Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine"

Transcription

1

2 Conflits d intérêts Consultant: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine Financement d études: Novartis (daptomycine) Eumedica (temocilline)

3 1. Limites techniques des modèles expérimentaux 2. Apport des modèles expérimentaux pour l évaluation des antibiotiques

4 Technical Issues in Animal Models: identification of the critical steps Animal «In vitro» inoculum «In vivo» inoculum Carry-over Infection PK/PD Regrowth Survival CFU R End Points Create infection Start of therapy End of therapy Sacrifice

5 When to Start Therapy? What is the question? Killing rate PK/PD parameters Influence of disease state on efficacy Study of resistance Early treatment Exponential growth Standardized inoculum ~ CFU (# in vivo MBC) Late treatment Stationary phase High inoculum ~ CFU

6 Rational for Antimicrobial Dosing in Animals Serum elimination half-lives of selected antibiotics in mice and humans Half-life in minutes Drug Mice Humans Amikacin Imipenem 8 60 Cefazolin Ciprofloxacin Minocycline Andes & Craig, IJAA, 2002

7 Simulation of Human Pharmacokinetics Human amoxicillin PK simulation in rabbits Piroth et al., AAC, 1999

8 Simulation of Human Pharmacokinetics Simulation of ft>mic in mice Lepeule et al, AAC, 2012

9 Duration of Therapy and Development of Resistance in Endocarditis due to VanB E. faecalis Aslangul et al., JID, 1997

10 1. Limites techniques et utilisation des modèles expérimentaux 2. Apport des modèles expérimentaux pour l évaluation des antibiotiques

11 1. Approche PK/PD 2. Concentrations critiques 3. Diffusion des antibiotiques 4. Impact d un mécanisme de résistance 5. Intérêt d associations d antibiotiques

12 Détermination des paramètres PK/PD prédictifs de l activité antibactérienne in vivo Cefotaxime vs K. pneumoniae Andes & Craig, Int J Antimicrob Agents, 2002

13 Approche PK/PD Approche indispensable parallèlement à la phase I Permet de définir: Le paramètre PK/PD à optimiser chez l homme Le mode d administration optimal chez l homme Modèles utilisés: Infection de cuisse de souris Infection pulmonaire de souris

14 1. Approche PK/PD 2. Concentrations critiques 3. Diffusion des antibiotiques 4. Impact d un mécanisme de résistance 5. Intérêt d associations d antibiotiques

15 Etude de l activité in vivo pour chaque niveau de CMI Andes & Craig, AAC 98

16 Soubirou et al, JAC 2015

17 PK de la Témocilline chez l homme De Jongh R et al, JAC 2008

18 1. Approche PK/PD 2. Concentrations critiques 3. Diffusion des antibiotiques 4. Impact d un mécanisme de résistance 5. Intérêt d associations d antibiotiques

19 Végétations d endocardite expérimentale du lapin

20 Etude de la diffusion des antibiotiques par autoradiographie: diffusion avec gradient décroissant Fantin et al., AAC, 1994

21 Induction in vivo. Lapin infecté par la souche BM4526 (VanB + P YB gfpmut1) traité par vancomycine: Visualisation de l interaction antibiotique-bactérie Lefort et al., JID, 2004

22 1. Approche PK/PD 2. Concentrations critiques 3. Diffusion des antibiotiques 4. Impact d un mécanisme de résistance 5. Intérêt d associations d antibiotiques

23 Modèle murin de pyélonéphrite par voie ascendante Souris CBA femelles de 8 semaines Injection intra-vésicale sous anesthésie générale de 50 µl d un inoculum contenant 5 x 1010 bactéries/ml.

24 Témocilline dans la pyélonéphrite murine à E. coli BLSE Souches E. coli CFT073 CFT073 Tc P89 log CFU/g dans les reins de souris ± et (no stérile/no total) Contrôles début de traitement 4,23 ± 1,17 (1/18) 4,86 ± 0,69 (0/20) Témocilline 200mg/kg q2h 2,10 ± 1,70 (9/21) 1,43 ± 1,52 (14/22) Céfotaxime 1,92 ± 1,38 (6/13) 3,95 ± 1,18 (0/13) Imipénème 1,98 ± 1,67 (6/14) 1,34 ± 1,50 (12/15) Pas de mutants in vivo Soubirou et al, JAC 2015

25 1. Approche PK/PD 2. Concentrations critiques 3. Diffusion des antibiotiques 4. Impact d un mécanisme de résistance 5. Intérêt d associations d antibiotiques

26 Etude de l association levofloxacine-rifampicine dans l ostéite expérimentale Muller-Seyries et al, AAC 2009

27 Pas de modèle «universel» Intérêt des modèles non discriminants pour l approche PK/PD Intérêt des modèles discriminants pour une approche analytique de l activité in vivo

28 Agnès Lefort Françoise Chau Louis Garry Sara Dion Etudiants

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Réanimation et urgences, quelles différences? La structure des urgences dispose notamment : D au moins une

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23

SOMMAIRE 3. CONCENTRATIONS CRITIQUES PK/PD NON RELIEES A UNE ESPECE 23 SOMMAIE 1. DETEMINATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIBIOTIQUES 3 1. 1. Préparation des milieux utiles aux méthodes CA-SFM / EUCAST pour la diffusion en milieu gélosé et la détermination des CMI par microdilution

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques»

Rapport d expertise. Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Rapport d expertise Caractérisation des antibiotiques considérés comme «critiques» Diffusé en novembre 2013 S o m m a i r e Abréviations I- OBJECTIF DE CE TRAVAIL II-ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES REFERENTIELS

Plus en détail

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse État membre UE/EEE Royaume-Uni Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché Aventis Pharma Ltd. (or trading as Marion Merrell or Aventis Pharma) One Onslow Street Guildford Surrey GU1 4YS Royaume-Uni

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Propriétés pharmacologiques, indications, posologies et modes d administration, surveillance du traitement

Propriétés pharmacologiques, indications, posologies et modes d administration, surveillance du traitement Mars 2011 Version intégrale de la MAP MISE AU POINT SUR LE BON USAGE DES AMINOSIDES ADMINISTRÉS PAR VOIE INJECTABLE : GENTAMICINE, TOBRAMYCINE, NÉTILMICINE, AMIKACINE Propriétés pharmacologiques, indications,

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s Les antibiotiques Définition d un antibiotique Substances capables d inhiber spécifiquement la la croissance de de micro-organismes ou ou de de les les détruire Substances chimiques, produites par par

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE ecommandations 2012 (Edition de Janvier 2012) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE COMITE DE L ANTIBIOGAMME DE LA SOCIETE FANCAISE DE MICOBIOLOGIE Communiqué 2003 (Edition de Janvier 2003) Coordonnateur : Pr C.J. SOUSSY Centre Hospitalier Universitaire Henri Mondor 94010 Créteil Cedex

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Paris Airports - Web API Airports Path finding

Paris Airports - Web API Airports Path finding Paris Airports - Web API Airports Path finding Hackathon A660 Version Version Date writer Comment 1.0 19/05/2015 Olivier MONGIN Document creation Rédacteur : Olivier.MONGIN@adp.fr Date : 19/05/2015 Approbateur

Plus en détail

Modèles Expérimentaux en Toxicologie de la Reproduction Paul Barrow

Modèles Expérimentaux en Toxicologie de la Reproduction Paul Barrow Modèles Expérimentaux en Toxicologie de la Reproduction Paul Barrow SFT, Nancy, 20 octobre 2009 Plan Modèles pour l évaluation de: o Tératogénèse o Fertilité o Développement post-natale Choix d espèce

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

SPILF 2014. Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE SPILF 2014 Mise au point DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - cystite aiguë simple - cystite à risque de complication - cystite récidivante -

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Infections urinaires sur vessie neurologique : Stratégies curatives & préventives

Infections urinaires sur vessie neurologique : Stratégies curatives & préventives 28 novembre 2012 Infections urinaires sur vessie neurologique : Stratégies curatives & préventives Aurélien DINH Unité des Maladies Infectieuses, CHU R. Poincaré, Garches, AP-HP, UVSQ Épidémiologie Infection

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE ETUDE DE LA SENSIBILITE AUX ANTIMICROBIENS Lycée des métiers du tertiaire, de la santé et du social - Louise Michel - Grenoble ANTIBIOGRAMME EN MILIEU GELOSE COMITE DE L ANTIBIOGRAMME

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI

Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Prix et qualité des médicaments et de la prescription : les médicaments génériques et biosimilaires et la prescription en DCI Paul M. Tulkens, Dr Med., Sp. Biol. Clin. Cellular and Molecular Pharmacology

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique)

: Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en. réanimation (adulte et pédiatrique) Anesth Reanim. 2015; //: /// en ligne sur / on line on www.em-consulte.com/revue/anrea www.sciencedirect.com Stratégies de réduction de l'utilisation des antibiotiques à visée curative en réanimation (adulte

Plus en détail

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris M. Lederlin, M. Montaudon, P. Berger, A. Ozier, F. Laurent Laboratoire de physiologie cellulaire respiratoire INSERM U885, Bordeaux 2 Unité d

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

Bon usage, moindre usage des antibiotiques

Bon usage, moindre usage des antibiotiques XXIII ème congrès national de la SF2H Lille, 6, 7 et 8 juin 2012 Bon usage, moindre usage des antibiotiques vol Vol Vol Pr G. Beaucaire CHU de Pointe à Pitre Université des Antilles et de la Guyane Pourquoi

Plus en détail

Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique

Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique Infections aiguës des voies urinaires, partie 1: les IVU dans la pratique Philip Tarr a, Katrin Baumann b, Astrid Wallnöfer b, Franziska Zimmerli c, Daniela Maritz a, Ursula Burri a, Martin Egger d, Olivier

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Payons-nous trop cher nos médicaments? Denis Rousseau, B. Pharm., D.A. Relations gouvernementales Merck Frosst Canada Ltée

Payons-nous trop cher nos médicaments? Denis Rousseau, B. Pharm., D.A. Relations gouvernementales Merck Frosst Canada Ltée Payons-nous trop cher nos médicaments? Denis Rousseau, B. Pharm., D.A. Relations gouvernementales Merck Frosst Canada Ltée Novembre 2005 1 Pourquoi prenons-nous des médicaments? Pour réduire la douleur

Plus en détail

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune.

Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Par rapport à la version 2 d octobre 2011, les modifications apportées aux versions 2.1, 2.2 et 2.3 sont surlignées en jaune. Pour accéder à la dernière mise à jour du guide veuillez consulter le site

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires

Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires Les Centres de Référence pour les Infections Ostéo-articulaires Brest RENNES Orléans Angers Nantes TOURS Poitiers du Grand Ouest Octobre 2011 Présentation du CRIOGO Les réunions de concertation pluridisciplinaires

Plus en détail

Infections nosocomiales

Infections nosocomiales Infections nosocomiales NOUVELLES RECOMMANDATIONS 2001-2002 NORD-AMÉRICAINES CONCERNANT LA PRÉVENTION DES INFECTIONS SUR CATHÉTER Aux États-Unis, environ 145 millions de cathéters périphériques et 5 millions

Plus en détail

Traitement des infections à germes intracellulaires

Traitement des infections à germes intracellulaires Traitement des infections à germes intracellulaires Pr. Philippe BROUQUI Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Nord, Pole MIT AP-HM. URMITE CNRS/IRD UMR 6236 Marseille Introduction Concept

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION SCIENTIFIQUE

COMPTE RENDU DE LA REUNION SCIENTIFIQUE COMPTE RENDU DE LA REUNION SCIENTIFIQUE REUNION TYPE DE REUNION SECRETAIRE CONTROLEUR DU TEMPS LUNDI 31 MARS 2014-15h à 17h VISIOCONFERENCE CAMPEAUX Halima, RENNES Cédric ARVIEUX ORDRE DU JOUR 1. Point

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Biotechnologies chez le lapin

Biotechnologies chez le lapin La partie de l'image avec l'id de relation rid4 n'a pas été trouvé dans le fichier. 24/10/2012 Biotechnologies chez le lapin Thierry JOLY & Marielle AFANASSIEFF GFPC 23/10/2012 Pourquoi le lapin? Elevage:

Plus en détail

Master 1 STEE, UE EVI783 : Interactions microorganismes et environnement, responsable Philippe Beydon.

Master 1 STEE, UE EVI783 : Interactions microorganismes et environnement, responsable Philippe Beydon. Master1STEE,UEEVI783:Interactionsmicroorganismeset environnement,responsablephilippebeydon. 17décembre2008,14h,épreuvede1h30sansdocument. Lesujetcomporte5pages. Sujet:labiologiedeWolbachia Wolbachia est

Plus en détail

Treatment of infections in an era of resistance: the return of the old antibiotics temocillin nitrofurantoin minocycline trimethoprim-sulfamethoxazole

Treatment of infections in an era of resistance: the return of the old antibiotics temocillin nitrofurantoin minocycline trimethoprim-sulfamethoxazole Treatment of infections in an era of resistance: the return of the old antibiotics temocillin nitrofurantoin minocycline trimethoprim-sulfamethoxazole Françoise Van Bambeke, PharmD, PhD Paul M. Tulkens,

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance

Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance Journée régionale OMEDIT Arlin Auvergne / CAI du CHU Mardi 31 Mars 2015 Dr Marie Zenut Centre régional de pharmacovigilance

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

Colite à Clostridium difficile et antibiothérapie. J. Leroy Service de Maladies Infectieuses/RFCLIN PRIMAIR CHU Besançon

Colite à Clostridium difficile et antibiothérapie. J. Leroy Service de Maladies Infectieuses/RFCLIN PRIMAIR CHU Besançon Colite à Clostridium difficile et antibiothérapie J. Leroy Service de Maladies Infectieuses/RFCLIN PRIMAIR CHU Besançon 19/01/2012 Les faits (1) Ces dernières res années globale des infections à Clostridium

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

IMI : Avantages et Inconvénients L exemple du projet COMBACTE

IMI : Avantages et Inconvénients L exemple du projet COMBACTE IMI : Avantages et Inconvénients L exemple du projet COMBACTE Bruno FRANÇOIS, CHU de Limoges IMI2, Demi-journée nationale d information 9 Septembre 2014, Paris Le projet COMBACTE Avantages du modèle IMI

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE BACTERIE MULTIRESISTANTE C. Chaplain, Service d'hygiène-bactériologie, Hôpital Delafontaine, 93205 Saint- Denis. INTRODUCTION L'accroissement du nombre des infections provoquées

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

Le projet ISyPeM (Intelligent Systems for Personalized Medicine) Université de Lausanne. Limitations du TDM actuel

Le projet ISyPeM (Intelligent Systems for Personalized Medicine) Université de Lausanne. Limitations du TDM actuel Le projet ISyPeM (Intelligent Systems for Personalized Medicine) Vers le TDM du Futur Thierry Buclin Division de Pharmacologie clinique CHUV Lausanne Université de Lausanne Limitations du TDM actuel Empirisme

Plus en détail

Antibiothérapie empirique

Antibiothérapie empirique Antibiothérapie empirique Dr Rémy Demeester Service de Médecine Interne Maladies Infectieuses CHU de Charleroi 3 mars 2011 Les Jeudis de Fleurus Table des matières 1. Le diagnostic d une infection bactérienne

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Revision of hen1317-5: Technical improvements

Revision of hen1317-5: Technical improvements Revision of hen1317-5: Technical improvements Luca Felappi Franz M. Müller Project Leader Road Safety Consultant AC&CS-CRM Group GDTech S.A., Liège Science Park, rue des Chasseurs-Ardennais, 7, B-4031

Plus en détail

Modélisation pharmacocinétique-pharmacodynamique et techniques de simulation appliquées à l évaluation de stratégies thérapeutiques en infectiologie

Modélisation pharmacocinétique-pharmacodynamique et techniques de simulation appliquées à l évaluation de stratégies thérapeutiques en infectiologie Modélisation pharmacocinétique-pharmacodynamique et techniques de simulation appliquées à l évaluation de stratégies thérapeutiques en infectiologie Laurent Bourguignon To cite this version: Laurent Bourguignon.

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Les allergies croisées aux antibiotiques : comment s y retrouver?

Les allergies croisées aux antibiotiques : comment s y retrouver? PHARMACOTHÉRAPIE Les allergies croisées aux antibiotiques : comment s y retrouver? Hélène Paradis, Daniel J.G. Thirion, Luc Bergeron Résumé Objectif : Le regroupement des pharmaciens en infectiologie de

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE TUNISIE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM MAROC ALGERIE FACULTES Sciences Economiques, Commerciales et de Gestion Sciences

Plus en détail

Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo

Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo Aurélie Jacquart 1, I. Texier-Nogues 1, F. Mittler 1, F. Navarro 1, R. Boisgard 2, F. Ponce 3, D. Camporese 4, J. Boutet 5 1 CEA-LETI, Minatec-Campus,

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail