Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS"

Transcription

1 Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Serge Planton (MF/CNRM-GAME), Robert Vautard (IPSL), Maryvonne Kerdoncuff, Laurent Franchistéguy et Philippe Dandin (MF/DClim). Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs Contexte international et national L archivage et la diffusion des simulations climatiques et des produits qui en sont issus répondent au double enjeu de mieux valoriser les travaux menés par la communauté de recherche nationale, et de répondre à la demande d information climatique de la part de différentes communautés. Cette double fonction constitue la base de la mise en place de services climatiques aujourd hui émergents dans de nombreux pays sous l impulsion de différentes institutions. L archivage et la diffusion de résultats de simulations climatiques ne sont pas des activités nouvelles, mais elles ont pris une nouvelle dimension avec la réalisation et la diffusion des simulations CMIP3 («Coupled Model Intercomparison Project») qui ont servi de référence au dernier rapport IPCC (AR4, 2007). Les projets d intercomparaison de modèles au niveau international ont joué un rôle majeur dans la structuration de la communauté. Lancé au début des années 90 le projet AMIP a permis les premières comparaisons d envergure des résultats des modèles d atmosphère. Le principe s est généralisé à d autres modèles ou type de simulation avec les projets PMIP (pour le paléoclimat), (OCMIP pour la biogéochimie marine) etc.. et CMIP pour les modèles couplés océan atmosphère qui est devenu le projet de références pour les simulations climatiques. La communauté française s est largement impliquée dans ces projets internationaux et l on compte actuellement plusieurs coordinateurs au niveau international (OCMIP : J. Orr, AEROCOM, M. Schulz, C4MIP : P. Friedlingstein, PMIP : P. Braconnot, LUCID : N. de Noblet). Les bases de données correspondantes étaient cependant, jusqu au début des années 2000, limitées au service des groupes directement impliqués dans les projets. D autres bases de données ont vu le jour au travers de projets nationaux ou européens, comprenant des fonctionnalités plus ou moins développées. Ces bases de données ont parfois été rendues publiques mais avec une pérennité plus ou moins longue. A titre d exemple, on peut citer dans cette veine la base de données du projet DEMETER ( : Prévision saisonnière) aujourd hui non accessible ou celle du projet PRUDENCE ( : Scénarios climatiques régionaux) qui l est toujours. La communauté française dispose donc d atouts pour construire un système pérenne et ouvert à d autres utilisateurs que les seuls spécialistes de modélisation climatique. Sur l aspect de la valorisation, une dimension nouvelle a été franchie avec la mise en place par le PCMDI de la base de données de l exercice international de simulation CMIP3 ayant servi de base à l AR4. Cette base a généré un nombre sans précédent d articles scientifiques (plus de 500 répertoriés sur le site du projet) dont une large part traite les résultats des modèles français. Ce succès est bien sûr en premier lieu dû à l intérêt scientifique de ce jeu de simulations d ensemble pour l étude de la variabilité du climat mais aussi à la mise en place d une organisation efficace facilitant l accès aux données et métadonnées dans un format standard largement utilisé dans la communauté. Il en est de même pour d autres bases de données. A titre d exemple, la base de données de la seconde phase du projet PMIP alimente Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 1

2 de nombreuses études faisant intervenir des liens entre le climat et les écosystèmes ou les ressources en eau dans le passé. Il faut signaler que la mise en conformité des résultats des simulations aux standards CMIP3, qui comprenait la standardisation des noms de variables, des noms de fichiers et des formats utilisés, a fortement mobilisé les groupes de modélisation et l ampleur de l exercice n avait pas été suffisamment anticipée. Désormais motivée par la nécessité de définir des politiques d adaptation, la demande de scénarios climatiques futurs est elle aussi en pleine croissance que ce soit de la part de différentes communautés scientifiques pouvant être plus ou moins aguerries aux études climatiques, des acteurs institutionnels ou de collectivités territoriales, d acteurs du monde économique, etc. Concernant la communauté scientifique il s agit principalement de mener des analyses de la variabilité climatique future, comme celles qui ont été menées dans le cadre de CMIP3. Ces analyses couvrent une large gamme de thématiques comme l attestent les résultats synthétisés dans le livre blanc ESCRIME. Elles sont incontournables pour comprendre la perturbation anthropique et évaluer la pertinence des simulations. Les données générées permettent également de mener des études d impact des changements climatiques dans différents domaines socio-économiques. De la part des acteurs institutionnels ou économiques, appuyés parfois par des bureaux d études, il s agit de préparer l élaboration de «plans climat», d élaborer des plans d adaptation au changement climatique, de prendre en compte le facteur climatique dans des analyses prospectives Ces évolutions dans le champ scientifique et de la demande sociétale s accompagnent d exigences croissantes en terme de volume de données à traiter. La croissance continuelle des moyens de calculs disponibles explique pour une grande part cette croissance du volume de données produites mais elle est surtout la conséquence des progrès de la modélisation et de la simulation du climat que la puissance des moyens de calcul ne fait que rendre accessible. La complexification des modèles du système climatique, incorporant la représentation de nouveaux processus physiques et biogéochimiques, la croissance de la résolution des modèles et le développement des simulations climatiques régionales, la constitution d ensembles multimodèles de simulations élargissant le champ d exploration scientifique, concourent à augmenter le volume des archives à traiter. En particulier, le schéma d une base de données centralisée adopté pour le projet CMIP3 est de fait devenu impossible à tenir dans le contexte du projet CMIP5 qui s appuie sur la mise en place d une base de données distribuée. C est ce type d approche, qui implique l interopérabilité des bases de données source, qui est aujourd hui privilégié. Pour répondre à ces évolutions, la communauté nationale de recherche sur le climat a mis en place des projets nationaux ou des contributions à des projets européens qui répondent aux exigences nouvelles de l archivage et de la diffusion des simulations climatiques. Nous ne citons ici que celles qui ont l ambition de couvrir les besoins d une large communauté d utilisateurs. Ces projets permettent de faire face à la pression associée à la mise en place des simulations CMIP5, mais il n y a pas d assurance de pérennisation de ces activités. Certains de ces projets conditionnent la participation de la communauté nationale à la base de données distribuée de CMIP5, d autres permettent d interagir avec différents utilisateurs se situant principalement au niveau national. Le projet DRIAS Le projet DRIAS est soutenu par le programme GICC. Il est coordonné par Météo-France et les autres partenaires sont le CERFACS et l IPSL. Il a débuté en 2010 pour une période de 2 ans. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 2

3 L objet de DRIAS est la mise à disposition des scénarios climatiques régionalisés réalisés dans les laboratoires français de modélisation du climat. Ses porteurs l inscrivent résolument dans une vision plus vaste d un «service climatique», offrant de l information et des services notamment l accès à des indicateurs plus directement utilisables sur le changement climatique, placé sous l autorité inter-ministérielle de l ONERC et en cohérence avec sa stratégie. Ils limitent cependant précisément le périmètre de leur action. DRIAS permettra de mettre à disposition des scénarios établis à partir de plusieurs hypothèses d'émission, plusieurs modèles climatiques régionaux (CNRM-GAME, IPSL) et plusieurs méthodes de descente d'échelle. Cette panoplie de produits permettra une première évaluation de l incertitude inhérente à l exercice de construction de scénarios du climat. DRIAS vise à la mise en place d un service destiné aux utilisateurs impliqués dans des études d impact et d adaptation, devant agir dans leur domaine d expertise, ayant une capacité scientifique et technique mais n étant pas directement impliqués dans la recherche climatique et la modélisation du système Terre. Cet accès doit donc être facile et engageant pour les utilisateurs multi-disciplinaires. La définition de formats d emploi commun permettra de s affranchir des grilles de calcul de chaque modèle dynamique ou statistique. Outre les accès aux données numériques brutes ou corrigées, permettant quantité de traitements, des indicateurs seront mis en place, offrant immédiatement une capacité d analyse. DRIAS propose un accès en ligne au travers d un portail web spécifique qui sera composé de trois espaces distincts répondant à trois niveaux de besoin des utilisateurs, l Espace Accompagnement, l Espace Découverte et l Espace de Commande des données et produits.. L Espace Accompagnement constitue la partie didactique du portail et permettra d accéder à toute information et conseil utiles contribuant au bon emploi des scénarios climatiques. Cette dimension d accompagnement est essentielle et fonde le projet scientifique. Il s agit, fournissant l accès aux scénarios climatiques régionalisés, d insister sur la formation et l information des utilisateurs. Un panel d utilisateurs potentiels est associé à chaque étape du projet. Des questions telles que celles portant sur le bon emploi de simulations climatiques, sur les différentes sources d'incertitude, etc. doivent être décrites le plus complètement possible. Les bonnes pratiques doivent être exposées. Outre des informations «statiques» accompagnant la capacité de livraison de scénarios, une cellule d'expertise composée de scientifiques du climat et pouvant accompagner les demandeurs de données (utilisateurs multi-disciplinaires) devra donc être organisée et y être associée. L Espace Découverte, comme son nom l indique, permettra aux utilisateurs de découvrir les simulations climatiques au travers de produits graphiques de type carte ou graphe élaborés à partir des indices. Il constituera un moyen d analyse et de sélection des jeux de données les plus appropriés dans le contexte de l utilisateur. Enfin l Espace de Commande de données et produits permettra d accéder aux données et produits eux-mêmes, que ce soient les données brutes, corrigées ou les indices en format numérique. Les projets en liaison directe avec le projet DRIAS Les partenaires de DRIAS dirigent ou participent à bon niveau à plusieurs projets qui présentent des intérêts importants pour DRIAS. Certains visent les applications et l utilisation des scénarios climatiques et contribueront à l émergence de produits plus adaptés à des secteurs demandeurs ; d autres portent sur des aspects techniques, contribuant à une plus grande maîtrise des données et produits issus de modèles et scénarios climatiques ; d autres enfin abordent les services climatiques à une échelle supérieure, européenne notamment, à celle visée par DRIAS. Tous ces projets offrent des références de choix, ou des lieux de validation, qui permettent à l équipe projet de retenir pour le service DRIAS en construction les meilleures options qui soient ou de valider des choix pionniers réalisés. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 3

4 INVULNERABLE Le projet INVULNERABLE (Vulnérabilité des installations industrielles aux changements climatiques) a été soutenu par la FONDDRI (Fondation de Recherche pour le développement durable et les relations internationales ). Il est coordonné par l IPSL et les autres partenaires sont le CERFACS et le CNRM-GAME. Il a débuté en 2007 pour une période de 3 ans. Une deuxième phase de ce projet est soutenue par le programme GICC pour un an à compter de mars La suite logique de ce projet est le projet SECIF soutenu par l ANR. Ce projet à pour objet la valorisation à destination des industriels des données et indicateurs d impact du changement climatique afin de répondre à différentes questions qui intéressent cette communauté : la vulnérabilité des installations industrielles aux risques climatiques ; les impacts du changement climatique sur les facteurs météorologiques qui affectent directement ou indirectement la demande de leurs produits ou services ; les impacts du changement climatique sur les facteurs météorologiques qui affectent directement ou indirectement la gestion de leurs installations ou de leurs productions. La première phase du projet a permis de faire progresser le dialogue entre industriels et climatologues. En particulier, des besoins et la possibilité d y répondre ont pu être identifiés en s appuyant sur : la vulgarisation sous forme de fiches synthétiques des questions liées au changement climatique ; une réflexion sur des indicateurs précis ; des indications méthodologiques par rapport au mode d utilisation des résultats de modèles et la mise en place d une étude d impact. La deuxième phase consiste à proposer de changer de cadre de travail pour approfondir la réflexion et s acheminer vers la mise en place d un service répondant aux besoins des industriels sur le changement climatique. Il est proposé de travailler à partir de deux cas d études qui ont démarré dans le cadre de la première phase et pour lesquels les premières analyses ont révélé le besoin d études scientifiques plus approfondies pour comprendre le phénomène, de vérifier que l on peut ou non traiter la partie climatique de la demande industrielle à partir des résultats des projections climatiques globales et régionales sur la France, et enfin de définir les incertitudes. Ce projet s appuiera sur les données climatiques diffusées par les projets internationaux CMIP3 et CMIP5 (pour l échelle globale), par le projet européen ENSEMBLES, et par la base de données DRIAS pour les projections sur la France. Les analyses feront appel soit directement aux indicateurs climatiques fournis par ces projets ou à 3 des indicateurs spécifiques développés pour le projet. Suivant la portée de ces nouveaux indicateurs, ils pourront être soumis pour insertion dans la base DRIAS à son comité d utilisateurs pour alimenter la base d indicateurs pertinents pour le territoire français. L analyse des incertitudes spécifiques aux indicateurs développés dans INVULNERABLE se fera également en utilisant l information sur les incertitudes (distribution de probabilité) qui sera mise à disposition dans le projet DRIAS ou dans la suite. Le projet INVULNERABLE est donc un projet d interface entre la diffusion des données et les utilisateurs industriels. SECIF Le projet SECIF (Vers un service climatique pour le secteur industriel français) est soutenu par l ANR dans le cadre du programme «Changements Environnementaux Planétaires». Il est coordonné par l IPSL et les autres laboratoires de recherche partenaires sont le CNRM- GAME et l AMUP-INSA de Strasbourg. Le projet associe par ailleurs l IDDRI, des Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 4

5 partenaires industriels et des PME (Veolia-Eau, Veolia-Environnement, EDF, ARIA Technologies, CLIMPACT). Le projet a débuté en 2011 pour une période de 3 ans. Comme indiqué plus haut, ce projet se situe dans la continuité directe du projet INVULNERABLE dont il intègre une partie de l activité. Il a pour objectifs généraux de faciliter l expression de besoin des industriels en terme d information sur le changement climatique, de définir le niveau de confiance à accorder à cette information sur des cas concrets et lui aussi de contribuer à la mise en place d un service climatique à destination des industriels. L une de ses principales originalités est l étude de 4 cas dans le domaine de l énergie et de l eau associant dans un même projet les entreprises industrielles et les chercheurs. Ce projet va plus loin que le projet INVULNERABLE en ce qui concerne le nombre de cas traités, l investissement des industriels dans l élaboration d indicateurs susceptibles de mieux prendre en compte la vulnérabilité de l activité industrielle aux changements climatiques, dans le traitement de la question des incertitudes et dans la réflexion menée pour la mise en place d un service climatique qui leur serait destiné. Comme INVULNERABLE, le projet SECIF s appuie sur les données climatiques diffusées par les projets internationaux CMIP3 et CMIP5 pour l échelle globale, ENSEMBLES pour l échelle européenne et DRIAS pour l échelle nationale. Lui aussi projet d interface entre la diffusion des données et les utilisateurs, SECIF a vocation à produire de nouveaux indicateurs intéressant les industriels qui pourraient être produits et mis à disposition dans un service DRIAS pérennisé. EIT (KIC-Climat) La «KiC-Climat» (Knowledge and Innovation Community) est un projet européen de l «European Institut of Technologies» (EIT), lui-même partie intégrante du 7 ème PCRD. Ce projet vise, à développer l innovation dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, en se basant sur un réseau de 5 nœuds européens. La nature des projets de la KiC est de construire une recherche à forte finalité sociétale. Le projet DRIAS constitue une infrastructure indispensable de distribution de données et d informations à partir de laquelle pourront être développés des produits de nature commerciale ou des informations pour les entreprises pour assurer leur compétitivité face aux défis du climat et de sa mitigation. DRIAS contribue ainsi à cette dynamique d échelle européenne et en retour la KiC apportera une visibilité internationale à DRIAS. IEED CLAIRE Le projet d Institut d Excellence dans le domaine des Energies Décarbonées «Climat AIR Energie» (CLAIRE) a été proposé dans le cadre de l appel du Programme Investissements d Avenir. Ce projet vise, comme la KiC climat mais à l échelle nationale, à développer l innovation dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, mais aussi de la pollution de l air. Le projet vise à répondre à la demande de la société dans les domaines de l information climatique prospective pour l adaptation et la qualité de l air, la surveillance des émissions et l amélioration de l efficacité énergétique. Un volet du projet concerne particulièrement le développement et la maintenance de données prospectives de référence, accompagnées d une offre de calcul et de modélisation pour les entreprises partenaires pour qu elles puissent développer avec les scientifiques des démonstrateurs de services. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 5

6 Le travail pionnier effectué dans la première phase de DRIAS préfigure une partie de ce volet national de l IEED, qui apportera un soutien en ressources à la maintenance de la base de données constituée par DRIAS. Autres projets sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques IS-ENES Le projet européen IS-ENES (Infrastructure for the European Network for Earth System Modelling) est soutenu par le FP-7 (Appel d offres «Infrastructures»). Il est coordonné par l IPSL et associe dix-huit partenaires dont le CERFACS et le CNRM-GAME. Il a débuté en 2009 pour une période de 4 ans. Le projet vise à développer une activité de réseau de collaboration des centres climatiques européens autour des questions suivantes: le développement, la diffusion et l application de modèles du système climatique ; l utilisation des ressources de calcul existantes à l échelle européenne ; l interface avec les décideurs. Toutes ces activités de réseau seront intégrées dans un «portail ENES» pour accéder aux modèles, aux outils et aux données. Le portail sera utile non seulement aux activités internes de réseau mais aussi pour offrir un service essentiel à un nombre important d utilisateurs comme les groupes de modélisation climatique régionale ou la communauté des impacts. Ces activités de réseau impliqueront les partenaires du projet mais aussi les membres du consortium ENES («European Network for Earth System modelling») qui rassemble plus de 40 institutions. Parmi les activités du réseau, figure la mise en place d un prototype de service web directement en relation avec la question de la diffusion des scénarios climatiques. Il s agit d une interface destinée à réduire l espace qui sépare la communauté de modélisation climatique, de celle qui étudie les impacts et des utilisateurs finaux. Dans cet objectif, un nombre limité de cas d études jugés représentatifs de l utilisation de données climatiques seront sélectionnés et analysés, en interaction avec les utilisateurs, afin de mettre en place des services prototypes associés. Un dialogue sera aussi engagé au niveau européen afin de contribuer à la stratégie sur l adaptation au changement climatique («EU Green Paper on Adaptation»). Un des objectifs importants est aussi de mettre en place des outils communs simples et adaptés aux besoins des utilisateurs ainsi que des méthodologies robustes pour la quantification et l incorporation de la cascade d incertitude allant des scénarios climatiques de base jusqu aux modèles d impacts et de décision. METAFOR Le projet METAFOR (Common Metadata for Climate Modelling Digital Repositories ) est soutenu par le FP-7 (Appel d offres «Infrastructures»). Il est coordonné par l université de Reading et associe une dizaine d autres partenaires dont l IPSL, le CERFACS et le CNRM- GAME. Il a débuté en 2008 pour une période de 3 ans et fait partie d ENES. Le principal objectif de METAFOR est de développer un «Common Information Model» (CIM) pour décrire les données climatiques et les modèles qui les produisent sous une forme standardisée, et d assurer l adoption la plus large possible de ce standard de métadonnées. Le projet vise à réduire la fragmentation, les insuffisances de description, la duplication de l information et les problèmes d identification que l on rencontre dans les métadonnées aujourd hui disponibles. Il s agira aussi de mettre au point des outils utilisant ce CIM afin de Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 6

7 développer et d évaluer un prototype d infrastructure permettant de retrouver les données et les modèles et de permettre à des spécialistes ou non spécialistes du climat de comprendre l origine des données disponibles et leur applicabilité. Ce standard de métadonnées est le même que celui qui a été adopté pour les simulations de CMIP5. PRODIGUER Le projet PRODIGUER est soutenu par le GIS Climat société et environnement. Il est dans ce cadre seulement porté par l IPSL. Il a débuté en 2008 pour une période de 2 ans. Un nouveau projet a été soumis en 2010 pour une demande de labellisation de Système d Observation et d Expérimentation (SOERE) auprès du Comité Inter-Organismes Environnement. Cette soumission est coordonnée par l IPSL et associe le CNRM-GAME et le CERFACS. La première évaluation du projet est relativement positive mais il devra être à nouveau soumis avec un autre périmètre courant Le système de distribution de données PRODIGUER a pour objectif de garantir la diffusion et une bonne utilisation des résultats des projections climatiques réalisées par les équipes françaises au sein des projets internationaux et plus largement auprès des différents utilisateurs du domaine de la recherche sur le changement climatique. Cette activité comprend la réalisation des simulations de référence, le traitement des données pour la mise aux standards internationaux, et l évaluation des résultats. La mise en place d un service de distribution servira de support aux différents projets d analyse des simulations par la communauté scientifique, la réalisation des simulations régionales à partir des résultats des projections de grande échelle, et la diffusion des résultats pour les nombreuses études d impact. Il s insère ainsi dans les réseaux de mise à disposition des données des simulations aux niveaux international et européen et prépare l émergence de services de mise à disposition des données pour les futurs «services climatiques». Les simulations concernées, les formats et protocoles utilisés suivent les recommandations qui se mettent en place pour la diffusion des simulations CMIP5 dont les résultats alimenteront le 5ème rapport du GIEC. Il contribue à l infrastructure européenne mise en place dans IS-ENES. La mise en place du SOERE PRODIGUER permettrait de garantir la diffusion des résultats des simulations dans la durée, de renforcer les interfaces vers les autres communautés, ce qui demande à la fois de définir les différents services que nous devons assurer autour des simulations, de garantir la qualité des résultats et de standardiser les diagnostiques pertinents pour différentes études d impact. Cela se traduira par la mise en place d un portail d accès et d interrogation des données de simulations climatiques globales au plan national. La communauté visée se compose des chercheurs, ingénieurs, post-doctorants et doctorants qui travaillent dans les laboratoires de recherche français (IPSL, CNRM-GAME, CERFACS), et qu il s agira d aiguiller dans la multitude de sorties générées par les modèles. Le spectre de simulations visé ici est plus large que celui de CMIP5. Il s agit également de référencer et de fournir un accès renseigné aux simulations de référence réalisées au quotidien et qui préfigurent les simulations qui seront à terme suffisamment pertinentes pour intégrer les grandes bases de données internationales. En résumé Les projets présentés ci-dessus remplissent des objectifs complémentaires : la mise à disposition de scénarios globaux et régionaux réalisés dans le cadre de projets internationaux dans le cas de PRODIGUER, des scénarios régionaux sur la France à valeur ajoutée en terme de descente d échelle dans le cas de DRIAS ; les projets IS-ENES et METAFOR permettent Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 7

8 de définir les standards internationaux et de construire l infrastructure européenne dans lesquels s inscrit le projet PRODIGUER ; les projets INVULNERABLE, SECIF, la KIC- Climat et l IEED CLAIRE (sous réserve d acception), renforceront l interaction entre les producteurs de scénarios et les utilisateurs des entreprises industrielles et de service en bénéficiant des scénarios et des facilités d accès mis en place dans le cadre des projets PRODIGUER et DRIAS. Ils peuvent aussi conduire à enrichir la base de données des indicateurs fournis dans le cadre d un service DRIAS pérennisé. Plus généralement, ces projets préparent la mise en place de services climatiques. Le projet PRODIGUER est plus orienté vers les utilisateurs de la communauté scientifique, INVULNERABLE ceux des entreprises et DRIAS vers l ensemble des communautés incluant les deux précédentes. Ils traitent une partie plus ou moins développée des fonctionnalités d un service de distribution de résultats de simulations climatiques, une des briques élémentaires de futurs services climatiques qui devront aussi s attacher à assurer un bon transfert de l information climatique auprès des utilisateurs en associant des experts se situant au plus près des équipes de recherche qui produisent les scénarios. Ces projets sont des briques de base des services climatiques auxquels il faudrait ajouter à terme le développement de «produits» interdisciplinaires issus d études d impact afin de couvrir les besoins dans différents domaines comme ceux de l agriculture, des écosystèmes, de l eau, de la santé mais aussi le soutien, les informations et moyens utiles pour l adaptation. Un service regroupé, servant tous les intérêts et besoins de la Nation, comme certains pays européens l ont déjà entrepris, émergera peut-être dans le cadre de la démarche nationale associée au Plan National d Adaptation : DRIAS se veut être une contribution de base, mais essentielle, dans une telle perspective. +=+=+=+ Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 8

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC Sébastien Denvil et Olivier Marti Pôle de Modélisation, IPSL Prodiguer - Mercredi 18 juin 2008 1 Le contexte : le compte à rebours du rapport

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

Analyse en temps réel du trafic des Internautes

Analyse en temps réel du trafic des Internautes Analyse en temps réel du trafic des Internautes Toute entreprise doit être en mesure d analyser le trafic de son site web et d obtenir une vue précise de son efficacité en temps réel SOMMAIRE Aperçu p.

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement octobre 2011 CONTACTS PRESSE : Service de presse de CEA - Tél : 01 64 50 16 49 presse@ceafr Service de presse du CNRS - Tél : 01 44 96 51 51

Plus en détail

ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia

ESTIM. Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia ESTIM Égalité d accès aux Sciences, aux Technologies, à l Innovation et au Multimédia GOUVERNANCE DE LA CSTI FORMATION NUMÉRIQUE /ARTS SCIENCES TECHNOLOGIES Face à une crise économique mondiale et aux

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir Programme d Investissements d Avenir FONDS NATIONAL D INNOVATION Action «Culture de l innovation et de l entrepreneuriat» Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) Dates : Lancement : 19 juin 2014 Dépôt des

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

BAC + 5. International INTERNATIONAL MBA ENVIRONMENTAL MANAGEMENT AND DIGITAL SYSTEMS. Terra Institute

BAC + 5. International INTERNATIONAL MBA ENVIRONMENTAL MANAGEMENT AND DIGITAL SYSTEMS. Terra Institute International Terra Institute INTERNATIONAL MBA ENVIRONMENTAL MANAGEMENT AND DIGITAL SYSTEMS BAC + 5 TIC ET ENVIRONNEMENT : DES EMPLOIS EN PLEINE EXPLOSION Selon l Organisation Internationale du Travail,

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

IDEX 2 Recommandations pour l élaboration du dossier de soumission

IDEX 2 Recommandations pour l élaboration du dossier de soumission IDEX 2 Recommandations pour l élaboration du dossier de soumission Les candidats à l appel à projets (AAP) IDEX 2 doivent, avec le plus grand soin, prendre en compte les enseignements qui peuvent être

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

ES Enterprise Solutions

ES Enterprise Solutions Strategic Media Technologies ES Enterprise Solutions Plateforme centralisée de collaboration en ligne www.dalim.com accès total au contenu indépendamment du lieu et fuseau horaire. N importe quand et n

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Pôle Risques? Systèmes de surveillance environnementale? L ASI Risques? Une brique centrale : SIG de Synext

Pôle Risques? Systèmes de surveillance environnementale? L ASI Risques? Une brique centrale : SIG de Synext Pôle Risques? Systèmes de surveillance environnementale? L ASI Risques? Une brique centrale : SIG de Synext THE INNOVATIVE CLUSTER IN RISK MANAGEMENT L innovation au service de la gestion des risques Pôle?

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

SOUMISSION DE PROJETS PRINCIPES ET PROCEDURE. Conditions de recevabilité et critères d évaluation AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB

SOUMISSION DE PROJETS PRINCIPES ET PROCEDURE. Conditions de recevabilité et critères d évaluation AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB SOUMISSION DE PROJETS AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB PRINCIPES ET PROCEDURE La mission de la est de fédérer, piloter et soutenir des actions de recherche proposées par les laboratoires et chercheurs

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi)

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) Ce rapport a été préparé par : 205, rue Catherine, Suite 300 Ottawa, Ontario K2P 1C3 Tél. : 613.230.6424 Fax : 613.567.1504

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES Colloque sur les achats publics durables 18 novembre 2014 LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS

Plus en détail

«Les projets collaboratifs pour les nuls»

«Les projets collaboratifs pour les nuls» «Les projets collaboratifs pour les nuls» Les jeudis du numérique à Vannes 28/05/15 Sommaire 1) Le projet collaboratif 2) Les appels à projets 3) Le financement 4) Le rôle d Images & Réseaux Les questions

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DE PROJETS COLLABORATIFS ISSUS DES APPELS A PROJETS DU FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL F.U.I.

REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DE PROJETS COLLABORATIFS ISSUS DES APPELS A PROJETS DU FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL F.U.I. REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DE PROJETS COLLABORATIFS ISSUS DES APPELS A PROJETS DU FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL F.U.I. BASES JURIDIQUES Vu le règlement général d exemption par catégorie N 651/2014 adopté

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Par Thierry CLAERR, Service du Livre et de la Lecture Jean-François MOUFFLET, Service interministériel des Archives de France Ministère de la Culture et de la Communication Stockage et conservation des

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

[ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain»

[ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain» [ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain» Une aide financière et méthodologique CONVENTION Durée de l'action : jusqu'au

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Une démarche pédagogique en éducation au développement durable : Organiser des jeux de rôles (simulations) en milieu scolaire Introduction

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Question avec des mots clés. La réponse de ResEnTer. Entreprises. Simplifier les relations. Monter en maturité/thémathique

Question avec des mots clés. La réponse de ResEnTer. Entreprises. Simplifier les relations. Monter en maturité/thémathique La communauté au service de l intêret général Question avec des mots clés La réponse de ResEnTer Favoriser les circuits courts Evaluer impact socio-économiques Mettre en relation les acteurs Entreprises

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie»

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» «Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» Dr. Alexandru BADEA Directeur Applications Spatiales Agence Spatiale Roumaine Tél : +40(0)744506880 alexandru.badea@rosa.ro

Plus en détail

Environmental Research and Innovation ( ERIN )

Environmental Research and Innovation ( ERIN ) DÉpartEment RDI Environmental Research and Innovation ( ERIN ) Le département «Environmental Research and Innovation» (ERIN) du LIST élabore des stratégies, des technologies et des outils visant à mieux

Plus en détail

Dématérialisation fiscale des factures

Dématérialisation fiscale des factures White White paper paper Dématérialisation fiscale des factures Sommaire 2 4 5 Parlons des bénéfices Les 10 principaux bénéfices de la dématérialisation des factures vus par les utilisateurs Comment évaluer

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

Cli Made. CliMade 2015. Média social & innovant au service de COP21 et des initiatives sur le climat. CliMade 2015

Cli Made. CliMade 2015. Média social & innovant au service de COP21 et des initiatives sur le climat. CliMade 2015 Cli Made CliMade 2015 Média social & innovant au service de COP21 et des initiatives sur le climat CliMade 2015 Le contexte Le sommet officiel et les événements associés 1 événement mondial au Bourget

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Cycle de vie, processus de gestion

Cycle de vie, processus de gestion Les données scientifiques au CNES Cycle de vie, processus de gestion Danièle BOUCON Réunion PIN du 4 janvier 2013 Réunion PIN du 22 mars 2012 Outils CNES Contexte des données scientifiques au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7 sommaire La formation continue à l EBAD... 3 Niveau i... 4 La chaine de traitement archivistique... 4 Initiation aux techniques documentaires... 5 Organisation et gestion des bibliothèques... 6 Niveau

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2009-007 CAHIER DES CHARGES

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2009-007 CAHIER DES CHARGES MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Marché n 2009-007 CAHIER DES CHARGES Midi-Pyrénées Innovation Agence régionale de l innovation 9-11 rue Matabiau BP 78534 31685 Toulouse Cedex Objet de la consultation

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

LE ROLE DES ECOLES D INGENIEURS DANS LE DEVELOPPEMENT DES PME PMI. L EXEMPLE DE L UTC

LE ROLE DES ECOLES D INGENIEURS DANS LE DEVELOPPEMENT DES PME PMI. L EXEMPLE DE L UTC LE ROLE DES ECOLES D INGENIEURS DANS LE DEVELOPPEMENT DES PME PMI. L EXEMPLE DE L UTC Alain STORCK, Président de l Université de Technologie de Compiègne LES BESOINS DES PME PMI Réponse à un besoin d innovation

Plus en détail

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La création de nouvelles opportunités par l analyse des données Dans le monde numérique actuel, l analyse des données est au cœur des réseaux

Plus en détail

Comment monter un projet et rédiger une proposition compétitive?

Comment monter un projet et rédiger une proposition compétitive? Comment monter un projet et rédiger une proposition compétitive? PCN Science dans la société PCN Science dans la société Mars 2007 Coralie Bajas/ Nicolas Bellego Mission Europe Bretagne 1 Architecture

Plus en détail

TABLE RONDE #1 TABLE RONDE

TABLE RONDE #1 TABLE RONDE TABLE RONDE #1 TABLE RONDE «Retour sur 7 ans de R&D depuis la création de Cap Digital» Animée par Philippe Roy, Délégué adjoint de Cap Digital en charge des projets R&D. RETOUR SUR 7 ANS DE R&D Charles

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

IT for Innovative Services (ITIS)

IT for Innovative Services (ITIS) DÉpartement RDI IT for Innovative Services (ITIS) Le département «IT for Innovative Services» (ITIS) du LIST conçoit des services IT innovants dans une démarche d innovation ouverte intégrant l ensemble

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail