Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH"

Transcription

1 Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH

2 Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre d évaluer plusieurs types de formation : de la personne exposée jusqu à la PCR. Vous pouvez aller de la conception de questionnaires à plusieurs niveaux jusqu à la réalisation d auto- tests.

3 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelles sont les différentes désintégrations? Plusieurs réponses possibles moins plus Capture électronique Conversion interne

4 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelles sont les différentes désexcitations? Plusieurs réponses possibles moins plus Capture électronique Conversion interne

5 Notions de base - radioactivité Niveau 3 Quels sont les rayonnements qui produisent un spectre de raies? Plusieurs réponses possibles moins plus X

6 Notions de base - radioactivité Niveau 3 Quels sont les rayonnements qui produisent un spectre continu? Plusieurs réponses possibles moins plus X

7 Notions de base - radioactivité Niveau 1 L unité d activité est le Sievert Gray Becquerel

8 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelle est la plage en énergie pour le rayonnement alpha? 1 kev à 100 kev 10 kev à 3 MeV 100 kev à 1 MeV 4 à 9 MeV

9 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelle est la plage en énergie pour le rayonnement bêta? 1 kev à 100 kev 10 kev à 3 MeV 100 kev à 1 MeV 4 à 9 MeV

10 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelle est la plage en énergie pour le rayonnement gamma? 1 kev à 100 kev 10 kev à 3 MeV 100 kev à 1 MeV 4 à 9 MeV

11 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Quelle est la plage en énergie pour le rayonnement X? 1 kev à 100 kev 10 kev à 3 MeV 100 kev à 1 MeV 4 à 9 MeV

12 Notions de base - radioactivité Niveau 2 La relation entre le becquerel et le curie est : 1 Ci = 37 MBq 1 Ci = 74 MBq 1 Ci = 37 GBq 1 Ci = 74 GBq

13 Notions de base - radioactivité Niveau 1 Qu est-ce que la période radioactive d un radionucléide? La durée nécessaire pour rendre un élément naturel radioactif Le temps de présence du radioélément dans l organisme Le temps nécessaire à l activité de ce radioélément pour diminuer de moitié

14 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Un radionucléide a une période de 8 jours. L activité initiale est de 100 MBq. Quelle est l activité au bout de 24 jours? 25 MBq 20 MBq 12,5 MBq 10 MBq

15 Notions de base - radioactivité Niveau 2 Un radionucléide a une période de 6 heures. L activité initiale est de 400 kbq. Quelle est l activité au bout de 2 jours? 10 kbq 5 kbq 2,5 kbq 1,56 kbq

16 Notions de base - radioactivité Niveau 3 Un radionucléide a une période de 24 heures. L activité finale est de 100 kbq au bout de 4 jours. Quelle est l activité initiale? 400 kbq 1,6 MBq 3,2 MBq 6,4 MBq

17 Notions de base - radioactivité Niveau 3 Un radionucléide a une période de 2,5 ans. L activité initiale est de 32 Mq. L activité finale est de 4 MBq. Quel est le temps de décroissance? 5 ans 7,5 ans 10 ans 12,5 ans

18 Notions de base - radioactivité Niveau 3 On donne les caractéristiques suivantes pour des radionucléides ayant la même activité (37 GBq) mais une période différente : Uranium période = 4,5 milliards d années - masse = 3 tonnes Radium période = 1620 ans - masse = 1 gramme Iode période = 8 jours masse = 8 micro gramme Cochez les bonnes réponses donnant les masses pour l activité de 37 GBq. Pu-239 T = ans masse = 0,11 g Pu-239 T = ans masse = 11 g H-3 T = 12,3 ans masse = 72 µg H-3 T = 12,3 ans masse = 72 g

19 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 1 Quel est le rayonnement ionisant, le plus pénétrant dans la matière?

20 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 2 Le parcours du rayonnement alpha dans l eau est Nul 0,07 mm 0,07 cm 5 cm

21 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 1 Le parcours du rayonnement bêta dans l eau est Nul Quelques millimètres Quelques mètres

22 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 2 Le parcours d un rayonnement bêta d une énergie maximum de 2 MeV dans l air est Nul 1 cm 1 m 8 m

23 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 2 Quelles sont les interactions des rayonnements alpha avec la matière? Plusieurs réponses possibles Effet photoélectrique Ionisation Effet de création de paires Effet Compton Rayonnement de freinage Excitation

24 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 3 Quelles sont les interactions des rayonnements bêta avec un matériau lourd? Plusieurs réponses possibles Effet photoélectrique Ionisation Effet de création de paires Effet Compton Rayonnement de freinage Excitation

25 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 2 Quelles sont les interactions des rayonnements gamma de faible énergie avec la matière? Plusieurs réponses possibles Effet photoélectrique Ionisation Effet de création de paires Effet Compton Rayonnement de freinage Excitation

26 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 3 Quelles sont les interactions des rayonnements gamma de forte énergie avec la matière? Plusieurs réponses possibles Effet photoélectrique Ionisation Effet de création de paires Effet Compton Rayonnement de freinage Excitation

27 Notions de base interaction rayonnement matière Niveau 3 Quel phénomène accompagne l'absorption d'un rayonnement bêta plus dans la matière? Aucun L émission d un photon X de 511 kev L émission de deux photons X de 511 kev

28 Notions de base exposition Niveau 1 La dose absorbée correspond À un nombre de rayonnements émis par seconde À une énergie cédée à la matière À la traduction de la nuisance des rayonnements

29 Notions de base exposition Niveau 1 L unité de dose absorbée est le Sievert Gray Becquerel Curie

30 Notions de base exposition Niveau 1 L unité de débit de dose absorbée est le Sievert / heure Gray / heure Becquerel / seconde

31 Notions de base exposition Niveau 1 Une source radioactive ponctuelle a un débit de dose absorbée de 10 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 2 heures à cette distance. Quelle dose absorbée avez-vous reçue? 10 µgy 15 µgy 20 µgy 25 µgy

32 Notions de base exposition Niveau 2 Une source radioactive ponctuelle a un débit de dose absorbée de 10 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 30 minutes à cette distance. Quelle dose absorbée avezvous reçue? 1 µgy 5 µgy 10 µgy 300 µgy

33 Notions de base exposition Niveau 2 Une source radioactive ponctuelle a un débit de dose absorbée de 10 µgy/h à 1 mètre. Vous avez reçu une dose de 15 µgy. Combien de temps êtes-vous resté à cette distance? 1/2 heure 1 heure 1,5 heure 2 heures

34 Notions de base exposition Niveau 1 Quand vous avez un radionucléide émetteur gamma, si vous vous éloignez de la source Le débit de dose augmente Le débit de dose diminue Le débit de dose reste identique

35 Notions de base exposition Niveau 2 Une source radioactive ponctuelle a un débit de dose absorbée de 10 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 2 heures à une distance de 2 mètres. Quelle dose absorbée avez-vous reçue? 5 µgy 10 µgy 15 µgy 20 µgy

36 Notions de base exposition Niveau 2 Une source radioactive ponctuelle a un débit de dose absorbée de 10 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 15 minutes à une distance de 50 centimètres. Quelle dose absorbée avez-vous reçue? 1 µgy 2,5 µgy 5 µgy 10 µgy

37 Notions de base exposition Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma a une activité de 10 9 Bq. Quelle sera la valeur du débit de dose absorbée à 1 mètre?. On donne E = 1 MeV et I = 100 %? 0,13 µgy/h 13 µgy/h 0,13 mgy/h 1,3 mgy/h

38 Notions de base exposition Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma a une activité de 10 9 Bq. Quelle sera la valeur du débit de dose absorbée à 1 mètre?. On donne E = 0,5 MeV et I = 80 %? 0,052 mgy/h 0,13 mgy/h 0,52 mgy/h 1,3 mgy/h

39 Notions de base exposition Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma d énergie E = 0,5 MeV et I = 100 % a un débit de dose absorbée à 1 mètre de 20 µgy/h. Quelle sera la valeur du débit de dose à 1 mètre pour une source émettant des rayonnements gamma d énergie E = 1 MeV et I = 100 % 20 µgy/h 40 µgy/h 80 µgy/h 100 µgy/h

40 Notions de base exposition Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma d énergie E = 0,25 MeV et I = 50 % a un débit de dose absorbée à 1 mètre de 100 µgy/h. Quelle sera la valeur du débit de dose à 1 mètre pour une source émettant des rayonnements gamma d énergie E = 1 MeV et I = 100 % 100 µgy/h 200 µgy/h 400 µgy/h 800 µgy/h

41 Notions de base exposition Niveau 4 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma d énergie E = 1 MeV et I = 100 % a un débit de dose absorbée à 1 mètre de 640 µgy/h. Quelle sera la valeur du débit de dose à 2 mètres pour une source émettant des rayonnements gamma d énergie E = 0,5 MeV et I = 50 % 320 µgy/h 160 µgy/h 80 µgy/h 40 µgy/h

42 Notions de base exposition Niveau 1 L unité de dose efficace est le Sievert Gray Becquerel

43 Notions de base exposition Niveau 2 La dose efficace sert À établir la dose nécessaire pour stériliser une tumeur en radiothérapie À estimer les brûlures de la peau lors d une forte dose localisée À évaluer la dose reçue qui est pondérée et qui permet le suivi radiologique des travailleurs

44 Notions de base exposition Niveau 2 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma a un débit de dose absorbée de 100 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 2 heures à cette distance. Quelle dose équivalente avez-vous reçue? 10 µsv 50 µsv 200 µsv 1 msv

45 Notions de base exposition Niveau 3 Une source radioactive considérée comme ponctuelle émettant des neutrons «thermiques» a un débit de dose absorbée de 100 µgy/h à 1 mètre. Vous restez 2 heures à cette distance. Quelle dose équivalente avez-vous reçue? 10 msv 5 msv 1 msv 0,5 msv

46 Notions de base exposition Niveau 3 Un opérateur reçoit une dose équivalente au niveau des poumons de 100 msv. Quelle sera la valeur de la dose efficace? On donne W poumons = 0,12 12 msv 833 msv

47 Notions de base exposition Niveau 3 On estime la dose efficace d un opérateur à 5 msv. Sachant que l organe cible était la thyroïde quelle sera la valeur de la dose équivalente au niveau de cet organe? On donne W poumons = 0,05 0,25 msv 100 msv

48 Notions de base exposition Niveau 1 A quel risque êtes-vous exposé? Interne Externe Brûlure

49 Notions de base exposition Niveau 1 A quel risque êtes-vous potentiellement exposé? Interne Externe Externe et interne

50 Notions de base exposition Niveau 1 Est-il recommandé de prendre une source radioactive à la main? Oui Non

51 Notions de base écrans Niveau 1 A quoi sert la mise en place d une protection biologique? Réduire le risque d exposition interne Réduire le risque de contamination corporelle Réduire le risque d exposition externe

52 Notions de base écrans Niveau 1 Pour atténuer le rayonnement gamma, on utilise Des matériaux hydrogénés Des matériaux lourds tel que le plomb Un confinement dynamique

53 Notions de base écrans Niveau 1 Pour arrêter le rayonnement bêta, on utilise Des matériaux légers hydrogénés Des matériaux lourds tel que le plomb Un confinement dynamique

54 Notions de base écrans Niveau 2 Pour ralentir des neutrons rapides, on utilise Un confinement dynamique Des matériaux lourds tel que le plomb Des matériaux légers hydrogénés

55 Notions de base écrans Niveau 2 Quand vous avez un radionucléide émetteur bêta plus, vous utilisez un écran de protection En matériau léger En plomb Avec un matériau léger puis du plomb

56 Notions de base écrans Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma a un débit de dose absorbée de 128 µgy/h à 1 mètre. Vous interposez un écran de plomb de 5 cm. Sachant que l épaisseur moitié «pratique» est de 1 cm, quelle sera la valeur du débit de dose? 25,6 µgy/h 12,5 µgy/h 6,25 µgy/h 4 µgy/h

57 Notions de base écrans Niveau 3 Une source radioactive ponctuelle émettant des rayonnements gamma a un débit de dose absorbée de 32 µgy/h à 1 mètre. Vous interposez un écran de plomb de 2 cm. Sachant que l épaisseur moitié «pratique» est de 5 mm, quelle sera la valeur du débit de dose? 1 µgy/h 2 µgy/h 4 µgy/h 8 µgy/h

58 Notions de base écrans Niveau 3 Sachant que l épaisseur moitié «pratique» d un écran en acier est de 2 cm, quelle sera l ordre de grandeur de l épaisseur dixième? 4 cm 6,64 cm 10 cm

59 Notions de base écrans Niveau 3 L épaisseur moitié «pratique» d un écran d eau est de 10 cm. L épaisseur dixième «pratique» d un écran en béton est de 33 cm. Sachant que l on veut atténuer le débit de dose d une source d un facteur 400 quelle épaisseur doit on mettre? 43 cm 53 cm 76 cm 86 cm

60 Notions de base écrans Niveau 3 L épaisseur moitié «pratique» d un écran en béton est de 5 cm. L épaisseur dixième «pratique» d un écran en béton est de 16,6 cm. Sachant que l on veut atténuer le débit de dose d une source d un facteur 80 quelle épaisseur doit on mettre? 26,6 cm 31,6 cm 36,6 cm 41,6 cm

61 Notions de base contamination Niveau 1 Comment se protège-t-on du risque d exposition interne? Par la mise en place de protections biologiques Par le confinement mis en œuvre dans les locaux Par le confinement des sources de rayonnement et le port éventuel de tenues de protection

62 Notions de base contamination Niveau 1 Une contamination labile : Est fixée Se disperse facilement

63 Notions de base contamination Niveau 1 Vous manipulez un radionucléide sous forme de source non scellée. Est-il nécessaire de porter des gants? Oui Non

64 Notions de base contamination Niveau 2 Vous manipulez un radionucléide sous forme de source non scellée liquide en mélange avec de l acide. Vous portez des gants? Non Oui en coton Oui en latex

65 Notions de base contamination Niveau 1 Quelles sont les voies d incorporation de la contamination dans le corps humain? Plusieurs réponses possibles. Le nez Les yeux Les oreilles La bouche La peau

66 Notions de base contamination Niveau 3 La période radioactive d un radionucléide est de 10 ans. Sa période biologique est de 10 jours. Quelle est la valeur de la période effective? 10 ans 1 an 100 jours 10 jours

67 Notions de base contamination Niveau 3 La période radioactive d un radionucléide est de 60 jours. Sa période biologique est aussi de 60 jours. Quelle est la valeur de la période effective? 6 jours 10 jours 30 jours 60 jours

68 Notions de base contamination Niveau 2 Qu est-ce que la période effective d un radionucléide? Le temps nécessaire à l activité de ce radioélément pour diminuer de moitié dans l organisme Le temps de présence du radioélément dans l organisme La durée nécessaire pour rendre un élément naturel radioactif

69 Notions de base contamination Niveau 3 Vous travaillez dans un local ventilé. Le taux de renouvellement est de 2 par heure. Sachant que le volume du local est de 1000 m 3, quel est le débit de ventilation? 500 m 3 /h 1000 m 3 /h 2000 m 3 /h

70 Notions de base contamination Niveau 3 Vous travaillez dans un local ventilé qui a les dimensions suivantes : L = 5 m, l = 4 m et H = 2,5 m. Sachant que le débit de ventilation est égal à 200 m 3 /h quel est le taux de renouvellement? 1 h -1 2 h -1 4 h -1

71 Notions de base contamination Niveau 3 Le taux de renouvellement est de 2 par heure. Lors d un incident de contamination une activité volumique de Bq/m 3 est dispersée dans le local. Quelle sera la valeur de l activité volumique au bout de 1 heure? 2500 Bq/m Bq/m Bq/m 3

72 Notions de détection Niveau 1 Quel appareil utilise-t-on pour faire une mesure de débit de dose? Un radiamètre (type chambre d ionisation) Un contaminamètre Un thermomètre

73 Notions de détection Niveau 4 On réalise une mesure de débit de dose avec une chambre d ionisation et un Geiger-Müller compensé sur une source de cobalt 60. La mesure sera-t-elle? Plus élevée pour la chambre d ionisation Plus élevée pour le Geiger-Müller Identique

74 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure de débit de dose avec une chambre d ionisation sur un pinceau de rayonnements (ex : source collimatée). Le volume exposé est plus petit que le volume de la chambre. La mesure sera-t-elle? Sur estimée Egale Sous-estimée

75 Notions de détection Niveau 3 Vous effectuez une mesure d'ambiance du débit de dose absorbée avec une babyline; vous obtenez les résultats suivants avec capot : 0,15 mgy/h - sans capot : 7 mgy/h Que pouvez-vous en déduire? Plusieurs réponses possibles Vous mesurez des neutrons Vous mesurez des gamma de forte énergie Vous mesurez des gamma de faible énergie Vous mesurez des bêta

76 Notions de détection Niveau 1 Quel appareil utilise-t-on pour faire une mesure de contamination? Un radiamètre (type GM compensé) Un contaminamètre Un baromètre

77 Notions de détection Niveau 2 On réalise une mesure de contamination avec une sonde alpha. Quelles sont les précautions à prendre? Plusieurs réponses possibles Mettre un plastique sur la sonde pour éviter qu elle ne se contamine Etre à moins de 5 cm pour faire la mesure Faire une mesure en absence d humidité Faire une mesure en présence d humidité

78 Notions de détection Niveau 2 On réalise une mesure de contamination avec une sonde alpha. Quelle est la valeur du bruit de fond? 0,05 c/s 1 c/s 10 c/s 50 c/s

79 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure de contamination avec une sonde alpha. On mesure 10 c/s. A quelle activité cela correspond-t-il sachant que le rendement de mesure sous 2 est égal à 40 %? 2 Bq 10 Bq 50 Bq 100 Bq

80 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure de contamination avec une sonde alpha. On mesure 120 c/s. La surface utile de la sonde est de 30 cm 2. A quelle activité surfacique en Bq/cm 2 cela correspond-t-il sachant que le rendement de mesure sous 2 est égal à 40 %? 2 Bq/cm 2 20 Bq/cm Bq/cm Bq/cm 2

81 Notions de détection Niveau 2 On réalise une mesure de contamination avec une sonde bêta type Geiger-Müller. Quelle est la valeur du bruit de fond? 0,05 c/s 1 c/s 10 c/s 50 c/s

82 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure de contamination avec une sonde bêta. On mesure 500 c/s. A quelle activité cela correspond-t-il sachant que le rendement de mesure sous 2 est égal à 20 %? 50 Bq 500 Bq 1000 Bq 5000 Bq

83 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure de contamination avec une sonde bêta sur un filtre. Après décroissance du radon, on mesure 300 c/s. A quelle activité volumique en Bq/m 3 cela correspond-t-il sachant que le rendement de mesure sous 2 est égal à 30 % et que le volume passé est de 10 m 3? On suppose le rendement de filtration égal à 100%. 100 Bq/m Bq/m Bq/m 3

84 Notions de détection Niveau 2 On réalise une mesure de contamination avec une sonde X (sonde à scintillation). Quelle est la valeur du bruit de fond? 0,05 c/s 1 c/s 10 c/s 50 c/s

85 Notions de détection Niveau 2 On réalise une mesure de contamination avec une sonde gamma (sonde à scintillation). Quelle est la valeur du bruit de fond? 0,05 c/s 1 c/s 10 c/s 20 c/s

86 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure avec une échelle de comptage. On mesure 360 c/s avec un temps de comptage de 10 secondes. Quelle est la valeur de l incertitude relative pour un intervalle de confiance de 95 % (2 )? 24 c/s 36 c/s 48 c/s

87 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure avec une échelle de comptage. On mesure 360 c/s avec un temps de comptage de 10 secondes. Quelle est la valeur de l incertitude absolue pour un intervalle de confiance de 95 % (2 )? 15,2 % 10 % 6,66 % 3,33 %

88 Notions de détection Niveau 3 On réalise une mesure avec une échelle de comptage. On mesure 810 chocs pour le comptage brut avec un temps de comptage de 10 secondes. On mesure 200 chocs pour le comptage du bruit de fond avec un temps de comptage de 50 secondes. Quelle est la valeur du taux de comptage net? 85 c/s 77 c/s 75 c/s

89 Notions de détection Niveau 4 On réalise une mesure avec une échelle de comptage. On mesure 810 c/s pour le comptage brut avec un temps de comptage de 10 secondes. On mesure 200 c/s pour le comptage du bruit de fond avec un temps de comptage de 50 secondes. Quelle est la valeur de l incertitude absolue pour un intervalle de confiance de 95 % (2 ) du comptage net? 42,2 c/s 35,5 c/s 18,4 c/s

90 Notions de détection Niveau 1 Quel appareil utilise-t-on pour faire une mesure de dosimétrie passive? Un spectromètre Un contaminamètre Un dosimètre

91 Notions de détection Niveau 1 Quel appareil utilise-t-on pour faire une mesure de dosimétrie opérationnelle? Un dosimètre Un contaminamètre Un radiamètre

92 Notions de détection Niveau 2 Le port d un tablier de plomb est efficace en terme de protection pour les faibles énergies. Où dois-je porter mon dosimètre corps entier? Sur le tablier de plomb à la poitrine Sur le tablier de plomb à la ceinture Sous le tablier de plomb à la poitrine

93 Notions de détection Niveau 2 Quel appareil utilise-t-on pour faire une mesure de dosimétrie des extrémités? Un dosimètre Une bague avec un dosimètre thermoluminescent Un radiamètre

94 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Les effets déterministes sont en général Précoce Tardif

95 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Les effets déterministes sont en général À seuil Sans seuil

96 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Pour les effets déterministes La probabilité d apparition augmente avec la dose La gravité augmente avec la dose

97 Notions sur les effets biologiques Niveau 2 Pour les effets déterministes la dose létale 50 % est égale à : 0,5 Gy 1 Gy 4,5 Gy

98 Notions sur les effets biologiques Niveau 3 Pour les effets déterministes on observe des radionécroses pour la peau à partir de : 20 Gy 50 Gy 80 Gy

99 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Les effets stochastiques (aléatoires) sont en général Précoce Tardif

100 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Les effets stochastiques (aléatoires) sont en général À seuil Sans seuil

101 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 Pour les effets stochastiques (aléatoires) La probabilité d apparition augmente avec la dose La gravité augmente avec la dose

102 Notions sur les effets biologiques Niveau 3 Pour les effets stochastiques (aléatoires) on utilise le facteur de risque pour quantifier la fréquence d apparition de ces effets Pour les travailleurs il est égal à : par sievert 5, par sievert 1, par sievert

103 Notions sur les effets biologiques Niveau 4 Pour les effets stochastiques (aléatoires) on utilise le facteur de risque pour quantifier la fréquence d apparition de ces effets En supposant de personnes du public exposées à 1 msv quel nombre pourrait avoir un effet lié à l exposition aux rayonnements? 7300 personnes 730 personnes 560 personnes 73 personnes 56 personnes

104 Notions sur les effets biologiques Niveau 1 L exposition naturelle en France est en moyenne de 10 microsievert par an (10 µsv/an) 3 millisievert par an (3 msv/an) 0,5 sievert par an (0,5 Sv/an)

105 Réglementation Niveau 1 Quelle est la limite d exposition pour l organisme entier (dose efficace) pour un travailleur? 1 msv 20 msv 500 msv

106 Réglementation Niveau 1 Quelle est la limite d exposition pour les extrémités et la peau (dose équivalente) pour un travailleur? 1 msv 20 msv 500 msv

107 Réglementation Niveau 2 Quelle est la limite d exposition pour le cristallin (dose équivalente) pour un travailleur? 20 msv 150 msv 500 msv

108 Réglementation Niveau 1 Quelle est la limite d exposition pour l organisme entier (dose efficace) pour le public ou un travailleur non exposé? 1 msv 20 msv 500 msv

109 Réglementation Niveau 1 Quelle est la limite d exposition pour la femme enceinte? 0,1 msv 1 msv 20 msv

110 Réglementation Niveau 1 La zone contrôlée est subdivisée en plusieurs zones de couleurs différentes : Verte, jaune, bleue Verte, rose, orange Verte, jaune, orange

111 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone surveillée qui vous semble correcte (code du travail) E > 1 msv H peau-extrémités > 15 msv H critallin > 50 msv Zone surveillée E > 1 msv H peau-extrémités > 50 msv H critallin > 15 msv E < 1 msv H peau-extrémités < 50 msv H critallin < 15 msv Accès réglementé

112 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone contrôlée qui vous semble correcte (code du travail) E > 1 msv H peau-extrémités > 45 msv H critallin > 150 msv E > 6 msv H peau-extrémités > 150 msv H critallin > 45 msv E > 1 msv H peau-extrémités > 150 msv H critallin > 45 msv E > 20 msv H peau-extrémités > 500 msv H critallin > 150 msv E > 6 msv H peau-extrémités > 45 msv H critallin > 150 msv Zone contrôlée Accès réglementé

113 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone surveillée qui vous semble correcte (arrêté zonage) Dose efficace < 7,5 µsv (sur 1 h) Dose extrémités < 0,2 msv (sur 1 h) Dose efficace < 25 µsv (sur 1 h) Dose extrémités < 0,2 msv (sur 1 h) Dose efficace < 25 µsv (sur 1 h) Dose extrémités < 0,65 msv (sur 1 h) Zone surveillée Accès réglementé

114 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone contrôlée qui vous semble correcte (arrêté zonage) Zone contrôlée 0,5 µsv (sur 1 h) <Dose efficace < 7,5 µsv (sur 1 h) 0,1 msv (sur 1 h) <Dose extrémités < 0,2 msv (sur 1 h) 0,5 µsv (sur 1 h) < Dose efficace < 25 µsv (sur 1 h) 0,1 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 0,2 msv (sur 1 h) 7,5 µsv (sur 1 h) < Dose efficace < 25 µsv (sur 1 h) 0,2 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 0,65 msv (sur 1 h) Accès réglementé

115 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone contrôlée qui vous semble correcte (arrêté zonage) Zone contrôlée 7,5 µsv (sur 1 h) <Dose efficace < 25 µsv (sur 1 h) 0,2 msv (sur 1 h) <Dose extrémités < 0,65 msv (sur 1 h) Accès réglementé 25 µsv (sur 1 h) < Dose efficace < 2 msv (sur 1 h) (et DDD < 2 msv/h) 0,65 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 50 msv (sur 1 h) 25 µsv (sur 1 h) < Dose efficace < 25 msv (sur 1 h) (et DDD < 2 msv/h) 0,2 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 500 msv (sur 1 h)

116 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone contrôlée qui vous Zone contrôlée semble correcte (arrêté zonage) Accès réglementé 2 msv (sur 1 h) < Dose efficace < 25 msv (sur 1 h) (et DDD < 25 msv/h) 50 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 500 msv (sur 1 h) 2mSv (sur 1 h) < Dose efficace < 50 msv (sur 1 h) (et DDD < 50 msv/h) 0,65 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 50 msv (sur 1 h) 2mSv (sur 1 h) < Dose efficace < 100 msv (sur 1 h) (et DDD < 100 msv/h) 50 msv (sur 1 h) < Dose extrémités < 2500 msv (sur 1 h)

117 Réglementation Niveau 2 Cochez la définition de la zone interdite qui vous semble correcte (arrêté zonage) 100 msv (sur 1 h) < Dose efficace Avec ddd > 100 msv/h 2500 msv (sur 1 h) < Dose extrémités 2mSv (sur 1 h) < Dose efficace Avec ddd > 100 msv/h 0,65 msv (sur 1 h) < Dose extrémités 2mSv (sur 1 h) < Dose efficace Avec ddd > 100 msv/h 50 msv (sur 1 h) < Dose extrémités Zone contrôlée Accès interdit

118 Réglementation Niveau 3 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière continue. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 150 µgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

119 Réglementation Niveau 3 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière continue. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 10 µgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

120 Réglementation Niveau 3 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière continue. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 2,5 mgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

121 Réglementation Niveau 4 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière fractionnée pendant 15 minutes sur une heure de préparation et d arrêt de l opération. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 1,5 mgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

122 Réglementation Niveau 4 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière fractionnée pendant 15 minutes sur une heure de préparation et d arrêt de l opération. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 80 µgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

123 Réglementation Niveau 4 Vous venez de faire une mesure sur un local dans lequel une source émet de manière fractionnée pendant 10 minutes sur une heure de préparation et d arrêt de l opération. Les rayonnements émis sont des gamma et vous avez mesuré un débit de dose de 20 µgy/h. Quel panneau devrait être posé sur la porte? Zone surveillée Zone contrôlée Accès réglementé Accès réglementé Zone contrôlée Zone contrôlée Accès réglementé Accès interdit Zone contrôlée Accès réglementé

124 Réglementation Niveau 1 Quelles sont les conditions d accès en zone surveillée? Aucune restriction Avoir reçu une notice d information Avoir reçu une notice d information, être CDI, faire l objet d un enregistrement spécial

125 Réglementation Niveau 1 Quelles sont les conditions d accès en zone contrôlée verte? Aucune restriction Avoir reçu une notice d information Avoir reçu une notice d information, être CDI, faire l objet d un enregistrement spécial

126 Réglementation Niveau 1 Qui a accès à la zone orange? Tout le monde Les intérimaires Les travailleurs ayant un CDI

127 Réglementation Niveau 2 Quelles sont les conditions d accès et de sortie de zone orange? Aucune restriction Avoir reçu une notice d information Avoir reçu une notice d information, être CDI Avoir reçu une notice d information, être intérimaire Avoir reçu une notice d information, être CDI, faire l objet d un enregistrement spécial

128 Réglementation Niveau 1 Qui a accès à la zone rouge? Personne sauf autorisation de l employeur Les intérimaires Les travailleurs ayant un CDI

129 Réglementation Niveau 2 Quelles sont les conditions d accès et de sortie de zone rouge? Avoir reçu une notice d information, être CDI, faire l objet d un enregistrement spécial, avoir l autorisation de l employeur Avoir reçu une notice d information, être CDI Avoir reçu une notice d information, être CDI, faire l objet d un enregistrement spécial

130 Réglementation Niveau 2 Quelle est la définition correcte d un travailleur de catégorie A Un travailleur susceptible d être exposé à plus de trois dixième des limites d exposition dans des conditions accidentelles de travail Un travailleur susceptible d être exposé à plus de un dixième des limites d exposition dans des conditions habituelles de travail Un travailleur susceptible d être exposé à plus de trois dixième des limites d exposition dans des conditions habituelles de travail

131 Réglementation Niveau 2 Quelle est la définition la plus correcte d un travailleur de catégorie B Un travailleur susceptible d être exposé à plus de trois dixièmes des limites d exposition dans des conditions accidentelles de travail et plus de 6 msv en dose efficace Un travailleur susceptible d être exposé à plus de un dixième des limites d exposition dans des conditions habituelles de travail et inférieur à trois dixièmes et plus de 1mSv en dose efficace Un travailleur susceptible d être exposé à moins de un dixième des limites d exposition dans des conditions habituelles de travail et moins de 1mSv en dose efficace

132 Réglementation Niveau 1 Un travailleur de catégorie A entre en zone surveillée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements gamma. Il doit Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

133 Réglementation Niveau 1 Un travailleur de catégorie B entre en zone surveillée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements gamma. Il doit Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

134 Réglementation Niveau 1 Un travailleur de catégorie A entre en zone contrôlée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements gamma. Il doit Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

135 Réglementation Niveau 1 Un travailleur de catégorie B entre en zone contrôlée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements gamma. Il doit Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

136 Réglementation Niveau 2 Un travailleur de catégorie A entre en zone contrôlée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements bêta de faible énergie (E max < 300 kev) et un risque d exposition interne. Il peut Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

137 Réglementation Niveau 2 Un travailleur de catégorie B entre en zone contrôlée pour une opération où il y a un risque d exposition externe avec des rayonnements bêta de faible énergie (E max < 300 kev) et un risque d exposition interne. Il peut Porter un dosimètre passif Porter une dosimètre passif et un opérationnel Ne rien porter du tout

138 Réglementation Niveau 1 Le port de la dosimétrie passive pour un travailleur de catégorie A est Mensuel Trimestriel Semestriel

139 Réglementation Niveau 1 Le port de la dosimétrie passive pour un travailleur de catégorie B est Mensuel Trimestriel Semestriel

140 Réglementation Niveau 2 Quelle est la personne qui assure les tâches de radioprotection dans l entreprise? Le supérieur hiérarchique La personne compétente en radioprotection Le médecin du travail

141 Réglementation Niveau 3 Comment est désignée la personne compétente en radioprotection si l entreprise à un dossier d autorisation (ASN ou ICPE ou INB)? Au sein de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation et reçu un avis favorable du CHSCT (ou DP) Au sein de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation A l extérieur de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation et reçu un avis favorable du CHSCT (ou DP)

142 Réglementation Niveau 3 Comment peut être désignée la personne compétente en radioprotection si l entreprise n a pas de dossier d autorisation (ASN ou ICPE ou INB)? Au sein de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation A l extérieur de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation A l extérieur de l entreprise, après avoir réussi l examen à l issue de la formation et reçu un avis favorable du CHSCT (ou DP)

143 Réglementation Niveau 2 A quelle personne l'employeur doit-il s'adresser pour obtenir le classement d'un ou plusieurs travailleurs en catégorie A? Le supérieur hiérarchique L inspecteur du travail Le médecin du travail

144 Réglementation Niveau 2 Pour le personnel entrant en INB, le médecin qui assure le suivi médical peut être : Le médecin traitant Un médecin du travail Un médecin du travail ayant reçu une formation spécifique

145 Réglementation Niveau 3 Le dossier médical spécial tenu par le médecin qui assure le suivi médical doit contenir : Les résultats dosimétriques passifs Les résultats dosimétriques passifs, actifs et internes Les résultats dosimétriques passifs et actifs

146 Réglementation Niveau 3 Le dossier médical spécial tenu par le médecin qui assure le suivi médical doit contenir : Plusieurs réponses possibles : La fiche d exposition Les dates et nature des examens Le contrat de travail La fiche médicale d aptitude Les résultats dosimétriques

147 Réglementation Niveau 1 En début de grossesse la future mère (plusieurs réponses possibles) Peut continuer à travailler dans le respect des limites réglementaire de la catégorie B Doit consulter le médecin du travail Doit prévenir son responsable

148 Réglementation Niveau 1 Pour connaître la dose cumulée sur un dosimètre passif, il faut s adresser : Au comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Au service de santé au travail auquel on est rattaché À son employeur

149 Réglementation Niveau 1 Qui a communication de vos résultats nominatifs de dosimétrie passive? Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Le médecin du travail L employeur

150 Réglementation Niveau 2 Qui a communication directe de vos résultats nominatifs de dosimétrie opérationnelle? Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Le médecin du travail La personne compétente en radioprotection

151 Réglementation Niveau 1 La formation des personnes exposées doit avoir lieu Tous les ans Tous les 3 ans Tous les 5 ans

152 Réglementation Niveau 1 En zone contrôlée jaune contaminante, il est interdit de : (plusieurs réponses possibles) Fumer Manger Porter un masque filtrant Boire

153 Réglementation Niveau 2 Le contrôle de non contamination du personnel est obligatoire : En sortie de zone contrôlée En sortie de zone réglementée contaminante En sortie d'installation

154 Le transport Niveau 2 Quel document doit être remis par l'expéditeur au transporteur pour tout transport de produits radioactifs, quelle que soit la catégorie? L estimation de dose prévisionnelle Le code de la route La déclaration d expédition

155 Le transport Niveau 2 Quel est le débit d'équivalent de dose à ne jamais dépasser au contact d'un colis (hors usage exclusif)? 0,1 msv/h 2 msv/h 10 msv/h

156 Le transport Niveau 3 Vous mesurez un débit d équivalent de dose de 50 µsv/h à 1m d'un colis Quel indice de transport allez-vous inscrire sur l étiquette? IT = 0,5 IT = 1 IT = 5

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

Fluor-18 ED 4311. 1. Caractéristiques RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES. Origine

Fluor-18 ED 4311. 1. Caractéristiques RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES. Origine 18 9F Origine RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES Fluor-18 Émissions : + : E moyenne = 250 kev ; E max = 634 kev (photons d annihilation) : 511 kev Période physique : 110 minutes Seuils d exemption : 10 6

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire

Présentation des règles et procédures. environnement nucléaire Présentation des règles et procédures de travail en environnement nucléaire 1 Sommaire Les grandes lignes de la réglementation Le contrôle de l exposition aux rayonnements ionisants Les moyens de protection

Plus en détail

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION

GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION GESTION DES INCIDENTS en INB CONTAMINATION-IRRADIATION CNPE DAMPIERRE en BURLY Rudi Hauser SPR Dr Frédérique LEVRAY SST 1 Principes de Surveillance Radioprotection 2 Principe de fonctionnement d une centrale

Plus en détail

Uranium naturel ED 4321. 231 90Th, 234m 91Pa RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES

Uranium naturel ED 4321. 231 90Th, 234m 91Pa RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES RADIOPROTECTION : RADIONUCLÉIDES août 2014 ED 4321 Xx Uranium naturel 231 Unat/ 90Th, 234 90Th, 234m 91Pa Émissions principales de l uranium naturel (à l équilibre avec ses premiers descendants) : : E

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Santé Sécurité Environnement Guide de radioprotection

Santé Sécurité Environnement Guide de radioprotection Les cahiers de prévention Santé Sécurité Environnement Guide de radioprotection 1 ère édition septembre 2007 Introduction Ce guide est destiné à toute personne concernée par l'organisation ou la mise en

Plus en détail

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex 2003-296) relatif à la protection des

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

RISQUES RADIOLOGIQUES

RISQUES RADIOLOGIQUES Introduction Nous verrons ici les signes permettant de définir la gravité de l accident et d en déduire la protection adaptée pour les intervenants. Comme pour toute autre intervention, la protection du

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

Transport des substances radioactives par route

Transport des substances radioactives par route 9 Transport des substances radioactives par route L envoi de substances radioactives par voie postale est désormais réservé au titulaire d un agrément délivré par l ASN. L utilisation de véhicule personnel

Plus en détail

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail Christine Gauron INRS-Paris Rencontres Nucléaire et santé 17 janvier 2007 Etudes de poste place réglementaire Tous risques confondus,

Plus en détail

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé

Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé RADIOPROTECTION : FICHE MÉDICALE Curiethérapie Curiethérapie à débit pulsé Les procédures décrites dans cette fiche concernent uniquement les applications de curiethérapie à débit pulsé (1) utilisant une

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

Comme les précédentes,

Comme les précédentes, dmt TC d o s s i e r m é d i c o - t e c h n i q u e 126 Médecine et rayonnements ionisants: fiche d aide à l analyse des risques en curiethérapie à débit pulsé Cette nouvelle fiche d aide à l analyse

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 26 mars 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-016559 Bretagne Assèchement Ty Er Douar 56150 BAUD Objet Inspection de la radioprotection du 21 mars 2013 Détention

Plus en détail

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Scanographie L application des principes de justification et d optimisation de la radioprotection est à la base d une radioprotection efficace. Dans ce but et dans le

Plus en détail

Prévention en Action. Radioprotection. Pour la santé des salariés et des entreprises. @ Fiche 1 : @ Fiche 2 : @ Fiche 3 :

Prévention en Action. Radioprotection. Pour la santé des salariés et des entreprises. @ Fiche 1 : @ Fiche 2 : @ Fiche 3 : Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA La Prévention en Action Pour la santé des salariés et des entreprises. @ Fiche 1 : @ Fiche 2 : @ Fiche 3 : Principaux acteurs Chef

Plus en détail

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS

RADIOLOGIE DENTAIRE ED 4249 RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE. Endobuccale 1. PERSONNEL CONCERNÉ 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES DE PRISE DE CLICHÉS RADIOPROTECTION FICHE MÉDICALE SOLVANT RADIOLOGIE DENTAIRE Endobuccale La présente fiche traite des techniques endobuccales dont la pratique est soumise à l application des dispositions réglementaires

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE PENDANT LA PERIODE 2009-2011 RESUME Le bilan national des inspections des services de médecine nucléaire a été établi sur la

Plus en détail

Conception d un programme de radioprotection pour le transport des substances nucléaires. GD-314, révision 1

Conception d un programme de radioprotection pour le transport des substances nucléaires. GD-314, révision 1 Conception d un programme de radioprotection pour le transport des substances nucléaires GD-314, révision 1 Mai 2014 Conception d un programme de radioprotection pour le transport des substances nucléaires

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 6 Octobre 2015 N/Réf. : CODEP-LYO-2015-038709 Centre Hospitalier de Valence Service de médecine nucléaire 179 boulevard du maréchal Juin 26000 VALENCE Objet

Plus en détail

Exigences techniques et d'assurance de la qualité pour les services de dosimétrie

Exigences techniques et d'assurance de la qualité pour les services de dosimétrie NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Exigences techniques et d'assurance de la qualité pour les services de dosimétrie S 106 RÉVISION 1 mai 2006 DOCUMENTS D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Les documents

Plus en détail

CODEP-LIL-2014-025511 CL/NL AGENDA EXPERTISES 18, rue Ernest Duquesnoy 62172 BOUVIGNIES BOYEFFLES

CODEP-LIL-2014-025511 CL/NL AGENDA EXPERTISES 18, rue Ernest Duquesnoy 62172 BOUVIGNIES BOYEFFLES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 30 mai 2014 CODEP-LIL-2014-025511 CL/NL Madame X AGENDA EXPERTISES 18, rue Ernest Duquesnoy 62172 BOUVIGNIES BOYEFFLES Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Lumières FEU VERT POUR L INSTALLATION DES GÉNÉRATEURS DE VAPEUR JUILLET 2015 N 119

Lumières FEU VERT POUR L INSTALLATION DES GÉNÉRATEURS DE VAPEUR JUILLET 2015 N 119 Lumières MAGAZINE D INFORMATION MENSUEL DU CENTRE NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ DU BLAYAIS JUILLET 215 N 119 À LA UNE FEU VERT POUR L INSTALLATION DES GÉNÉRATEURS DE VAPEUR Introduction d un des

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

La radioprotection des travailleurs

La radioprotection des travailleurs R A P P O R T R A P P O R T La radioprotection des travailleurs Exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France : bilan 2013 PRP-HOM/2014-007 Pôle radioprotection, environnement, déchets

Plus en détail

RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL

RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL FABRIQUÉ AUX ÉTATS-UNIS NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS

Plus en détail

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI RECOMMANDATIONS POUR LA REDACTION DU RAPPORT D ACTIVITE DURANT LA PERIODE PROBATOIRE DE L EXAMEN INITIAL DU CAMARI 1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période

Plus en détail

Radioprotection. Services utilisant les RX. Guide pratique. Avec la collaboration de :

Radioprotection. Services utilisant les RX. Guide pratique. Avec la collaboration de : Radioprotection Services utilisant les RX Guide pratique Avec la collaboration de : Charte éthique des projets d amélioration en organisation conduits par la MeaH L objet des interventions de la MeaH est

Plus en détail

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA

Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire. Règles générales de radioprotection du CEA Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire radioprotection du CEA Août 2007 Crédit photo : A. GONIN/CEA, F. VIGOUROUX/CEA, C. DUPONT/CEA Etat : validé Page 3 sur 72

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Référence : Code de l environnement, notamment les articles L596-1 et suivants

Référence : Code de l environnement, notamment les articles L596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2014-040778 Lyon, le 08/09/2014 Madame la Directrice du centre nucléaire de production d'électricité du Tricastin CNPE du Tricastin CS 40009 26131

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

BULLETIN. Officiel. Emploi Travail Formation professionnelle. Cohésion sociale

BULLETIN. Officiel. Emploi Travail Formation professionnelle. Cohésion sociale Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, et de la Solidarité BULLETIN Officiel N o 2-28 février 2009 Emploi Travail Formation professionnelle DIRECTION DES JOURNAUX OFFICIELS Cohésion

Plus en détail

Manuel de radioprotection

Manuel de radioprotection Manuel de radioprotection Service de Contrôle Physique U.L.B. - Partie I : Définitions, législation; - Partie II : Notions de base en radioprotection ; - Partie III : La dosimétrie à l U.L.B. ; - Partie

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.591-1 et suivants

Code de l environnement, notamment ses articles L.591-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2014-026957 Lyon, le 10 Juin 2014 Pôle Santé République SELARL Scintidôme 105, Avenue de la République 63050 CLERMONT-FERRAND Cedex 2 Objet : Inspection

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo hors TEP (1) Définition : acte à visée diagnostique utilisant des radionucléides artificiels administrés en sources non scellées

Plus en détail

Formation e-learning de rappel des risques rayonnements ionisants

Formation e-learning de rappel des risques rayonnements ionisants Formation e-learning de rappel des risques rayonnements ionisants Journées techniques RP Cirkus - 22 novembre 2013 Eric Debondant 22/11/2013 RP Cirkus Diapositive N 1 Introduction Remerciements RP Cirkus

Plus en détail

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 28 Mars 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-015092 DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE Objet : Inspection de

Plus en détail

Paris, le 2 juillet 2013

Paris, le 2 juillet 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-037348 Madame la Directrice Hôpital Saint Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents. déclarés à l ASN? Autorité de sûreté nucléaire

Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents. déclarés à l ASN? Autorité de sûreté nucléaire Quels enseignements issus des inspections en radiologie interventionnelle et des incidents Autorité de sûreté nucléaire Direction des rayonnements ionisants et de la santé (DIS) Carole ROUSSE 1 Les constats

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-007117 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier National d'ophtalmologie des Quinze- Vingt 28, rue de Charenton

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 RELATIVE A LA RADIOPROTECTION 1. Renseignements d ordre général La campagne de contrôle, organisée du 3 mai au 15 septembre 2010 par le ministère

Plus en détail

Exposition professionnelle en médecine nucléaire: de l évaluation au processus d optimisation

Exposition professionnelle en médecine nucléaire: de l évaluation au processus d optimisation Exposition professionnelle en médecine nucléaire: de l évaluation au processus d optimisation Peter Covens 4-12-2009 Herhaling titel van presentatie 1 Exposition professionnelle en médecine nucléaire Partie

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs

Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs Apport d un système de préparation et d injection de fluor 18 à la radioprotection des travailleurs David CELIER IRSN/DRPH/SER/UEM Catherine LE MEUR Hôpital Privé d Antony de la SoFRa - Paris Sommaire

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL Dr DJ Gambini SCMT AP HP 1 Cadre juridique Code du Travail Article 231-75 : «Les expositions professionnelles individuelles et collectives

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 12 septembre 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-047562 MUTUELLES DE VENDEE 1 impasse Paul Eluard 85180 CHATEAU D OLONNE Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence

Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence 1 Contexte (1/2) Recommandation du CSSIN (Tchernobyl-20 ans après,

Plus en détail

Examen de maturité Session de juin 2006. Option complémentaire: Physique

Examen de maturité Session de juin 2006. Option complémentaire: Physique Lycée Denis-de-Rougemont Neuchâtel et Fleurier Nom, prénom: Classe: Examen de maturité Session de juin 2006 Option complémentaire: Physique Pour obtenir la note maximale, il faut résoudre complètement

Plus en détail

INDICE DATE REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR

INDICE DATE REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR ETAT DES LIEUX NATIONAL DE LA RADIOPROTECTION EN MEDECINE NUCLEAIRE - ANNEE 2008 - INDICE DATE REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR 1 18/09/2009 Le chargé d affaires L adjoint au directeur des rayonnements

Plus en détail

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION

RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION CHAPITRE 12 sous chapitre 12.0 RADIOPROTECTION EXIGENCES DE RADIOPROTECTION L objet de ce sous-chapitre est de définir le cadre réglementaire relatif à la radioprotection sur lequel est basée la conception

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS Objet

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

3 > L homme et les rayonnements

3 > L homme et les rayonnements DE LA RECHERCHE À L INDUSTRIE > 3 > L homme et les rayonnements La diversité des rayonnements Les effets biologiques des rayonnements La radioprotection Exemples d applications des rayonnements 2 > SOMMAIRE

Plus en détail

L'EXTERNALISATION DES MISSIONS DE LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPROTECTION

L'EXTERNALISATION DES MISSIONS DE LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPROTECTION 01/23 L'EXTERNALISATION DES MISSIONS DE LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPROTECTION 02/23 1. LES CHOIX DE LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPROTECTION 03/23 PROPOSER LES SERVICES DE PCR A DES ENTREPRISES INTERVENANT

Plus en détail

CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande. Protection de la maternité

CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande. Protection de la maternité CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Protection de la maternité Introduction Une attention particulière doit être apportée à la protection des femmes enceintes et allaitantes

Plus en détail

Descriptif des différentes présentations disponibles

Descriptif des différentes présentations disponibles Sources ponctuelles et étendues Alpha & multi-alpha Les sources alpha et multi-alpha permettent d étalonner en énergie ou en rendement tous les détecteurs et ensembles de mesures α. Ces sources étalons

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 13 novembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-045205 Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité Hôpital Saint Louis 1, avenue Claude Vellefaux 75010 PARIS

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

CRIIRAD DOSSIER MONTRES RADIOACTIVES EXTRAIT DE LA PUBLICATION RISQUES D IRRADIATION. Publication 2010

CRIIRAD DOSSIER MONTRES RADIOACTIVES EXTRAIT DE LA PUBLICATION RISQUES D IRRADIATION. Publication 2010 Publication 2010 CRIIRAD Commission de Recherche et d Information Indépendantes sur la Radioactivité DOSSIER MONTRES RADIOACTIVES EXTRAIT DE LA PUBLICATION Tél : 04 75 41 82 50 - Email : contact@criirad.org

Plus en détail

Comme les précédentes,

Comme les précédentes, dmt TC dossier médico-technique 106 Médecine et rayonnements ionisants: fiches d aide à l analyse des risques en médecine nucléaire Six nouvelles fiches d aide à l analyse des risques font suite à une

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on?

Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on? Matières et déchets nucléaires : de quoi parle-t-on? Rédaction de Global Chance Quand on parle de déchets nucléaires aujourd hui pour aborder leur gestion à court et moyen terme, leur entreposage ou leur

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine Bilan de l'année 2011 Strasbourg, le 3 juillet 2012 Marc HOELTZEL, délégué territorial de Strasbourg de l'asn Florien KRAFT, chef de la division

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande. Rayonnements ionisants

CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande. Rayonnements ionisants CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Rayonnements ionisants Version 1, 2005 Introduction Les produits radioactifs ont la particularité d'émettre des radiations ionisantes.

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

Société Française de Physique Médicale

Société Française de Physique Médicale Société Française de Physique Médicale Association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 Réunion de consensus sur la mise en œuvre, en radioprotection, de la dosimétrie opérationnelle dans le domaine médical

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail