév. Mars Avril Janv. Fév. Mars Avril Minervois (Azillanet) Plaine de l Hérault La Clape Légende : 2014 en bleu ; 2015 en rouge Les mois de janvier et février 2015 ont été plus froids qu'en 2014, sauf exception du secteur de La Clape qui suit la tendance Au 1 er mars 2015, les sommes de températures accusent un retard de 12 jours pour le Minervois et de 18 jours pour la plaine de l'hérault par rapport à l an dernier. Les températures chaudes de mars 2015 ont permis de rattraper un peu cet écart. En effet au premier avril le retard de 2015 par rapport à 2014 est de 45 jours pour le Minervois et La Clape, et de 12 jours pour la plaine de l'hérault. Alerte SRDV Bulletin d informations SRDV ZA du Castellas 35, rue de la Combe du Meunier Montredon Corbières

2 Pluviométrie du 01/01/2015 au 15/04/2015 (mm) Janv. Fév. Mars Avril Janv. Fév. Mars Avril Janv. Fév. Mars Avril Minervois (Azillanet) Plaine de l Hérault La Clape Légende : 2014 en bleu ; 2015 en rouge Le début d'année 2015 est caractérisé par une faible pluviométrie en janvier. D'autre part, on retrouve sur tout le secteur les pluies du 15 au 17 mars allant de 32 à 55 mm. Ces pluies ont été particulièrement efficientes et bénéfiques pour la vigne, alors en phase de débourrement. On peut s'attendre avec les pluies qui ont suivi au mois d'avril à un bon potentiel de développement végétatif. Sur la période Octobre 2014Mars 2015, le cumul pluviométrique (entre 400 mm et 500 mm) est proche des normales à excédentaires sur l ensemble de la région (Source ACH). Néanmoins, sur une grande partie de l hiver et l automne, les mois sont déficitaires et les pluies se sont concentrées essentiellement en novembre (environ les 2/3 du cumul total). Les réserves en eau des sols en sortie d hiver ne sont pas optimales car le pourcentage de remplissage est compris entre 40 et 60% selon le type de sol et la profondeur (Source ACH). Evénement climatique : gelée blanche des 67 avril Suite à la gelée blanche des 6 et 7 Avril derniers au matin (2 à 3 C), des dégâts sont observés sur plusieurs secteurs : Basse vallée de l Aude, Minervois, Corbières, Ouest Audois, Les bourgeons principaux sont détruits et le contrebourgeon débourre avec un retard phénologique et une fertilité bien moindre. Les cépages précoces (Chardonnay, Pinot) sont les plus touchés mais des symptômes sont observés sur tous cépages et avec des fréquences variables (jusqu à 80% des bourgeons atteints). Des bourgeons à tous les stades de développement ont été atteints : de bourgeon dans le coton à 23 feuilles étalées. SRDV ZA du Castellas 35, rue de la Combe du Meunier Montredon Corbières 2

3 Photos de dégâts causés par la gelée des 6 et 7 avril Des bourgeons à tous les stades de développement ont été atteints. Démarrage de la campagne 2015 Aspects physiologiques : qualité du débourrement et comportement des parcelles Parmi les questions faisant suite aux conditions particulières du millésime 2014, on pouvait s interroger sur la qualité du débourrement en début de cycle De façon générale, on constate à ce jour une qualité de débourrement globalement complète et régulière. Parmi les facteurs explicatifs, les conditions climatiques favorables ont joué un rôle majeur (notamment pluies très efficientes de mars). Les gestes réalisés au vignoble ont également eu une grande importance. Voici un exemple de parcelle ayant subit une forte contrainte hydrique en Pour mémoire, parcelle de Chardonnay non irriguée, centre Hérault photo réunion SRDV juillet 2014 SRDV ZA du Castellas 35, rue de la Combe du Meunier Montredon Corbières 3

4 La même parcelle, le 15 avril 2015 Débourrement complet sur les baguettes Parmi les points à retenir sur cet exemple : - L adaptation de la taille en fonction de l expression végétative Le travail du sol :! Un sous solage a été réalisé 1 rang sur 2 en décembre. Puis un 1 er labour d aération en février. Ensuite, les labours ont repris début avril. - La fertilisation :! Apport d azote et de phosphore réalisé en sortie d hiver.! Analyse pétiolaire prévue au début du stade Boutons Floraux Séparés pour valider les équilibres minéraux (notamment au niveau potassique). Accompagnement par apport foliaire en cas de déséquilibre constaté lors des premières analyses. L accompagnement de ces parcelles sur la période actuelle est un geste agronomique capitale! En effet, les niveaux de réserves dans le vieux bois sont le plus souvent faibles dans ce type de situation. Il est donc impératif d agir au niveau viticole pour obtenir les conditions d une «prise de relais» par le système végétatif annuel la plus précoce possible (redéploiement du système racinaire et basculement vers une absorption efficiente / obtention de l autotrophie par une surface foliaire suffisante). C est tout l enjeu de la période qui va du débourrement jusqu à préfloraison. On observe également certaines situations moins favorables, avec quelques exemples observés ponctuellement sur des parcelles soumises à une très forte contrainte hydrique en 2014 : Parcelles jeunes (env. 46 ans) : débourrement incomplet sur certains coursons (taille gobelet). Phénomène de fenêtre sur certains Merlot (taille trop longue / expression végétative 2014?) Analyses pétiolaires 2014, ce qu il faut retenir pour 2015 Les défauts d assimilation constatés en début de cycle 2014 ont été généraux sur l ensemble du vignoble languedocien. L effet couplé d un climat à forte contrainte hydrique, et de sols secs, avait engendré au vignoble des développements végétatifs faibles, ainsi qu une charge en grappes hétérogène. Le suivi régulier de la nutrition de la vigne depuis le début du printemps avait permis de rattraper bien des situations avec un pilotage fin de la fertilisation. SRDV ZA du Castellas 35, rue de la Combe du Meunier Montredon Corbières 4

5 Les suivis par analyses pétiolaires commencent dès le stade boutons floraux séparés. Parlez en avec votre œnologue et votre conseiller viticole! Point sur les pressions phytosanitaires Oïdium Les premiers drapeaux sont observés sur des parcelles de carignan et roussanne avec historique oïdium. La croissance a été rapide, le stade grappes visibles est bien établi, le stade grappes séparées est également parfois observé. La protection oïdium doit donc être faite, ou réalisée dès que possible. Mildiou Pas de foyer primaire observé pour l instant. Le risque est faible. Il conviendra toutefois d être prudent à l approche d un prochain épisode pluvieux. Eudémis Le vol a débuté selon les zones entre le 10 et le 20 avril. Les prises sont en nette augmentation cette semaine dans des zones précoces type étang de Thau. Les premières pontes fraîches sont observées depuis le 15 avril. Il est encore bien trop tôt pour intervenir, le traitement pourra se réaliser au stade boutons floraux séparés. Escargots Les observations d escargots sont fréquentes cette année. Cependant, les dégâts restent ponctuels, la croissance rapide de la vigne ayant permis de passer rapidement les stades les plus sensibles. Gestion des sols La croissance des enherbements et adventices est rapide en ce moment, liée à la combinaison de la chaleur et de l eau. Il convient donc de suivre au plus près le travail du sol, notamment en cas de culture mécanique du rang. Le labour de l interrang va permettre d aérer les sols. L apport d oxygène active la vie microbienne, et favorise sa mise en route. Elle permet la minéralisation de la matière organique, et donc la mise à disposition d éléments minéraux pour la vigne, qui en aura besoin dans quelques temps lors de la bascule d alimentation sur le système racinaire. Des chardons sont régulièrement observés cette année. Ils commencent à fleurir, et sont à éliminer avant la fin de floraison, par tonte ou désherbage, afin d éviter leur multiplication. Prochaine alerte SRDV : semaine du 19 mai. SRDV ZA du Castellas 35, rue de la Combe du Meunier Montredon Corbières 5

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Groupe 2 NORD-OUEST : Basse-Normandie, Haute-Normandie, Bretagne, Pays-de-la- Loire

Groupe 2 NORD-OUEST : Basse-Normandie, Haute-Normandie, Bretagne, Pays-de-la- Loire SITUATION Cette semaine, le réseau a signalé une apparition explosive du Dollar spot dans le Nord-Est (67) sur greens et avant-greens, départs et fairways, il faut surveiller vos gazons et n intervenir

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3 ANALYSE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE L OÏDIUM DES VITICULTEURS BIOLOGIQUES EN LANGUEDOC-ROUSSILLON - SYNTHESE D ENQUETES NICOLAS CONSTANT DECEMBRE 2008 LA REDACTION DE CE DOCUMENT A BENEFICIE DU SOUTIEN

Plus en détail

Identification des principales carences de la vigne

Identification des principales carences de la vigne Auteur : Pascal Guilbault Page : 1 / 9 Les besoins de la vigne en éléments minéraux sont considérés faibles à modérés. Les risques de carences en viticulture sont ainsi plus limités qu en culture annuelle

Plus en détail

Bulletin d information Période : Octobre 2008

Bulletin d information Période : Octobre 2008 ROYAUME DU MAROC Centre Royal de Télédétection Spatiale Direction de la Production Végétale Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification Direction de la Météorologie Nationale

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

Observations P as d évolution observée pour le moment.

Observations P as d évolution observée pour le moment. FREDON PDL FREDON PDL rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Tavelure Risque de contaminations secondaires. Ce bulletin est rédigé sur la base d observations provenant

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information CULTURES EN SERRES No 11 20 juillet 2010 IL FAIT CHAUD, TRÈS CHAUD! PRISE 3 PROBLÈMES ASSOCIÉS AUX EXCÈS DE CHALEUR DANS LES SERRES État de la situation Les températures très chaudes

Plus en détail

Maladies foliaires du bleuet sauvage

Maladies foliaires du bleuet sauvage Maladies foliaires du bleuet sauvage Feuillet de renseignements sur le bleuet sauvage C.3.3.0 Les bleuets sauvages peuvent être infectés par cinq maladies foliaires d importance causant la décoloration

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

GESTION DE L ENHERBEMENT :

GESTION DE L ENHERBEMENT : GESTION DE L ENHERBEMENT : LES ATOUTS DU NATUREL Qu'il soit semé ou naturel, permanent ou temporaire, l'enherbement du vignoble constitue aujourd'hui une pratique très largement répandue en Aquitaine,

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque.

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Le point agronomique sur l ergot des graminées Biologie du parasite L ergot (Claviceps purpurea) est un champignon qui attaque les inflorescences

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés!

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Le frelon asiatique est une espèce invasive venue d Asie, introduite accidentellement en France en 2004. Parfaitement adapté à nos climats, son expansion géographique

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d heures de formation de 20 heures par an, cumulable

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Avertissement Cet article

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015

CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015 CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015 A Propos du CORAF/WECARD 1 courtesy of coraf/wecard website: www.coraf.org Le CORAF/WECARD est une Organisation Sous- Régionale (OSR) d

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Les illustrations, tableaux et graphiques ont été repris de la présentation de Sandrine Rousseaux. A- Rappels sur la maladie du Court

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 13 25 mars 2010 CEREALES A PAILLE PROTEAGINEUX COLZA Pietin verse : risque parfois élevé pour les semis d'octobre dans les limons et les

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques...

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... DESIKOTE MAX MC Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE GARANTIE : Alcool éthoxylé...... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... 55 % p / p DESIKOTE MAX forme une membrane semi-perméable

Plus en détail

EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE

EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE CA du Vaucluse : Natacha Sautereau,Emmanuelle Filleron, Estelle Esbérard, Jean-Marc Long, Eric L'Helgoualch, CA du Var : Emmanuel Rouchaud,

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

nouveau produit Tax Shelter :

nouveau produit Tax Shelter : PREMIUM FILMS FOR FAST & SECURE RETURNS nouveau produit Tax Shelter : le meilleur scénario pour vos investissements. Avertissement L attention des Investisseurs est particulièrement attirée sur les points

Plus en détail

L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES

L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES Le 14 mai 2014 L ACCÈS AU VOTE DES PERSONNES HANDICAPÉES Synthèse des résultats de l appel à témoignages À l occasion des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, le Défenseur des droits a invité

Plus en détail

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Mardi 20 juillet 2010 Dans le but de minimiser les impacts ferroviaires sur les secteurs résidentiels avoisinant l actuel garage des trains de banlieue de la ligne

Plus en détail

Observatoire de la sécurité routière

Observatoire de la sécurité routière Observatoire de la sécurité routière AURAN SOMMAIRE En vingt ans baisse du nombre d accidents baisse de la gravité des accidents... p.3 En 2001 forte baisse du nombre d accidents baisse du nombre de tués

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1 2.2 2 LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1. GÉNÉRALITÉS Bien que le procédé de métallisation soit moins contraignant que la galvanisation en ce qui concerne la conception des pièces à revêtir,

Plus en détail

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne.

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. En janvier 2009, la Commission européenne a publié sa «Communication Copenhague». Ce texte

Plus en détail

Modèle décisionnel. projet SACADEAU / 3 décembre 2003 / Fred Garcia et Florent Tortrat

Modèle décisionnel. projet SACADEAU / 3 décembre 2003 / Fred Garcia et Florent Tortrat Modèle décisionnel projet SACADEAU / 3 décembre 2003 / Fred Garcia et Florent Tortrat Scénarios et modèle décisionnel Modèle décisionnel Pour chaque parcelle, détermination et déroulement simulé d un itinéraire

Plus en détail

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Notice Talius DuP ont Talius Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Maîtriser l oïdium des céréales, une nécessité L'oïdium des

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais Raisonner l itinéraire betterave Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais 203/204 2 La campagne 203 3 Un printemps exceptionnellement froid Un été "mi-figue mi-raisin" Les températures glaciales accompagnées

Plus en détail

2013, une année en demi-teinte. Bilan 2013 de la qualité de l air en Alsace

2013, une année en demi-teinte. Bilan 2013 de la qualité de l air en Alsace 2013, une année en demi-teinte la qualité de l air reste bonne mais certains indicateurs présentent une légère dégradation Les températures moyennes mensuelles ont été inférieures à la normale au cours

Plus en détail

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE DEPARTEMENTS DE LA LOIRE ET DU RHONE 2015 PORTEURS DE PROJET

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006

M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006 M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006 DEVANT : Graham F. J. Lane, B.A., CA, Président Monica Girouard, CGA, Membre Mario J. Santos, B.A., LL.B.,

Plus en détail

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire I LES 4 ÉTAPES POUR OBTENIR LA RT 2012 1 Connaître sa zone 2 Profiter au maximum de l énergie gratuite (Biomax) Un des points pris en compte est le BIOmax.

Plus en détail

Mise en place des pains

Mise en place des pains Mise en place des pains Préparation de la nouvelle culture 3/3 Dès la livraison 1 Stocker de préférence à l abri. Stocker dans une zone sèche et propre, à l écart de la vieille culture. 3 Ne pas gerber

Plus en détail

Le millésime 2008. Laurence GENY, Bernard DONECHE et Denis DUBOURDIEU. Faculté d Œnologie, Université Victor Segalen Bordeaux 2

Le millésime 2008. Laurence GENY, Bernard DONECHE et Denis DUBOURDIEU. Faculté d Œnologie, Université Victor Segalen Bordeaux 2 Le millésime 2008 Laurence GENY, Bernard DONECHE et Denis DUBOURDIEU Faculté d Œnologie, Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut des Sciences de la Vigne et du Vin de Bordeaux Avec la participation

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

4 ème partie AIDES FINANCIÈRES A LA RÉALISATION DES PROJETS

4 ème partie AIDES FINANCIÈRES A LA RÉALISATION DES PROJETS 4 ème partie AIDES FINANCIÈRES A LA RÉALISATION DES PROJETS 45 POINTS IMPORTANTS A RETENIR (*) Contact préalable avec les services du Conseil général Les maîtres d ouvrage doivent prendre contact avec

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique

Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique - Bilan de campagne 1 Sommaire Présentation du réseau... 1. Piégeage des adultes.... Comptages des stades

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Oléo-Protéagineux Soja Septembre 2008 Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des marchés Production

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

Observations écrites de l ACEF de l Outaouais

Observations écrites de l ACEF de l Outaouais Consultant en énergie et en environnement Régie de l énergie du Québec R-3709-2009 Demande relative à l approbation annuelle du budget 2010-2011 des programmes et des interventions de l Agence de l efficacité

Plus en détail

FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations LES OLIGO-ELEMENTS

FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations LES OLIGO-ELEMENTS FICHE 6 FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations LES OLIGO-ELEMENTS Les oligo-éléments sont des éléments minéraux nécessaires à la vie de la plante, mais en quantités très faibles : quelques

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Bulletin n 3 du 6 octobre 2009

Bulletin n 3 du 6 octobre 2009 Réseau 2009-2010 A retenir cette semaine - Les 3/4 des parcelles sont entre 6 et 8 feuilles - Pucerons verts présents sur l ensemble de la zone avec augmentation du nombre de parcelles au seuil - Le vol

Plus en détail

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil RÉSUMÉ La protection phytosanitaire des vignobles représente une des chaînons les plus importantes des systèmes de production viticole (Enoiu I., 2006, Tomoioagă, 2006). Les dépenses liées aux produits

Plus en détail

Procédure BUDGET PREVISIONNEL JUIN 2008

Procédure BUDGET PREVISIONNEL JUIN 2008 Procédure BUDGET PREVISIONNEL JUIN 2008 Le budget est un tableau qui permet de visualiser sur une période allant du mois à l année les prévisions de dépenses et de recettes du majeur, et de vérifier le

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

AGENDA et autres infos

AGENDA et autres infos N 28 15 octobre 2013 AGENDA et autres infos Dégustations de baies : C est l outil indispensable pour organiser le ramassage de vos parcelles en fonction des vins que vous souhaitez faire. Si vous êtes

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

L évolution des températures hivernales

L évolution des températures hivernales Thème : Changement climatique et maîtrise de l énergie Orientation : Réduire les émissions de GES et anticiper les effets du changement climatique L évolution des températures hivernales par stations météorologiques

Plus en détail

N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 11 octobre 2007 N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 septembre 2007.

Plus en détail

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après Le DIF : 3 ans après Enquête réalisée d Août à Novembre 2006 sur plus de 250 sociétés Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert en droit de la formation 1 / Taille des entreprises Les

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC)

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) ATELIER DE CLOTURE DE LA PHASE OPERATIONNELLE Yaoundé, CCIMA 26 27 août 2015 ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. GILBERT DIDIER

Plus en détail

COGEN CHALLENGE CAMPAGNE D INFORMATION SUR LA PETITE COGENERATION. Bulletin d information N 7 (octobre 2006)

COGEN CHALLENGE CAMPAGNE D INFORMATION SUR LA PETITE COGENERATION. Bulletin d information N 7 (octobre 2006) COGEN CHALLENGE CAMPAGNE D INFORMATION SUR LA PETITE COGENERATION Bulletin d information N 7 (octobre 2006) Bonne lecture! Votre équipe de Cogen Challenge TABLE DES MATIERES Introduction Le baromètre de

Plus en détail

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Le domaine de Nidolères : est un domaine familial, de 60 ha d un seul tenant, cultivé en vignes depuis 8 générations,

Plus en détail

Résultats Propriétés de la couche de neige

Résultats Propriétés de la couche de neige Résumé Introduction Les propriétés physico-chimiques de la neige des pistes de ski sont, par rapport à la neige naturelle, modifiées par un traitement mécanique et, en ce qui concerne la neige artificielle,

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Chapitre 1 Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Contenu Le volume III rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements...

Plus en détail

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04 D U 1 0 A V R I L 2 0 1 4 rédigé par Maëlle KRZYZANOWSKI - CDDL - CA 49 A C T U A L I T E S Bilan météo P. 1 Concombre, punaise P. 2 Peu de maladies sont observées sur les cultures cette semaine, notamment

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Exemple de la plateforme de la coopérative COOPTAIN à Tain l Hermitage Projet réalisé avec le soutien financier de Contact : COOPTAIN

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail