Eléments de Gestion Bilancielle. Dr. Kpate Adjaouté HEG, Décembre 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments de Gestion Bilancielle. Dr. Kpate Adjaouté HEG, Décembre 2006"

Transcription

1 Eléments de Gestion Bilancielle Dr. Kpate Adjaouté HEG, Décembre 2006

2 Plan du Cours I Introduction II Problématique du Calcul du Revenu Net III Typologie des Produits et leur Traitement IV Approche en Termes de Projection de la Marge Nette d Intérêt V Extension Risque de Prépaiement

3 I INTRODUCTION Exemple de structure de bilan d une banque: Actif Montant Passif Montant Immobilisations Financières 10,000 Fonds Propres 2,000 Prêts à la Clientèle 5,000 Depots Client à Terme 14,000 Prêts Interbancaires 2,000 Emprunts Interbancaires 1,500 Comptes Courants Débiteurs 1,000 Comptes Courant (à vue) 700 Autres Actifs 500 Autres Passifs ,500 18,500

4 I INTRODUCTION Trois questions d intérêt à propos de ce bilan: Comment la banque dérive t-elle sa marge nette de cette structure? Quelles stratégies sont/devraient être mises en place pour maîtriser le processus de génération de la marge nette? Comment la question de la MNI se pose t-elle dans une optique de prévision, et donc de simulation?

5 I INTRODUCTION La réponse à la première question requiert une typologie des produits en question La deuxième question s intéresse aux aspects de GESTION pour donner un profil désiré/désirable à la MNI Quant à la dernière question, il s agit d être PROACTIF et d intégrer l impact de l environnement économique futur.

6 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET La question n est pas aussi banale qu elle paraît au prime abord Différentes approches de calcul conduisent à des résultats diamétralement opposés!! A tel point qu il a été nécessaire d introduire le fameux IAS 39 - IFRS L objectif principal de l IAS 39 est de refléter la «Fair Value» des instruments financiers Un exemple illustratif:

7 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Swap #1: Swap #2: Swap #3: TOTAL: VAN = + CHF 1.4 mln VAN = - CHF 0.8 mln VAN = - CHF 0.5 mln VAN = + CHF 0.1 mln Valeur reportée dans le bilan = 0, dans l optique d une comptabilisation en coût historique

8 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET TOTAL: VAN = + CHF 0.1 mln «Fermeture» du swap #1 pour CHF 1.4 mln Le compte de P & L montre un profit de CHF 1.4 mln La valeur bilancielle du reste du portefeuille est toujours de zéro Perte «cachée» = CHF 1.3 mln Swap#2: Swap#3: VAN = -CHF 0.8 mln VAN = -CHF 0.5 mln

9 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Note sur l évaluation des swaps d intérêt T+20 T+15 Contrepartie A Swap Dealer Contrepartie B LIB3 LIB3 Engagements à taux fixe Engagements à taux flottant

10 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Note sur l évaluation des swaps d intérêt Transaction au temps t Cash flow au temps t Cash flow au temps s Cash flow au temps T Investir 1 Frs à Libor 6 mois Réinvestir 1 Frs à Libor 6 mois à la date s -1 (1+I t ) 0-1 (1+I s ) TOTAL - 1 I t (1+I s )

11 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Note sur l évaluation des swaps d intérêt On observe que cet investissement de 1 frs produit tous les cash flows de la jambe flottante du swap + 1 Frs à l échéance On peut se débarrasser de ce 1 Frs supplémentaire en empruntant sa VA à la date t: VA jambe flottante = [1-b(t,T)]. N La valeur de la jambe fixe est simplement égale à la VA des flux fixes: VA jambe fixe =[b(t,s)+b(t,t)]. x. N

12 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET La valeur du swap n est rien d autre que la différence entre les VA des deux jambes: Valeur du swap = =[b(t,s)+b(t,t)]. x. N - [1-b(t,T)]. N A l initiation du swap, sa valeur est égale à zéro, de manière à ce qu il n y a pas d échange de flux, ce qui implique: X = b 1 b( t, T ) ( t, s) + b( t, T )

13 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Exemple de BB: initiation du deal GBP Pay swap

14 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Exemple de BB: Courbe sous-jacente

15 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Exemple de BB: Cash Flows et calcul de valeur

16 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET «Horizon Scenario Swap Value»:

17 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Cloture du swap avant terme: «Swap Termination»

18 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Détermination de la valeur de clôture:

19 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET La parade de l IAS 39: classification des instruments en quatre catégories: Fair Value Through Prift & Loss (FVTPL) HTM Held-to-Maturity Investments Loans& Receivables(L & R) Available-for-sale financial assets (AFS)

20 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET FVTPL: il s agit d instruments détenus pour le négoce: Acquis avec l intention manifeste de les revendre Faisant partie d un portefeuille clairement identifié comportant des produits gérés ensemble avec réalisation de profit à court terme. Instruments contingents, exceptés ceux détenus pour la couverture Ces instruments sont comptabilisés selon la méthode dite de la FVO Fair Value Option

21 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Exemple de FVO avec le contrat future sur taux d intérêt: TYZ6 Cmdy

22 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU Calcul du P & L dutyz6 NET

23 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Calcul du P & L du TYZ6

24 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET La catégorie Held-to-Maturity (HTM): Instruments autres que les dérivés, avec paiements déterminés/déterminables et une maturité fixée Autres que ceux classés en FVO Catégorie non autorisée si la pratique de l institution au cours des 2 dernières dément la prétention de HTM

25 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Catégorie tenue selon la méthode du coût historique Soumise à des restrictions sévères en ce qui concerne leur vente avant terme Aucun produit dérivé ne peut être classé dans cette catégorie Il peut résulter une volatilité artificielle de P & L pour les actifs couverts avec des produits dérivés

26 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Exemple d obligation (CUSIP) couvert par un swap d intérêt: D où les règles de qualification des SI pour être classés FVH dans la catégorie HTM

27 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Catégories «Loans and Receivables» Il s agit essentiellement des éléments de type prêts/emprunts (depôts client) qui ne sont pas quotés sur un marché Dans l optique IAS39, sont traités de la même manière que les éléments HTM Sachant que certains éléments de cette catégorie peuvent faire l objet de couverture par des SI, les règles de FVH s appliqueraient donc.

28 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET La Catégorie «Available-for-Sale» - AFS C est la catégorie par défaut pour tous les éléments qui n auront pas été lassés dans aucune des 3 autres catégories Inclut les actifs détenus pour des raisons réglementaires Les variations de valeur sont passées aux réserves, tandis que le revenu (coupon) passe par le compte de P & L. Les réserves passent en P & L en cas de déclassement => P&L différés

29 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Dans beaucoup de banques, la majeur partie des éléments du bilan n est pas cotée: dépôts client, crédits hypothécaires, etc. Même dans le cas des actifs cotés, les banques souhaitent lisser le revenu en évitant la FVO D où l adoption des règles de «Hedge Accounting»

30 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Synthèse des règles pour le «Hedge Accounting» La «Désignation» des instruments de couverture et des instruments couverts: La «Documentation», qui met en relief les éléments concernés et qui démontre aux tiers externes la stratégie mise en place Les «Tests d Efficacité de la Couverture»: Prospectifs: Retrospectifs: «Monitoring Continu»:

31 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Synopsis des éléments de l actif: Immobilisations financières: HTM Prêt à la clientèle: HTM Prêts interbancaires: HTM Autres débiteurs à vue: HTM Ces éléments feront donc naturellement l objet d un calcul de MNI. De même que tous les instruments de couverture qui leur sont rattachés et qualifiés pour la FVH.

32 II PROBLEMATIQUE DU CALCUL DU REVENU NET Synopsis des éléments du passif: Fonds propres libres: principe de comportementalisation Dépôts clients à terme: HTM Emprunts interbancaires: HTM Autres créditeurs à vue (comptes courants): HTM Ces éléments et les FVH associés feront donc partie du calcul de la MNI (= éléments de coût)

33 III Typologie des Produits et leur Traitement L objectif est le calcul de la MNI: MNI = Somme des revenus sur les éléments de l actif - Somme des coûts sur les éléments du passif Nous allons passer en revue chacun des éléments pour nuancer la méthode de calcul

34 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Principe de base: Revenu = coupon couru + amortissement du discount Revenu = coupon couru - amortissement du premium Obligation «simple» à coupon fixe et au dessus du pair Le coupon fixe est connu, faire attention au day count convention: Act/365, 30/360, Act/Act, etc.. Amortissement du Premium selon l une des deux méthodes: linéaire ou «constante yield»

35 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Exemple: obligation 6.5%, échéance 10 ans, cotée 102, montant nominal acheté: 10 mln L amortissement linéaire quotidien est de 200,000/3650 = Pour l amortissement en «constant yield», il faut d abord calculer le constant yield: n 100 ( 1 + y) = 102 * ( 1 + ) 3650 = 102 * y y = % par jour sur la «book value» du jour J1 J1500. J3650 Coupon 1,780.82?? Premium ?? Total 1,725.48??

36 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Obligation «simple» à coupon fixe et cotée au dessous du pair Le coupon fixe est connu, faire attention au day count convention: Act/365, 30/360, Act/Act, etc.. Amortissement du «discount» selon l une des deux méthodes: linéaire ou «constante yield»

37 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Exemple: obligation 6.5%, échéance 5 ans, cotée 95, montant nominal acheté 10 mln L amortissement linéaire quotidien est de 500,000/1,825 = Pour l amortissement en «constant yield», il faut d abord calculer le constant yield: ( 1+ y) n = 95* ( 1+ ) = 95* y y = % par jour sur la «book value» du jour J1 J1000. J1825 Coupon 1, Premium Total 2,047.83

38 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Obligation «simple» à taux variable: les indices variables sont le Libor 1 mois, le Libor 3 mois, le Libor 6 mois et le Libor 12 mois Le taux variable est refixé à intervalle régulier, par exemple tous les trois mois dans le cas d un floater LIB3 Pour le calcul du revenu, on utilise le «reset» courant pour calculer l intérêt couru En cas de premium/discount, il convient d amortir ce dernier selon la méthode choisie (linéaire ou constant yield) sur l échéance de l obligation

39 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Obligation «zéro-coupon» Le seul élément de revenu est le discount Il convient d amortir ce dernier selon l une des deux méthodes: linéaire ou «constant yield» Exemple: obligation zéro-coupon, échéance 2 ans, prix actuel 92, notionnel 10 mln Constant yield: 100 ( ) y ====> = % = 92 1 y

40 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Obligation de type «MBS Mortgage Backed Securities», «CMO Collateralized Mortgage Obligations» Definitions: MBS, CMOs, ABS, ARMs Ces obligations ont une maturité légale bien supérieure à leur maturité effective, i.e 30 ans Ceci est dû aux pré-paiements qui raccourcissent leur durée de vie Pour l amortissement du premium/discount, on définit d abord une échéance effective basée en général sur la WAL = Weighted Average Life Le coupon couru lui se calcule sur la base du montant restant à rembourser La somme du coupon couru et du premium/discount donne le revenu

41 III Typologie des Produits et leur Traitement Immobilisations financières: Obligation de type «CMO Collateralized Mortgage Obligations» - exemple du 38374NMC

42 III Typologie des Produits et leur Traitement Prêts à la clientèle: le traitement est le même que les obligations avec coupon, sachant qu il n y pas de premium/discount pour les prêts. Il faut toutefois se rappeler que certains prêts s amortissent et utiliser le montant restant à rembourser comme base de calcul Prêts Interbancaires+Comptes débiteurs Coupon couru sur le nominal Autres Actifs En général non porteurs d intérêts et donc hors de l équation

43 III Typologie des Produits et leur Fonds Propres Traitement Les fonds propres sont-ils «gratuits»? En règle générale, on procède à une comportementalisation du capital: Le capital appartient alors à un centre de profit Ce centre de profit «prête» à son tour le capital à un autre centre de profit dont le rôle est de gérer des fonds Le coût du prêt est fixé dans le cadre d un FTP, «Funds Transfer Pricing» Une fois le coût convenu, le calcul du coût du capital se fait simplement comme sur les autres produits

44 III Typologie des Produits et leur Traitement Dépôts Clients le traitement est le même que les obligations avec coupon, sachant qu il n y pas de premium/discount pour les dépôts. Emprunts Interbancaires+Comptes créditeurs Coupon couru sur le nominal Autres Passifs En général non porteurs d intérêts et donc hors de l équation

45 III Typologie des Produits et leur Traitement Les Swap de Taux d Intérêt qualifiés FVH La jambe fixe du swap (payeur ou receveur) est traitée comme une obligation à taux fixe (pas de premium/discount, les swaps étant la plus part du temps des par swaps. La jambe flottante (payeur ou receveur) est traitée comme une obligation à taux variable, également sans premium/discount

46 III Typologie des Produits et leur Traitement Exemple de présentation de la MNI Eléments Montants Coupons Immob. Financières 85 Premium/Discount - 3 Intérêts sur Prêts Clientèle 48 Intérêts sur Prêts Interbancaires 20 Intérêts sur Prêts à Vue 15 Intérêts sur Swap (Receveur) 10 Total Revenu d'intérêt 175 Coût des Fonds Propres - 22 Intérêts sur Dépôts Clientèle - 82 Intérêts sur Emprunts Interbancaires - 15 Intérêts sur Emprunts à Vue - 8 Intérêts sur Swap (Payeur) - 13 Total Coût d'intérêt Marge Nette d'intérêts 35 Revenu des Fonds Propres 22 Marge Nette d'intérêts Totale 57

47 IV Approche en Termes de Projection de la MNI L exercice de projection de la MNI est nécessaire à plusieurs égards: La budgétisation Compréhension de la structure du bilan Cerner l impact d un certain environnement économique (scénario) sur la profitabilité Optimiser la gestion du bilan

48 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Les ingrédients de la projection «L objet» à modéliser: le bilan L environnement économique envisagé: le ou les scénarios L horizon de projection: Une batterie d hypothèses sur l horizon de projection choisi

49 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Particularités des éléments à court terme du bilan: Ces éléments on en général une échéance inférieure à une année; Mais, ils sont bien souvent renouvelables Que faut-il donc faire pour un horizon de projection supérieure à l année? Des hypothèses sont donc indispensables sur: La masse qui sera renouvelée L échéance pour laquelle cette masse sera renouvelée Le prix (taux) auquel le renouvellement sera effectué

50 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Les éléments à long terme du bilan Pour ceux dont l échéance dépasse l horizon de projection, il n y a pas de questions particulières, excepté s il y a une clause optionnelle: En revanche, il convient de faire des hypothèses pour ceux qui échoient avant l horizon de projection: Quels types d actifs? Quels taux/prix de réinvestissements?

51 IV Approche en Termes de Le scénario économique Projection de la MNI Il s agit essentiellement de se faire une opinion sur les taux d intérêt (et de change) qui prévaudront sur l horizon de projection Les taux vont-ils augmenter? Ou au contraire vont-ils baisser? On peut se servir d un modèle macro-économique de prévision, ou des modèles de «Term Structure of Interest Rates» connus En général, le point de départ est la courbe actuelle des taux à terme: «scénario de base» Ce scénario de base est alors complété par autant de cas de figures que nécessaire

52 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Note sur le calcul des taux d intérêt à terme voir Appendix à ce cours (document word)

53 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Exemple du taux d intérêt à terme CHF 3 mois Taux Spot et Fwd 3 Mois CHF Taux en % Temps Spot CHF Fwd 3CHF

54 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Exemple du taux d intérêt à terme USD 1 mois

55 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Exemple de taux d intérêt à terme pour quelques scénarios Coupon Base Plus100 Plus200 Moins100 Moins oct-06 oct-08 oct-10 oct-12 oct-14 oct-16 oct-18 oct-20 oct-22 oct-24 oct-26 oct-28 oct-30 oct-32 oct-34

56 IV Approche en Termes de Projection de la MNI Exemple de Résultats Attendus: Projection sur 12 mois MNI -2 40,000,000 35,000,000 30,000,000 25,000,000 20,000,000 15,000,000 10,000,000 5,000,000 - Scen P3 Scen P2 Scen P1 Base Scen M1 Scen M2 Scen M3 Scen M4

57 V Analyse d Instruments Plus Complexes Un cas simple pour commencer: un prêt hypothécaire amortissable sur 15 ans de 676,000 Frs au taux fixe de 4% Cash Flows - Prêt Amortissable sur 15 ans (180 mois) au Taux de 4% 6,000 5,000 4,000 Flux 3,000 2,000 Intérêts Amortissement 1, Mois

58 V Analyse d Instruments Plus Complexes Prêt hypothécaire amortissable sur 15 ans de 676,000 Frs au taux fixe de 4% Calcul de l annuité constante: Calcul des amortissement successifs Calcul du montant restant dû à une date future

59 V Analyse d Instruments Plus Complexes La Titrisation des hypothèques: MBS et CMOs (Design) Originator 1 Originator 2 Asset Pooling Special Purpose Vehicle SPV Issue of Asset-Backed Securities Institutional Investors

60 V Analyse d Instruments Plus Complexes MBS et CMOs: composantes des cash flows Prêt n.1 amortissement prévu du principal intérêts sur principal restant dû prépaiement Prêt n.2 amortissement prévu du principal intérêts sur principal restant dû prépaiement Actif titrisé d un Nominal de 500 mln «Pooled» Cash Flows amortissement prévu du principal intérêts sur principal restant dû prépaiement Règles pour la distribution des cash flows Prêt n.1,000 amortissement prévu du principal intérêts sur principal restant dû prépaiement

61 V Analyse d Instruments Plus Complexes Règles usuelles pour la distribution des cash flows Tranches «Principal Only» - PO Définition Exemple Tranches «Interests Only» - IO Définition Exemple Et autres Combinaisons:

62 V Analyse d Instruments Plus Complexes Risque de prépaiements: modélisation statique La valeur de tout actif financier est fonction des cash flows projetés Il s agit ici de faire des hypothèses sur les prépaiements : «Conditional Prepayment Rate - CPR»: suppose qu un certain % du principal restant est prépayé chaque mois sur la durée restante, Ce % appelé CPR dépend de l historique des prépaiements observés et des conditions économiques attendus Le CPR est exprimé en pratique en terme annuel, puis on en déduit le taux de prépaiement mensuel appelé «Single Month Mortality - SMM» SMM = ( 1 ) 1 / 12 1 CPR Exemple: pour un CPR de 6%: SMM = 1 1/ ( ) = =

63 V Analyse d Instruments Plus Exemple CPR SMM Complexes Etant donné le SMM, le prépaiement pour un mois t se calcule comme suit: Pr épaiement pour le mois t = SMM x ( Pr incipal res tan t dû au début du mois Re mb. prévu pour le mois t) Supposons une hypothèque dont le montant restant dû est de 290 mln et dont le remboursement prévu pour le prochain mois est de 3 mln. Pour un SMM de %, le prépaiement estimé est de: x (290,000,000 3,000,000) = 1,476,041

64 V Analyse d Instruments Plus Complexes Le PSA Public Securities Association Benchmark C est une convention du marché qui suppose : Un CPR de 0.2% pour le premier mois, qui augmente de 0. 2% par mois par année pendant les 29 premiers mois quand il atteint alors 6% Puis un CPR de 6% pour le restant de la vie du CMO Cette définition correspond à ce qu on appelle «100%PSA» si t 30, alors CPR = 6% t 30 si t > 30, alors CPR = 6%

65 V Analyse d Instruments Plus Complexes PSA Benchmark: représentation graphique CPR en % 150%PSA 100%PSA 50%PSA Age de l hypothèque en mois

66 V Analyse d Instruments Plus Complexes Exercice: tableau des cash flows pour un CMO à taux fixe dont les caractéristiques sont les suivantes: Maturité moyenne: 357 mois (maturité initiale = 360 mois) Montant restant dû: 400 mln Coupon payé sur le CMO: 7.5% Coupon moyen brut: 8.125% Sur base de «100%PSA», et pour chacun des 357 mois, montrez les éléments suivants: montant restant dû, SMM, la mensualité, l intérêt net, le remboursement prévu du principal, le prépaiement, le total du principal payé et le cash flow Utiliser les taux de financement donnés dans le fichier Scenario_Rates.xls pour calculer la MNI pour: «100%PSA» (scénario 1), «150%PSA» (scénario 2) et «50%PSA» (scénario 3)

67 V Analyse d Instruments Plus Le résultat doit être du type: Complexes CFs CMO de 400 Mln Mois - 100%PSA CFs 3,000,000 2,500,000 2,000,000 1,500,000 1,000, , Mois Interests Total Principal

68 V Analyse d Instruments Plus Complexes Modélisation Dynamique: modèles «Proprietary» L objectif de ces modèles est de proposer une modélisation des CF (et donc une valorisation) qui soit différente des modèles statique Le but ultime étant d arriver à des stratégies de trading des instruments en question: achat des obligations sous-évaluées et vente de celles sur-évaluées Les ingrédients utilisés par ces modèles sont: La courbe actuelle des taux d intérêt Les facteurs démographiques Les facteurs géographiques Etc On remarquera que, une fois le modèle mis en œuvre et les cash flows estimés, on peut toujours trouver l équivalent statique (PSA) qui génère les même CF, et donc la même valorisation que modèle «proprietary» Cela veut-il dire que le modèle «proprietary» est inutile?

69 V Analyse d Instruments Plus Complexes Exemple BB d un CMO (38374NMC)

70 V Analyse d Instruments Plus Complexes Graphique des PSA (scénarios)

71 V Analyse d Instruments Plus Complexes Exemple BB d un CMO Graphique des PSA (scénarios)

72 V Analyse d Instruments Plus Complexes Exemple BB d un CMO CFs sur Base d un PSA 280

73 V Analyse d Instruments Plus Complexes Fixe vs floating rate CMOs En règle générale, le fixe est nettement plus convexe que le floating Il s en suit des variations de vitesse de prépaiement drastiques d un CMO à taux fixe par rapport à un flottant La sensibilité du flottant aux variations des taux d intérêt dépend toutefois de la marge rajoutée au taux flottant LIB a-t-il la même importance quand le LIB3 est à 1% que quand il est à 3%? Clairement non.. Regardons une première mesure du risque de prépaiement: la WAL ou Weighted Average Life

74 V Analyse d Instruments Plus Complexes Floating rate CMOs: 38373RYS

75 V Analyse d Instruments Plus Complexes Floating rate CMOs: 38373RYS

76 V Analyse d Instruments Plus Complexes Modèle dynamique: WAL de CMO fixe et flottant Scenario WAL_Float WAL_Fix Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scen Scenario Weighted Average Life - WAL Scen12 Scen2 Scen11 Scen14 Scen3 Scen10 Scen9 Scen1 Scen4 Scen6 Scen5 Scen13 Scen7 Scen8 WAL_Float WAL_Fix

77 V Analyse d Instruments Plus Complexes Analyse de la MNI sur CMO fixe et flottant Pour un scénario défini, le modèle dynamique permet d obtenir les informations suivantes: Date Remb. Principal Intérêts Princ. au Début , ,188 99,437, ,379, ,529 98,505, ,358, ,633 97,126, ,424, ,841 95,768, ,402, ,719 94,343, ,077 52,667 10,533, ,376 48,791 9,758, ,278 7,660 1,531, ,717 4, , ,915 1, ,915 TOTAL 99,437,639 17,272,838 Sur la base de cette information, la MNI peut être calculée, étant donné un schéma de funding

78 V Analyse d Instruments Plus Complexes MNI sur CMO: Cas fixe Monthly Paydowns: +/- 100BPs 7,000,000 6,000,000 5,000,000 4,000,000 3,000,000 2,000,000 1,000,000 - Base Scen7(+100) Scen11(-100) oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct-15

79 V Analyse d Instruments Plus MNI sur CMO: Cas fixe Complexes Monthly Interests - +/-100 BPs 600, , ,000 Base 300,000 Scen7(+100) 200,000 Scen11(-100) 100,000 - oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct-15

80 V Analyse d Instruments Plus MNI sur CMO: Cas fixe Complexes Funding Cost - +/-100BPs , oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct , , , Base Scen7(+100) Scen11(-100) -500, ,000.00

81 V Analyse d Instruments Plus Complexes MNI sur CMO: Cas fixe MNI - +/-100BPs 160, , , ,000 80,000 60,000 40,000 20, ,000-40,000 oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct-15 Base Scen7(+100) Scen11(-100)

82 V Analyse d Instruments Plus Complexes MNI sur 12 mois et en 2007 Base Plus100 Moins100 12Mois MNI Mois MNI Mois MNI 2007 Intérêts 5,491,068 5,178,202 5,627,192 5,425,126 4,665,934 3,817,799 Coûts de Funding - 4,755,195-4,374,151-5,691,045-5,438,570-3,386,640-2,638,208 MNI 735, ,051-63,853-13,444 1,279,294 1,179,591

83 V Analyse d Instruments Plus Complexes Le cas des scénarios +/- 200 bp Monthly Paydowns: +/- 200BPs 16,000,000 14,000,000 12,000,000 10,000,000 8,000,000 6,000,000 4,000,000 2,000,000 - Base Scen8(+200) Scen12(-200) oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct-15

84 V Analyse d Instruments Plus Complexes Le cas des scénarios +/- 200 bp Monthly Interests - +/-200 BPs 600, , ,000 Base 300,000 Scen8(+200) 200,000 Scen12(-200) 100,000 - oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct-15

85 V Analyse d Instruments Plus Complexes Le cas des scénarios +/- 200 bp Funding Cost - +/-200BPs , oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct , , , , Base Scen8(+200) Scen12(-200) -600, ,000.00

86 V Analyse d Instruments Plus Complexes Le cas des scénarios +/- 200 bp MNI - +/- 200BPs 250, , , ,000 Base 50,000 Scen8(+200) - Scen12(-200) -50, ,000 oct-06 oct-07 oct-08 oct-09 oct-10 oct-11 oct-12 oct-13 oct-14 oct ,000

87 V Analyse d Instruments Plus Complexes Introduction à la notion de sensibilité de la MNI MNI - TOTALE 4,000,000 3,000,000 2,000,000 1,000, ,000,000-2,000,000-3,000,000-4,000,000-5,000,000-6,000,000 Base Scen7(+100) Scen8(+200) Scen11(-100) Scen12(-200)

88 V Analyse d Instruments Plus Complexes Introduction à la notion de sensibilité de la MNI Sensibilité - MNI TOTALE - -1,000,000-2,000,000-3,000,000-4,000,000-5,000,000-6,000,000-7,000,000-8,000,000-9,000,000 Base Scen7(+100) Scen8(+200) Scen11(-100) Scen12(-200)

89 V Analyse d Instruments Plus Complexes Conclusion sur l approche en terme de scénario de la MNI MNI MNI -2 20,000,000 19,500,000 19,000,000 18,500,000 18,000,000 17,500,000 17,000,000 16,500,000 16,000,000 15,500,000 15,000,000 Scen P7 Scen P6 Scen P5 Scen P4 Scen P3 Scen P2 Scen P1 Base Scen M1 Scen M2 Scen M3 Scen M4 Scen M5 Scen M6 40,000,000 35,000,000 30,000,000 25,000,000 20,000,000 15,000,000 10,000,000 5,000,000 - Scen P3 Scen P2 Scen P1 Base Scen M1 Scen M2 Scen M3 Scen M4

90 V Analyse d Instruments Plus Complexes Conclusion sur l approche en terme de scénario de la MNI Scenario Sensibilité - en % - MNI Sensibilité - en % - MNI 2 Scen P7-9.1 Scen P6-4.4 Scen P5-3.4 Scen P4-3.1 Scen P Scen P Scen P Base Scen M Scen M Scen M Scen M Scen M5 3.7 Scen M6 5.5

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

I q Actifs corporels et incorporels

I q Actifs corporels et incorporels [ Retraitements en IFRS Les retraitements d homogénéité modifient les comptes individuels des filiales, pour les rendre conformes au modèle unifié des comptes consolidés du groupe. Lorsque les comptes

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ ANNEXE A LA NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT N 2002-09 du 12 DECEMBRE 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli)

SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli) SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli) Exercice 1 Les firmes X et Y se voient offrir les taux suivants pour un emprunt de 10 millions de dollars Firme X 5.0% Libor +1% Firme Y 6,5% Libor +2% Le Libor pou la première

Plus en détail

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier?

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier? : vers quel modèle de reporting financier? Congrès 2011 de l Institut des Actuaires Paris, jeudi 16 juin 2011 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu Introduction Travaux

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Se poser quelques questions : Dans quel pays vais-je vivre? Quels seront mes besoins (somme à évaluer / an)? Que veux-je faire

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5 Philippe PRIAULET Mise en place et mesure de performance de stratégies obligataires Introduction 1- La notion de paris sur la courbe

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Options et Swap sur intérêt

Options et Swap sur intérêt Options et Swap sur intérêt Risk Management - TP 3-1 - Exercice1 : choix de deux options J ai décidé d utiliser le site Swissquote pour cette recherche. Toutefois j ai préféré prendre des warrants (certificats

Plus en détail

Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008

Recommandation pour les  organismes d'assurance 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Conseil national de la comptabilité Paris le 15 Décembre 2008 Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Dans

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

IFRS et dérivés de couverture

IFRS et dérivés de couverture IFRS et dérivés de couverture Matinale SFEV du 26 mai 2011 Jean-François Sablier Associé Gérant Ricol Lasteyrie Perspective historique (1/3) NORMES FRANÇAISES vs NORMES INTERNATIONALES Normes françaises

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

Ecritures d inventaire

Ecritures d inventaire Date début :.. Date fin : Problématique : L exercice comptable découpe la vie de l entreprise. A chaque fin d exercice, il est nécessaire de procéder à un inventaire comptable qui permettra d élaborer

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Le terme «risque» est porteur de connotations

Le terme «risque» est porteur de connotations 44-49 EchangeBisCor.qxd 12/07/13 11:53 Page 44 SAVOIRS par Dominique Beudin De la couverture à la naissance du risque systémique L idée d une assurance contre les risques financiers est à l origine de

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Série d exercices 4. /s k

Série d exercices 4. /s k ACT-10412 Mathématiques financières Série d exercices 4 1. Un prêt est remboursé à l aide de n paiements annuels égaux. Après n 1 années, le montant total de capital remboursé s élève à 3 955,20. La part

Plus en détail

DESS INGENIERIE FINANCIERE

DESS INGENIERIE FINANCIERE DESS INGENIERIE FINANCIERE Mercredi 27 mars 2005 Philippe TESTIER - CFCM Brest 1 SOMMAIRE Le Change au comptant (spot) ; Le Change à Terme (termes secs, swaps de change) ; Les Options de Change ; Les Options

Plus en détail

Théorie financière Travaux pratiques Session 2 «Valeur actuelle» Ex. : PV & Bond Math Jongler avec les taux d intérêts

Théorie financière Travaux pratiques Session 2 «Valeur actuelle» Ex. : PV & Bond Math Jongler avec les taux d intérêts Théorie financière Travaux pratiques Session 2 «Valeur actuelle» Ex. : PV & Bond Math Jongler avec les taux d intérêts Titulaire : Professeur Kim Oosterlinck «PV and Bond Maths» «Jongler avec les taux

Plus en détail

Introduction aux Produits Structurés

Introduction aux Produits Structurés QUATRIEME PARTIE Introduction aux Produits Structurés Mai 2012 Sommaire Sect 1 Le concept de Produit Structuré Définition Historique Les clients et leur problématique d investissement Sect 2 Introduction

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

CALISTO. Présentation détaillée de CALISTO

CALISTO. Présentation détaillée de CALISTO CALISTO Présentation détaillée de CALISTO Afin de donner à l Utilisateur une idée plus précise du contenu de CALISTO, nous éditons ci-après une série de copies d écran commentées, qui concernent des fonctionnalités

Plus en détail

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Présentation Salle des marchés Centrale Lille Octobre 2007 Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Jérôme CHANE Sales Fixed Income Tel: 03.20.57.50.00 Email: prenom.nom@calyon.com

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

Le Modèle de taux de Ho-Lee - Pricing d obligation

Le Modèle de taux de Ho-Lee - Pricing d obligation Le Modèle de taux de Ho-Lee - Pricing d obligation Le modèle de Thomas S. Y. Ho et Sang-bin Lee [1] est un modèle simple de fluctuation de taux d intérêts. Il est utilisé sous l hypothèse d absence d opportunité

Plus en détail

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010 23 juillet 2010 Définitions Exemples - Interactions Obligations Credit Default Swap (CDS) First To Default Collateralized Debt Obligation (CDO) Probabilité de défaut Le modèle exponentiel dynamique - Introduction

Plus en détail

Produits financiers dérivés. Octobre 2007

Produits financiers dérivés. Octobre 2007 Produits financiers dérivés Octobre 2007 Plan Généralités sur les produits dérivés Les contrats Forward Les contrats Futures Les swaps Les options «plain vanilla» Les options exotiques Page 2 Généralités

Plus en détail

Examen Mesures de Risque de Marché

Examen Mesures de Risque de Marché ESILV 2012 D. Herlemont Mesures de Risque de Marché I Examen Mesures de Risque de Marché Durée: 2 heures. Documents non autorisés et calculatrices simples autorisées. 2 pt 1. On se propose d effectuer

Plus en détail

COURS 8 ET 9 : LA VOLATILITÉ DU PRIX DES OBLIGATIONS : DURÉE ET CONVEXITÉ

COURS 8 ET 9 : LA VOLATILITÉ DU PRIX DES OBLIGATIONS : DURÉE ET CONVEXITÉ COURS 8 E 9 : LA VOLAILIÉ DU PRIX DES OBLIGAIONS : DURÉE E CONVEXIÉ LE RISQUE DE AUX D INÉRÊ DÉFINIION E CALCUL DE LA DURÉE E CONVEXIÉ LES RÈGLES DE LA DURÉE LES PROPRIÉÉS DE LA CONVEXIÉ LES LIMIES DE

Plus en détail

COURS Nº7 : LES OBLIGATIONS

COURS Nº7 : LES OBLIGATIONS COURS Nº7 : LES OBLIGAIONS DÉFINIION E CARACÉRISIQUES LES PRINCIPALES CLAUSES DU CONRA DU PRÊ ÉVALUAION DES OBLIGAIONS LES OBLIGAIONS ZÉRO-COUPON E LES COUPONS DÉACHÉS : CONSÉQUENCES FISCALES LES MESURES

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché:

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: En général, le calcul de la prime d'un produit tel qu'une action se calcule par la formule du modèle Black-Sholes.

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

International Accounting Standards

International Accounting Standards 27 / 09 / 2004 JOURNEE INVESTISSEURS SOCIETE GENERALE International Accounting Standards Frédéric Oudea, Directeur Financier du Groupe Pierre-Henri Damotte, Responsable Principes et Méthodes Comptables

Plus en détail

Chapitre 2: Le portefeuille obligataire. Marchés financiers et gestion de portefeuille

Chapitre 2: Le portefeuille obligataire. Marchés financiers et gestion de portefeuille Chapitre 2: Le obligataire 24 Plan du chapitre 2: 2.1 Définitions 2.2 Processus de gestion de 2.3 Eléments de calcul obligataire 2.4 Structure par terme des taux d intérêt 2.5 Stratégies de gestion du

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Olivier Brandouy Université de Bordeaux 2014 2015 Diapo 1/11 Olivier Brandouy Master 2 Métiers de la Banque (CPA) Produits dérivés : pour quoi faire? Ce sont

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS

L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS Bijoux BULINDERA, Consultante Asset Technology L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS Aujourd hui la norme IAS 39 est une révolution. Les règles de couverture sont beaucoup plus strictes et

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir

Plus en détail

Comptabilité des titres et reporting d investissement

Comptabilité des titres et reporting d investissement Comptabilité des titres et reporting d investissement Cantaluppi & Hug AG Comptabilité des titres Reporting d'investissement Introduction La comptabilité des titres représente le centre névralgique du

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail