OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION"

Transcription

1 SKILLS

2 LA CORROSION

3 OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION Connaître le mécanisme de corrosion et ses facteurs Connaître les dispositifs de protection existants Comment adapter les protections et concevoir des pièces spécifiques aux conditions d utilisation de la structure 3

4 SOMMAIRE Introduction I. Mécanisme de la corrosion II. Facteurs engendrant la corrosion III. Les différents types de corrosion IV. Protections possibles Conclusion 4

5 INTRODUCTION Le phénomène de corrosion => lourdes conséquences lorsque non maîtrisé En effet, il peut avoir des impacts: sur la sécurité (instabilité des structures, rupture d assemblages, conduite de gaz percée) économiques (conduite de pétrole percée) environnementaux (dispersion des résidus dans les eaux de ruissellement) Concerne tout secteur d activité (centrales nucléaires, industrie pétrochimique...) Primordial de comprendre le mécanisme de corrosion afin de prescrire et appliquer des méthodes adéquates pour éviter son développement. 5

6 MÉCANISME DE LA CORROSION

7 I. MÉCANISME DE LA CORROSION 1. Définitions Corrosion: Interaction physico-chimique entre un métal et son milieu environnant, entraînant des modifications dans les propriétés du métal et souvent une dégradation fonctionnelle du métal lui-même, de son environnement ou du système technique constitué par les deux facteurs. Electrolyte: milieu électriquement conducteur (eau, sol...) Agent corrosif/oxydant : Elément qui, mis au contact d un métal donné, réagit avec ce dernier et contribue à sa corrosion. Il peut être contenu dans l électrolyte (oxygène contenu dans l eau par exemple). 7

8 I. MÉCANISME DE LA CORROSION A chaque couple oxydant/réducteur «Ox/Red» est associé un potentiel (= une énergie) *Oxydant: capte des électrons *Réducteur: cède des électrons Ox n e - + Red Dans le cas des métaux: M M n+ + n e - exemple: Fe Fe e - La corrosion Phénomène équivalent à une pile électrochimique 8

9 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Cathode + Anode - e- e- 9

10 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Cathode + Anode - 10

11 I. MÉCANISME DE LA CORROSION En conclusion, la corrosion est une réaction d oxydo-réduction irréversible entre un oxydant et un métal présent dans un électrolyte 11

12 I. MÉCANISME DE LA CORROSION 2. Le mécanisme Corrosion d un métal - oxydation du métal, - formation de produits de corrosion solides, - varie en fonction de l environnement, - destructeur * ou au contraire bénéfique* Exceptions: l or et autres métaux nobles => pas d oxydation 12

13 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Destructeur => produits de corrosion non adhérents Facteurs environnants Facteurs environnants Acier Acier Bénéfique => produits de corrosion adhérents formant une couche protectrice (métaux dits passivables) Facteurs environnants Facteurs environnants Zinc 13 Zinc

14 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Noblesse des métaux Echelle des potentiels (énergie associée à un élément chimique) Minerai (état naturel) métaux sous forme oxydée/corrodée = état énergétique stable 14

15 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Métal pur vers le minerai Énergie +/- importante pour atteindre l état stable différence d énergie = potentiel + énergie importante = + corrosion du métal 15

16 I. MÉCANISME DE LA CORROSION Existence d échelles de potentiels / série galvanique Potentiel «standard» à 25 C dans l air par rapport à l hydrogène (référence pour cette échelle de valeur) E Cathodique Corrosion E Anodique Corrosion 16

17 I. MÉCANISME DE LA CORROSION 17

18 FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION

19 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 3 principaux facteurs : La nature du métal L environnement La conception des pièces 19

20 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.1 Le potentiel métal pur retour à sa forme oxydée avec une certaine énergie Corrosion liée à la noblesse du métal corrosion 20

21 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.1 Le potentiel Association de 2 métaux différents Cathode + Anode - Différence de potentiel importante Corrosion de l espèce la moins noble 21

22 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.1 Le potentiel Alliages Corrosion de l élément le - noble obtention de l autre élément sous forme poreuse Dû à la différence de potentiel des deux matériaux Exemple du laiton (Cu-Zn): Corrosion du Zn Cu poreux Laiton 22 Laiton

23 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.2 La structure Préparation de surfaces Peut générer des zones cathodiques et anodiques Exemple : décapage chimique Si le temps entre le décapage et le traitement de la surface important Formation d oxydes à la surface du métal et donc de produits de corrosion 23

24 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.2 La structure Métallurgie ou traitement thermique (dont soudures) Exemple des aciers inoxydables austénitiques Refroidissement trop rapide du métal Formation d impuretés ou structure métallurgique variable entre le cœur du métal et sa surface Formation de carbures de chrome (impuretés) dû au traitement thermique 24 Hétérogénéité du métal Fragilisation en Chrome

25 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.3 Cas particulier d associations des aciers: Acier noir (faiblement allié) acier galvanisé Acier galvanisé Acier noir Zinc Fer Acier galvanisé Acier noir L association de ces deux types d acier n engendre pas de corrosion 25

26 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 1. La nature du métal 1.3 Cas particulier d associations des aciers: Acier inoxydable au contact de l acier noir ou galvanisé Acier inox acier galvanisé ou acier noir Dépend des rapports de surface Acier inox < acier galvanisé ou acier noir Acier galvanisé ou acier noir Acier inox Acier galvanisé ou acier noir Acier inox Corrosion de l acier galvanisé ou de l acier noir 26 Pas de corrosion

27 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 2. L environnement Présence d espèces réductibles (chlorures, sulfates...); Présence de polluants (zones industrielles, zones marines...); Température; Présence d humidité variation de la concentration en O 2. 27

28 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 2. L environnement Création de zones cathodiques (+) et anodiques(-) à la surface du métal Corrosion des zones anodiques Accumulation de plusieurs facteurs liés à l environnement! la vitesse de corrosion Exemple des zones de marnage Eau salée (avec éclaboussures) Climat et variations de température Variations de concentration O2 Polluants (suivant les régions) 28 Corrosion très rapide

29 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 2. L environnement N F E N I S O N F E N I S O N F E N I S O Les catégories de corrosivité Les vitesses de corrosion de différents métaux suivant le milieu N F E N I S O N F E N I S O N F E N I S O G é n é rales e t s p é c i f i q u e s à l a c o r ro s i o n d e s m é t a u x S p é c i f i q u e à la p e i n t u r e 29

30 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION Catégories de corrosivité Perte d épaisseur en µm Exemple d environnement Acier Zinc Extérieur Intérieur C1 Très faible 1,3 0,1 - Bureaux, écoles, hôtels C2 Faible 1,3 > x 25 0,1 > x 0,7 C3 Moyenne 25 > x 50 0,7 > x 2,1 Zones rurales, peu de pollution Zones côtières à faible salinité Entrepôts, salles de sport Industries alimentaires, humidité élevée mais air peu pollué C4 Elevée 50 > x 80 2,1 > x 4,2 Zones côtières à salinité modérée Usines chimiques, piscines C5 Très élevée C5-I (Industriel) C5-M (Marine) 80 > x 200 4,2 > x 8,4 80 > x 200 4,2 > x 8,4 Zones industrielles, atmosphère agressive, humidité élevée Zones côtières et maritimes à salinité élevée. Condensation permanente et pollution élevée Condensation permanente et pollution élevée Extrait de la NF EN ISO

31 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 3. La conception des pièces Géométrie du matériau Incidence sur le phénomène de corrosion Rétention d eau et de sels Variations de concentration en O 2 (zones confinées) Variations de l épaisseur du revêtement sur les arêtes 31

32 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 3. La conception des pièces Exemples: Poteau en acier Espacement Risque de corrosion Espacement comblé par un moyen approprié La peinture protectrice de l élément acier pénètre dans le béton (5 cm) Fondation en béton mauvais bon 32

33 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 3. La conception des pièces N F E N I S O N F E N I S O dispositions de conception des aciers à peindre dispositions de conception des aciers à galvaniser 33

34 II. FACTEURS ENGENDRANT LA CORROSION 3. La conception des pièces Exemples: mauvais = rétention bon Système de protection Acier protégé mauvais = arête vive mieux = arête moins vive bon 34

35 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION

36 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION 1. Uniforme 2. Par piqûres Uniforme Film d oxyde Par piqûres 3. Galvanique 4. Par aération différentielle 5. Intergranulaire 6. Corrosion sous tension 7. Sélective 8. Erosion corrosion 36 Cu Zn Galvanique Intergranulaire Cuivre poreux laiton Sélective Par aération différentielle Contrainte Sous tension Fluide Erosion

37 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION 1. La corrosion uniforme Perte d épaisseur de métal constante sur toute la surface 2. Par piqûres Très Fréquente Perte de métal pénétrante, non uniforme et localisée Risques de perforations Souvent non visible en surface Fréquente, et peut être due à des produits ou vapeurs chimiques par exemple. 37

38 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION 3. Galvanique Deux métaux avec des potentiels différents en contact Corrosion du métal le noble Très fréquente Acier Zn 4. Par aération différentielle Concentration en O 2 non uniforme sur toute la surface du métal Corrosion dite «caverneuse» Très fréquente, notamment au droit des assemblages 38

39 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION 5. Intergranulaire Métal formé de grains (cristaux) Entre ces grains joints de grain Corrosion au niveau des joints de grain Fréquente, surtout pour les parties soudées 6. Corrosion sous tension/corrosion fatigue Cumul de plusieurs phénomènes: Tension mécanique ou contrainte Présence d un milieu corrosif Fréquente, plutôt sur les ouvrages d art 39 Contrainte dynamique Contrainte statique

40 III. LES DIFFÉRENTS TYPES DE CORROSION 7. Sélective Corrosion spécifique aux alliages Corrosion d un élément Résidus poreux pour le reste des éléments Beaucoup plus rare 8. Erosion corrosion Cumul de plusieurs phénomènes: Présence d un fluide en mouvement contenant des particules solides Présence d un milieu corrosif 40 Cuivre poreux laiton Fluide Chocs et martèlements Fréquente pour des structures présentes en milieu marin

41 IV. PROTECTIONS POSSIBLES

42 IV. PROTECTIONS POSSIBLES Revêtements Métallique : le Zinc Organique : la peinture Systèmes duplex Protection cathodique Principe En renforcement d un système de peinture Inhibiteurs et autres protections 42

43 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1. 1 Revêtement métallique: le zinc Intérêts et inconvénients: Matériau passivable Intérêts Pas de contact direct entre le milieu extérieur et l acier Moins noble que l acier (Fer + carbone) Réelle protection contre les risque de corrosion de l acier Perte d épaisseur annuelle très faible même dans des milieux corrosifs 43

44 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1. 1 Revêtements métalliques: le zinc Intérêts et inconvénients: Inconvénients Dépendent du procédé utilisé Exemples: Couches non homogènes (électrozingage, galvanisation à chaud sur produits finis et métallisation) Problèmes de compatibilité avec certains aciers (galvanisation à chaud sur produits finis) 44 Complexité pour revêtir certaines pièces à cause de leur conception (galvanisation à chaud, électrozingage) Épaisseurs de revêtement pas assez importantes (galvanisation à chaud en continu, électrozingage)

45 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1. 1 Revêtement métallique: le zinc Méthodes Galvanisation à chaud Bain de zinc en fusion dans lequel le matériau est plongé N F E N I S O Au trempé En continu Produit déjà mis en forme que l on veut galvaniser par la suite. N F E N I S O La galvanisation et la mise en forme se font sur la même ligne de production N F E N N F E N N F E N Galvanisation à froid Peinture riche en zinc 45

46 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1. 1 Revêtement métallique: le zinc Méthodes Shérardisation Pièce à revêtir et la poudre de zinc chauffées, dans un conteneur Diffusion homogène du zinc grâce aux hautes température atteintes lors du chauffage pr E N Métallisation Matériau recouvert par projection thermique de zinc N F E N I S O

47 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1. 1 Revêtement métallique: le zinc Méthodes Matériau plongé dans un bain contenant des ions Zn Électro-zingage (ou zingage) Dépôt électrolytique de Zn à la surface du matériau à l aide d un courant électrique N F E N I S O N F E N N F E N

48 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Composition: Pigment Composés volatils Liant Additif Poudre créant la couleur de la peinture Solvant et diluant (fluidification) de la peinture Permet l adhérence de la peinture sur la surface et la cohésion de la peinture ou les propriétés de la peinture (opacité ) 48

49 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Choix d un système de peinture Trois critères a. b. La catégorie de corrosivité en fonction de l environnement N F E N I S O Un système de peinture adapté au milieu et au subjectile (surface) en se fondant sur sa méthode d application N F E N I S O et c. Une préparation de surface nécessaire à la bonne application du système N F E N I S O

50 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Choix d un système de peinture a. Catégorie de corrosivité NF EN ISO Catégories de Exemple d environnement corrosivité Extérieur Intérieur C1 Très faible - Bureaux, écoles, hôtels C2 Faible Zones rurales, peu de pollution Entrepôts, salles de sport C3 Moyenne Zones côtières à faible salinité Industries alimentaires, humidité élevée mais air peu pollué C4 Elevée Zones côtières à salinité modérée Usines chimiques, piscines C5 Très élevée C5-I (Industriel) C5-M (Marine) Zones industrielles, atmosphère agressive, humidité élevée Zones côtières et maritimes à salinité élevée. 50 Condensation permanente et pollution élevée Condensation permanente et pollution élevée

51 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Choix d un système de peinture b. Système de peinture NF EN ISO Le système de peinture dépend De la durabilité souhaitée ( ans) Du subjectile à peindre (surface galvanisée ou non, type d acier ) Des conditions de réalisation de la peinture (atelier, sur site, les deux.) 51

52 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Choix d un système de peinture b. Système de peinture NF EN ISO Caractéristiques du système obtenu Nature, nombre, épaisseur des couches à appliquer Préparation de surface du subjectile + Application du système 52

53 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtements organiques: la peinture Choix d un système de peinture c. Garantie et durabilité du système NF EN I S O = pas de garantie pour la peinture, indique simplement une durabilité Notion de garantie Notion d assurance et de responsabilité spécifique à chaque pays Garantir et certifier un système de peinture, contacter: Pays France Norvège. Organisme ACQPA OHGPI FROSIO 53

54 IV. PROTECTIONS POSSIBLES Exemple de grille pour le choix d un système de peinture sur un subjectile galvanisé à chaud (extrait NF EN ISO ) Pour un système C4 avec une durabilité moyenne, les systèmes possibles sont A7.03 et A

55 IV. PROTECTIONS POSSIBLES Exemples de systèmes de peinture proposés par l ACQPA pour un subjectile en acier galvanisé, pour un ouvrage neuf en milieu C4 55

56 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Choix d un système de peinture c. Garantie et durabilité du système Durabilité souhaitée et degré d enrouillement maximal (N F E N I S O ) Fixés par le client dans le cahier des clauses techniques particulières Degré d enrouillement (international) Ri 0 Ri 1 Ri 2 Ri 3 Ri 4 Ri 5 Degré d enrouillement (européen) Re 0 Re 1 Re 2 Re 3 Re 5 Re 7 56 Aire enrouillée (%) à 50

57 IV. PROTECTIONS POSSIBLES Exemple: Durabilité de 7 ans avec enrouillement Ri 3 (ISO) ou Re 3 (échelle européenne): Au bout de 7 ans enrouillement doit être 1% Degré d enrouillement (international) Ri 0 Ri 1 Ri 2 Ri 3 Ri 4 Ri 5 Degré d enrouillement (européen) Re 0 Re 1 Re 2 Re 3 Re 5 Re 7 Aire enrouillée (%) à 50 57

58 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application a. Préparation de surface : Obtenir une certaine rugosité et propreté pour le subjectile Nécessité Elimination des contaminants (rouille, ancien revêtements, huile et graisses ) Obtention d une adhérence optimale et une durée de vie maximale 58

59 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application a. Préparation de surface : Paramètres importants N F E N I S O Subjectile à préparer: en acier non revêtu, ou revêtu d un métal, d'un primaire de préfabrication (Cas d une peinture existante, rénovation: possibilité ou non de conserver les couches) Peinture à appliquer (degré de préparation de surface nécessaire et méthode d application) Les conditions dans lesquels sont réalisées le décapage (en atelier, sur site) 59

60 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application a. Préparation de surface : Méthodes existantes Nettoyage mécanique (décapage par projection, sablage, nettoyage à la main ) Nettoyage à l'eau ou avec des solvants et nettoyage chimique (décapage à l acide, à l eau ) Nettoyage à la flamme 60

61 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application a. Préparation de surface : Degré de préparation Préparation primaire (totale) Préparation secondaire (partielle) Obtention d un acier nu sans aucun revêtement N F E N I S O N F E N I S O Conservation des parties saines des revêtements peints ou métalliques N F E N I S O N F E N I S O

62 PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application a. Préparation de surface : Méthode utilisée Degré de préparation préparation primaire préparation secondaire décapage par projection Sa P Sa nettoyage à la main ou à la machine St P St nettoyage à la flamme Fl - décapage à l acide Be - meulage localisé mécanique abrasif - P Ma 62

63 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.2 Revêtement organique: la peinture Méthodes d application b. Application du système NF EN ISO Applications à la brosse au pistolet (par projection) au rouleau au trempé par aspersion! Ces méthodes d application doivent être compatibles avec le système de peinture choisi. 63

64 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 1.3 Revêtement : les systèmes duplex Association d un revêtement au zinc et d un système de peinture Intérêts Caractéristiques du zinc + Caractéristiques de la peinture résistance augmentée durée de vie totale du revêtement > 2.1 x Durée de vie du zinc + Durée de vie du système de peinture N F E N I S O N F E N

65 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 2. Protection cathodique 2.1 Principe: Structure métallique à protéger (cathode) Connectés électriquement un autre métal qui va se corroder (anode) on agit sur les valeurs de potentiel de chaque matériau! Nécessité d être dans un électrolyte (terre ou eau) Deux types de protection cathodique anodes sacrificielles courant imposé N F E N N F E N N F E N N F E N A A A

66 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 2. Protection cathodique 2.1 Principe: Par anodes sacrificielles cathode anode Mesures des potentiels réalisées via un coffret relié électriquement à l anode et à la structure! Pas de réajustement possible Pas de générateur de courant ni de redresseur Penser à renouveler les anodes quand celles-ci sont usées 66

67 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 2. Protection cathodique 2.1 Principe: Redresseur de courant Par courant imposé Contrôle + réajustement des potentiels par un redresseur de courant (valeurs d intensité et de courant) Structure à protéger cathode anodes Backfill (poussier de coke, mélange conducteur) 67 On impose un courant afin d obtenir les potentiels souhaités

68 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 2. Protection cathodique 2.1 Principe: Anodes sacrificielles Anodes de zinc, aluminium, magnésium ou en alliage Anodes en courant imposé Anodes consommables (acier et produits ferreux) Anodes peu consommables (graphite et ferro-silicium) Anodes très peu consommables (titane platiné)! NE JAMAIS LES PEINDRE 68

69 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 2. Protection cathodique 2.2 En renforcement d un système de peinture Possibilité d associer un acier peint à la protection cathodique Intérêts Meilleure durabilité Protège le matériau en cas de défaut de revêtement Moins de besoin en courant Inconvénients Risques de décollement du revêtement de peinture Problème de compatibilité avec certaines peintures NF E N A S T M G 8 - p r E N p r E69 N

70 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 3. Inhibiteurs et autres protections 3.1 Inhibiteurs Composés chimiques qui ralentissent ou stoppent la corrosion Recouvre la surface du métal Effet «barrière» entre le métal et le milieu Renforcement de la protection existante Exemple En peinture = additifs 70

71 IV. PROTECTIONS POSSIBLES 3. Inhibiteurs et autres protections 3.2 Autres protections: Substituer un matériau : choix de matériaux plus nobles que l acier tels que l inox Supprimer le contact physique : Possibilité de mettre des résines ou des rondelles isolantes, mettre des cache-boulons, 71

72 CONCLUSION

73 CONCLUSION La corrosion est caractérisée par un mécanisme plus ou moins rapide, qui dépend majoritairement du milieu environnant, du métal lui-même (de sa composition chimique, de son, potentiel électrochimique) et de la conception des pièces (association de métaux, formes et revêtements choisis). Elle peut présenter diverses formes: piqûres, corrosion intergranulaire, sélective, uniforme et peut être plus ou moins destructrice suivant la vitesse à laquelle elle se développe. 73

74 CONCLUSION Pour lutter efficacement contre ce phénomène, il existe diverses méthodes à adapter aux conditions d exploitation du matériau : revêtements, protection cathodique, systèmes duplex... Une conception et un système de protection adéquats et adaptés au milieu sont des critères essentiels afin d assurer la bonne pérennité de la structure. Il est donc primordial que ceux-ci aient été bien conçus dès la phase d étude pour pouvoir limiter tout risque de corrosion supplémentaire. 74

01 CONCEPTS DE BASE e PRÉPARATION DES SURFACES (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture)

01 CONCEPTS DE BASE e PRÉPARATION DES SURFACES (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture) LA PEINTURE INDUSTRIELLE, QU EST-CE QUE C EST CONCEPTS DE BASE (voir aussi chapitre Systèmes de Mise en peinture) C est un facteur primordial préalable aux opérations de mise en peinture. Une mauvaise

Plus en détail

01 NORME ISO 12944 a CLASSIFICATION DES ENVIRONNEMENTS

01 NORME ISO 12944 a CLASSIFICATION DES ENVIRONNEMENTS a CLASSIFICATION DES ENVIRONNEMENTS La norme considere: Six catégories de corrosion pour environnements atmosphériques. Trois catégories pour structures immergées ou enterrées.. CATÉGORIE DE CORROSIVITÉ

Plus en détail

infosteel Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010

infosteel Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010 Journée d études EN1090 Wavre 9/10 décembre 2010 Protection contre la corrosion. Ir. MASSART Pascal Service Public de Wallonie Direction des Structures Métalliques. Protection contre la corrosion Prescriptions

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

ISO 12944 Une norme internationale relative à la protection anticorrosion

ISO 12944 Une norme internationale relative à la protection anticorrosion ISO 12944 Une norme internationale relative à la protection anticorrosion 2 3 ISO 12944 peintures et vernis - anticorrosion des structures en acier par systèmes de peinture protectrice La norme ISO 12944

Plus en détail

GUIDE PROTECTION ULTIME DU METAL

GUIDE PROTECTION ULTIME DU METAL GUIDE Directement sur la rouille 8 ans de protection Imperméable Résiste aux griffes et aux coups PROTECTION ULTIME DU METAL Spécial pour métaux Depuis plus de 25 ans, nous sommes LE NUMERO 1 de la protection

Plus en détail

Novocanto Acier Inoxydable

Novocanto Acier Inoxydable Novocanto Acier Inoxydable h: 6, 8, 10, 12, 15 mm. Longueur: 250 cm. Matériau: Acier Inox NOVOCANTO Profilé en acier inoxydable. Protège et décore tout en apportant la qualité, la résistance, la durabilité

Plus en détail

ACIER SUPPORTS SPÉCIAUX BARDAGE

ACIER SUPPORTS SPÉCIAUX BARDAGE ACIER SUPPORTS SPÉCIAUX BARDAGE CONSEILS DE PRÉPARATION DE SURFACE POUR ACIER La corrosion provoque la destruction des métaux. Il est donc nécessaire de protéger l acier à titre préventif (acier neuf)

Plus en détail

Rôle de la préparation de surface

Rôle de la préparation de surface Rôle de la préparation de surface Le but de la préparation de surface de l acier est de la rendre compatible avec l opération d émaillage Elimination des résidus contaminants présents à la surface de la

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée Dans la conception d une chaudière gaz à condensation il est important de choisir le matériau qui réunit le plus grand nombre d avantages pour la fabrication de l échangeur de chaleur. L aluminium silicium

Plus en détail

Métallisation avec Tirant 3

Métallisation avec Tirant 3 Métallisation avec Tirant 3 La Technologie d avant-garde à votre service www.lainsa.com Métallisation avec Arc Spray Une solution aux problèmes d érosion corrosion! Qu est ce que la Cavitation? Comment

Plus en détail

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS www.acimhydro.fr LES MATERIAUX ET REVETEMENTS 1- GENERALITES La norme ISO 8044 définit la corrosion comme suit : La corrosion est une interaction physico-chimique entre un métal et son environnement entraînant

Plus en détail

LA MISE EN PEINTURE: ASPECTS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES. Daniel ANDRÉ

LA MISE EN PEINTURE: ASPECTS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES. Daniel ANDRÉ LA MISE EN PEINTURE: ASPECTS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES SERVICE PHYSICO-CHIMIE DES MATÉRIAUX LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCEVOIR ET RÉALISER LES PONTS MÉTALLIQUES ET MIXTES 3 Avril 2003

Plus en détail

RENDEMENT THEORIQUE ET COMPARAISON RUST-ANODE / AUTRE FILM GALVANISANT

RENDEMENT THEORIQUE ET COMPARAISON RUST-ANODE / AUTRE FILM GALVANISANT RENDEMENT THEORIQUE ET COMPARAISON RUST-ANODE / AUTRE FILM GALVANISANT Le rendement théorique est exprimé en m²/litre ou en m²/kg pour une couche sèche et est calculé selon les formules suivantes : - Nombre

Plus en détail

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux.

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. FICHE THEMATIQUE LA CORROSION Qu est ce que la corrosion? : Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. La corrosion peut avoir les conséquences suivantes: Dégradation

Plus en détail

CHROMAGUI Peinture primaire anticorrosion à base de résines glycérophtaliques d aspect satiné tendu

CHROMAGUI Peinture primaire anticorrosion à base de résines glycérophtaliques d aspect satiné tendu CHROMAGUI Peinture primaire anticorrosion à base de résines glycérophtaliques d aspect satiné tendu LE solvant DESTINATION QUALITÉS DOMINANTES Pour le traitement et la protection des métaux ferreux à l

Plus en détail

infosteel Guide de protection anticorrosion de l acier Structures intérieures et extérieures 1ère édition : mai 2012 Valeur : 10 EUR

infosteel Guide de protection anticorrosion de l acier Structures intérieures et extérieures 1ère édition : mai 2012 Valeur : 10 EUR /07/2009 12:57:01 infosteel Guide de protection anticorrosion de l acier Structures intérieures et extérieures 1ère édition : mai 2012 Valeur : 10 EUR 1. Introduction 1.1 Avant-propos Le présent guide

Plus en détail

9 LA PROTECTION CONTRE LA CORROSION

9 LA PROTECTION CONTRE LA CORROSION 9 LA PROTECTION CONTRE LA CORROSION Lorsqu il est soumis à des atmosphères humides, à des agressions chimiques, à la condensation, qu il est en contact avec l eau ou les sols, l acier, comme tous les métaux,

Plus en détail

RUST-ANODE FICHE TECHNIQUE (Décembre 2015)

RUST-ANODE FICHE TECHNIQUE (Décembre 2015) RUST-ANODE FICHE TECHNIQUE (Décembre 2015) Production de Rust-Anode SPRL Belgique : www.rustanode.com Distributeur exclusif en Amérique du Nord : Galvatech 2000 www.galvatech2000.com INFORMATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1 2.2 2 LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1. GÉNÉRALITÉS Bien que le procédé de métallisation soit moins contraignant que la galvanisation en ce qui concerne la conception des pièces à revêtir,

Plus en détail

F9460PC-F9469PC-F9473PC

F9460PC-F9469PC-F9473PC F9460PC-F9469PC-F9473PC Rubans transferts acryliques Fiche technique Mars, 2011 Dernière version : Octobre 2010 Description du produit Propriétés physiques Les rubans transferts 9460, 9469 et 9473 sont

Plus en détail

KELATE MR6 TRAITEMENT DE SURFACE REACTIF POUR PASSIVATION DE ROUILLE RESIDUELLE SUR ACIER

KELATE MR6 TRAITEMENT DE SURFACE REACTIF POUR PASSIVATION DE ROUILLE RESIDUELLE SUR ACIER KELATE MR6 TRAITEMENT DE SURFACE REACTIF POUR PASSIVATION DE ROUILLE RESIDUELLE SUR ACIER INFORMATION PRODUIT INTRODUCTION La durabilité d un système dépend tout autant de la préparation de la surface

Plus en détail

Manuel Corrosion Octobre 2015

Manuel Corrosion Octobre 2015 Manuel Corrosion Octobre 2015 Introduction La corrosion est un processus naturel omniprésent. La plupart d entre nous, pendant notre vie quotidienne, ont pu observer les effets de la corrosion sur des

Plus en détail

CORROSION PAR EFFET PILE

CORROSION PAR EFFET PILE ARTHROPLASTIES PROTHETIQUES DEFAILLANCE PHYSIQUE DES IMPLANTS CORROSION PAR EFFET PILE A. AARON GECO 2010 MODES DE DEFAILLANCE D UN IMPLANT ARTICULAIRE METALLIQUE La fatigue L usure et adhésion La corrosion

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) :

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : 1 - Définition: COURS ENSITM LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : La corrosion sous contrainte résulte de l action conjuguée d une contrainte mécanique de tension et d un milieu corrosif généralement aqueux,

Plus en détail

Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017

Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017 Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017 1 1 Action Fumées de Soudage Le réseau Prévention se mobilise pour prévenir les risques Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR). Le but étant

Plus en détail

Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale

Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale Certifi cation des systèmes de peinture utilisés pour la Défense Terrestre et Navale Organisation de l ACQPA Association pour la Certification et la Qualifi cation en Peinture Anticorrosion Association

Plus en détail

Anodisation (uniquement procédé GS)

Anodisation (uniquement procédé GS) Anodisation (uniquement procédé GS) Uniquement valeurs indicatives, aucune prétention d exhaustivité. Recommandation : anodisation d échantillon. 07/2013 Étape Plaques coulées Plaques laminées / forgées

Plus en détail

LA CONSTRUCTION EN ALLIAGE D ALUMINIUM

LA CONSTRUCTION EN ALLIAGE D ALUMINIUM LA CONSTRUCTION EN ALLIAGE D ALUMINIUM Le premier bateau de mer en aluminium, un yacht à moteur de 12m, le Mignon, aurait été construit en France en 1891. En Angleterre en 1931, un yacht à moteur de 55

Plus en détail

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Matériaux 3 : Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Conseils et Erreurs trop fréquentes Attention au signe d une surtension : elle est positive pour une oxydation (sur

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

5. LIQUIDES, SPRAYS, PÂTES

5. LIQUIDES, SPRAYS, PÂTES 5.1 Liquides de refroidissement FREEZCOOL est un fluide caloporteur très élaboré, prêt à l'emploi. Il contient un algicide limitant les encrassements liés au développement d'algues dans les systèmes de

Plus en détail

ST 475 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS ÉLECTROLYTIQUES DE ZINC AVEC TRAITEMENTCOMPLÉMENTAIRE SUR FER OU ACIER

ST 475 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS ÉLECTROLYTIQUES DE ZINC AVEC TRAITEMENTCOMPLÉMENTAIRE SUR FER OU ACIER ST 475 Indice D Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS ÉLECTROLYTIQUES DE ZINC AVEC TRAITEMENTCOMPLÉMENTAIRE SUR FER OU ACIER Édition de juin 2005 Éditée par le département qualité

Plus en détail

Le Caloporteur. La solution intelligente

Le Caloporteur. La solution intelligente Le Caloporteur La solution intelligente 1. Temper Le produit Fluide frigoporteur et caloporteur sans glycol, non toxique et non polluant LES AVANTAGES Non toxique, ininflammable, non explosif Exempt de

Plus en détail

Le traitement des 4 Flux

Le traitement des 4 Flux Le traitement des 4 Flux Eco-systèmes date 2007 1 Le GEM FROID Eco-systèmes date 2007 2 Un exemple : le traitement des appareils de Froid en installation dédiée Séparation des matières broyées Tri et démantèlement

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

La galvanisation à chaud

La galvanisation à chaud La galvanisation à chaud une application universellement employée Architecte : HPP (D) - Photo : H.G. Esch (D) LE PROCÉDÉ D APPLICATION DU ZINC LE PLUS UTILISÉ De tous les procédés d application du zinc

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010

Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010 Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion Florian TEBAULT Colloque SF2M Colloque SF2M Dunkerque 18/11/2010 Plan Vallourec & VRA (Vallourec Research Aulnoye) Puits

Plus en détail

primaire bi composant époxydique polyamide

primaire bi composant époxydique polyamide 6 pages Révision de Septembre 2009 DEFINITION CARACTERISTIQUES PRINCIPALES TEINTES ET ASPECT Caractéristiques à 20 C Densité Extrait sec en volume COV (à la livraison) Epaisseur recommandée du film sec

Plus en détail

Caractérisation des fumées de soudage. Jacques CATANI CRAM du Sud Est

Caractérisation des fumées de soudage. Jacques CATANI CRAM du Sud Est Caractérisation des fumées de soudage Jacques CATANI CRAM du Sud Est Jacques.catani@cram-sudest.fr Un métal en fusion libère dans l air des molécules l qui se combinent à l air pour former des oxydes métalliques

Plus en détail

La formulation du FRIOGEL NEO est exempte de Borax, additif classé Toxique selon la 30 ème ATP européenne (Adaptation to Technical Progress)

La formulation du FRIOGEL NEO est exempte de Borax, additif classé Toxique selon la 30 ème ATP européenne (Adaptation to Technical Progress) Le, à base de Mono Propylène Glycol et d'inhibiteurs de corrosion, est un fluide caloporteur antigel concentré particulièrement étudié pour les circuits des installations frigorifiques travaillant à basse

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique Plan du cours Objectifs généraux Etablir un processus expérimental

Plus en détail

TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE

TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE Introduction Groupe Sofiplast Le décapage soft Présentation du procédé Les caractéristiques Les applications Le procédé

Plus en détail

FICHE 8: NETTOYER UN OBJET METALLIQUE ET TRAITER LA CORROSION

FICHE 8: NETTOYER UN OBJET METALLIQUE ET TRAITER LA CORROSION FICHE 8: NETTOYER UN OBJET METALLIQUE ET TRAITER LA CORROSION 1. La corrosion, principal acteur de dégradation d un objet métallique La corrosion est une altération produite par réaction chimique entre

Plus en détail

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Guide de la Qualité de l eau Analyses Causes Contrôle

Plus en détail

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Sommaire 1. Innovation Greenway L être humain et les ressources naturelles Pourquoi changer?

Plus en détail

Ensemble de galvanisation

Ensemble de galvanisation Conrad sur INTERNET www.conrad.com 2. Zingage de métaux multicolores On obtient par le zingage de métaux multicolores (par exemple cuivre, laiton) de beaux revêtements décoratifs. On obtient des surfaces

Plus en détail

OBTENTION DES PIECES BRUTES

OBTENTION DES PIECES BRUTES A. Le moulage A.I.Moulage au sable OBTENTION DES PIECES BRUTES La pièce à obtenir le modèle en bois C) l empreinte supérieure en Sable D) l empreinte inférieure F) système de remplissage et d alimentation

Plus en détail

Contraintes environnementales

Contraintes environnementales Contraintes environnementales 6ème Chacune s étapes transformation d'un matériau engendre l'utilisation d'énergie et amène donc s rejets chaleur ou matières polluantes plus ou moins nocifs pour l'environnement.

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4A PROTECTION DE L'ACIER CONTRE LA CORROSION

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4A PROTECTION DE L'ACIER CONTRE LA CORROSION ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4A PROTECTION DE L'ACIER CONTRE LA CORROSION Leçon 4A.1 Généralités sur la corrosion Fichier : L4A-1.doc OBJECTIF Donner aux architectes et ingénieurs débutants les bases du processus

Plus en détail

METALTOP LE CATALOGUE PEINTURE ANTIROUILLE. FDS disponible sur simple demande sur le site www.metaltop.fr ou au tél: 04 70 28 93 08

METALTOP LE CATALOGUE PEINTURE ANTIROUILLE. FDS disponible sur simple demande sur le site www.metaltop.fr ou au tél: 04 70 28 93 08 METALTOP LE CATALOGUE PEINTURE ANTIROUILLE 1/11 PEINTURE DIRECT ROUILLE PU BI-COMPOSANTS Peinture direct rouille pour inhiber la rouille sur métaux oxydés sans préparation. Application sur oxydation de

Plus en détail

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue.

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. 1 Rappel sur l anodisation sulfurique (OAS) Gamme opératoire

Plus en détail

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau.

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Article rédigé par Michel Meyer (Chargé de recherche - Laboratoire d'ingénierie Moléculaire pour la Séparation et les Applications des Gaz (LIMSAG)

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Peintures en poudre LIFCOAT (époxy, polyester et époxy/polyester)

FICHE TECHNIQUE. Peintures en poudre LIFCOAT (époxy, polyester et époxy/polyester) FICHE TECHNIQUE Peintures en poudre LIFCOAT (époxy, polyester et époxy/polyester) A. DESCRIPTION GENERALE DES PEINTURES EN POUDRE «LIFCOAT» Les peintures en poudre de la marque «LIFCOAT» voient leurs origines

Plus en détail

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES SERVICES ET LIVRAISONS QUALITÉ Afin d assurer un transport de votre marchandise rapide et non onéreux, nous nous chargeons nous-mêmes de la livraison. Nous disposons

Plus en détail

POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX

POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX M. Y. Sadallah Directeur scientifique ICERMA PARC TECHNOLOGIQUE DE SOLOGNE BATIMENT INNOVATION VIERZON Membre du : SOMMAIRE I GENERALITES 1) Définitions

Plus en détail

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique UNIVERSITE de Liège Métallurgie et Science des Matériaux LTAS Aérospatiale & Mécanique Connaissance des Matériaux Métalliques Laboratoire 1 : Métallographie Christine BRASSINE 04/366.91.10 C.Brassine@ulg.ac.be

Plus en détail

Fiche technique D8501 D8505 D8507 Apprêts 2K DP4000

Fiche technique D8501 D8505 D8507 Apprêts 2K DP4000 GLOBAL REFINISH SYSTEM Juin 2011 Fiche technique D8501 D8505 D8507 Apprêts 2K DP4000 DESCRIPTION DU PRODUIT D8501 Apprêt 2K DP4000 blanc G1 D8505 Apprêt 2K DP4000 gris G5 D8507 Apprêt 2K DP4000 gris foncé

Plus en détail

Oxydo-réduction et corrosion

Oxydo-réduction et corrosion Chapitre 7 Sciences Physiques - BTS Oxydo-réduction et corrosion 1. Réactions d oxydo-réductions. 1.1. Les couleurs des solutions. Les solutions contenant des ions cuivriques Cu 2+ sont bleu turquoise.

Plus en détail

Solutions et techniques offertes. Structure alvéolaire unique versatile et économique

Solutions et techniques offertes. Structure alvéolaire unique versatile et économique Nos solutions Emballage et protection de produits Nos solutions d emballage et de protection de produits manufacturés peuvent prendre des formes variées. Elles s intègrent facilement aux autres composantes

Plus en détail

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage 1/6 Les matériaux Un matériau est une matière que l homme façonne pour en faire des objets. L usage des matériaux est extrêmement diversifié : construction, textile, objets techniques, décoration, emballages...

Plus en détail

Peinture à base de pigments métalliques. durable résistante à l'abrasion résistante aux intempéries

Peinture à base de pigments métalliques. durable résistante à l'abrasion résistante aux intempéries Peinture à base de pigments métalliques durable résistante à l'abrasion résistante aux intempéries Peinture à base de pigments métalliques Les peintures à base de pigments métalliques, à enduire au pinceau,

Plus en détail

PROTECTION DES OUVRAGES MÉTALLIQUES

PROTECTION DES OUVRAGES MÉTALLIQUES Ministère de l'equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer Direction des affaires économiques et internationales Ministère de l'economie, des Finances et de l'industrie Commission

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Aération et assainissement des lieux de travail

Aération et assainissement des lieux de travail Aération et assainissement des lieux de travail Rappels réglementaires Catégories de locaux Locaux à pollution non spécifique : Locaux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine :

Plus en détail

Efficace par nature. Une très grande dureté de surface. Une exceptionnelle résistance à l abrasion. Une excellente résistance à la corrosion

Efficace par nature. Une très grande dureté de surface. Une exceptionnelle résistance à l abrasion. Une excellente résistance à la corrosion Hard to Beat Efficace par nature Les avantages commerciaux de l utilisation de l aluminium pour la fabrication de véhicules industriels sont bien connus et parfaitement indiscutables : gains de poids permettant

Plus en détail

LA PROTECTION CATHODIQUE DES BATEAUX DE PLAISANCE

LA PROTECTION CATHODIQUE DES BATEAUX DE PLAISANCE Petit Livre Blanc CORROSION ELECTROLYSE ECAILLAGE LA PROTECTION CATHODIQUE DES BATEAUX DE PLAISANCE www.galvatest.fr 1 INTRODUCTION Observez attentivement les coques, quilles, embases, arbres, hélices,

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

Contrôle des adhésifs

Contrôle des adhésifs Contrôle des adhésifs Masse volumique On utilise un pycnomètre de type Hubbard uniquement pour la mesure de la masse volumique des adhésifs liquides comportant des solvants volatils. - Nettoyer puis sécher

Plus en détail

On peut classer les différents matériaux par familles. Les principales sont :

On peut classer les différents matériaux par familles. Les principales sont : 1 DEFINITION D UN MATERIAU Un matériau est une substance, une matière destinée à être mise en forme. Un objet peut être fabriqué avec des matériaux différents. Un même matériau peut être utilisé pour fabriquer

Plus en détail

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air Poutres climatiques 2012 2.9 Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air poutre climatique active standard Unité confort poutre climatique passive poutre climatique sur demande Modèle

Plus en détail

COWITHANE Classification : AFNOR NFT 36005 - Famille I - Classe 6a

COWITHANE Classification : AFNOR NFT 36005 - Famille I - Classe 6a COWITHANE Classification : AFNOR NFT 36005 - Famille I - Classe 6a PRESENTATION Description : Peinture très résistante à base de résines polyuréthanes en phase solvant, bi-composants. D'aspect tendu, satiné

Plus en détail

ST 418 Indice F. Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS PAR PROJECTION THERMIQUE. Édition de mars 2007

ST 418 Indice F. Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS PAR PROJECTION THERMIQUE. Édition de mars 2007 ST 418 Indice F Application Ferroviaire Spécification Technique REVÊTEMENTS PAR PROJECTION THERMIQUE Édition de mars 2007 Éditée par le Département Qualité Fournisseurs ÉVOLUTIONS du DOCUMENT Indice Motifs

Plus en détail

www.chemdur.com Chemdur@chemdur.com

www.chemdur.com Chemdur@chemdur.com DESCRIPTION CHEMDUR RAMP est un système de revêtement protecteur contre la corrosion de l'armature et le désagrégement du béton de tabliers dans les stationnements étagés. CHEMDUR RAMP est appliqué sur

Plus en détail

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07 ELSOLD Barres et lingots La miniaturisation croissante, des exigences plus strictes en ce qui concerne la fiabilité à long terme des produits électroniques complexes, des composants et des caractéristiques

Plus en détail

Comparaison des technologies de soudage à haute densité d énergie

Comparaison des technologies de soudage à haute densité d énergie Comparaison des technologies de soudage à haute densité d énergie 2 ème Séminaire Bodycote / Air Liquide 14 15 octobre 2010 Peggy Gressel Historique Sommaire Domaines d utilisation Le soudage plasma Le

Plus en détail

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR De l application industrielle au confort du particulier Solutions pour l usage domestique, le tertiaire, les collectivités et l industrie. Chère Madame, Cher Monsieur,

Plus en détail

Les prix indicatifs peuvent varier sur la base de la cotation des matières premières en cas de zingage à chaud et de systèmes duplex.

Les prix indicatifs peuvent varier sur la base de la cotation des matières premières en cas de zingage à chaud et de systèmes duplex. des charpentes en acier page 1 Survol des systèmes de protection contre la corrosion Durée de vie et prix indicatif pour les charpentes en acier rectilignes Système de protection contre la corrosion charpentes

Plus en détail

Conseils de remisage pour les Motocycles, les Scooters et les Quads

Conseils de remisage pour les Motocycles, les Scooters et les Quads Conseils de remisage pour les Motocycles, les Scooters et les Quads INTRODUCTION L immobilisation de votre Honda pendant la période hivernale, sans préparation, peut engendrer plusieurs problèmes : comme

Plus en détail

LE ROULEAU DE PRÉCISION

LE ROULEAU DE PRÉCISION LE ROULEAU DE PRÉCISION QU EST-CE QUE UNIVERSAL ROLL? MISSION Fabriquer des rouleaux de convoyeurs sur mesure et de qualité supérieure, qui répondent aux besoins et aux exigences de nos clients. Écouter

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

STS sas Parc d activité des 70 arpents Rue de Belloy 95560 Montsoult

STS sas Parc d activité des 70 arpents Rue de Belloy 95560 Montsoult TRAITEMENT DE SURFACE MECANIQUE Balancelles de grenaillage anti-usure STS sas Parc d activité des 70 arpents Rue de Belloy 95560 Montsoult Telephone: 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Plus en détail

(Mém. A - 19 du 3 février 2006, p. 478; Dir. 2004/42/CE) Texte coordonné au 20 avril 2011 Version applicable à partir du 24 avril 2011

(Mém. A - 19 du 3 février 2006, p. 478; Dir. 2004/42/CE) Texte coordonné au 20 avril 2011 Version applicable à partir du 24 avril 2011 ATMOSPHÈRE 1. Dispositions générales 1 Règlement grand-ducal du 25 janvier 6 relatif à la réduction des émissions de composés organiques volatils dues à l utilisation de solvants organiques dans certains

Plus en détail

Distributeur exclusif Nord-est et applicateurs. www.belzona.fr. www.metalcoat.fr

Distributeur exclusif Nord-est et applicateurs. www.belzona.fr. www.metalcoat.fr Distributeur exclusif Nord-est et applicateurs www.belzona.fr www.metalcoat.fr Siège européen, Harrogate, GB METALCOAT, Carep 1 136 Boulevard de Finlande 54 340 POMPEY belzona@metalcoat.fr Tel: 03 83 49

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES «

» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES « 1/5» INSTRUMENTS CHIRURGICAUX RE-UTILISABLES «Des instruments chirurgicaux sont des produits de haute précision. Leur utilisation et maniement correcte et décrit en suite. Pour éviter des risques pour

Plus en détail

PACIFIC. > Clin couleur extérieur HDF

PACIFIC. > Clin couleur extérieur HDF PACIFIC > Clin couleur extérieur HDF PACIFIC > Clin couleur extérieur HDF Un aspect dense et homogène modelé, tout en relief, une belle mise en valeur des noeuds et des cernes évoquant la vie intérieure

Plus en détail

L Anodisation de l aluminium

L Anodisation de l aluminium L Anodisation de l aluminium A&D Prévost inc. œuvre dans le domaine de l aluminium architectural depuis 1959 A&D Prévost Inc., localisé a Richelieu regroupe quelques 200 employés, dans une usine de 130

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

Le programme international Phébus PF (produits

Le programme international Phébus PF (produits 1La sûreté des réacteurs 1 6 Résultats des deux premiers essais PhébuS PF, FTP-0 et FTP-1 S. BOURDON (IRSN) D. JACQUEMAIN (IRSN) R. ZEYEN (JRC/PETTEN) Le programme international Phébus PF (produits de

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 C H A U D I È R E S A U S O L B A S S E T E M P É R A T U R E GT 330 - GT 430 - GT 530 CHAUDIÈRE FIOUL / GAZ EN FONTE DE 55 À 1450 KW DTG 230 - DTG 330 CHAUDIÈRE GAZ EN FONTE

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail