LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE"

Transcription

1 LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE 1 D. I.U. GESTIONNAIRE DE CAS 31 JANVIER 2012 CLAIRE ASTIER PILOTE MAIA PARIS 20 BÉATRICE LORRAIN PILOTE MAIA 68

2 PLAN NATIONAL ALZHEIMER 2 Lien entre les mesures 4 et 5 du Plan National Alzheimer : - Mesure 4 : MAIA - Mesure 5 : Gestion de cas. INTERDEPENDANCE COMPLEMENTARITE PROCESSUS D INTEGRATION

3 L intégration se décline dans six axes que l on peut classer en 3 systèmes et 3 outils : Système : Concertation Guichet intégré Gestionnaire de cas DISPOSITIF MAIA Outils : Outil d évaluation multidimensionnelle Plan de services Système d information partagé 3

4 1. Concertation 4 Le pilote est le garant de la construction de la mise en œuvre de la concertation stratégique et tactique. Il anime les tables. Le gestionnaire de cas est le garant de la mise en œuvre de la concertation clinique et anime celle-ci.

5 Dépasser les fragmentations: la concertation Les niveaux de concertation: 5 STRATEGIQUE : les planificateurs et financeurs. Les personnes qui planifient les services sur le moyen, voire le long terme et qui régulent l offre TACTIQUE : les directeurs de structures ou d organisations qui offrent au minimum un service à la population ciblée CLINIQUE : les professionnels qui sont à l œuvre autour de la personne, qu ils viennent du monde sanitaire ou social. Dans MAIA, aucun niveau de concertation n est imputable seul du résultat

6 Fonctions : a) Table stratégique Elle est responsable de la mise en œuvre de l intégration Elle définit les modalités de partenariat entre les structures (conventions, partage de prérogatives et de moyens) 6 Elle valide ou non les propositions de la table tactique et prend les décisions stratégiques qui sont nécessaires à leur mise en œuvre (accès aux prestations par outils et plan, échange d information) Elle légitime au niveau stratégique le rôle des gestionnaires de cas, leurs outils d évaluation, les modalités d échange d information Elle a une connaissance commune des besoins populationnels (indicateurs partagés) Elle s assure de la cohérence des actions de planification vis-à-vis des besoins de la population et des actions déjà entreprises Elle rend compte en commun au niveau national

7 a) Table stratégique Le retour d informations, venant de la gestion de cas et du guichet intégré, et son analyse permettent : d ajuster les mécanismes de planification, d évaluation et de régulation de l offre de service sur le territoire, de renforcer la cohérence de l offre de soins et de services médicosociale, d ajuster les besoins aux demandes exprimées par la table «tactique». 7 La table stratégique assure le suivi de l avancement du processus d intégration : montée en charge globale du dispositif, changement des pratiques professionnelles,

8 a) Pilote local et table stratégique Il a vocation à être imputable de la réunion d une table stratégique 8 Porte parole légitime de la concertation tactique (et clinique) à la table stratégique S assure que le bon niveau est représenté (les instances stratégiques) S assure que les décisions prises tiennent compte de la concertation tactique et clinique

9 Fonctions : b) Table tactique 9 Co-responsabilité de la réponse aux besoins de la population Définition des procédures de partage d information, d adaptation des outils, des circuits et règles d orientation Légitimité locale d intervention des gestionnaires de cas Mise en service du guichet intégré Résolution commune des freins à la concertation clinique Suivis d indicateurs communs, cohérence vis-à-vis des missions et des plans Rendu de compte en commun à la table stratégique

10 b)table tactique Au niveau tactique, s effectuent la mise en œuvre et l analyse du service rendu. 10 L ajustement de l offre et/ou l interpellation de la table de concertation stratégique. L harmonisation des pratiques et l amélioration de la lisibilité du système de soins et d aides.

11 b) Pilote local et table tactique Obligation de moyens pas de résultats 11 Il a vocation à être imputable du déploiement de l intégration Il invite les partenaires, définie les ordres du jour en concertation, Il rend compte des décisions communes appliquées Il informe de la difficulté sur la mise en œuvre de certaines décisions Il rend compte en table stratégique des décisions prises en table tactique et inversement Il fait remonter les informations cliniques collectées auprès des gestionnaires de cas afin de nourrir les décisions des tables.

12 c) Intégration clinique 12 Le travail des gestionnaires de cas en lien avec le pilote permet de retraduire : Les difficultés Les manques Les incohérences Les doublons Cette «alimentation» permet au pilote de se saisir et de faire remonter en table tactique et stratégique les dysfonctionnements ou insuffisance pour améliorer l offre de services et de soins sur le territoire.

13 c) Intégration clinique 13 Importance du rôle des gestionnaires de cas qui repèrent les dysfonctionnements pour les faire remonter au niveau du dispositif MAIA. Rôle d expertise au niveau clinique.

14 INTEGRATION 14 la construction de l intégration à tous les niveaux vise à réduire la complexité ambiante. L intégration ne se conçoit que si tous les niveaux décisionnels sont impliqués avec des échanges d informations pertinentes (intégration verticale) C est l ensemble des partenaires qui rend compte de la façon dont les besoins de la population sont couverts ou pas Le gestionnaire de cas est un acteur intégrateur au niveau clinique. Tous les partenaires cliniques doivent devenir coresponsables du devenir et non seulement de la réalisation de leur mission.

15 2. Le Guichet Intégré 15 o Le guichet intégré constitue l accès de proximité (quelle que soit la structure) à l accueil et l information à partir duquel la population est orientée vers la ressource adaptée sur une territoire définie. o C est un ensemble coordonné des lieux d information, d analyse et d orientation qui doit faciliter le parcours des personnes en perte d autonomie et de leurs aidants en évitant les réponses fragmentées. o La réponse se doit d être équitable et multidimensionnelle. La personne voit l accès au service dont elle a besoin facilité. o L ensemble des partenaires MAIA sont co-responsables des orientations effectuées, du respect de l équité et de la pertinence des orientations par rapport aux besoins o Un processus au service de l accessibilité de la simplicité de l équité de la collectivité

16 Services Privés/Publics (CAF, CRAV, CPAM ) Professionnels de Santé Libéraux (Médecins, etc...) Associations France Alzheimer, France Parkinson, etc... Réseau de santé Gestionnaire de cas SSIAD SSIAD ESA Plateforme de Répit Accueil Analyse multidimensionnelle Rapide Repérage Orientation Ex : CLIC.SAD,CCAS..MDPH, EMS, etc. Expertise Évaluation Coordination Accompagnement Services des Urgences Pôle de Gérontologie Clinique Équipe hospitalière: HAD,UMG, Service social Pôle gérontologique Hôpitaux Cliniques Services Sociaux et Médicosociaux : Accueil de jour, passage de nuit, logement foyer, EHPAD... Ressources du territoire Public / Privé 16 16

17 3. Gestionnaire de cas 17 Le gestionnaire de cas intervient à la suite d un processus de repérage des situations complexes par le guichet intégré. Le gestionnaire de cas assure un suivi au long cours des personnes en situation complexe avec des réponses flexibles et continues aux besoins évolutifs. Le gestionnaire de cas assure la continuité de l intervention informationnelle et relationnelle, il prend en compte l ensemble de la problématique de la personne et de son entourage. Il est l interlocuteur direct de la personne, des professionnels, du médecin traitant, il est formé pour intervenir sur les situations complexes dont il est le référent. Le gestionnaire de cas est positionné sur le suivi du parcours de vie et de soins de la personne, il s implique dans le soutien et l accompagnement des personnes et de leurs aidants et développe un partenariat avec les professionnels sanitaires, médico-sociaux et sociaux concernés.

18 3. Gestionnaire de cas et pilote 18 Le pilote est le garant de la cohésion d une équipe de gestionnaires de cas A partir des outils mis en place dans chaque site : GEVA.A, PSI, BDD, tableau de suivi, le pilote collige les données recueillies par les gestionnaires de cas Ces données concernent la population suivie, les statistiques d activité, l analyse du service rendu. Le pilote analyse ces données et les diffuse en tables de concertation. Fonction d observation

19 3. Gestionnaire de cas et pilote 19 Exemple à partir des outils Exemple en table de concertation Comment un bilan d activité de gestion de cas interpelle les tables de concertation Exemple de réflexion à partir de dysfonctionnements relevés par les gestionnaires de cas à partir du travail d intégration clinique

20 3. Gestionnaire de cas et Intégration 20 Participation aux groupes de travail du territoire Participation aux groupes de travail nationaux Participation aux colloques, assises.

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret. Janvier 2013

Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret. Janvier 2013 Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret Janvier 2013 Présentation générale du document à destination des pilotes MAIA Ce support a été développé pour vous aider dans la

Plus en détail

Assemblée Générale FRANCE ALZHEIMER HERAULT 13 Mai 2013 RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT :

Assemblée Générale FRANCE ALZHEIMER HERAULT 13 Mai 2013 RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT : RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT : L année 2012 a été intense en activités. Au niveau de nos instances, les réunions de bureau et du Conseil d Administration ont permis de faire évoluer

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

GCSMS du Pays Mellois

GCSMS du Pays Mellois Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale du Pays Mellois Le Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale GCSMS du Pays Mellois GCSMS du Pays Mellois -- EHPAD «Fondation Dussouil» - 1

Plus en détail

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Système d information MAIA et stratégie régionale Journée MAIA Paris 11 mai 2015 Hôtel de Ville de Paris Systèmes d Information

Plus en détail

15es Journées annuelles de santé publique 1

15es Journées annuelles de santé publique 1 L analyse économique comme instrument d aide à la prise de décision : comment réconcilier la théorie et la pratique? Dépenses de santé publique 6,3% des dépenses de santé au Canada en 2009, 11,4 milliards

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

MAIA xxxxx Service de Gestion de Cas

MAIA xxxxx Service de Gestion de Cas Annexe 8-1 MAIA xxxxx Service de Gestion de Cas Le P.S.I. est rédigé par le gestionnaire de cas en concertation avec la personne et les différents intervenants et est couvert par le secret professionnel.

Plus en détail

MAIA 93 SUD-EST COMPTE-RENDU DE LA 5 E RÉUNION DE CONCERTATION EN «TABLE TACTIQUE»

MAIA 93 SUD-EST COMPTE-RENDU DE LA 5 E RÉUNION DE CONCERTATION EN «TABLE TACTIQUE» MAIA 93 SUD-EST COMPTE-RENDU DE LA 5 E RÉUNION DE CONCERTATION EN «TABLE TACTIQUE» JEUDI 12 MARS 2015 animée par Julie TALIBON, pilote de la MAIA 93 Sud-Est Liste des 8 présents Laetitia COMTESSE Directrice

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA

LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA Colloque Management hospitalier Mercredi 24 juin 2015 E.Duchange, A.Pruvot, P.Pichereau, MD Lussier, Anap Agence

Plus en détail

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI ENTREPRISE : Structure associative membre du Service Publique de l Emploi, la Mission Locale de l Agglomération Havraise

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

RAPPORT FINAL EXPERTISE MAIA 1ere PHASE EXPERIMENTALE 2009-2010 CONVENTION DGS-URC HEGP CONVENTION DGS-URC OUEST

RAPPORT FINAL EXPERTISE MAIA 1ere PHASE EXPERIMENTALE 2009-2010 CONVENTION DGS-URC HEGP CONVENTION DGS-URC OUEST RAPPORT FINAL EXPERTISE MAIA 1ere PHASE EXPERIMENTALE 2009-2010 CONVENTION DGS-URC HEGP CONVENTION DGS-URC OUEST Auteurs : Dr Matthieu de Stampa Service du Pr. Joël Ankri, Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Repères Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Une Caisse Unique......pour un Département Unique Créée en 2009, la Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère est un organisme multi branches

Plus en détail

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Soins d accompagnement et de réhabilitation auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Marie PONCET-JEANNE, Psychologue / Coordinatrice

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Remise synthèse du plan d action aux ministres santé et recherche, 15 juillet 2015

Remise synthèse du plan d action aux ministres santé et recherche, 15 juillet 2015 Remise synthèse du plan d action aux ministres santé et recherche, 15 juillet 2015 Mme La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Mr le secrétaire d état à l enseignement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 Suite à son Conseil d administration de mars 2011, l UNAF a fait part de l ensemble de ses analyses et propositions dans un document

Plus en détail

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique 1 Le Centre Communal d Action Sociale Un établissement public communal chargé de la mise en œuvre de la politique de développement

Plus en détail

GUIDE. LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015

GUIDE. LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015 GUIDE LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS Guide à l attention des partenaires janvier 2015 0 0 Introduction Le document présenté ici est un guide à l attention des partenaires permettant de décrire la procédure

Plus en détail

Une gestion efficace en mode réseau

Une gestion efficace en mode réseau Le Centre d éd études en transformation des organisations Une gestion efficace en mode réseau Alain RONDEAU, Ph.D. Professeur titulaire et directeur Centre d études en transformation des organisations

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE 2012-2016 Actualisation septembre 2012 L ACTUALISATION DU PRIAC 2012/2016 : les principes Rappel de la définition

Plus en détail

Les tableaux de bord intégrés : une nouvelle intelligence pour une collaboration et une performance accrues

Les tableaux de bord intégrés : une nouvelle intelligence pour une collaboration et une performance accrues Les tableaux de bord intégrés : une nouvelle intelligence pour une collaboration et une performance accrues Pierre Jones Spécialiste-conseil principal, Gestion de l information Cognos IBM Canada Ltée 2009

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info. Mai 2013

Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info. Mai 2013 Méthodologie d élaboration des guides et dossiers web Cancer info Mai 2013 Cancer info est une plateforme multi-accès d information de référence sur les cancers, destinée aux personnes malades et à leur

Plus en détail

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE Projet régional de santé d Alsace 2012-2016 SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE et PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE Sommaire OBJET DU SCHEMA

Plus en détail

Postes en technologie de l information

Postes en technologie de l information Mutation 2013 Postes en technologie de l information Consultez les témoignages de nos ambassadeurs Suzanne Samson Gestionnaire en technologies de l information Simon Barriault Analyste en informatique

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 Plan Définition de la dépendance Etiologies de la dépendance Epidémiologie Prévenir les situations de crise

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 mai 2012 à 9 h 30 «Coopération et coordination en matière de retraite entre la France et l'étranger» Document N 1 Document de travail, n engage

Plus en détail

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices»

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» Dr Christophe Boutineau Secrétaire Général AFRATA Président Filassistance Services (Groupe CNP Assurances / CDC) «Profession:

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route»

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» La démarche mercatique - «une feuille de route» Modifier, ajuster mes axes

Plus en détail

Les services de l administration en ligne

Les services de l administration en ligne Premier Ministère Unité de l Administration Electronique Les services de l administration en ligne par Khaled SELLAMI, Directeur Général de l Unité de l Administration Electronique Les systèmes d information

Plus en détail

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan 2 Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan Depuis le début des années 2000 3 domaines d actions : Les hébergements

Plus en détail

COMPTE RENDU TABLE DE CONCERTATION STRATEGIQUE 13 novembre 2014

COMPTE RENDU TABLE DE CONCERTATION STRATEGIQUE 13 novembre 2014 Aurélie QUENTRIC Pilote MAIA Nord Est Essonne 01 69 52 44 45 aquentric@cg91.fr Belinda INFRAY Pilote MAIA Centre Est Essonne 01 69 23 20 28 pilote.maia@age91.org DISPOSITIF MAIA Essonne Florence SCHVALLINGER

Plus en détail

L organisation de la santé : quels appuis pour les professionnels de proximité? 1

L organisation de la santé : quels appuis pour les professionnels de proximité? 1 Éléments de problématique en préparation du débat relatif à la stratégie nationale de santé Le 30 janvier 2014 Au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg L organisation de la santé : quels appuis

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Le gestionnaire de cas

Le gestionnaire de cas ECOLE SUPERIEURE DE TRAVAIL SOCIAL (ETSUP) Le gestionnaire de cas Une fonction innovante pour l accompagnement de la personne âgée vivant à son domicile Deux exemples français Mémoire présenté par : Leila

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans Participer à l élaboration du schéma directeur des réseaux et télécom et assurer le suivi de sa mise en œuvre ; Définir une politique de maîtrise des risques liées aux systèmes, réseaux et télécoms, ainsi

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGCS/DGOS/2012/06

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGCS/DGOS/2012/06 CAISSE NATIONALE DE SOLIDARITE POUR L AUTONOMIE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Caisse nationale de solidarité pour l autonomie Equipe

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS (Vacances scolaires)

REGLEMENT INTERIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS (Vacances scolaires) Mairie de Moyeuvre-Grande REGLEMENT INTERIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS (Vacances scolaires) Centre Socioculturel L Escale 3 Place Leclerc - 57250 MOYEUVRE-GRANDE Tél. 03 87 67 67 01 - e-mail : lescale@mairie-moyeuvre-grande.fr

Plus en détail

INVITATION GRATUITE SUR INSCRIPTION

INVITATION GRATUITE SUR INSCRIPTION ANGERS Parc Expositions 03 NOV. 2015 Salon Professionnel des structures, services d accueil et d hébergement des personnes âgées dépendantes DES ESPACES POUR PRENDRE SOIN Salon professionnel réservé aux

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux De la réflexion lorraine par les réseaux. Parcours et coordination Démarche

Plus en détail

Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux

Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux Annexe 2 Fiche de poste Chef de projet WAT Poste : non permanent durée de la vacation : 30 mois : basé à Bordeaux Métier : chargé d'affaire animation Conseil général de la Gironde Direction : Direction

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE PLATEFORME UNAFORIS. Région : Midi Pyrénées

FICHE SIGNALETIQUE PLATEFORME UNAFORIS. Région : Midi Pyrénées CONTEXTE REGIONAL DE FORMATION FICHE SIGNALETIQUE PLATEFORME UNAFORIS Région : Midi Pyrénées Une pluralité d Etablissements de formation se répartit l activité, ceux-ci sont portés par des organisations

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges)

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) Il détient une maîtrise en géographie (camionnage) de l Université Laval et obtient la

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés Quand la mémoire vacille Souvenirs enterrés, mémoire défaillante, oubli des gestes d autonomie les plus élémentaires, la maladie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES REGIONAL DE LA PERMANENCE DES SOINS DENTAIRES EN REGION RHÔNE-ALPES

CAHIER DES CHARGES REGIONAL DE LA PERMANENCE DES SOINS DENTAIRES EN REGION RHÔNE-ALPES CAHIER DES CHARGES REGIONAL DE LA PERMANENCE DES SOINS DENTAIRES EN REGION RHÔNE-ALPES 1 SOMMAIRE I. Les principes organisationnels de la permanence des soins dentaires A. Champ d application.. 3 B. Modalités

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Assises Franciliennes de l EEDD. Hôtel de Ville de Paris

Assises Franciliennes de l EEDD. Hôtel de Ville de Paris Assises Franciliennes de l EEDD Hôtel de Ville de Paris Qu est ce que la Plateforme? Création en 2004 Nos objectifs Co-construire et mettre en œuvre une stratégie régionale en EEDD : enjeux et priorités

Plus en détail

La gestion de la qualité dans la programmation, la planification et le contrôle des projets

La gestion de la qualité dans la programmation, la planification et le contrôle des projets La gestion de la qualité dans la programmation, la planification et le contrôle des projets Colloque exposition SAN-TECH Hôtel Sheraton / Laval Jeudi 30 mars 2006 Présenté par Benoit Thibault, ing. Conseiller

Plus en détail

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP Date de l évaluation Nom et fonction du membre du jury Nom et prénom du candidat Entreprise du candidat Activités Industrielles de Boulangerie Ce guide est destiné à chaque membre du jury Guide individuel

Plus en détail

Introduction :... 5. Première partie : la prise en charge de la personne... 9

Introduction :... 5. Première partie : la prise en charge de la personne... 9 1 Sommaire Introduction :... 5 Première partie : la prise en charge de la personne... 9 B. Le traitement des demandes auxquelles il ne peut pas être répondu de manière immédiate.... 10 C. Le traitement

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

(DOCUMENT DE BASE : FICHE CADRE DE LA VEILLE REGLEMENTAIRE ONP ET DICTIONNAIRE INTERMINISTERIEL DES COMPETENCES DES METIERS DE L ETAT)

(DOCUMENT DE BASE : FICHE CADRE DE LA VEILLE REGLEMENTAIRE ONP ET DICTIONNAIRE INTERMINISTERIEL DES COMPETENCES DES METIERS DE L ETAT) Adopté le 18 octobre 2012 Chargé de portefeuille de l activité «veille règlementaire» au sein du PNP REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION CHARGE DE PORTEFEUILLES «VEILLE REGLEMENTAIRE» AU SEIN DU

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

«CALENDRIER MENSUEL DES ACTIONS DE LA GERONTOLOGIE ET DU HANDICAP DANS LES PYRENEES ATLANTIQUES : MARS 2015»

«CALENDRIER MENSUEL DES ACTIONS DE LA GERONTOLOGIE ET DU HANDICAP DANS LES PYRENEES ATLANTIQUES : MARS 2015» MARS 2015» A partir du lundi 02 de 14h à 16h à PAU Atelier de détente : Animé tous les lundis après-midi de 14h à 16h par une sophrologue, en faveur des personnes souffrant de la maladie de Parkinson et

Plus en détail

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Communauté de pratique sur l intervention de quartier du CSSS-IUGS et les interventions de proximité en CSSS Auteurs : Jean-François

Plus en détail

HANDICAP ET MANAGEMENT. «Comment sensibiliser et impliquer les managers?»

HANDICAP ET MANAGEMENT. «Comment sensibiliser et impliquer les managers?» COMPTE RENDU DES HANDI RENCONTRES EN ESSONNE HANDICAP ET MANAGEMENT «Comment sensibiliser et impliquer les managers?» Le, 15 personnes de différentes entreprises ont répondu présentes à l invitation lancée

Plus en détail

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DU TRAVAIL FAMILIAL PREAMBULE L aide à domicile vise à renforcer le maintien de l autonomie des familles dont l équilibre est momentanément ou non affecté. En préservant et/ou en restaurant

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Sommaire Enjeux et objectifs Anticiper une réalité démographique et organiser le parcours de santé autour d

Plus en détail

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR Regio Basiliensis et ARFE COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR LES POPULATIONS, L ECONOMIE ET LES REGIONS II. Forum ARFE du 22 février 2008 en coopération avec la Regio Basiliensis

Plus en détail