Simuler le cumul pour valider

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simuler le cumul pour valider"

Transcription

1 Énergies renouvelables et eau chaude Simuler le cumul pour valider Est-il opportun de cumuler les énergies pour améliorer les installations de production d eau chaude sanitaire? Quelles sont les interactions entre le thermique, la récupération de calories et l appoint? Comment, sur ces bases, optimiser les systèmes? Comment se comportent ces équipements en maison individuelle et en collectif? Dans cet article, les ingénieurs du bureau d études Amoès tentent de répondre à ces différentes questions. Par Manuel Bardoux, François Bourmaud et David Chénier Amoès. 1. Objectifs et résultats 1.1 Démarche et objectifs Ce travail produit par le bureau d études Amoès a pour objet de déterminer la pertinence des combinaisons de systèmes de préchauffage thermique, qui sera dit S, et récupération de chaleur sur les eaux grises pour le préchauffage de l eau froide au robinet de la douche, dit R, ou ballon, dit Rbis entre eux et avec le système principal de production : une chaudière à, dite C, ou un ballon thermodynamique, dit B, pour la maison individuelle, une chaudière à pour le bâtiment de logements collectifs. On s attend en effet à ce que le rendement de production soit plus ou moins dégradé par le cumul des systèmes, d où la définition d un facteur correctif sur le gain attendu d une solution renouvelable. Les hypothèses de modélisation, les combinaisons étudiées et les schémas de principe sont explicités dans le paragraphe 2. Quelle est la portée de l étude? C est d évaluer, de façon approchée, la pertinence du cumul des solutions. Plus particulièrement, nous avons souhaité mettre l accent sur le facteur correctif des apports des solutions renouvelables mises en œuvre. Pour cela, on calcule ce que consomme le moyen principal de production, dit A ( ou ballon thermodynamique) en l'absence de complément ( ou récupérateur sur eaux grises). Puis, on détermine ce que consomme le moyen principal de production avec le complément (A ), et enfin, on calcule ce qu'apporte le complément indépendamment d'une dégradation du rendement du moyen principal de production (C/η). La méthode proposée est donc la suivante (voir les figures 1 et 2) : Le gain attendu par la solution renouvelable selon le rendement η du système de production principal est : C/η. On désigne le facteur correctif f sur le gain attendu C/η prod de la façon suivante : f = A A C/η Si f = %, c est que les gains des solutions se cumulent... Si f = 0 %, l intérêt d une combinaison des systèmes est nul. On peut exprimer f en fonction de la dégradation du rendement de production : f = B 1 η η C ( η ) η Figure 1. Diagramme des flux : système principal de production sans complément A Production ηproduction Production A production B Stockage η stockage C = Gain de la solution Stockage stockage Distribution η distribution Figure 2. Diagramme des flux : système principal de production AVEC complément Distribution distribution Puisages Puisages 1.2 Résultats et conclusions pour une maison individuelle Le tableau 1 des facteurs correctifs sur le gain de la solution complémentaire des combinaisons étudiées récapitule les différents facteurs correctifs obtenus : 50 CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril 2014

2 sanitaire TECHNIQUE de solutions leur intérêt Tableau 1. Facteur correctif sur le gain de la solution (X) au sein de la solution combinée (XY) Facteur : X/XY correctif sur le gain de la solution (X) au sein de la solution combinée (XY) : X/XY S/CS R/CR Rbis/CRbis R/CSR S/CSR Rbis/CSRbisS/CSRbis S/BS R/BR Rbis/BRbis Janvier 99,7 %,0 %,0 % 92,6 % 94,0 % 54,4 % 64,2 % 93,6 % 99,4 % 95,6 % Février 99,6 %,0 %,0 % 91,3 % 93,2 % 58,4 % 68,5 % 95,0 % 99,5 % 96,1 % Mars 99,3 %,0 %,0 % 76,9 % 89,9 % 42,9 % 75,9 % 96,5 % 99,5 % 96,7 % Avril 99,3 %,0 %,0 % 65,7 % 88,7 % 41,6 % 81,1 % 97,3 % 99,4 % 96,9 % Mai 99,2 %,0 %,0 % 54,3 % 88,4 % 32,1 % 82,9 % 98,4 % 99,3 % 97,1 % Juin 99,4 %,0 %,0 % 39,9 % 87,1 % 30,2 % 85,0 % 99,0 % 99,3 % 97,3 % Juillet 99,7 %,0 %,0 % 19,7 % 84,7 % 16,1 % 83,8 % 99,0 % 99,2 % 97,3 % Août 99,8 %,0 %,0 % 17,3 % 84,2 % 11,4 % 83,0 % 98,9 % 99,2 % 97,3 % Septembre 99,4 %,0 %,0 % 51,4 % 88,1 % 33,2 % 83,7 % 99,0 % 99,4 % 97,3 % Octobre 99,1 %,0 %,0 % 75,9 % 90,5 % 47,1 % 79,8 % 97,6 % 99,5 % 97,1 % Novembre 99,3 %,0 %,0 % 88,3 % 92,7 % 56,9 % 74,6 % 101,2 % 99,5 % 96,6 % Décembre 99,9 %,0 %,0 % 97,8 % 96,9 % 60,1 % 45,9 % 95,1 % 99,5 % 96,4 % TOTAL 99,4 %,0 %,0 % 70,5 % 88,8 % 43,8 % 79,1 % 92,6 % 99,9 % 97,1 % Voici les commentaires qu il est possible de proposer sur ces différentes associations techniques : 1. Solaire/- (S/CS) L eau qui rentre dans la chaudière est préchauffée par le. La et le rendement de la chaudière s en trouvent dégradés. L impact est néanmoins marginal car plus l eau froide est préchauffée, plus le rendement de la chaudière est dégradé, mais en contrepartie moins il y a d'énergie à apporter par la chaudière. Solaire et chaudière se combinent donc très bien. Figure 3 Consommation mensuelle en [kwh/mois] Cumul pertinent C - Gaz CR - Gaz - Récup. vers douche CS - Gaz - Solaire CSR - Gaz - Solaire - Récup. vers douche Cumul inutile 0 Évolution de la consommation en sur l'année pour plusieurs combinaisons de systèmes (en maison individuelle). La simulation montre que le fait d ajouter un récupérateur de chaleur sur eaux grises pour préchauffer l eau froide de la douche sur une installation - génère une certaine redondance dans les apports de chacun des systèmes. Le facteur correctif du point de vue de R est moins élevé que du point de vue de S car R produit moins que S. Ce facteur reste néanmoins modéré et ne semble pas faire basculer la pertinence économique de combiner ces solutions. Ceci s explique qualitativement : en hiver, là où le récupérateur sur eaux grises apporte le plus, le produit très peu ; en été, le suffisait à produire la quasi-intégralité des besoins, le récupérateur n'apporte donc pas grand-chose de plus (il produit de toute façon moins en été). La figure 3 représente l évolution de la consommation moyenne de sur l année pour différentes combinaisons. En hiver, le cumul des systèmes est toujours intéressant. Mais en été, l apport d un récupérateur à une installation chaudière à et installation est très faible. 5. Rbis/CSRbis, S/CSRbis 2. Récupération/-récupération (R/CR) Le récupérateur sur eaux grises limite les puisages d eau chaude sanitaire et n a aucun impact sur le rendement de production. sur eaux grises pour préchauffer l eau froide de la douche et chaudière se combinent donc très bien. 3. R(bis)/CR(bis) Le récupérateur préchauffe l eau pénétrant dans la chaudière, mais pas assez pour que la soit dégradée. Aucun impact donc sur le rendement de production. sur eaux grises pour préchauffer l eau froide d alimentation de l eau chaude sanitaire et chaudière se combinent donc très bien. 4. Récupération/--récupération et /--récupération (R/CSR et S/CSR) Le fait de mettre en œuvre un récupérateur de chaleur sur eaux grises pour préchauffer l eau froide rentrant dans le ballon thermique ne semble pas judicieux, car plus de la moitié de cette énergie de préchauffage est inutile. L étude réalisée avec un CESI optimisé, c est-à-dire un panneau de 1,78 m 2 et un stockage de 110 l, montre que l ensemble des facteurs correctifs est augmenté, en maison individuelle, de l ordre de 15 à 20 % du point de vue du récupérateur. Cette disposition semble donc tout à fait pertinente en cas de couplage /récupération sur eaux grises, sans changer les conclusions : le couplage /récupération sur eaux grises vers la douche reste plus pertinent que le couplage /récupération sur eaux grises vers le ballon. CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril

3 Énergies renouvelables et eau chaude sanitaire Figure 4. Les performances du ballon thermodynamique au regard du thermique Consommation mensuelle en [kwh/mois] B - Th. BS - Th. - Solaire S - Solaire/COP ballon mois par mois S - Solaire/COP ballon annualisé 0 Le ballon thermodynamique consomme plus en hiver qu'en été : il y a plus s en hiver et en outre le Cop est moins performant. Figure 5. thermodynamique et récupération sur eaux de douche Consommation mensuelle en [kwh/mois] B - Th. BR - Th. - Récup. vers douche 0 Le récupérateur lisse la demande que le ballon thermodynamique doit prendre en charge. 6. Solaire/ballon thermodynamique- (S/BS) Les facteurs correctifs à appliquer sur le gain du (ou plutôt sur le gain du divisé par le Cop du ballon) sont de l'ordre de 93 %. Ceci traduit le fait que : lorsque l'eau est préchauffée, le Cop du ballon thermodynamique se trouve dégradé ; lorsque le produit le plus, le ballon thermodynamique a le meilleur Cop, donc l'énergie est moins bien valorisée. Ceci s'observe sur la figure 4. On y voit, en bleu, la production divisée par le Cop annualisé, et en rouge, la production divisée par le Cop mensuel. La courbe rouge est plus basse que la bleue à la belle saison. Par ailleurs, on observe aussi sur cette figure 4 que : le ballon thermodynamique consomme plus en hiver qu'en été : il y a plus s en hiver et en outre le Cop est moins performant ; le réduit la consommation en mi-saison et en été alors qu'elle est déjà basse et n'a que peu d'impact sur la consommation en hiver ; la consommation estivale de la combinaison BS n'est pas nulle : ceci tient au fait que, dans la modélisation, les pertes de stockage ne sont pas compensées par le (ce qui n'est pas complètement vrai, mais traduit le fait que s'il n'y a pas de Tableau 2. Facteur correctif sur le gain de la solution (X) au sein de la solution combinée (XY) : X/XY Facteur correctif sur le gain de la solution (X) au sein de la solution combinée (XY) : X/XY S/CS R/CR Rbis/CRbis R/CSR S/CSR Rbis/CSRbis S/CSRbis Janvier 97,7 % 98,0 % 98,0 % 95,0 % 94,3 % 66,3 % 62,2 % Février 97,7 % 98,1 % 98,1 % 93,9 % 93,3 % 68,6 % 66,5 % Mars 97,0 % 98,0 % 98,0 % 88,6 % 91,7 % 61,5 % 75,7 % Avril 96,5 % 97,8 % 97,8 % 80,1 % 89,0 % 58,2 % 79,3 % Mai 96,0 % 97,6 % 97,6 % 71,3 % 87,5 % 51,4 % 80,7 % Juin 95,7 % 97,3 % 96,7 % 64,0 % 86,7 % 45,1 % 81,4 % Juillet 95,5 % 96,7 % 95,6 % 48,1 % 84,4 % 36,7 % 81,8 % Août 95,8 % 96,6 % 95,4 % 36,6 % 82,7 % 26,7 % 80,6 % Septembre 96,1 % 97,4 % 97,4 % 69,3 % 87,5 % 48,5 % 80,9 % Octobre 96,4 % 97,7 % 97,7 % 83,6 % 89,6 % 57,8 % 76,7 % Novembre 96,9 % 97,8 % 97,8 % 90,9 % 91,7 % 66,0 % 72,3 % Décembre 97,9 % 97,9 % 97,9 % 97,7 % 97,3 % 75,0 % 49,6 % TOTAL 96,5 % 97,7 % 97,5 % 80,7 % 88,5 % 58,1 % 77,5 % puisages la nuit, le ballon thermodynamique se mettra en marche même si le ballon était à plus de 50 C). Si le facteur correctif semble raisonnable et semble plaider en faveur d'une combinaison d'une production et thermodynamique, dans le cadre d'une étude technico-économique, il faudra bien considérer un coût de l'énergie valorisée égal au coût de l'électricité divisé par le Cop annualisé du ballon. Par ailleurs, pour atteindre un objectif énergétique ambitieux, il n'est pas certain que le cumul de ces solutions soit le plus pertinent, car les consommations hivernales restent élevées. 7. Récupération/ thermodynamiquerécupération - (R/BR, Rbis/BRbis) Le cumul d'un ballon thermodynamique et d'un récupérateur de chaleur sur les eaux grises semble moins défavorisé que le cas précédent, avec toujours la nuance sur le coût de l énergie valorisée à prendre en compte dans le cadre d une étude technico-économique. Comme illustré par la figure 5, le récupérateur directement relié au robinet de douche permet de lisser la demande que le ballon thermodynamique doit prendre en charge, en assurant une plus grande récupération en hiver. Sur la courbe, la réduction des consommations par le récupérateur de chaleur sur les eaux grises connecté sur l'eau froide de la douche n'est pas très importante. Toutefois, rien n'empêche une récupération pour l'eau froide de la douche et le ballon dans la mesure où le facteur correctif de chacune des solutions est très proche de % Résultats et conclusions pour un bâtiment de logements collectifs Les facteurs correctifs sont présentés dans le tableau 2. On obtient des résultats semblables au cas de la maison individuelle. Lorsque la solution renouvelable permet d éviter des puisages, le rendement moyen de la chaudière se trouve dégradé à la fois pour les mêmes raisons qu en individuel, mais aussi parce que la part de bouclage (donc sans ) prend une place plus importante. D où les facteurs correctifs légèrement 52 CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril 2014

4 plus bas qu en individuel pour R/CR et Rbis/CRbis. Pour les combinaisons avec du, la différence tient aussi au dimensionnement du qui est plus optimisé que le cas étudié dans l individuel. Les consommations mensuelles de représentées dans la figure 6 montrent également la similitude par rapport au cas de la maison individuelle. Figure 6. Évolution de la consommation en sur l'année pour plusieurs combinaisons de systèmes (bâtiment de logements collectifs) Consommation mensuelle en [kwh/mois] Cumul pertinent C - Gaz CR - Gaz - Récup. vers douche CS - Gaz - Solaire CSR - Gaz - Solaire - Récup. vers douche Cumul inutile Conclusion générale L étude montre qu il existe de vraies interactions entre les systèmes et que la combinaison n est pas toujours pertinente. On retiendra que : les conclusions sont semblables pour la maison individuelle et les logements collectifs. Pour autant, il est important de remarquer qu en logements collectifs, les pertes de bouclage peuvent être responsables de près d un tiers des consommations énergétiques pour l eau chaude sanitaire. Ces pertes de bouclage ne sont pas prises en charge par les solutions renouvelables étudiées ici, la combinaison qui semble la moins pertinente est le thermique associé à la récupération de chaleur sur eaux grises pour préchauffer l eau entrant dans le ballon. Dans ce cas, il y a une compétition très nette sur le préchauffage de l eau, pour associer efficacement le thermique et le récupérateur de chaleur sur les eaux grises, il est préférable de réduire la surface de capteurs s (1,8 m 2 pour la maison individuelle), pour les combinaisons avec le ballon thermodynamique, l énergie renouvelable est à la base peu valorisée car il faut la diviser par le Cop du ballon. En outre : - le thermique peut tout à fait s harmoniser avec le ballon thermodynamique mais avec un facteur correctif (environ Figure 7. Évolution du rendement sur PCI en fonction de la température Rendement utile sur PCI [en %] Taux de charge 10 % 40 % % Température retour installation [en C] Source : Atlantic 92 %) car le thermique produit plus en été, et le ballon thermodynamique a un Cop dégradé en hiver ; - à l inverse, le récupérateur de chaleur sur eaux grises s harmonise bien avec le ballon thermodynamique car il produit davantage en hiver. La présente étude mérite d être approfondie sur un certain nombre de points : La modélisation du ballon thermodynamique a été simplifiée (production horaire simultanée avec les puisages...), et il serait utile d affiner le modèle. Pareillement pour le thermique (surchauffes...). Si la présente étude a permis de mettre en évidence des degrés de compatibilité «technique» et des combinaisons astucieuses (par exemple la complémentarité été/hiver du thermique et du récupérateur de chaleur), il est nécessaire de mener une étude économique, qui permettra probablement de trancher sur l intérêt global de la combinaison de certaines solutions. De plus, il est important de rappeler que ce type d analyse économique mérite d être revisité et actualisé car : - le coût de l énergie va croître de façon importante, notamment le coût de l électricité (ce coût n est d ailleurs pas le même selon les pays) ; - on peut imaginer que le prix de vente de certaines solutions récentes, notamment le récupérateur d énergie, pourrait baisser si le volume des ventes augmente. 2. Hypothèses et méthodes de modélisation Dans cette partie, nous précisons les modalités de l étude qui vient d être développée Hypothèses en maison individuelle Il s agit d une maison individuelle occupée par quatre personnes, sans bouclage ECS. La consommation moyenne annuelle est de 105 l/j à 50 C ; la température de production est de 60 C. Cette consommation d eau chaude est modulée en fonction de coefficients journaliers et mensuels (voir l encadré en fin d article). Trois profils journaliers (un pour la semaine, un pour le samedi et un pour le dimanche) permettent de répartir heure par heure la consommation d eau journalière. Ils proviennent de la recommandation «Eau chaude sanitaire» de l AICVF de Les solutions techniques testées dans cette étude sont : Solution C : une chaudière individuelle à avec microballon (environ 3 l). L'ECS est produite en semi-instantané à 50 C. On considère qu'il n'y a pas de pertes de stockage. Solution B : un ballon thermodynamique d une capacité de 250 l. L'ECS est produite à 50 C, et l on considère que le ballon chauffe au fur et à mesure de la demande (absence d'optimisation). Le Cop varie en fonction de la température extérieure, mais aussi en fonction de la température de l'eau entrant dans le ballon (pour 1 C supérieur à 15 C, on retranche 0,0026 au Cop - source : abaque Atlantic Odyssée). Les pertes de stockage sont estimées à 60 W/h. Solution S : une installation avec 5 m 2 de capteurs et un stockage de 250 l. La simulation est effectuée sur le logiciel TRANSOL. Solution R : un récupérateur de chaleur sur eaux grises relié uniquement sur le mitigeur de la douche. Il s agit du mitigeur Recoh-Vert type R21-V3 du fabricant Gaia-Green, qui a une efficacité théorique de 65,4 % à 9,2 l/min. On considère en fait qu en solution R ou Rbis, 25 % de la chaleur des eaux usées des douches (qui représentent 70 % des puisages ECS) est valorisée. Solution Rbis : un récupérateur de chaleur sur eaux grises relié sur l'arrivée du ballon uniquement. Le système est identique à la solution R. CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril

5 Énergies renouvelables et eau chaude sanitaire 2.2 Hypothèses en logements collectifs Il s agit d un bâtiment de 17 logements (du T1 au T5) situé en région parisienne. La production d eau chaude sanitaire comprend un bouclage et les pertes sont estimées à W. L ECS est produite à 55 C afin de compenser les pertes du bouclage et d assurer 50 C en tout point du réseau (conformément à la réglementation anti-légionelles). Dans le cas d un bâtiment de logements collectifs, on étudie les mêmes solutions que pour une maison individuelle, mis à part le ballon thermodynamique. La simulation prend en compte une chaudière à production instantanée (ce qui est évidemment une hypothèse simplificatrice). * Températures estivales augmentées de 0 à 3 C linéairement en juin, de 3 C en juillet et août, et de 3 à 0 C linéairement en septembre. En effet, les fichiers météo sont issus des années 60-90, dont les données sont aujourd hui révolues. Durant l été particulièrement caniculaire de 2003, la température moyenne était de 6 C supérieure à celle des données climatiques classiquement utilisées en simulation : le choix des 3 C semble raisonnable pour tenir compte du réchauffement climatique. L installation est composée de 1,5 m 2 de capteurs par logement et d un stockage de 50 l/m 2 de capteurs. 2.3 Éléments communs Pour l ensemble des simulations, les données météorologiques sont celles de la station de Paris Montsouris, issues de la banque de données Météonorm ; on opère une adaptation du fichier pour tenir compte du réchauffement climatique*. La modélisation est réalisée sur Excel au pas de temps horaire, sur une année complète. Dans le cas d une installation thermique, à certaines heures de la journée, la température de l'eau en sortie de ballon excède 50 C (ou 55 C en collectif). L'énergie au-delà de cette température n est pas comptabilisée puisque la production de l ECS est réalisée à 50 C. Ceci pourrait faire l objet d une amélioration dans la modélisation. Pour la chaudière, lorsque l'eau froide est préchauffée, les fumées ne condensent plus aussi bien car elles sont moins refroidies. Ce qui dégrade le rendement. Pour tenir compte de cela, on considère que celui-ci évolue comme sur la figure Combinaisons étudiées pour une maison individuelle - Schémas de principe Combinaison CS Capteurs colaires Combinaison CR Combinaison CRbis Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique. Combinaison CSR Une chaudière, avec un préchauffage par un récupérateur de chaleur sur les eaux grises, relié au mitigeur de douche. Combinaison CSRbis Une chaudière, avec un préchauffage par un récupérateur sur les eaux grises relié à l arrivée d eau froide de la chaudière. Combinaison BS Capteurs s Capteurs s Capteurs s Autres points thermodynamique Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique ET un récupérateur relié au mitigeur de douche. Combinaison BR Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique ET un récupérateur relié à l arrivée du ballon de la chaudière. Combinaison BRbis Un ballon thermodynamique, avec préchauffage par une installation thermique. thermodynamique thermodynamique Un ballon thermodynamique, avec préchauffage par un récupérateur de chaleur sur les eaux grises, relié au mitigeur de douche. Un ballon thermodynamique, avec préchauffage par un récupérateur relié à l arrivée d eau froide du ballon. 54 CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril 2014

6 2.5 Combinaisons étudiées pour des logements collectifs - Schémas de principe Combinaison CS Capteurs s Combinaison CR Combinaison CRbis Bouclage ECS Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique. Combinaison CSR Bouclage Bouclage ECS ECS tique Une chaudière, avec un préchauffage par un récupérateur de chaleur sur les eaux grises, relié au mitigeur de douche. Combinaison CSRbis Bouclage ECS ECS érateur Une chaudière, avec un préchauffage par un récupérateur sur les eaux grises relié à l arrivée d eau froide de la chaudière. Capteurs s Capteurs s Bouclage ECS Bouclage ECS Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique ET un récupérateur relié au mitigeur de douche. Une chaudière, avec un préchauffage par une installation thermique ET un récupérateur relié à l arrivée du ballon de la chaudière. Coefficients horaires, journaliers et mensuels utilisés pour la simulation Besoins moyens d'ecs en litres/jour à 60 C Nombre de personnes Consommation moyenne Source : étude Amoes. Répartition hebdomadaire - Coefficients cj (Σcj = 7) Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche 0,98 0,96 0,97 1,00 1,00 1,02 1,10 Source : étude Tecsol/Enerplan Répartition mensuelle - Coefficients cm (Σcm = 12) Janvier Février Mars Avril Mai Juin 1,20 1,22 1,19 1,10 1,01 0,88 Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre 0,66 0,60 0,90 1,03 1,08 1,13 Source : étude Tecsol/Enerplan Répartition horaire - Coefficients αi (Σαi = 24) Période Semaine Samedi Dimanche 1 0,02 0,06 0,05 2 0,02 0,04 0,05 3 0,01 0,02 0,02 4 0,01 0,02 0,02 5 0,02 0,01 0,02 6 0,20 0,05 0,02 7 1,60 0,35 0,04 8 3,30 1,07 0,36 9 1,80 2,21 1, ,50 2,59 2, ,23 2,63 3, ,90 1,83 2, ,10 1,50 1, ,42 1,94 1, ,80 1,72 1, ,50 1,06 1, ,54 0,73 0, ,85 0,89 0, ,65 1,38 1, ,90 1,34 1, ,25 1,19 1, ,30 0,60 0, ,78 0,44 0, ,30 0,33 0,19 Source : guide de l'aicvf CHAUD FROID PERFORMANCE N Avril

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Pour le d un bâtiment, il existe quatre modes de fonctionnement. Ceux-ci se différencient par le «système» de production de chaleur prévu pour couvrir les besoins

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 5 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ ANNEXE 1 ANNEXE 1 Modalités de prise en compte des systèmes «HPSU Compact», «GCU Compact», «Ballons hors pression» et «Solaris» dans la réglementation thermique 2012. MODALITÉS DE PRISE EN COMPTE DES SYSTÈMES

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

label promotelec rénovation énergétique évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1309-11 (septembre 2012)

label promotelec rénovation énergétique évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1309-11 (septembre 2012) (p. 27-32 du CPT Label Promotelec Rénovation énergétique) Production électrique à accumulation Qu elle soit assurée par un ou plusieurs chauffe-eau électriques, la capacité totale minimale, en fonction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif-cesc

Chauffe-eau solaire collectif-cesc Chauffe-eau solaire collectif-cesc Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version du 06/02/2015 Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun Table des matières I. Caractéristiques physiques du panneau DualSun... 2 a. Dilatation différentielle... 2 II. Caractéristiques photovoltaïques... 3 a. Augmentation

Plus en détail

Le Chauffe Eau Solaire Individuel

Le Chauffe Eau Solaire Individuel Le Chauffe Eau Solaire Individuel Schémas de principe et son fonctionnement Encombrement capteur et ballon Productivité Maintenance Durée Une place de champion dans la RT 2012 Le solaire comment ça marche?

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Chaudière à condensation + CESC

Chaudière à condensation + CESC Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version du 01/07/2015 Chaudière à condensation + CESC Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques

Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques RT 01 Fiche d application : Caractérisation des générateurs thermodynamiques électriques Date Modification Version 01 1 4 février 015 Remaniement et compléments sur les PAC hautes températures 1/5 Préambule

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Dans cette partie, nous analyserons la pertinence de l'installation de panneaux solaires thermiques dans le but de soutenir la production d'eau chaude sanitaire.

Plus en détail

RESEAUX D EAU SANITAIRE

RESEAUX D EAU SANITAIRE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INSTANTANEE AVEC STOCKAGE PRIMAIRE RESEAUX D EAU SANITAIRE La présente fiche, destinée aux professionnels doit être adaptée suivant chaque application. L utilisation du

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble)

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) logoenerdata_report.jpg Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) 22 Juin 2012 Paris Brieuc Bougnoux (Enerdata) Quelle stratégie facteur 4 dans

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre!

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre! GUIDE 2015 PROFESSIONNELS L ÉTIQUETTE ENERGIE DES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES À ACCUMULATION ET DES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES Les informations clés pour tout comprendre! 1 Dès le 26 septembre 2015, un nouveau

Plus en détail

Gestionnaire du Réseau de Transport d 'Electricité. La prévision de consommation d électricité à RTE

Gestionnaire du Réseau de Transport d 'Electricité. La prévision de consommation d électricité à RTE Gestionnaire du Réseau de Transport d 'Electricité La prévision de consommation d électricité à RTE 2 PLAN DE LA PRESENTATION RTE, le gestionnaire du réseau d électricité Présentation d une méthodologie

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT?

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Séquence pédagogique détaillée COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Discipline : Technologie Niveau : 4 e SITUATION DANS LES PROGRAMMES Approche du programme : «Les énergies mises en

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

solaire en énergie thermique qui

solaire en énergie thermique qui Élé Des capteurs thermiques sur votre maison? Quelques explications! Le solaire thermique, qu est-ce? C est la transformation de l énergie solaire en énergie thermique qui servira au chauffage de votre

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Technosim inc. 1084-B de l Église St-Jean-Chrysostome Québec G6Z 1N8. Évaluation du potentiel technicoéconomique

Technosim inc. 1084-B de l Église St-Jean-Chrysostome Québec G6Z 1N8. Évaluation du potentiel technicoéconomique Évaluation du potentiel technicoéconomique d efficacité énergétique dans les réseaux autonomes Évaluation 2011 Note technique Présenté par : Technosim inc. 1084-B de l Église St-Jean-Chrysostome Québec

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement EXERCICE CHOIX DES SYSTEMES SUR BASE D EXEMPLES : Méthodologie de conception pour les choix

Plus en détail

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Focus sur l attribution des labels 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Le label principal du certificat porte sur la consommation d énergie primaire estimée pour le bâtiment et ses installations

Plus en détail

L audit énergétique qu est-ce que c est?

L audit énergétique qu est-ce que c est? L audit énergétique qu est-ce que c est? Ce document se propose d expliquer, à l aide de quelques extraits commentés, en quoi consiste un audit énergétique. Un audit énergétique débute par un descriptif

Plus en détail

Etiquetage énergétique et Eco-conception pour les systèmes de production d ECS Analyse des 2 projets de Directive

Etiquetage énergétique et Eco-conception pour les systèmes de production d ECS Analyse des 2 projets de Directive Etiquetage énergétique et Eco-conception pour les systèmes de production d ECS Analyse des 2 projets de Directive 26 mars 2008 CFN P-50B PAGE 1 Historique Oct. 2004: Juin 2005: Nov. 2006: 2 projets de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013. Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France»

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013. Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France» DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013 Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France» Novembre 2013 Pour la 3 ème année consécutive, Saunier Duval occupe la place de n

Plus en détail

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude.

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude. Comment choisir votre douche Le système en place chez vous Lorsque vous choisissez le type de douche dont vous voulez vous équiper, vous devez au préalable vérifier le système de production d eau chaude

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

FUTURAN Made in Finland

FUTURAN Made in Finland FUTURAN Made in Finland PAC / VMC 4 ECHANGEURS INTERNES 1 Le système FUTURAN Principe de chauffage du Futuran basé la technologie des pompes à chaleur. Le système de ventilation Futuran répond aux principes

Plus en détail

Cas particuliers - «Titres V»

Cas particuliers - «Titres V» Certains produits utilisés dans le bâtiment ne sont pas pris en compte par la réglementation thermique RT 2005. Pour pouvoir toutefois être utilisés, ces produits doivent faire l objet d une demande de

Plus en détail

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains 1 Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains Juliette PROMELLE (GDF SUEZ) 2 ème Congrès Français des Pompes à Chaleur 10 installations instrumentées 2 Objectif : mesurer la performance de pompes

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables.

La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables. 1 La société La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables. => Conception et fabrication de systèmes de production d ECS pour le tertiaire

Plus en détail

Associer énergie solaire et gaz naturel

Associer énergie solaire et gaz naturel Associer énergie solaire et gaz naturel Pourquoi associer l énergie solaire au gaz naturel? Si vous souhaitez équiper votre maison en privilégiant respect de l'environnement et économies d'énergie, alors

Plus en détail

Exercices et corrections

Exercices et corrections Exercices et corrections Apprenez avec vos élèves à réaliser un Diagnostic de Performance Energétique. A utiliser avec les exemples d'ecoville ou avec un cas réel. Exercices L'énergie primaire est une

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

STBRCSS. Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur

STBRCSS. Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur OUI MAIS : Complexifier un système c est augmenter sa probabilité de panne. Le système ne doit pas interférer avec les systèmes existants => totale

Plus en détail

Monitoring énergétique du siège de ENGIE à Bruxelles La mesure au service de la performance. Poncelet Benoit, Technum-Tractebel

Monitoring énergétique du siège de ENGIE à Bruxelles La mesure au service de la performance. Poncelet Benoit, Technum-Tractebel Monitoring énergétique du siège de ENGIE à Bruxelles La mesure au service de la performance Poncelet Benoit, Technum-Tractebel Plan de la présentation Objectifs ENGIE Towers Données disponibles Modus operandi

Plus en détail

Notice d utilisation du Titre V RT2012 Heliopacsystem. Heliopac

Notice d utilisation du Titre V RT2012 Heliopacsystem. Heliopac Notice d utilisation du Titre V RT2012 Heliopacsystem Cette notice explicite les modalités de prise en compte d Heliopacsystem dans la réglementation thermique 2012 en application du Titre V Heliopacsystem

Plus en détail

Modélisation des performances énergétiques du parc existant

Modélisation des performances énergétiques du parc existant MARCHAL Julien IPC 08 Stage Anah -SEPE 31-01-2008 Modélisation des performances énergétiques du parc existant Etude réalisée par Julien MARCHAL, Ingénieur du corps des ponts et chaussées en stage à l Anah

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Récupération de chaleur dans un brûleur sur four industriel

FICHE EXPLICATIVE Récupération de chaleur dans un brûleur sur four industriel Certificats d économies d énergie Fiche explicative n 86 FICHE EPLICATIVE Récupération de chaleur dans un brûleur sur four industriel Fiches d opérations standardisées concernées : IND-UT-118 Cette fiche

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

La méthode "FSC" : un outil très puissant

La méthode FSC : un outil très puissant La méthode "" : un outil très puissant Thomas Letz, INES Education thomas.letz@ines-solaire.fr Un système solaire combiné (SSC) est une installation solaire thermique fournissant de l'énergie provenant

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée MHG Mieux, tout simplement. EcoStar Hybride Le meilleur de deux mondes Votre installation fioul date d une autre époque? Avec

Plus en détail

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain Fiche 7 du CARNET DE SANTE Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain 1 PRELIMINAIRES / CONSTAT... 2 2 CONCEPT DE L ANALYSE PRATIQUE DE «BON FONCTIONNEMENT»... 2

Plus en détail

Bien utiliser le site energychallenge.be

Bien utiliser le site energychallenge.be Cher participant à l Energy Challenge, Ce manuel a pour but de vous expliquer pas à pas l inscription et l utilisation du site www.energychallenge.be. Ce site vous permet de suivre de près votre consommation

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

La performance au service de l eau et du chauffage

La performance au service de l eau et du chauffage La performance au service de l eau et du chauffage Vous cherchez une solution performante de chauffage et de production d eau chaude sanitaire? L ensemble des questions et la diversité des réponses qui

Plus en détail

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Alimentation chaudière Grundfos : 0 vanne de régulation Les installations d'alimentation chaudière traditionnelles sont équipées

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

DHP-AQ Pompe à chaleur air/eau La performance et la fiabilité au sommet pour vous et vos clients www.danfoss.com

DHP-AQ Pompe à chaleur air/eau La performance et la fiabilité au sommet pour vous et vos clients www.danfoss.com LA VIE MODERNE À PORTÉE DE MAIN DHP-AQ Pompe à chaleur air/eau La performance et la fiabilité au sommet pour vous et vos clients www.danfoss.com Une performance irréprochable qui garantit le meilleur retour

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

les solutions systèmes e.l.m. leblanc

les solutions systèmes e.l.m. leblanc les solutions systèmes e.l.m. leblanc à l occasion d Interclima 2013, e.l.m. leblanc présente plusieurs solutions Blueactive multi-énergie pour la construction neuve et la rénovation en habitat résidentiel

Plus en détail

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI Copropriété : Décryptage du volet réglementaire Hicham LAHMIDI Audit énergétique d un immeuble ou d un groupe d immeubles en copropriété Décryptage du décret du 27 janvier 2012 et de l arrêté du 28 février

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 CESI Classique Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 Présentation Le présent document décrit la saisie et la prise en compte d une chaudière

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement LE CHOIX DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DE CHALEUR ET D ECS DANS LES LOGEMENTS INDIVIDUELS

Plus en détail

Ce tableau de bord a pour objectifs de présenter le bilan annuel

Ce tableau de bord a pour objectifs de présenter le bilan annuel TABLEAU DE BORD 2014 De la labellisation BBC-Effinergie Ce tableau de bord a pour objectifs de présenter le bilan annuel - de la certification BBC-Effinergie dans le neuf et la rénovation - de la certification

Plus en détail

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif ÉTUDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE habitat collectif Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation ECS 1 er système centralisé de récupération d énergie sur VMC pour production d ECS Autres 20 % Chauffage 30 %

Plus en détail

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail.

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. LES CONGES PAYES DES ASSISTANTS MATERNELS Il s'agit d'une période de repos rémunérée accordée obligatoirement chaque année au salarié par son employeur. Pendant cette période, l'employeur ne peut pas faire

Plus en détail

Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique. Étude d un data center en phase d exécution

Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique. Étude d un data center en phase d exécution Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique Étude d un data center en phase d exécution Tuteur institutionnel : Tuteur d entreprise : François BOUCHEIX Armel JEGOU Charles CHRISTIN du 7 février au

Plus en détail