RÈGLEMENT ANTICIPÉ POUR LES IGH TEXTE : ALAIN SARTRE PHOTOS & ILLUSTRATIONS : EPADESA PATHOLOGIE. Tour Phare : premier immeuble ITGH SÉCURITÉ INCENDIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENT ANTICIPÉ POUR LES IGH TEXTE : ALAIN SARTRE PHOTOS & ILLUSTRATIONS : EPADESA PATHOLOGIE. Tour Phare : premier immeuble ITGH SÉCURITÉ INCENDIE"

Transcription

1 PATHOLOGIE RÉGLEMENTATION Tour Phare : premier immeuble ITGH Conçu par l architecte américain Thomas Mayne (agence Morphosis), pour le compte de la société immobilière Unibail-Rodamco, le projet de la Tour Phare à La Défense est le premier à avoir été classé ITGH. Validé en réunion de la CCS de juillet 2010, le bâtiment d une hauteur de 276,33 m comprend 70 étages sur rez-de-dalle et 6 niveaux en sous-sol. À usage principal de bureaux, il développe une Shon de presque m 2. Implantée à proximité du Cnit, la tour est associée à trois autres immeubles. L opération comporte un bâtiment d un seul étage sur rez-de-dalle, dénommé «Pavillon», ainsi que deux bâtiments contigus de 13 et 26 étages, respectivement, le «Trapèze» et l immeuble «Est», situés sur les côtés ouest et est. L une des particularités architecturales du projet réside dans le fait que le hall principal se trouve au niveau R+9. Il est intégré dans un vaste volume intérieur, de forme et section variables, qui s élève sur une hauteur de 76 m jusqu au niveau R+28. L entrée s effectue à partir du bâtiment «Pavillon», par le biais d escaliers mécaniques. La tour est desservie par trois batteries d ascenseurs. La batterie basse (jusqu à R+29) comprend sept appareils double-pont d une vitesse de 3,5 m/s. La batterie moyenne (jusqu à R+47) rassemble sept appareils double-pont d une vitesse de 7 m/s. La batterie haute, quant à elle, est dotée de six appareils double-pont d une vitesse de 9 m/s. Photo Epadesa-Thom Mayne-Agence Morphosis Plus de 270 m et une forme étonnante pour le projet de la tour Phare de l architecte Thom Mayne. Photo Epadesa-J-M. Charles-Pixium La Défense accueille un grand nombre de projets de tours IGH et ITGH. Ici, une image virtuelle du futur visage du quartier si les opérations se réalisent. SÉCURITÉ INCENDIE RÈGLEMENT ANTICIPÉ POUR LES IGH TEXTE : ALAIN SARTRE PHOTOS & ILLUSTRATIONS : EPADESA Validée fin 2007 par la Commission centrale de sécurité, la future réglementation des Immeubles de grande hauteur (IGH) doit être prochainement officialisée par un arrêté interministériel. Toutefois, ses exigences sont expérimentées et mises en pratique depuis déjà environ deux ans. 50 QUALITÉ CONSTRUCTION N 127 JUILLET / AOÛT 2011

2 La notion d Immeuble de grande hauteur (IGH) est définie par le Code de la construction et de l habitation (CCH). Elle s attache à la différence d altitude entre, d une part, le sol utilisable par les engins des services publics de secours et de lutte contre l incendie, et d autre part, le plancher bas du dernier niveau. Un bâtiment d habitation est considéré comme IGH à partir d une hauteur de 50 m. Pour tous les autres usages, les règles de l IGH s appliquent dès que la hauteur dépasse 28 m. À noter: les contraintes de sécurité ne concernent pas les IGH faiblement occupés, dont la destination implique une présence inférieure à une personne par 100 m 2 de Surface hors œuvre nette (Shon) pour chaque niveau. Les exigences visent a priori tous les locaux situés en partie basse ou en sous-sol, ainsi que les corps de bâtiments contigus. Les parcs de stationnement peuvent y échapper, en dérogation, lorsqu ils répondent aux deux caractéristiques suivantes: ne comporter qu une seule communication intérieure et offrir des parois séparatives d une résistance coupe-feu de degré 4 heures ou REI 240. Par ailleurs, en prévision de l évolution de la réglementation, de nouvelles conditions d exception sont aujourd hui proposées pour les volumes situés en partie basse des IGH. Principes de protection Le CCH stipule que la construction d un IGH n est permise que sur des sites implantés à 3 km au plus d un centre principal des services publics de secours et de lutte contre l incendie. Cette distance peut toutefois être augmentée dans le cadre d une dérogation par arrêté préfectoral pris après avis de la commission consultative départementale de sécurité et d accessibilité. Le Code dresse la liste des principes qui soustendent les règles de sécurité. Premier objectif: vaincre le feu avant que son extension devienne dangereuse. Pour cela, l immeuble est divisé en compartiments dont les parois ne doivent pas permettre le passage du feu en moins de deux heures. Des dispositions appropriées empêchent la diffusion des fumées du compartiment sinistré aux autres parties de l immeuble. L usage des matériaux combustibles est limité et les éléments susceptibles de propager rapidement le feu sont interdits. Deuxième objectif: organiser et faciliter l évacuation des occupants. Il faut rendre accessible chaque compartiment par deux escaliers au moins, sauf dérogation; les communications sont sécurisées par des dispositifs de fermetures étanches avec élimination rapide des fumées. Si l usage des ascenseurs est interdit dans les compartiments atteints ou menacés par l incendie, il reste possible dans certaines conditions au niveau d accès des secours. En présence d un feu localisé, ne touchant que partiellement l immeuble, les ascenseurs et monte-charge doivent continuer à fonctionner pour le service des étages non sinistrés. Troisième objectif: prévoir des installations spécifiques de production électrique et d alarme, ainsi que des moyens de lutte contre le feu. Une ou plusieurs sources autonomes d électricité peuvent remédier à d éventuelles défaillances de l alimentation principale. Les systèmes d alarme et de lutte sont utiles à la fois aux occupants et aux services publics de secours. En outre, il faut aussi envisager la propagation possible d un incendie d origine extérieur. Pour l éviter, l IGH doit être inscrit et isolé dans un volume de protection. Un projet de règlement déjà appliqué Le décret n du 16 septembre 2009 a modifié les dispositions de sécurité relatives aux IGH, ainsi d ailleurs que les conditions d évacuation en vigueur dans les Établissements recevant du public (ERP). Applicable depuis le début 2010, ce texte introduit un nouveau classement des IGH. Comme le précise le tableau ci-dessous, la réglementation continue à établir une distinction entre les habitations (GHA), les hôtels (GHO), les locaux d enseignement (GHR) et d archives Classement modifié des IGH (projet du nouveau règlement de sécurité) Classe Immeubles concernés Articles GHA À usage d habitation d une hauteur à 50 m GHA 1 à 6 GHO À usage d hôtel d une hauteur à 28 m GHO 1 à 5 GHR À usage d enseignement d une hauteur à 28 m GHR 1 à 9 GHS À usage d archives d une hauteur à 28 m GHS (1) GHU À usage sanitaire d une hauteur à 28 m GHU 1 à 19 GHW 1 À usage de bureaux d une hauteur à 28 m et à 50 m GHW 1 à 5 GHW 2 À usage de bureaux d une hauteur à 50 m GHW 1 à 5 GHZ À usage d habitation et autres d une hauteur à 28 m et à 50 m GHZ (1) GHTC Tours de contrôle d une hauteur à 28 m GHTC (1) ITGH Immeubles de très grande hauteur d une hauteur à 200 m ITGH 1 à 8 Remarque : la hauteur désigne l écart entre le sol accessible aux engins des services publics de secours et le plancher bas du dernier niveau (1) Article unique JUILLET / AOÛT 2011 N 127 QUALITÉ CONSTRUCTION 51

3 PATHOLOGIE RÉGLEMENTATION Photo Epadesa-Studio AMD for Robert AM Stern Architects Photo Epadesa-J-P. Viguier Les techniques et règlements de construction permettent aujourd hui une plus grande créativité de conception. À gauche, la tour Carpe Diem (architecte Robert AM Stern), à droite la tour Majunga (architecte Jean-Paul Viguier). (1) La signature de l arrêté a déjà été plusieurs fois reportée pour diverses raisons; le dernier retard en date est expliqué par le remaniement ministériel de novembre (GHS), les établissements sanitaires (GHU) et les bureaux (GHW). Mais en plus, elle singularise deux nouvelles catégories de bâtiments : les tours de contrôle (GHTC) et les immeubles de très grande hauteur (ITGH). Ne rentrent dans cette dernière classe que les constructions dont la hauteur dépasse 200 m : il s agit toujours de l écart entre le niveau du sol accessible aux engins des services de secours et le plancher bas du dernier niveau. Officiellement, c est encore l arrêté du 18 octobre 1977 modifié qui définit les modalités de sécurité contre l incendie pour les immeubles de grande hauteur. Mais cette réglementation devenue obsolète est en voie d être remplacée par un nouveau texte. Lors d une réunion qui s est tenue en novembre 2007, la Commission centrale de sécurité (CCS) a validé un projet de règlement de sécurité pour la construction des IGH. Sauf corrections mineures dans la forme, il devrait être rendu d application obligatoire dans son état actuel de rédaction par la publication prochaine d un arrêté interministériel(1). D ailleurs, comme cela est précisé dans l encadré ci-contre, ces dispositions sont d ores et déjà mises en pratique par les professionnels et entérinées en CCS. À noter: cette future législation vise à assurer la sécurité des personnes contre les risques d incendie et de panique dans les IGH à construire. Comme dans le cas des précédentes versions, elle ne s appliquera pas au parc des immeubles existants, sauf en cas de transformations et aménagements des bâtiments, ou en cas de changements de destination des locaux. Très grande hauteur et tours de contrôle En complément et aggravation des dispositions générales aux IGH, le projet de nouveau règlement prévoit des mesures spécifiques pour les ITGH d une hauteur supérieure à 200 m. Les éléments porteurs des structures doivent être stables au feu de degré 3 heures ou R 180. Les gaines d escaliers sont recoupées tous les 100 mètres de hauteur environ. Chaque niveau de l ITGH dispose d un compartiment desservi par au moins trois ascenseurs prioritaires «pompiers». Deux appareils doivent être capables de desservir le niveau le plus élevé dans un temps maximal de 60 secondes depuis le sol d accès des secours. Le troisième, d une capacité de 2500 kg, peut offrir le même service dans un temps maximum de 120 secondes. Il faut installer un local de gestion d intervention, contigu au Poste central de sécurité incendie (PCS), pour permettre aux services publics de secours d organiser et de gérer les moyens mis en œuvre en cas d incendie. D une surface minimale de 150 m 2, il doit disposer d un moyen de Officiellement, c est encore l arrêté du 18 octobre 1977 modifié qui définit les modalités de sécurité contre l incendie pour les immeubles de grande hauteur. Mais cette réglementation devenue obsolète est en voie d être remplacée par un nouveau texte 52 QUALITÉ CONSTRUCTION N 127 JUILLET / AOÛT 2011

4 Photo Epadesa-L Autre Image Image virtuelle d une partie de La Défense, avec intégration de plusieurs projets de tours ITGH : tour «ovoïde» D2 et tour Air 2 à gauche, tour Carpe Diem et tour Majunga au milieu. HUIT PROJETS VALIDÉS PAR ANTICIPATION «Bien que son application ne soit pas encore obligatoire, le nouveau texte est d ores et déjà utilisé pour concevoir la sécurité des IGH», constate Jean-Paul Henry, du pôle Sécurité Incendie- Accessibilité de la direction des techniques et des méthodes de Socotec. Pour autant, il ne faut pas croire que les nouveaux bâtiments s inscrivent parfaitement dans les dispositions de la future réglementation. D ailleurs, plusieurs membres de la CCS ont déploré que l examen des dossiers IGH «laisse apparaître un nombre très important de dérogations à une réglementation très jeune, appliquée par anticipation et non encore publiée», comme cela a été précisé dans un avis publié sur le site Internet de la Direction de la sécurité civile «Cela s explique par la très grande imagination des architectes qui proposent des projets aussi innovants que riches et variés», indique Jean-Paul Henry. La législation ne pourra jamais tout prévoir et organiser! Exemple d une rédaction de dérogation, extraite des avis donnés en Commission centrale de sécurité: «Dérogation n 1: il est demandé d appliquer les dispositions prévues dans le futur règlement de sécurité concernant les IGH, approuvé par la Commission centrale de sécurité le 8 novembre 2007, qui n est pas encore publié officiellement, plutôt que celles du règlement actuellement applicables mais obsolètes. Avis de la souscommission départementale: la souscommission émet un avis favorable à cette demande. Le futur texte est en effet adapté aux nouvelles technologies et plus précis sur la gestion des équipements techniques liés à la mise en sécurité des immeubles de grande hauteur.» À ce jour, au moins huit projets ont fait l objet d une telle dérogation. Ils sont ci-dessous référencés en fonction des dates des réunions de la CCS au cours desquelles les dossiers ont été validés. À noter: six d entre eux concernent le quartier de La Défense aux portes de Paris. Réunion du 3 mars 2011: dérogation accordée au projet de construction des deux ITGH de l opération Hermitage Plaza Sud et Est à Courbevoie (92): hauteur de 323 m pour 90 niveaux au-dessus de la dalle de La Défense. Réunion du 7 octobre 2010: dérogation accordée au projet de construction de la tour de contrôle de l aéroport de Chateauroux-Déols (36): hauteur de 39 m pour 203 m 2 de surface Shon. Réunion du 1 er juillet 2010: dérogation accordée au projet de réhabilitation du hall de la tour IGH Coupole à Courbevoie-La Défense (92); dérogation accordée au projet de construction de la tour ITGH Phare à Puteaux-La Défense (92): hauteur de 276,33 m pour m 2 de surface Shon. Réunion du 3 juin 2010: dérogation accordée au projet de construction de la tour IGH Majunga à Puteaux-La Défense (92): hauteur de 182,95 m pour m 2 de surface Shon. Réunion du 9 octobre 2009: dérogation accordée au projet de construction de la tour IGH D2 à Courbevoie-La Défense (92): hauteur d environ 171 m, pour 37 niveaux sur rez-de-chaussée et 3 niveaux en infrastructure. Réunion du 5 février 2009: dérogation accordée au projet de construction de la tour IGH Carpe Diem à Courbevoie-La Défense (92): hauteur de 154 m environ pour m 2 de surface Shon. Réunion du 6 novembre 2008: dérogation accordée au projet de construction de la tour IGH AVA à Courbevoie-La Défense (92): hauteur de 133,60 m pour 35 niveaux en superstructure. JUILLET / AOÛT 2011 N 127 QUALITÉ CONSTRUCTION 53

5 PATHOLOGIE RÉGLEMENTATION Photo Epadesa-Foster and Partners 1 liaison direct avec le PCS et d une liaison téléphonique urbaine fixe. Un local identique, appelé local de sécurité incendie avancé, est en plus implanté à un niveau situé sensiblement aux deux tiers de la hauteur de l ITGH. La future réglementation intègre en annexe un «Cahier des charges relatif à la prévention incendie dans les tours de contrôle destinées à la navigation aérienne». Cet appendice vise uniquement les bâtiments «non occupés en leur fût par des locaux autres que directement liés au fonctionnement de la tour de contrôle» destinés à recevoir un effectif inférieur ou égal à 19 personnes. Il définit des principes et exigences de conception destinés à assurer la sauvegarde des occupants et du voisinage, ainsi que la sécurité de la navigation aérienne. Le fût de la tour doit être recoupé par des planchers coupe-feu 2 heures (EI 120 ou REI 120) formant des compartiments d une hauteur inférieure à 11 mètres, avec des planchers intermédiaires coupe-feu 1 heure tous les 6 mètres maximum (EI 60 ou REI 60). Une méthode de calcul de la charge calorifique Le projet de nouveau règlement comprend en annexe une «Instruction technique relative à l évaluation de la charge calorifique dans les immeubles de grande hauteur». Objectif: déterminer la charge calorifique des éléments mobiliers et d aménagement des parties privatives ou communes, afin de pouvoir la comparer aux seuils maximums admis. L évaluation prend en compte les revêtements, faux-planchers, cloisons mobiles, faux-plafonds Elle exclut les éléments soit de catégorie M0, soit classés A1 ou A2 en réaction au feu. À noter : l impact des matériaux incorporés dans la construction des immeubles est comptabilisé et limité par ailleurs. La charge calorifique est mesurée en mégajoules (MJ), à partir du pouvoir calorifique des matériaux combustibles qui s exprime en MJ par kg ou m 3. L inventaire précise la méthode de calcul et fournit une liste de valeurs types. Bien sûr, l estimation peut reposer sur des justificatifs fournis par les fabricants des produits référencés. Le contrôle de la charge calorifique du mobilier et des composants d aménagement fait partie des opérations de vérification périodique exigées par la réglementation. Elle s impose tous les cinq ans. Par ailleurs, tous les six mois, il faut valider le fonctionnement des ascenseurs équipés de dispositifs d appel prioritaire. Tous les ans, il est demandé de contrôler les équipements techniques : autres ascenseurs, installations électriques et d éclairage des parties communes, systèmes de sécurité incendie, exutoires de désenfumage, moyens d extinction, etc. 54 QUALITÉ CONSTRUCTION N 127 JUILLET / AOÛT 2011

6 L article R122-2 du CCH admet aujourd hui que les volumes situés en partie basse d un IGH puissent ne pas être considérés comme partie intégrante de l immeuble Photo Epadesa-Foster and Partners 2 1 & 2 Projet Hermitage Plaza (architecte Norman Foster) : deux tours jumelles de plus de 323 m, à usage principal d habitation avec ERP et bureaux en partie basse. Le futur règlement est complété par un «Appendice relatif aux rapports de vérifications techniques». Trois documents sont définis: les Rapports de vérifications réglementaires après travaux (RVRAT), en exploitation (RVRE), ou encore sur mise en demeure de la commission de sécurité (RVRMD). Dans un RVRAT, les avis suivants sont délivrés: conforme (C), non conforme (NC), sans objet (SO), hors mission (HM) et pour mémoire (PM). Dans un RVRE, l avis est satisfaisant (S), non satisfaisant (NS) ou non vérifié (NV). Possibilité d ERP en partie basse d un IGH Le projet de nouveau règlement prévoit le classement d un IGH qui abrite des activités différentes. La classe attribuée correspond à l usage principal de l immeuble, avec mention des autres usages. Outre les dispositions générales, il faut appliquer à chaque zone d activité des dispositions particulières. La coordination des prescriptions fait l objet d un document soumis à l avis de la commission de sécurité. L article R122-2 du CCH admet aujourd hui que les volumes situés en partie basse d un IGH puissent ne pas être considérés comme partie intégrante de l immeuble. Pour cela, ils doivent répondent à certaines conditions d indépendance et respecter un ensemble de mesures de sécurité. Ces volumes peuvent ainsi comporter des ERP aménagés sur trois niveaux consécutifs si l un de ces niveaux permet l accès direct des engins de secours et de lutte contre l incendie. Toute communication directe ou indirecte avec l IGH est alors interdite. Si les locaux ne sont pas classés ERP, une communication unique est autorisée. Pour être considérées comme indépendantes, les parties basses sont isolées par des parois et planchers coupe-feu de degré 3 heures ou REI 180. Les éléments porteurs sont stables au feu de degré 3 heures ou R 180. Des préconisations visent à éviter la propagation verticale du feu en façade. Si les pieds d immeubles débordent sur une surface plus importante que l emprise de la tour, la toiture de ces volumes est stable au feu et pare-flamme de degré 2 heures ou RE 120 jusqu à une distance horizontale de 8 mètres. S ils sont inscrits dans le même plan vertical que les façades de la tour, la distance de paroi pleine entre ouvertures superposées (le fameux «C+D» des spécialistes de la sécurité incendie) est supérieure à 1,50 m. Soulignons enfin que la future réglementation comprend une «Instruction technique relative au désenfumage dans les immeubles de grande hauteur». Il est spécifié que les circulations horizontales communes et les locaux collectifs d une superficie supérieure à 300 m 2 doivent être désenfumés. JUILLET / AOÛT 2011 N 127 QUALITÉ CONSTRUCTION 55

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH)

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) Roger Cadiergues MémoCad nr11.a LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) SOMMAIRE nr11.1. Les définitions nr11.2. Les obligations nr11.3. Extraits de textes officiels La loi du 11 mars 1957 n autorisant,

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié)

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente notice descriptive (article R.123-22 du

Plus en détail

Un guide pratique sur les règles de la sécurité incendie à l usage du menuisier-agenceur

Un guide pratique sur les règles de la sécurité incendie à l usage du menuisier-agenceur Un guide pratique sur les règles de la sécurité incendie à l usage du menuisier-agenceur S il est un sinistre du bâtiment qui marque particulièrement les esprits, c est l incendie. Au-delà de l impact

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

BLOC OPERATOIRE. sécurité incendie. Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins

BLOC OPERATOIRE. sécurité incendie. Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins BLOC OPERATOIRE sécurité incendie Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins REGLEMENT DE SECURITE CONTRE L INCENDIE Etablissements

Plus en détail

Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations

Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations Service des Affaires Techniques et Professionnelles UNA Charpente Menuiserie Agencement Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp)

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression

Plus en détail

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes Luxembourg, mars 2009 Le présent document a été établi par le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg et la Commission de Sécurité, de Prévention et de Prévision Incendie de la «Fédération

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40 NOTICE DE SECURITE 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD Notice de sécurité établie avec M. FOURMONT Bureau de contrôle VERITAS PC 40 SOMMAIRE 1. GENERALITES 2. DESCRIPTION DU PROJET

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public Préambule : à l'attention des rédacteurs Cette notice descriptive concernant toutes les catégories a été élaborée à votre intention,

Plus en détail

CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE

CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE PROTECTION CONTRE LES RISQUES D INCENDIE ET DE PANIQUE dans les Etablissements Recevant du Public Nota : Conformément à l article R 123.22 du CCH et GE2 1 du règlement

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SSIAP3. 3. Donnez les caractéristiques d'une voie utilisée par les engins de secours (voie engins)

QUESTIONNAIRE SSIAP3. 3. Donnez les caractéristiques d'une voie utilisée par les engins de secours (voie engins) QUESTIONNAIRE SSIAP3 1. Quels sont les textes de base, sur lesquels se fondent la protection contre les risques d'incendie et de panique dans les E R P? 2. Donnez la définition d un ERP? 3. Donnez les

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 10 2013 OBJET. Un arrêté précise les caractéristiques des détecteurs de fumée obligatoires dans tous

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 10 2013 OBJET. Un arrêté précise les caractéristiques des détecteurs de fumée obligatoires dans tous INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 10 2013 RUBRIQUE Réglementation Arrêté du 5 février 2013 NOR : ETLL1126574A Journal officiel du 14 mars 2013 OBJET Un arrêté précise les caractéristiques des détecteurs

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1513.1 Prescriptions

Plus en détail

Annexe Titre premier. G.H. Mesures générales communes à toutes les classes d immeubles de grande hauteur

Annexe Titre premier. G.H. Mesures générales communes à toutes les classes d immeubles de grande hauteur Arrêté interministériel n 3222 M.INT-PC du 30 mars 1976 portant règlement de sécurité pour la construction des immeubles de grande hauteur et leur protection contre les risques d incendie et de panique

Plus en détail

Conséquences de la loi handicap 2005 sur le règlement de sécurité ERP

Conséquences de la loi handicap 2005 sur le règlement de sécurité ERP Conséquences de la loi handicap 2005 sur le règlement de sécurité ERP Evacuation des personnes en situation de handicap Le contexte Les modifications réglementaires: Les modifications du CCH La modification

Plus en détail

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015)

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) Deux textes réglementaires datés du 24 décembre 2015 viennent de modifier

Plus en détail

Réglementation ERP et IGH

Réglementation ERP et IGH PENSE Bête : Réglementation ERP et IGH Réalisé par Alexandre MOREAU 01.69.45.73.06 06.99.44.60.36 Mail : securiteincendie.idf@gmail.com Site : securiteincendie-idf.com A) DEFINITION : (R 123.2) 1 ) Définition

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP

PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP b PREVENTION DES RISQUES DANS LES ERP Définitioniti Définition d un ERP : Etablissement Recevant du Public (définition du Code de la Construction et de l Habitation : Art.123-2) «L ensemble des constructions

Plus en détail

L annexe 6: mode d emploi

L annexe 6: mode d emploi Les Normes de Base constituent une série d arrêtés royaux successifs qui définissent les exigences en matière de sécurité incendie applicables aux bâtiments nouveaux et aux extensions de bâtiments existants.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Protection incendie RÉGLEMENTATION 1 - LA RÉACTION AU FEU DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Protection incendie RÉGLEMENTATION 1 - LA RÉACTION AU FEU DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION RÉGLEMENTATION Protection incendie EnFrance,chaqueannée,près de 320 000 incendies se déclarent,dont880000de bâtimentsd habitation,7000d établissementsrecevantdupublicet5000d entrepôts etdelocauxindustriels.

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

Étude de code Règlementation 2

Étude de code Règlementation 2 Dans le cadre du cours Re glementation 2 Remis a : S. Denis Bergeron Par : Michel Asselin Kevin Pedneault Tommy Ve zina Date de la remise : 28 novembre 2012 1 Table des matières Contenu Introduction...

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la Modèle 2010-V1 PRÉFECTURE DE L'YONNE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE SÉCURITÉ

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 5 février 2013 relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l habitation

ARRETE Arrêté du 5 février 2013 relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l habitation Le 26 janvier 2015 ARRETE Arrêté du 5 février 2013 relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l habitation NOR: ETLL1126574A Version consolidée au 26 janvier

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

Notice de sécurité. Etablissements recevant du public de 5 ème catégorie Sans locaux à sommeil

Notice de sécurité. Etablissements recevant du public de 5 ème catégorie Sans locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5 ème catégorie Sans locaux à sommeil L'article R 123-14 du Code de la Construction et de l'habitation stipule que: " les établissements, dans lesquels

Plus en détail

Etude de dossier. Date de l étude : Nom de l établissement : Adresse : Exploitant ou maître de l ouvrage : Maître d œuvre ou architecte :

Etude de dossier. Date de l étude : Nom de l établissement : Adresse : Exploitant ou maître de l ouvrage : Maître d œuvre ou architecte : Etude de dossier Date de l étude : Nom de l établissement : Adresse : Exploitant ou maître de l ouvrage : Maître d œuvre ou architecte : Organisme de contrôle : Objet de la demande Construction d un gymnase

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements d hébergement

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements d hébergement GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de

Plus en détail

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I 12/11/2010 REGLEMENTATION INCENDIE Documents de référence ANNEXE 1 les principaux textes à la base de la règlementation contre l incendie Les principaux

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE Révision : 3 Date : JUIN 2010 BETOM ingénierie Notice de Sécurité Page 2/9 S O M M A I R E 1.

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

1er janvier 2015. Le principes de la loi du 11 février 2005

1er janvier 2015. Le principes de la loi du 11 février 2005 ACCESSIBILITÉ CHRD Le principes de la loi du 11 février 2005 La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous». Les entreprises commerciales et artisanales qui reçoivent du public

Plus en détail

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics.

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. Fiche Prévention SECURITE INCENDIE La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. La sécurité incendie est régie par de nombreuses réglementations

Plus en détail

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1)

Les établissements d une superficie supérieure ou égale à 16 m² mais inférieure à 50 m² Font l objet d une déclaration ( 3 de l'article CTS 1) Aix-en-Provence Ville Thermale et Climatique PhF 17/05/2013 Service de la Réglementation et de la Police Administrative Hôtel de Ville - 13616 Aix-en-Provence Tél : 04.42.91.93.44 Fax : 04.42.91.94.16@mairie-aixenprovence.fr

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE. Recommandations sur les moyens de. sauvetage et de lutte contre l incendie. des hélicoptères à mettre en œuvre

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE. Recommandations sur les moyens de. sauvetage et de lutte contre l incendie. des hélicoptères à mettre en œuvre MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, ET DE L ENERGIE Direction générale de l aviation civile Direction de la sécurité de l'aviation civile Direction aéroports et navigation aérienne NOTE

Plus en détail

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur]

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur] CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION LIVRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES TITRE II - Sécurité et protection contre l'incendie Chapitre 2 Disposition de sécurité relative aux immeubles de grande hauteur

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2003-2083 Date : 03 NOVEMBRE 2003

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2003-2083 Date : 03 NOVEMBRE 2003 - 1 - MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-direction de l'administration de la Communauté Educative

Plus en détail

Gaines techniques verticales Placostil

Gaines techniques verticales Placostil 01 Cloisons sur ossature métallique Placostil Gaines techniques verticales Placostil Description Les gaines techniques verticales peuvent être réalisées avec les mêmes produits et systèmes Placo que ceux

Plus en détail

Délibération n 315 du 30 août 2013. relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public

Délibération n 315 du 30 août 2013. relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public Historique : Créée par : relative à la protection contre les risques d incendie et de panique

Plus en détail

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP)

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP) Ville de Saint Jacques de la Lande Direction de l Aménagement Urbain 11, rue des 25 Fusillés CS 20732 35207 Rennes Cedex 2 Tél. : 02-99-29-75-54 Fax : 02-99-31-21-06 Manifestations et utilisations exceptionnelles

Plus en détail

Annexe 9 : Accessibilité des bâtiments d'habitation collectifs existants SOMMAIRE

Annexe 9 : Accessibilité des bâtiments d'habitation collectifs existants SOMMAIRE Annexes à la circulaire interministérielle (NOR : LOGU0907226C) relative à l accessibilité des bâtiments d'habitation collectifs existants, et des établissements recevant du public et installations ouvertes

Plus en détail

Demande d autorisation de construire, d aménager. Non 1/4 N 13824*03. N de l autorisation

Demande d autorisation de construire, d aménager. Non 1/4 N 13824*03. N de l autorisation MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager Non 1/4 N 13824*03 Cadre 4 du code de la construction et de l habitation Cadre 6 informations nécessaires à l instruction

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

*** 3-1: Application du paragraphe 2 de l'article AM 8 : produits d'isolation ne répondant pas aux prescriptions du paragraphe 1 de cet article.

*** 3-1: Application du paragraphe 2 de l'article AM 8 : produits d'isolation ne répondant pas aux prescriptions du paragraphe 1 de cet article. DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante Paris le DDSC/SDGR/DDSC6/BN/N Affaire suivie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

Rapport Initial de Contrôle Technique

Rapport Initial de Contrôle Technique Flandres/Côte d'opale Parc d'activité de l'etoile Rond-Point de la porte de Lille 59760 GRANDE SYNTHE Tél:03.28.25.92.00 Fax:03.28.25.92.19 Mél:olivier.quenehen@fr.bureauveritas.com N. Réf. : /RICT/0 V.

Plus en détail

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26 JORF n 0252 du 29 octobre 2011 Texte n 26 ARRETE Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d incendie et

Plus en détail

Circulaire du 20 avril 2009 relative à l accessibilité des bâtiments d habitation collectifs existants,

Circulaire du 20 avril 2009 relative à l accessibilité des bâtiments d habitation collectifs existants, Logement-ville Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Circulaire du 20 avril 2009 relative à l accessibilité des bâtiments d habitation collectifs existants, et des établissements recevant

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5ème catégorie sans fonction sommeil

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5ème catégorie sans fonction sommeil NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5ème catégorie sans fonction sommeil 1 / 11 A. PROCEDURE L article L.111-8 du code de la construction et de l'habitation pose le principe d une vérification du respect

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE des ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE des ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CADRE RESERVE A L ADMINISTRATION Date de début possible des travaux A T R Date de dépôt Département Commune Année N dossier DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE

Plus en détail

La sécurité incendie dans les petits hôtels

La sécurité incendie dans les petits hôtels La sécurité incendie dans les petits hôtels Collection Entreprises Tourisme et CHR, Janvier 2014 Janvier 2014 Sommaire Introduction 3 Mise en sécurité des petits hôtels existants au 4 août 2006 4 Mesures

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT Code de la Santé Publique (Articles R1334-14 à R1334-29 et R1336-2 à R1336-5) Exposition à l amiante dans les immeubles bâtis (Décret n 2003-462 du 21 mai 2003 modifié par les décrets n 2004-802 du 29

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D'INCENDIE ET DE SECOURS DU MORBIHAN NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire

Plus en détail

- Le Diagnostic accessibilité. - L atténuation des règles - Les dérogations

- Le Diagnostic accessibilité. - L atténuation des règles - Les dérogations ERP EXISTANTS - Le Diagnostic accessibilité - L atténuation des règles - Les dérogations Echéancier de mise en accessibilité pour les ERP et IOP existantes Avant 2015, en cas de travaux : Les parties crées

Plus en détail

PLAN DE QUARTIER. «Bussigny centre»

PLAN DE QUARTIER. «Bussigny centre» PLAN DE QUARTIER «Bussigny centre» REGLEMENT CHAPITRE I PERIMETRE DU PLAN DE QUARTIER 1. Le plan de quartier régi par le présent règlement s applique aux parcelles nos 391 394, 1641 1784 et 1785 1632 délimitées

Plus en détail

LES SURFACES ET HAUTEURS UTILISÉES PAR CLIMAWIN

LES SURFACES ET HAUTEURS UTILISÉES PAR CLIMAWIN LES SURFACES ET HAUTEURS UTILISÉES PAR CLIMAWIN Document mis à jour le 23 mai 2016 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 Fax : 04.73.34.10.03 sav@bbs-slama.com www.bbs-slama.com SOMMAIRE 1. Les

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.2 Prescriptions

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES CHAPITRE 1 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE Nh CARACTERISTIQUES GENERALES La zone Nh est une zone rurale comportant des constructions. Toute nouvelle

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE Public 10 stagiaires maximum Durée totale indicative 216 heures Hors examen et temps de déplacement Pré requis Respect des dispositions de l article 6 1 de l arrêté du 02 Mai 2005 dont par exemple : Diplôme

Plus en détail

La sécurité et l'accueil du public

La sécurité et l'accueil du public Guide technique : Organisateur > Sécurité et accueil du public > Sécurité et accueil du public La sécurité et l'accueil du public L'accueil de spectateurs, à titre onéreux ou gracieux, engage la responsabilité

Plus en détail

Les Ad AP Agenda d Accessibilité Programmée Dispositions réglementaires

Les Ad AP Agenda d Accessibilité Programmée Dispositions réglementaires Agenda d Accessibilité Programmée Dispositions réglementaires Définition de l Agenda d accessibilité Programmée L'échéance du 1er janvier 2015 pour la mise en accessibilité des ERP existants ne pouvant

Plus en détail

GRTgaz. Présentation Alpes-Maritimes 28 avril 2016

GRTgaz. Présentation Alpes-Maritimes 28 avril 2016 GRTgaz Présentation Alpes-Maritimes 28 avril 2016 1 26 avril 2016 Infrastructureset organisation de GRT gaz : Filiale de ENGIE et de la société d Infrastructure gazières (Cdc), GRTgaz est le principal

Plus en détail

Deuxième partie - LA DÉLIMITATION DES LOTS PRIVATIFS -

Deuxième partie - LA DÉLIMITATION DES LOTS PRIVATIFS - Deuxième partie - LA DÉLIMITATION DES LOTS PRIVATIFS - En 17 pages Cadastre vertical Recommandations - 2 e partie : La délimitation des lots privatifs - 1 2. LA DÉLIMITATION DES LOTS PRIVATIFS 2/17 2.1.

Plus en détail

D une manière générale maintenir libres les circulations intérieures au bâtiment.

D une manière générale maintenir libres les circulations intérieures au bâtiment. G3-Doc1 Mesures de prévention contre le risque incendie et panique à mettre en œuvre durant le déroulement d une manifestation exceptionnelle et à préciser dans la notice de sécurité 01.09.2010 Les bâtiments

Plus en détail

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité Coefficient d occupation des sols (loi ALUR n 2014-366 du 24 mars 2014) Le coefficient d occupation des sols (COS) est supprimé dans les communes disposant

Plus en détail

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Version 2015-1 Sommaire Préambule Page 3 Renseignements principaux Page 4 Renseignements nécessaires à la bonne compréhension du

Plus en détail

Article 5 U B : Caractéristiques des terrains Non réglementé

Article 5 U B : Caractéristiques des terrains Non réglementé 13 Eaux pluviales En cas d un dimensionnement insuffisant du réseau en place, des aménagements nécessaires à l écoulement des eaux pluviales et visant à la limitation des débits évacués de la propriété

Plus en détail

Sécurité. Vitrage de sécurité

Sécurité. Vitrage de sécurité Vitrage de sécurité Un vitrage est dit de sécurité lorsque sa technique de fabrication ou son assemblage permet de réduire la probabilité de sinistre par choc, par déformation ou par incendie. Un vitrage

Plus en détail

Relevé des Avis de la réunion du 5 avril 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité ****************

Relevé des Avis de la réunion du 5 avril 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité **************** DIRECTION GENERALE DE LA SECURITE CIVILE ET DE LA GESTION DES CRISES DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS Sous-direction des services d incendie et des acteurs du secours Bureau de la Réglementation Incendie

Plus en détail

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite Arrêté n 07-1679 du 22 mai 2007 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA CHARENTE-MARITIME relatif à la lutte contre le bruit Santé-Environnement Le Préfet de la Charente-Maritime

Plus en détail

AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA)

AMIANTE Le Dossier Technique Amiante (DTA) dossier dossier dossier dossier dossier JUIN 2006 AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA) dossier Rédigé par : Nicolas PICHARD CRCI Champagne-Ardenne Tél. 03 26 69 46 26 Fax 03 26 69 33 69 Mail pichard@champagne-ardenne.cci.fr

Plus en détail

18 BATIMENT TP PHYSIQUE

18 BATIMENT TP PHYSIQUE PHOTO SITE 8 BATIMENT TP PHYSIQUE LOT N SECURITE INCENDIE Date Etabli par QUALICONSULT Etabli par COPLAN 6/5/ x Marché M9-9 Pascal MASSACRIER y ref QC ref COPLAN z 64-6933 88- Indice Bâtiment n : 8 Diffusion

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé?

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Oui, il est autorisé sous conditions. Néanmoins, un cheminement en dehors

Plus en détail

NOR: IOCE1117012A. Version consolidée au 9 novembre 2012

NOR: IOCE1117012A. Version consolidée au 9 novembre 2012 Le 9 novembre 2012 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2011 portant règlement de sécurité pour la construction des immeubles de grande hauteur et leur protection contre les risques d incendie et de panique NOR:

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Une nouvelle approche de la prévention pour les établissements atypiques recevant du public

Une nouvelle approche de la prévention pour les établissements atypiques recevant du public Une nouvelle approche de la prévention pour les établissements atypiques recevant du public Soutenance de mémoire 16 décembre 2008 Stage PRV3 Lieutenant-colonel Alex MAIRE (BSPP) Commandant Christophe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 11 décembre 2014 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de

Plus en détail

Référentiel pour le DIRECTEUR D ECOLE. Conformément à la réglementation en vigueur

Référentiel pour le DIRECTEUR D ECOLE. Conformément à la réglementation en vigueur Inspection Hygiène et Sécurité Christian PEYMAUD Bâtiment Gergovia Bureau 101 Rectorat 3, avenue Vercingétorix 63033 Clermont-Ferrand Cedex 1 : 04 73 99 34 17 Fax: 04 73 99 34 71 : Christian.Peymaud@ac-clermont.fr

Plus en détail

Relevé des Avis de la réunion du 3 mars 2011 des sous-commission ERP et IGH de la Commission Centrale de Sécurité ****************

Relevé des Avis de la réunion du 3 mars 2011 des sous-commission ERP et IGH de la Commission Centrale de Sécurité **************** DIRECTION DE LA SECURITE CIVILE SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques de la Vie courante DSC/SDGR/BRIRVC Affaire suivie par : Béatrice TAMIMOUNT Tel

Plus en détail

Dans une période où les

Dans une période où les ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 OCTOBRE 2013 FICHE PRATIQUE TECHNIQUE 47 Réglementation ICPE Désenfumage des ICPE : quelles règles pour les étancheurs? Les ICPE doivent se conformer à des règles spécifiques pour le

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail