QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS."

Transcription

1 QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot

2 Matériel et Méthode : Design de l étude Comparaison de chaque groupe sur les deux premiers patients rencontrés Randomisation Internes en médecine générale (N=40) Questionnaire pre test Comparaison des groupes au terme de chacune des formations Comparaison des courbes d apprentissage de chaque groupe Groupe apprentissage en simulation (GS) Groupe apprentissage au bloc (GB) Comparaison de l évolution du ressenti de chaque groupe 10 intubations en simulation 10 intubations au bloc opératoire Retrait de 7 étudiants pour cause de recueil de données incomplet Évaluation de l étudiant, tentative par tentative 2 intubations au bloc opératoire Questionnaire post test

3 Résultats : objectif principal, réussite de l intubation Moyennes de réussite sur les deux premiers patients pour chaque groupes, figure 1 p-value 0,001 p-value 0,765 Moyennes de réussite sur les deux dernières tentatives pour chaque groupes, figure 2

4 Résultats : objectif principal, réussite de l intubation Taux de réussite au cours de la formation, avec les écart-types, figure 3

5 Résultats : objectif secondaire, score global de performance Évolution de la moyenne du score global au cours de la formation, avec les écart-types, figure 4 Comparaison de la moyenne du score global sur les deux dernières tentatives (11+12), entre les groupes simulation et bloc, figure 5

6 Résultats : objectif secondaire, indices de confiance Comparaison des indices de confiance globaux entre les groupes simulation et bloc, avant et après formation, figure 9

7 Conclusion JAMAIS la première fois sur le patient : la simulation permet une réussite de l IOT de 90% au premier passage sur patient (contre 60% sans) La simulation est aussi efficace que le bloc pour la formation à l IOT (90% de réussite sur patient au terme de la formation pour les 2 groupes). Il existe sans doute un intérêt pour les premiers patients qui seront intubés par les étudiants une fois passés par la simulation.

8 QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot

9 Introduction Les techniques de simulation utilisées en santé actuellement : Patient standardisé ou simulé par un acteur Simulation procédurale ou «skill training» Simulation hybride Simulation haute fidélité contextualisée ou en «pleine échelle» Simulation tactile Réalité virtuelle ou «serious game» Qualité de l apprentissage de l intubation oro-trachéale en laboratoire de simulation, son intérêt pour les patients. Olivier VUILLOT

10 Introduction La formation à la gestion des voies aériennes des DESC de médecine d urgence est perfectible : pas de formation dédiée, pas de stage organisé au bloc opératoire, formation uniquement dans des situations d urgence (aux urgences, en réanimation) L hypothèse de travail est que la formation par simulation est premièrement efficace en elle même, et secondairement qu elle offre une qualité d apprentissage comparable à une formation classique au bloc opératoire.

11 Matériel et Méthode : critère de jugement Le critère de jugement principal est la réussite ou non de la tentative d intubation. Sonde mise en place par l étudiant Sans intervention du senior Courbe EtCO2 obtenue correcte Les critères secondaires sont : Le score composite de performance (sur 32) Les réponses au questionnaire pré et post test rempli par chaque étudiant. La note de confiance donnée par l enseignant à l étudiant (entre 0 et 10)

12 Matériel et Méthode La formation en laboratoire de simulation a eu lieu au C.E.S.U. 34, hôpital de la Colombière La formation au bloc opératoire a eu lieu au bloc opératoire de Val d Aurelle (ICM) L évaluation de la formation a eu lieu dans les blocs opératoires de Val d Aurelle et du SAR B (CHU St Eloi).

13 Résultats : comparabilité des deux groupes

14 Résultats : objectif secondaire, évaluation subjective par le senior Évolution de la notation subjective du senior, pour chaque groupe, au cours de la formation, et entre la première et la dernière tentative, figure 10 Comparaison de l évaluation subjective senior sur les deux dernières tentatives, figure 11

15 Limites de l étude La multiplicité des évaluateurs anesthésistes au bloc opératoire La disparité des sites d évaluation L expérience antérieure des étudiants

16 Merci pour votre attention

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

SIMUH - Nîmes un Centre de Simulation Médicale Université Hôpital

SIMUH - Nîmes un Centre de Simulation Médicale Université Hôpital Devenir mécène mécénat - Entreprise - fondation SIMUH - Nîmes un Centre de Simulation Médicale Université Hôpital L innovation pédagogique et technologique au service de la sécurité des patients En partenariat

Plus en détail

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy La bientraitance au bloc opératoire BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy QU EST-CE QUE LA BIENTRAITANCE? Notion positive, n est pas seulement le contraire de maltraitance

Plus en détail

Simulation en santé Passons à l action

Simulation en santé Passons à l action IX èmes JOURNEES MARTINIQUAISES PREVENTION des INFECTIONS ASSOCIEES aux SOINS 10 11 décembre 2015 Simulation en santé Passons à l action Daniel Zaro-Goni CCLIN Sud Ouest Bordeaux ... Il y a quelques années

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire»

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» «Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» Sabrina Burgat, Avocate, collaboratrice à l institut de droit de la santé, Neuchâtel - 1 - Plan de l exposé 1. Introduction 2. Le personnel du bloc

Plus en détail

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Plan de présentation 2 Vous avez dit simulation? La simulation est une technique d enseignement

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Visite ministérielle du vendredi 7 février 2014. Contacts presse : Visite ministérielle le 07 janvier 2014 p.1

DOSSIER DE PRESSE. Visite ministérielle du vendredi 7 février 2014. Contacts presse : Visite ministérielle le 07 janvier 2014 p.1 DOSSIER DE PRESSE Visite ministérielle du vendredi 7 février 2014 Contacts presse : Frédérique BOYER Responsable communication CHU de La Réunion 0692 67 65 44 frederique.boyer@chu-reunion.fr Visite ministérielle

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Plan de présentation Objectifs d apprentissage Opportunités d agir Leviers Gouverne Trajectoire

Plus en détail

Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves.

Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves. Enseignement de la Médecine d Urgence: prise en charge des patients graves. Pr Enrique Casalino SAU Bichat-Claude Bernard Réunion du CNERM Aix en Provence - 7 septembre 2009 Les patients graves aux urgences

Plus en détail

Jean- Claude Granry Jérôme Berton. CHU et Université Angers

Jean- Claude Granry Jérôme Berton. CHU et Université Angers Jean- Claude Granry Jérôme Berton CHU et Université Angers La Simula)on : défini)on Le terme «simulation en santé» correspond à l utilisation d un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural),

Plus en détail

Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation

Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation Evaluation d un nouveau vidéo endoscope bronchique à usage unique avec canal opérateur en réanimation Mémoire de DESC de réanimation Soutenu le 10 décembre 2014 par le Dr Julie Mankikian Directeur de mémoire:

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2012 Sfar. Tous droits réservés. PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE F. Lecomte, Y. Croguennec, M. Deborne 1

Plus en détail

Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire. HOPITECH - Octobre 2010

Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire. HOPITECH - Octobre 2010 Optimisation des Flux dans le Bloc Opératoire HOPITECH - Octobre 2010 OPTIMISATION DES FLUX DANS LE BLOC OPERATOIRE SOMMAIRE Présentation de STERIS Petit historique du transfert patients dans le bloc opératoire

Plus en détail

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales Télé-formation et films pédagogiques numériques sur les technologies médicales Alain Donadey, Claire Imbaud, François Langevin Université de Technologie de Compiègne - France alain.donadey@utc.fr Journées

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

S entraîner pour mieux soigner. Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG)

S entraîner pour mieux soigner. Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG) S entraîner pour mieux soigner Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG) S entraîner avec SimulHUG Les HUG donnent la possibilité aux professionnels de la santé de s

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION - 8 MARS 2013. DU CPA-SimUSanté Phase 1 Centre de Pédagogie Active et Simulation en Santé

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION - 8 MARS 2013. DU CPA-SimUSanté Phase 1 Centre de Pédagogie Active et Simulation en Santé DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION - 8 MARS 2013 DU CPA-SimUSanté Phase 1 Centre de Pédagogie Active et Simulation en Santé Apprendre autrement pour soigner mieux. Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Cinapse Pierre Foulon Directeur GENIOUS Interactive

Cinapse Pierre Foulon Directeur GENIOUS Interactive Cliquez pour modifier le style du titre Cinapse Pierre Foulon Directeur GENIOUS Interactive Cap Digital Le pôle des contenus et services numériques Projet CiNAPSe Appel FUI 14 Un constat : Présentation

Plus en détail

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé Le prélèvement de moelle osseuse Agence relevant du ministère de la santé Vous êtes compatible avec un patient qui a besoin d une greffe 1 Avant le prélèvement La date du prélèvement La date du prélèvement

Plus en détail

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Livio Durando, Adrienne Ghibaudo, Deborah de Keiser, Mathilde de Sevelinges, Dr Olivia Keita-Perse Contexte Mise en place successive

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Donner une information et contacter les patients par téléphone

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE»

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» 1 UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» M. SANDLARZ (1), P. CABRE (1), M. LAMIAUX (2), E. POULAIN (3) (1): Cellule Régionale d Hémovigilance Nord Pas-de-Calais, (2): AUDACE,

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

CampusFrance. Les études de médecine en France

CampusFrance. Les études de médecine en France CampusFrance Les études de médecine en France Qualité de la formation Formation combinant étroitement théorie (savoirs) et pratique Assurée par des universitaires qui sont, en même temps, médecins de terrain

Plus en détail

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Beyrouth, 19-20 mars 2012 Charlotte HANNA Centre de Recherche et de Développement pédagogiques République Libanaise Ministère

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

Défibrillateurs de la gamme TEC-8300K. Sans faille

Défibrillateurs de la gamme TEC-8300K. Sans faille Défibrillateurs de la gamme TEC-8300K Sans faille Celui sur lequel vous pouvez compter en cas d urgence ECG, SpO 2, PNI, MULTI connecteurs, stimulation* * Stimulation disponible sur les modèles TEC-8332K/8352K

Plus en détail

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Catherine Dupuy-Maribas, Catherine Millet, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Plan! Présentation de l IFSI! Historique du

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Infirmier(e) Anesthésiste et

Infirmier(e) Anesthésiste et Infirmier(e) Anesthésiste et Anesthésiste-Réanimateur : coopération et responsabilités Claude Ecoffey Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Université Rennes 1, 35033 Rennes

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT Avril 2015

Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT Avril 2015 ETUDE DES COÛTS DES ACTES MEDICAUX EN HAÏTI: Résultats préliminaires et perspectives d utilisation dans la prise de décision Haïti, Projet d appui technique en Haïti (PATH) Houcine AKHNIF & Lucien ALBERT

Plus en détail

Réanimation Médicale. place un protocole?

Réanimation Médicale. place un protocole? Insulinothérapie intensive e en Réanimation Médicale Comment élaborer et mettre en place un protocole? L expérience nancéienne Sarah Tincelin - Isabelle Robinet Martine Lesny - Claire Méjean Service de

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. J. Flandrin

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE Catherine Strub, Pascale Frosio, Dominique Astruc CHU Strasbourg

Plus en détail

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier Chirurgie et simulation Dr Emilie Eyssartier Pourquoi enseigner la chirurgie par simulation? Historiquement enseignement de la chirurgie : enseignement facultaire formation pratique hospitalière par compagnonnage

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 DOSSIER DE PRESSE Point presse mensuel 12 juillet 2012 Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 Contact presse Sarah IZZA 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr Point presse mensuel 12/07/2012 ARS

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

La simulation en Gynécologie. Un plus!

La simulation en Gynécologie. Un plus! La simulation en Gynécologie. Un plus! Cherfi N*, Bendaoud H**, Derguini M**, Addad B* *Maternité CHUM Alger ** Materniteé EPH Kouba 13ème congrès SAERM 22 et 23 mai 2015 1 La simulation en santé «Utilisation

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire Dr Anne MOURREGOT 24/06/2011 Historiquement, la chirurgie est ambulatoire 1230: création de la faculté de Médecine de Montpellier: la chirurgie est pratiquée dans des boutiques

Plus en détail

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert 01000 Bourg en Bresse Introduction L es traumatismes dentaires représentent

Plus en détail

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Le CHU de DIJON BOURGOGNE 1777 lits dont 281 lits d'ehpad EOH : 1 IDE pour 400 lits ( DU en hygiène ) : 3.3

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie Dr Jean-Pol DEPOIX Faut il une équipe d anesthésie en cardiologie interventionnelle? Recommandations de la SFC Stimulateurs cardiaques: pas d

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Agence interactive spécialisée santé. La simulation par le serious game

Agence interactive spécialisée santé. La simulation par le serious game Agence interactive spécialisée santé La simulation par le serious game Agence interactive spécialisée santé Sites Internet Simulation médicale Applications interactives Serious games La complémentarité

Plus en détail

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA Pr Thierry Valette Récit: Récit écrit descriptif chronologique détaillé ou décrivant les moments forts ou a problèmes d une situation De la plainte

Plus en détail

LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret. La recherche infirmière. Cas concret : où se déroule-t-il?

LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret. La recherche infirmière. Cas concret : où se déroule-t-il? LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret 2ème journée infirmier(e)s / sages-femmes Université des Sciences de la Santé 20 novembre 2004 Stéphanie OGER 1 La recherche infirmière

Plus en détail

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE F. GIRARD Présidente ANdEP Administrateur de la SoFraSims Co-pilote d un groupe de travail Groupe de travail Cadres formateurs

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Résultats et Perspectives Staff de Santé Publique du 17 septembre 2008 G. Bouche Chef de Clinique Assistant Unité d'evaluation Médicale 1 Contexte

Plus en détail

Une solution globale d analyse et de débriefing video... Apportez de la vidéo à votre pédagogie

Une solution globale d analyse et de débriefing video... Apportez de la vidéo à votre pédagogie Explorer, Analyser, Restituer Une solution globale d analyse et de débriefing video...... Apportez de la vidéo à votre pédagogie Capturez et visualisez : Capturez vos exercices pédagogiques ou simulations

Plus en détail

ALLERGIES, MALADIES RARES. REDUCTION DES RISQUES.

ALLERGIES, MALADIES RARES. REDUCTION DES RISQUES. ALLERGIES, MALADIES RARES. REDUCTION DES RISQUES. P.COURTIN S.PRACCHIA R.DJEZVEDJIAN DIM C.H MARTIGUES REANIMATION PHARMACIE 23/11/2011 1 Historique : 2001 : Jeune homme 21 ans admis en Réanimation pour

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE 2EME ANNEE DE BTS SIO NAMUR JORDAN. Du 19/01/15 au 21/02/15. Tuteur de stage : M. Tellier Benjamin

RAPPORT DE STAGE 2EME ANNEE DE BTS SIO NAMUR JORDAN. Du 19/01/15 au 21/02/15. Tuteur de stage : M. Tellier Benjamin RAPPORT DE STAGE 2EME ANNEE DE BTS SIO NAMUR JORDAN Du 19/01/15 au 21/02/15 Tuteur de stage : M. Tellier Benjamin SOMMAIRE Introduction.....3 Situation géographique.......4 Le CMCO en quelques chiffres........5

Plus en détail

La formation au Leadership Clinique a-t-elle transformé l infirmière en chef de mon unité de soins? Ressenti d un infirmier de terrain.

La formation au Leadership Clinique a-t-elle transformé l infirmière en chef de mon unité de soins? Ressenti d un infirmier de terrain. La formation au Leadership Clinique a-t-elle transformé l infirmière en chef de mon unité de soins? Ressenti d un infirmier de terrain. Olivier Guissard,, infirmier en unité de pneumologie, en charge de

Plus en détail

PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC

PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC PROGRAMME DE MÉDECINE D URGENCE DU CMFC Amélie Roy R3 Programme de médecine d urgence du CMFC (MU3) Université Laval MU-III Plan de la présentation Objectifs Stages Enseignement théorique Examens Processus

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

COMMENT ETRE ACCEPTE ET VALIDE SA MAQUETTE DE DESC DE MEDECINE D'URGENCE?

COMMENT ETRE ACCEPTE ET VALIDE SA MAQUETTE DE DESC DE MEDECINE D'URGENCE? COMMENT ETRE ACCEPTE ET VALIDE SA MAQUETTE DE DESC DE MEDECINE D'URGENCE? DESC de Médecine d urgence Le DESC (diplôme d'étude spécialisée complémentaire) est une formation universitaire, longue, spécifique

Plus en détail

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue Réservé à l administration Associés Questionnaire - Enseignants associés 1 QUESTIONNAIRE ENSEIGNANTS ASSOCIÉS Ce questionnaire permettra

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

FREINS DANS L APPLICATION DES RECOMMANDATIONS D HYGIENE PAR LES ETUDIANTS IFSI 3 ème ANNEE

FREINS DANS L APPLICATION DES RECOMMANDATIONS D HYGIENE PAR LES ETUDIANTS IFSI 3 ème ANNEE FREINS DANS L APPLICATION DES RECOMMANDATIONS D HYGIENE PAR LES ETUDIANTS IFSI 3 ème ANNEE Arlette OPEICLE Cadre de santé formateur IFSI Xavier Arnozan CHU BORDEAUX Bruno QUINTARD Maître de conférences

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

Construction du Nouveau CHU d Amiens

Construction du Nouveau CHU d Amiens Construction du Nouveau CHU d Amiens Historique et particularités du projet Thierry VELEINE ingénieur général - coordinateur du Pôle Investissements et Logistique Hopitech Amiens - 05 octobre 2012 - historique

Plus en détail

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire.

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire. Page 1 sur 12 Introduction Il y a 75 ans..les premiers simulateurs aéronautiques arrivaient. Aujourd hui ils sont :. Une obligation réglementaire pour les compagnies aériennes Maintien des compétences

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Programme. «Serious Games et Learning Games en santé» «Projects for health at the LabTeve» David Panzoli, CUFR Champollion/IRIT, Albi

Programme. «Serious Games et Learning Games en santé» «Projects for health at the LabTeve» David Panzoli, CUFR Champollion/IRIT, Albi Programme «Serious Games et Learning Games en santé» David Panzoli, CUFR Champollion/IRIT, Albi «Projects for health at the LabTeve» Pr. Liliane S. Machado, LabTeve, João Pessoa, Brésil 1 Serious Games

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Analyse du risque dans les systèmes de soins complexes ARCHES sous tutelle des établissements et organismes : Université Paris-Est Créteil

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Chirurgie ambulatoire aux Etats Unis

Chirurgie ambulatoire aux Etats Unis Conférence des DG de CHU, commission ingénierie et architecture Présidente, Mme Coudrier DG CHU Nantes Animée par Didier Bourdon, Directeur investissements AP-HP Membres du groupe : Directeur investissements,

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail

ORGANISATION DES STAGES : ECOLE DE MEDECINE DE L UCL (Règlement d ordre intérieur 2010-2011)

ORGANISATION DES STAGES : ECOLE DE MEDECINE DE L UCL (Règlement d ordre intérieur 2010-2011) Faculté de médecine et de médecine dentaire UCL Université catholique de Louvain Commission de gestion des stages Administration des stages Tour Pasteur 5360 - avenue Mounier 53 1200 Bruxelles ORGANISATION

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE Professeur M. RAUCOULES-AIME PU-PH, Chef de Pole Anesthésie et Réanimations CHU de NICE Médecin Hors Classe V. ALAUX-DHENIN Médecin de Groupement,

Plus en détail