Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS"

Transcription

1 Projets en cours sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques et de leurs produits, en liaison avec le projet DRIAS Serge Planton (MF/CNRM-GAME), Robert Vautard (IPSL), Maryvonne Kerdoncuff, Laurent Franchistéguy et Philippe Dandin (MF/DClim). Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs Contexte international et national L archivage et la diffusion des simulations climatiques et des produits qui en sont issus répondent au double enjeu de mieux valoriser les travaux menés par la communauté de recherche nationale, et de répondre à la demande d information climatique de la part de différentes communautés. Cette double fonction constitue la base de la mise en place de services climatiques aujourd hui émergents dans de nombreux pays sous l impulsion de différentes institutions. L archivage et la diffusion de résultats de simulations climatiques ne sont pas des activités nouvelles, mais elles ont pris une nouvelle dimension avec la réalisation et la diffusion des simulations CMIP3 («Coupled Model Intercomparison Project») qui ont servi de référence au dernier rapport IPCC (AR4, 2007). Les projets d intercomparaison de modèles au niveau international ont joué un rôle majeur dans la structuration de la communauté. Lancé au début des années 90 le projet AMIP a permis les premières comparaisons d envergure des résultats des modèles d atmosphère. Le principe s est généralisé à d autres modèles ou type de simulation avec les projets PMIP (pour le paléoclimat), (OCMIP pour la biogéochimie marine) etc.. et CMIP pour les modèles couplés océan atmosphère qui est devenu le projet de références pour les simulations climatiques. La communauté française s est largement impliquée dans ces projets internationaux et l on compte actuellement plusieurs coordinateurs au niveau international (OCMIP : J. Orr, AEROCOM, M. Schulz, C4MIP : P. Friedlingstein, PMIP : P. Braconnot, LUCID : N. de Noblet). Les bases de données correspondantes étaient cependant, jusqu au début des années 2000, limitées au service des groupes directement impliqués dans les projets. D autres bases de données ont vu le jour au travers de projets nationaux ou européens, comprenant des fonctionnalités plus ou moins développées. Ces bases de données ont parfois été rendues publiques mais avec une pérennité plus ou moins longue. A titre d exemple, on peut citer dans cette veine la base de données du projet DEMETER ( : Prévision saisonnière) aujourd hui non accessible ou celle du projet PRUDENCE ( : Scénarios climatiques régionaux) qui l est toujours. La communauté française dispose donc d atouts pour construire un système pérenne et ouvert à d autres utilisateurs que les seuls spécialistes de modélisation climatique. Sur l aspect de la valorisation, une dimension nouvelle a été franchie avec la mise en place par le PCMDI de la base de données de l exercice international de simulation CMIP3 ayant servi de base à l AR4. Cette base a généré un nombre sans précédent d articles scientifiques (plus de 500 répertoriés sur le site du projet) dont une large part traite les résultats des modèles français. Ce succès est bien sûr en premier lieu dû à l intérêt scientifique de ce jeu de simulations d ensemble pour l étude de la variabilité du climat mais aussi à la mise en place d une organisation efficace facilitant l accès aux données et métadonnées dans un format standard largement utilisé dans la communauté. Il en est de même pour d autres bases de données. A titre d exemple, la base de données de la seconde phase du projet PMIP alimente Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 1

2 de nombreuses études faisant intervenir des liens entre le climat et les écosystèmes ou les ressources en eau dans le passé. Il faut signaler que la mise en conformité des résultats des simulations aux standards CMIP3, qui comprenait la standardisation des noms de variables, des noms de fichiers et des formats utilisés, a fortement mobilisé les groupes de modélisation et l ampleur de l exercice n avait pas été suffisamment anticipée. Désormais motivée par la nécessité de définir des politiques d adaptation, la demande de scénarios climatiques futurs est elle aussi en pleine croissance que ce soit de la part de différentes communautés scientifiques pouvant être plus ou moins aguerries aux études climatiques, des acteurs institutionnels ou de collectivités territoriales, d acteurs du monde économique, etc. Concernant la communauté scientifique il s agit principalement de mener des analyses de la variabilité climatique future, comme celles qui ont été menées dans le cadre de CMIP3. Ces analyses couvrent une large gamme de thématiques comme l attestent les résultats synthétisés dans le livre blanc ESCRIME. Elles sont incontournables pour comprendre la perturbation anthropique et évaluer la pertinence des simulations. Les données générées permettent également de mener des études d impact des changements climatiques dans différents domaines socio-économiques. De la part des acteurs institutionnels ou économiques, appuyés parfois par des bureaux d études, il s agit de préparer l élaboration de «plans climat», d élaborer des plans d adaptation au changement climatique, de prendre en compte le facteur climatique dans des analyses prospectives Ces évolutions dans le champ scientifique et de la demande sociétale s accompagnent d exigences croissantes en terme de volume de données à traiter. La croissance continuelle des moyens de calculs disponibles explique pour une grande part cette croissance du volume de données produites mais elle est surtout la conséquence des progrès de la modélisation et de la simulation du climat que la puissance des moyens de calcul ne fait que rendre accessible. La complexification des modèles du système climatique, incorporant la représentation de nouveaux processus physiques et biogéochimiques, la croissance de la résolution des modèles et le développement des simulations climatiques régionales, la constitution d ensembles multimodèles de simulations élargissant le champ d exploration scientifique, concourent à augmenter le volume des archives à traiter. En particulier, le schéma d une base de données centralisée adopté pour le projet CMIP3 est de fait devenu impossible à tenir dans le contexte du projet CMIP5 qui s appuie sur la mise en place d une base de données distribuée. C est ce type d approche, qui implique l interopérabilité des bases de données source, qui est aujourd hui privilégié. Pour répondre à ces évolutions, la communauté nationale de recherche sur le climat a mis en place des projets nationaux ou des contributions à des projets européens qui répondent aux exigences nouvelles de l archivage et de la diffusion des simulations climatiques. Nous ne citons ici que celles qui ont l ambition de couvrir les besoins d une large communauté d utilisateurs. Ces projets permettent de faire face à la pression associée à la mise en place des simulations CMIP5, mais il n y a pas d assurance de pérennisation de ces activités. Certains de ces projets conditionnent la participation de la communauté nationale à la base de données distribuée de CMIP5, d autres permettent d interagir avec différents utilisateurs se situant principalement au niveau national. Le projet DRIAS Le projet DRIAS est soutenu par le programme GICC. Il est coordonné par Météo-France et les autres partenaires sont le CERFACS et l IPSL. Il a débuté en 2010 pour une période de 2 ans. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 2

3 L objet de DRIAS est la mise à disposition des scénarios climatiques régionalisés réalisés dans les laboratoires français de modélisation du climat. Ses porteurs l inscrivent résolument dans une vision plus vaste d un «service climatique», offrant de l information et des services notamment l accès à des indicateurs plus directement utilisables sur le changement climatique, placé sous l autorité inter-ministérielle de l ONERC et en cohérence avec sa stratégie. Ils limitent cependant précisément le périmètre de leur action. DRIAS permettra de mettre à disposition des scénarios établis à partir de plusieurs hypothèses d'émission, plusieurs modèles climatiques régionaux (CNRM-GAME, IPSL) et plusieurs méthodes de descente d'échelle. Cette panoplie de produits permettra une première évaluation de l incertitude inhérente à l exercice de construction de scénarios du climat. DRIAS vise à la mise en place d un service destiné aux utilisateurs impliqués dans des études d impact et d adaptation, devant agir dans leur domaine d expertise, ayant une capacité scientifique et technique mais n étant pas directement impliqués dans la recherche climatique et la modélisation du système Terre. Cet accès doit donc être facile et engageant pour les utilisateurs multi-disciplinaires. La définition de formats d emploi commun permettra de s affranchir des grilles de calcul de chaque modèle dynamique ou statistique. Outre les accès aux données numériques brutes ou corrigées, permettant quantité de traitements, des indicateurs seront mis en place, offrant immédiatement une capacité d analyse. DRIAS propose un accès en ligne au travers d un portail web spécifique qui sera composé de trois espaces distincts répondant à trois niveaux de besoin des utilisateurs, l Espace Accompagnement, l Espace Découverte et l Espace de Commande des données et produits.. L Espace Accompagnement constitue la partie didactique du portail et permettra d accéder à toute information et conseil utiles contribuant au bon emploi des scénarios climatiques. Cette dimension d accompagnement est essentielle et fonde le projet scientifique. Il s agit, fournissant l accès aux scénarios climatiques régionalisés, d insister sur la formation et l information des utilisateurs. Un panel d utilisateurs potentiels est associé à chaque étape du projet. Des questions telles que celles portant sur le bon emploi de simulations climatiques, sur les différentes sources d'incertitude, etc. doivent être décrites le plus complètement possible. Les bonnes pratiques doivent être exposées. Outre des informations «statiques» accompagnant la capacité de livraison de scénarios, une cellule d'expertise composée de scientifiques du climat et pouvant accompagner les demandeurs de données (utilisateurs multi-disciplinaires) devra donc être organisée et y être associée. L Espace Découverte, comme son nom l indique, permettra aux utilisateurs de découvrir les simulations climatiques au travers de produits graphiques de type carte ou graphe élaborés à partir des indices. Il constituera un moyen d analyse et de sélection des jeux de données les plus appropriés dans le contexte de l utilisateur. Enfin l Espace de Commande de données et produits permettra d accéder aux données et produits eux-mêmes, que ce soient les données brutes, corrigées ou les indices en format numérique. Les projets en liaison directe avec le projet DRIAS Les partenaires de DRIAS dirigent ou participent à bon niveau à plusieurs projets qui présentent des intérêts importants pour DRIAS. Certains visent les applications et l utilisation des scénarios climatiques et contribueront à l émergence de produits plus adaptés à des secteurs demandeurs ; d autres portent sur des aspects techniques, contribuant à une plus grande maîtrise des données et produits issus de modèles et scénarios climatiques ; d autres enfin abordent les services climatiques à une échelle supérieure, européenne notamment, à celle visée par DRIAS. Tous ces projets offrent des références de choix, ou des lieux de validation, qui permettent à l équipe projet de retenir pour le service DRIAS en construction les meilleures options qui soient ou de valider des choix pionniers réalisés. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 3

4 INVULNERABLE Le projet INVULNERABLE (Vulnérabilité des installations industrielles aux changements climatiques) a été soutenu par la FONDDRI (Fondation de Recherche pour le développement durable et les relations internationales ). Il est coordonné par l IPSL et les autres partenaires sont le CERFACS et le CNRM-GAME. Il a débuté en 2007 pour une période de 3 ans. Une deuxième phase de ce projet est soutenue par le programme GICC pour un an à compter de mars La suite logique de ce projet est le projet SECIF soutenu par l ANR. Ce projet à pour objet la valorisation à destination des industriels des données et indicateurs d impact du changement climatique afin de répondre à différentes questions qui intéressent cette communauté : la vulnérabilité des installations industrielles aux risques climatiques ; les impacts du changement climatique sur les facteurs météorologiques qui affectent directement ou indirectement la demande de leurs produits ou services ; les impacts du changement climatique sur les facteurs météorologiques qui affectent directement ou indirectement la gestion de leurs installations ou de leurs productions. La première phase du projet a permis de faire progresser le dialogue entre industriels et climatologues. En particulier, des besoins et la possibilité d y répondre ont pu être identifiés en s appuyant sur : la vulgarisation sous forme de fiches synthétiques des questions liées au changement climatique ; une réflexion sur des indicateurs précis ; des indications méthodologiques par rapport au mode d utilisation des résultats de modèles et la mise en place d une étude d impact. La deuxième phase consiste à proposer de changer de cadre de travail pour approfondir la réflexion et s acheminer vers la mise en place d un service répondant aux besoins des industriels sur le changement climatique. Il est proposé de travailler à partir de deux cas d études qui ont démarré dans le cadre de la première phase et pour lesquels les premières analyses ont révélé le besoin d études scientifiques plus approfondies pour comprendre le phénomène, de vérifier que l on peut ou non traiter la partie climatique de la demande industrielle à partir des résultats des projections climatiques globales et régionales sur la France, et enfin de définir les incertitudes. Ce projet s appuiera sur les données climatiques diffusées par les projets internationaux CMIP3 et CMIP5 (pour l échelle globale), par le projet européen ENSEMBLES, et par la base de données DRIAS pour les projections sur la France. Les analyses feront appel soit directement aux indicateurs climatiques fournis par ces projets ou à 3 des indicateurs spécifiques développés pour le projet. Suivant la portée de ces nouveaux indicateurs, ils pourront être soumis pour insertion dans la base DRIAS à son comité d utilisateurs pour alimenter la base d indicateurs pertinents pour le territoire français. L analyse des incertitudes spécifiques aux indicateurs développés dans INVULNERABLE se fera également en utilisant l information sur les incertitudes (distribution de probabilité) qui sera mise à disposition dans le projet DRIAS ou dans la suite. Le projet INVULNERABLE est donc un projet d interface entre la diffusion des données et les utilisateurs industriels. SECIF Le projet SECIF (Vers un service climatique pour le secteur industriel français) est soutenu par l ANR dans le cadre du programme «Changements Environnementaux Planétaires». Il est coordonné par l IPSL et les autres laboratoires de recherche partenaires sont le CNRM- GAME et l AMUP-INSA de Strasbourg. Le projet associe par ailleurs l IDDRI, des Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 4

5 partenaires industriels et des PME (Veolia-Eau, Veolia-Environnement, EDF, ARIA Technologies, CLIMPACT). Le projet a débuté en 2011 pour une période de 3 ans. Comme indiqué plus haut, ce projet se situe dans la continuité directe du projet INVULNERABLE dont il intègre une partie de l activité. Il a pour objectifs généraux de faciliter l expression de besoin des industriels en terme d information sur le changement climatique, de définir le niveau de confiance à accorder à cette information sur des cas concrets et lui aussi de contribuer à la mise en place d un service climatique à destination des industriels. L une de ses principales originalités est l étude de 4 cas dans le domaine de l énergie et de l eau associant dans un même projet les entreprises industrielles et les chercheurs. Ce projet va plus loin que le projet INVULNERABLE en ce qui concerne le nombre de cas traités, l investissement des industriels dans l élaboration d indicateurs susceptibles de mieux prendre en compte la vulnérabilité de l activité industrielle aux changements climatiques, dans le traitement de la question des incertitudes et dans la réflexion menée pour la mise en place d un service climatique qui leur serait destiné. Comme INVULNERABLE, le projet SECIF s appuie sur les données climatiques diffusées par les projets internationaux CMIP3 et CMIP5 pour l échelle globale, ENSEMBLES pour l échelle européenne et DRIAS pour l échelle nationale. Lui aussi projet d interface entre la diffusion des données et les utilisateurs, SECIF a vocation à produire de nouveaux indicateurs intéressant les industriels qui pourraient être produits et mis à disposition dans un service DRIAS pérennisé. EIT (KIC-Climat) La «KiC-Climat» (Knowledge and Innovation Community) est un projet européen de l «European Institut of Technologies» (EIT), lui-même partie intégrante du 7 ème PCRD. Ce projet vise, à développer l innovation dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, en se basant sur un réseau de 5 nœuds européens. La nature des projets de la KiC est de construire une recherche à forte finalité sociétale. Le projet DRIAS constitue une infrastructure indispensable de distribution de données et d informations à partir de laquelle pourront être développés des produits de nature commerciale ou des informations pour les entreprises pour assurer leur compétitivité face aux défis du climat et de sa mitigation. DRIAS contribue ainsi à cette dynamique d échelle européenne et en retour la KiC apportera une visibilité internationale à DRIAS. IEED CLAIRE Le projet d Institut d Excellence dans le domaine des Energies Décarbonées «Climat AIR Energie» (CLAIRE) a été proposé dans le cadre de l appel du Programme Investissements d Avenir. Ce projet vise, comme la KiC climat mais à l échelle nationale, à développer l innovation dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, mais aussi de la pollution de l air. Le projet vise à répondre à la demande de la société dans les domaines de l information climatique prospective pour l adaptation et la qualité de l air, la surveillance des émissions et l amélioration de l efficacité énergétique. Un volet du projet concerne particulièrement le développement et la maintenance de données prospectives de référence, accompagnées d une offre de calcul et de modélisation pour les entreprises partenaires pour qu elles puissent développer avec les scientifiques des démonstrateurs de services. Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 5

6 Le travail pionnier effectué dans la première phase de DRIAS préfigure une partie de ce volet national de l IEED, qui apportera un soutien en ressources à la maintenance de la base de données constituée par DRIAS. Autres projets sur l archivage et la diffusion des simulations climatiques IS-ENES Le projet européen IS-ENES (Infrastructure for the European Network for Earth System Modelling) est soutenu par le FP-7 (Appel d offres «Infrastructures»). Il est coordonné par l IPSL et associe dix-huit partenaires dont le CERFACS et le CNRM-GAME. Il a débuté en 2009 pour une période de 4 ans. Le projet vise à développer une activité de réseau de collaboration des centres climatiques européens autour des questions suivantes: le développement, la diffusion et l application de modèles du système climatique ; l utilisation des ressources de calcul existantes à l échelle européenne ; l interface avec les décideurs. Toutes ces activités de réseau seront intégrées dans un «portail ENES» pour accéder aux modèles, aux outils et aux données. Le portail sera utile non seulement aux activités internes de réseau mais aussi pour offrir un service essentiel à un nombre important d utilisateurs comme les groupes de modélisation climatique régionale ou la communauté des impacts. Ces activités de réseau impliqueront les partenaires du projet mais aussi les membres du consortium ENES («European Network for Earth System modelling») qui rassemble plus de 40 institutions. Parmi les activités du réseau, figure la mise en place d un prototype de service web directement en relation avec la question de la diffusion des scénarios climatiques. Il s agit d une interface destinée à réduire l espace qui sépare la communauté de modélisation climatique, de celle qui étudie les impacts et des utilisateurs finaux. Dans cet objectif, un nombre limité de cas d études jugés représentatifs de l utilisation de données climatiques seront sélectionnés et analysés, en interaction avec les utilisateurs, afin de mettre en place des services prototypes associés. Un dialogue sera aussi engagé au niveau européen afin de contribuer à la stratégie sur l adaptation au changement climatique («EU Green Paper on Adaptation»). Un des objectifs importants est aussi de mettre en place des outils communs simples et adaptés aux besoins des utilisateurs ainsi que des méthodologies robustes pour la quantification et l incorporation de la cascade d incertitude allant des scénarios climatiques de base jusqu aux modèles d impacts et de décision. METAFOR Le projet METAFOR (Common Metadata for Climate Modelling Digital Repositories ) est soutenu par le FP-7 (Appel d offres «Infrastructures»). Il est coordonné par l université de Reading et associe une dizaine d autres partenaires dont l IPSL, le CERFACS et le CNRM- GAME. Il a débuté en 2008 pour une période de 3 ans et fait partie d ENES. Le principal objectif de METAFOR est de développer un «Common Information Model» (CIM) pour décrire les données climatiques et les modèles qui les produisent sous une forme standardisée, et d assurer l adoption la plus large possible de ce standard de métadonnées. Le projet vise à réduire la fragmentation, les insuffisances de description, la duplication de l information et les problèmes d identification que l on rencontre dans les métadonnées aujourd hui disponibles. Il s agira aussi de mettre au point des outils utilisant ce CIM afin de Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 6

7 développer et d évaluer un prototype d infrastructure permettant de retrouver les données et les modèles et de permettre à des spécialistes ou non spécialistes du climat de comprendre l origine des données disponibles et leur applicabilité. Ce standard de métadonnées est le même que celui qui a été adopté pour les simulations de CMIP5. PRODIGUER Le projet PRODIGUER est soutenu par le GIS Climat société et environnement. Il est dans ce cadre seulement porté par l IPSL. Il a débuté en 2008 pour une période de 2 ans. Un nouveau projet a été soumis en 2010 pour une demande de labellisation de Système d Observation et d Expérimentation (SOERE) auprès du Comité Inter-Organismes Environnement. Cette soumission est coordonnée par l IPSL et associe le CNRM-GAME et le CERFACS. La première évaluation du projet est relativement positive mais il devra être à nouveau soumis avec un autre périmètre courant Le système de distribution de données PRODIGUER a pour objectif de garantir la diffusion et une bonne utilisation des résultats des projections climatiques réalisées par les équipes françaises au sein des projets internationaux et plus largement auprès des différents utilisateurs du domaine de la recherche sur le changement climatique. Cette activité comprend la réalisation des simulations de référence, le traitement des données pour la mise aux standards internationaux, et l évaluation des résultats. La mise en place d un service de distribution servira de support aux différents projets d analyse des simulations par la communauté scientifique, la réalisation des simulations régionales à partir des résultats des projections de grande échelle, et la diffusion des résultats pour les nombreuses études d impact. Il s insère ainsi dans les réseaux de mise à disposition des données des simulations aux niveaux international et européen et prépare l émergence de services de mise à disposition des données pour les futurs «services climatiques». Les simulations concernées, les formats et protocoles utilisés suivent les recommandations qui se mettent en place pour la diffusion des simulations CMIP5 dont les résultats alimenteront le 5ème rapport du GIEC. Il contribue à l infrastructure européenne mise en place dans IS-ENES. La mise en place du SOERE PRODIGUER permettrait de garantir la diffusion des résultats des simulations dans la durée, de renforcer les interfaces vers les autres communautés, ce qui demande à la fois de définir les différents services que nous devons assurer autour des simulations, de garantir la qualité des résultats et de standardiser les diagnostiques pertinents pour différentes études d impact. Cela se traduira par la mise en place d un portail d accès et d interrogation des données de simulations climatiques globales au plan national. La communauté visée se compose des chercheurs, ingénieurs, post-doctorants et doctorants qui travaillent dans les laboratoires de recherche français (IPSL, CNRM-GAME, CERFACS), et qu il s agira d aiguiller dans la multitude de sorties générées par les modèles. Le spectre de simulations visé ici est plus large que celui de CMIP5. Il s agit également de référencer et de fournir un accès renseigné aux simulations de référence réalisées au quotidien et qui préfigurent les simulations qui seront à terme suffisamment pertinentes pour intégrer les grandes bases de données internationales. En résumé Les projets présentés ci-dessus remplissent des objectifs complémentaires : la mise à disposition de scénarios globaux et régionaux réalisés dans le cadre de projets internationaux dans le cas de PRODIGUER, des scénarios régionaux sur la France à valeur ajoutée en terme de descente d échelle dans le cas de DRIAS ; les projets IS-ENES et METAFOR permettent Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 7

8 de définir les standards internationaux et de construire l infrastructure européenne dans lesquels s inscrit le projet PRODIGUER ; les projets INVULNERABLE, SECIF, la KIC- Climat et l IEED CLAIRE (sous réserve d acception), renforceront l interaction entre les producteurs de scénarios et les utilisateurs des entreprises industrielles et de service en bénéficiant des scénarios et des facilités d accès mis en place dans le cadre des projets PRODIGUER et DRIAS. Ils peuvent aussi conduire à enrichir la base de données des indicateurs fournis dans le cadre d un service DRIAS pérennisé. Plus généralement, ces projets préparent la mise en place de services climatiques. Le projet PRODIGUER est plus orienté vers les utilisateurs de la communauté scientifique, INVULNERABLE ceux des entreprises et DRIAS vers l ensemble des communautés incluant les deux précédentes. Ils traitent une partie plus ou moins développée des fonctionnalités d un service de distribution de résultats de simulations climatiques, une des briques élémentaires de futurs services climatiques qui devront aussi s attacher à assurer un bon transfert de l information climatique auprès des utilisateurs en associant des experts se situant au plus près des équipes de recherche qui produisent les scénarios. Ces projets sont des briques de base des services climatiques auxquels il faudrait ajouter à terme le développement de «produits» interdisciplinaires issus d études d impact afin de couvrir les besoins dans différents domaines comme ceux de l agriculture, des écosystèmes, de l eau, de la santé mais aussi le soutien, les informations et moyens utiles pour l adaptation. Un service regroupé, servant tous les intérêts et besoins de la Nation, comme certains pays européens l ont déjà entrepris, émergera peut-être dans le cadre de la démarche nationale associée au Plan National d Adaptation : DRIAS se veut être une contribution de base, mais essentielle, dans une telle perspective. +=+=+=+ Projets d intérêt pour DRIAS Document provisoire 14 avril 2011 Diffusion Comité des Utilisateurs 8

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME JOURNÉE PROSPECTIVE ET D'ÉMERGENCE DE PROJETS SUR LA MODÉLISATION URBAINE ADVANCITY - 23 SEPTEMBRE 2015 THÈME 3 : COMMENT DÉPLOYER LES APPROCHES DE

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche. en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis»

Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche. en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis» Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis» Infrastructure de Recherche «Corpus» Note technique Pour l appel à projet

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

DRIAS. Comité des Utilisateurs Visioconférence Paris - Toulouse, 10 Octobre 2011

DRIAS. Comité des Utilisateurs Visioconférence Paris - Toulouse, 10 Octobre 2011 DRIAS Comité des Utilisateurs Visioconférence Paris - Toulouse, 10 Octobre 2011 Ordre du jour 1- Vie du projet 2- Jeux de données et indicateurs DRIAS 3- Le portail DRIAS 3.1 Présentation 3.2 Démonstration

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

du point de vue organisationnel

du point de vue organisationnel La mise en œuvre du Records Management au sein de l Administration l valaisanne du point de vue organisationnel Association des archivistes suisses Journée professionnelle 2010 Un travail préalable d organisation

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES Contexte Au 1 er janvier 2016, la nouvelle Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes formera une seule et même entité

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Contexte Le projet DCH-RP - Feuille de route pour la conservation du patrimoine culturel numérique est une action de coordination

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Observatoire du développement durable

Observatoire du développement durable Observatoire du développement durable Volet économique décembre 2009 2 AGENDA 21 VOLET SOCIAL éditorial Le Grand Lyon a voulu se doter d un observatoire du développement durable articulé autour d un volet

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche

La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche La bioéconomie au service des transitions énergétique et écologique : la Stratégie Nationale de la recherche Frédéric Ravel et Elisabeth Vergès Direction Générale de la Recherche et de l Innovation Service

Plus en détail

Proposition de collaboration sur l Internet Physique

Proposition de collaboration sur l Internet Physique Proposition de collaboration sur l Internet Physique 30 mai 2013 www.physicalinternetinitiative.org www.internet-physique.dz Préambule (1/3) Dans le monde l importance stratégique de la logistique est

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir La Silver Valley et sa méthode d évaluation de l innovation Présenté par Benjamin Zimmer Avant propos : Silver Valley est un écosystème propice

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Dispositif des certificats d économies d énergie Programme innovation. modèles et outils d aide à la décision. Artelys - Agence Parisienne du Climat

Dispositif des certificats d économies d énergie Programme innovation. modèles et outils d aide à la décision. Artelys - Agence Parisienne du Climat Dispositif des certificats d économies d énergie Programme innovation, modèles et outils d aide à la décision Artelys - Agence Parisienne du Climat Contact : Nathalie Faure Tel : 01 44 77 89 04 E-mail

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Corte Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2014 EN CORSE Depuis 3 ans le CPIE Corte Centre Corse, Pôle Territorial

Plus en détail

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Ce n est qu un début Science au 21 ème siècle : plus «Numérique» «Collaborative» «Interdisciplinaire» «Réactive» «Citoyenne» «Partagée Vers:

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Dossier de presse Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et la Fondation Bâtiment-Énergie Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Le Plan Bâtiment Durable... 2 La Fondation Bâtiment-Énergie...

Plus en détail

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC

PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC PRODIGUER un noeud français de distribution de données GIEC/IPCC Sébastien Denvil et Olivier Marti Pôle de Modélisation, IPSL Prodiguer - Mercredi 18 juin 2008 1 Le contexte : le compte à rebours du rapport

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

1er septembre 2014 à 13 h 00

1er septembre 2014 à 13 h 00 Appel à projets pour la définition d une stratégie d adaptation aux changements climatiques : Du diagnostic de vulnérabilité à l élaboration du plan d action et de son système de suiviévaluation La Direction

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance

Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance Le Pôle de Compétitivité des Contenus Numériques et de la Connaissance Mars 2007 Le Pôle de compétitivité des contenus numériques Competitiveness Cluster of the Digital Content & Knowledge Industry Les

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Apprentissage et rôle des Régions Le dispositif «Qualité de l alternance»

Apprentissage et rôle des Régions Le dispositif «Qualité de l alternance» formation professionnelle et apprentissage Apprentissage et rôle des Régions Le dispositif «Qualité de l alternance» Région Ile-de-France EXPERIENCE La démarche qualité développée en direction des CFA

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2015 EN CORSE Depuis 4 ans le CPIE Centre Corse A Rinascita, Coordination

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques.

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. La fiche descriptive d un processus d innovation Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. Le projet L origine et description de votre projet Les mots

Plus en détail

Robert Half : le partenaire de vos recrutements

Robert Half : le partenaire de vos recrutements Robert Half : le de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé et, est aujourd hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers : de la finance de la comptabilité

Plus en détail