Le point sur la vaccination en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le point sur la vaccination en France"

Transcription

1 Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination- Avignon 14 mai 2009

2 Vaccinations: responsabilité politique et expertise «La politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis du HCSP» Loi de santé publique 2004 Comité technique des vaccinations rattaché à la Commission maladies transmissibles du HCSP. Instance d expertise en matière de vaccination

3 Missions du CTV (arrêté du 18 septembre 2007) Assurer la veille scientifique sur les évolutions et les perspectives en matière de vaccins Élaborer la stratégie vaccinale en fonction des données épidémiologiques, et d études bénéfices/ risques individuel et collectif et d études médico- économiques relatives aux mesures envisagées Proposer des adaptations en matière de recommandation et d obligation vaccinale pour la mise à jour du calendrier vaccinal Stratégie intégrée dans le contexte international (plans OMS d élimination/ éradication de maladies

4 Des modifications de forme Objectif: rendre le calendrier plus lisible Vaccins présentés par ordre alphabétique Les différents aspects (recommandations générales, particulières, en milieu professionnel) traités dans le même chapitre Recommandations aux voyageurs non abordées (BEH spécifique) Tableaux synoptiques Enfant Adulte Rattrapage Milieu professionnel

5 Hépatite A

6 Épidémiologie (D0 2006) Plus de 1000 cas notifiés/ an 1/3 en septembre- octobre Enfants de 0-15 ans les plus atteints mais les moins hospitalisés (30% avant 16 ans vs 46% après 16 ans) Facteurs de risque principaux: Hépatite A dans l entourage: 50%, en milieu familial 75% Séjour hors métropole 40% dont plus de la moitié des cas dans le Maghreb Cas groupés: gens du voyage, Côtes d Armor (coquillages) établissements scolaires et structures pour handicapés

7 La circulation du virus de l hépatite A est entretenue par les enfants issus de l immigration qui retournent au pays pour les vacances où ils contractent la maladie La recommandation de vaccination des enfants voyageurs n est pas appliquée: -insuffisance de perception du risque -absence de recours à une consultation de conseil aux voyageurs pour des destinations qui ne semblent pas le mériter (Maghreb) -coût du vaccin et non remboursement des vaccins du voyageur

8 Nouvelles recommandations Vacciner, à partir de 1 an les enfants des familles dont au moins un des membres est originaire d un pays de haute endémicité et susceptibles d y retourner Remboursement souhaité dans ce contexte Maintien des recommandations aux voyageurs Évolution du nombre de cas d hépatites A enregistré à Amsterdam avant et après introduction de la vaccination chez les voyageurs

9 Nouvelles recommandations Extension des recommandations antérieures: Ensemble du personnel s occupant d enfants n ayant pas atteint l âge de la propreté Jeunes et personnels des structures collectives de garde pour personnes handicapées Patients atteints de pathologie hépatobiliaire susceptibles d évoluer vers une hépatopathie chronique dont mucoviscidose

10 Hépatite A: vaccination autour des cas Vaccination dans l entourage familial d un cas, dans les 14 jours, sans sérologie préalable les personnes: Non vaccinées Nées après 1945 Sans antécédent connu d ictère N ayant pas séjourné plus de 1 an dans un pays de haute endémicité Si un des critères non rempli, faire une sérologie Vaccination de la population exposée dans les communautés de vie en situation d hygiène précaire

11 Vaccination autour d un cas: collectivités Établissements pour personnes handicapées: enquête et mise à jour éventuelle des vaccinations des jeunes et du personnel Collectivité accueillant des enfants n ayant pas acquis la propreté: Pas de vaccination généralisée des enfants Enquête, renforcement des mesures d hygiène, éviction Mise àjouréventuelle des vaccinations du personnel

12 Vaccination contre l hépatite B: les recommandations Françaises Le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France recommande de vacciner systématiquement les enfants de moins de 13 ans en privilégiant la vaccination des nourrissons de promouvoir la vaccination des adolescents (plus de campagnes scolaires depuis 1998) Le schéma: 3 injections (0-1 -6). Schéma 4 injections réservé aux cas où protection rapide requise

13 Les recommandations Françaises Les rappels ne sont nécessaires que dans des situations particulières La vaccination est recommandée à partir de l âge de 2 mois Chez le nouveau-né de mère HbS positif la vaccination est débutée à la naissance (schéma ) associée à des immunoglobulines anti HbS Le vaccin hexavalent peut être utilisé dès l âge de 2 mois

14 Hépatite B: la problématique porteurs chroniques 2500 à 3000 infections annuelles (7% entre 11 et 15 ans) 1327 décès en 2001 Couverture vaccinale: environ 30% Antona D & al. BEH 2007; 51-52: Pequignot F & al BEH 2008; 27: Antona D & al. BEH 2007; 06: 45-9 Les sujets bien vaccinés durant les années (CV 65 à 76%) sont actuellement dans la période de risque maximal (20-30 ans). L incidence de l hépatite B va augmenter lorsqu ils en sortiront et qu y rentrera la cohorte de sujets mal vaccinés

15 Les effets bénéfiques observés (InVS) Chez les enfants vaccinés entre 1994 et 1997, ont été évitées: Environ infections 8000 hépatites aiguës 800 infections chroniques 40 hépatites fulminantes Ces résultats ont été obtenus en grande partie grâce à la couverture vaccinale élevée obtenue chez les adolescents à cette époque (76% à 11 ans, 65% chez les adolescents plus âgés) et ne se maintiendront pas lorsque les cohortes mal vaccinées vont arriver dans la période de risque (20-29 ans)

16 La stratégie vaccinale La stratégie vaccinale de base reste la vaccination des nourrissons et des adultes à risque Les inquiétudes relatives à la couverture vaccinale actuelle et ses conséquences futures soulignent le caractère urgent du rattrapage Jusque là prévu jusqu à l âge de 13 ans (âge à partir duquel le risque d être déjà contaminé augmente de manière significative)

17 Les nouvelles recommandations La période de rattrapage est portée à 15 ans révolus Avec la possibilité d utiliser entre 11 et 15 ans révolus un schéma vaccinal simplifié à 2 doses espacées de 6 mois Tout adolescent qui consulte devrait se voir proposée la vaccination contre l hépatite B

18 Les conditions d utilisation du schéma 2 doses Utiliser un des 2 vaccins ayant l AMM pour ce schéma EngerixB 20 GenhévacB Pasteur Absence de risque de contamination pendant les 6 mois séparant les 2 injections

19 Des raisons d espérer Source : Institut des Mamans, Observatoire vaccination infantile 2008, Base : 1667 enfants de mois, 1667 enfants de mois,1000 enfants de 6 ans, 1000 enfants de ans. Provenance GSK

20 Des raisons d espérer Plan national de lutte contre les hépatites et relance de la vaccination. Conférence de presse de la Ministre (17 avril 2009): il serait dommage que 70% des enfants français continuent à ne pas être vaccinés pour un risque qui n existe pas Le ministère de la santé s est engagé!

21 Vaccination contre le pneumocoque (vaccin conjugué) Introduite aux USA en 2000 Introduite en France En 2003 (premier pays d Europe): nourrissons à risque d infections invasives En 2007: généralisation à tous les enfants < 2 ans et extension enfants à risque < 5 ans

22 In Whitney CG & al. Direct and indirect effectiveness and safety of pneumococcal conjugate vaccine en practice. Pneumococcal Vaccine. Siber G, Klugman KP, Mäkelä PH Ed. Washington 2008

23 Impact aux USA: effet indirect In Whitney CG & al. Direct and indirect effectiveness and safety of pneumococcal conjugate vaccine en practice. Pneumococcal Vaccine. Siber G, Klugman KP, Mäkelä PH Ed. Washington 2008

24 Impact de la vaccination en France Emprunté à Emmanuelle Varon

25 Comment l expliquer? La couverture des souches circulantes par le vaccin PnC7 est meilleure aux USA qu en Europe Forte émergence en France de sérotypes non vaccinaux (19A, 7F) peut être favorisée par la mise en place très progressive de la vaccination Mauvaise application des recommandations: Couverture insuffisante Retard à l administration de la 1 dose Retard à l administration/ absence de rappel Même si amélioration: enquête TNS-SOFRES 2008: au moins une dose 86%, 3 doses à 12 mois 78% mais seulement 54% de rappels entre 16 et 24 mois (données Wyeth)

26 Nouvelles recommandations concernant la vaccination anti pneumoccique Schéma vaccinal simplifié à 3 doses administrées à 2, 4, 12 mois Le schéma vaccinal classique: 2,3,4, 12 mois reste recommandé chez les enfants à risque élevé d infection pneumoccique dont les prématurés

27 Le rationnel pour un schéma 3 doses Réponse AC après primovaccination en 2 doses vs 3 doses: 8 études Critère de jugement: % 0,35 µg/ml. Réponse comparable à 3 doses pour sérotypes 4, 9V, 14, 18C, 19F. Réponse post-dose 2 plus faible pour sérotypes 6B et 23F. Après rappel réponse en AC similaire entre le schéma 2 doses et le schéma 3 doses

28 Taux d incidence annuel des infections invasives à pneumocoque chez les enfants de moins de 5 ans, au Québec, ,0 Adapté de P. de Wals, ICAAC 2007 Taux pour 100,000 personnes / an 160,0 140,0 120,0 100,0 80,0 60,0 40,0 20,0 0, année 0-5 m 6-11 m m m Pays ayant adopté un schéma à 3 doses: Royaume Uni, Norvège, Italie, Québec

29 Les conditions du succès de ce schéma vaccinal Devrait améliorer l acceptabilité en diminuant les coûts Ne sera pas à l origine de cas additionnels d infections invasives à pneumocoque si La couverture vaccinale est élevée Le rappel est effectivement pratiqué et à 12 mois Des progrès sont nécessaires!

30 Autres nouveautés Vaccination HPV des jeunes filles devant bénéficier d une greffe: possibilité de vacciner avant l âge de 14 ans en respectant l AMM des vaccins (11 ans pour Gardasil, 9 ans pour Cervarix Calendrier adapté pour la Guyane: naissance pour BCG et hépatite B, Fièvre jaune + ROR à 9 mois, Pneumo (3)+ hépatite B (3) à 12 mois

31 Les difficultés d application de la vaccination en milieu de soins La varicelle La rougeole (cas de rougeole nosocomiales en 2008) La grippe: la couverture vaccinale à l hôpital < à celle de la population générale La coqueluche

32 Un paragraphe qui passera peut être inaperçu Le médecin du travail a un rôle exclusivement préventif qui consiste à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail (code du travail article L ) Il serait souhaitable que les établissements de santé favorisent la prévention de la transmission à des patients de maladies infectieuses par le personnel notamment dans les services accueillant des malades à haut risque Le médecin du travail, en concertation avec les chefs de service et les médecins traitants, pourrait jouer un rôle dans l incitation à la pratique des vaccinations recommandées par les autorités de santé

33 La rougeole Thème prioritaire national pour le semaine européenne de la vaccination 2009 Plan national d élimination de la rougeole mis en place en 2005 Contexte actuel de résurgence de cette maladie en France

34 La rougeole est une maladie fréquente On admet que 30 millions d enfants sont annuellement concernés par la rougeole dans le monde La rougeole est une des maladies infectieuses les plus contagieuses: R 0 (nombre de cas secondaires lors de l introduction d un malade dans une population réceptive) = 10 à 20 Transmission myxovirus par les sécrétions respiratoires, plus rarement par les objets contaminés La durée de contagiosité est de 10 jours (± 5 jours / éruption) maximale en phase d invasion (avant le diagnostic) Débute 24h avant les premiers signes cliniques

35 Même non compliquée, la rougeole est une maladie éprouvante Fièvre élevée Toux pénible Asthénie plusieurs semaines Complications fréquentes: Diarrhée (5-13%) Otite (3-5%) Pneumopathies (1-7%)

36 Les encéphalites de la rougeole Encéphalite aiguë: 0,2 à 0,3% 2 à 7 jours après l éruption mécanisme immuno allergique grave: mortalité 30%, séquelles de l ordre de 30% Panencéphalite subaiguë sclérosante complication tardive (en moyenne 7 ans après) démence rapidement progressive mortelle en quelques mois

37 Au total la rougeole est une maladie grave Mortalité décès dans le monde en 2007: 540 morts/ jour, 22 morts/ heure ( Taux de létalité en Europe en 2006: 0,7/ 1000 (Muscat M & al, EUVAC.NETwww.thelancet.com, 7 janvier 2009) Ce risque apparemment faible est à nuancer du fait de l extrême fréquence de la maladie en l absence de vaccination (une trentaine de décès par rougeole en France dans les années 70) Sont plus particulièrement à risque: Les nourrissons < 1an Les adultes

38 Le vaccin est efficace Dans le monde, la mortalité liée à la rougeole a été réduite de 74% entre 2000 et 2007 dont 90% en Afrique ( En Europe: cas en cas en 2007 (Muscat M & al, EUVAC.NETwww.thelancet.com, 7 janvier 2009) En France: on estime qu en trente-cinq ans la vaccination contre la rougeole a permis d éviter décès, encéphalites et séquelles neurologiques, 170 cas de panencéphalite subaiguë sclérosante (Reinert P & al Arch Pediatr 2003;10:948-54).

39 Le vaccin rougeole rubéole oreillons est bien toléré Notification de pharmacovigilance (données mondiales OMS) de tous les vaccins rougeole utilisés dans le monde: 1,2 cas / doses de vaccin Effets secondaires les plus fréquents: Fièvre Éruptions (rougeole à minima) Réactions locales (rougeur, douleur au point d injection) Convulsions fébriles

40 Objectifs OMS: contrôle et élimination de la rougeole Échéance : 2010 Échéance : 2000 Échéance : 2010 Elimination Prévention des épidémies Contrôle

41 Mesures du plan Modification du calendrier vaccinal 1 Dose de vaccin ROR à 12 mois(9 mois si collectivité) 2 Dose avant 2 ans Rattrapage pour les non/ mal vaccinés: 2 doses pour les enfants nés en 1992 et après 1 dose pour sujets nés entre 1980 et 1991 Professionnels de santé et voyageurs Déclaration obligatoire (médecins et LABM) Incitation à la documentation biologique des cas Éviter la transmission autour des cas

42 La rougeole en France cas en cas en 2003 (réseau sentinelle) 40 cas en 2006, 44 cas en 2007 (données InVS déclaration obligatoire, sous déclaration +++) Incidence % cas > 10 ans 1 AMM du vaccin rougeole: 1966 Recommandation pour tous les nourrissons 1983 Vaccin ROR dose: ,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0

43 Pourquoi sommes nous inquiets? La rougeole revient!

44 Provenance des cas Distribution des cas et taux d incidence (par million d habitants) des cas déclarés de rougeole en France en 2008 Données provisoires

45 Caractéristiques des cas de rougeole déclarées 586 cas déclarés en 2008 probablement à multiplier par 10 (sous déclaration) Age médian: 11 ans (3mois- 56 ans)- 1/3 âgés 15 ans- 26 âgés de moins de 1an Statut vaccinal: 88% non vaccinés 9% vaccinés à 1 dose 2% vaccinés à 2 doses Hospitalisation: 19% (pneumonie)- Adultes: 53% d hospitalisation Depuis janvier 2009: 150 cas déclarés 1 décès (encéphalite)

46 Les épidémies Une vingtaine de foyers épidémiques en 2008 (dont une dizaine entre septembre et novembre) Transmission nosocomiale: Épidémie de Reims (février cas): 3 personnels hospitaliers 3 patients hospitalisés Épidémie sud de la France ( mars- mai cas): 5 cas chez le personnel hospitalier

47 Couverture vaccinale contre la rougeole (BEH février 2007) Couverture vaccinale à 2 ans 2005 (au moins 1 dose): 87%

48 Couverture vaccinale en CM2 (Fonteneau L & al BEH 2008; 51-52: 493-7) La circulation du virus se poursuit tant que le pourcentage de sujets immunisés n atteint pas 95%

49 La problématique En plus de 20 ans de couverture vaccinale insuffisante nous avons accumulé des centaines de milliers de sujets qui ont échappé à la rougeole et à la vaccination La situation actuelle est durable: ces sujets vont faire la rougeole, à un âge où la maladie est plus grave La priorité est au rattrapage des enfants, adolescents et adultes jeunes non vaccinés

50 Les raisons de non vaccination Pour les parents: Le médecin ne leur a pas proposé Refus des parents N ont pas consulté à ce sujet Pour les médecins: Non perception des risques épidémiques Maladies jugées bénignes, méconnaissance des complications Craintes d effets indésirables des vaccinations Doutes sur le durée d efficacité des vaccins Suspicion de conflits d intérêt entre les Autorités de santé et l Industrie Facteurs associés à une attitude réservée: Exercice de l homéopathie Exercice en cabinet individuel Clef du problème de couverture vaccinale contre la rougeole: les médecins!

51 Le poids de la coqueluche en France Seules sont surveillées les coqueluches du nourrisson hospitalisé (Réseau RENACOQ) Incidence chez le nourrisson < 6 mois: 276/ Entre 1996 et 2005, en dépit d une CV de 98% des nourrissons 1598 NRS< 6 mois hospitalisés (17% en réa) 32 décès (88%< 3 mois): 1 à 10 /an Contamination 1 des parents: 55% Fratrie 25% Bonmarin I et al. Pertussis surveillance in hospitals : a 10 years experience.. Eurosurveillance, 2007,12 :

52 Les 2 cibles! Les adultes sont le réservoir principal de la coqueluche et le plus souvent à l origine de la contamination des nourrissons

53 Problème de la coqueluche La maladie induit une immunité d environ 10 ans Les vaccins ne protègent que pour 7 à 8 ans Tous les adultes sont potentiellement réceptifs à la coqueluche!

54 Le schéma vaccinal français Vaccin recommandé depuis 1959 Obligatoirement combiné 3 doses (2, 3, 4 mois)- rappel 2 année Rappel de ans introduit en 1998 Vaccination de l adulte introduite en 2004: stratégie du cocooning: Couples ayant un projet parental De l entourage pendant la grossesse, mère après l accouchement Professionnels de santé en contact avec des nourrissons< 6 mois

55 Les problèmes de la vaccination anticoquelucheuse Le rappel de n est pas bien appliqué: à 18 ans seuls 34% des sujets sont protégés (57% ont reçu 5 doses dont 40% à 5-6ans) Antona D et al- BEH 2007; 6:45-50 La «stratégie du cocooning» n est pas appliquée: la plupart des médecins ignorent la recommandation ou la trouvent compliquée Les recommandations de vaccination en milieu professionnel ne sont pas appliquées: recrudescence des coqueluches nosocomiales Le délai recommandé de 10 ans (non fondé) séparant 2 vaccinations comportant une valence d ou T est un obstacle à la vaccination des adultes, notamment en milieu professionnel

56 Nouvelles recommandations Avis du Haut Conseil de la Santé publique du19 mars 2008 Le HCSP Rappelle que dans le schéma français de vaccination contre la coqueluche, la pratique d un rappel à l âge de 5-6 ans n est pas recommandée. Les données épidémiologiques ne justifient pas cette pratique. Par ailleurs, la répétition des doses de vaccin coquelucheux acellulaire expose à une exacerbation des effets secondaires locaux ; Insiste sur l importance de la recommandation d un rappel coquelucheux à ans chez tous les adolescents et recommande : pour les enfants qui ont échappé à ce rappel à ans, qu un rattrapage soit pratiqué par l administration d un vaccin dtcapolio à l âge de ans, pour les enfants qui ont reçu hors recommandation un rappel coquelucheux à l âge de 5-6 ans, que le rappel coquelucheux de ans soit différé et qu un vaccin dtcapolio soit proposé à l âge de ans

57 Nouvelles recommandations Avis du Haut Conseil de la Santé publique du19 mars 2008 Insiste sur l importance de la recommandation d une vaccination avec le vaccin dtcapolio des adultes ayant un projet parental et, à l occasion d une grossesse, la mise à jour des vaccinations des membres de l entourage (enfant non à jour pour cette vaccination, adulte n ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des dix dernières années) selon les modalités suivantes : durant la grossesse, pour le père, la fratrie et, le cas échéant, l adulte en charge de la garde du nourrisson pendant les 6 premiers mois de vie, le plus tôt possible après l accouchement pour la mère (l allaitement ne constitue pas une contre-indication à la vaccination anticoquelucheuse) Chez l adulte, le délai minimal séparant une vaccination dtpolio de l administration du vaccin quadrivalent peut être ramené à deux ans.

58 Nouvelles recommandations Avis du Haut Conseil de la Santé publique du19 mars 2008 Recommande la pratique d un rattrapage coquelucheux chez l adulte n ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des dix dernières années, notamment à l occasion du rappel décennal diphtérie-tétanospolio de ans, avec le vaccin dtcapolio. Rappelle en outre, qu en l état actuel des connaissances, notamment sur la durée de protection et la tolérance de doses répétées, il n'y a pas lieu d'administrer plus d'une dose de vaccin dtcapolio chez l'adulte.

59 Nouvelles recommandations Avis du Haut Conseil de la Santé publique du19 mars 2008 La vaccination contre la coqueluche par un vaccin dtcapolio de l ensemble des personnels soignants, y compris dans les EHPAD, à l occasion d un rappel décennal dtpolio. Cette mesure s applique aussi aux étudiants des filières médicales et paramédicales. Le rattrapage des professionnels en contact avec des nourrissons trop jeunes pour avoir reçu trois doses de vaccin coquelucheux : personnel médical et paramédical des maternités, des services de néonatologie, de tout service de pédiatrie prenant en charge des nourrissons de moins de 6 mois et le personnel de la petite enfance. Pour ces personnes, le délai minimal séparant une vaccination dtpolio de l administration du vaccin quadrivalent peut être ramené à deux ans. Qu en cas de survenue de cas groupés en collectivité, le délai séparant une vaccination dtpolio de l administration du vaccin quadrivalent peut être ramené à un mois.

60

61 Avis du CSHPF (9 mars 2007) Calendrier vaccinal 2008 La vaccination BCG est fortement recommandée chez les enfants présentant des facteurs de risque de tuberculose:

62 Facteurs de risque de tuberculose Né dans un pays d endémie Au moins 1 des parents originaire d un de ces pays Devant séjourner au moins 1 mois d affilée dans l un de ces pays ATCD familiaux de tuberculose (collatéraux ou ascendants directs) Né ou vivant Île de France ou en Guyane Toute situation considérée à risque par le médecin: conditions de logement défavorables (habitat précaire ou surpeuplé) ou socio-économiques défavorables ou précaires (en particulier parmi les bénéficiaires de la CMU, CMUc, AME, ) ou en contact régulier avec des adultes originaires d un pays de forte endémie

63 Comment sont appliquées les recommandations? Guthmann JP & al BEH 2009; 12-13: 113-6

64 Comment sont appliquées les recommandations? Guthmann JP & al BEH 2009; 12-13: 113-6

65 La baisse de la CV a-t-elle des conséquences? Antoine D & al. BEH 2009; 12-13: 106-9

66 La baisse de la CV a-t-elle des conséquences? Les données épidémiologiques récentes (Guthmann JP & al BEH 2009; 12-13: 113-6) ne permettent pas d attribuer à la baisse de la CV l augmentation du nombre de cas de tuberculose observée en 2007 chez les enfants < 15ans (+15,8% / 2006) Mais nous rappellent qu il ne faut pas baisser la garde! (cf Suède) Périodes naissance Couverture BCG % Total (taux/ 10 5 ) Nés de parents suédois taux/10 5 Nés de parents étrangers taux/ ,8 2, < 2 8,1 3,9 39, ,4 4,1 15, ,7 1,3 14,5

67 La vaccination HPV Les recommandations françaises (CSHPF du 9 mars 2007): Le dépistage du cancer du col doit être poursuivi et même amélioré. Son abandon entraînerait (malgré la vaccination) une augmentation de l incidence du cancer du col. Vaccination des filles de 14 ans, avant qu elles ne soient exposées au risque Proposer le vaccin aux jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard, dans l'année suivant le début de la vie sexuelle, proposition qui pourrait être faite à l occasion d une primo- prescription de contraception, d'un recours à une pilule du lendemain, d'une consultation pour tout autre motif

68 HPV: vaccine-t-on les bonnes cibles? Provenance GSK mars 2009 Les filles de 14 ans représentent 30% des prescriptions (données Sanofi mars 2009) Inquiétudes sur l administration de la 3 dose: enquête IPSOS: 80% des jeunes filles reçoivent les 3 doses en 12 mois 50% les reçoivent en 7 mois

69 Couverture vaccinale dtpolio chez les adultes BEH décembre 2007

70 L image de la vaccination en France Source: INPES- Baromètre santé 2005

71 En conclusions Il persiste d importantes différences entre les recommandations vaccinales et leur application Les autorités de santé semblent décidées à s impliquer davantage: Mise en place d un comité pour l amélioration de la couverture vaccinale (DGS ) Plan hépatites

72 En conclusions Les opposants idéologiques à la vaccination restent pour l instant marginaux dans la population Du côté des médecins Les opposants à la vaccination sont peu nombreux mais ont un pouvoir de nuisance important Un effort de pédagogie doit être fait vis-à-vis des autres pour mieux faire connaître, justifier et expliquer les recommandations

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50)

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

sticker pipa 2015 14/09/15 18:02 Page1 19e Refus de vaccin ou de vaccination Que faire? Journée de pathologie Loic de Pontual Joel Gaudelus

sticker pipa 2015 14/09/15 18:02 Page1 19e Refus de vaccin ou de vaccination Que faire? Journée de pathologie Loic de Pontual Joel Gaudelus sticker pipa 2015 14/09/15 18:02 Page1 19e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Refus de vaccin ou de vaccination Que faire? Loic de Pontual Joel Gaudelus 1 Politique Vaccinale État

Plus en détail

D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique

D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique Grands programmes de prévention et de dépistage VACCINATIONS Pr François DABIS (ISPED) francois.dabis@isped.u-bordeaux2.fr 1 D1/L3 Médecine

Plus en détail

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1 i.d.é. Questions - Réponses sur les vaccinations Guide pratique de l infirmier(e) D après le calendrier vaccinal 2015 1 c 2015 105x200mm v6.indd 1 02/09/2015 14 c 2015 105x200mm v6.indd 2 02/09/2015 14

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul XXII ème

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

Actualités du calendrier vaccinal. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Actualités du calendrier vaccinal. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Actualités du calendrier vaccinal Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 DUCIV Lyon 25 Mars 2015 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le site du Haut Conseil

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Calendrier vaccinal 2006 et autres avis du Conseil supérieur d hygiène publique en France relatifs à la vaccination Institut de veille sanitaire N 29-30/2006 18 juillet 2006 CALENDRIER

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

re vaccination concerne un rappel tétanost

re vaccination concerne un rappel tétanost Un patient âgé de 50 ans, tabagique, alcoolique, bronchitique chronique et ayant fait il y a 3 mois une pneumopathie à pneumocoque vous consulte pour une mise à jour de ses vaccinations. La dernière re

Plus en détail

EPIDEMIE DE ROUGEOLE DANS LA METROPOLE LILLOISE EN 2010

EPIDEMIE DE ROUGEOLE DANS LA METROPOLE LILLOISE EN 2010 EPIDEMIE DE ROUGEOLE DANS LA METROPOLE LILLOISE EN 2010 Bilan et perspectives Cellule de l Institut de Veille Sanitaire en REgion Nord (CIRE Nord) Cellule Régionale de Veille, d Alerte et de Gestion Sanitaires

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Est également recommandé le rattrapage des professionnels en contact avec des nourrissons

Est également recommandé le rattrapage des professionnels en contact avec des nourrissons 2. RECOMMANDATIONS 2.1 VACCINATION CONTRE LA COQUELUCHE Recommandations générales La vaccination contre la coqueluche est pratiquée avec le vaccin acellulaire combiné à d autres valences. La primovaccination

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Plan de vaccination suisse 2015

Plan de vaccination suisse 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Etat : 2015 Office fédéral

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Vaccins à tropisme respiratoire

Vaccins à tropisme respiratoire Vaccins à tropisme respiratoire Dr V BOISSERIE-LACROIX Vaccination antigrippale! Épidémiologie :! 30-40% des enfants! Taux d hospitalisation d 90-500/100 000! Risque lié à l âge (x 9

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims janvier-mars 2008 Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008 statuts immunitaires des soignants Documentation par le CHU : services de soins, unité

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles.

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. M.TALEB ; S. BRADAI Faculté de Médecine de Sidi Bel Abbès (Algérie) Introduction la vaccination

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Les vaccins grippaux saisonniers quadrivalents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Les vaccins grippaux saisonniers quadrivalents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Les vaccins grippaux saisonniers quadrivalents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 GEIG Lyon 10 Novembre 2015 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations Déclaration Publique

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Cas clinique Mr X, 38 ans, homosexuel, infectépar

Plus en détail

LES VACCINATIONS. Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015

LES VACCINATIONS. Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015 LES VACCINATIONS Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015 LES VACCINATIONS : ECN 2016 N 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d'administration. Connaître le calendrier vaccinal

Plus en détail

Algorithmes de viavac : règles de base

Algorithmes de viavac : règles de base Règles de base viavac 2015 1 Algorithmes de viavac : règles de base Le logiciel expert viavac repose sur des algorithmes permettant d identifier les vaccinations éventuellement manquantes, et les intervalles

Plus en détail

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires AUBERT Jean-Pierre, DI PUMPO Alexandrine, GERVAIS Anne, SANTANA Pascale, MAJERHOLC Catherine, MARCELLIN Patrick. JNI, Marseille, 5

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Rapport Mission santé

Rapport Mission santé Rapport Mission santé Du 02 au 31 Août 2014 Introduction J ai réalisé cette mission en tant qu étudiante sage-femme 2 ème année dans le cadre d un stage conventionné avec la faculté libre de médecine et

Plus en détail

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

> INTRODUCTION... 3 > GROUPE DE TRAVAIL... 4 > FINALITÉ DU PLAN... 5 > OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU PLAN... 5 > OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DU PLAN...

> INTRODUCTION... 3 > GROUPE DE TRAVAIL... 4 > FINALITÉ DU PLAN... 5 > OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU PLAN... 5 > OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DU PLAN... PLAN D ELIMINATION DE LA ROUGEOLE ET DE LA RUBEOLE CONGENITALE EN FRANCE 2005-2010 > TABLE DES MATIERES > INTRODUCTION... 3 > GROUPE DE TRAVAIL... 4 > FINALITÉ DU PLAN... 5 > OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU PLAN...

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE GESTION DES IAS EN EHPAD ROLE D UN D MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE Docteur Pierre BERT Direction Médicale M AREPA (MALAKOFF) Hôpital BROCA (Paris) AREPA Association à but non lucratif

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite C au Canada

L épidémiologie de l hépatite C au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie de l hépatite C au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie de l hépatite C au Canada. Il fait partie d une série de feuillets d information

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Groupes techniques consultatifs nationaux pour la vaccination et recommandations vaccinales contre l hépatite B - exemple du CTV Tunisie

Groupes techniques consultatifs nationaux pour la vaccination et recommandations vaccinales contre l hépatite B - exemple du CTV Tunisie consultatifs nationaux vaccinales contre du CTV Tunisie Dr Bruna Alves de Rezende Chargée de Mission, Initiative SIVAC AMP, France Dr Mohamed Ben Ghorbal Membre du Comité Technique des Vaccinations de

Plus en détail

Fiche n 22 : Droit à la santé

Fiche n 22 : Droit à la santé Fiche n 22 : Droit à la santé Repères revendicatifs La CGT propose Le droit à la santé tout au long de la vie. La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large,

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005 O BSERVATOIRE DU DROIT A LA SANTE DES ETRANGERS C/o Sida Info Service, 190 Bd de Charonne, 75020 PARIS http ://www.odse.eu.org et e-mail : odse@lalune.org Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Le thème de ce dix-huitième

Le thème de ce dix-huitième TD 201 Prévention des infections transmises de la mère à l enfant 18 e colloque sur le Contrôle épidémiologique des maladies infectieuses Paris, 15 mars 2013 en résumé AUTEURS : M.C. Bayeux-Dunglas, V.

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail