Simulation ou Simulacre?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation ou Simulacre?"

Transcription

1 Simulation ou Simulacre? Décembre 2009 Josée Des Granges Zimmermann Page 1

2 Table des matières Introduction pour les internautes p. 4 Remerciements p. 5 Partie théorique Introduction du travail p. 6 Concepts et relations p. 9 La pensée critique p. 9 Les raisonnements vus dans une perspective de recherche en psychologie cognitive chez les médecins p. 10 L organisation des connaissances p. 13 Définition du jugement clinique p. 13 L importance du jugement clinique dans la pratique professionnelle p. 14 Les stratégies permettant de développer le jugement clinique p. 15 Laboratoire d habiletés cliniques et moyens audiovisuels p. 17 Patients simulés p. 21 Examen clinique objectif structuré (E.C.O.S.) p. 23 Pratique réflexive p. 24 Le modèle C.E.P.S.S. p. 26 Josée Des Granges Zimmermann Page 2

3 Partie pratique/expérimentation p. 29 Description de l expérience p. 29 Atelier pilote 1 : Module M3 «jugement clinique» p. 29 Travail préparatoire des étudiants p. 30 Le choix des situations p. 31 Présentation des situations A B C p. 33 Présentation du module M3 aux étudiants p. 35 Répartition et organisation p. 36 La simulation D et ses particularités p. 37 Analyse du module M3 p. 42 Atelier pilote 2 : Module Réanimation présentation et analyse p. 46 Les principaux obstacles p. 49 Les moments de satisfaction et d espoir p. 51 Économie et faisabilité p. 52 Nos visions pour le futur p. 55 Bibliographie p. 58 Annexes Annexe 1 : Consignes réflexives p. 65 Annexe 2 : Poste formatif et consigne étudiante p. 68 Annexe 3 : Rédaction aux consignes par une étudiante p. 71 Décembre 2009 Josée Des Granges Zimmermann Page 3

4 Introduction pour les internautes Ce document a été réalisé dans le cadre d un projet interne à la Haute école cantonale Vaudoise de la santé H.E.C.V. située à Lausanne en Suisse. Il se présente sous forme d un rapport, témoignant de deux ateliers pilotes s inscrivant dans un projet interne à l école de développement d un centre des pratiques simulées entre nos différentes filières de formation : infirmiers, physiothérapeutes, sages-femmes, et techniciens en radiologie médicale. Ce projet portait le nom de «C.E.P.S.S.» soit centre d enseignement des pratiques simulées en santé. Le projet C.E.P.S.S. s est échelonné entre septembre 2006 et juillet Le projet C.E.P.S.S. a été suivi par un projet de développement plus important impliquant : le Centre hospitalier universitaire vaudois (C.H.U.V), la Haute école de soins infirmiers La Source (H.E.L), la faculté de médecine et de biologie de l université de Lausanne (U.N.I.L.), le Centre d enseignement médical et communication audiovisuelle (C.E.M.C.A.V.) et la H.E.C.V. santé. Ce dernier projet inter-institutions a été nommé C 4 : Centre Coordonné de Compétences Cliniques. Le rapport du projet sera rendu en fin décembre Le document original «Simulation ou simulacre» a été légèrement modifié pour permettre sa compréhension à un plus large public. Quelques documents sont annexés à titre d'exemple, néanmoins la plus grande partie des documents annexes sont à usage interne et ne sont donc pas communicables. Les opinions et positions prises dans ce document n engagent que son auteur. 20 juin 2009 Josée Des Granges Zimmermann Page 4

5 Le document original comporte ce texte ainsi que quatre cahiers d annexes qui permettent de consulter l ensemble du travail réalisé dans les ateliers pilotes «réa» et «jugement clinique M3». Remerciements Nos remerciements s adressent particulièrement aux Professeurs Duguay et Politis Mercier pour leurs discussions, leurs critiques et leur soutien dans le cadre du projet C.E.P.S.S. ainsi qu à nos collègues réanimatrices de l équipe «Réa 144», les Professeurs Lawrence, Maio et Tagand. Le module M3 a été réalisé en collaboration avec le Professeur Thierry Luthringer qui était aussi le chef de projet C.E.P.S.S. Nous remercions aussi les autres membres de l équipe C.E.P.S.S., les Professeurs Ferrandez, Franco, et Portuesi. Les «patients simulés» doivent aussi être remerciés : les Professeurs Bernouillis, Follonier, Jarne-Top, Kampel, et Lilla. À Mesdames Sibleyras et Beylers pour leur travail de corrections et de mise en page et de vérifications bibliographiques. Notre regard se tourne également vers le Canada, vers notre ancienne doyenne, le Docteur en didactique, Margot Phaneuf et le Dr Claire-Andrée Frenette- Leclerc qui ont accepté en toute dernière minute de relire notre texte. Le Dr Leclerc a été un modèle lors de notre formation initiale en soins infirmiers et a influé favorablement sur notre parcours professionnel vers la pratique clinique, son expertise et la recherche d excellence. La photo en couverture a été autorisée par la patiente simulée ainsi que par l étudiante. Elles n ont cependant pas souhaité voir leurs noms publiés. Josée Des Granges Zimmermann Page 5

6 Partie théorique Introduction La rédaction de ce travail répond à plusieurs demandes émanant de notre direction, du décanat de la filière de soins infirmiers, ainsi que de plusieurs de nos collègues enseignants et infirmiers. Ce texte présente une approche critique qui n engage que l auteur. La première demande émanant de notre directrice, Mme Mireille Clerc, concerne le projet C.E.P.S.S. Nous tenterons ainsi d apporter des éléments de réponses aux questions abordant la pertinence du modèle C.E.P.S.S., de nos ateliers pilotes, de leurs effets dans l apprentissage et vérifierons leur faisabilité d un point de vue économique. Une revue des écrits nous a aussi été demandée; elle figure à la fin du document. La lecture de cet article en son entier n apparaît pas indispensable pour la prise de décisions. Notre direction peut dès lors se référer directement aux aspects pragmatiques formulés sous forme de propositions dans les dernières pages du document. Ce texte a été rédigé dans une logique «recherche» dans la mesure où nous avons cherché à étayer nos propos par des références que nous croyons crédibles. Il ne s agit cependant pas d une recherche au sens strict, car notre travail ne correspond pas aux critères de rigueur nécessaires à la méthodologie de recherche. Un autre élément justifiant l importance de ce texte est la réalisation d un mandat qui nous a été confié pas notre doyen. M. Van Gele, et qui visait à faire la promotion du jugement clinique et de la guidance des équipes enseignantes dans le cadre de la filière infirmière. Nous croyons avoir partiellement atteint cet objectif et nous souhaitons par ce texte en rende compte. Le dernier élément, et non le moindre, est de pouvoir répondre de façon plus précise à plusieurs questions posées par nos collègues enseignants, praticiens formateurs et cliniciens qui souhaitent développer le jugement clinique en soins infirmiers. Ces personnes attendent de nouvelles pistes de réflexion. Nous tenterons d y apporter nos expériences, qui devraient nous conduire vers des discussions au sein de l institution et vers une ouverture aux différentes pratiques. Josée Des Granges Zimmermann Page 6

7 Nous débuterons notre article en tentant de cerner notre sujet, soit le jugement clinique dans les professions de la santé. Cette partie du texte sera référencée de façon importante, afin de permettre aux lecteurs de s affranchir du présent document et d aborder les textes fondateurs des différents courants. Cette partie répondra aux deux questions suivantes: qu est-ce que le jugement clinique? Quels sont les cadres théoriques qui le sous-tendent? Nous aborderons par la suite quelques stratégies permettant de le développer. Nous présenterons ensuite le modèle que nous avons expérimenté dans le cadre du projet C.E.P.S.S. et deux ateliers relatifs à ce modèle. Il s agit du module optionnel «jugement clinique» inscrit dans le cursus H.E.S. non Bachelor 4e année et de l atelier réanimation BLS qui lui, est inscrit dans le programme obligatoire Bachelor 2e année. Nous terminerons notre travail par des propositions qui, nous le souhaitons, pourront faire avancer le développement du jugement clinique dans les professions de la santé. De nombreuses annexes permettront aux lecteurs de consulter les objectifs des modules, les consignes, les grilles E.C.O.S, les modélisations organisationnelles, les préparations des briefings, les debriefings et autres documents. Toutefois, les documents vidéo ne seront pas disponibles, car nous nous sommes engagés auprès des étudiants à ne pas les diffuser sans une autorisation écrite de leur part. Définitions Les études sur le raisonnement médical ont suscité de nombreuses recherches dans des domaines aussi différents que la psychologie, la philosophie, ou encore la pédagogie. Les termes employés en médecine sont variés : on parle de «sens clinique», de «jugement clinique», de «processus de décision médicale» ou encore «d analyse décisionnelle». Dans le contexte médical, deux approches essentielles ont été identifiées (Elstein, Schwarz, 2002) (McGuire, 1985) : Josée Des Granges Zimmermann Page 7

8 l approche descriptive, issue de la psychologie cognitive, qui vise à révéler comment les médecins résolvent naturellement des problèmes cliniques (clinical problem solving); l approche normative, qui vise à définir le processus menant à la meilleure décision dans des conditions d incertitude et à analyser comment la démarche décisionnelle peut s écarter des standards (medicals decisions making). Dans la discipline infirmière, nous retrouvons aussi des concepts et des termes variés concernant le «jugement clinique». L ouvrage de Thompson et Dowding (2002) présente notamment plusieurs termes pour le désigner. Certains auteurs parlent de décisions cliniques (Field, 1987; Ford et al., 1979; Luker et Kenricck, 1992), d autres de jugement clinique (Benner & Tanner, 1987; Itano, 1989), d inférences cliniques (Hammond, 1964), de raisonnement clinique (Grobe et al.) ou encore de raisonnement diagnostique (Carnevali et al., 1984) (p. 7). Cette multitude de concepts, définitions et vocables sont autant de facteurs positifs pour le développement de la profession infirmière. Rodgers (1989) relève toutefois que lorsqu une définition ou un attribut d un concept n est pas clair, sa capacité d intervenir positivement dans certaines tâches est grandement diminuée. Nous nous trouvons ainsi confrontés à une littérature infirmière très abondante et souvent confuse, car les théoriciens utilisent les concepts de façon interchangeable. De plus, l inclusion des différents modèles de soins, des cartes conceptuelles ou encore de différents cycles de réflexivité rend les écrits complexes, voire hermétiques. Nous tenterons dès lors de préciser les concepts centraux du «jugement clinique en soins infirmiers», afin de permettre au lecteur de comprendre ultérieurement les dispositifs didactiques développés et expérimentés dans le cadre du projet C.E.P.S.S. Josée Des Granges Zimmermann Page 8

9 Pour ce faire, nous utiliserons des recherches en sciences infirmières issues pour la plupart du paradigme naturaliste et employant des méthodologies quantitatives et qualitatives. Celles-ci intégreront les éléments subjectifs, les narrations, l importance du contexte et les différentes cultures professionnelles liées aux sous-champs disciplinaires (par exemple : santé mentale, soins somatiques aigus ou chroniques). Les recherches issues de la psychologie cognitive concernant le raisonnement des médecins nous permettront de circonscrire les concepts et de préciser notre compréhension du jugement clinique. Ces recherches s inscrivent dans le paradigme postpositiviste qui reste le courant dominant de la recherche scientifique actuelle. Concepts et relations Comme nous l avons vu précédemment, «les concepts interchangés» rendent la compréhension difficile. Par souci de clarté, nous nous appuierons sur les écrits d Alfaro-Lefevre (2008) pour préciser les liens entre «pensée critique», «raisonnement clinique» et «jugement clinique». Cette auteure tend à démontrer que les cliniciens utilisent la pensée critique et le raisonnement clinique pour élaborer leur jugement clinique. En d autres mots, le jugement clinique s apparenterait plus à «un résultat» qu à un «processus». Les termes ne sont donc pas synonymes. Tanner (2006) adopte la même position. Ainsi le raisonnement clinique sous-tend le jugement clinique, d où son importance. La pensée critique. Certains théoriciens de «la pensée critique» comme Watson et Glaser (1980), McPeck (1981), Facione (1990), Boychuck Duchster (1999) et Simpson et Courtney(2002) la définissent comme une analyse incluant l évaluation et les inférences. Bitner et Tobin (1998) incluent l interprétation, l explication et l auto-régulation comme éléments centraux de la pensée critique. Le questionnement socratique est souvent proposé pour discerner, examiner les hypothèses, en faire ressortir les contradictions et les points de vue multiples. Ce type de questionnement nous permet aussi de différencier connaissances et croyances. Josée Des Granges Zimmermann Page 9

10 Les raisonnements vus dans une perspective de recherche en psychologie cognitive chez les médecins Le premier chapitre du livre publié par Junod, A.F. (2007) Décision médicale ou la quête de l explicite, propose une revue des écrits traitant du raisonnement. Nous l avons sélectionné pour la qualité de sa synthèse. Nous postulons ainsi que le raisonnement des infirmières est similaire à celui des médecins. Nous n avons pas de recherche pour appuyer ce postulat; notre seule expérience clinique permet de fonder ce choix. Le raisonnement clinique et ses différents processus D après Junod (2007), les processus se déclinent selon trois perspectives. 1. Les processus analytiques de raisonnement de type hypothético-déductif. 2. Les processus non analytiques de raisonnement. 3. Les processus mixtes, analytiques et non analytiques de raisonnement. 1. Les processus analytiques de raisonnement Junod (2007) cite les recherches effectuées dans les années 1970 par l équipe d AS Elstein à l Université du Michigan et appelées «Medical Inquiry project», ainsi que les travaux de Kassirer, J. Gorry, G.(1978) et de Barrows, H.S.(1972). Ces recherches démontrent que les médecins résolvant un problème clinique utilisent systématiquement une stratégie comprenant plusieurs étapes définissant un processus appelé hypothético-déductif. Dès que la plainte est énoncée par le patient, naissent dans l esprit du médecin une ou plusieurs hypothèses diagnostiques, qui servent dès lors de cadre à la recherche d informations supplémentaires. Les données cliniques sont interprétées pour juger si elles sont compatibles avec l hypothèse testée, puis l hypothèse est elle-même évaluée pour être, soit retenue, soit écartée, soit vérifiée par des données supplémentaires. Ce processus recommence avec de nouvelles hypothèses, jusqu à ce que le médecin atteigne le diagnostic clinique de présomption. Les hypothèses générées peuvent être d abord générales puis spécifiques, ou d emblée spécifiques; la première hypothèse est générée très tôt, après moins de Josée Des Granges Zimmermann Page 10

11 cinq données cliniques, le nombre d hypothèses considérées en même temps varie de deux à quatre, et le nombre total d hypothèses émises, varie de quatre à sept. Ce même processus hypothético-déductif est également utilisé lorsque les sujets reçoivent comme instruction de ne pas générer d hypothèses avant la fin de la consultation. ( ) Les médecins compétents ne se distinguent, ni par le nombre d hypothèses générées, ni par la quantité de l information recherchée, mais plutôt par la collecte de données clés et par l interprétation et l évaluation de leurs hypothèses, ainsi que la qualité des hypothèses testées. C est ce que confirment certains auteurs (Barrows, H.S. 1982) (Norman, G.R & al 1985). L application de règles causales ou conditionnelles Patel et coll. (1986, 1991) concluent que la connaissance peut être représentée comme un réseau de propositions reliées par des règles causales ou conditionnelles (si le symptôme A est présent ( ) alors cela implique le diagnostic B). Le raisonnement consiste donc en un processus dans lequel les médecins reconnaissent un ensemble de données critiques et appliquent correctement les règles stockées dans leur mémoire. Le processus part donc des données cliniques et aboutit au diagnostic, ce qui est opposé au processus hypothético-déductif qui part des hypothèses pour chercher les données pertinentes. 2. Les processus non analytiques Bien que l existence d un modèle hypothético-déductif ait été largement confirmée par les auteurs suivants : Kassirer, J. Gorry, G. (1978), Neufeld, V.R. Norman, G.R. Barrows, H.S. Feightner, J.W. (1981). Gruppen, L.D. Wooliscroft, JO. Wolf, F.M. (1988), d'autres ont constaté que, dans des situations familières, les médecins n énoncent pas spécifiquement des hypothèses, mais semblent reconnaître directement un tableau clinique, de manière inconsciente et automatique à travers des processus non analytiques. Les lecteurs pourront ainsi se rapporter aux écrits de Norman, G.R. Rosenthal, D. Brooks, L.R. Allen SW, Muzzin, L.J. (1989). Josée Des Granges Zimmermann Page 11

12 Ce dernier type de processus consiste à identifier au sein d un cas clinique soit des configurations caractéristiques de signes (pattern recognition), Groen, G.J, Patel V.L. (1985), soit une similarité avec des cas rencontrés précédemment. Selon le modèle dit de cas concrets (instances) de Schmidt, H.G. Norman, G.R. Boshuizen,H.P.(1990)., les catégories diagnostiques sont représentées comme une collection de situations cliniques individuelles déjà rencontrées. Lorsque le clinicien est face à un nouveau patient, il compare sa présentation clinique à celle stockée dans sa mémoire pour l associer à un diagnostic donné. Ces cas concrets peuvent être stockés comme ils ont été vécus, sans abstraction, et l apprentissage consiste ainsi en l addition de nouvelles expériences cliniques à la base de données logée dans la mémoire. Nous relions les processus non analytiques déclinés plus haut aux processus intuitifs des «experts» décrit par les travaux de Benners et Tanner (1987). 3. Une catégorie intermédiaire de processus est aussi énoncée dans les travaux de Junod (2007). L intrication entre processus non analytique et analytique est plus complexe qu un simple choix inconscient selon la situation clinique qui se présente. La reconnaissance d une similarité peut représenter le moyen d activation en mémoire d une solution (une hypothèse et un réseau de connaissances relatif à cette hypothèse). Cette première étape d activation peut ensuite être suivie d une étape de confirmation sur le mode hypothético-déductif. Cette combinaison «reconnaissance de similaritéconfirmation hypothético-déductive» est très courante et a été démontrée formellement par Kalatunga-Moruzi, C., Brooks, L.R., Norman, G.R. (2001) ainsi que par Norman, G.(2001). Si l approche «mixte» semble rencontrer un intérêt important chez les experts, l approche hypothético-déductive reste l approche employée quand certaines données ne peuvent plus être reliées entre elles. Ainsi le modèle hypothético-déductif reste-t-il incontournable pour les novices comme pour les experts. Passons maintenant aux connaissances et à leur organisation. Josée Des Granges Zimmermann Page 12

13 L organisation des connaissances Le processus de raisonnement lui-même ne permet pas d expliquer la compétence à résoudre des problèmes cliniques. Cette dernière est également liée à la connaissance que le médecin possède dans un domaine particulier et à la manière dont celle-ci est organisée suite à l exposition clinique. Les recherches suivantes confirment cette position : Patel, V.L., Groen, G.J. (1986), Groen, G.J., Patel, V.L. (1985), Gale, J., Marsden, P. (1982), Grant, J., Marsden, P. (1988). C est donc vers l étude de l organisation des connaissances et de leur activation que la recherche s est orientée à ce stade. Plusieurs modèles d organisation des connaissances ont été élaborés : parmi eux, les cas concrets (instances), les prototypes, et les réseaux complexes comprenant les scripts, les réseaux sémantiques et les schémas. Nous pouvons relier ces remarques à nos propres observations quotidiennes auprès des étudiants. Les processus sans les connaissances ne permettent pas, en effet, de formuler des jugements cliniques crédibles. Nous proposons maintenant une définition du jugement clinique après en avoir analysé les différentes composantes : Le jugement clinique est la résultante d une combinaison de plusieurs activités procédurales et cognitives complexes. Nous pensons ici à l observation, aux raisonnements, aux réflexions et aux processus décisionnels. Ces différentes activités prennent «sens» en relation avec les connaissances interreliées du professionnel. Cet ensemble d activités s articule avec la position, voire la posture critique qu adopte le soignant, ceci en se soumettant aux règles éthiques et déontologiques professionnelles. Le jugement clinique permet ainsi aux professionnels de la santé de construire et d évaluer les problématiques principales des clients, la gravité des situations, les priorités de soins et de surveillance, et de prendre des décisions contextualisées. Il est à remarquer que la notion de jugement est associée à l absence de certitudes et que ce même jugement évolue en fonction des différents stades de l expertise. Dans notre compréhension et Josée Des Granges Zimmermann Page 13

14 en référence aux travaux de Kataoka-Yahiro, M. & Saylor, C. (1994), le jugement clinique est un jugement professionnel qui se réalise en situation directe de soins. Ainsi, si les jugements cliniques sont toujours des jugements professionnels, les jugements professionnels ne sont pas nécessairement des jugements cliniques. Le jugement clinique est une thématique importante pour la profession. Nous la retrouvons dans plusieurs axes de la formation ainsi que dans les compétences requises pour exercer la profession. L importance du jugement clinique dans la pratique professionnelle Le développement du jugement clinique représente un défi éducationnel et professionnel important. En effet, depuis plusieurs années, les situations de soins se complexifient, les populations vieillissent, le temps d hospitalisation raccourcit, les contraintes économiques et organisationnelles s amplifient et nécessitent de la part des professionnels des compétences de raisonnement et de jugement en adéquation avec ces situations. De plus, les référentiels de compétences édictés par les instances de formation intègrent formellement le jugement professionnel. Cette compétence est centrale au rôle autonome du professionnel soignant, notamment au regard de l examen clinique. Pour Doyon, Brûlé & Cloutier (2002), «l avenir de l examen clinique dans la pratique infirmière se traduit par l accroissement de l autonomie professionnelle de l infirmière et le développement de sa capacité à poser un jugement clinique solide» (p. 13). Encore maintenant et malgré les recherches, le jugement clinique est présenté comme une forme moderne du processus de soins infirmiers et enseigné comme tel. À cet égard, Dupuis, A. et Lefebvre, M. (1993) définissent le jugement clinique de la façon suivante : En soins infirmiers, porter un jugement clinique signifie poser un diagnostic infirmier et déterminer des interventions infirmières afin de résoudre des problèmes. Pour y parvenir, l'infirmière utilise un processus de résolution de problèmes qu'on appelle la démarche de soins infirmiers (p. 228). Josée Des Granges Zimmermann Page 14

15 Les recherches conduites depuis la fin des années 1970 ont révélé l inadéquation à présenter le processus de soins infirmiers comme seul représentatif des processus de raisonnement clinique et de leur résultante que sont les jugements cliniques (Corcoran, 1986; Tanner, 1987; Tanner et al.,1987; Tanner, 2006).Ainsi, en fonction des résultats de ces recherches, la formation du «jugement clinique» a évolué. Les stratégies permettant de développer le jugement clinique D une unique centration sur le processus de soins appelé aussi «démarche systématique», les théoriciens et les formateurs ont progressivement intégré des variétés de stratégies, permettant de développer les habiletés multiples et complexes qui composent le «jugement clinique». Précisons néanmoins que même si l enseignement de la démarche systématique est d une grande importance pour la profession, elle ne représente cependant plus «la» seule et unique façon de procéder. Tanner (2006) précise par ailleurs qu une entière confiance en ce seul modèle pour guider la formation infirmière serait un mauvais service à rendre aux étudiants. Corcoran-Perry, S. et Narayan, S. (2000) (p ) décrivent quelques stratégies éducationnelles permettant de développer ce qu elles désignent sous le vocable de «raisonnement clinique». Certaines stratégies insistent sur les processus cognitifs, d autres sur l organisation des connaissances. Quelques stratégies mettent encore en tension les processus cognitifs et l organisation des connaissances. À titre d exemples, mentionnons les stratégies suivantes : La formulation d analogies; Le processus hypothético-déductif et le testing des hypothèses; Le modèle interactif qui se fonde sur la théorie des schèmes; Penser à haute voix (Thinking aloud); La réflexivité à propos de l action; Les simulations en laboratoire d habiletés cliniques; L aide au raisonnement avec des moyens informatiques. Josée Des Granges Zimmermann Page 15

16 Ces auteurs nous encouragent à développer un répertoire de stratégies et à l enrichir de nouveaux éléments en fonction des objectifs visés. Dans le cadre du projet C.E.P.S.S., nous avons utilisé plusieurs stratégies permettant de développer le «jugement clinique» : 1. les simulations filmées en laboratoire d habiletés cliniques; 2. l utilisation de «patient simulé»; 3. l utilisation d une grille Examen clinique objectif structuré (E.C.O.S.); 4. la réflexivité à propos de l action; 5. le processus hypothético-déductif et le testing des hypothèses; 6. penser à haute voix (Thinking aloud). Nous présenterons les trois premières stratégies, qui sont peu connues de certains de nos collègues professeurs, et aborderons le modèle C.E.P.S.S. ainsi que la réalisation des ateliers pilotes «jugement clinique» et «réanimation». Nous reviendrons ensuite très brièvement sur la quatrième stratégie, soit la réflexivité, cette stratégie étant déjà bien connue de nos collègues. Nous signalons aux lecteurs que nous avons été très attentive à ne pas confondre les buts et les moyens. Les stratégies sont au service de l apprentissage; elles ne sont pas des finalités. Nous utilisons par exemple «la simulation» afin d aider les étudiants à se professionnaliser par l action. Ce n est donc pas pour le plaisir de faire du théâtre. Néanmoins, si l exercice est agréable, il restera mieux inscrit dans la mémoire de l étudiant. Nous donnerons encore un exemple de la sixième stratégie. Les quatre premières stratégies Laboratoire d habiletés cliniques et moyens audiovisuels L utilisation de «patient simulé» L utilisation d une grille Examen clinique objectif structuré (E.C.O.S.) La pratique réflexive Josée Des Granges Zimmermann Page 16

17 Laboratoire d habiletés cliniques et utilisation des moyens audiovisuels Nous avons eu l opportunité, en juin 2007, de visiter les laboratoires d habiletés cliniques de l Université de Maastricht en Hollande. Notre interlocuteur, M. Van Dalen, nous a présenté l ensemble des laboratoires d habiletés (Skillslab) et les concepts pédagogiques fondant les laboratoires. Un rapport rédigé par notre doyen, M. Van Gele, résume cette visite et est disponible sur le réseau informatique de la HECVSanté. Nous retiendrons de l expérience hollandaise que les habiletés cliniques se développent et s organisent du simple au complexe. Nous expliquerons de façon détaillée ce principe qui nous a passablement interpellées et qui a posé un obstacle à la transposition didactique des simulations. Depuis de nombreuses années, la discipline infirmière positionne ses pratiques dans le paradigme de la complexité. Les recherches disciplinaires effectuées ont démontré la complexité de nos pratiques, ainsi que la complexité des situations des patients et de leurs familles. De plus, l approche pédagogique de la HECVSanté repose sur le constructivisme où les situations de soins sont d emblée présentées dans leur intégralité afin d en conserver la complexité. N est-ce pas un retour en arrière que de poser ce principe de construction? Dans un certain sens oui, si nous réduisons les situations à «des formats pédagogiques» et croyons que cela est une reproduction du «réel». Dans un autre sens non. Nous continuons alors à nous inscrire dans le paradigme de la complexité et relevons l expérience des laboratoires de pratiques comme des entités différentes de celles de la pratique. Dans cette perspective, les laboratoires de pratiques ne sont pas de «pâles copies» des vraies pratiques sur le terrain. Nous pensons par ailleurs que rien ne peut remplacer la richesse de l expérience professionnelle. Ainsi, les laboratoires ne remplacent pas la pratique. Ils peuvent la préparer, la compléter, mais pas la remplacer. Ce sont des lieux d apprentissage privilégiés où il peut même être possible d apprendre autant, voire plus que dans la pratique si les conditions didactiques sont Josée Des Granges Zimmermann Page 17

18 respectées. Le «patient simulé» ne disparaîtra pas pour aller au scanner au moment du recueil de données, par exemple. Nous pensons qu il est pertinent d inscrire en début de formation des habiletés faussement qualifiées de «simples» sous la catégorie «moins complexe». À titre d exemple, mentionnons la mesure de la pression artérielle. Cette technique, souvent mal reconnue dans sa complexité, est présentée comme une habileté de base permettant d évaluer la fonction cardio-vasculaire. Elle a été régulièrement pratiquée en milieu de stage. Elle est indispensable au jugement clinique lors de certaines simulations. Néanmoins, nous avons observé que cette mesure est encore mal maîtrisée par nos étudiants en fin de formation. Nous souhaitons démontrer par cet exemple que le jugement clinique doit reposer sur des données fiables et crédibles. L étudiant doit être capable de réaliser un recueil de données «sensé» et suffisamment précis et fiable pour échafauder une construction mentale comme le jugement clinique. Ainsi, dans les ateliers d habiletés, il est pertinent de développer les habiletés dites «moins complexes» ou «de base» ou encore «constitutives», en prérequis des ateliers de jugement clinique. Ceci dans une perspective où les situations sont complexes, mais l apprentissage échelonné selon des gradients de difficulté. Cela ne veut néanmoins pas dire qu il faut interdire aux étudiants de penser ou de chercher à formuler des hypothèses, ce qui semble par ailleurs impossible (se référer aux travaux D Elstein (1978)). Il faut plutôt organiser les activités de formation autrement. Au vu de ce qui précède, nous pensons qu il est difficile de demander à un étudiant en tout début de formation de formuler des jugements cliniques. Il doit d abord commencer par maîtriser les habiletés cliniques de base et connaître les normes. Il doit apprendre au préalable à récolter des données de façon précise. Nous insisterons par conséquent sur le principe du «moins complexe au plus complexe» dans la formation des activités dites «pratiques». Abordons maintenant les moyens audiovisuels, très appréciés des étudiants et des professeurs. Josée Des Granges Zimmermann Page 18

19 Les moyens audiovisuels Nos étudiants sont de la génération «internet» où l image et les sons sont médiatisés. L utilisation des caméras et autres moyens audiovisuels est perçue comme un moyen dynamique, novateur permettant d apprendre en s observant et en s écoutant. L observation d un document vidéo numérisé permet à l étudiant de s auto-informer et plus spécifiquement de : confronter ses impressions subjectives et son analyse avec des images et des paroles «relativement objectives»; les angles de prise de vue et la qualité des images et du son pouvant influer sur l objectivité; découvrir de nouveaux éléments de la simulation réalisée; vérifier l organisation, la priorité des actions et leur inscription temporelle (timing); observer la position du corps dans l espace; observer les réactions du patient simulé. Les professeurs trouvent aussi des avantages à l utilisation des moyens audiovisuels. S ils sont présents lors des tournages, ils peuvent revérifier l évaluation des prestations de l étudiant et rechercher de nouveaux éléments. Lors de la simulation, l étudiant peut, par exemple, se présenter au patient de façon incomplète. Malgré une grille d évaluation bien construite, il est possible d oublier certains éléments ou d être distrait par un bruit dans la salle ou un problème de caméra. De plus, après plusieurs simulations, une diminution de la concentration du professeur est envisageable. La vidéo peut ainsi apporter des éléments supplémentaires. En revanche, si les professeurs sont absents du tournage, ils peuvent découvrir les prestations des étudiants avec les réserves que nous émettons plus loin. Les vidéos étant numérisées et le timing affiché, il est intéressant de pouvoir situer les actions dans le temps. Nous pourrons par exemple découvrir qu après seulement 2 minutes, l étudiant s est présenté, s est désinfecté les mains, a Josée Des Granges Zimmermann Page 19

20 installé confortablement son patient, tout en écoutant ses demandes et ses craintes. L enchaînement, l organisation et la priorité des actions sont intéressants à regarder pour identifier les schèmes d action de l étudiant. La vidéo est une aide à l apprentissage. Elle ne doit donc pas être vue uniquement comme un moyen de surveillance et de contrôle. Par ailleurs, si le visionnement des séquences apporte des compléments d information aux professeurs, il nous apparaît cependant impossible, pour le moment du moins, d évaluer somativement des prestations sur la seule base d enregistrement vidéo. Les angles de vue peuvent être trompeurs et désavantager l étudiant. La qualité sonore étant pour l instant médiocre, il est fort possible que des propos soient inaudibles ou que des «bruits parasites» rendent l audition difficile. De plus, le cadrage choisi par le caméraman donne une dimension et une ambiance particulières. L image n est ainsi probablement pas toujours le reflet exact de ce qui s est déroulé. Elle reste néanmoins un complément très intéressant et très apprécié des étudiants et des professeurs. Passons maintenant à l approche des «patients simulés» appelés aussi «patients standardisés». Josée Des Granges Zimmermann Page 20

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Présentation à la Commission des affaires sociales Ordre des pharmaciens du Québec 28 mai 2002

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES

APPROCHE PAR COMPÉTENCES APPROCHE PAR COMPÉTENCES GUIDE D ÉLABORATION DES ACTIVITÉS D APPRENTISSAGE Phase I Élaboration du programme d études local Louise Savard Conseillère pédagogique Hiver 2004 Table des matières 1. PROCÉDURE

Plus en détail

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières M.Th Celis HELHO Tournai N.Jacqmin HERS - Libramont M.Gobert PRISCI - UCL Science infirmière

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Audit qualité Programme de formation Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes Séminaire européen du SIDIIEF Evolution de la formation infirmière : quels défis pour les milieux cliniques? 21 novembre 2013 Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Un engagement profond envers l apprentissage continu Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Table des matières Message du Bureau des affaires professionnelles...3

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS PROFESSEUR DES ÉCOLES PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS Éric SEGOUIN Denis BASCANS Une méthode et un outil d aide à la conception et à la programmation de séquences d enseignement pour l école primaire

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine LICENCE 2013-2014 Mention Administration économique et sociale (AES) Parcours Santé Soins Infirmiers BAC + 1 2 3 4 5 Domaine 1. Editorial du responsable La licence AES-santé s'inscrit dans la perspective

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada 2007 Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Master Théorie et pratiques des arts interactifs

Master Théorie et pratiques des arts interactifs Master Théorie et pratiques des arts interactifs Co-directeurs du Master Université de Poitiers Bertrand Augereau augerau@sic.univ-poitiers.fr École Européenne Supérieure de l Image Sabrina GRASSI-FOSSIER

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 Propriété intellectuelle : Le matériel original développé dans le cadre

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois.

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois. 1178, Route du bord de mer Le Florentin 06700 Saint-Laurent du Var Tél/fax.: 04 92 12 97 52 - aefe@wanadoo.fr www.aefe-france.fr THEMATIQUE : «MANAGEMENT des HOMMES et des EQUIPES» Contextualisation de

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail