ASSIGNATION devant le Tribunal de Grande Instance de BOBIGNY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSIGNATION devant le Tribunal de Grande Instance de BOBIGNY"

Transcription

1 ASSIGNATION devant le Tribunal de Grande Instance de BOBIGNY L AN DEUX MILLE DIX ET LE A la demande de : 1 ) Syndicat des copropriétaires de l immeuble dénommé «Résidence LES ORMES» sis au 6-12, Avenue Jean MOULIN et 13 rue des Ormes, MONTREUIL pris en la personne de son syndic, le cabinet ABD Gestion, dénomination commerciale SYNDIC BENARD DUMESNIL, ayant son siège social 7 Villa Gagliardini à Paris 75020, RCS PARIS , lui-même représenté par son gérant en exercice, domicilié audit siège social. 2 ) ayant : Maître Bernard GALDIN-GASTAUD, Avocat au Barreau de Paris 188 rue de Rivoli Paris Tél : Fax : Vestiaire C Pour Avocat constitué, élisant domicile en son cabinet 1

2 Maître huissier de Justice demeurant A L HONNEUR D INFORMER La société d économie mixte de MONTREUIL (SEMIMO), RCS Bobigny, n , dont le siège social est Mairie de Montreuil Montreuil, prise en la personne de ses représentants légaux. En sa qualité de venderesse de l immeuble en copropriété visé ci-dessus, qu un procès lui est intenté, pour les raisons ci-après exposées, devant le Tribunal de Grande Instance de BOBIGNY, 173 avenue Paul Vaillant Couturier BOBIGNY. Que dans un délai de quinze jours à compter de la date du présent acte, conformément aux articles 56, 752 et 755 du Code de Procédure Civile, il sont tenus de constituer Avocat pour être représentés devant ce Tribunal. Qu à défaut ils s exposent à ce qu un jugement soit rendu à leur encontre sur les seuls éléments fournis par leur adversaire. Que les pièces sur lesquelles la demande est fondée sont indiquées en fin d acte. 2

3 OBJET DE LA DEMANDE Un affaissement de terrain a eu lieu le 7 novembre 2005 à l extrémité Nord Est du parking aérien de la Résidence des Ormes située au 6/12 rue Jean Moulin à Montreuil. Le Cabinet ARUA, architecte de la copropriété, émet l hypothèse d un fontis. Un périmètre de sécurité est délimité sur place. La société TECHNOSOL, consultée, émet l hypothèse que l affaissement semble correspondre à une remontée de fontis depuis une carrière souterraine d exploitation du gypse, non ou partiellement remblayée. TECHNOSOL émet son premier rapport d intervention après une campagne de sondages, le 8 décembre Celui-ci confirme que : - l effondrement qui s est produit au droit des parkings est bien un fontis consécutif à l effondrement du toit de la carrière d exploitation de la deuxième masse du gypse. - l ensemble du parking aérien, voisin du bâtiment d habitation, est situé sur des carrières souterraines de la deuxième masse de gypse. - les deux bâtiments d habitation de la Résidence sont, en ce qui les concerne, fondés sur pieux ancrés dans le calcaire de Saint Ouen exploité sur des carrières à ciel ouvert. - Le site présente des risques significatifs d effondrement comme celui observé voire de plus grande amplitude. 3

4 Le parking aérien a été évacué. Une nouvelle campagne de sondages a été réalisée le 12 janvier Le nouveau rapport TECHNOSOL du 6 février 2006 a confirmé les résultats du premier, à savoir que le site présentait des risques significatifs d effondrement comme celui observé voire de plus grande amplitude. Le coût estimatif des travaux fourni par TECHNOSOL avoisine alors euros HT. En raison des risques graves encourus par les usagers du parking de l immeuble en copropriété et du coût significatif prévisionnel des travaux confortatifs envisagés, le syndicat des copropriétaires avait le plus grand intérêt à voir diligenter une mesure d expertise permettant d établir les conditions dans lesquelles a été délivrée l autorisation de construire l immeuble et ses parkings sur le site des anciennes carrières de gypse, les prescriptions ayant pu être formulées, leur mise en œuvre, les responsabilités éventuellement encourues. Aux termes d une ordonnance de référé du Président du Tribunal Administratif de CERGY- PONTOISE en date du 5 juillet 2006, Monsieur Pierre CAUQUIL, ingénieur en Génie Civil, a été désigné en qualité d expert avec mission d usage. Son rapport a été déposé le 23 mai Les termes essentiels de ce rapport, contenus au chapitre E4, page 52, intitulé LES ELEMENTS PERMETTANT DE DEFINIR LES RESPONSABILITES, autorisent le syndicat des copropriétaires requérant à introduire contre la SEMIMO, leur venderesse, maître d ouvrage, une action en réparation du préjudice subi sur le fondement de la responsabilité contractuelle pour dol. Il apparaît en effet à la lecture de ce rapport que le désordre subi par la copropriété n a été rendu possible qu en raison de manquements caractérisés aux règles de sécurité les plus élémentaires lors de la réalisation de l ouvrage, constitutifs d une «violation délibérée et consciente de ses 4

5 obligations contractuelles» par la SEMIMO, selon les termes les plus récents de cette qualification par la Cour de Cassation. On sait que dans cette hypothèse, et conformément à la jurisprudence en la matière, les constructeurs perdent le bénéfice des prescriptions abrégées et peuvent voir leur responsabilité engagée au-delà du délai décennal des articles 1792 et suivants du Code civil et de l article 2270 ancien dudit Code. Encore convient-il de préciser, pour mémoire, que dans la présente espèce ce sont les articles (vendeur d un immeuble à construire) 1792 et 2270, dans leur rédaction issue de la loi du 3 janvier 1967, qui ont vocation à s appliquer, dispositions en vigueur avant la loi du 4 janvier 1978, puisque le chantier a été ouvert antérieurement à cette loi. On démontrera enfin que, sauf revirement de la jurisprudence qui consacre traditionnellement la déchéance des prescriptions abrégées en cas de faute dolosive, l action est introduite à l intérieur des délais de prescription, que l on se place sous l empire de la loi ancienne ou sous celle de la loi nouvelle puisqu il convient en effet nécessairement d examiner le conflit de lois dans le temps, afin de tenir compte de la loi n du 17 juin 2008 qui a réformé l ensemble de la prescription en matière civile. I- LES CONCLUSIONS DU RAPPORT D EXPERTISE JUDICIAIRE : Il suffit de se reporter à la synthèse particulièrement claire effectuée par l expert judiciaire aux pages 52 et suivantes (chapitre E4-LES ELEMENTS PERMETTANT DE DEFINIR LES RESPONSABILITES) pour avoir une idée assez nette de la chronologie d ensemble de l opération de construction et des responsabilités. Nous en reproduisons par conséquent les termes principaux, en marquant au passage (en gras et/ou en souligné) ceux qui nous semblent les plus éclairants : 1- La mairie de Montreuil a décidé en 1970 de réaliser par l intermédiaire de l OPHLM de la Ville un programme sur le site des Ormes comprenant 133 logements et 77 places de stationnement de surface. 2- La Mairie, en raison du coût élevé des fondations des bâtiments rendues nécessaires par la présence de carrières, a jugé la réalisation financièrement impossible dans le cadre de logements locatifs à loyer modéré. 5

6 3- La Mairie a, alors, décidé de céder le terrain et le projet à la SEMIMO [société d économie mixte immobilière de la ville de Montreuil] en s engageant auprès du Préfet, par courrier [du 17 juillet 1972 et non 17/07/02 comme écrit par erreur de typographie] à assurer la sécurité des bâtiments. 4- Le Préfet a accordé la cession au vu, en particulier de cette lettre du Maire, mais en stipulant que des mesures seraient prises pour assurer la stabilité des sols et la sécurité des bâtiments» 5- Le dossier initial du PC, daté de février 1970, comportait un parking de surface de 77 places. Le dossier définitif accordé à la SEMIMO en novembre 1970 modifiait substantiellement le programme par augmentation des logements, du nombre des étages de la cour, et augmentation du nombre de places de stationnement au sol par extension de l aire vers le nord et l est [leur nombre de places passant de 77 à 145] 6- Le dossier d instruction du PC établi par le groupement de maîtrise d œuvre LE GOAS-BERIM a émis un plan du site définissant deux zones A et B : une zone A de carrières à ciel ouvert remblayées, une zone B de carrières en galeries également remblayées. Les bâtiments ont été disposés en zone A, les aires de stationnement au sol pour partie en zone B. Ce document est en contradiction avec la carte des carrières qui indique clairement que la zone B n est pas remblayée. 7- L extension de l aire de stationnement au sol, portée à 145 places, a été faite en zone B en partie nord et est où la carte des carrières signale des fontis (1854 et 1855), c'est-à-dire dans une zone à risques plus importants de fontis et ce, apparemment, sans aucune investigation complémentaire. 8- Ni le maître d ouvrage, ni les maîtres d œuvre n ont entrepris de campagnes complémentaires géologiques pour s assurer de la faisabilité technique de cette extension. 9- Les études géologiques réalisées par les concepteurs ne concernaient que les bâtiments et aucune étude n était faite sur les voiries et les aires de stationnement. 6

7 D ailleurs, la mission du BERIM ne lui demandait pas d étudier la stabilité du site. Seul l Architecte avait dans sa mission la définition de l étude géologique et des sondages à faire, mais, à l évidence, cette partie de mission ne concernait que les bâtiments. 10- Ni le Maître d ouvrage, la SEMIMO, ni les maîtres d œuvre, LE GOAS et BERIM, n ont étudié la stabilité des sols en zone B. La SEMIMO ne demandait pas à ses maîtres d œuvre d étudier la stabilité des sols. 11- Le projet a été réalisé par FOUGEROLLE tel que conçu par les maîtres d œuvre, la réception a été prononcée, le certificat de conformité délivré et, comme le syndic l a confirmé en expertise, aucun désordre d origine géologique ne s est manifesté dans les bâtiments. 12- Les obligations de la Mairie de Montreuil issues de la lettre [du 17 juillet 1972] ont été parfaitement remplies en ce qui concerne la «sécurité des bâtiments». 13- Les obligations contenues dans l arrêté préfectoral autorisant la cession à la SEMIMO comportaient deux clauses à respecter : «la sécurité des bâtiments et la stabilité des sols». La clause de stabilité des sols n a pas été remplie, n a pas même été étudiée, ni envisagée. Il n y a, dans le dossier, aucun document prouvant que la Mairie a imposé cette clause à SEMIMO, ni que SEMIMO ait demandé à ses maîtres d œuvre de l analyser. 14- Les contrats de maîtrise d œuvre passés par SEMIMO à Monsieur LE GOAS et au BERIM ne demandent aucune étude particulière sur les zones où sont implantées les aires de stationnement et les voiries. 15- Les risques vis-à-vis de la survenance de fontis ont été considérablement accrus par la décision de la SEMIMO d étendre l aire de stationnement vers le nord et l est. 7

8 16- Il n existe dans le dossier aucune preuve que, à l élaboration du dossier de PC, l Inspection Générale des Carrières ait été consultée comme cela était demandé. Mais si l IGC a été consultée, à l évidence, ce fut pour les bâtiments et non pour les aires de stationnement qui n ont fait l objet d aucune étude particulière. De toute manière, il était aisé de se procurer tous les renseignements voulus auprès du Service des Carrières comme tous les maîtres d œuvre font dans les zones à carrières en Ile de France. 17- La nature à risque du site, avec carrières exploitées à ciel ouvert ou en galeries, était parfaitement connue en 1970 et des fontis datant de 1855 sont répertoriés sur la carte de l IGC. 18- A notre avis de technicien et dans la connaissance actuelle du dossier, il aurait été nécessaire d effectuer une campagne large de reconnaissance géologique afin de vérifier si des fontis étaient éventuellement en formation sous les aires de stationnement et les voies de circulation. Mais compte tenu du fait que, pour les concepteurs, les parkings étaient situés en zone de galeries exploitées remblayées, cette reconnaissance était, au moment de la réalisation du projet, superfétatoire. Par ailleurs, en 1970, il n était pas usuel de faire une campagne de reconnaissance géologique des ouvrages au sol tels que des chaussées ou des parkings dans le département de la Seine-Saint-Denis, pourtant connu pour ses carrières. 19- Il est évident que, en trente-cinq ans, un fontis peut se former et ce, d autant plus facilement qu il y a apport d eau. Il apparaît aujourd hui des tassements différentiels importants sur le trottoir de la rue des Ormes et de la rue Gaston Lauriau et des fractures importantes sont visibles sur des bâtiments qui sont les manifestations en surface des effondrements locaux de la couche de recouvrement des galeries ou des tassements de remblais de carrières. 8

9 20- En 1970, au moment du dépôt du PC, et en 1993, au moment de la vente d une place de stationnement, le risque de survenance d un fontis était parfaitement connu mais, sa date de survenance et sa localisation précises étaient totalement imprévisibles. II- LA FAUTE DOLOSIVE DE SEMIMO : La définition la plus récente de la faute dolosive a été donnée par la Cour de Cassation dans un attendu de l arrêt du 8 septembre 2009 de la 3 ème Chambre civile (Sté Rénoval c/ Epx Bessonnet et a ; RDI n 11, novembre 2009, p. 599, note Ph. Malinvaud), décision saluée par le Professeur Hugues PERINET-MARQUET comme l une des deux plus importantes décisions de l année 2009 (Construction et Urbanisme, janvier 2010, p. 1, éditorial). «ayant retenu que la société Rénoval ne pouvait pas ignorer qu elle prenait un risque de nature à entraîner presque inéluctablement un désordre, tel que celui qui est survenu, la cour d appel a pu en déduire que la société Rénoval n ayant pas pris les précautions élémentaires dans toute construction de cheminée de ce type, avait commis, de manière délibérée, une faute dolosive de nature à engager sa responsabilité contractuelle nonobstant la forclusion décennale». On n entrera pas dans le détail de l évolution jurisprudentielle de la notion de dol, discussion juridique qui serait superflue ici. Nous nous bornerons simplement à montrer que cette définition la plus récente de la faute dolosive s applique, encore plus que celle jusqu alors en vigueur, de façon exemplaire aux circonstances de l espèce. En effet, compte tenu des informations livrées par la genèse du permis de construire retracée par le rapport d expertise, c est nécessairement de propos délibéré que la SEMIMO s est affranchie de l obligation, plusieurs fois prescrite dans les différents actes ayant concouru à la réalisation de la Résidence des Ormes, de stabilisation des sols et de consultation de l Inspection Générale des Carrières. C était pourtant la moindre des précautions à prendre tant il est patent que la construction d immeubles d habitation et d emplacements de parkings sur d anciennes mines comporte des risques évidents qu il convient de neutraliser par des fondations adaptées. 9

10 La SEMIMO ne pouvait ignorer cette problématique singulière, que ce soit en sa qualité de professionnel de l immobilier ou que ce soit en sa qualité d opérateur privilégié de la Ville de Montreuil. A) LES PRESCRIPTIONS ENTOURANT LA VENTE DU TERRAIN : A l origine déjà, la Ville avait renoncé à son projet OPHLM «en raison du coût élevé des fondations spéciales indispensables, vu la nature du sous-sol» [délibération du Conseil municipal du 3 novembre 1970, annexe B9 du rapport d expertise]. La SEMIMO n est devenue cessionnaire du terrain d assiette de l opération qu aux termes d un arrêté d utilité publique du Préfet du 7 août 1972 [annexe B 16 du rapport] visant une lettre du maire de MONTREUIL en date du 17 juillet 1972 «relative aux mesures prises pour assurer la sécurité des constructions», arrêté prescrivant «des mesures particulières de sécurité [ ] pour assurer la stabilité du sol et des bâtiments projetés». Cet arrêté est d ailleurs cité in extenso et joint en annexe de la minute de l acte de vente du terrain par la Ville à la SEMISO (pièce n 2, page 9). On trouve également dans cet acte de vente (pages 6 à 8) la citation intégrale d une notice d urbanisme du 18 mars 1971 par laquelle la DDE de la Seine Saint-Denis indique notamment : «La propriété est située dans une zone d anciennes carrières. Toutes précisions à ce sujet pourront être obtenues auprès de l Inspection Générale des Carrières, 1 Place Denfert-Rochereau-PARIS Quatorzième arrondissement». B) LES PRESCRIPTIONS ENTOURANT L AUTORISATION DE CONSTRUIRE : La Mairie de MONTREUIL adressait, le 27 novembre 1970, au Préfet de la Seine-Saint-Denis une demande d autorisation de construire avec avis favorable (annexe B 7 du rapport). Dans son avis du 28 décembre 1970, la Direction Départementale de l Equipement précisait que le permis pouvait être accordé sous la réserve suivante : «Le pétitionnaire devra prendre contact avec l IGC 1 Place Denfert-Rochereau à Paris» (annexe B 8 du rapport). Le permis de construire est accordé, le 30 décembre 1970, par la Mairie de Montreuil sous la réserve que «le pétitionnaire devra prendre contact avec l IGC» (annexe B 10 du rapport). 10

11 La demande de renseignements d urbanisme remplie par la DDE 93, après sollicitation de Monsieur DUMOULIN, géomètre-expert, le 11 février 1971, précise que la propriété est située dans une zone d anciennes carrières et que toutes précisions à ce sujet pourront être obtenues auprès de l IGC (pièce n 5, cadre supérieur droit de l imprimé). Or, les diligences expertales ont permis de constater que ces prescriptions ont été délibérément ignorées par la SEMIMO. C) LE NON RESPECT DES PRESCRIPTIONS : Il n existe aucune preuve, dans les pièces du permis de construire, que l IGC ait été consultée (constatation de l expert, page 16 du rapport), alors que dans le même temps, le permis déposé par la SEMIMO introduisait un infléchissement majeur au permis initial de l OPHLM, en multipliant par 2 le nombre de parkings extérieurs, vers l est, dans une zone de fontis daté de 1855, dûment répertoriée par les cartes de l IGC. Le cahier des charges de la Résidence «Les Ormes» (pièce n 4), au chapitre «Consistance de l ensemble immobilier projeté», indique bien, page 3, la présence de «cent quarante trois emplacements de parkings extérieurs» et vise, page 4, une notice descriptive déposée au rang des minutes du notaire, s appliquant «au local vendu, au bâtiment dans lequel il se trouve et aux équipements extérieurs et réseaux divers qui s y rapportent». La désignation générale de l ensemble immobilier, rapportée dans le règlement de copropriété, indique bien, page 12, que 143 parkings extérieurs sont implantés sur le terrain. Enfin, l état descriptif de division résumé dans le tableau récapitulatif (pages 26 et suivantes) liste bien ces parkings extérieurs, un par un. L expert note, page 17, que : - «Dans la note de présentation de l Architecte LE GOAS en date du 11/03/70 [premier permis] il n existe aucune mention concernant le site et la présence de carrières». - «Sur la demande de PC faite par la SEMIMO le 27/11/70, il n existait aucune référence à la présence de carrières» 11

12 Plus encore, l expert a relevé dans le dossier de permis de construire (page 14) un document MOI 11 H des 2 février 1970 et 23 novembre 1970, émanant de la maîtrise d œuvre (LE GOAS Architecte et BERIM, Bureau d études), intitulé «Levé altimétrique du terrain-zones de Carrières» (annexe B 4 du rapport) parfaitement contradictoire avec les extraits des cartes IGC, accessibles à tous, d ailleurs communiqués par l IGC dans le cadre de l expertise. Sans que l on puisse déterminer comment la maîtrise d œuvre a pu parvenir à un résultat aussi extravagant, on est frappé du caractère éminemment optimiste du fameux «levé altimétrique», lequel caractérise deux zones, une zone A dite «inexploitée ou exploitée à ciel ouvert mais remblayée» et une zone B dite «exploitée en galeries remblayées» ; en d autres termes, dans un cas comme dans l autre, un sol stable selon la maîtrise d oeuvre. Or, à la lecture du document de l IGC (annexe B 2 du rapport) l expert déclare, aux pages 13 et 16, qu il est parfaitement clair que la zone affectée aux stationnements de surface est située sur des carrières non remblayées et, plus, que deux fontis de 1855 sont répertoriés sur la zone ou à proximité immédiate de la zone. Le plus troublant est que, nonobstant cette appréhension rassurante des lieux, les constructeurs ont quand même, et heureusement, jugé utile de construire les immeubles «sur des pieux ancrés dans le calcaire de Saint-Ouen» quand ils ont, dans le même temps, manifestement estimé inutile de bâtir des fondations sous les parkings extérieurs. Sauf à considérer que la SEMIMO, maître d ouvrage, avait, à cette époque, abdiqué toute faculté d analyse critique et surtout, oublié toutes les recommandations concernant les précautions à prendre pour la stabilité des constructions et des sols, il y a tout lieu de penser que la SEMIMO s est volontairement exonérée de l obligation relative aux fondations des espaces extérieurs. Ou, pour le dire autrement, elle a considérablement failli dans l obligation qui lui avait été impartie, lorsqu elle a, en tant que maître d ouvrage, négligé de s assurer que la maîtrise d œuvre avait correctement «pris en charge» cette obligation. Or, il y avait une façon pertinente, indiscutable, et péremptoire, de s en assurer, c était de vérifier que l Inspection Générale des Carrières avait bien été consultée et qu elle avait donné son accord à tel procédé confortatif qui lui aurait été soumis voire au contraire son accord à l absence de fondations. Selon les termes mêmes de l expert judiciaire (page 17) : «il s agit d une recommandation technique fondamentale» (celle de prendre contact avec l IGC). 12

13 En ne se souciant pas un instant de savoir si l avis déterminant de l Inspection Générale des Carrières, maintes fois prescrit par la Mairie et la DDE, avait été recueilli, la SEMIMO a délibérément failli à ses obligations. En somme, en ne prenant pas les précautions élémentaires que lui dictaient la nature des lieux, les recommandations émises par les autorités en charge de la délivrance des autorisations de construire, par l arrêté déclaratif d utilité publique lui-même, la SEMIMO ne pouvait pas ignorer qu elle prenait un risque de nature à entraîner presque inéluctablement un désordre, tel que celui qui est survenu. Autant dire, qu aux termes de la définition donnée par la Haute Juridiction dans l arrêt de principe du 8 septembre 2009, la SEMIMO a par conséquent commis une faute dolosive de nature à engager sa responsabilité contractuelle au-delà du délai de forclusion décennale. III- LA PRESCRIPTION : En cas de dol, la responsabilité spécifique des articles 1792 et suivants du Code civil cède la place à la responsabilité contractuelle de droit commun. Deux questions méritent cependant d être clarifiées selon la doctrine, encore plus serait-on tenté de dire, depuis la loi nouvelle ayant réformé la prescription civile (loi n du 17 juin 2008) : a) cette action est-elle soumise à la prescription de droit commun (trente ans de l ancien article 2262 du Code civil, sous l empire de la loi ancienne, ou cinq ans depuis la loi nouvelle «à compter du jour où le titulaire d un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l exercer» ) ou bien est-elle soumise à la prescription de la responsabilité contractuelle de dix ans à compter de la réception de l ouvrage instituée par l arrêt du 16 octobre 2002 (Cass. civ. 16 oct. 2002, Bull. III, n 205) jurisprudence consacrée par le nouvel article du Code civil, institué par la loi nouvelle? b) quel est le point de départ de la prescription de la responsabilité contractuelle de droit commun (la manifestation du dommage ou la réception des travaux)? Afin de tenter de répondre à ces questions, il convient d examiner le conflit de lois dans le temps et d essayer de déterminer la loi applicable. 13

14 A- HYPOTHESE D APPLICATION DE LA LOI NOUVELLE : Il est dit au III de l article 26 de la loi du 17 juin 2008 que : «Lorsqu une instance a été introduite avant l entrée en vigueur de la présente loi, l action est poursuivie et jugée conformément à la loi ancienne». On devrait semble-t-il pouvoir en déduire, par une lecture a contrario, que les instances introduites après l entrée en vigueur de cette loi, sont donc poursuivies et jugées conformément à la loi nouvelle. La présente instance au fond devrait par conséquent relever de la loi nouvelle. Si tel est le cas, la question du point de départ de la prescription est fixée par la formulation du nouvel article 2224 du Code civil, lequel dispose que : «Les actions personnelles ou mobilières se prescrivent par cinq ans à compter du jour où le titulaire d un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l exercer». Sous l empire de cette disposition, étant rappelé que le fontis a eu lieu le 7 novembre 2005, étant également rappelé que, conformément à l article 2241 du Code civil, la demande en référé interrompt la prescription, celle-ci ayant été enregistrée le 26 mai 2006 au greffe du Tribunal administratif de CERGY-PONTOISE, l action au fond est introduite dans le délai de droit commun. On ne peut pas ne pas s interroger sur le caractère exonératoire de responsabilité introduit par l article du Code civil, créé par la loi, par lequel le législateur a voulu consacrer la jurisprudence antérieure suivant laquelle : «la responsabilité contractuelle de droit commun du constructeur ne pouvait être invoquée, quant aux désordres affectant l ouvrage, au-delà d un délai de dix ans à compter de la réception» (Civ. 3 ème, 16 oct. 2002, Bull. III, n 205). Ce délai de prescription d origine jurisprudentielle, désormais inscrit dans le Code civil, est-il applicable à la responsabilité contractuelle du constructeur pour dol? Selon le Professeur Ph. Malinvaud (Prescription et responsabilité des constructeurs après la réforme du 17 juin 2008, RDI sept. 2008, p. 368) et sous le régime antérieur : «on inclinait à penser qu il fallait retenir la prescription trentenaire, comme l avait fait le Conseil d Etat 1, car à défaut le dol des constructeurs ne connaîtrait aucune sanction». 1 CE 26 nov. 2007, n , RDI , obs. Ph.M ; 347, note F. Moderne 14

15 Selon un autre auteur (Armelle Bouty, La prescription en droit de la construction après la loi du 17 juin 2008, RDI mars 2009, p. 150), cette solution (celle de la prescription décennale) «paraît toutefois peu équitable puisque le constructeur qui se rendrait coupable d une faute dolosive, laquelle peut notamment consister en des dissimulations, ne se verrait pas appliquer de régime de responsabilité plus sévère que le constructeur de bonne foi et serait ainsi déchargé de toute responsabilité à l expiration d un délai de dix ans à compter de la réception même si la dissimulation se révèle postérieurement. On peut dès lors se demander si, en cas de dol, la jurisprudence ne pourrait pas écarter la forclusion de l article comme elle le faisait précédemment pour l article 2270 au profit de la responsabilité de droit commun, soit cinq ans à compter du point de départ glissant de l article 2224 ce qui, au moins dans certains cas, pourrait permettre d aller au-delà de dix ans. Cette question devra être tranchée par la jurisprudence». Tel est également le point de vue exposé par Patricia de Lescure (RDI, septembre 2009, La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs encas de dommage à l ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008, p. 458) à propos du dol : «En ce qui concerne son délai de prescription, elle était en principe trentenaire à compter de la manifestation du dommage. Qu en est-il désormais, au regard du nouveau dispositif? Si l on entend réserver un sort particulier à la responsabilité pour faute dolosive, il semble qu il faille appliquer la prescription quinquennale de l article 2224 et non la prescription décennale de l article L application de l article 2224 est en effet susceptible de permettre un allongement du délai de prescription, compte tenu de son point de départ variable. Il appartiendra à la jurisprudence de se prononcer». En substance, sauf à ce que l on abandonne le principe traditionnel qui veut que le responsable d une faute dolosive soit sanctionné par la déchéance des délais de prescription abrégés, principe mis en œuvre pour ne pas traiter de la même façon des comportements contractuels radicalement différents, la prescription n est pas acquise sous la loi nouvelle. Elle ne l est pas davantage à notre avis sous la loi ancienne. B- HYPOTHESE D APPLICATION DE LA LOI ANCIENNE : Il convient tout d abord de noter que, en vertu du principe de non-rétroactivité des lois, la loi nouvelle ne saurait s appliquer si l action en responsabilité pour dol devait être considérée comme prescrite avant l entrée en vigueur de la loi nouvelle. 15

16 L éventuelle prescription extinctive de l action en responsabilité contractuelle de droit commun pour faute dolosive, sous l empire de la loi ancienne, resterait à démontrer par la société défenderesse, étant préalablement observé que la loi applicable au chantier ouvert en 1972 est celle de 1967 et non celle de 1978, que la date exacte du procès-verbal de réception des travaux (dite définitive à l époque) n est pas établie à ce jour par la production d un procès-verbal de réception définitive, et qu en outre, une nouvelle vente de parking est intervenue en 1993 par la venderesse au bénéfice du syndicat des copropriétaires, laquelle vente constitue une réitération de l acte juridique source de la responsabilité, susceptible d avoir interrompu le délai de prescription trentenaire (ancien article 2262 du Code civil). Surtout, on observera que la réponse à cette question est tributaire de la fixation du point de départ de la prescription. Ce point de départ est fixé à la date de manifestation du dommage, conformément aux principes gouvernant la prescription de l action en responsabilité contractuelle, sauf à faire application au cas de la faute dolosive, de la jurisprudence issue de l arrêt de la 3 ème Chambre civile du 16 oct. 2002, Bull. III, n 205 (cf. ci-dessus) selon laquelle «la responsabilité contractuelle de droit commun du constructeur ne pouvait être invoquée, quant aux désordres affectant l ouvrage, au-delà d un délai de dix ans à compter de la réception». On doit ici rappeler l opposition de la doctrine à ce que le délai abrégé bénéficie à l auteur d une faute dolosive (extraits cités ci-dessus) mais cela ne suffit pas et il convient d exposer brièvement les motifs juridiques qui s opposent à ce que la date de réception serve de point de départ à la prescription de la responsabilité contractuelle de droit commun, comme c est le cas pour le délai de forclusion décennal institué par les garanties légales. Comme l indique la doctrine (Juris Classeur, Code civil, Art à 2264, PRESCRIPTION, Fasc. 72, p. 39) : «Selon la jurisprudence, la prescription d une action en responsabilité résultant d un manquement aux obligations nées du contrat ne court qu à compter de la réalisation du dommage ou de la date à laquelle il est révélé à la victime si celle-ci établit qu elle n en avait pas eu précédemment connaissance» L arrêt cité et commenté (Cass. soc. 1 er avr.1997, Bull. civ.1997, n 130) a été suivi d un arrêt dans le même sens en 2006 (Cass. soc. 26 avr. 2006, Bull V, n 146), ces deux arrêts ayant été eux-mêmes précédés d un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de Cassation du 18 décembre 1991, publié au Bulletin sous le numéro

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 10 mars 2015 N de pourvoi : 13-19.445 ECLI:FR:CCASS:2015:C300275 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Blondel, Me Le

Plus en détail

N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre.

N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre. N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois juillet deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de

Plus en détail

CONVENTION de co-maîtrise d Ouvrage

CONVENTION de co-maîtrise d Ouvrage CONVENTION de co-maîtrise d Ouvrage Article 2.II de la loi n 85-704 du 12 juillet 1985 Entre : La Fédération Départementale d Energie du Pas-de-Calais, collectivité territoriale, sise 39 rue d Amiens 62000

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

L an deux mille treize Et le vingt septembre;

L an deux mille treize Et le vingt septembre; MR/AN REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- ORDONNANCE DU JUGE DE REFERE du 20/09/2013 -------------------

Plus en détail

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES Garantie de parfait achèvement Modalités de la garantie C est une garantie de type contractuelle. Elle est plus particulièrement prévue à l article

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008.

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008. CIRCULAIRE 2008-15 -DRE Paris, le 15/12/2008 Objet : Loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile Madame, Monsieur le Directeur, La loi n 2008-561 du 17 juin 2008

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 10-28344 ECLI:FR:CCASS:2013:C300496 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME

ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME 1 Cnei/Note prescription.doc Le 18 Août 2005 ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME Selon le «petit Larousse illustré» (définition littéraire) : «la prescription est le délai au terme

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant CONVENTION DE LOCATION AUX FINS D UN HEBERGEMENT TEMPORAIRE (convention tripartite entre un bailleur privé 1 fournissant le logement, le logeur 2 tenu de l obligation d hébergement, et l occupant hébergé)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-18166 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat(s)

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

*2009008327* CL* - Page 1

*2009008327* CL* - Page 1 *2009008327* CL* - Page 1 Demandeurs : 2 Défendeurs : 2 TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS RG 2009008327 04.03.2009 G FAITS 8EME CHAMBRE JUGEMENT PRONONCE LE 26 JUILLET 2011 par sa mise à disposition au Greffe.

Plus en détail

1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis

1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/05/2012 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-14599 Publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 novembre 2011 N de pourvoi: 10-19572 Publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi M. Loriferne (président), président SCP Baraduc et Duhamel,

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 12-25748 ECLI:FR:CCASS:2014:C100117 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Vitse, conseiller apporteur

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit :

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit : CONTRAT DE SYNDIC «Le Syndicat des Copropriétaires» de La Résidence «PATRICIA» sise Bld Paul Cezanne, rue Georges Braque et rue Paul Gauguin 78280 GUYANCOURT, représenté par la personne spécialement mandatée

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 08BX00196 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre (formation à 3) Mme TEXIER, président Mme Florence MADELAIGUE, rapporteur M. LERNER, commissaire du gouvernement

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Revue de droit immobilier 2009 p. 458 La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Patricia de Lescure, Docteur en droit

Plus en détail

Newsletter Copropriété

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Edito La loi change La loi du 20 décembre 2014 : les premiers pas vers un détricotage de la loi ALUR La loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification

Plus en détail

La Prescription acquisitive en matière immobilière

La Prescription acquisitive en matière immobilière L A LETTRE DROIT IMMOBILIER La Prescription acquisitive en matière immobilière Acquérir un bien ou un droit par l effet d une possession, tel est le mécanisme prévu par la prescription acquisitive, autrement

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

L achèvement des travaux

L achèvement des travaux L achèvement des travaux Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Introduction 1-Le nouveau régime est applicable aux constructions achevées à compter

Plus en détail

LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE

LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE LES GARANTIES LEGALES EN MATIERE IMMOBILIERE Pour la plupart des ménages, l acquisition d un bien immobilier représente le plus important investissement de leur vie du fait que son financement nécessite

Plus en détail

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts,

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts, Entre les soussignés : La RESIDENCE DU RELAIS BRENNER Société à responsabilité limitée au capital de 1 000, ayant son siège à RENNES, inscrite au RCS RENNES sous le numéro 501 608 343 Représentée par Monsieur

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE SELARL ACTÉ JURIS Avocats Associés 81, rue du Rempart St Claude 17000 LA ROCHELLE Tél. : 05 46 41 18 60 Fax. : 05.46.41.01.89 19, rue Pierre Loti 17200 ROYAN Tél. : 05 46 05 42 44 Fax : 05 46 05 40 72

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 10 juillet 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR : M.

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE Entre les soussignés : La commune de SCEAUX, sise 122 rue Houdan, 92331 SCEAUX

Plus en détail

Fiche pratique Les délais de prescription

Fiche pratique Les délais de prescription Fiche pratique Les délais de prescription La prescription désigne la durée au-delà de laquelle une action en justice, civile ou pénale, n est plus recevable. La prescription est un mode légal d acquisition

Plus en détail

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles.

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. VENTE D UN APPARTEMENT EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE EN CE QUI CONCERNE LOI CARREZ Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. Aux termes de ce texte : «Le bien

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné.

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné. Contrat de Syndic Entre les soussignés 1 - LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES Le Syndicat des copropriétaires de l'immeuble sis à : représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE.

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. AVIS SUR HONORAIRES Extrait du procès-verbal de la séance du conseil

Plus en détail

ASSIGNATION EN REFERE Devant Monsieur ou Madame le Président du Tribunal de Grande Instance de NANTERRE

ASSIGNATION EN REFERE Devant Monsieur ou Madame le Président du Tribunal de Grande Instance de NANTERRE 1. ASSIGNATION EN REFERE Devant Monsieur ou Madame le Président du Tribunal de Grande Instance de NANTERRE L'an DEUX MILLE QUATORZE et le A LA REQUETE DE : 1. Madame Josette, Marie-Thérèse, BOTET, retraitée,

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 avril 2010 N de pourvoi: 09-11667 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, TALL YAcouba, SILUE Daoda et René DELAFOSSE, Assesseurs,

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, TALL YAcouba, SILUE Daoda et René DELAFOSSE, Assesseurs, KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1429/14 ------------- JUGEMENT DE DEFAUT du 05/06/2014 -----------------

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX. Marché passé dans le cadre de la procédure adaptée (art. 28 du CMP)

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX. Marché passé dans le cadre de la procédure adaptée (art. 28 du CMP) MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX Marché passé dans le cadre de la procédure adaptée (art. 28 du CMP) Commune de Saint Claude de Diray Mairie Place de la mairie 41350 Saint Claude de Diray INSTALLATION ET FOURNITURE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 Entre les soussigné(e)s : Acquéreur : D une part, Ci-après dénommé(e)

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 1789/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 14/02/2014 ------------------

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG. (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG. 16 février 2012

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG. (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG. 16 février 2012 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE GUILL c. LUXEMBOURG (Requête n o 14356/08) ARRÊT STRASBOURG 16 février 2012 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT GUILL c. LUXEMBOURG 1 En l affaire

Plus en détail

TRIBUNAL DU TRAVAIL DE LIEGE

TRIBUNAL DU TRAVAIL DE LIEGE N 3ème CHAMBRE JUGEMENT DU 16 DECEMBRE 2009 TRIBUNAL DU TRAVAIL DE LIEGE Répertoire N R.G. N : 349.098 EN CAUSE : S M-C ; Partie demanderesse comparaissant personnellement et assistée par Me Philippe LEVY,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ; Avec l assistance de SEKONGO Minata Evelyne Greffier;

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ; Avec l assistance de SEKONGO Minata Evelyne Greffier; REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1672/2014 ------------- JUGEMENT DE DEFAUT DU 03/11/2014 Affaire

Plus en détail

CONVENTION DE LOCATION

CONVENTION DE LOCATION CONVENTION DE LOCATION ANNEXE PROJET ENTRE LES SOUSSIGNES : HABITAT SUD DEUX SEVRES» dont le siège est à NIORT, 8 Rue François Viète, représenté par son Directeur Général, Monsieur Philippe VARENNE, Et,

Plus en détail

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ;

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1301197 Société Orfedor Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun, (10 ème

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et Caston, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et Caston, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 29 mars 2011 N de pourvoi: 10-14540 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 Loïc POUPOT Avocat TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 POUR : - L association «SAUVONS LE GRAND ECRAN», - Madame Marie-Brigitte ANDREI, - Monsieur Patrick PAWELSKI Ayant

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 27 DECEMBRE 2013

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 27 DECEMBRE 2013 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN RG N 1164/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 27/12/2013 ------------------ Affaire : MAMADOU DAHO (SCPA LE PARACLET) C/ LA

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 MAI 2013. L an deux mil treize Et le vingt-trois Mai

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 MAI 2013. L an deux mil treize Et le vingt-trois Mai REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 632/2013 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES --------------

Plus en détail

Les assurances de construction

Les assurances de construction Les fiches pratiques Oralia Fiche N 014 Edition Avril 2008 Les assurances de construction La garantie décennale / La dommages ouvrage Avant d aborder le contenu de ces deux garanties, il y a lieu de les

Plus en détail

Cahier des Charges. Appel d Offres Syndic Syndicat Secondaire. Résidence Mouchotte 8/20 rue du Commandant Mouchotte 75014 PARIS

Cahier des Charges. Appel d Offres Syndic Syndicat Secondaire. Résidence Mouchotte 8/20 rue du Commandant Mouchotte 75014 PARIS Cahier des Charges Appel d Offres Syndic Syndicat Secondaire Résidence Mouchotte 8/20 rue du Commandant Mouchotte 75014 PARIS Projet : Appel d offres Syndic Préambule En date du 20 novembre dernier a eu

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS EDITORIAL I SECURITE JURIDIQUE II REGIME DES CONTRATS 1- Loi du 11 décembre 2001 2. Contrats entre personnes publiques III TECHNIQUES ET SAVOIR FAIRE 1. Externalisation de la production de chaleur 2. Les

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]»

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» ENTRE LES SOUSSIGNES, Le Département des Yvelines Sis à l Hôtel du Département, 2 place André Mignot,

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé

CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé Entre : Monsieur LE CLIENT Né le à,, de nationalité, Demeurant, Ci-après dénommé «le Client», De première part, Et : Maître Antoine CHRISTIN

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail