SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE"

Transcription

1 SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE Sébastien LALLECHERE - Pierre BONNET - Fatou DIOUF - Françoise PALADIAN LASMEA / UMR6602, 24 avenue des landais, Aubière Résumé. Cet article propose des modélisations hybrides de Chambres Réverbérantes à Brassage de Modes (CRBMs). Pour la simulation de structures fermées, telles que les chambres réverbérantes (CR), certains points se révèlent cruciaux, à savoir traiter les problèmes de dissipation numérique, prendre en compte des géométries complexes ainsi que les pertes réelles. La réalisation de tests numériques impliquant des modèles CR combinant techniques Différences Finies et Volumes Finis dans le Domaine Temporel (DFDT et VFDT) permet de compléter cette étude en présentant l'intérêt de méthodes de résolution hybrides. I. CONTEXTE Des travaux récents [1] ont démontré les avantages, à partir d un schéma DF classique, d une approche temporelle pour la simulation numérique des CRBMs. Afin de conduire à des simulations plus réalistes de ce moyen de mesures, une voie consiste à s orienter vers la mise en œuvre de méthodes temporelles intrinsèquement conformes. Les méthodes VFDT, de par leurs aptitudes à considérer de façon naturelle des maillages conformes, non structurés et fortement inhomogènes présentent ainsi un intérêt majeur. Leur caractère dissipatif peut cependant apparaître comme un handicap pour la simulation d un problème résonnant, comme par exemple une CRBM [2]. Compte tenu des critères normatifs proposés [3] pour les mesures en CR, l analyse du comportement en basses fréquences se révèle particulièrement intéressante. Ainsi, quelque soit la chambre réverbérante étudiée, l impact de la qualité du brassage est primordial pour les gammes de fréquences basses. S appuyant sur l étude fine de caractéristiques physiques réalistes de CR, la suite de cet article va permettre de mettre en avant l intérêt d un outil permettant d hybrider des schémas DFDT et VFDT. Cette technique permet de prendre en compte conjointement les géométries complexes de brasseurs et les pertes intrinsèques de chaque CRBM. II. PERTES REELLES ET NUMERIQUES Pour simuler au mieux une CRBM, il convient de considérer un modèle intégrant l ensemble des pertes réelles : puissance dissipée dans les parois, câbles, antennes, etc. La démarche retenue est détaillée dans [1]. Elle consiste, grâce à un filtre temporel numérique appliqué dans une phase de posttraitement, à introduire les pertes réelles de la CRBM à partir de son facteur de qualité Q mesuré (Fig.1). Dans une première étape, les simulations numériques temporelles de CRBM idéales (i.e. sans pertes), en tenant compte de la présence du brasseur, sont donc réalisées. L approche temporelle volumique choisie apporte différents avantages décisifs pour des études en CRBM. Elle permet à la fois de favoriser les études larges bandes et également d autoriser pour de faibles surcoûts (temps de simulation, capacité mémoire) le traitement de cas plus complexes (ajout d équipements, montée en fréquence) par rapport au formalisme fréquentiel. La démarche précédente a été validée en utilisant un schéma DFDT classique et a permis un recalage en puissance par rapport à des mesures expérimentales [4]. Le facteur Q utilisé, qui est la valeur moyenne sur l ensemble des points de mesures et sur les positions du brasseur, varie entre 81 et 198 sur la gamme de fréquence allant de 80 à 120MHz (f s 1,5*f s, avec f s correspondant à la fréquence de départ d utilisation de la CRBM du LASMEA suivant les critères proposés dans [3]). Comme rappelé précédemment, le domaine des basses fréquences nécessite un soin particulier quant à l étude de l efficacité du brassage en CR. Dans ce cadre, la conformité géométrique du brasseur modélisé se révèle prépondérante. L extension naturelle des travaux de [4] est d utiliser une méthode numérique temporelle conforme pour décrire de façon plus précise les géométries complexes des objets internes à une CRBM, en général le brasseur de modes et les équipements sous test. De ce point de vue les méthodes VFDT sont de très bonnes candidates. Toutefois, ces dernières présentent un inconvénient majeur puisqu elles sont dissipatives du point de vue numérique. Malgré la variété de schémas VF qui ont pu être développés, à notre connaissance, il n existe pas de schéma VFDT non dissipatif réellement applicables pour ces problématiques réverbérantes.

2 La Fig.1 illustre le principe de la prise en compte des pertes, et souligne l impossibilité d utiliser un schéma VFDT pur pour la simulation de CRBMs réelles quand bien même ce dernier est optimisé vis-à-vis de la dissipation [2]. On constate qu il est nécessaire de réaliser une double interpolation (DF/VF). Tout d abord, d un point de vue VF, dans les cellules B et C, les champs sont calculés aux centres de gravité par le biais du schéma VFDT. Les champs au centre de la cellule A n étant pas connus en VF, il est nécessaire d utiliser les grandeurs champs électriques Différences Finies sur les arêtes de la face S A : E p, p=1,2,3,4. On peut en estimer une valeur vectorielle E SA * au centre de S A : 4 * SA = λp p p= 1 E E (1) Fig.1 Principe de l intégration des pertes réelles dans les simulations de CRBMs. La Fig.1 permet de noter que les pertes numériques du schéma VF sont supérieures aux pertes réelles (i.e. introduites par le biais du filtre Q). Néanmoins, les travaux de [1] ont montré que si les pertes numériques restaient inférieures aux pertes de la CRBM, la méthodologie précédente, qui consiste à prendre en compte ces dernières dans une phase de posttraitement, reste valide. Une solution consiste alors à n utiliser les VF que pour les parties complexes, et à les hybrider avec les DF pour la description des volumes restants, afin de minimiser les pertes numériques dues aux VF. Le principe de cette technique est introduit dans la section suivante. III. STRATEGIE D HYBRIDATION L une des difficultés principales concernant la mise en œuvre de schémas hybrides, au-delà du principe théorique, repose sur le développement de logiciels de maillages tridimensionnels dédiés. III.1 Schéma hybride Reposant sur le principe illustré par la Fig.2, l hybridation DF/VF réalisée s appuie sur le caractère local des schémas DFDT et VFDT. Fig.2 Principe de l hybridation DFDT/VFDT. En effet, même si la localisation des inconnues est différente d un modèle à l autre, le calcul des grandeurs électromagnétiques dans une cellule élémentaire choisie nécessite uniquement les données issues des volumes voisins. A l aide de la valeur E SA * calculée dans (1), il reste à estimer l expression volumes finis des conditions de flux [2] sur la surface limite S A selon : n E = n E (2) * * S A * Y * B SA B ( ) n H = n n E E + n H (3) Avec : Y = ε / μ, l admittance du milieu de propagation. De la même manière, les grandeurs champs électriques du schéma DF sont estimées sur la zone tampon à partir de grandeurs VF. Par exemple, la composante E z DF est calculée en s appuyant sur les valeurs VF des cellules B, C, D et E (voir Fig.2) : E = α E (4) z j z, j j= B, C, D, E Les expressions (1) et (4) font apparaître des coefficients réels λ p et α j qui dépendent de la forme définie pour la zone tampon DF/VF. Ainsi, les efforts doivent être concentrés sur la génération d une grille hybride DF/VF (maillages structurés ou non) à l interface entre les domaines respectifs DF et VF, facilitant la double interpolation précédente. Dans cette étude, un intérêt particulier est réservé à la génération de la grille de calcul hybride nécessaire aux simulations. Dans la suite de cet article, la construction propre du recouvrement DF/VF suivant le principe de la Fig.2 est détaillée. III.2 Maillage Hybride Comme on l a souligné précédemment, l un des freins à l implémentation de ces méthodes réside sans conteste dans l obtention du maillage hybride et surtout dans la gestion des interfaces entre les différents domaines. Pour l étude de la dissipation du schéma VF, nous avons été amenés, dans un premier temps, à considérer des maillages hybrides en une dimension d espace (1D). La génération de la grille hybride DF/VF, suit alors les trois étapes suivantes (Fig.3) :

3 création du maillage non structuré à l aide du logiciel Hypermesh et mise au format du code VF, génération de la zone tampon (interface DF/VF), définition des zones heptaédrique puis hexaédriques, description implicite de la zone structurée réservée au schéma DF (maillage cartésien recouvrant la grille VF au niveau de la cellule B). La seconde étape est la plus délicate. Toutefois, en 1D le processus est simplifié par le caractère relativement structuré de l interface. On débute, côté VF, par une plaque discrétisée par des triangles rectangles sur laquelle sont créés des heptaèdres droits. Ces volumes finis tampons assurent la transition entre les tétraèdres NS et les cellules VF hexaédriques. On s appuie ainsi sur la très grande souplesse du schéma VF en ce qui concerne la géométrie des cellules de discrétisation. On pourrait se satisfaire de cette couche d heptaèdres pour la zone tampon ; cependant, pour éviter des interpolations des champs volumes finis à partir des tétraèdres, il est préférable de rajouter une couche de cellules hexaédriques. nécessité d une procédure efficace et automatique de maillage puisque, du fait des critères normatifs [3], il peut être nécessaire de décrire 51 positions du brasseur (i.e. de définir 51 maillages DF/VF hybrides distincts). L algorithme développé, basé sur des valeurs entières associées aux sommets des volumes manipulés, est relativement simple et général. Ainsi, plusieurs configurations sont possibles : hybridation faite à l intérieur de l objet, à l extérieur ou bien la partie de maillage NS peut se situer de part et d autre de la peau de l objet avec une zone extérieure et intérieure à l objet pour la partie de maillage structuré. L utilisation de cette procédure automatique de génération de maillage hybride permet de décrire au plus près la géométrie du brasseur (Fig.4) et d équipements complexes en CRBM (Fig.5). Fig.3 Vue éclatée hybride DF/VF 1D. En trois dimensions, le principe reste le même, seule la mise en œuvre informatique est moins immédiate. Pour ce faire, la démarche suivante a été adoptée : génération avec le logiciel Hypermesh du maillage de peau de la structure étudiée, interception de ce maillage Non Structuré (NS) avec la grille DF fournissant son équivalent Structuré (S), épaississement de cette dernière d une maille DF suivant toutes les directions afin de ménager un espace suffisant pour la création des mailles volumiques NS entre la peau de l objet et la surface S, division de chaque rectangle de S en deux triangles pour entamer le processus de croissance des heptaèdres et des hexaèdres. L exemple de la génération du maillage hybride du brasseur en CR est particulièrement révélateur de la Fig.4 Génération du maillage hybride du brasseur de la CRBM du LASMEA. Fig.5 Génération du maillage hybride d un équipement automobile générique. Outre l optimisation quant à la prise en compte de la géométrie complexe des équipements à l intérieur de

4 la CRBM, la génération de maillages hybrides laisse entrevoir la mise en place de méthodes automatiques et précises de qualification du brasseur. A titre d exemple, la génération précédente du maillage hybride autour du brasseur représente quelques milliers de cellules tétraédriques VF. Ceci, compte tenu des résultats à suivre, se révèle tout à fait compatible avec l utilisation d une méthode hybride DF/VF afin de limiter les effets dissipatifs VF. Conscient des multiples réflexions des ondes dans un environnement purement réverbérant, il est important de s assurer du bon comportement de l interface dans le sens DF/VF mais également dans le sens VF/DF. IV. SIMULATIONS HYBRIDES EN CRBM IV.1 Influence de la zone non structurée hybride Contrairement aux problèmes en espace libre pour lesquels un tel schéma hybride a déjà été employé [5], pour un problème fermé comme celui d une CRBM, les champs traversent plusieurs fois la frontière structuré/non structuré. La validité du modèle numérique hybride a été illustrée sur un cas canonique simple : propagation d une onde plane dans un dispositif tridimensionnel PEC/PMC [2] sur une grille hybride DF/VF. En considérant un point de sortie situé dans le domaine de recouvrement des zones DF et VF (Fig.2), un intérêt particulier peut être apporté au transfert des données DF/VF. On peut évaluer l erreur relative due à l hybridation dans le domaine fréquentiel selon : IV.2 Utilisation du filtre d insertion des pertes La configuration principale d étude dans les résultats à venir correspond à la CRBM du LASMEA de dimensions égales à 6.7m*8.4m*3.5m dont le comportement est simulé à l aide de techniques DF et hybrides DF/VF. Avant de présenter les résultats numériques pour ces schémas hybrides respectivement monodimensionnels (1D) et tridimensionnels (3D), il convient de revenir sur la viabilité de l utilisation du filtre électronique d intégration des pertes. En effet, comme on l a souligné dans la section II, le modèle de pertes employé dans cette communication [1] modélise les pertes physiques réelles en CR. On doit dans un premier temps, considérant les résultats d une simulation hybride DF/VF de la CRBM du LASMEA, s assurer que les pertes numériques liées à la partie VF restent bien inférieures à celles induites par le modèle électronique [1]. La Fig.7 traduit le respect du critère précédent préalable à toute utilisation du modèle hybride présenté dans cet article. Contrairement au cas de la Fig.1 qui laissait apparaître des pertes supérieures (pour un modèle VF seul) aux pertes du filtre, on constate que les niveaux de champs électriques DF/VF restent nettement au dessus de ceux issus du traitement de données obtenues avec la méthode DF associée au filtre tenant compte du facteur de qualité. E ( f) E ( f) Δ = (5) * ** */** cell 2 cell 2 cell 2 ( f ) * Ecell 2 ( f) Avec * et ** respectivement les grandeurs référence et simulée (*/**=DF/VF si sens de propagation DF/VF et estimation de l erreur commise lors de l hybridation). Fig.6 Erreur numérique lors de la transmission d une onde plane aux interfaces DF/VF et VF/DF. Les résultats présentés sur la Fig.6 montrent que les niveaux fréquentiels de l erreur commise entre les données VF (ou DF) incidentes sur l interface et celles transmises dans la zone DF (ou VF) restent faibles. Fig.7 Comparaison des niveaux temporels de champ entre modèles DF avec perte et DF/VF sans perte. Outre la non influence du caractère dissipatif du schéma VF sur la phase d introduction des pertes, l utilisation du filtre révèle un autre avantage. Ainsi, des modélisations temporelles par des méthodes non dissipatives existent, mettant en œuvre des pertes physiques sur les limites du domaine de calcul [6, 7]. Toutefois, ces dernières nécessitent une analyse fine des valeurs de pertes à introduire dans les simulations. En effet, de faibles variations autour de ces dernières peuvent entraîner des écarts importants en termes de niveaux de champs simulés et de temps de simulations [2]. Dans ce cadre, de manière similaire à ce qui doit être réalisé en expérimentation, le choix des paramètres physiques de pertes nécessite une phase de calibrage. Cette étape doit être répétée pour une configuration donnée de CRBM (vide, en présence d équipements, etc), mais également dans l optique où il serait envisagé de changer de méthode de résolution

5 (par exemple passer des DF à une méthode hybride ou TLM). L utilisation du modèle de pertes décrit dans [1] évite ces difficultés et à partir du moment où on s assure que la méthode de simulation employée entraîne des pertes numériques de niveaux inférieurs aux pertes réelles, la technique peut être utilisée sans difficulté. C est la raison pour laquelle, dans la suite, on s attache aux résultats bruts temporels de modélisations hybrides DF/VF de CRBMs, mais également que l on présente des données fréquentielles post-traitées à l aide du filtre de [1]. IV.3 Hybridation monodimensionnelle en CR Dans cette partie, différents modèles de CRBM hybride (hybridation 1D selon une direction de l espace) sont réalisés. On fait varier la part accordée à la zone non structurée VF afin de mettre en exergue l influence de cette dernière sur les résultats finaux. La réalisation des expériences numériques évoquées précédemment permet de dégager divers modèles de CRBM hybrides faisant intervenir chacun un volume de cellules non structurées VF différent (voir table I). La simulation de référence est réalisée en DF pour la CRBM du LASMEA vide, afin d éviter les artefacts dus aux discrétisations géométriques différentes suivant les schémas DF ou VF. Un pas spatial uniforme Δx=Δy=Δz=10cm correspondant à λ/20 pour la fréquence la plus élevée est utilisé. La source ponctuelle (excitation du champ électrique dans les trois directions de l espace) et le point d observation sont toujours situés dans la partie DF. Table I Récapitulatif des simulations hybrides 1D. Cas d étude DF/VF1(1D) DF/VF2(1D) % CRBM VF 39% 4% IV.3 Résultats numériques tridimensionnels Suivant le principe général d hybridation évoqué dans la section III et reprenant les tests numériques précédents (i.e. mettant en jeu différentes tailles de domaines volumes finis en CRBM et une hybridation tridimensionnelle), on réalise différentes simulations (voir table II) visant à démontrer la viabilité de la méthode hybride DF/VF en trois dimensions (3D). Comme dans le cas précédent, la simulation de référence est obtenue à partir du modèle DF de CRBM vide utilisant source ponctuelle et point de sortie à l intérieur du domaine DF. Table II Répartition du nombre de volumes finis dans les simulations hybrides 3D. Cas d étude DF/VF1(3D) DF/VF2(3D) Nb cellules VF Fig.9 Champ électrique temporel pour différentes simulations hybrides 3D en CRBM. Les résultats de la Fig.9 illustrent l influence de la part VF utilisée (voir table II) dans les simulations hybrides. La superposition des courbes DF (référence) et DF/VF2 témoigne du bon comportement du schéma hybride développé. Fig.8 Répartition fréquentielle du champ électrique pour différentes simulations hybrides en CRBM. La Fig.8 présente les premiers résultats obtenus illustrant l intérêt de l utilisation d une technique hybride. En effet, les données fréquentielles obtenues (intégration du facteur de qualité mesuré) pour les courbes DF (référence) et DF/VF2 sont en accord. Les niveaux pour le schéma hybride sur la gamme de fréquence considérée sont similaires aux valeurs de référence. Cette méthode semble donc viable (dans la mesure où il est possible de limiter la part VF dans le modèle hybride) et la section suivante s attache à son extension tridimensionnelle en CRBM. Fig.10 Comparaison fréquentielle DF (référence) et simulation hybride DF/VF2. L application du processus d intégration des pertes évoqué dans la section II est réalisée de manière similaire au cas DF seul et permet, de retrouver des niveaux comparables de champ électrique normalisé (Fig.10). Ainsi, l utilisation d une technique hybride DF/VF nous permet, en autorisant toujours la description optimale des géométries impliquées en environnement CRBM, de limiter les effets de la dissipation VF.

6 V. CONCLUSION Dans le cadre de cette communication, un modèle hybride DF/VF a été développé. Ce dernier comprend à la fois la génération automatique autour des objets d étude (brasseur, équipement sous test) du maillage VF ainsi que l hybridation des méthodes numériques DFDT et VFDT. Les résultats numériques obtenus permettent de valider le bon comportement du schéma implémenté. En outre, la limitation du domaine VF (autour des équipements sous test pour les problématiques CRBMs) assure un contrôle des effets dissipatifs du schéma VF et ainsi justifie le recours au modèle d intégration des pertes réelles mesurées en chambres réverbérantes. Cette approche ouvre une voie pour des simulations plus réalistes de CRBMs. REFERENCES [1] P. Bonnet, R. Vernet, S. Girard, F. Paladian, "Intégration des pertes dans les simulations temporelles des chambres réverbérantes", CEM06, St-Malo, pp , [2] S. Lalléchère, "Modélisations numériques temporelles des CRBM en CEM. Contribution aux schémas Volumes Finis", Thèse de doctorat de l université de Clermont-Ferrand II, décembre [3] "Reverberation chamber test method", IEC draft electromagnetic compatibility (EMC) Part 4: testing and measurement techniques, section 21, [4] R. Vernet, "Approche mixte théorie / expérimentation pour la modélisation numérique de chambres réverbérantes à brassage de modes", Thèse de doctorat de l université de Clermont-Ferrand II, juin [5] X. Ferrières, J.-P. Parmantier, S. Bertuol, A.R. Ruddle, "Application of a hybrid finite difference/finite volume method to solve an automotive EMC problem", IEEE Trans. Electr. Compat., Vol. 46, No. 4, pp , November [6] F. Moglie, "Convergence of the reverberation chambers to the equilibrium analyzed with the finite difference time domain algorithm", IEEE Trans. Electromagn. Compat., Vol. 46, No. 3, pp , August [7] A. Coates, H.G. Sasse, D.E. Coleby, A.P. Duffy, A. Orlandi, "Validation of a Three-Dimensional Transmission Line Matrix (TLM) Model Implementation of a Mode-Stirred Reverberation Chamber", IEEE Trans. Electromagn. Compat., Vol. 49, No. 4, pp , November 2007.

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE Fatou DIOUF * - Sébastien LALLECHERE* - Françoise PALADIAN * - Marco KLINGLER***- Michel FOGLI ** (*) LASMEA,

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

La norme Wi-Fi N, kézako?

La norme Wi-Fi N, kézako? La norme Wi-Fi N, kézako? par Pierre SALAVERA Service Technique ACTN «Nous allons aujourd hui parler d une norme très récente en matière de Wi-Fi : la norme N. Je vais aujourd hui vous détailler le fonctionnement

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 Qualité acoustique et inertie thermique : étude d'un compromis Christophe Rougier 1, Catherine Guigou-Carter 1 1 Université Paris-Est, Centre

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Institut Galilée INFO 1 : Yohan ROUSSET Stéphane FOURNIER INFOGRAPHIE Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Superviseur : R. MALGOUYRES Année 2008-2009 2 Table des matières I. Introduction... 4 II. Dessin

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil

Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil Modélisation et Optimisation de la Planification de Réseaux Sans Fil Thèse soutenue le 8 décembre 2008 par Alexandre GONDRAN Devant le Jury : M. Jean-Marie GORCE rapporteur Pr, INSA Lyon M. Olivier HUDRY

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

NET-EMC. NEtwork Tool for ElectroMagnetic Compatibility. Prédiction des Interférences EM dans les Systèmes Aéronautiques par la Méthode de Kron

NET-EMC. NEtwork Tool for ElectroMagnetic Compatibility. Prédiction des Interférences EM dans les Systèmes Aéronautiques par la Méthode de Kron NET-EMC NEtwork Tool for ElectroMagnetic Compatibility Prédiction des Interférences EM dans les Systèmes Aéronautiques par la Méthode de Kron PCB / Equipements / Systèmes NET-EMC 10/04/2013 1 PLAN Contexte

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose.

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. L. GUIGUES EDF/SEPTEN 12-14 avenue Dutriévoz 69628 Villeurbanne Cedex RESUME PANTHERE est un

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS Développez vos compétences! A travers une formation adaptée à vos besoins, Venez mettre à jour vos connaissances, découvrir ou redécouvrir nos produits! Que ce soit à Antony (région

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive

Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive Journées scientifiques CNFRS URSI Vers des radiocommunications reconfigurables et cognitives 28 et 29 mars 2006 Simulation déterministe du canal de propagation UWB et Radio Cognitive B. Uguen, F. Tchoffo

Plus en détail

Algorithmes de maillages quadrangulaires / hexaédriques

Algorithmes de maillages quadrangulaires / hexaédriques Algorithmes de maillages quadrangulaires / hexaédriques Les méthodes directes partent de la géométrie 3D uniquement Méthodes structurées Méthodes semi structurées Méthodes structurées dans une direction

Plus en détail

L élément essentiel pour une installation radio réussie reste la propagation optimisée des ondes radio.

L élément essentiel pour une installation radio réussie reste la propagation optimisée des ondes radio. Que vous ayez choisi de déployer des configurations radio en 868 ou 169 MHz, la méthodologie d installation des transmetteurs et des récepteurs reste identique. Nous rappelons que les résultats en terme

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Réduction des modèles numériques

Réduction des modèles numériques Réduction des modèles numériques Mickaël ABBAS EDF R&D Chef de Projet Méthodes Numériques Avancées Développeur Code_Aster 03 février 2014 Mines ParisTech Plan de la présentation Éléments de contexte industriel

Plus en détail

La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants

La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants Les différentes topologies possibles avec la méthode Chimère et ses différentes utilisations Les techniques Chimère de base Les contraintes sur

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Stéphane GIBOUT*, Erwin FRANQUET, Jean CASTAING-LASVIGNOTTES,

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir 25-05-2012

Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir 25-05-2012 Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir SImulation Multi-physique du BAtiment Validation des outils de simulation dynamique en physique du bâtiment : Principes

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics

Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics 1. Comparabilité de mesures réalisées avec différentes têtes artificielles HMS III Les mesures réalisées à l aide de

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

Elma m l a ki i Haj a a j r a Alla a Tao a uf u i f q B ur u kkad a i i Sal a ma m n a e n e Be B n e a n b a d b en e b n i b i Il I ham

Elma m l a ki i Haj a a j r a Alla a Tao a uf u i f q B ur u kkad a i i Sal a ma m n a e n e Be B n e a n b a d b en e b n i b i Il I ham Exposé: la technique de simulation MONTE-CARLO Présenté par : Elmalki Hajar Bourkkadi Salmane Alla Taoufiq Benabdenbi Ilham Encadré par : Prof. Mohamed El Merouani Le plan Introduction Définition Approche

Plus en détail

Analyse d images numériques en microscopie

Analyse d images numériques en microscopie Analyse d images numériques en microscopie Yves Usson Reconnaissance et Microscopie Quantitative, Laboratoire TIMC UMR5525 CNRS Institut d Ingénierie et d Information de Santé (IN3S), La Tronche Traitement

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Le 22 mars 2004. Le Comité a appliqué les principes qu il avait définis précédemment, à savoir :

Le 22 mars 2004. Le Comité a appliqué les principes qu il avait définis précédemment, à savoir : Avis du Comité d Experts concernant l autorisation des techniques RE-ADSL et ADSL2+ au répartiteur et sous-répartiteur dans le cadre de l accès à la sous-boucle locale de France Télécom Le 22 mars 2004

Plus en détail

8TRD147: Animation et images par ordinateur

8TRD147: Animation et images par ordinateur 8TRD147: Animation et images par ordinateur Simulation de fourrure Y. Chiricota Département d informatique et de mathématique Université du Québec à Chicoutimi / Certaines des illustrations de ce document

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

SPÉCIALITÉ Energie Electrique et Développement Durable (E2D2) UE-2 : Conversion énergie. Intitulé Volume horaire ECTS Intervenants Mode d évaluation

SPÉCIALITÉ Energie Electrique et Développement Durable (E2D2) UE-2 : Conversion énergie. Intitulé Volume horaire ECTS Intervenants Mode d évaluation PROGRAMME PEDAGOGIQUE MASTER RECHERCHE 2 ème année (M2R) DOMAINE SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE MENTION AUTOMATIQUE ET SYSTEMES ELECTRIQUES SPÉCIALITÉ Energie Electrique et Développement Durable (E2D2)

Plus en détail

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18 SOMMAIRE CHAPITRE 1 INTRODUCTION I Définition du projet et de la gestion de projets. 7 I.1 Définition du projet. 7 I.2 Définition de la gestion des projets. 10 I.3 Interaction formulation - résolution

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales

Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales Vendredi décembre 006 Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales Caractérisation articulatori-acoustique des mouvements du voile du palais

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Demartek Janvier 2007. Évaluation du logiciel Emulex HBAnyware. Introduction. Résumé de l évaluation

Demartek Janvier 2007. Évaluation du logiciel Emulex HBAnyware. Introduction. Résumé de l évaluation Demartek Évaluation du logiciel HBAnyware Rapport d évaluation préparé sous contrat avec Corporation Introduction Corporation a chargé Demartek d évaluer la facilité d installation et d utilisation de

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM Champs électromagnétiques : de la dosimétrie à la santé humaine Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM AMAL Ghanmi

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit

La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit La Décomposition de Domaine Appliquée à la réduction de bruit Cadre général : réduction du bruit extérieur Panorama des difficultés et enjeux Un cahier des charges? isabelle.terrasse@eads.net eric.duceau@eads.net

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Circuit Imprimé de Prototypage Breadboard PCB for Prototyping (BB-PCB)

Circuit Imprimé de Prototypage Breadboard PCB for Prototyping (BB-PCB) Description générale Grâce à sa compatibilité, ce produit de la grande famille INFINILAB MC est idéal comme plaque de montage pour un circuit électronique déjà optimisé sur plaque d expérimentation (breadboard)

Plus en détail

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media Visualisation de processus industriels par l image 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans les créations

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial Serge Smidtas Supelec Source de données L analyse commence lorsque les MicroArray ont été scannées. Des images, des logiciels (Genepix,

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail