GÉRER LES DIFFÉRENCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GÉRER LES DIFFÉRENCES"

Transcription

1 COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt, tout n prmttant à chacun d pouvoir progrssr? PAR T. CHOFFIN E P S N N O V E M B R E - D É C E M B R E 2002 GÉRER LES DIFFÉRENCES C cycl tnt d prndr n compt ls différnts «profils» ds élèvs n proposant ds modalités d contnus t d'évaluation différnciés dans l but d prmttr à chacun d'établir un rapport positif t durabl à l'activité d cours longu. Dans la programmation d ctt activité, un difficulté ssntill consist à gérr ls différncs. La pris n compt d l'hétérogénéité d la class nécssit d'idntifir chz ls élèvs trois axs d «différncs». modéré dans un optiqu d bin êtr, courir n priorité à plusiurs, courir au plus près d'un schéma d cours pré-défini, tc. Alors, commnt concilir ds objctifs communs à la class, crér un cultur commun, malgré ds mobils très divrs chz, ls élèvs? Ds différncs d rapport à l'activité Un décalag d'invstissmnt put êtr d'mblé idntifié : crtains n voint pas l'intérêt d courir malgré ds possibilités favorabls («qu'st-c qu ça m rapport»), d'autrs Ds différncs d nivau objctivs dévloppnt un rapport d'mblé négatif à Ls capacités physiqus ds élèvs rstnt très l'activité («d tout façon j suis nul!!»), divrss, ls résultats msurés dans différnts crtains présntnt au contrair un surinvstiststs laissnt apparaîtr ds variations impor- smnt («quand st-c qu'on rpart?»), tants : par xmpl ls vitsss maximals nfin d'autrs s'accrochnt couragusmnt aérobis (VMA) ds élèvs pour un class d malgré ds qualités d courss très limités. scond puvnt s'échlonnr d 11,5 à Ainsi, commnt fonctionnr pour motivr tous 18 km/h. Dans c cas, commnt prmttr à ls élèvs tout n prmttant à tous d courir tous ls élèvs d couriràun intnsité idéal,nsmbl? n fonction d lurs possibilités afin d pounotr concption voir progrssr dans l'activité? Par xpérinc, la difficulté lié à la gstion d Ds différncs d mobils ctt très fort hétérogénéité ds élèvs dans Tous n'accordnt pas la mêm signification à la class, n'st qu très rarmnt surmonté si la cours longu : courir vit t produir un ls objctifs sont communs pour tous (tst d prformanc, courir longtmps d façon 20 min. avc barèm commun par xmpl) t 43 Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

2 au travrs ds situations vécus trois allurs distincts : allur lnt, allur au suil, allur à VMA, cs allurs ayant ds ffts spécifiqus sur l'organism : - idntifir ls profils duré/intnsité. Si tous ls élèvs ont dû dans un prmir tmps s'inscrir dans un volum d cours important (duré), l'intntion a été d fair apparaîtr ds profils différnts : cux qui sont l plus à l'ais, cux qui sont n difficulté sur la quantité d cours. A l'issu d ctt prmièr étap t grâc aux jux collctifs, tous ls élèvs ont été inscrits dans un duré d cours (augmntation d lurs possibilités). Ils ont égalmnt un indic d réussit t d'invstissmnt grâc aux points obtnus pndant ls situations t aux kilomètrs parcourus lors d cs séancs. Sur l plan ds acquisitions, ils sont capabls d'idntifir individullmnt ls allurs différnts, t d rlir clls-ci à un fréq u n c c a r d i a q u t un duré d cours (ncadré 1). Ds «profils d cours différnts» sont déjà rlvés : crtains privilégint l pôl d l'intnsité, d'autrs un distanc plus longu à allur modéré. si l fonctionnmnt adopté cloisonn ls é l è v s n g r o u p s d nivaux i m m u a b l s ( g r o u p I ls plus d 14 km/h d VMA. group 2 ls 1213 km/h, tc.). Notr démarch a pour but d prmttr à chacun d s'invstir d façon a d a p t é t s i g n i f i c a t i v, d a n s l c o n t x t global d la c l a s s. Ell s'appui sur trois points incontournabls. Proposr ds forms d pratiqu ludiqus à ds fins motivationnlls qui intègrnt un fonctionnmnt collctif d la class. La dynamiqu d la c l a s s, l'nju ds s i t u a t i o n s, ls mods d groupmnts ds élèvs, la capitalisation ds fforts fournis sont a u t a n t d v a r i a b l s à p r n d r n compt n cours d duré. N pas fair «comm si» ls élèvs étaint tous idntiqus fac à la cours d duré t proposr ds modalités d pratiqu progrssivmnt différnciés qui rspctnt ls profils d courss ds élèvs : un prformanc à réalisr sur un duré assz court (ls f o o t b a l l u r s d c l u b s p a r xmpl), gérr d façon modéré un ffort sur un duré longu. Chacun doit pouvoir s réalisr dans «sa» form d cours longu. Prndr n compt ls possibilités physiqus d chacun pour prmttr à tous d progrssr, c qui pass pour l'nsignant par l'articulation individualisation du contnu/fonctionnmnt collctif t pour l'élèv par un connaissanc solid ds différnts allurs d courss associés à ds rpèrs individuls. LA TRAME L cycl, mis n plac avc un class d scond mixt très hétérogèn d 34 élèvs (égalmnt programmé sous un form similair avc un class d 3 ). s déroul à partir d la rntré du mois d janvir sur un duré d 9 séancs (vacancs d'hivr à l'issu d la 5 séanc). Ls séancs ont un duré d 2 hurs (1 h 40 ffctivs) t s composnt d trois partis : - un échauffmnt d 20 min.. - un situation principal (suivi évntullmnt d'un situation scondair). - l ' a n a l y s ds résultats t bilan avc ls élèvs. Ls 4 prmièrs séancs Nos intntions ont été d : - crér t ntrtnir un rapport positif à la pratiqu par l ' i n t r m é d i a i r d ' u n p r a t i q u ludiqu t collctiv t c. par l biais d situations collctivs à nju, d capitalisation ds courss (kilomètrs courus), afin d'ntrr dans la continuité t la duré pour ls plus démunis t d'avoir ds rpèrs d'allur pour ls autrs ; - donnr ds rpèrs aux élèvs sur ls différnts allurs d cours ; ils doivnt idntifir 1. Ls différnts allurs t lurs points d rpèr Un allur lnt utilisé à l'échauffmnt, ou pour ds parcours nécssitant un duré d'ffort longu (jusqu'à 30 ou 40 min pour crtains). La fréqunc cardiaqu pour ctt allur corrspond à un valur maximum d 27 pulsations sur 10 s (n dssous du suil aérobi). Un allur moynn prmttant d soutnir ds fforts d 8 à min avc un fréqunc cardiaqu proch d 29 à 30 pulsations sur 10 s (suil anaérobi). Un allur maximal d cours d duré (VMA ou proch) qui n put êtr soutnu qu sur ds portions d cours court (jusqu'à 3 minuts) ou pour du travail intrmittnt (répétitions d 30 s d'ffort/30 s d récupération par xmpl). Ctt allur ngndr un fréqunc cardiaqu maximal. Tablau 1. Form d pratiqu adapté aux «profils d cours» L'évaluation intrmédiair Ell s situ n m i l i u d c y c l (séanc 5) ; l'intntion st tripl : - matérialisr ls progrès réalisés n trm d duré d cours, - validr la capitalisation d c qui a été réalisé dans la prmièr parti du cycl. - initir ls élèvs à un mis n rlation duré/intnsité par un stratégi d cours. Ls 4 séancs suivants A l'issu d l'évaluation intrmédiair, ls élèvs ont choisi «un form d pratiqu adapté à lur profil d cours» (tablau 1). plutôt orinté vrs la duré ou plutôt vrs l'intnsité. Par rapport à c choix, ls élèvs ont été a m n é s à o r g a n i s r un ou dux séquncs d'ntraînmnt sul ou à plusiurs, avc l'aid du profssur. L'utilisation t la maîtris d'un allur adapté prmttant d réalisr un prformanc sur un duré choisi ainsi qu la formulation d'un projt associé à un ntraînmnt prsonnl ont été ls dux axs ds compétncs visés lors d c cycl. L'évaluation trminal Ell a liu lors d la drnièr séanc ou sur dux séancs (cas pour la class d 3 ). LE CONTEXTE L'échauffmnt D'un duré d 15 à 20 min suivant ls conditions, il st un momnt important puisqu'il conditionn la suit d la séanc à la fois sur ls aspcts physiologiqus (préparation à l'ffort t mis n condition) mais aussi affctifs (motivation, dispositions individulls, tc.). 44 Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

3 LES SEANCES 2. Échauffmnt d la séanc 1 Thèm : ls garçons contr ls fills. Exrcics sur un pist d 250 m Cours lnt : ju n 3 manchs ; 1 point par manch. Chaqu group part n cours d chaqu côté d la pist ; l 1 tour d pist doit êtr ffctué n 1 min 50, soit 8 km/h. L group qui rvint n fac du prof s s u r d a n s l t m p s imparti m a r q u 1 point. Obligation d courir n group. Mobilisations : montés d gnoux, cours jambs tndus, sursauts, griffés, tc. Effctués sur 25 m n doubltt (ou tripltt) t d façon synchron (mêm tmpo, mêm appui). Ls doubltts ou tripltts s'affrontnt pour rapportr ds points. Étirmnts : sur 3 minuts, validr un maximum d'assouplissmnts (scor moyn d 25 à 30). 2 groups (garçons/fills) ; un assouplissmnt st validé lorsqu tous ls mmbrs du group l tinnnt 5 sconds. Accélérations progrssivs : 9 sconds d cours (2 m 50 = 1 km/h) ; chaqu doubltt pass 5 fols n choisissant un plot à attindr (par xmpl 35 m n 9 s, soit 14 km/h). Chaqu passag réussi rapport 1 point t la doubltt tnt l plot supériur (40 m = 16 km/h, 45 m = 18 km/h, 50 m = 20 km/h, tc.). En cas d'échc, la doubltt rcommnc au mêm plot. SÉANCE 1 Thèm : la duré (au sns d volum d cours) r 3. Dispositif d bas Un pist d 250 m balisé avc 1 plot tous ls 50 m ; ls tmps d cours sont ds multipls d 3 (3 min, 6 min, tc.). Lorsqu l'élèv court 3 min, chaqu plot franchi lui donn son allur n km/h : 12 plots n 3 min signifi qu l'élèv s déplac à 12 km/h. C dispositif présnt un doubl avantag : - rndr plus lisibl t accssibl ls résultats, - prmttr d'avoir ds informations pndant l'action ; par xmpl, sur 12 min d cours, un coup d sifflt touts ls 3 min prmt d savoir d façon immédiat t clair son allur d cours : 0 à 3 min : 10 plots = 10 km/h, 3 à 6 min : 10 plots = 10 km/h, 6 à 9 min : ntr l 10 t l 11 plot au coup d sifflt = 10,5 km/h, 9 à 12 min : 9 plots = 9 km/h. Intntions : inscrir ls élèvs dans la duré d façon ludiqu. Idntifir ls possibilités d chaqu élèv sur la continuité. bilan collctif t individul st ffctué à p a r t i r d cs r é s u l t a t s. C h a q u élèv st informé d son volum total d cours pndant la séanc (d 3 à 8 km). L ' n s i g n a n t put grâc à ctt situation «situr ss élèvs» sur ls problèms d volum d cours. Évolution possibl La situation a été rpris avc la class d 3 dont ls élèvs sont n grand difficulté sur l volum global d cours (nombr d points faibl). L but st dvnu «gagnr individullmnt l plus d points possibl pour rmportr la compétition d son nivau», l'objctif étant d diminur l nombr t la duré ds arrêts. Échauffmnt : voir ncadré 2. Situation principal But : «marqur l plus d points possibl individullmnt t pour son équip». Décompt ds points : (tablau 2). Tablau 2. Décompt ds points séanc 1 SÉANCE 2 Thèms : volum d cours (élèvs n difficulté) t volum + intnsité (élèvs plus à l'ais) Intntion : associr ls élèvs d nivaux différnts sur un nju commun. Organisation : pist d 250 m (cf. ncadré 3. dispositif d bas). Match «ls garçons contr ls fills» sur un cours d 40 minuts. Consigns - ls arrêts sont tolérés t librs (n nombr t n duré) mais doivnt s'ffctur obligatoirmnt dvant l profssur t l tablau d marqu (minoration d points) ; - ls élèvs doivnt annoncr au profssur quand ils rpartnt ; - ls élèvs sont ncouragés à courir n group. Régulation : L'nsignant not sur l tablau récapitulatif ls arrêts t ls tmps d cours. Bilan avc ls élèvs Rgroupés dvant l tablau t après l comptag ds points (d 40 à 120 points suivant ls élèvs), l'équip gagnant st proclamé. Un É c h a u f f m n t : cours d 6 min à allur modéré par group d 2. Au sin d chaqu doubltt, l'élèv qui, à l'issu du tmps d cours, a 26 pulsations n 10 sc (ou s'n rapproch), l'mport. Situation principal But : rmportr l ju par équip d 3 coururs : «fair à 3 la plus grand distanc possibl n 45 min t s rapprochr du rcord d F r a n c c a d t ds 45 min qui st d m». Décompt ds points t nju : ls équips sont hétérogèns n lur sin (1 fort, 1 moyn. 1 élèv n difficulté sur l volum d cours, ou bin 2 forts t 1 très faibl, tc.). L plus faibl st détrminé au départ (par l'équip ou par l'nsignant). L décompt s'ffctu comm n formul 1 automobil : 10 points à l'équip qui finit 1, r Il comport quatr partis invariabls (ncadré 2) t st toujours présnté sous form collctiv t ludiqu. Il st dirigé par l'nsignant n début d cycl puis réalisé d façon progrssivmnt autonom. La situation d'apprntissag Ell constitu l'élémnt l plus important d la séanc. Un dispositif d bas st utilisé dès l début du cycl (ncadré 3) afin d d o n n r l ' h a b i t u d aux élèvs d fonctionnr n allur d cours n km/h, c systèm prmttant aux élèvs d possédr ds rpèrs dans l'action sur lur allur d cours. E P S N N O V E M B R E - D É C E M B R E Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

4 8 à la 2. 6 à la 3, 4 à la 4, 3 à la 5, 2 à la 6, puis 1 point pour touts ls autrs. Organisation : pist d 250 m + parcours d 250 m c qui form un boucl n 8, avc un zon d changmnt (dssin 1, p. 45) : - pndant 30 minuts, il y a toujours 2 élèvs d l ' é q u i p qui cournt nsmbl, - à 30 min, l'élèv l plus faibl s'arrêt définitivmnt. - d 30 min à 42 min. ls 2 élèvs rstant n cours s rlaynt. - à 42 min, l'élèv moyn s'arrêt définitivmnt, - d 42 à 45 min. l drnir élèv trmin sul la cours. Consigns - c h a q u g r o u p d 2 doit rstr nsmbl. - chaqu élèv n put pas fair plus d 3 tours (avc changmnt obligatoir d'un ds dux coururs au bout d 2 tours lors ds 30 prmièrs minuts). - ls rlais s'ffctunt dans la zon d changmnt, - chaqu tour débuté doit êtr trminé, - ls élèvs prnnnt lur pouls à chaqu arrêt. Bilan avc ls élèvs À l'issu du classmnt collctif, c h a q u élèv st informé d son volum total d cours pndant la séanc t sur l typ d'ffort qu'il a réalisé (utilisation ds donnés rlvés sur la fréqunc cardiaqu). Exmpls Pour l'élèv s'arrêtant à 30 min : il a couru nviron 2/3 ds 30 min d cours soit 20 min à allur lnt. Pour l'élèv qui a trminé la cours : il a couru. 2/3 ds 30 min à allur lnt (pouls à 150). 5 x 1 min 10 avc 1 min 10 d récupération à allur soutnu (pouls à 185/190) t 3 min à allur soutnu t continu (pouls à + d 190). Évolution possibl Ctt situation a été proposé aux élèvs d 3 sur 30 min (rcord d Franc minim d m) avc ds changmnts à 20 min. 27 min t 30 min. SÉANCE 3 Thèm : régularité t détrmination ds allurs Intntion : idntifir pour chaqu élèv l'allur au suil anaérobi t un valur approximativ d VMA. Échauffmnt : la situation I ci-dssous à allur modéré. Situation 1 But : par doubltt d nivau, marqur l plus d points possibl. Décompt ds points t nju : La doubltt réussit si ll s crois dans la zon d passag. Ell part avc un capital d points t n prd 1 à chaqu fois qu'un ds dux coururs n'st pas dans ctt zon. Organisation : trrain d football aménagé (dssin 2). L ju s déroul n 2 portions d cours d 8 min avc un récupération d 7 min : - chaqu doubltt st affcté sur un parcours n fonction d son nivau, -1r"portion : coup d sifflt d l'nsignant touts ls 30 sconds, capital-points : ' portion : coup d sifflt d l'nsignant touts ls minuts, capital-point : 8. Consigns - êtr ntr ls plots à chaqu coup d sifflt, - pris d p o u l s après c h a q u portion d cours. - possibilité d changr d parcours n cas d difficulté. Bilan avc ls élèvs D é c o m p t ds points t a n a l y s ds fréq u n c s c a r d i a q u s : 30 p u l s a t i o n s sur 10 sconds st un valur limit pour ctt duré (suil anaérobi). Rythmr sa rspiration sur sa cadnc d'appuis st un condition d'fficacité à ctt allur. 46 Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

5 Situation 2 But : par équip, marqur l plus d points possibl. Décompt ds points t nju : au coup d sifflt, 1 point à chaqu fois qu l'on attint l plot corrspondant à son nivau d'allur. Organisation : sur la pist sont disposés 6 plots tous ls 8 m, d 85 à 125 m (dssins 3). La class st divisé n dux grands équips (15 à 16 élèvs) : - un qui court 15 x 30 sconds avc 30 s d récupération : ll utilis aussi c tmps pour s placr au départ (3b), - l'autr st réparti sur l'nsmbl ds plots t distribu ds tickts-points à la doubltt ou à l'élèv ayant attint l bon plot sinon, pas d tickts. L profssur siffl touts ls 30 s. Consigns - détrminr au début d la situation l'allur choisi t donc l plot à attindr, - êtr arrivé «à son plot» à chaqu coup d sifflt. Bilan avc ls élèvs Décompt ds points t annonc d l'équip vainquur. Analys avc ls élèvs ds résultats, idntification individull d'un allur proch d la VMA t bilan collctif sur ls ffts d'un cours à ctt allur. Tablau 3. Décompt ds points séanc 4 SÉANCE 4 SÉANCE 5 T h è m : j u d c o u r s aux p o i n t s p a r équips Thèm : évaluation ds acquis n duré (volum d cours) Intntions : idntifir ds allurs d courss différnts t prcvoir ls ffts sur l'organism (n trm d fréqunc cardiaqu). Intntion : mttr n rlation duré t intnsité. Échauffmnt : cours d 12 min ; l'objctif st d fair courir ls élèvs à allur modéré : 27 pulsations sur 10 s à l'arrivé (suil anaérobi), tout pulsation xcédntair nlèv 1 point. Décompt ds points L nombr d baliss franchis n 12 min divisé par 4, donn l'allur n km/h. La vitss d déplacmnt donn l nombr d points. Exmpls Toufik franchit 48 baliss (48/4 = 12 km/h), son pouls d'arrivé st d 30 (3 au-dssus d 27) : il marqu 9 points (12-3). Hrvé franchit 40 baliss (40/4 = 10 km/h), son pouls d ' a r r i v é st d 27 : il m a r q u 10 points (10-0). Hrvé rmport l ju. Situation principal : cours par équip d 4 d nivau homogèn sur 12 min, 9 min, 6 min t 3 min à allur imposé. But : marqur l plus d points possibl grâc au rspct ds allurs. Situation principal : cours sur 40 minuts. But : obtnir l millur résultat possibl. Organisation : dispositif d bas. Consigns - «tout arrêt st définitif», - «possibilité d marchr... au détrimnt d Г allur». Modalités d'évaluation : la not sra l produit du nombr d minuts courus multiplié par l'allur d cours divisé par 20 auqul s'ajout la participation (nombr d kilomètrs parcourus n 4 séancs t résultats ds jux). Consign : pris d pouls à la fin d chaqu périod d cours. Exmpls Juli a couru 34 min à 8 km/h. ll obtint 13.5 : (34 x 8 = 272/20 = 13.6) : n participation, ll obtint 17 points pour avoir parcouru 16 km n 4 séancs (barêm fills). Antonio a couru 35 min à 12 km/h, il obtint 20 (35 x 12 = 420/20 = 21) + 15 (20 km n 4 séancs = 15 points). Eddy a couru 40 min à 9.5 km/h. il obtint 19 ( 4 0 x 9.5 = / 2 0 = 19) + 14 (18 km = 14 points). Bilan avc ls élèvs D é c o m p t d s p o i n t s t c l a s s m n t ds équips. Analys ds ffts d l'intnsité sur la fréqunc cardiaqu. Confirmation ds allurs individulls. Bilan avc ls élèvs Exploitation ds résultats, notammnt sur ds nots idntiqus obtnus par différnts biais : courir 26 min à 10 km/h donn la mêm not qu 34 min à 8 km/h (rapport intnsité/duré). Décompt ds points t nju : (tablau 3). Organisation : dispositif d bas. Coups d sifflt touts ls 3 min. E P S N O V E M B R E - D É C E M B R E Echauffmnt : libr t prsonnl n rspctant ls critèrs définis pndant ls 4 prmièrs séancs. Ctt formul st applicabl pour ls séancs 6, 7 t Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

6 SÉANCE 6 SEANCES 7 ET 8 Thèm : «duré» contr «intnsité» Thèm : ntraînmnt pour l tst Intntion : s'ntraînr suivant son choix d cours : intnsité ou duré. Intntion : «répétr t intégrr l'allur d cours t ls tmps d passag». S i t u a t i o n p r i n c i p a l : c o m p é t i t i o n par équips d 6 coururs suivant ls profils. But : marqur individullmnt l plus d points possibl pour l'équip. Situation principal : cours sur la duré du t s t p l u s ou m o i n s 10 % s l o n ls nivaux. But : découpr la duré d cours n autant d portions souhaités. Organisation : dispositif d bas. Décompt ds points t nju - pour ls garçons : 500 m n 1 min 45 = 1 pt. 510 m = 2 pt, 520 m = 3 pt, tc. - pour ls fills : 3 min à 8 km/h (8 plots) = 1 pt, à 9 km/h (9 plots) = 2 pt. à 10 km/h = 3 pt, tc. Exmpls Juli choisit d courir 30 min au tst, ll put réalisr 3 x 1 0 min à allur d cours n t r c o u p é s d 2 min d p a u s (soit 4 minuts au total). Eddy choisit d courir 15 min au tst, il put réalisr 4 x 4 min à allur d cours ntrcoupés d 1 min 20 d paus (4 min au total). Consigns Bilan avc ls élèvs Idntifir collctivmnt ls difficultés rncontrés notammnt par rapport à la gstion d la régularité. Affinr ls choix individuls d duré d cours. - la récupération n put xcédr 4 min. - pris d pouls à la fin d chaqu ffort. Evolution possibl : allr vrs + 10 % d la duré. Organisation (dssin 4) - 7 r é p é t i t i o n s d 3 min pour ls contrats «duré» (fills) t d 1 min 45 pour ls contrats «intnsité» (garçons), - chaqu group marqu ds points n fonction d son résultat, - ls équips doivnt impérativmnt rstr groupés, - c h a q u coup d sifflt donn l signal d départ p o u r l g r o u p suivant (quand ls garçons cournt, ls fills récupèrnt t invrsmnt). Bilan avc ls élèvs A n a l y s ds p r o b l è m s spécifiqus pour chaqu group (cours n ploton, rlâchmnt, rspiration). Évolution possibl : jour sur l t m p s ou sur la duré. 48 Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

7 CONCLUSION Ls résultats obtnus par ls élèvs lors d l'évaluation montrnt ds progrès très nts notammnt sur la duré d cours pour ls plus faibls (aucun élèv n dssous d 20 minuts) t sur l'allur pour ls plus à l'ais (jusqu'à 16 km/h). Toutfois, tous n'ont pas réussi dans l'attint d lur objctif à la fois sur l tmps d cours (4 élèvs) t sur l'allur pré-détrminé (3 élèvs). Pour l'nsmbl d la class, l fonctionnmnt collctif à bas d ju a considérablmnt modifié l'approch ds séancs. Ct intérêt partagé a favorisé ls transformations individulls ultériurs. Au-dlà d cs résultats, un qustion profssionnll rst posé : put-on réduir la cours d duré à un form d pratiqu uniqu : l modèl duré/intnsité t l célèbr tst ds 20 min par xmpl, au risqu d condamnr un parti ds élèvs à un faibl réussit t pu d plaisir? Un élèv d 2 qui réalis 40 min d cours, crts à 8 km/h, doit-ll êtr fortmnt dévalorisé par rapport à un garçon «sportif» réalisant un prformanc (3200 m) n 12 min? À travrs nos propositions, nous avons dévloppé l'idé qu plusiurs modèls pouvaint cohabitr n miliu scolair dans l rspct ds possibilités, ds mobils t ds attnts d chacun. La compétnc socialmnt réinvstissabl «savoir courir longtmps». fond culturl commun dévloppé à l'écol, n put-ll pas s déclinr sous différnts forms? Dans cs conditions, qull qu soit la procédur d formation utilisé, l'intntion ssntill n'st-ll pas d prmttr aux élèvs d construir d solids connaissancs nécssairs à un pratiqu physiqu ultériur? nd Thirry Choffin Profssur agrégé d'eps. Formatur IUFM d Crétil. SÉANCE 9 Obsrvation d la régularité (n Déroulmnt d la séanc t organisation - pist d 250 m (dispositif d bas), - départ ds élèvs du contrat «duré» : obsrvation par l profssur, - obsrvation altrné ds duré/intnsité t ds intnsité/duré, - départ rtardé ds élèvs ayant choisi l contrat «intnsité». km/h) Eddy choisit un intnsité plus grand t un duré plus court qu Juli. Exmpl d barêm garçons EPS N O V E M B R E - D E C E M B R E Rvu EP.S n 298 Novmbr-Décmbr 2002 c. Editions EPS. Tous droits d rproduction résrvé

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans Loisirs t Cultur Sssion printmps-été 201 DANS CE NUMÉRO 1 ds activités printmps-été 201 4 Camp d jour stival Modalités d inscription t soccr 6 Ds nouvlls d votr bibliothèqu Multisports Horairs : 6 à 8

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Projet Tuteuré. Création d'un site Internet

Projet Tuteuré. Création d'un site Internet Projt Tuturé Création d'un sit Intrnt par : Joly Damin (group Eb) Chihaoua Rayan (groupea) Lhomm Clémnt (groupea) Daquin Paul (groupea) Tutur : Virgini Dégardin Anné Scolair 008/009 IUT 'A' départmnt GEII

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT Société : COCHEBAT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Srvic CLT Division HTO -FL/CR Dat 2006 N affair : Clint sul Vrsion 1

Plus en détail

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques ADELE 126 : Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus Vrsion 1 janvir 2006 Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus vrsion 1 Vrsion 1 2 décmbr 2005 Pag 2/47 Chart graphiqu t rgonomiqu

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme magazin du résau ds Grta d orrain n 28 - sptmbr 2009 Info Continu a passion d formr DOSSIER : a Validation ds Acquis d l Expérinc (VAE) ou commnt transformr son xpérinc n un diplôm A votr srvic, à votr

Plus en détail

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires.

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires. ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Parti D TITRE : Evolution d l étanchéité ds ncints d confinmnt n béton dans ls cntrals nucléairs. Tmps d préparation :...2 h 15 minuts Tmps d présntation dvant l jury :.10 minuts

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993 La Météorologi 8 séri - n 2 - juin 199 19 L'HUMIDITE DE L'AIR ; MESURES HYGROMETRIQUES AU SOL Christian Prrin d Brichambaut Société Météorologiqu d Franc, 2 avnu Rapp 7540 Paris Cdx 07 OBSERVATION GENERALITES

Plus en détail

Structures et mécanismes

Structures et mécanismes Structurs t mécanisms Bloc 1 : L rndmnt, c st important Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Il xist six machins simpls, soit l lvir, la

Plus en détail

Le plan de désherbage communal

Le plan de désherbage communal L plan d déshrbag communal Qu st-c qu un plan d déshrbag communal? PDC Evolution ds quantités utilisés Quantité L tablau d idntification ds zons communals Tablau Ls carts d la commun Carts Qu st-c qu l

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Transmetteur vocal SD1+

Transmetteur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Transmttur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Parfait sécurité ds logmnts d habitation, maisons t locaux d ntrpriss C manul d utilisation st particulir

Plus en détail

assurance vie a changé. Si les fonds en euros (à capital garanti) ont représenté

assurance vie a changé. Si les fonds en euros (à capital garanti) ont représenté A R G E N T DOSSIER VICTOIRES DE L Particulir établit son palmarès d l assuranc vi. Un classmnt qui récompns la gstion financièr t la capacité d innovation ds millurs contrats. Découvrz ls 28 / Octobr

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale.

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale. T d élctroniqu analogiqu A : iods Ex : Analys statiqu / dynamiqu d un circuit On donn l circuit suiant ac un sourc d tnsion continu V t un sourc d tnsion altrnati (t) sinusoïdal. 0 V = 0 V A 0 B = sin(

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Fonction logarithme exercices corrigés

Fonction logarithme exercices corrigés Trminal S Fonctions Logarithms Vrai-Fau Fonction ln, EPF 6 Equation, Franc 4 4 Dérivés t ln 4 5 Primitivs t ln 6 Calcul d limits 5 6 7 Résolution (in)équations 7 8 Avc ROC 8 9 Dérivation t ncadrmnt 9 Fonction+équation,

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016 CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automn 2015 t Hivr 2016 TABLE DES MATIÈRES SECTION 1 : INTRODUCTION ET PARTAGE DES RESPONSABILITÉS... 5 Historiqu du SRAM... 7 L Entnt SRAM-Collègs... 8 L partag ds rsponsabilités

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment FICHE Fich à dtination d nignant T 0 L tranfrt thrmiqu dan un bâtimnt Typ d'activité Activité avc étud documntair Notion t contnu du programm d T rm Compétnc xigibl du programm d T rm Tranfrt d énrgi ntr

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre Bloc 1 : La stabilité, un qustion d équilibr Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Structur Un structur st un form qui résist aux forcs qui,

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

> FICHES PÉDAGOGIQUES. Rallye

> FICHES PÉDAGOGIQUES. Rallye > FICHES PÉDAGOGIQUES r i t s r o f Rally Rally forstir n o i t c u d o Intr Un rally qu st-c qu c st? L rally natur st un «grand ju» qui invit ls nfants à chminr dans la natur où ils vont jour étap après

Plus en détail

Solution de communication d entreprise Aastra

Solution de communication d entreprise Aastra Solution d communication d ntrpris Aastra Téléphons mobils sur l Aastra 400 dès R.0 Mod d mploi Plats-forms priss n charg: Aastra 45 Aastra 430 Aastra 470 C mod d mploi décrit l intégration ds téléphons

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

Modules d'aide à la GEstion des Sillons (MAGES)

Modules d'aide à la GEstion des Sillons (MAGES) RAPPORT FINAL D'ACTIVITÉS Moduls d'aid à la GEstion ds Sillons (MAGES) wb : http ://awal.univ-lhavr.fr/lmah/mags Euip d Rchrch : MM Dominiu Fillt MCF, Univrsité d'avignon Laboratoir d'informatiu d'avignon

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GIVERNY

DOSSIER DE PRESSE GIVERNY U D N O S I MA E M S I R U O T E I D N A NORM DOSSIER DE PRESSE GIVERNY M A I S O N D U TO U R I S M E 1 Sommair 03 VENIR À GIVERNY 04 EXPLORER LE VILLAGE 05 LA MAISON DU TOURISME - VOTRE VOYAGE IMPRESSIONNISTE

Plus en détail

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des Compagni La Capital La positiv -Aucun xamn médical n st rquis lors d l adhésion. Il vous suffit d répondr à 4 qustions d admissibilité. L montant d la protction st choisi unité d 2 500 $ avc un maximum

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration Info Rsto Mai - Juin 2011 Par ls délégués ds 4 èms Dans l cadr d la Commission Rstauration Editorial Jûnr st dvnu à la mod. En tout cas, mangr très pu l st. Pour simplifir, ls fills n mangnt pas pour «fair

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes Pays : ranc Périodicité : bimnsul at : 20 MAR/02 AR 15 Pag d l'articl : p.1,8,10,12 Journalist : Pélagi Trly Pag 1/7 PIERRE PAPIER Ls CPI tinnnt l cap n s'adaptant» L rndmnt ds CPI s maintint audssus ds

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

PROGRAMME D'ÉTUDES PHYSIQUE SECONDAIRE AOÛT 1998

PROGRAMME D'ÉTUDES PHYSIQUE SECONDAIRE AOÛT 1998 PROGRAMME D'ÉTUDES PHYSIQUE 5 SECONDAIRE AOÛT 1998 PROGRAMME D'ÉTUDES PHYSIQUE 5 SECONDAIRE AOÛT 1998 Dirction d la formation général ds adults Gouvrnmnt du Québc Ministèr d l'éducation, 1998 98-0565 ISBN

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

Initiation aux problèmes de télécommunications

Initiation aux problèmes de télécommunications Initiation aux problèms d télécommunications. Etud d un outil fondamntal : la boucl à vrrouillag d phas (P.L.L.). La boucl à vrrouillag d phas (P.L.L. Phas Lock Loop) st un systèm qui prmt d assrvir la

Plus en détail

Commandes de base. Manette sans fil Xbox 360. Xbox Live RT LT. Touche Xbox Guide. Touche BACK. Stick analogique droit/ Stick analogique droit

Commandes de base. Manette sans fil Xbox 360. Xbox Live RT LT. Touche Xbox Guide. Touche BACK. Stick analogique droit/ Stick analogique droit Commands d bas Ls sctions arborant c symbol sont d nouvlls fonctions ajoutés à Ultra Strt Fightr IV. Mantt sans fil Xbox 360 * L bouton multidirctionnl t l stick analogiqu gauch prnnnt n compt l fait qu

Plus en détail

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 6750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 Command par téléphon: 54-428-703 Contactz-nous sans frais au: 866-683-7838 Fax: Command par téléphon 888-498-4444 Sit Wb: www.mrck-sant-animal.ca Tous

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

REsponsabilité. Dossier Les recommandations de la HAS, outil incontournable d amélioration des pratiques. La faute inexcusable de l employeur

REsponsabilité. Dossier Les recommandations de la HAS, outil incontournable d amélioration des pratiques. La faute inexcusable de l employeur juin 2014 / N o 54 / volum 14 REsponsabilité Rvu d formation sur l risqu médical Dossir Ls rcommandations d la HAS, outil incontournabl d amélioration ds pratiqus 19 24 29 VIE PROFESSIONNELLE La faut inxcusabl

Plus en détail