SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres"

Transcription

1

2 SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6 p. 6 p. 7 Annexe : «Les événements indésirables graves dans les établissements de santé : fréquence, évitabilité et acceptabilité» 2

3 COMMUNIQUÉ DE PRESSE A l hôpital, 40% des incidents sont d origine humaine. Il est donc indispensable de permettre aux acteurs de la santé de se préparer aux situations à risque, d'apprendre de l'erreur et d'éviter qu'elle se reproduise. D où l intérêt de l apprentissage par simulation, utilisé au Centre d Enseignement des Soins d Urgence) de l AP-HM pour former les professionnels de santé de la région. Le CESU (Centre d Enseignement des Soins d Urgence) de l AP-HM est le seul en France à posséder un centre de simulation, attaché à un service hospitalier. L enseignement pratique s effectue sur des mannequins programmables (adulte et bébé) qui offrent une multitude de possibilités de situations d apprentissage, programmées par les formateurs et suivies d un débriefing. L avantage de cette formation est de placer d emblée les apprenants face aux situations les plus diverses et les plus complexes et d acquérir les bons réflexes. Avec ces équipements high tech, les personnels de santé bénéficient d une formation originale, en immersion, pour l acquisition des gestes d urgence face à des situations complexes. Ce type de formation doit être mieux connu, et développé au niveau de la région PACA et plus largement dans la zone Euro-Méditerranée, dans l objectif de renforcer la qualité de la prise en charge et la sécurité des patients dans les établissements de santé. Grâce à ce centre et son expertise, l AP-HM démontre son engagement en matière de qualité des soins et de gestion des risques, au service des patients qui lui font confiance. CONTACT PRESSE Perrine SEGHIER Attachée de communication - AP-HM Tél :

4 LE CENTRE D ENSEIGNEMENT DES SOINS D UR- GENCE (CESU) Situé dans les locaux de l ancien hôpital Houphouët Boigny, le Centre d Enseignement des Soins d Urgences appartient au Pôle d activités médicales RUSH (Réanimation Urgences Samu Hyperbarie) de l AP-HM. Il offre l expertise de professionnels de l urgence et de la réanimation évoluant dans des services à la pointe de la prise en charge pré-hospitalière et hospitalière. Certifié par l Agence régionale de santé en janvier 2011, le CESU 13 a toujours voulu, par ses actions et ses formations, mettre à disposition de l Institution, de l ensemble des professionnels de santé, et plus largement de la région Euroméditerranée, des outils permettant l amélioration de la qualité et de la sécurité des patients. En effet, selon une étude nationale (voir annexe), 40 % des incidents survenant à l hôpital, ayant des causes réversibles, sont d origine humaine. Dans 75 % des cas, ces facteurs humains résultent de la mauvaise application de protocoles ou de procédures connues, dans des situations critiques stressantes pour le soignant. C est dans ce cadre de travail que le Centre de Simulation entend jouer un rôle en proposant aux professionnels de santé le moyen d acquérir, de perfectionner ou d expertiser des compétences et des procédures. Ces formations se font en immersion, par des mises en situation pouvant aller de la situation simple mais grave, à une situation complexe ou exceptionnelle. A l instar des simulateurs de vol, de centrale nucléaire et de conduite automobile, l immersion permet d explorer l ensemble des composantes du management des situations de crise : la communication, l expression du leadership, le control par check list et la priorisation des actes à entreprendre. L expérience acquise depuis de nombreuses années par le CESU 13 dans le domaine de la pédagogie adaptée à l urgence favorise un débriefing éclairé après toutes les mises en situation sur simulateur. Ce débriefing permet de détecter, analyser, manager les erreurs en référence aux recommandations, par une auto-analyse et une réflexion entre les experts et les apprenants. 4

5 LES OUTILS Le centre de simulation : 250 m² dédiés à la formation Une salle de simulation modulaire pouvant être équipée de façon à ressembler au plus juste au lieu d exercice de l apprenant : cabinet dentaire, domicile de victime, box d urgence adulte ou pédiatrique, réanimation, bloc opératoire ou salle de naissance. Ce dispositif est accompagné d un matériel audio-vidéo performant : 2 micros et 3 caméras pilotées à distance assurent la retransmission en direct et en différé des actions entreprises par les apprenants, localement dans la salle de débriefing attenante, ou à distance par le biais de visioconférences. La simulation est réalisée sur un mannequin de simulation autonome de dernière génération, fonctionnant en WIFI et permettant de simuler les réactions cliniques et paracliniques. Couplé à un système de gestion informatique, il est capable d analyser toute action thérapeutique, y compris l analyse des produits utilisés de manière qualitative et quantitative. 1 salle de régie représentant le poste de pilotage et d analyse de la simulation 1 salle de débriefing permettant au groupe d observer la scène, où la synthèse sera conduite après exploitation des films Le centre de simulation comprend également 3 salles d apprentissage, équipées des tout derniers dispositifs axés sur l acquisition de gestes et de savoir-faire adaptés aux publics concernés, qu ils soient novices ou experts. Les investissements financiers consentis par l AP-HM pour la création de ce centre de simulation ont permis d obtenir un outil dont la fidélité environnementale, psychologique et matérielle offre aux apprenants une immersion dans une réalité virtuelle, afin de confronter leurs pratiques quotidiennes, d en appréhender les limites et d y apporter les correctifs nécessaires. 5

6 QUELQUES CHIFFRES Créé en juin 1987, réorganisé en septembre 2007 Directeur médical : Dr Pierre Rostini Rattaché au pôle Réanimation-Urgences-Samu-Hyperbarie de l AP-HM en 2008 : directeur Pr Auffray Effectifs : 4 infirmiers(eres) formateurs permanents IDE - IADE (spécialisés Anesthésie Réanimation) titulaires de diplôme de Pédagogie 1 secrétaire 47 formateurs occasionnels Actions de formations : 187 formateurs d Attestation de Formations aux Gestes et Soins d Urgences (AFGSU) de la région PACA AFGSU délivrées depuis 2007 Plus de heures de formations assurées en 2010 Formations spécifiques : agents de l AP-HM formés à la prise en charge de l arrêt cardiaque intra hospitalier (5 000 à l horizon 2013) 80 médecins et infirmiers de médecine du travail formés aux gestes d urgences depuis 3 ans Formation spécifique aux gestes d urgences en cabinet dentaire Centre de Simulation : adaptation à l emploi des infirmières d urgences de l AP-HM (60 fin 2011) sessions de formation sur simulateur réservées aux médecins Unique en France : utilisation de la simulation pour la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences Les infirmiers affectés dans les services d urgences des hôpitaux Conception et Timone bénéficient depuis avril 2011 d'une formation pédagogique d «Adaptation à l emploi d infirmier d urgences» avec simulation sur mannequin adulte informatisé. Le CESU est le seul en France à utiliser cette méthode pédagogique pour les formations d adaptation à l emploi qui verra 60 infirmières et infirmiers formés d ici Les soignants sont mis en situation d urgences pendant 5 jours dans un contexte stressant tel qu ils peuvent le rencontrer dans un service d urgences. Les situations rencontrées aboutissent souvent à des difficultés dont la complexité est difficile à analyser au cours de la prise en charge hospitalière. En milieu de simulation, les erreurs peuvent être analysées, discutées et corrigées. Mais le concept d'apprentissage par l'erreur en situation de soins n'est possible que sur mannequin. De plus, toutes les situations pathologiques n ont pu être rencontrées sur les terrains de stage au cours de leurs formations initiales. Le mannequin, lui, offre une multitude de possibilités de situations très proches de la réalité. L'apprenant a du temps pour observer les signes cliniques, revoir les réactions, les signes d'alerte, les bons gestes à faire. Les formateurs y introduisent des «effets parasites» comme la survenue d évènements inattendus, qui rendent plus difficile la concentration intellectuelle et obligent le soignant à prioriser son action en fonction des risques encourus. Le réalisme des situations, la fidélité psychologique, environnementale et matérielle de ce type de simulation génère l enthousiasme de tous les participants aux formations. 6

7 Annexe L étude ENEIS démontre l importance de l engagement pour la qualité des soins et la gestion des risques à l hôpital (DREES) Ministère de la santé Conclusion de l enquête nationale sur les événements indésirables graves associés aux soins en établissements de santé (ENEIS) rééditée par la Direction de la recherche, de l évaluation, des études et des statistiques (DREES) Les événements indésirables graves dans les établissements de santé : fréquence, évitabilité et acceptabilité Publié dans ÉTUDES et RÉSULTATS n mai Les résultats de l enquête ENEIS 2009 sont stables par rapport à la pre- mière édition réalisée en Ce résultat peut paraître décevant de prime abord. Pourtant, compte tenude la modification de la structure d âge des patients hospitalisés, de la complexité technique des actes et des prises en charge et des modifications des conditions de travail, avérées sur la période étudiée, une partie des experts s attendait en fait à une hausse de la fréquence des EIG (événements indésirables graves) entre 2004 et Cette stabilité des résultats ne doit par ailleurs pas masquer les progrès réalisés ces dernières années dans le domaine de la lutte contre les infections nosocomiales ou en anes- thésie-réanimation par exemple. L étude ENEIS met en évidence des populations de patients (personnes âgées, fragiles) et des spécialités pour lesquelles l incidence des événements indésirables, en particulier évitables, est plus élevée. Elle permet de dégager des cibles et des pistes d action prioritaires, notamment la formation des professionnels de santé et équipes de soins. Le facteur humain, en particulier le manque de supervision ou de communication entre soignants, est en effet déterminant dans la survenue d un EIG. Par ailleurs, les EIG sont souvent des complications connues de la prise en charge. Pour cette raison, les événements ne sont pas toujours identifiés par les professionnels de terrain comme des événements indésirables évitables. Là encore, la formation (initiale et continue) des professionnels de terrain en matière d analyse des événements indésirables est une priorité. La culture de la sécurité du patient doit continuer d être développée. Enfin, après avoir majoritairement investi dans le champ du préventif, les programmes de gestion des risques associés aux soins doivent à présent mettre aussi l accent sur la récupération des événements indésirables. En effet, le risque zéro n existe pas et il convient de travailler à réduire les conséquences des EIG: actuellement, les EIG ayant pour seule conséquence une hospitalisation ou une prolongation d hospitalisation de quelques jours ne représentent qu un peu plus de la moitié des EIG. 7

8

INSTITUT REGIONAL DE FORMATIONS SPECIALISEES EN SANTE HOUPHOUET BOIGNY INSTITUT DE FORMATION D INFIRMIERS PUERICULTEURS 416 chemin de la Madrague Ville 13314 MARSEILLE Cedex 15 Tél : 04 91 96 67 18 Réanimation

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67).

Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67). Cher Client, Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67). Rattaché au pôle d anesthésie réanimations chirurgicales

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Plan de présentation 2 Vous avez dit simulation? La simulation est une technique d enseignement

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2012 Sfar. Tous droits réservés. PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE F. Lecomte, Y. Croguennec, M. Deborne 1

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle?

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? Ma future formation 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? 3. Qu est-ce que la Validation des acquis de l expérience (VAE)? 4. Comment se passent les stages?

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

DESCRIPTION DU METIER D AUXILIAIRE AMBULANCIER IFPS - BESANCON

DESCRIPTION DU METIER D AUXILIAIRE AMBULANCIER IFPS - BESANCON Institut de Formation de Professions de Santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon Formation auxiliaire ambulancier 44 chemin du Sanatorium 25 030 BESANCON CEDEX Tél. : 03.81.41.51.37

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES L objet Le présent appel à candidatures a pour objet le développement de formations à destination des salariés des professions libérales de santé, dans les domaines suivants : Accueil,

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Transcription médicale

Transcription médicale Attestation d études collégiales (AEC) de perfectionnement Transcription médicale LCC.07 Formation en mode virtuel 2014 Transcription médicale LCC.07 (Formation en mode virtuel) Responsable du programme

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Pôle Santé Méditerranée Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Marseille, le 12 juillet 2011 Fruit d une réflexion et d une vision partagée, le Pôle Santé Méditerranée

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

LE DIPLOME D ETAT (D.E.)

LE DIPLOME D ETAT (D.E.) LE DIPLOME D ETAT (D.E.) Art. 1er. Il est créé une mention «pétanque» du diplôme d Etat de la jeunesse, de l éducation populaire et du sport spécialité «perfectionnement sportif». Art. 2. La possession

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

GIP Ecole Supérieure Montsouris

GIP Ecole Supérieure Montsouris > - ouverture et excellence GIP Ecole Supérieure Montsouris En 1988, la faculté de médecine de Créteil crée la première Maîtrise Sciences et Techniques (MST) Santé Mentale - Editorial - GIP Ecole Supérieure

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Formation d Auxiliaire ambulancier

Formation d Auxiliaire ambulancier Formation d Dossier d inscription Site de Lyon L Ambulancier assure les transports sanitaires et la surveillance de patients stables à bord des Véhicules Sanitaires Légers. Il est le second membre de l

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES C.PIEL T.CHERFAOUI CARHAIX 18 MARS 2008 INTRODUCTION La médecine d urgence est reconnue comme spécialité depuis 2004 Les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire.

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire. Page 1 sur 12 Introduction Il y a 75 ans..les premiers simulateurs aéronautiques arrivaient. Aujourd hui ils sont :. Une obligation réglementaire pour les compagnies aériennes Maintien des compétences

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Appel à projets «Simulation en santé» Dépouillement des réponses décembre 2014

Appel à projets «Simulation en santé» Dépouillement des réponses décembre 2014 Appel à projets «Simulation en santé» Dépouillement des réponses décembre 2014 Contexte national et régional Circulaire DGOS/PF2/2013/298 du 12 juillet 2013, relative au Programme National pour la Sécurité

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature

SOINS AMBULATOIRES. Niveau demandé. Nombre de stagiaires acceptées. Activités proposées au stagiaire. envoyer la candidature SOINS AMBULATOIRES CMP Philippe Paumelle Centre de consultation ambulatoire 6 équipes de secteur (psychiatre, infirmier, assistant social) Anastasia TOLIOU De 5 à 8 L 3 M3 Participation aux consultations

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Actions de préparation aux examens et concours

Actions de préparation aux examens et concours Actions de préparation aux examens et concours Sommaire Préparations concours et examens... 182 Préparation au diplôme «Préparateur en Pharmacie Hospitalière»... 183 Préparation aux épreuves de sélection

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale

Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale UNIVERSITÉ D ANGERS-ECOLE DE SAGES-FEMMES RENE ROUCHY UFR SCIENCES MEDICALES Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale Diplôme

Plus en détail

Communication à large spectre

Communication à large spectre Communication à large spectre Facilitateur de contact 10 ans d Expérience & d Expertise 5 Domaines d Activités Intégrés & Complémentaires Conférences, Formations & Conseils o Depuis plusieurs années, les

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

PRÉSENTATION du SEMESTRE 2

PRÉSENTATION du SEMESTRE 2 PRÉSENTATION du SEMESTRE 2 INTRODUCTION Dans la poursuite de la pédagogie proposée dès le semestre 1, nous vous proposons, pour le semestre 2, de renforcer l apprentissage des savoirs et vous permettre

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

A I D E - S O I G N A N T (E)

A I D E - S O I G N A N T (E) PPO COCOS SS SOCX D - S O G () L M Sous la responsabilité de l'infirmier, l'aide-soignant s'occupe de l'hygiène et veille au confort physique et moral des malades. u quotidien, il aide les patients à effectuer

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Ce catalogue n est pas exhaustif

Ce catalogue n est pas exhaustif Madame, Mademoiselle, Monsieur, Le GRETA Martinique Centre Nord Caraïbe a le plaisir de vous présenter, de manière condensée, certaines des formations que nous organisons. Pour tout renseignement supplémentaire,

Plus en détail

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 C N F - Tunis Manuel du stagiaire Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 Formateur : Pr. Abdellah CHICHI Manuel du STAGIAIRE Page 1 sur

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile

26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr. HAD Saint Joseph. Service d hospitalisation à domicile 26, boulevard de Louvain 13285 MARSEILLE Cedex 08 www.hopital-saint Joseph.fr HAD Saint Joseph Service d hospitalisation à domicile Sommaire édito 3 édito 4 Présentation du groupe Saint Joseph 6 Qu est

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail